Skip to main content

Full text of "Dictionnaire géographique-historique de l'empire de Russie"

Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automatcd qucrying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send aulomated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project andhelping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep il légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search mcans it can bc used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite seveie. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while hclping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http : //books . google . com/| 



l 



Utianiainb ^osBO^iremcx cb m^iOi , ^inoôH no HiineianiaHiH, ^o 
BMnycKa b% npo^aary , npe^cmaajieHU 6u^m bi» U(eBGypHbilk 
KoMTinièiirb: o/^hb^ SRaeBfn^ffpi» ceii KBBrH ^n L^eBcypsaro 
KoMHinemâ ) ^pyroH j(^B 4anapinaMeBnia MuiiHcinepcntBa ITpoc- 
B^u^eBiH) Aaa BxaéMiuijipa /^^a HMTTEPATOPilKOH ny6^n^i- 
HOH 6H6jiioineKK h Of^vnvh ^m HMTTEPATOPCROU AKà^eJciit 
Hà5rBSi« BIbb 8 ^â i iBi i ro^a. TIo HasHaHeBiio L(eBcypHaro Komh* 

-àeiSBf npH HMTIEPATOPCKOMl) MocKOBCXoirb yHHsepcHine- 
snt y^e»AemarOi XHRry ciio pa3CMa]npRBa.A% OpAHHapBMJi 
Ifpo^eccopi» 

HuKUtpùph ^EPEITAHOBI». 



DICTIONNAIRE 

« 

GÉOGRAPHIQUE - HISTORIQUE 



DE 



L'EMPIRE DE RUSSIE, 

CONTENANT 

Le tableau politique et statistique de ce vaste pays } «^ Les dëiio^ 
snina lions, les divisions anciennes et nouvelles des Contrées | 

• 

Tilles, Bourgs J -r- Leur, position géographique , leur histoire | 
lenra productions naturelles et industrielles ^ leur commerce , 
leur climat ^ la population , les mœurs , coutumes , religions des 
habitans de cet Empire; 

PAR N. S. VSÉVOLOJSKY , 



C0K8EILLBR S'STAT ACTUEL , CHEVALIER DE L'ORDRE MILITAIRE 

PS SAINT-6B0RGS. 



\^o%vifLy vtevnveix. 




MOSCOU, 

DE L'IMPRIMERIE DE L'AUTEUR 



I 8 1 5. 



2ûl e 



"\ 



J 



SA MAJESTÉ IMPÉRIALE 



Œvexavwte V^y 



EMPEREUR ET AUTOCRATE 



DE TOUTES LES RUSSIES. 



ETC. ETC. ETC. 



4 



\ 



SIRE, 



teivt . ^^e> i>ouvoit êt'to- ^eôie au a cemic 

âiot^e eu 16 coi4^eiic. C et)io a ce ttttc>* 
ojue ^ OtJc te i/uettte aii^âc a)ted^ c)e VotTf 

Majesté Impériale. 



» 



Ji cooué ^avoAxcus j Sire ^ letcc teti 



f 



• ; 



f^eiuxLJ c\M 1 avant— pcoi)o«} . t ejp 
U6 cixnxé avvtoiwete'Us ted i:ait)oi/it) 



c*Ji)erc>- 



1 



f 



f ue 1 ouio 



ettauaetc^. 



tait-^ ecti 



1 



ui^ 



ectite ^att^ une laitciue 



'3' 



3' 



tJ at xbovmeuX' ^ etce . avec te vïiiô 



V€Oti 



fcrn^ zeéyect . 



SIRE. 



DE VOTIVE MAJESTÉ IMPÉRIALE, 



» * » 



I*& très-homble | très-obéisfant , 
et très-fidèle serviteur et sujet , 

. Pî. DE YSÉYOLOJSKY. 



AVANT-PROPOS. 



Li Russie est re.^tëe jusqu^à préf^ent une terre presqu*m« 

foanue aux étrangers. Car, quoique les Souverains aieiit 

fiii voyager des Savans, qui font traversée en tout sens , 

Ienr% observaiions se bornant à' des faits isolds, n*ont pu 

embrasser touu ce qui intéresse la curiositë: les nouvelles 

acquisitions qui ont été faites depuic , et qui, chaque 

)ourj Tiennent se joindre & cft Empire, dé}à si ëtendu , 

nont également pu être soumises & leurs reclierclies. 

Cefii pourquoi j*ai cru rendre un service en publiant ce 

Dictionnaire hiitoriifiie et géographique de la Russie en 

lan^e Françoise) devenue celle du public lettre de 1 Europe 

eatîère. Persuadé quon me saura grë d*avoir répandu des 

notions justes sur tout ce qui concerne ce pays devenu si 

intéressant^ et auquel on ne rend pas encore toute la jusr- 

lice qui lui est due , faute de, le bien connoitre. 

Une grande nation gagne à être mieux connue: ce n*est 

qae par Teiposition de ses moyens de grandeur et de puis-^ 

sance, qu*clle pren.d la place qui lui appartient parmi les 

au\tes nations de la terre, et quelle acquiert Timportance et 

la considération qu'elle mérite. 

Quel que soit Téclat avec lequel la Russie ait paru sur 
le théiue des événemens politiques de TEurope depuis plus 
d'un siècle , on se tromperoit si on regardoit cet éclat 
comme éphéoiére et produit par des efforts ou des causes 
extraordinaires: ce n'est au contraire qve Taction d'une gran- 
de nation long-temps comprimée par de grandes calamités 
qai reprend son essort et son attitude naturelle. La Russie 
réunie sous Fautorité d'un seul et délivrée de ses ennemis 
intérieurs , jouera désormais un râle imposant dans le 
monde , et méritera toujours plus à être connue. Envi- 
ron 36 millions d'individus unis par la même origine , la 
même langue , la même religion, le même esprit et les mê- 
mes habitudes, composent la nation russe , non compris 
les autres peuples réunis et soumis ii la même dominà- 
iion. Cette grande, nation répandue sur un terrain immen- 
se et fertile forme une masse toujours croissante et agis- 
sante , par sa position géographique ^ sur le destin de tous 
Us peuples de l'Europe et de l'Asie. Devant donc paroitre à 
Tarenir dans tous les grands événemens qui agiteront ces 
deax parties du monde , on se fera souvent cette question': 
Ça'est-ce donc que cette Russie? Qui sont donc ces Russes? 
XaiTonlu que les articles de ce Dictionnaire répondis* 
sent i ces questions ; et pour le faire avec plus de succès j 



X 

)^a! puise dans les archives et dans les mf'illenres sour- 
ces ; je me suis transporté n^oi-niéme sur les lieux; j ai 
consulte les hommes les plus in^itruits de la nation ; enfin 
étant Russe moi-même, jose le dire, jai pu par mes timis 
et mes relations , me procurer des renseignemens tels 
qu'un étranger ^ii*au|roif pu avoir, et qui ne peut d'ailleurs 
saisir ni comprendre une infinité de choses ^ faute de s*étre 
familiarisé, dés sa jeunesse, avec la langue et le& usages 
du peuple. * 

Ou s'ap,ercevra seulement que les articles touchant les 
pays nouvellement * acquis , tels que la Pologne , la Géor- 
gie , la Finlande, etc. , sont moins ^complets que les autres ^ 
par la raison que je n^ai point^ encore eu le temps de 
m*instruire de toutes les pairncu}arités qui les concernent, 
Je me suis donc borné ^ en dire le peu que je pouvois 
avancer avec confiance; n^i» réservant d'en traiter plus au long 
dans un autre temps. 

J'aî eu quelque peine' i rendre en lettres françaises les 
mots russes, parce qpe )f»s Russes ont des lettres et des 
sons, qui ne $e trouvent pas dans Talphabet Français : 
c*est là raison pour laquelle les mots Russes sont le 
pluç souvent estropiés et défigurés par les étrangers , au 
point qu'on ne reconnoft plus ni les personnes, ni les 
lienx , ni les choses qu'ils veulent désigner. J'ai eu donc 
soin de bien accentuer les syllabes j"ai ajouté au com-^ 
mcncement de chaque article au nom français de lea— 
droit on du peuple don| il traite le même nom en ca- 
ractère Russe, et j'ai sujvi quelques règles, que je nie suis 
faites et qu'on trouvera dans la table ci-bas; au moyen 
desquelles un étranger pourra saisir, la véritable pro- 
nonciation* 

' J'ai encor simplifié en ne retenant, par exemple ,^ de deax 
lettres qui ont un même son , qi^une seule. C'est ainsi 
que le C et le K ayant dans beaucoup' de mois un -seul et 
même son, comme dans ca^ co ^ eu cra^ cre etc., jai 
retenu le seul G, en n'employant le K que dans les mots^ 
qui m'ont semblé l'exiger absolument. Le lecteur averti de 
ceci , cherchera tous ces articles «ous la lettre C, et n6 se 
trompera pas. 

■ On trouvera encor ci-dessous, U note des dîfférens 
auteurs que j'ai consultés. 

Le but que je me suis proposé en faisant cet ouvrage , 
étant de mieux faire connoîtr* la Russie dans l'étranger^ 
je me croirai pleinement récompensé de la peine que je me 
suis donnée, si j*ai concilié à ma nation les sentîmens 
quelle mérite par sa puissance et par son grand caractère. 



AVIS AUX LECTEURS 



SUR i.'orthograp:9e des mots russes n. 

■ Ljzs diplitongaes ai ^ et ^ oi y se prononcent tou-? 
» jours mouillées, à moins que Vi ne soit tréma. Ainsi 
9 dans le mot Carapai , on prononce la dernière syl- 
» labe comme Pinterjection française ayé. » J'ai presque 

Il art ont ajouté un ^ à la fin de ces mots , f ai cru par* 
à rendre cette manière de prononcer plus sensible* 
« 11 en est de inéme de Pojarskoic , Troubetskoie t 
9 Alexeie. Il seroit ridicule de prononcer la finale de 
y^Meànoie , GostinoiCj comme les Français prononcent 
s la première syllabe du mol oi-^seau^ ou le pronom moi. 

9 31 IV est tréma , il fait seul une syllabe, comme 
nen français Mûrisse.» Nous avons en Russe deux 
i différens pour le son. Le premier se prononce com- 
me en français. Le second ,*que faute d'un autre ca- 
ractère j'ai toujours représenté par un V, et que nous 
appelons iéiy ^ a un son plus plein, plus nourri, 
et se rapproche de la diphtongue française oui ^ 
prononcée très-brièvement ; ce son est rarement saisi 
par les étrangers , les Français surtout ne le prononcent 
presque jamais. 

Quoique Vo se prononce souvent comme a. On 
écrit Golitzine et l'on prononce Galitzine, Cepen- 
dant je me suis presque partout conformé pour Vor- 
thographe à la manière dont le mot se prononce. 

«La consonne / se prononce , de quelque manière 
» qu'elle se trouve placée , comme dans les mots fran* 
» çaSsJe y jamais» Prononcez jitié comme s'il y avoit 
nigitié^ P'seuoloje comme Vsei^ologe ^ RjwsJci ^ comme 
ft RgCi^ski. Nous donnons à nos Souverains le titre 
»de Tsar (qui n'est autre chose que Souverain), et 
> que nous écrivons par le caractère que nous appe- 



(^) J'ai tir^ cet afis ~|>re8qa en entier de l'histoire de Rassi^ 
par Mr. Léresqae, k quelques chaDgemens près qni m^ont parv 
indispensables. 



Xll 

D Ions tsy et qui correspond au ts des Français. Les 
» étrangers ont tort d'écrire Czar , Czarine qui ne 
f» sont ni de la langue Russe ni dWcune langue : on 
décrit coTUtne on prononce Tsar^&SL mouillant un 
» peu IV. Tsaritsa 1 épouse du Tsar , et Tsaréuna la 
» lïlle du Tsar. Le Tch , Représenté dans l'écriture 
1» Russe par le cara. tère nommé, tcha ^ se prononce 
j comme les Français feroient tché j ou comme sMs faî- 
» soient précéder leur préposition chez du son d'un 2*. 
D Enfin y derant quelque consonne ou quelque TO- 
9) yelle qu'il se trouTe placé , il a le son du C italien 
i> devant e et i. Ainsi Galitch , se pronon<*e Gali^ 
» tche ; Coutchko se prononce Koutche^ko , etc. 

uLe 1^ se prononce comme dans le mot français ra. 
» &olopkin y prononces Golove-kine \ Nopgorod^ pro- 
5ï noncea Noî^e^gorod. Nous prononçons quelquefois 
» le 1^ comme un y* à la fin des mots > et dans cette 
p occasion I j'ai écrit comme nous prononçons : j'ai 
9 mîs RomanqfavL lieu de Romanov; Souvorqf^ CoutoU'» 
j> sqf skVL lieu deSoui^orov^ Koutoiisoi^', Rastqfj au lieu 
» de Rostov. 

Ces obserrations m'ont paru nécessaires pour gui- 
der le lecteur dans la prononciation des noms pro- 
pres d'hommes et de lieux qui se trouvent dans ce 
Dictionnaire géographique - historique de V Empire de 
Russie. J'ai observé dans cet ouvrage l'orthographe 
Ru^se avec autant d'exactitude que celaétoit possinle^ 
en employant les caractères français. 

. LISTE DES OUVRAGES ET DES AUTEURS QUE j'AI 

CONSULTES. 

ï. Létopis Nestoroi^a ^ Aimonncb H ecmopoea j chro- 
nique de Nestor, 

2. Létopis Nikonova^ Atmonnch Huxono^a^ chroni- 
que de Nkon. 

3. Kniga stepénnaia^ KHHza anenennan ^ le livre des 
degrés, 

4. Opissanii Kniazia Cburhskago , onncanie Khjîba 
KypBcKazo , mémoires du Prince Courbskoi. 

5. Yadro Rossiskoi istorii , HApo Poccihckoh ucmo' 
pin t abrégé de l'histoire iRusse par, le prince 
XKiIkof. 



Xlli 

6. Vviienié Jc*u4strakhansJcoi Topograpîiii ^ Bôe^eme 
tb AcmpaxancKOH monozpa^în^ introduction à 
la topographie d^Astrakhan, par Mr. Rylcbkof. 
7. Opisssanié sïoutchaiéf Casayouchtchikhsia do Azo^ 

fa^ onHcanie cjiy^aeôb KacaiountxcH ao Aaoôa^ 

récit des Evénemens ^ui conccrncDt la Tille d^Azof| 

par M^ Baën 
A htoriû Skifskaiaj HcmopîH Ckh^ckcla, histoire des 

Scjlhes par le Stolnik Izlof. 
9* fovést o Samozvanisakh , noôccmb o Cauoaeaii* 

Upxb^ histoire des Imposteurs ^ par le prince 

Schtchërbatof. 

10. htoHa Rossiskaïa Tatistchéva , ncmopîH Poccîii^ 
CKOJi TamHJJUfiôCf, , histoire de Kussie par Mr. Tati« 
suhéf. 

11. Opissariié Sibirskago tsar^ti^a , onncanïe CnSnp* 
CKozo uapcmôaj description de TEinpire de Sibérie. 

12. Opissanié zemli Camtchatki , onHcanie acMJfH Kau-* 
yamm^ Description du Camtchatka , par P Acadé- 
mie (les Sciences. 

t5, Rodosloi^ié Imperatorskoi familii poAOCJioeie 
^unepamopcKOH (pOMHJïÎHj Généalogie de la mai- 
son Impériale. , 

'f Kenun Moscoviticarum commentarii Sigismundi 
liberi boronis in Herbestain. Basileœ^ rSyi. 

".Historia belli Livonîci, quod Magnus Moschovi- 
tarium Dux contra Livones gessit , per Tilmannum 
Bredenbachium. 

16. Voyages faits en Tatarie ^ Moscovie et Perse, par 
Olearius. 

"7* Histoire généalogique de Tatares, par le khan Am- 
boulgan Baiàdour. 

18. Bianum itineris in Moscoviam D. de Guarîent etj 
1^11, ab Imperatore Leopoldo. 1. ab Tzarum Pe- 
tram Alexiowicium Ablegati extraordiuarii, des- 
criptum a loanne Georgis Korb, Secretario able* 
gationis Caesarce, Viennœ Austriae. 

*9' Description de laLironie, Utrecht ^ lyoS. 

50. Mémoires de Catherine I. 

^i«Essti sur la bibliothèque et le Cabinet d'histoire 
naturelle de Pacadjérnie des Sciences de S^. Péters- 
^'*''g>P«'^ Jean Bachmeister , Pe/^r^&oiir^ , *779» 

n, L'Antiaote* in 8« Pctersbourg^ ^77^* 






XIV 

a3. Mémoires historiques^ politiques et militaires Sur 1 

Russie par le Général de Manstein. Lyon , 17^: 
a4- Essai sur le commerce de Russie, par MarbauU. 
35; Voyages et découverte^ faites parles Russes, etc 

par Mr. MuUer^ «776- 
nG. lies nouvelles découvertes des Russes entre PAsi 

et PAmcrique par Coice. Paris , 1781. 
nj. Geogrqfitchéski slovar Rossiskdgo Gcsoudàrsip 

PeoepaipHvêcKOH cjioeaph Poc^ûenazo VocyAap 

cmôai Dictionnaire Géographique de PËmpire d< 

Russie. 
a8 Geografitchéskoé opisdnié Rossishoi Jmperiiy Feozpa 

^UyecKoe onHcakîe Poccîhckoh Muneput , Des^ 

cription Géocraphiqué de PEmpire de Russie 

par Mr. Tchebo tarer , 1776. 
:i9. Géographie universelle par Buching. ' 
5o. Histoire de Russie par Mn Levesque, V'erdun 1783 
3i. Atlas de TEmpire de Russie diaprés les observa 

lions des Généraux Van-Suchtelen et Operman^i 8o€ 
3a. Annales de la Petite-Russie^ par Storch. 
33. Description de la Crimée , par Thoumman. 
34* £tat présent de la Russie , i8o3. 

35. Histoire des Huns , par Desguignes ^ 1756. 

36. Histoires de Russie , par Took. 

37. Histoire de la Tauride par Sistréntzevitch ^ arche 
véque de Mohilew. 

58. Haas (Frédéric - Joseph de)^ Ma Visite aux eau^ 
d^ Alexandre en i8og et i8io. 

59. Lettres sur la Crimée , Odessa et la mer d^Azoph 
i8io. 

J^o.^ Mémoires sur les |>ays entre la mer Noire et IJ 
mer Caspienne. I 

41. Tableau physique et Topographique de la Tau' 
ride , par Pallas. i 

42» Traité sur le commerce de la mer Noire, par Vej\ 
sonel , Ï787. I 

43. Voyages faits par ordre de Catherine II, au nord 
de la Russie asiatique et dans la mer Glaciale] 
par Billings. ^ { 

A^' ^^y^6® ^® Russie , Pologne etc, par Coxe« 

45. Voyage !•'. de Pallas en Russie. 

46* ^<^ysg^ ^^°^ ^^ Pallas dans les provinces méridio 
nalea de TEmpire de Russie. j 



Plosiears Toyages entrepris clans toutes les pro* 
^vlnccs de PEmpire de Rassie, et à différentes époques, 
tels que celui de Choleeri fait par ordre de Pierre-le- 
Grand anm bords de la mer Caspienne et vers le Cau- 
case; celui de Messerschrhîdl en Sibérie en l'^iQ^ 
d de Soîmonof sur la mer Caspienne dont il a 
Jonnê la meilleure description que nous ayons jus- 
qa^à présent, par les ordres du même S<mTerain; 
acTraugoi Harbert en 1789 sur les bords du Volga, et 
en 1741 sur ceux du Don jusqu'à son embouchure; 
de Godefroi Hentielmann dans la contrée' d^Orem- 
bourg et de TOural inférieur, depuis 1755 jusqu^en 
1757; de George Gmellin en .Sibérie, pendant les 
années i72'7 et suivantes; cJelui de son iuhn'tuné 
compagiioii le Savant SteUeri de Cracheninnikof au 
Camtchatka à peu près vers la iiiùme époque, et plus 
tard ceuiL d(^s savans Pa//a^^ déjà mentifmné plus haut, 
Fal^ Guldensiaed Gmellin le cadet ^ Lepekhin ^ Geor* 
gii^ Zouief; et en dernier lieu du conseiller privé 
Hahlèts^ Mrs. Beber « Stéphani ^ le Baron Marchai de 
fiibersiem, Fischer^ Siewen^ Roudofsky^ A dams ^ etc. ; 
les découvertes, de Bering ^ Tchirikof ^ Chèlikhof ^ et 
plus nouTellement 5ar^/c/iq/ ^ Cruzenstern, eic etc. 



AVERTISSEMENT. 

r^noAVT (}a*on achevoit d'imprimer ce Dictionnaire , un 
grand érëneraent , qui deyoit, A ce que croy oient les Enne- 
mis de la Russie , terminer Texistence de cet Empire , ou 
da moins le partager en plusieurs petits Etats, se préparoit 
et s*exëcutoit déjà du cdtë de la Pologne , par TEmpe- 
reur Napoléon, traînant à sa suite une armëe déplus de 
5oo,ooo hommes. n avoit fait des préparatifs énormes et annou'- 
çoit hautement qu'il alloit repousser les Moscovites au- 
deli des déserts de VAsie comme autant de barbares enne- 
mis de la civilisation européenne. Effectivement ce des- 
sein sembloit s*accomplir , car les armées Russes se reti- 
rèrent aussitôt que les Français eurent atteint les bords du 
Kémen, et leur abandonnèrent les provinces du nord de 
la Pologne, dont une partie se réunit à eux. Ils marchâ- 
reot rapidement , et sans rencontrer aucun obstacle , jus- 
qii*l Smotensk quon leur abandonna, et i laquelle ils mi~ 
rtnt ^e feu. NapoUon avoit promis le pillage de Moscou 'k 



XTI 

ses soldatfi, et la paix que 9 disoît-il , il étoil assure à*y con- 
clure. La bataille de Borodino le. désabusa un peu de cette 
idée: c^est là 'qu'il vit avec surprise que sea armées n*é* 
toient pas invincibles ; Moscou tomba , il est vrai , en son 
pouvoir, mais il lui fut prouvé^que les. Russes en se re- 
tirant en bon ordre savoient ce qu ils faisoient, et que ccltQ 
retraite tenoit moins à la nécessité d*un événement con- 
traire qu*a un plan sagement combiné. Cette ville avoîc 
cessé d'être la capitale de TEmpire , presque tous ses habi- 
tans avoient quitté ses murs ; et Tennemi n eut en sa posses- 
sion qu*un monceau de cendres et de ruines , qui devoit bien 
lui prouver que cette lutte étoit un combat î mort et lui 
attester en même temps Tinébraulable constance du souve« 
rain et de la nation Russe. Bientôt la retr»iie des Français^ 
leurs défaites, les malheurs de toute espace qui les accom* 
pagnèrcnt dans leur fuite, la destruction totale de cette 
armée innombrable, par le froid, la fairai le fer et le feu - 
tout prouva la justesse des calculs de l*Empereur Alexandre 
et Terreur de Napoléon; les Vainqueurs lui prirent plus de 
100,000 homin.es , parmi lesquels 5o généraux , mille officiers 
de tout grade , et 900 pièces de canons, a peine a5,ooo 
hommes repassérent-iis le Niémen sans artillerie , sans ba^ 
gages et presque tous mutilés par les froids et les fatiguer 
de tout genre. Telle a été la fin de l'orgueilleuse et extra- 
vagante entreprise de TEmpereur des Français; elle couvrit 
de gloire la nation Russe et le chef de ses armées, le maré- 
chal Prince Koutouzof , qui montra â l'Europe étonnée com- 
ment on pouvoit vaincre Napoléon. Cette invasion des Fran- 
çais a dû nécessairement opérer de grands changemens dans 
les lieux que traversa leur armée: Smolensk, Viazma, Gjatsk , 
Moscou brûlés, Mohilef et Vitebsk ayant également beaucoup 
souffert, attesteront long-temps le passage de ces hordes qu^on 
peift signaler aux races futures comme le plus terrible fléau 
qui ait affligé Thumanité. Cette circonstance auroit du faire 
changer plusieurs articles» de ce Dictionnaire, mais j*ai cru 
devoir le laisser tel qu il a été fait: la description de Moscou et 
ce qu'elle a été avant Tirruption des Français servira de compa- 
raison â ce qu'elle sera dans a5 ans. On sera bien aise de con- 
noître les monumens des arts qui existoient, et qui prouve- 
ront que les barbares que Napoléon vouloit chasser au-delà 
des déserts de TAsie, letoient moins que ceux qui rava->. 
geoient leurs propriétés, profanoient leurs temples et détrui- 
soient les monumens les plus sacrés. Tavertis donc que tout ce 
qui regarde les villes des gouvernemens de Moscou, Mobile w, 
Vitebsk et Smolensk, qui ont éprouvé plus ou moins de chan- 
gemens, ne doit être considéré que sous Taspect a&térieur 
& la campagne de x8ia« 



DICTIONNAIRE 



CÉOGRAPHIQUE-HISTORIQUE 



D£ 



L'EMPIRE DE RUSSIE. 



\ 



A. 



kkj{Ja\ HatA omnmnn à plu- racles, dont Tune, nbii loin dé 

lieors mieres de l'Europe, et août Volmar , s'étend sur 400 ooudëei 

deaicooleiit en L»ivonie* De ces de long, mais n'a qu'une coudée et 

^vi m.} Tane se nomme Roui- Irois-quarls de hauteur. Auprès 

^r-U, et l'autre Treider - Aa. 4'Adzel , dans le district de Valk j 

£l)es toflilieiit dans le golfe de Hi- une roche qui sort de Teau formé 

5^^ ia première au->dessus et là se- une grande cataracte dangereuse ^ 

coo(if au-dessous de la Dwina. Cet- car le lit y est étroit et les radeaux 

^ qw ToD nomme Boulder - Aa sj brisent quelquefois» Les riva- 

preod sa source dans la terr^ de ges , en quelques endrditâ 5 sont 

Maich, district deVenden, Se di- élevés et montagneux , dans dai»- 

TÛe en plusieurs ruisseaux , et très , ils sont couverts de bois, de 

trsrerse, sans les rejoindre , plus prés , et sont bas. Le second Aa 

^^325w., savoir: environ ii5 w« coule eu Courlandc ^ passe par sa 

Jsns le district de Valk, i5 dans capitale Mittau , et vient se jeter 

celai de Volmar, 3o dans celui do dans le golfe de Riga , à TemboU'* 

VeDden , et enfin 65 dans celui de cbure même de la Dwina , de ma- 

Biga. LUe passe devant Yolmar , nière qu'il semble se confondre 

ville da district, située silr sa rive avec elle avant de tomber dans la 

*n«iule, et devant Venden qui mer, 

fstnr sa rive occidentale, et se ABAHAÏTOi7iévSKOÎ'-^KARAOi7£| 

F^ dans la mer. Au printemps , ( AôaeaùmiieôeKOu Kapa^Àb. ) 

^ est si haute qu^elle pent porter Le poste d'Abahaïtouiéysk. Il est 

Wilement des radeaux et de gran- dans le gouv. de Tobolsk! , & 5o w. 

^barqoes , surtout^depuis la v il« du fort Soktouievsk, en ligne droite^ 

i' ^Venden jusqu'à son embou* d*après les calculs. Le premier re* 

^^ Son lit est en partie pier- lais , avant d'y arriver, en suivant 

^\i en partie sablonneux, Qt en TArgoune , est à 5o w. du poste 

C^ iàiigeux. Elle a quelques de Caklaï-Couchouiévsk , et dans 

. K^ sable ) et même des cata* lendroit ou la riv. de Cfaailar^ 

T03L I. 1. 



2 



ABA ABA 



oprès s'être jointe au canal qiiî sort tous les Russes répandus dans les 
du Dalai-Noor, se jette dans TAr- contrées qui forment le district du 
gouue^ €{Vti^ au moyen de cette llaut-Jénissëi. £n outre , ils s*a- 
communication )iorme la frontière donnent principalement au soin 
orient, de la Russie jusqu'à TA- des bestiaux , au commerce qu'ils 
mour., La rÎTe droite est aux Cbi- font en bétail et en boublon que 
nois , et la rive gaucbe k la Daourie Ton recueille en abondance dans 
russe. Le désert adjacent est abso- les îles du fl« Jénisséi. Aux envi- 
lumen t aride, sablonneux et pier^ rons de ce fleUTC et du fort y sUr la 
reux. tW» d'Abakane , on trouTC dans la 
Abaxane, (ASaKanh*) rir. du montagne dlsik du charbon de 
gouT. de Tonisk. Elle sort des terre. L'biver, en comparaison de 
monts AltAï, coule du sud aunord^ celui deCrasnoïarsk, esttrèfrcourt, 
en déviant vers le nord-est j et à cause des hautes montagnes qai 
après un cours d'environ 3^0 w. , entourent ce lieu de tous côtés , le 
eue se jeUb dans le fleuve Jénisséi garantisset&t du veat^ et en font une 
par le c6té occid. Les petites riviè- vallée chaude. On peut doncrega»- 
Tes qu'elle reçoit par le c6të droit, der TOstrog d'Ahakane comme 




Abakanskoi - OsTROO (1)9 des melons d'eau et du tabac. On 

(ASaKOHCKOu Ocmpoeb.) Le fort a l'espérance d'y propager des 

a'Abakane, dans le , même eouv. arbres fruitiers et des essaims. 

Ce lieu , appartenant m la ville de ABAKANSxoï-PéREVOZ , ( A6a^ 

Crasnoïarsk, est situé au 54 d< de KaHCKOûIIepeôoaî),) Le passage 

lat* sept, et au 108 d. 6. m. de long. d'Abakane, sur le Jénisséi, au- 

orient. , sur un rivage plat et sa- dessous du fort d'Abakane , au 

blonneux du fleuve Jé^iisséi ; c'est pied d*une montagne nommée 

pourquoi lorsque. Veau est forte- Pérépoznaïa , qui est composce 

ment agitée, ce qui a toujours lieu d'un grès de sable rougeàtre , 

après des neiges abondantes , il est que 1 on tire sous la forme de 

alors sujet à des inondations^ qui carreaux. On trouve sur ces car- 

pourtant n'arrivent pas souvent, reaux des inscriptions mongoles et 

Celle de 1763 a été la dernière et tatarcs. Le tra^t que doivent fai- 

b plus désastreuse. Elle a englouti re les navires jusqu au fort d'Aba- 

quelques-unes des plus belles mai- kane est encore de 5 w. , en par^ 

Bons situées près du fleuve Jénis- tant d'ici. D''abord on avance par 

séi et un clocher. Le fort d'Abaka- la riv. principale qui a plus de 5oo 

ne a été fondé en 1707 , et fortifié sagones de large ^ un cours très- 

de nouveau en 1725. 11 tire son rapide et un lit escarpé. Ensuite 

uofu de la rivière d'Abakane. On j on côtoie une grande fie nommée 

trouve un petit nombre de mai- Déhériakof, et on remonte entre 

sons habitées et une église en bois, cette tle et celle d'Avinnoï , qui tt- 

Les habitans qui, outre les femmes, reson nom de celui des endroits 

sont plus de 600, en y comprenant faits pour sécher léhoublon. Aprèt 

ceux des villages od ils se sont éta- les avoir dépassées , on entre dans 

blis , cultivent le terrain qui leur un bras du fleuve nommé Talim, 

est nécessaire , comme presque qui conduit à une autre ile nom- 

.— 1*1— ^«l— ^— — ^1— ^— — —i— — ^^— ^i^— — » II» I III ■ I I I II I ■ ■ I ■ I ^i^M^,,^,^^,^ 

(1) On appelle Ostrog, une espèce de fortification qu*on faisoit en Sibérie de 
haotet paliasadet ou pouuea « autour d'un petit endroit. 



ABB ABÎ 5 

méc Taborsliî ; et de celte iléon raïs dans la paroisse de i'm///^72; elle 

descend pr un autre bras larce reçoit plusieurs petites rivières , et 

aa rifa^*» opposé , à une werste du après avoir traversé la paroisse de 

ioit Aa-ilessous du passage d'Aba- Tricaien , elle se jette» dans l'Âa • 

lane, on trouve, sur un rivage au territoire àe VixLnfdssog^f^ 

eifvé,etdans la longueur de 5 ou Abbroux , ^ASp^}^,"^ Y une des 

6ir., une quantité innombrable petites îles situées autour d*EscL 

(fanciennes tombes qui sont ordi* On la nomme ordinairement ^^^ro 

nairemontdeux. k deux. Mais prin- Il y a une maison qui fait partie 

cipalement dans une étendue de d'un terrain Impérial dont lespay- 

400 sagèoes j les tombeaux sont sans vivent d^ns Tile d'£seL Cette 

à peine éloignés de deux sagèncs île tire quelques petits profits 'des 

l'un de Tautre. Ces sépultures marins qui y abordent quelquefois 

sont de forme quarrée^ et remplies Les autres îles telles que Paternos^ 

de carreaax de pierre. Quelques- /er,^ Kéinaste , Filzante , Pédaste^ 

unes sont recouvertes de terre et Coupiçaar ^ ne méritent aucune at- 

d'aotres non. 11 est à présumer tention. 

qu'anciennemcfit il y a eu en cet Abintzy, (il^uHz^&i.) ou Tatares 
endroit an cimetière célèbre ^ ou d'Abinsk. Ils se donnent eux-mé* 
UQ champ de bataille. mes le nom d Abinizys ; et cette 

Abalas , (^oajia7c&*) Village dénomination indique un peuple 
(|o gouf . de Tobolsk , situé sur primitif, car, en langue taUt*e , 
rirtvchc,et à aq w.deToboIsk. Abse , racine de Ce mot, signifie 
r^e lieu est - très^célèbre à cause père. Autrefois ils babitoienl sur 
d'ane image de la Yierge , à la- 1^ Toma ^ autour de Couznetsk : 
qneUe on attribue des miracles^ et c'est pourquoi ils donnent encore 
qa un grand nombre de pèlerins aujourd*bui à cet endroit le nom 
.Y vont risiter. Cette imase, qui d'Aba - Toura , c. à. d. patrie: 
est enrichie d'une plaque a argent mais comme les Téléoutes quitlè- 
<^oree, etd'un ornement de tète l'^nt les monts Blancs pour aller 
CQ perles fines et en pierres pré- s'établir dans le lieu qu'ils babi- 
cieuses, se transporte cbaq lie an-^ tent maintenant, les Abintzys qui 
oee solennellement à Tobolsk où étaient les plus foibles ne voulurent 
elle reste deux semaines, du 8 au pas être poussés plus avant dans le 
23 Juillet. nord; ils remontèrent donc la To- 

AbassekHi, (joactfxu.) Bran-*- naa jusqu'aux montagnes élevées 
chc des Tcberkasses. Ce peuple dans lesquelles ils babitcnt encore 
est au midi du Couban; il fait par- aujourd'hui, et où coulent deux riv. 
tie dagouY. d'Astrakban, et Im- du Gouv. de Tomsk; savoir la C'r^n- 
hite entre les riv. X Apaï'^Souï et àama et la Mraze, Ils se divisent eu 
^cVnaîa* En 1781 et 1782^ le plusieurs a/maX:^, ou tribus ; niais 
^han de Crimée, CapIfin^Hii éi j tous ensemble ne payent Timpôt 
jçs avait soumis à sa domination , que pour un peu plus de cent arcs 
ainsi que les Tcberkasses de la Co- ou âmes. Quant à la figure , aux 
barda '^ mais ces peuples, après qualitésdcl'âme,àleur viedomes- 
3foir secoiïé le joug des Tatares, tique, à leurs mœurs, leur langage, 
se firent gouverner par leurs pro- à la mesure du temps et aux contn- 
près princes depuis 1 785. mes, les Abintzys ressemblent par- 

ABAziNTST,(il5ajuH{4dft.) Voyez £iitement aux Téléoutes, et ont', 
^Urazy. comme eux, le cbamanisme pour 

Abboule, {A66iiJLh*) Biv. du religion; è'est pourquoi il fiiut 
SOQT. deLivonie qui sort d*un n:ia- s'en rapporter à ce qui concerne les 



4 • ABl Afit 

Tëlértiiles. ï.és Abliitzys ont Jes car toute espèce cVanîmal leur rvt 
ViUsigcs eu liiver , et quelques-uns utile par sa chair et sa peau, ^c la^ 
des lentes pour IVté . Leurs yillaâ^s quelle i h payentleur tribut, lly en a 
«ont petits )' et leurs cabanes très* beaucoup aussi qui sont forgeron», 
misérables sont formées de poutres ce qui les rend célèbres depuis 
entrelacées de branchages. Elles long-tenips,*etc'est par cette raison 
3ont à moftlé dans la terré, et le quela ville de Couznetsk (ville ilcs 
jour y pénètre par une grande forgerons), balie dans le pays i]cs 
Ouverture à fumée pratiquée dans Abîotzys |>ar les Russes, après la 
tine espèce de plafond de perches conque te de la Sibérie ,3 eu ce nom. 
t'ecouvertcs de terre. Dans Titilé- Les Âbintzys ont des fonderies 
tjj||r, on trouve des palati/ ordiiiai- pour les mines de fer, qu'ils trou*- 
res^i)et une petite cbeminéeouseU- vent par coucher au sommet çlrs 
lement un foyer. Lorsque les gens taontagnes, ou dans leurs marais 
les plus riches se transportent dans sous le gazdn« Leur procédé pour 
d'autres lieux, pour donner à leurs la fonte ne pou rroit guère être plus 
troupeaux de meilleurs pâturages, simple. Lc fourneau se fait dans la 
ils habitent de petites tentes scm* cabane d'hiver, et consista dans 
blables à ime quille, absolument une excavation demi-sphénqae 
conlnié celles des Téleoutes. Leur d'un empan de profondeur. Cette 
ameu])lement et leur nourriture excavation est laite dans rarâ[ile 
sont conlme ceux des Téleoutes qUi sert de plancher j et à l'un des 
J>ayens, mais encore plus pauvres, côtés il y a une petite ou^er- 
'Outre les animaux carnassiers, ils ' ture pour faire agir des sôufYlets. 
mangent des bétes mortes. Us font Le trou est fermé d'un couvefcle 
moudre le blé au moyen de meules en argile de forme ronde , et ayant 
qu'ils ne fbnt pas tourner , mais en son milieu une élévation ou est 
qu^ils se contentent de branler. Lés pratiquée une ouverture qui peut 
hommes mettent - leurs chevcui avoir deUx pouces cle large. Lors- 
en trois tresses au sommet dé la qu'on fond le 1er , on remplit le 
télé, comme les Calmonks ; du fourneau de charbons assez mentis 
reste, ils sont semblables pour le pour passer par l'ouverture : eu- 
ros tume des hommes et -celui des suite on y met le feu; quand les 
femmes ik\i% Téleoutes payens. Us charbons sont ardens , on jette 
s^ occupent au soin du bétail, à la par Touverture, sans cesser de fai- 
chasse, à la fonte du fer, et un peu re agir les soufllets, tantôt duchar- 
à VagricultUre, car il y a peu d'à- bon, taU tôt une petite quantité de 
gricUlteurs ^ et les cliamps de ùes minerai réduit en poudre iltie. 
cultivateurs peuvent à peine être Dans une heure et demie, oti tra-* 
comparés, pour rétendue, à de vas- vaille environ trois livres de mii- 
tei jardins potagers ; c'est pour- nérai. Après avoir ouvert le four- 
quoi au lieU de charl^ues, ils se ser- neau on sépare le fer des scories en 
irent de bêches. Leur bétail est le battant avec des bûches en bois, 
entretenu comme celni des Télé-» Le fer ainsi fondu leur sert k for- 
çâtes ; mais comme il est en moin- ger sur des enclumes de pierre, et 
dre quantité , il rapporte moins, au moyen de martejiux de fer, des 
Xb s'adoftnent surtout à la chasse, pointes de flèches et des bêchesj 

fl) On appelle palàiis chez les paysans Russes^ des planches à quelque distance du 
plafond, et au niveau dupoëUiSur lesquellei les payiant se couchent pour jouir 
d'une chaleur ravdérée. 



ABI ABK 5 

«aUkplas grande partie de «e moît ^^a/VoVstponrqiionesGéor-* 

iercftreiKlaeaux foirerons russes giens donnèrent, conformément 

«aasaroirëié mise en oeuvre. aux principes de leur langue, le 

Ajiskane , ( ÀôucKanb. ) ou ^^^ ^® SadaÏAu district gouverné 

C est* un des pins P^** Abaï: delà le peuple que les 



ine , lac. C est* un des pl»a . ^ ^ _ -^-,_ — 

ffisiidérables dugouv.doTobolsk, ^"«se* appellent Sabaïtsis. Après 

^ le pays de Tomsk, et Tun des ^^ districts qui forment le sud- 

Was proches de Tlptyche. Il est dans ^^^^^ ^^ T Abkhazie , on trouve au 

t ci-devant district de Cainsk, ûford-ouest les district* de ToiM , 

L'eau en est on peu salée et amère, <* ^"^ouch , de Chachi ^ et de 

Chitikh , *qui condhent aux dis- 
Amhazt 9 WO'Ta^M.) peuple tf icts des T^îberkasses nommés 
libre et nombreux qui habite les Bjana et Hatoukaî^ \m Turc* 
montagnes du Caqcase, et dont le font gouverner ceux-ci par un 
Uagage ne ressemble à aucun lau- Commandant qui demeure dans 
ga^e oonnQ, si ce nest foiblement la petite forteresse de Sofchoakka^ 



- — — ^.^w,.. • .^^^ ««»««.<> , xvo CI, wuaaiYcui presque louie 1 inae- 

Turcs , et les Tclierkasses le nom- pendance qu'ils avoient dans les 
mentAbaza; çt les Géorgiens ^^- bois et les montagnes qu'ils liabi- 
IhctHL U» géographes modernes tpient. La langue usitée dans les 
luidoDâentleqomd'yij/XrAa£/<7, et districts du Nord-ouest est absa<- 
il est probable quec'est le même lumcnt différente dé celle qu'on 
pays que t Ahashie de l'ecipereur parle dans les districts du Sud - 
C:oii$uÛB.Ponr ce qui regarde là Ouest. I41 troisième et petite por- 
Bdigkni,(mpeutdirequelécbrÎ8- tion des Abkbazes, est çeUe qui , 
tianifmejestunpeumicux affermi dans le dernier siècle , a passé au 
90e parmi les Tdierkasses. Autrc»^ N, des montagnes où elle occupe , 
fois ce peuple babitoit seulement entre les districts. Tcherkassieus 
fecôlé ooci4- du mont Caucase qui de Cabctgda et de Berline , les ri-p 
sétdid jusqu'à la mer Noire , le ves de la Couma , les parties sept, 
long de plusieurs rivières qui se du Couban et les bords des deux 
jettent dan^ cette mer, entre le Cout riv. èi InjQc et d' Ourpa qui se jet- 
han et tEngom-i^ Cette dernière le tent dans le Couban. Les Abkbazes 
sépare de la MingrelicLâ plus gran^ habitent le Iqng de la parallèle des 
de partie du peuple habite encore forteresses de Céorgiefsk et de 
aujourd'hui cette contrée et forme Stavropolsk» Les villages de cette, 
les districu de Kbîrpisse, Tchachi^ partie sont ceux de Babouket , sur 
SaJje^ Aiibla et Akhchité que les la rive gauche du Malk • à 40 w. 
Tcherka^ies connoîssent sous le au sud de la forteresse de Geor- 
nom général de Kouchetachine , gievsk ; de Jentémirsk , sur la rive 
c. - à. «-d. au - delà des monta- gauche de la petite Couma , & peu 
foes. Ceux-ci sont en quelque sorte de wevstes à l'occident du premier j 
soQs la domina tion des Turcs qui les de Tranikt^ petit village à 5. w. 
çovrementpar le moyen d'un pa- de la rive droite de la Couma, au 
dâ ^i habite dans une petite for* pied de la montagne de Béchetaouy . 
tfreue nommée Sakoum-fkala , et du côté qui regarde le Nr— O. , et 
sîtofe Ters la mer Noire. \je pacha à 20 w. au Nord-Est de la forteresse 
esi choisi dans la famille des prin- de Géorgîefsk ; de Kîifiipe , sur le 
<3es d'Abkbase nommée Moudapia* ruisseau de Çarmoitrza^ilhqz^ , 
L'on des premiers pachas se nom^ non loin de la rive droite du Coiv- 



6 ABO ABO 

ban; A% Ketchéîaj^ immédiate* clief-lîf a d'nne des 5 grandes pro« 
nient an^rdcssas du précédent , sur TÎnees de ce pays. Abo est située 
la méuie rive du Conban | de presque à l'angle de l'isthme for- 
Tramkt ^ sur le ruisseau de Té- mé parles golfesde Bothnie et de 
herte^ k la gauche du Couban : à Finlande, et traversée par le fleuve 
celui-ci appartient comme vache- d'Auroïoki. Cette Ville n'existait 
rie le village de Tranikt dont il a pas encore en 1 1 Sj. Elle est en- 
déjà été fait mention. Vient ensui- tourée de montagnes j jouit du 
te le village de Laoukt. sur le mis- droit d'étape , et a nu port corn- 
seau de Cardamich; a Arzlaniie ^ mode. T^ siège épiscopal y fut tran- 
sur le ruisseau de Ksaoute; de Bi^ féré en 1 228 par Rendaméki. G us-. 
berte^ sur le ruisseau de Marouchj tave Adolphe y fonda un Collège 
qui se jette, aussi bien que les en 1628 ,1a Reine Christine l'é- 
denx précédens , dans la riv. de rigea en Université en 1640; il s'y 
Kiki^Ind/akts PAT h. rive droite, trouve encore une école cathédrale, 
et sur la gauche duquel on trou- Lacathédrale^bâtieeu i3oQ,est un 
ve un autre village nommé Douda^ édifice considérable. 11 y a une cour 
roukvate. Les Tcherkasses et les de justice, et le capitaine provincial 
Abkhazes donnent à ces villages y faisoit sa résidence. La ville a 
le nom de Japanta , et les Tatares deux bourguemestres. lies babi- 
cAvîx de Kérek ( c. à. d. six par^ tans font un bon commerce en 
ties^, parce qu'on y trouve six fa- toile, en blé, en denrées, planches, 
milles de princes qui descendent etc. Les Russes y ont déjà eu leur 
d'un même Achakmate* Apres quartier pendant la première guer- 
tous ces villages dont il vient d'é- re , depuis I7i3 jusqu'à 1720, et 
tre parlé , il y a encore 4 districts : la ville en a beaqcoupsoutlert ain- 
Zide sur l'Oulou } Indjik ; Bore- si que de^ incendies , surtout par 
laï; Chégraï et Bachigraï sur celuide 1776 qui l'a presqu'eiitière- 
f Ouarpe^ lioxx^ ces Abkhazes qui ment rédulteen cendres. La Russie 
habitent entre la Carpe et VArpe , et la Suède y conclurent un traité 
9ont sujets de la grande CSbarda , de paix en I743« Abo tenait la 
et lui payent un tribut: c'est pour- Sème place à la diète. Selon le 
quoi les Cabardintsis se sont rcti- calcul de Gadelîn , l'élévation du 
Té% plus à l'Orient vers le Baksan p^le est de 6o<> 27', et la différence 
et le Jérek , et leur ont cédé leurs de longit. du méridien de Bolog- 
anciennes habitations« La langue ne, 43°2i'* Tonte la province d' Abo 
des Abkhazes sept, est parfaite- est fertile et très-agréable; il s'y 
ment semblable à celle àe% Abkha- trouve de beaux lacs , de belles ri- 
ses du midi. Tous ces peuples, sont vières, des forges de fer et de bel- 
pour la plupart Mahométans , et les forêts, La partie sept, n'est pas 
si ignorans qu'ils ont à peine une si bien cultivée. Dans la paroisse 
idée de leur religion , quelques- de Sastmola, qui fait partie du 
uns sont agriculteura j mais la fief de Biernebourg , est une pè- 
plupart élèvent du bétail, eultit- cherté de perles. On compte 7 
vent du raisin et d^autres arbres et districts dans cette province, 
légumes , et sont fort enclins àpil- Abo-Hous ou Abo-Sxot, {^A6o^ 
1er leurs voisins. ayc5- ) Ce château se trouve 
Abo , Aboa ,( il^o, Aôoed, )cn tout près de la ville d'Abo, sur 
finlandais Tourcou. C'est la prin- une langue de terre à l'embouchu- 
cîpale ville de la Finlande ci-de- re du fleuve Anro*iokî. Cest une 
Vaut suédoise , et acquise demie- des pins anciennes forteresses du 
rement par la Russie. Elle est le pys. Les guerres et les incendies 



ACO AGO «9 

Vnt laacoap endommage. Oa troave une cinqtuntaiae il'Iiabï- 

cnit m'Eric XIV y fat détena tans. Cette ile y dont les bords sont 

rat a'«roûr ëtë enfermé à Cas- fort escarpés, n'a pas de bon port; 

td-Boim. mais elle a quelques p. r'vr. peu 

iioLOTA y (A6oAO«a-) Petite poissonnemses. 

m. dn gooTernement d'Orel qni Adakh, (Afioxi.) C'est nne des 

MietledanslaDesna. àBrmnsk. fles Aléoutiennes, dans locëan 

AiovBAi , ( ASvtaû ;•»»▼• du orient. Elle est k 4o w. ouest , de 

iLitnct et du gony. de Tobolsk , iHe Belaïa-Sopka. On y trouve un 

^ se jette dans le Tobol par la port commode et sûr /mais dont 

riTc droite. Elle sort des monts l'entrée est fort étroite , n'avant 

KUcUks on lUko , et co^ en q^g deux toises d'ourertnre. L'île 

gruide partie sous terre. Ellecon- contient une Tingtaine d'habiUns 




decours. ,.„ ., . payent un' tribut à la Russie , en 

A»E , W6*«.) Rit d ^tbonie peaux de veaux marins et de cas- 

T"?*"^ r'*«'*'^."^^„» """* " tors. On ne troure aucun autre ani- 
parouw de Sûelhah Elle est rem- j^Àli dans cette île. 

plie de hana de sabte , et large de ^dié, (^m.) P. fleuve du gonv. 

10 k 12 archmes. Elle reçoit plu- ^ Risa. 

sieimpetitwrif, p.ex.J*W, - Adj/bIi , {iMmuôeu.) Voyet 

quisortdnniacjpres aeVatrame; Odessa. ' 

la Mêrète et beaucoup d'autres. Adjidera,(J^jku4«Po.) Voyez 

tasule) après un oours de 25 w.j Ovidiopoi.. " ^^ "^ •> 

dte w jette dans la petite Esely Adrianofskia ostkova, ^«4- 

dsM h pioissede Zountsel. pUno^cKÏA ( ocmpca. ) eu ilo 

AcatA , {AuiMi.) Riv. du gouv. d' Adrianof . Quelques marins nom- 

da Oonsesur laquelle on trouve ment ainsi les îles Aléoutiennes, 

h nOe de Stavropol. kcause du vaisseau St. Adrien et 

AcopM, f^¥H») P. île de Nathalie, appartenant à un mars 
rOcMB oriental. Elle fait partie chand Russe, qui les a découvertes 
de 1 Archipel des Aleoutes , et se ^ , g/ . „,ais on les counoît plus 
toonve à4 w. nord-est d AcouUne. généralement sous le nom d'Alé- 
Cette lie a 55 w, de long, sur i5 outiennes: voye» ce dernier artiele. 
dekrge-, ellenapasdcportsùr, Adstir , lAAcmupl.) P. riv. 
ouïs une petite baye, dans kduel- ju gouvern.de Riga qui se ielto 
le ks bateaux viennent reUchcr j ^ans l'Agner. Elle sépare le dis- 
on y trouve quelques bou de Uillis , ,^1^.^ jg ^^^ d'avec celui de Ven- 
de* racines et des herbes , dont j^^^ 

1m 5o à 60 habitons quelle ren- aoatta , ( Atama. ) une des 

ferme se nonrnsscut. On y trouve {i^, Aleoutes , proprement dites, 

de» renards , des loutres et des EUeest à l'occidentetasscïprochc, 

veaox marins. je celle d'AtU , cette île n'a pas 

AcouTAirE, f-ifKy maK&.) Ile Aléon- plus de 25 w. de long, 

liesne k 20W. de celle d'Ounelga. Aoéro, (Amepo.) Lac du Gouv. 

^ longueur est de 40 et sa lar- de Livonie. Il est formé par une 

gtardélo à i5 w. Elle n'a rien p. source, qui sort d'un marais 

de particulier , et produit k-peu- nommé Jouraskie. Il se décharge 

près les mêmes choses , que les dans l'Aa. 

entres lies de cet archipel } ony Aoo0if-ALiA3KA,( Âitfni'AjitA'' 



y^ 



« AGR AIR 

cffa) <m conwne le« marins le pra- ■« pas être massacres par le brl*. 
noncent Ounallacheka ; cVst ane gana ; ceux - ci le leur accordée 
des îles des renards, on AWoutien- rent, à condition quUls se feroîent 
npSrf Le capitaine Cook, la place tous Mabométanfi, ce qu'ils accep- 
sous le 33» 55 de lat. sep. , et le tèrent ; et plusieurs d'entre eux 
312» de-long. Elle a lîow. de long ayant épousé les filles de ces Tsk- 
snr 12 à l8 de large. Jl.lle n'est tares, ils s'établirent tous dans 
séparée de l'île d'Ouronak , que ce bourg ^ où ils forment d^uis 
par un canal qui a tout au plus ce temps une colonie assez cansi- 
6 w, de large: on y compte jusqu'à dérable. 

aoo babitans mâles. Cette île Aguinskoï, (iIsuHcyro i7,^ Mine 
renferme un volcan autonr duquel de Cuivre ii 3o8 w. de distance de 
pn trouve du soufïre pur en gran- Nertcbinsk^ tUe a été découverte 
de quantité. en 1737. 

Agourtchinskié ostrova 9 Ahadag 9 Cifeg^aK^.) L'une des 
i Âe^pzuHCKlJi o empota.) on îles tles Aléouticnnft , située dans 
d'Agourtchinsk. Elles sont plu- TOcéan Pacifique ou Océan orien- 
sieurs et se trouvent daps la mer tal; Elle a 3o w. de long, enyiron 
Caspienne. Vers la partie orient|i- 25 de large , et elle est couverte 
le, elles sont babitécspar lesTruk- 'de rocbers. Il n'y a ni ports , ni 
Lmens qui payent un petit tribut bois, ni animaux , excepté de gros 
4 la Russie. Voyez mer Caspienne rats gris. Quant aux animaux ma- 

Ageasan , {AppaKanb») ilcuve rins , il se trouve des lions de 
qui coule au-delà du Tcrek et se mer, des veaux marins et des cas- 
jelte dans la mer Caspienne. Kn tors. L'île a une dixaine d'babî- 
1722, Pierre-le-Grand fit bàlir pn tans qui se nourrissent d'herbes • 




du gOUT. 

sa source 
de cette contréie, dans les hautes montagnes 3e ce 

Agrakhan, {AtpaKpnlu^ {ff^' P^J^» ^^ qui delà, coulant au 
f ; dl). Voyez mer Caspienne. nord, entre dans le gouv. de Ferm 

Agbig-caragouda \ AtpHth" où elle vase jeter dans TOufla , 
'Kapaai^^a») Colonie grecque dan^sur la rive orientale. 
leGouv, d'Ecatberinoslav, à 192 w. Aïriaki, [Aupaku.) C'estle nom 
de la ville de ce nom , sur le Ca- tatare d'une p. riv« que les Russes 
sénnaga-tprtcbok. Elle est compo- nomment Molotohnaia ou rivière 
sée de 200 familles. de lait, à cause de la couleur hlan- 

Agrone , {^AepoHb») p. riv. du chc de ses eaux toujours troubles. 

fonv, de Livonie qui se jette dans Elle se trouve dans le Gouv. de 
Evste. Simbirsk et sort d'un lac, dont 

AGRYJAifSgAÏA siosoDA» (ile> Ics eaux sont imprégnées d*une 
p MiK aHCKa/i c.^0 504a.) ou bourg* matière sulphureuse^ on trouve 




Pendant^ la révolte du <3bsaque gréable à boire, à caisse de la 
Sténca-riazin , qui prit et sacca- fortcodeurde foie de souffre gabelle 

Sea Astrakhan, les Indiens établis, exhale; mais à mesure aii'clle s'é- 
ans cette ville pour le commerce, loigne du lac pour alier se jetpr 
se réfugièrent auprès des Tatares, dans le Sonrgout^oe gp^t diminue, 
etlcar démodèrent un asikj pour l'eau devient plus claire ^ et la ri- 



vkh: aks ^ 

^îèiv pltts profonde et molnS ra-^ Caspienne dans laquelle il se jette, 

pidf. près de CrasQOÏarsk. Au printemps 

AisiTAT , {Aûcjuamh») P. m. son cours est considëralîle ; mais 

do Goar. de i^Wonie^ qui conle Tété il se dessèche presquVi tierce 

sffrjes frontières de ce gouv. et le ment : dans plusieurs endroits des 

sfPire de la Rnssîe blanche. Elle bancs de sable interceptent même 

se i^Ue dans la Drina , s'étant ré- entièrement son cours. LeStép, 

mieanparairant aveola loutzoupa* qui est entre ce bras du Volga et 

Akarssou , (AKapcTi)- p. fleu- le fleuve, est très-fcrtiie; on y cui- 
re de la Crimée dont les sources tive un grand nombre de miliriers. 
/orment ane cascade de iSo toises Akhtyrka, (i^jcmwpxa.) Vil- 
dé haut, en tombant àes monta- le du Gouv. d'Ukraine sous le 5o» 
{rnesprès de lalta. Ce tableau est a' de lat. sep. et le 5i<> 33' de long, 
nndcs plus pittoresque qu'on puis- orient, sur les deux bords d'une 
se voir. L' Akarssou , après avoir, p. riv.du même nom, qui non loin 
arrosé nne petite Talléc délicieuse, de là, se jette dans laVorskla» 
86 jette dans la mer Noire. Elle se trouve k 104 w. de Kharkof; • 

Aktcrinskaïa , ( ÂKzuncHaji elle doit sa fondation aux Polo-* 

r.pbnocmh.) (crépost) ou forte- nais, en 1641* On y trouve 8 Egli-r 

ressc , on nomme ainsi un pe- ses, dont l'une possède Tîmage 

tit endroit palissade et entouré réputée miraculeuse de No tre-l)a- 

d'uu fossé , qui se trouve dens le me^ qui se nomme a cause de cela, 

goay. d'irkout&k, sur la rive droi- Notre-dame d'Akhlyrka , et qui y 

te derOoane. On y trouve quel- attire beaucoup de monde qui y 

ques casernes et une église. Le peu vient en pèlerinage, surtout à Té- 

d'babilaiu qu*on y voit sont des poq^ic du 9 mai , jour de St. Nico^ 

^lottogols, des Toungous et des las ^ où il s'y tient un grand mar- 

Cosaqnes de Sibérie. ché. Les environs de cette ville 

AiH-MÉTCHED, {Ajch-Mezemb») sont très-fertiles ; ses vergers don-^ 

^ojcï SiuphÉropol. nent des prunes et des cerises ex-r 

Akhta , (Ajcma») Une des îles cellentes. On y compte 1 2,78a ha^ 

Aléontes» Eue a 100 w. de long sur bilans des doux sexes, 

10 a i5 de large ; on y trouve des Akichefskaia , Stanitsa , 

poris asseï commodes , des sour- { AKuiueecKcui Cmanui^a. ) ou 

ce^ chaudes^ et un volcan, qui Bourg des Cosaques du Don, si— 

brûle continuellement et jette tué sur les deux rives du Khoper, 

beaQoûup de souffre. On trouve qui se jette dans le Don , à 83 w« 

encore dans cette lie , des renards du Bourg Bouspu-Loutskaia. 

ï^nges et bleus. Elle renferme cent Aklane , ( AK^ianh. ) riv. du 

kabitans des deux sexes. gouv. dTrkoutsk , qui coulant du 

Akhtah, { Ajcmaph.) Rivière N. O. au S. E., Vespace d'envi- 

qai coule au Nord du Couban dans ron 25o w., va se jeter dans laPen-p 

le goQv. du Caucase, et qui se jette jène , sur sa rive droite. 

<lans an grand lac, communiquant AkLansk , {AKJiaHckb:) p. ville 

avec la mer d'Azof, on plutôt du Gouv. dlrkoutsk , sous le 64<* 

^*as un golfe de cette mer. a5' de lat. sept, et 176° 5' de Ion- 

Akhtiar , {Ajcmiapb*) Voyez git. orient. Elle est bâtie à Tembout 

^ivASTOPOl. cfaure de l'Aklane , à 9767 w. de 

AiHTouBA , (Aj^m^Sa.) C'est Moscou, et à 467 4 d'irkoutskjoetto 

|U) bras du Volga , qui s'en sépare ville a été fondée en 1679. 

À lo w^deTsaritsin, sur la rive Akssaï, (^Kcaû. ) P* ^euve qu| 

g^acbetllcoaledelàîasqualamer se jette dans la mer Caspienne | 



.• 



10 AliA ALA 

ei quîëtoit cl-derant frontière de tes rois ^ du moins, dans les 
l'Empire vers la Perse. temps très-recnlës, nappartenoit- 
Akssaï , (Akcou.) C est qn bras «U« pas à la Finlande. Elle enten- 
du Don , qui en sort un peu au- «<>"« pendant pliosieurs sièdes , 
dessus de Tembouchure du Do- *pw ^^pir reconnu la domina, 
nets , et va s y réunir de nouveau ^on suédoise , ses gouverneurs 
dans la ville de Tchcrkask. lies particuliers. Depuis i634 qu'elle 
Cosaques croient que c'est le Do- ^ ëté unie ^ la capitainerie de 
Tfkeiz , qui après' s être jeté dans Hieméborg, elle a une jurisdiction 
le Don , on ressort de nouveau d® district , et une prévôté , de la- 
pour former l'Akssaï. quelle dépendent 8 paroisses ou 

Akssei, (AKçeA.,) p. rlT. <ïu Çf.'T**A'^*^*î'*'* ^î^^ *'* 

GouT de Niieeorod. Diocèse d Abo. Les endroits r^' 

'' ' ^ ' marqoables de cette lie sontCa-r 

Alakd ou AoiAWD , (XmiuS.) Btelholm , Eiostroem , Saltrik , 

(lie d). Elle est située au n)ilieu lomaJa* et Haga , biens doma- 

• de la mer, entre le 6o« ctle 61» niaux , dans le premier desqueb 

d^re de 1««- »ept., an commence- e,t „„ i,„^„ j^s postes. On y 



^ — ^- ^- ^ .- — ^- ^j „.^ jungue ae ferre. lameux pour avoir 

ronnée de beauooup de petites lies, ^i^ j^ prison d'Erik XIV. Quel- 

de rochers, et de montagnes , qui q^es-uns prétendent cependant , 

causent de grandes fetigues aux qu'il availété enfermé, à (Alio^lot) 

liayigatcurs. Elle vientd étrecedee Hamnac , petite île k 3 milles d'A- 

i la Russie , après la conquête i^nd, vers le Sudnîst, où il y 

quelle en ^ laite dans la dernière avait un couvent avaht la réforme, 

guerre avec la Suéde. Sa longueur et à Ekerac, aulre île située à 

est de 6 milles , sur autont de lar- loocident d*Aland , où il y a nm 

0eur. Le terroir fournit aux babi- bureau des portes et un télé- 

"fans presque tout le blé qui leur graphe. 

fîst nécessaire pour leur subsis- Alapaévsk , AAanasêCKÏh) p. 

tance. Les pâturages sont bons et ville du Gouv. de Perm, district 

} entretien du bétail à proportion. d'Ecatherinbourg. Elle est sous le 

1 ?* ^*®" pourvue de forêu , 68^9' de lat, sept, et le 78^40' de 

lesquelles , attendu qu elles ^p- longit. orient. , sur les deux rives 

partiennenl h la couronne , sont de rAlapika , qui se jette dans la 

munies d'eqclos. On trouve çà et Nekva. Cette p: ville se trouve à 

là des montagnes de {pierres à 5oi. w. de Perm. Elle a été bâtie 

cbaux; des loups -çerviers, des en 1704 pour y établir des forges 

lièvres et des renards en crande et des fabriques de fer. On y voit 

«[uantité^ mais fort peu d ours, une église, quelques boutiques, et 

Les liabitans parlent suédois , «t elle contient 1720 babitans de* 

ae nourrissent principalement de deux sexes, 

h culture des terres , de l'entre- Alatyr, (Jjtamwp*.) Ville du 

tien du bétail, de lapécbe, delà couv. de Simbirsk^ cbef-liei^ d'un 

pbasse , do la navigation, dca districts Elle est sous le 54» Sg' 

oiseaux marins, et du produit des de lat. sept et le 63» 54 de long, 

forêts. Ils trafiquent avec du beurre, orient, à Tembourbure de l'Ala- 

du fromage , des ouvrages de bois, tyr , qui dans la ville même , se 

da charbon et de la cbaux. Cette jette dans la Soura. Cette vilte e«t 

Ue doit avoir en anciennement ii i33 w. doSimbirsk : elle, a deux 



ALÉ ALÉ 



II 



cowaijdoiit Vun de relîgîcn9es , ainsi il prooya que les côtes de ces 

et 5 f^^i une fabrique de cuirs et deux continens ne se touchent pas 

uneTcrrerie tout près de la rille. dans le nord. Ce détroit reçut et 

Leofirons en sont très-fertiles, conserva depuis , le nom de ce 

UaiÎa j {AjaseA,) fleuve de navigateur , qui y découvrit pcn- 

]i Sibérie. Il coule dans le gouv. daqt ce même vojage, Vile de St. 

iftioatsk , du midi au nord , et. Laurent et quelques autres) il sup»* 

jprèsaToirparoouruplusdeSoow. posa dès-lors avec vraisemblance, 

à se jette dans l'Océan glacial. Que le continent de l'Amérique ne 

AiDANS y (ÂA^aHè,) ti*èa - oevoit pas être fort éloigné , tan( 

piflde riv. de la Sibérie qui par la quantité de bois que la mer 

(4t partout nariffable* Elle cou- apportoit sur les côtes du Cam- 

le dans le gouv. a Irkontsk , dis- Icbatka , et qui pour la plupart du 

trict de Iakoutsk , d'abord du su4«* temps étoit^d une espèce qui ne se 

iQÂ-enest au nord-est, pqis s'étant trouvoit pas sur cette presqu^ile • 

réunie à la Maïa elle tourne di-<> que par les vagues de la mer , qui 

rectpment au Nord, puis au nord- à une certaine hauteur, devenoient 

fst, Cormant alors U séparation du tt*ès-courtes. Il se décida donc à 

district de Jigausk d'avec celui de entreprendre Tannée suivante un 

laUntik. Elle va se jeter dans la second vojage ; mais ayant fait 

Lnu , snr sa rive droite , après 200 w. , il tut arrêté par aes vents 

aroir parooura plus de i3oow. contraires qui Fobligerent à reve- 

AiEODTES , (ÂJte^mh, ) lies, nir sur ses pas,/ans avoir rien vU. 

Bks le troQvent dans rOcéan ori- Ensuite ce même navigateur , fit 

MiU\ , h Vorient du Camtcbatka , un voyage en 1 74I9 sur deux vais- 

entre le Si« et le 57* d^ré de lat. seaux, dont le second fut comman«f 

<epl,,?en les côtes de Amérique; dé par le capitaine Tchirikof ; 

llk% fmni découvertes pour la malgré l'ordre qui leur fut donné 

plupart dans le dernier siècle , de naviguer ensemble , et de ne 

bat pendant les voyages entrepris pas se quitter , une tempête hor- 

pviês ordres du gouvernement', rible et dés brouillards épais , si 

Joe pefidamt ceux que faisoient communs dans ces parages , lès 

irers particuliers pour,le commer- séparèrent : voguant 1 un et Fautre 

ce des fourrures. Parmi le grand vers Torient, ils arrivèrent sur les 

nombre de voyages faits dams ces côtes de l'Amérique sept., Bering 

contréespar lêsBusses,le plus au 58^28' de lat. et au 236» de long., 

reoarqoable est celui du capitaine et Tchirikof au 56® de latit. et au 

Bérinç, en 1728, Pierre-le Grand, 24^^* ^^ long, ; ce furent par con-fs 

dans les dernières années de son séqnent les premiers navigateurs 

règne, voolant s'assurer si l'Asie qui déterminèrent la distance à la-^ 

^taît séparée de T Amérique par la quelle se trouvoit V Amérique, des ^ 

ner , ordonna ce voyage , dont il côtes du Camtcbatka*. Pcndaut ce 

^ivitlui»ménie Finstruction. Mais ' voyage, ou découvrit quelques-unes 

ce grand homme étant mort daus des ile$ Aléoutes, Ôéring à son 

cesfntreiaites, ce projet ne fiitexé-i retour, fit naufrage près de File 

(vtéqnesousleregnede Catheri-r qu'on nomme de Bering, ou du 

M 1. Bering, danois de naissance, ciommandeur, ou il mourut ; pluv- 

^t mis à la tête de rexpé4itioii; il sieurs de ses compagnons y pcrdi-r 

parrint jusqu an 67^' 18' de lat. rent aussi la vie, de fatigue et du 

^ffU] par conséquent, il n'y a pas scorbut« Ceux qui restèrent revin- 

de doute qn il passa par le détroit renten I742)dans leportd'Avatcba^ 

^ sépare l'Alte de FA>niérique } Tchirikof revint heureusement au 



12 ALl^ ALE 

CamtcTiatLa , et entreprît Tannée Ire ie mt98eanx et de lacs, dont 
suÎYante un second voyage, pendant la plupart manquent de poîasons. 
lequel il découvrit encore quelques I/hiver y est beaucoup plus doux 
îles. Depuis cette époque , plu- qu'en Sibérie. La neige ne com— 
sieurs particuliers attirés par menceguèreà tomber avant le moi s 
Tappas d'un bépéficc considérable die janvier , et elle couvre la terro 
qu on faisoit .sur ces îles, en tra- jusqu'à la fîn de mars. Il y a 
tiquant avec les babitans pour des des volcans dans quelques-unes de 
fourxures , découvrirent de nou- ces iles, dont plusieurs renferment 
Telles lies. En lybi et T769 , les du souffre, et d'autres des sources 
capitaines Krenizine etLévacbef^ d'eau cbaude, 011 Vot\ peut cnXre 
naviguèrent vers VAmérique et de la viande et des liqueurs : elles 
dépassant les îles Aléoutes, ils ne sont en général passablement 
s*arriâtèrentqu'àcelled'Ounin^aka, peuplées , relativement k leur 
d'où ils revinrent sur leurs piis y étendue. Les insulaires habitent 
avant fixé pendant ce voyage , spus terre hiver et été; ils sont 
plusieurs positions et dé.termi- d'uQe taille moyenne et jouisscut 
né plusieurs hauteurs dont on de leur liberté moyennant un pe^ 
nVtoit pas sàr avant eu:^. Enfiii tit tribut en fourrures Qu'ils payent 
les capitaines liillings etSarytchéf, à la Russie , encore ceci nVst-il 
dans leurs voyages, depuis 1798 pas généi>il pour toutes ces îles ; 
jusquà 179a, achevèrent les dé-, car il y en a plusieurs dont los 
éouvertes de toutes les îles qu'on hiibitans sont entièrement libres, 
oounoit à présent ; cependant on On n'a encore remarqué aucune 
peut supposer avec beaucoup de trape de religion parmi ces peu* 
probabilité, qu il en reste encore pies; mais quelques- uns d*enCre 
une infinité dans cette partie de eux , qui passent pour magiciens 
l'océan oriental ^ "qui ne sont .pas dans Tesprit des autres, se mêlent 
encore connues , celles même qui de prédire l'avenir et de deviner 
le spnt, ne l'étant pas assez , pour Ip passé , sans cependant en être 
bien déterminer leur position gé»- payés, et sont en grand honneur 
graphique, tant par la diilîculté parmi eux. Les enfaas n*y,ont 
d'en approcher sur de grands vais-* Qul respect pour leurs parens ^ et 
seaux, qu'à cause des brouillards il en est de même par rapport à la 
épais qui régnent presque sans jeunesse en général , à l'égard des 
cesse dans ces plages et qui par vieillards ; malgré cela ils se pi- 
conséquent en rendent l'approche Quent entre eux de constance et 
très-dangereuse ; il faut ajouter de fidélité , sont d'une humeur 
à cela, qu'il se trouve très-peu de gaie et enjouée , mais sujets à la 
personnes instruites dans le nom-* colère; au reste incapables demet- 
bre de celles qui viennent le^ vj-v tre là moindre distinction entre 
siter chaque année, le bien et le mal, ils se livrent sans 
Les îles Aléoutes seressemblant koute à toutes les actions que la 
presque toutes pour leurs descrip^ bienséance défend, jusqu'à sa-* 
lions topographiques etphysiqnes, tisfaire aux besoins les plus dé- 
^ Llles sont en général remplies de goùtans , pendant leurs repas , et 
rochers, et s'élèvent considérable^ «e lavent avec leur propre urine, 
ment vers leur contre: leurs bords Les en (ans ont^coutumé de se bai- 
son t entourés de bas-fonds , et de gner dans la mer, ce qui doit dans 
rochers cachés sôus l'eau, ce qui l'opinion de leurs parens, les ren- 
j rend la navigation très-dange- dre courageux et adroits à la pé- 
reusc; on y trouve un grand nom*^ <^bé. Us se nourrissentde la cbàir et 



ALÉ ALÉ ï3 

(kU sinUse des animaux mAtinê^ là léte, oi\ ils laissent toiijonrs nne 

dapoiijOQS fie mer, ainsi que de {>etite plaùc ronde et absolument 

loftln sortes de racines et de baies: nùè. Les femmes, au contraire, ne 

QD mfU friand pour eux , ce sont coupent leurs cbeveui qu'au-<)es-> 

df}s^iion$dplis;îlsprennentaussî sus du front, et nouent le reste 

î^MOfflons qui rcmonteirt leurs bnsemble sùf la tête. Tout autour 

r.rières. Ils n ont poiui d'heures des oreilles elles se font de petiteà 

lii» pour leurs repas; ifs mangent incisions, auxquelles elles silspcn-» 

^land ils ont faim, et si leurs pro- dent des petites branchés de corail 

lisions sont épdtsécs ^ ils sont ca- que les Russes leur troquent. Les 

pahles d? soutenir le besoin de deux sexes se peignent le visage de 

mam;er plnsicurs jours de suite, toutes sortes de Couleurs ; maié 

Dès learphis tendre enfance on leur principal ornement consiste 

lp>aoarnt dos alîmens les plus à porter de petits ôs passés dans 

grossiers. Quand un enfant crie , les narines et à travers la lèvre 

la mère le prend ^ le porte à la iirférienre. Us trafiquent en Cas^ 

mrr, Yj plons^e tout nud , et Vj Ujt$ et ours de mer , en habits dé 

tleoU quelque- temps qu*il iiotsse^ et plumes, cheiliises d'entrailles d'à-» 

quelle que soi i la saison , jusqu'à nimaux pour la pltiie , grandes 

ce qu'il cesse de crier. Ce traite- peaux de veaux et cte lions marins} 

ntpQt ne lait aucun mal aux en- pour canots^ bonnets d'osiers , ilè- 

fen$, an contraire il Ids endurcit ches,fîl de poil de vache et de ren- 

ullement au froid , que même en ne qui leur* vient dii pa^'S à'Aleskai 

ViUT ils peuvent aller pieds nuds. Leurs ustensiles de ménage con- 

Lo(iqti8 CCS insulaires veulent sistent en de grands seaux quar- 

^^a|er quelque chose de cuit, ils rés, en de grandes haches et autres 

dresienldeax pierres Tune & côté choses semblable^ qti'ils font eux- 

•|f 1 aaire,,en prennent Une troi- mêmes de bois flotté. Leurs armed 

$ième,pliiej qu'ils posent hoH- sont Tare et la flèche , dont la 

M>oUlement par-dessus, et autour pointe est faite d^une piètre aigucj 

de laquelle ils forment un rebord et de javelots , de la longueur de 

de (erre^gkise , Remplissant tout deux archiucs, qu iU lancent avec 

«?dwsoiis d'herbes sèches , ils y la main. 

mctieni le feu: ou bien, ils répan- Ils ont souvent des fêtes et par- 
don de la graisse sur une pierre ticùlièrement lorsqu'ils sotit visi-^ 
otuscj y mettent le feu, et en con- tés par les habitaus des îles voisi- 
daiseni la cltaleur sous les peaux nés. Les hommes vontau-devai.l 
«oot ils sont couverts ; c'est ainsi -de leurs hôtes avec des timbales , 
^^ il se chauffent quand l'envie et leurs femmes en chantant et en 
^^ en prend ; mais* dans leurs datisant. On emmène les nouveaux 
babiutioos , ils ne %j chduffent venus dans les terriers , on les fait 
pnwi*. Les hommes portent des asseoir srtr des nattes , et on leur 
Mbits faits du ventre de divers oflrc â manger ce qu'on a de meil- 
<>tteaa\, comme Alques, Macareux, leur. Dabord l(»s petits eufans dan- 
^nnorans et autr^. Les habits seht au sou de petites timbales, 
^itt ils se couvrent en tems de pluie que les maîtres de l'haibitatLOa 
^^ faits des entrailles enflées et souterraine accompagnent de leurs 
^'^^•Miécs de lioùs marins, de voix; ensuite les hommes dansent 
S'^ids veaux marins et de baleine^. 2i leur tour, au s'on de plus gran«- 
1« coupent leurs chetete en rond des timbales, en tournant V un der- 
^t autour de la tête , jtisqu'aux rière Vautre, n*ajant de couvert 
<>«illesj et rasent le sommet de que les parties nalnrrllosj etlors- 



s 



I - 

î4 ALÉ ALÉ 

qu'ils veulent se reposer, ils sont recouvrent de terre. Si cVst ntsë 
relevés par les femmes, revêtues de personne riche, on Télend k terre 
leurs .liablu; après quoi les nou- dans un petit canot fait de bois 
veaux venus se retirent dans des flotté , on Tentoure de tons les 
Il ïiltes faites de nattes, qu'on leur a meubles et ustensiles qui ont «été 
préparées. Au reste ces réjouissan- à son usage, et on le laisse là. De- 
ces qui ne manquent jamais de se puis quelques années ils sont sou- 
faire à l'arrivée des étrangers, n'ont mis, payent tribut aux Russes , 
jamais lieu à leur départ. La sai*- dont ils entendent la langue pour 
son où ces peuples chassent le plus la plupart , et trafiquent avec eux. 
habituellement , est Tautomne , On divise les îles AléoUtes , en 
depuis le 20 octobre^ , jusquau A léoutes proprement dites , et ce 
i«'. décembre. C'est alors qu'ils sont les plus proches: elles sont 
ont coutume de prendre de jeunes au nombre de trois ; savoir i<>. 
ours de mer , pour se faire des ha- Atta, Ammci; 2®. Agatta, Âeama;^^- 
bits de leurs f>eaux. A cette chasse Sémitche, Cejc£»*£niks des Bats, 
succède des réjouissances telles que en Russe Crysié, Kphichu , on en 
•celles que Ton vient de voir, avec compte 4 V^^ sont i». Bouldjre^ 
cette différence , que dans celles- £y^4b/p»;2o.lii$ka,iftf cxa3«.Amt* 
ci les hommes sont couverts d'un chitka, iljr/cumica^ et 4^. Krjsiy os- 
masque de bois peint de toutes trôv ou Tile dti Rat. En tlês d' An- 
sortes de couleurs, avec fine terre dréanof , qui sont au nombre de 
grossière qui se trouve dans ces 14? nommément i». Tanaga, To- 
iles, lesquels masques représen- Haea;2<>.Ganaga, jraHaea;3<>.Bob- 
tent divers animaux marins. Du- rovoï, EoôpoôoH ou du Castor; 4*'« 
rant ces fêtes , ils vont avec toute Goréloï, ro/>'è.;tououilebrûlée;5^. 
leur famille de village en village | ëéniisopotchnok', Cejuuconoznoûy 
et même d'îles en îles. Au prin- on des sept Cratères; 6^. Adakhe 
temps ils vont à la recherche des ou Aïague, A/^axh; 7<>. Sitkhine^ 
ours , des lions marins et des ba- Cumjcunb ; 8<>. Taguilak ou Tagai^ 
leines. En été , lorsque la mer est oune^TaeujiaKd;g^^ Akhta, ildcmo} 
calme et même agitée , ils vont k lo*»* Amlïa ou Amlak, Ajujui; 1 1^* 
la pèche, avjec des lignes. S'il lent Sigouam, Cutj^cLftÂh ; 120. Amouk- 
arrive de se blesser , soit par une h ta ÂJUi^scma ; iS^'.'Tcbougagane, 
chute, soit eu combattant , ils font ^i^eacanh ; et i4^* Tchétvré-So-" 
diète et ne mangent rien pendant pochniaostrova , ou les Ues des 
une semaine entière, se conten- quatre Cratères, 
tant de mettre sur la plaie une En îles des Renards qui sont ! 
certaine racine jaune. La tête leiir i». Oumnak, Z/junanh; 2<'. Ouna- 
fait-elle mal, il sV ouvrent une lachka, j^Ka^iauz^a ; 3^. Splrkine, 
veine avec un caillou trancliant. CnupKUHh;^°•kco\l^aQ&^AK^m€tH'b; 
Ont-ils quelque chose à coller , ils S^'* Acoune, ÂKi^nb; ^. Cagalga; 
se donnent un grand coup sur le Xoeo^eo; 7®- Ounimak, j^KÙJuaKÔ; 
nez et frottent du sang qui en sort S^'.Sannakh, CaKa^2(;9^«Chouina<* 
oe qu'ils veulent coller. Parmi avL\ne^lU.^JUAèunb; iOi^* entre Vî-* 
eux le meurtre est impuni faute le de.Sannakh et celle de Cbouma- 
de tribunaux et de magistrats. En guine , se trouve un petit archipel 
cas^ de mort, ils se contentent d'en- de 8 petites iles dont les noms 
velopper lecléiiint dans une natte , sont portés en note ci-dessous (i); 
et de le jetter dans une fosse qu'ils 1 1». un getit archipel composé 

(i) j: Naminak, s: Auirnaki ^: Lialuakîkb, 4 * '^S'^B^^i^^i S : sans no2i« , 
6 : Couéguedak, 7 : Kita;^odakb, et 8 : Oimakhtouli. 



AIE ÂLE 15^ 

de sept iles qa'on appelle ErdcH faoeasoift fortifiées par nu rempart 

kéeriiîay Ee^oKececKiA ou iles garni de batteries et un fosse pa-* 

dTodoxie ) on les. nomme aussi Ussadë, et la quatrième n'est for-^ 

la Saokles, Cejuu/(M; I2**« Ton- tifië que parlanature, étant située 

guiàek, Jifeu/^okb y i3<*. Cadiak , sur les bords très-escarpés de la 

et j|«« FArcbipel qui entoure rtle Tonooula qui se jette iSw.plus 

df (^iaky et dont les principales loin dans le Calaous. 

sootf2l. \oyeslanote ci-dessous. I/autrese trouve dails le Gour« 

Voici tout ce que nous avons à d'Ecatherinoslay^surlariveganclie 

«{iredes îles Aléoutes ; on trouvera du Dniepr et à l'embouchure de là 

pios de détail^ en lisant les arti- Maskovka; les marchandises qu'on 

des séparément. transporte dans le midi^ pouif 

Alexandrie j^Aj^eKCcm^pi/i») être coargées sur la mer Noire dé- 

p. ville du Gouv. du Khersoii y chargent dans la Samara , et fautd * 

sur riugouletz, £lle se trouve sous de canal de communication avec la 

le 48^ ai' de lat. sept., et le 21^ 5i' Moskovka , se transportent de là 

de long» orient. Elle a une église par terre l'espace de 70 werstes > 

et à-peu-près looo habitans des jusqu'à Alexandrov où elles se 

deux sexes. rembarquent sur le Bniqpr , pour 

Alexandrov^ (i<^eKCaK4po05.) aller jusqu à son embouchure, qui 

p. ville du Gouv. de Vladimir , est k 400 verstesdelà : ce fort étant 

sous le 57^ii'5o" de lat. sept, et devenu pour cette raison ua en- 

leS6^i9'3o'' de long, orient., à trepôtde commerce fortconsidé- 

122 w. de Vladimir. Elle est bâtie rame, on y a établi en 1776 une 

&m* les deux bords de la Séraïa douane , pour les marchandises 

c[m se jette dans la Cliasma. On qui viennent de Turquie. 

i^orelépoque de sa fondation; Alexandrovskaia stanttza^ 

00 lait seulement que le Tcar ( AAeKcaHApoecKan CmaHui^a,) 

Iran Tasîliévîtcb se plaisoit quel- ou bourg des Cosaques du Don ,. 

qoefois à j passer la belle saison sur le Don , à a3 w. de Tcherkask, 

a^ec quelques-uns de ses courti- les habitans s'occupent beaucoup 

sans; on v trouve actuellement un de pèches et d'agriculture dans cet 

couvent de religieuses de l'As* endroit. 

somption de Notre-Dame très-re- Alexeevskaia stanitza 9 

nommé, 2 églises et à-peu-près { A^eKcbeocKOA CinaHuu,a.) ott 

^00 maisons. Le superbe Haras bourg des Cosaques du Don, situé 

<}a j entretient la couronne est re- sur les deux bords du l^ouzoulouk. 

nommé par la variété des races C'est aussi le nom d*un fort du 

qaony trouve, et par la beauté gouv. d'Ukrainebàtisous le règne 

des bâtimens 9 tant du manège que de l'impératrice Anne, en 173 1 , 

des écaries , qui doivent leur com- pour protéger les frontières de 

inencement à Tlmpératrice Elisa- l'Empire contre les incursions de« 

kelb, en 176 1, et n'ont été ache- Tatares de Crimée. 

^^ qu'en 1781. Alexink, (ÂJieKcuHb.) Ville du 

AlEXAWDROV, fi!Ue?tcaK4potf6.) gouv.de Toula, chef-lieu de dîs- 

W forts dont l'un se trouve sur trict , à 60 w. de Toula. Elle est 

h ligne du Caucase , à i & vf. N. G. située sur une haute montagne sur 

<k celui d^Andréevskoi. Il repré- la rive droite de TOca , et sur le» 

<ente an quarré pariait dont trois deux bords de la Mordovka, qui la 

>* Il II ■ I I ■■IN 

6) i: Siagkidak, ai^fogaak, 3 : Uvrachitihei , «14? Choaékb. 



.1 



ALM ALT 

trayerse. Quelques-uns prétendent. Aloughta (it^yEumo.) P» oi^ 

a'ellefut fondée par le grand-duc droit de la Crimée situé sur 1< 

e Moscou , Daniel AieiandrcM bords de la mer Noire , et renoni 

ritch; mais on n'en a aucune preu- mé pour ses sites romantiquies < 

▼e certaine. Cette Tille a été ruinée ses bous fruits, 
par les Polonais pendant les guer- y^i^^A, (A^^^ma.) P. riy. du gon¥ 

ns civiles ,et ensuite entièrement d'Ukraine non loin de la ville ai 

dépeuplée par la peste, de manière p^iréslav. Elle se jette dans la Troiw 

que le peu d'habitans qui lui res- jj^je^ c'est sur se^ bords qu'en loiJ 

toient abandonnèrent rancien em- Je cruel Sviatopolk, grand-duc d<3 

placonîlent qui étoit deux werstes Kiev , fit assassiner Ion frère St 

plus ba ut, et vinrent occuper celui £oris. 

où elle est actuellement. Cette pe- 4^^ *. ^\ ^ j* 

•11 ^ . » j» * ALTANE* lAJihtnaHo.) nbm et un 

tite ville est entourée d un mur 1 ^ , ' ^ jV, , * / 

V . . . I ^ . /v lac du couv. d Irkoutsk , au piotl 

en bois qui tombe en ruine. On ^ ^ . r\ • \ . 

* ' r ^.^»^^AQu i.-* \ des montagnes. On voit autour 

y compter eclises et 2258 habi tans 1 i - . ^.-.^ j .• . 1 

i«« aL.^ «.JL« ««: ft^«t «« ^^ ^^ 1"* quantité de monticUlc^s eï 

des deux sexes, qui lont un com-> j» 't * ^•^ ^1 1 

-^ «• j^««ivi-. x. d élévations sépulcrales; 

merce assez considérable en chan- '^ 

vre, cuirs, suif, miel et bœufs salés. Altat , (il^^maù-) (monts}* 

Il se tient ici deux grands marchés On nomme ainsi la ebalne des 

par an. montagnes qui séparent la 5ibérle| 

Alexopol, (JjieKConoM.)V^t. de la Chine. Le. Chinois les «ppel- 

TÎlle du gouv. d'Ecalherinoslay , 'f"* Hme-cLal , ou AlUy - Aline* 

Située sur U rivière OrellT, qui se ^-Itay vent dire en mongol , de 

iette dans le Dniepr. EÛe aëlé 1 or, et Alineen toungout , mon- 

peuplée^n 1674 par les Russes et ^«es , ce qui toutensemi.le veut 

senommoit alors Nékhrorostch, dire, monUgnes dor. CesmonU 

do nomdune p. rivière qui coule «? divisent en deux chaînes prm- 

non loin de fe. Il se tient annu- «•P?K qui forment le grand et le 

ellomcni un graud marche' dans Ppt«tAluy Legwind sépare lai ala- 

Êet endroit. ne Mongolie des CalmOuksZungois 

A 
Toholsk 

pour se jeter dans 1 Ut>j. quelques branches déucbées, dans 

Aleyskoi Lo&HTEys£Ol,ROU- lesquelles on trouve les sources 

DMK, (AjieùcKoù AoscmeecKoû du Jénisséi, de rOby et de Tl rty- 

p V^HUTcô.) mine de cuivre dans le chc s il traverse ensuite la Zungo- 

couvernement de Tobolsk , pas rie, courant N.O., après quoi il 

loin des rives de l'Alej; c'est une se réunit au petit Altay. Celui-ci 

des plus riches de toutes celles sépare la Zungorie du Gouv. de 

qui sont ici. Klle produit jusqu'à Tobolsk , par lequel passent les 

40 pour cent de bénéfice net. susdits fleuves, qui séparent les 

Aima , (Ajuua.) H J & deux p. monts Saïanes des monts . Altajs ; 

fleuves de ce nom. Le premier cou* ainsi le mont tK^y appartenant à 

le en Crimée et se jette dans la mer, la Russie, est une prolongation 

^oire. Il Ibrme plusieurs cascades de la cbaîiie du p. Altay^ qui court 

'en sortant des montagnes; ses N. 0«, entre Tlrtyche et iOby. Il 

bords sont romantiques et pitto*- n'a été abandonne par les peuples 

rcsqucs. Le second coule dans le nomades qui ycampoient, qu'au 

Camtchatka et se jette paj deux commencement de ce siècle /lors«- 

bras dans la mer. , qu on j établit en 1726 des usines 




ALT AML 17 

M As farges pour trarailkr les m^ ^ mérlié Les Taures lappellent 

Unqv'on j décourriu Altyn-Koul , et les Calinouks , 

Qb n'exploita régulièrement les Altyn-Nor* Il a I26w. de long sor 

taon de ces montagnes qu'en &4 ^^ ^>*8^9 '^ ^^^ très-profond ; ce 

i;|;,ct depuis cette année jusqu'à qu'il y a de particulier , c'est que 

la 1 '83 , le. peu de mines qu'on sa partie sept, gèle quelquefois et 

dpJottoît produisirent déjà a 5«B79 même assez fort pour permettre 

poods d'argent contenant de Tor, d'y voyager en traîneaux , tandis 

^190 ponds de plomb et 59,81a que la partie mérid. ne gèle jamais. 

ponds decnlvre. La partie du mont Son fond est pierreux. La Hia en 

Aluj qui se trouve dans les fron-^ sort et après s'être réunie à la 

tières russes , se divise en six can- Catounia, elle forme FOby. 
lODs, dont le premier renferme les AmaLaÉva., {AjuoA^aêea*) flen- 

moQtagnes appelées 9 Bobrovskié; ve de la Sibérie^ dans le canton 

k second celles nommées, Cuba- de Iakoutsk , district de Jigansk , 

Âlei skie; le troisième, Zolotarskié; ^ui après un coi|rs de aoo w* se 

le quatrième une plaine^ unie au jette dans Tocéan glacial» 
pied du-Mont Altay; le cinquième, Amazar , (^Lr^ajap &)• rivière 

les Montagnes dites Corbolikbin- qui se jette dans T Amour , sur son 

skié ; et le sixième , les Cplyvan- bord sept., an-dessous de Tembou- , 

skié. Elles sont toutes et toujours cbure de TArgounia. 
coQtertes déneiges^ et plus elles Amoa, {Aju9(u) rîv* du gouv. 

s'éloignent des frontières ^ plus d'Irkoutsk , district de Iakoutsk , 

elles deviennent hautes* qui coulant du S. O. au N. £« 

Altektoubh , {AA,hïAeH*' plusdejoow.^sejettedansrAldan. 

m^pjui.) Ancien château qui se £lle est remarquable par une colo- 

troiife en Livonie^ à 8 ou 10 wer^ nie de paysans Russes qu on a éta- 

tes de distance de Dorpat ou blie sur ses bords après la conquête 

DerBt. Du temps des Payens il y de la Sibérie , pour introduire Ta- 

^vait là une prison que Tevêque griculture dans cette contrée , et 

de Derbt, Herman, convertit en qui non-seulem«it n'y ont pas 

1233 eo château -fort , dont on songé , mais ont même entière^ 

voit jusqu'à présent les ruines, ment oublié la langue russe pour 

C'est apparemment à cause de ses adopter celle des Iakouts parmi les~ 

ibrtifications , qn'il est nommé quels ils vivent, et dont ils suivent 

tille, dans le traité de paix avec les usages et les occupations; ils 

laSnède, en i564 ) i>>'^a dans un ne sVn distinguent que par la 

aotre traité de paix fait en i58a Christianisme , qui s'est heureuse* 

tTec la Pologne il n'en est plus ment conservé parmi eux. 
question du tout, probaUement Amlax, (XeMaK5.}€'estunedes 

parce que les Russes qui étoient Iles Aléouies, du nombre de cel- 

alors en possession de Derbt, Ta^- les qu'on appelle AndrianofskiCé 

ront détroit. Le village qui exis- £lle a 70 w. de long snr 7 à 10 de 

te actuellement auprès f porte large. On y compte une soixan- 

^core en Estonie le nom de Van* taine dliabitans. Cette île n a pas 

itt-€astri , on vieux château^ , de port et ses bords sont^ très-es- 

ÂLTTN ou ÈLTAy ^ {AJimunhi carpes : elle abonde en racines et 

B^ Arnaû*) lac snr les frontières en herbes , de celles dont les sau- 

(lagonvé de Tobobk , que les Rus- vages se nourrissent. Amlak a en 

ses Bomment.Telezkoe ou des Të-^ outre beaucoup de petites rivières^ 

iczs, à cause des Tatares de ce dont une seulement, coulant vers le 

aom ,qui habitait vers sa partie nord^ a du poisson. Las veaux et 

TOM. I. 2 



id 

lions marins 
nombre* 



AMT 

j sont en grand 



ÂMKATE, (Ajujuamh.) rÎY. de 
la Livonîe qni se jette dans TAa , 



dans le district de Yenden, On j 
pèche quelques perles , son fond 
rocailleux Ibumit bcaiaconp de 
pétrifications. 

Ammogja y {Jjujuotma*) rÎT* 
d'£stonie^ qui coulant du lacYert- 
cber ou \irts- Erre Ta se jeter 
dans le Tchoudskcje ou Petpouss. 
Les YÎUes de Derpt et d^Ardsal 
sont bâties snr ses bords» £Ue est 
très-navigable depuis le lac Pei* 
pouss jusqu'à Derpt; et même 
de Derpt au Virts-Erré, mais seu- 
lement pour de petits bateaux. 

Amo&oa , ( Ajuop/^a» ) Ht. du 
godr. de Simbirsk, district de Sa-> 
ransi, qui se jette dans llnsara. 

Amour, (Jjuuph*) fleure. Les 
Man jours Tappdllent Zakhaline* 
oula j les Cbinois HêJong-Kîang j 
et ks Tonngousscs Cbilkir ou ZiU 
kar. Deux g. rir», la Cbilka et 
FArgounia en s'unissant , forment 
l'Amour. La première de œs deux, 
ae forme également de l'union de 
deux g. riv. , de TOnone et de 
ringoda. L'Amour parcourt un 
pays immense , traversant la Tata- 
rie dbinoise, qu'il sépare dans 
qpielqiiK endbroits dugour. d'Ir- 
koutsk, il se jette dansfOoéan 
OrientaL Ce fleuve a coulé pen- 
dant long-temps dans les fironCières 
de Fcmpire de Russie ; ki évéae- 
Biens qui l'en ont détacbé ae trou- 
vent oécrits dans la eoDeclion 
bisloriqpe de TEmpire de Russie 
en allemand , an T. i. psfg. 293 ; 
sinÀqinedans le journal périodi- 
q;nede Pétcrabouig, de Tai 
17S7. 

AXTCBITKA 9 (XtfCttinJCO») 

des iles Aleoutes , dm nombre de 
cdies qm'on nomme Crjsié on tlea 

Rats. Elle est sit«ée à 4a. m. 

focderOe des 7 Oratèies; 

dteudne est de 80 w. de lon^ , 

2 à i5delaf)ge: im 7 compte 



ANA 

3o babltans. File a une p. baîevera 
le N. ^ mais on n'j trouve ni bois , 
ni animaux sauvages. Elle est bas- 
se et sert d*asile à une quantité 
d'oies sauvages. 

An A BAR A , (Anaôapa*) fleuve 
du gouv. de TolM>1sk. 11 coule da 
S. an M. t'espace de 5oo w. avant 
de se jeter dans TOcéan glacîaj« 
Ses bords sont inbabités , mais 
ils sont souvent visités parles chas- 
seurs qui viennent j prendre et 
tuer une quantité de renneu , au 
moment de leur passage a travers 
œ fleuve. 

Anadtr , (Ana/^Mh.) Cest le 
fleuve le plus sept, de la Sibérie 
Orient. Il coule sous le pôle , en 
prenant sa source dans le lac Joan- 
ka, qui se trouve dans la^^baîne 
des montagnes nommée lablonnoj^ 
et continuant sa course vers FO r. , 
il va se jeter dans l'Océan orien- 
tal et dans un grand golfe qu'on 
appeOemerd'Anadjr^ au-dessoaa 
du détroit de Bering ; qui sépare 
l'Asie de TAmérique. 

Anadtrskoé mobé , {Aho^mp^ 
CKoe jtéope») ou mer d*Anadyr. 
On nonune ainsi un grand golfie 
del'ODéan Orient. ^ clans l^uél 
se jette le fleuve Anadjr. 

AlVADTBSXOÎ OSTBOOi {Aho^ 

Mhipcicoù ocmpoth.) C'est réta- 
blissement le plus sept, queles R u»- 
ses aient jamais eu en Sibérie. Cet 
Ostrog , ou fort palissade , a été 
établi sur une ile qui se trouve 
dans l'Anadjr , à 480 w. de son 
emboucbure , et sous le 66° 9' de 
lat. sept, à 5iio w. d'Irkonisk et k 
3779 d^lakoulsk Le but du gou- 
vernement en bâtissant œ fortin j 
étoit d'y garder les otages qu'on 
Pfcnoit parmi les Tchonktcbis et 
o*j entretenir en même temps me 
petite garnison^ qui servîroit à lew 
vrr ks tribnu imposés sur ces peu- 
ples et ks lonUgnirs , et qui en 

ÎT. 7? ï^dnire cntièmnent sous 
rnbetssance de k Kl 



ANO 

bilans 3e cet nnÎTers glacé se 
nourriisent d^œafs d'oies et de 
cananls saarages, et de TÎaade 
de rfueff. Oa j apportoit même 
des provisions miches de pain et 
de bôcnît , et c^e Feau-de-y le, lors- 
^00 projctoît une expédition 
r»tpe les Tchonktcbis ; mais 
«Bfone n^ayant en de* snccès , 
ea se décida à b fin d'aban- 
donner oe penple et son pays; 
c'est pourquoi Le fort tut rase et 
les casernes détruites et brûlées 
en 1770. L'Eglise qu'on y avoit 
bàtie fui transportée à Iakoutsk; 
depuis et temps il n 'existe plus au- 
enn établissement Russe dans cette 
contrée , et les Tchonktcbis sont 
restés les mattres de tout le cours 
deVAnadjr, d*oii ils s*enbardis- 
sent quelquefois à &ire des incur- 
sions, Ters le Camtchatka et le 
goliè de Peu] in , pour molester les 
paorres Cloriaks , qu ils massa- 
crent et nillent tontes les fois quHls 
penrentie&îre impunément. On 
oonnoit ïbameur féroce et indomp- 
table de ces babitans de TAnad^Pk 
Anakovtkve y {AHaK^mctHhy 
CD ilnéootone , c'est une des lies 
G>iinlles. Elle a à-peu-près loow. 
de long sur i5 de large; on y 
troaxe trots Tolcans éteints , dont 
Tan est sur un lac qui a 16 w. de 
circonférence; il se trouve au mi- 
ben de Tile. On trouve sur le bord 
sept de riile plusieurs baies à fond 
de sable , et sur ces c6tes orient. , 
one baie profonde à fond rooail- 
kax, on les bateaux peuvent abor- 
der en sûreté. I/lle a plusieurs 
ruisseaux qui tombent des monta- 
gnes et sont assez poissonneux: on 
y troure aussi des renards roi;^- 
Scs , mais en petite quantité. 

ÀliDAlf OA, ( AH^anea* } riv* du 
govr. de Vologda, qui se jette 
dam le Toug. On y construit des 
buqies qui descendent ensuite 
daasieToug. 

exoa*) Crépoêt ou forteresse* 



ANG 



*9 



C'est une de celles qui forment la 
ligne du Caucase. £lle a été bâtie 
en 1777 , à 55 w. de Georgiefsk , 
sur la pi riv. Dongouzla , qui se 
jette dans la Couma. Ccttep. for- 
teresse forme un parallélogram- 
me, dont les faces longues ont 160 
toises et les courtes 100 : elle est 
entourée d*un fossé , de chemins 
couverts bien palissades , et les 
batteries qui sont sur le rempart , 
sont bien dirigées et nombreuses. 

AndROUSSOVA , {An/ipucoâQ') 
C'est un village du gouv, de Smo- 
lensk y sur la petite riv. Gorodnia. 
Il est célèbre par la t^èvc de 1667, 
conclue pour i3 ans, entre la 
Russie et la Pologne; trêve qui 
porte le nom de paix d'Androus- 
sova. 

^ Angara, (Amapa*) Il y a deux 
riv. de ce nom , qu^on distingue 
par Angara proprement dite, et 
Angara supérieure : elles se trou- 
vent toutes les deux dans le gouv. 
d'Irkoutsk ; la première est navi- 
gable. Elle sort du grand kc de 
Bailal et se réunit au Jénisséi. 
Elle traverse un pays de monta- 
gnes , ses borda en sont garnis et 
présentent des vues pittoresques 
et grandes ; des forêts superbes de 
cèdres et d'autres bois les garnis- 
sent. Elle passe devant la ville 
d'Irkoutsk et après un cours de 
1,000 w. loin de cette ville,,ses 
eaux deviennent troubles. Plu-^ 
sieurs grandes rivières viennent 
s^y jeter, entre autres llrkou tel 
rilym. Ce ou il y a de particulier, 
c'est que depuis Tembouchure 
de cette dernière dans l'Angara 
elle quitte son nom pour prendre 
celui de Toungouska. Cette riv. a 
s 2 cataractes , qui ne laissent pas 
que d'être dangereuses aux navi- 
gateurs. La seconde , on Angara 
supérieure , sort des montagnes 
du district Nerstchinsk et se jette 
dans le Baikal^ après un éours 
de 5oo werstes. 



Ht» 



APA 



Akian ) (AnUHh.) ^d^trolt cl*). 
On nommoit ain»i celui qu'oncou- 
noît aotuellement 5ous le nom de 
dëtroit de licrLqg , qui sépare la 
Russie Asiatique de FAmërique 
sept. , et qui unit Focéan glacial à 
Vocëan oriental* 11 a 70 W. de 
large* 

Anoui , (Awfû.) deux grandes 
riy. de la Sibérie , qui ont leurs 
sources dans les terres des Tcboukt- 
chis , et viennent se jeter Tune ot 
Tautre dans la Colyma, 

Antipovsicaia'stanitza, {Ah^ 
munoôCKaji cmaHuu,u.) OU bmirg 
des Cosaques du Volga , dans le 
gouv, de Saratov. Il est sur le "Vol- 
ga , à 25 w. an-dessous de la ville 
de Camiebène* On a trouvé- dans 
les environs une carrière de pier- 
res calcaires, qui sert aux bâtisses 
d'As Ira kban. 

ANZERSKOI9 {AnsepcKoû.) tle 
de- la mer blancne , dans le gouv. 
d'Arkbangel, à 280 w. au nord de 
cet|e ville , on y voit deux bermi-* 
tages occupés par -des moines de 
l'ordre de St. Basile, 

AoULLEi , f i^y^Ji^u. ) rîv, du 
gouv. de Tobolsk , qui coulant du 
midi au nord l'espace >de 35o w. , 
va se jeter dans l'Oby^ sur sa rive 
occidentale. 

A-OURO-OURNE, (-^VpO-^pMÔ.) 

Cest la seconde partie du mont 
Ouralls que les Tatares nomment 
ainsi. Kllc commence dans le gouv. 
d'Orenbourg ^ près des sources de 
l'Oural , et prend sa direction vers 
le midi, où après avoir dépasse les 
sources de TOri et de rEmba, ello 
s'^arréte au ]ac Carakqulea près do 
la mer Caspienne. 

A PALS K AI A GORA) lAnaAhCKCUi 

«opa.) Ou montagne dApal. £llc 
se trouve dans leCamtcbatka. C*est 
un volcan éteint depuis peu. L^Apiil 
prend sa source dans cette montagne 
pour se jeter dans TOcéan orien- 
tal. On trouve au pied de la mon- 
tagne , un grand lac dans lequel 
on pèche beaucoup de bareogs^ 



ARA 

aux mois de mars , avril , et ma). 
Ara BAT , i^ApaGaml).) p. ville 
fortifiée de la Crimée, t lie est si- 
tuée au commencement de la lan- 
gue de terre entre le Sivacbe et la 
mer d'Azow , et forme l'entrée de 
la presqu'île de Crimée , du côté 
de cette langue de terre , elle est 
à 40 w. de Tbéodosie. Arabat a été 
prise par les Russes en ijjS, e% 
rendue aux Tatares Tannée sui- 
vante 3 à condition que les Turcs 
n'y auroient jamais de garnisons ; 
cntln en 1786 elle fut réunie avec 
toute la Crimée à l'Empire de Rus- 
sie, Cette ville ^e nommoit ancien- 
nement Yraklion,ou Heracléon,e^ 
la langue de terre sur laquelle ell^ 
est située, se nommoit Cbersonèse 
de Zenon. Cette forteresse représent 
te actuellement un polygone solide- 
ment construit en pierres calcaires, 
de sept bastions réguliers avec un 
fossé sec j revêtu également en 
pierres, un long retranchement du 
côté du Sivachc , et un peu plus 
court de celui de la mer, sur lequel 
on a établi des batteries. On ne 
voit dans l'intérieur^ à l'exception 
d'une mosquée bien bâtie en pierre 
i^vec un minaret , et une petite 
maison pour le commandant, que 
Quelques cabanes à l'usage des sol- 
oats , dont quelques-unes sont sur 
le sol, et les autres sous le rempart 
de la place. On trouve sur la langue 
de terre d'Arabat un roulage 
considérable de, voitnriers de la 
petite Russie, qui transportent en 
Crimée des vivres, du pbisson pris 
souvent en quantité ici, dans la raer 
d'Azof, et antres marchandises. 

^ Aral , {ApaXb,) f mer), ou lao 
d^AraL Cette ma^se d'eau qui fait 
le pendant de la mer Caspienne, se 
trouve à 5oo w. à Test de cette 
dernière ; son eau est salée , ses 
bords sont plats presque partout , 
excepté sur une petite ëteqdue où 
se trouvent quelques montagnes. 
•Les Russes la nommoient ancien- 
nement Sinëë-moré ou mer hlcuc; 



ARA 

les Talam TappePent ÂraUeii« 
giûsS| a cause de la quantité d'îles 
qniieironveul dans sa partie tné- 
TnBwMlr La iner d^Ar^i a 609 w. 
it dicoai'prence , et comme I^ 
CtfpieBne à laquelle elle ressem- 
Urppesqnen touty elle reçoit dans 
as jpin d^ très-grandes riv. Sans 
flBiaiinaii àquer arec aucune autre 
ser^ elle a les mêmes poissons, 
en aussi grand nombre) et d'une 
aussi bonne qualité que la pre- 
mière. Sa profondeur n'est pas 
encore btea connue , on sait seul<v 
ment que presque partout elle a un 
food 4c table. Les peuples Ârals 
qui habitent dans :;es lies , navi-* 
gnent sur de grands bateaux et 
assurent que des vaisseaux d'une 
certaine grandeur pourroient j 
paTiguer tacilenient. Si cela est 
vrai, sa possession seroit d'un 
aranlage inapréciable pour la Rus- 
sie , par la facilité que cela lui 
doni&erDit de commercer avec la 
Buidorie , les GaracaJpaks , les 
Ara\s , el même les Indes , en rc- 
BKuitaiit le Sir ou Sir*Daria et le 
G>oraii-Daria jusqu'à laclike|id 
et .Sainarcand y qui sont Tune et 
Taotre battes sur ies canaux qui 
sortent de ces deux rivières par le 
niovend*une troisième rivièrequ 00 
appelle Oullon - Daria ouAmou- 
lîârta , on pourroit pénétrer dans 
la Boukbarie et le iLniva ; la seule 
diilîcullé qui restcroit alors, seroit 
fcmbarras de construire des vais- 
seaux sur une mer dans les envi- 
rons de laquelle on ne trouve pas 
un seul arbre. On a déjà eu T in- 
tention d'en construire à Oren- 
bourg, pour les transporter pièces 
parpièœsjusqu ici, mais cette idée 
don grand boninie( Pierre le grand) 
est restée sans exécution. Les 
principales riv. qui se jettent dans 
In eaux de TA rai sont , le Sir ou 
Sif-Daria, qui paroît être Tancieu 
Jaxarte , le Cou van - Daria , et 
l'AffloorDaria, qui s'^appelle aussi 
Gbigonetqoi est rOxus des an- 



ARE 



ot 



ciens. Cette mer est entourée de 
Steps dans lesquels un millioQ 
d'habitans errent de côtés et 
d autres aveq leurs innombrables 
troupeaux; ce sont les Kirguis, 1er 
Tuicmens, les Arals , les Caracal-* 
paks, les É.bévens, etc. etc. 

AraMAKOUTANE , f ApoJUaKifm 

manh. ) "C'est la sixième des îles 
Courills. Ellei n'est qu à 7 w. de la 
cinquième , son étendue est de 20 
w. de long, sur 1 o de large > on j 
trouve un volcan éteint, . deux lacs 
et deux p. riv. j les uns et les autres 
manqiJient de poisson. L'ile est in<v 
babitée^ mais les Courills y vien-p ^ 
nent des autres iles pour cliasser 
les renards et les. veaux marins : 
sçs antres productions sont à-pen-^ 
près les mêmes que colles i^ 
autres iles de cet arcbipel. 

ArdatoW • {Ap/^amix^,) 11^ 
a deux p. villes de ce nom. I^t 
première est dans legpuv. de Nije-* 
gprpd , elle çst le chei-lieu d'un 
district, sous le 55^ 12' de la t. sept, 
et le 6q^ 52' de long, orient., à 
i52 w. de Nijuei. Cette petite ville 
est bâtie sur les bords de la Lé- 
mei ; elle a une église et ne con«- 
tieut qu une vingtaine de mai- 
sons, les tribunaux et magasins 
exceptés; ses babitans sont pour 
la plupart des laboureurs. 

La seconde est dans le gouv. de 
Simbirsk sui* TAlatyr: elle est sous 
le 56^ 52' de lat, sept, et le 54° 
57' de long. or. à i45 w. de Sim- 
bir-sk. Elle a deux Eglises c( \ J^oq 
babitans des deux sexes, 

Ardym, Up^hiMb.) P. r, du g. c|0 
Penza, qui se jette dans la Penza« 

Arensbourg, {Apencôifpeh.) 
P, ville qui se trouve sur Tîle 
d'£sel, dans le Golfe de Riga. Elle 
est sous le 58^ tV de la t. sept, et 
.le 39® 58' de long, orient. à5i9 w« 
de Riga : elle est située sur une 

S. riv. nomii^ée Peddus , au midi 
eTHe. Cette ville a un port qui se- 
roit assez commode s il étoit plus^ 
profond , c'est pourquoi les vais-n 



33 



ARG 



seanx qai y Tiennent, sont ohWeiê 
de rester en rade à 7 w. de la ville* 

L'endroit où se trouve actaelle* 
ment Arensbonrg, a été habité 
anciennement par les Estes idolâ- 
tres qui y ayoîent même une espèce 
de retranchement ; Valdemar 11^ 
Boi de Danemark, y fit construire 
une lorteresse de bois en i!2o5, qui 
ayant été brûlée , fut rebâtie en 
11121 j a Tépoque de rétablissement 
d'un évôché dans cet endroit« Les 
évéques étant devenus puissans , 
l'un d'eux , nommé Herman d*Os- 
nabrugue , y construisit un châ* 
teau en 1 3.349 que ie grand-mattre 
Plettenberg et le duc Magnus agran^ 
dirent , ornèrent et fortifièrent ; 
ensuite Charles Xl Roi de Suède 
en étendit les fortificatius et les 
munit d'une artillerie formidable; 
enfin les Russes, pendant le siège de 
2710 en firent sauter une partie ^ 
avant la prise de la ville qui eut lieu 
la même année , le i3 ae septem- 
bre. On voit par les restes que les 
forlîncations en ont dû être consi- 
dérables, liC château est bâti de 
pierres de taille, avec une solidité 
et une magnificence qui fait bon* 
nenr au fondateur, vu le temps où 
il a été construit. 

On trouve maintenant à Arens- 
bonrg , une maison de ville , une 
école publique, une église Russe, 
une Luthérienne, et un hôpital. 
Leshabitans sont presque tous Al- 
lemands , parmi eux il y a cepen- 
dant quelques Russes et quelques 
Estoniens; ils sont au nombre de 
1 379 personnes des deux sei.eê. Il 
se tient deux grands marchés an- 
nuellement dans la ville ; le com- 
merce que font les habitans est 
assez considérable : il y arrive 
chaque année à-peu-près 90 vais- 
seaux qui exportent pour 47)000. 
B. de marchandises et qui en ap- 
portent pour aS^ooo. 

Argounia, {Ap^^HÎ a.) Tir. du. 
Gouv. d^lrkoutsk. Elle prend sa 
source dans un lac situé dans la Ta- 



ARI 

tarie chinoise, et coule du midi au 
nord ; elle entre dans Tempire de 
Russie, et sépare le district de Str^ 
tinsk de la Chine, sur un espace de 
5oo w» , après quoi elle se réunit à 
la Chilka , pour former FAmoiur» 
Arogukskoi ostrog, ( Ap^ 
etfHCKoû Ocmpoch. } *Ce tortio 
palissade se trouve dans le gouv» 
dlrkoutsk , district de Strétinsk^ 
sur la rive occident de TArgoania 
Il avoit été bâti en i66a sur la 
rive opposée; mais d*après le traité 
fait avec les Chinois en 1689 , on 
Fa transporté à Fendroit où il est 
actuellement. Il yûiitsi froid qae 
très-souvent pendant Tété la terre 
n y dégèle qu à une archine de 

Frofondeur , ce qui empécbe 
agriculture d'y faire quelque pro- 
grès. On y ressent quelquefois 
pendant Tbiver et auprintems^ des 
secousses de tremblemensde terre* 
Arighka, (ilpuiuxa.) p. riv du 

Souv. de Saratof , dans rancien 
istrict de Gorodistchi : elle se 
jette dans l'Aiva. 

Ar INNES, (ilpttMi^i*.]^ C'est le 
reste d'un peuple de la Sibérie qui 
habite sur le bord du Jénisséi. La 
domination desTatares, lés émi- 
grations chez les Kirguis , et le 
mélange avec les Catchins et Otiaks, 
Vont réduit à quelques fiiinilles 

3ui vivent dans un aimak , sous la 
irection d'un Bachlik ou ancien j 
qui paye les impôts que legcav. 
Russe leur imposa en 1730. Le 
célèbre voyageur MuUer ayant 
visité cette p. peuplade, y a trou- 
vé un seul habitant qui sût parler 
sa langue ; le reste a adopté le 
dialecte des Tatares Catchins , ce 
qu*on peut juger par le petit vo- 
cabulaire qu'a laissé M' Muller et 
ensuite M' Gmélin l'ainé ; la 
langue des Arins a d& ressemblera 
Tidiôme de Otiaks. 

Arjenovskaia stanitza, {jp* 
jKCHoacKaJi Cm aKuy a*} bourg des 
Cosaques du Don sur les deux ri- 
tes da Khopér. Ses habitans sont 



ARK 

agrlcabenn et \\b élèrent beaa- 
coup de bestiaux y qui font arec 
le produit de leur terre leur prin- 

cipaiericbeMe* 

Amiablla , {ApKapKa.} P* rÎT* 
da ^OT. de Tobolsk , sur la- 
qiette est située la Tille de Tara, 

iiKHANOSL 9 ( ApxanteJib. } 
f^or. d\] Il est situe entre le 6i^ 
ef Jeji^ de lau sept., et le 45*^ et 
le 81^ de long, orient. U est bor- 
né au N. par rOoëan du nord et la 
mer Blanche, qui n'en est pro- 

{>rtment qu'un grand golfe ; k 
'Orient par le gour. de Tobolsk^ 
au midi pir celui de \~ologda et 
d'Olouetz , et à Toccident par ce 
dernier et la Laponie suédoise et 
danoise. Son étendue de Ton à 
Toccid. est de 4^000, et du N. 
au M. de 8co w. Ses principales 
Ht. sont la DyinaduN., la Mezen, 
et la Petcliora, TOnéga, TOudor , 
k Yaga , la Pinëga , VOutcba , 
Vtlma, la Pijma , et ce sont la 
vlupan des fleuves qui se jettent 
dans VOcéan glacial. Ce gouT. 
renferme une quatité de lacs et 
de marais. J^es îles de l'Océan 
glacial qui lui appartiennent sont 
celles de Yardelouss , de Cal- 
gouief, de Yaigatcbe , TileMat- 
%eiefy Tile Dolgoï ou Tile longue, 
et enfin celle de Novai-Zémlia ou 
terre neuve , que les géographes 
étrangers nom ment improprement 
KouveUe Zemble. 

On divise ce gour. en 7 dis- 
tricts qui portent chacun le nom 
des Tittes qui en sont le chef-lieu; 
ce sont ceux 1^ d'Arkhangel, 2^ 
de Cbenkoursk, 3^ de Mézen , tf^ 
Cola, S^* Onega , 6° Pinéga et j^ 
de Kbolmagory. 

Les endroits remarquables qu'on 
7 trouve encore sont l^ëvral , 
Poastozerak , Solovki ou couvent 
I ^ Soloveizk , et le fort de Novod- 
viaskala. Outre les Busses qui ha- 
bitent ce gonv., il y a aussi une 
jgrande quantité de JLapons, que 
>s Russes nonunent Lsparij ils 



ARK 



25 



TÎvent dans le district de Cola; 
quelques-uns parmi eux sont cbré^ 
tiens , et des Semoyades ou Sa- 
moiédes; ceux-ci sont très->nom- 
breuzjcVst un peuple errant et ido^ 
làtre , qui se trouve dans le dis- 
trict de Mézen , et qui s'étend de 
là dans tout le N. de M Sibérie , 
jusques au bord de la I^éna ; il 
vit de chasse et de pécbe , et paye 
un tribut qu on rassemble h Fou- 
stozersk. On compte en tout 
170,300 habitans des deux se\e% 
dans ce. gouv. Sa partie sept, est 
montagneuse et inculte; la méri-« 
dion., plus basse, abonde en excel- 
lent pâturages qui favorisent beau- 
coup réducation des bestiaux : 
les vaches de Kholmugori surtout 
sont très-renommées pour leur 
grandeur et leur beauté. On ne sè- 
me presque pas de blé dans ce 
gouv.,celui qu'on y consomme y est 
apporté des provinces voisines et 
plus méridionales de TKmpire. La 
principale occupation des babitans 
est la pédie de la baleine, des ha* 
reugs et des autres poissons de TO- 
céan glacial, pour laquelle ils 
vont jusqu'au Spitzberg; ensuite 
la chasse, le commerce des pelle- 
teries étant un article très-consi- 
dérable dans ce pays : ils amassent 
aussi une très-grande quantité A'é-* 
dredon. L'archevêque d'Arkhan- 

Sel se quali fie d' A rciievéque d* Ark- 
angel et de Kholmagor» 
AekhanoeL , ( ApxaKteÀb» ) 
Yille ciDipitale du gouv. de ce nom. 
Elle se trouve sous le 64^3 1' 4o'' 
de lat.sept. et le 56^35' de long, 
orient, , non loin de Tembouchure 
de la Dvina du nord, dans an 
grand golfe de l'Océan glacial , 
qu'on appelle mer Blanche. On y 
trouve deux, chantiers pour la cons- 
truction des vaisseaux de guerre 
et marchands ; i5 églises parmi 
lesquelles il y en a une pour les 
Luthériens et une pour tes Réfor» 
mes; un couvent avec un palais 
archiépiscopal, où réside Tar* 



M 



ARK 



ehev'éque, un séminaîfe, uti gym- 
nase , uue école de la marine, 
et un grand marché bàtî en pier- 
res. La ville fait un commerce 
considérable avec les étrangers, 
an nrovcn dé son port ; les mar*- 
chandises qu'on exporte consistent 
en chanvre, Un, f;raiues de chan- 
vre et de lin > résine , goudron , 
iuif , bois de construction , ditle- 
rens blés, peaux de bœiif et de 
cheval; toile à voile, nattes d'é- 
corces d'arbres, potasse, soie dé 
cochon et autres objets : en 180 3 
on a exporté pour 4)000,ooo de 
roubles et on a importé pour 
400,000 Roubles. On trouve plu*» 
sieurs fabriques dans la ville, com- 
me p. ex. une ratînerie de sucre , 
9 corderies, 8 fab* de filature , une 
de suif, deux de savons ; 4 hra»*- 
ieries et une distillerie d'esprit de 
thérébentine. Les marchands de 
laviUe commercent non-seulement 
avec les étrangers qui leur appor- 
tent leurs marchandises , mais ils 
vont encore aux principSleb foires 
de l'intérieur de l'Empire et jus- 
qu'aux frontières de la Chine: ils 
arment des bàtimens pour la pèche 
tle la baleine et des harengs, et 
envoyent à la nouvelle Zeml, ainsi 
qu au Spitzberg. Il s'est établi ici 
en 1801 , une compagnie pour le 
commerce et la pèche des harengs} 
elle est sous la protection du gouv. 
Beaucoup d'Anglais se sont éta- 
blis dans ce port ; ils sont les pre- 
miers qui ont découvert le passa*» 
ge par la mer Blanche , à Tem- 
bouchure de la Dvina en 1 553, 
avant la fondation de la ville qui 
feut lieu sous le règne du Tzar Iva» 
Yasilievitch , en 1 58A. Les mai^ 
thands de cette nation demcuroient 
« Rholmogor et à Voloeda. 

Arkhangel est à 1 1 45 w. de Pé- 
icrsbourg, et à 1236 de Moscou. 
On y compte 10,000 habitans 
des deux sexes. 

Arkhanoelskoï Zavod , (ilp- 
• teaHeejièCKoà Saâo^h). ou mine 



AR2 

de cuivre dans le gotiY. d'Oreil-» 
bourg , district d'Oufa. File a été 
établie en 1758 sur les terres de^ 
Bach kirs. Les mines qoi fournis- 
sent le cuivre sont très-riches et 
d'un grand rapporta la couronne; 

* on en fond annuellement 6,000 
ponds et davantagCé 

Il se trouve une autre mine du 
tnème nom clans le même gouv. ^ 
district de Birsk , qui donne 8 à 
900 pouds de cuivre. 

Arrone, (AppoHh.) P. rîv. de 
la Livonie, qui se jette dans la 
Vessat. 

Arsk, {ApcKd.) P- ville da 
gouv. de Cazan. Elle est sous le 
56° lo'delat. sept, et le 67° 38' 
de long, orient., à 56 w. de Cazaiu 
Son nom lui est verni de ses an- 
ciens habitans, les Tatares Areins, 

• dont les restes vivent en Sibérie 
parmi les Otiaks. Après la prise de 
Cacan , des fugitifs de cette ville 
ayant voulti se défendre à Arsk , 
elle fut prise et brûlée par les Rus- 
ses ; on y voit actuellement de us 
églises et une centaine de maisons^ 
dont les habitans sont des soldaU 
vétérans et des labmircurs , qui 
^'occupent les Uns et les autres 
d'agriculture. 

ARtCHADA , {Apta^a.) P* rîv| 
du gbuv. de Penza , qui sépare h 
district de Tchénbar de celui di 
Penza. 

Artchadikskaî A ^ ( Ap-ca^um 
CKaR' ) bourg des Cosaques di 
Don, située à 1 Embouchure de l 
Kniajoï et vis-à-vis celle de l'Art 
chade, qui se jettent l'une et Taui 
tre dans la Médveditza* , 

ArzamaSS , lApBaJuach^^ vll| 
du gouv. de Nijegorod, etchef-liel 
d'un district. Elle est sous le 55' 
15' delat. sept, etle 6i<=* 56' d 
long, orient. , au confluent d 
r Archa et de la Técha qui ae jeti 
teut dans TOcca. Cette ville ed 
à X09 w. deMi)neiy on y ocMiip^ 



AST AST 25 

%o ^ItsM et deux coiivens ^ dont midi par la mer Caspienne et le 
un de religîeoses 5 elle à 4700 gouY. du Caucase, et à TOccid. 
liaBitiiu des deux sexes« par les terres des Cosaques du 
Les iiabluns font un commerce Don. On divise ce gouy. en quatre 
usa considérable de toiles de districts , qui portent chacun la 
lio^ qu'ils exportent à Moscou nom de leurs chefs-lieux, ce sont 
et h Pétersbourg. On trouve des ceux: i^. d'Astrakhan^ a^. de Cr»- 
iibriques d'étofles de soie à Ai*za* snoï-iiar y 3^. d'Ënotacvsk, et X^, 
JDass , ainsi que des duirs assez de Tchernoï-ïar. Ce gouv. est for- 
bien irayaillés. mé d'un pajs plat, rempli de lacs 

AsKÏss , ( AcKuch. ) rÎT. du salans et aun sol en gënéralaride, 

goilT. de Tobolsk. £lle se jette dans excepté les environs des rivières 

h Toma* qui produisent de bons pâturages} 

AssEBiElTE, { Accephenb.} En les terres en sont sèches et peu 
Estonien Asséri, Moïssc et Pédcs- productives : c'est pourquoi on y 
se; ce sont des terres en Estonie ^ sème fort peu de blé, excepté ua 
dans le district de y irlande. Elles peu de maïs etd'oi^e, les habi- 
sont situées sur le bord de la mer. tans n'en cultivent aucun : la eau-* 
Pédesseéloit auparavant un couvent, se de cette aridité doit étreattri'* 
On j Toit encore un bâtiment de bué^ au manque total de bois ; il 
pierre carré, avec une tour, dans ne faut cependant pas en conclure 
les murs très-épais de laquelle on que les habitans en soient pauvres; 
a trouvé, il n y a pas long*tejnps, la pêche qui est un article de com- 
tes oroemens d'église et des vases merce considérable les enrichit 
sacrés. Ce bâtiment vient d'être beaucoup j la culture de la vigne ^ 
^<l>aré, et c'est un des plus consi- du mûrier et du sésame cominen-* 
dérablesdans ce moment de tout ce ce à y prospérer : le tabac y réus-* 
cancoQ. Le port de Maholm, atte- sit très-bien dans certains endroits, 
u«nt à cette terre , appartient à la et la réglisse partout; et d'un autre 
couronne et est uu des plus sûrs de côte Fénorme quantité de bétail 
cette c6te; on y a établi un parapet que les peuples nomades élèvent 
pour sa défense , pour l'entretien dans les Steps de ce gouv. , sert à 
(iuquel on perçoit un petit droit y entretenir rabondancc. Lespro- 
sur les bâtimcus qui entrent dans ductions qu'où en exporte sont : 
le port. L(?s insulaires des envi- les vins, les raisins frais et secs ^ 
rous viennent y acheter les den- le poisson , le caviar , la colle de 
rcci qui leur sont nécessaires, et poisson, le bétail, le suif et les 
là noblesse y charge son bled et cuirs. Ses habitans , hormis les 
^es caux-de-vie pour Pétersbourg Russes , sont des Tatares de Bouk- 
ct la Finlande. I^a pèche d'un harie , du Guillau et du Nogais ; 
petit poisson qu'on appelle ici ensuite des Arméniens^ des Indiens^ 
^lakouchka et qu'on sale k-peu- des Persans , et des Calmouks. 
près comme les anchois, rapporte On compte l3> 1 5S kibitks , ou ten- 
l>eaucoup aux habitans ; on en tes de ces derniers ; les autres se 
prtnd quelquefois jusqu'à Boocha* montent à 7,606 personnes j et en 
f^Ues pleines d'un seul coup de tout la population de ce go uverne« 
lilet. meut peut être portée à ôa^ooc 

Astrakhan , ( Acmpaxant» ) âmes. 

("OHT. d'). Ilesthoroéau N. par Ses principaux fleuves sont: 

cWui deSaralof; à l'Or, par une le Volga, le Gachoume , TOural, 

p^iriic de celui d'Orenbourg et le et les trois Ouzénes , ces derniers 

Nicp des Kirguiss-Caissaks j au se jettent dans un lac. 

3 



3G AST . , ATA 

Astrakhan , ( Acmpaxanh.) nu archevêque Anm^uien, doutiez 

I.a TÏUe d'Astrakhan, c^p. du palais épiscopal est assez mal bâti. 

gouT, de son nom ^ est uuc des Astrakhan a en outre un sëmi* 

Frincipales et des plus riches de naire,' un gymnase, un laboratoire 
Fmpire de Russie : elle est située pharmaceutique ilans lequel on 
à l'emhouchtire du Ydiga dans la fait des provisions de médecines 
mer Caspicnhe, sur une île formée pour rintérieùr de l'Empire j 251 
par deus. bras de ceflcuTC et qu on fabriques d'étoffes de soie , 67 
appelle ' Zaïrtchj-bougor , ce qui d'étptfes de coton, 18 teintureries, 
veut dire Monticule dii Lièvre : quelques fabriques de cuirs et de 
elle est sous le ^b^ 21' de lat* suifs. Les maroquins et les cha- 
srpt. et le 65^ 4^' ^^ long, orient, grins qu'on prépare ici, sont d'une 
C'est un port de mer, où on trouvé qualité supérieure: la ville ren- 
une amirauté etdes chantiers pour ferme une quantité de jardins, 
la marine: sa situation siir un fleu- oik Ton cultive des raisins ainsi que 
▼e navigable , qui lui apporte les d'autres fruits \ les melons d'eau 
productions de totit l'I nrpire , et qu'on y recueille ont la repu- 
la facitité qu'elle à de les expor^ tation d'être les meilleurs. Sa 
ter en perse , en Boukharie et population peut monter à 20,000 
jusqujps aux Indes , et d'eu rece-7 habitans des deux sexes. Cett« 
voir des marchandises en retour , ville est à itï36 w. de Moscou, 
en font l'entrepôt d'un commerce L*ancienue ville d'Astrakhan, 
considérable : sa population étant capitale d'un royaume Tatare de 
composée de 1^ usses , de Persans, son nom, prise en i554 P^^ ^^ 
d'Indiens , de Tatares , à^ 13ouk- Tzar Ivan Vasilevitch, n'occupoit 
1iares,de Calmoukâ et d'étrangers pas la place où est bâtie la ville 
de divers pays de l'Furope , qui actuelle j elle devoit être à dix 
tous ont conscn'é leur costume , vrerstcs au-dessus , sut le "Volga^ 
fSïk rend le séjour agréable et le à Fendroit où éloit il n'v a pas 
coup d'oeil pittoresque. On trouve long-temps, une fabriqué ae salpé- 




àes villes Russes , dans Fautre les et l'autre de ces endroits , des rui- 
Asiatiqoes ^ et dans le troisième nés de Ëâtimens très-con sidéra- 
les Indiens exclusivement. Une blés , dont les pierres ont été 
partie de la ville est ceinte d'une transportées poUr bâtir l'Astra- 
muraille en brique qui tombe en kban actuelle, 
ruines , elle se nomme Ctéml et a AtalykOvka, (AnKzAMKOeKa.) 
été batte par le Tzar Vasilei IVano- p. riv. du gouv. d Lcatherinoslav. 
yitch Chouiskoj. En général, Ast-^ Llle n'est remarquable que par 
rakhan n'est ni régulièrement ni un fortin qu'on avoit bâti dessus, 
bien bâtie; la ville est mal pavée en 1736. 

et remplie de boue dans certaines Atam^ai^Skoï, {^AmcuuancKoû') 

saisons de l'année ; cependant on mine de cuivre dans le gouv. de 

y trouve quelques beaux bàtimens:* Perm, sur la riv. du même nom , 

elle renferme deux couvens ,25 qtii se jette dans la Cama. KUe a 

églises Russes, 2 arméniennes , été ouverte en 179 1 et appartient 

une luthérienne, une catholique- depuis cette époque à la famille 

romaine et plusieurs mosquées. deStrogonof. 

Le palais de' Tarcbcvéquc Russe Atatchi j {Âmcttu*) montagne 

est assez bçau ; il y a aussi considérable s^c les bords de 



ATC 

rOwJ, in côté des KîrguU. 
Elle n'est tonte que mine de fer et 
d'ainunt , entremêlée de couches 
d'oD beau jaspe brun et rouge , 
Td'of de kvartz; on voit sur ses 
toth àe% tombeaux Klrguîs , et 
çvlqnes trayanx. anciennement 
cosuneacés pour extraire le miué- 
«i. 

ÂTCHAGODA , ( Ataeo^q.^ riv. 
Hn gouT. de Novogorod , qui cou- 
lant de roccident à l'orient;, vient 
se jeter dans la Mologa', au des- 
sous de la ville d*Oustioujna. 

ÂTCHl^'SK , {AzuHCKb*) Ville du 
{;onT. de Tobolsk , sous le 56^22' 
de bu sept.^ et le 107® 20' de Ion- 
git. orient* , sur la Tcboulim qni 
de là commence à couler vers le 
nord arant de se jeter dans l'Obv. 
Cette petite ville est à 1,809 w. Ae 
Tobolsk. Ses environs sont d'une 
si extrême fertilité, qu*nn grain 
en rapporte 3o, année commune; 
cest pourquoi les babi tans s'a- 
donnent tous à l'agriculture , et 
fournissent beaucoup de blés aux 
profinces voisinas i dont plusieurs 
Pn manquent entièrement. At- 
cbinsk n est peuplée que d'exilés 
et de quelques Ta tares Tcholymes, 
Atchouîew 5 (Act^ead)» C'est 
one île formée d'un côté par la 
mer d' Azof et des trois r ^ * res cô- 
t^»par'les trois bras du Couban, 
qu'on apT>olle ici , Coumli-Couba- 
n?, Couuane propre et Temruk- 
Conbane. Elle est au N. E. de l'île 
tie Tatnan ou Pbanagorie, dont 
elle est plus grande, quoique 
moins montagneuse: çellç-ciest 
r<?TnpUe de mirais* et de sablé, 
l^s endroits considérables qu'on 
) trouve sont : i». un cbàtftau qui 
F>pte le nom de l'île , et dont les 
fonlfioations sont en bois 5 2» Ker- 
ffl^tchong ou Rirman , siîr le 
prvûcipal bras du Couban; c'é- 
toit une ville considérable au XIV« 
Siècle, et même la principale de 
ïouies ces contrées; 3». Cozadji , 
petit bourg sur le CoumlL - Cou- 



AVA 



37 



bane , les habitans de cette île 
sont les Cosaques de la mer Noire 
Tcheniomors \ ils sont tous pô- 
cbeurs, et font un commerce très- 
considérable de poissons avec Con- 
stantinople, où ils envoient an- 
nuellement d'Ici 2>ooo tzenlers 
d'esturgepns sécbés au soleil ; 
1,000 tzcnters ^e caviar d'estur- 
geon ; 3,000 t^ei^ters de graisse 
de poisson, et une centaine de 
tzcnters de colle de pqisspn. 

AtkARSK , (ArriKap CKhn) p. vil- 
le du gouv. de Saratof , sous le 
52» de lat. sept, et le 63° 17' de 
long. or. sur l'Etkora, à 79 w. 
de Saratof. On y compte i,3oo ba- 
bitans des deux sexes. 

Atta, (A/na> ) C'est une des 
tles Aléoutes. Elle a été découverte 
en 1745 ; son étendue est de 99 w. 
sur 26 et 3o de large. Elle renfer- 
me trois p. riv. et quelques lacs. 
Les babitans qui sont au nombre 
de 80, tant femmes et enfans, com- 
mencent à s'iiabiller à la russe , 
parlent ou comprennent presque 
tous la langue russe , et reçoivent 
les cboses nécessaires à leurs vé- s 
temens des marchand^ di^ Cani- 
tcbatka, auxquels ils donuer^t en 
retour des fourrures et des peaux 
de veaux marins. 

AvALiAK , ( A(faji/iKd' ) mon- 
tagne considérable et élevée du 
gouv. d'Ôrenbourg. Ija cbaîne 
dont elle fait partie , s'étend du 
sud à Voùest , et a environ 18 w. 
de longueur. Cette mo-lagne est 
beaucoup plus basse quel' /"//Vrw/a- 
Uatanu , cependant son foiumet 
est aussi marécageux et couvert de 
bois. C'est sur cette montagne que 
les Baclikires font leur principale 
cbasse. On y trouve surtout beau- 
coupr d'ours , de cerfs et d'élacs. 
Les ours font beaucoup de tort 
aux Bacbkires. C'est dans la par- 
tie orient, de celte mon laguc qu'est 
la source principale de la riv. flr- 
laUi, Dans le c5té occid. , on Iro 1- 
ve la source d'une riv, assez coii- 



33 ATA AVA 

•Idérable nommée Ai, qui se joint Avatcra ^ f 4ôatcu ) riv. da 
à rOufa , à 120 w. an-dessus de fi^ouT. dlrkoutsk nommée dans la 
Crosnooufimsk. Cette montagne langue des Camtcliadales Souuat-- 
donne aussi naissance à deux p» chau. Après un cours d*oc. en ôr., 
riy. nommées toutes deux ^ou- elle se jette dans un golfe de l'o- 
çhaze ^ lesquelles aprèa^ un oours céan orientaL £11^ a enViron la 
de 5 w. se joignent ensemble ^'et même largeur que lariv. Bolchaîa^ 
tombent par une commune em- et prend sa source dans la mon- 
boucliure dans TOural. Outre ces tagne de Bakang^ depuis laquelle 
riv. la montagne d'Ayaliak forme elle parcourt jusqu*à son enibott- 
le lac de Tioulioiik. cbure un espace de i5o w, Elle 

Avares 9 {Aeaphi^ peuple oui ne le cède presque pas en gran- 
forme la principale brancue des denr à laBolcbaïa ; cependant elle 
Lesguintsis, On les nomme aussi ne reçoit pas de rivières aussi con- 
Kounzatcbifl . Us habitent entre la sîdérables que cette dernière, maU 
Cakbétie et le Daghestan, précisé- elle est célèbre par une baie dans 
ment au sud-ouest de la Russie , laquelle elle entre par le côté occL-; 
au-delà de l'embouchure du Vol- dental , et à laquelle elle a fait 
ga , sur les bords de la mer Cas- donner le nom à^Açatchinskaïa. 

1>ienne^prèsdeDerbentetdeCou-* Cette baie reçoit beaucoup de p. 
ect , ayec les Madjares et les Co- riv. L^eau de la riy d' Ayatchsi est 
mans , peuples de même origine bonne et saine, 
qu^eux. Au quatrième siècle , peiw Avatcha • (il«aca.) ou port de 
sécutés par les Huns, ils passèrent Pétropavloysk , dans le même 
dans la Pannonie, et, en ajant gouy., canton d'Okliotsk, district 
fait sortir les Slavops , ils s*y éla- de Nijné-Camtchatsk* . Il est dans 
Mirent ayec ceux qui restèrent, la baied*Ayatcbinskai'a, au53^x'2'' 
r^estorles nomme grands Ongres de lat. sept., et au l£n^ 12' 3o" 
pour les distinguer des Madjares de long, orient. Il est aistant de 
et desComansqu il nomme sim-*- 212 w. de TOstrog de BolchéretslL^ 
plement Ongres , et qui passèrent et d'enyiron 1000 w. de la riy. 
de rOrientoans la Pannonie après Bolchaïa , en suivant la mer îus- 
les premiers, c.?à,-d« dans le IX* qu*à Okhotsk, en ligne droite, 
siècle. Cet Ostfog fut fondé en 1740* 

AvATANOK, {dêamaKOKh^ l'u- Quant adx habitans , ils 7 ont été 
ne des tles Aléoutiennes , située transportés des ostrogsde Nij-në 
entre l'Asie et TAmérique , dans Camtchatsk , et de Yerk^hé-Cam- 
rOcéan Pacifique. £lle est séparée tchatsk. On y a bâti d'assez belles 

Far un détroit large de 3o w. de maisons ; mais c est surtout le ba- 
lle d'Akoune, qui est à son ouest, timent du bureau du Camtcbatka 
Un autre détroit large de 20 w. la qui est magnifique par rapport aa 
sépare de Tile de Kihalka , qui pays. Ce bâtiment est aux envi- 
est à son N. O. L'île d'Ayatanok rons du port de Pétropaylovsk ; 
aenyiron2ow. de long sur 3à 5 l'Eglise qui est bâtie dans un bel 
de large. Elle n*a point de port et endroit l'embellit encore. Pour ce 
contient environ 20 habitans qui qui regarde la profondeur du port, 
se nourrissent d*herbes, de racines sa force naturelle , la sûreté qu'il 
et de baies de martagon. Il 7 a offre contre les yen ts , il seroit d if- 
quelques petites riy. , mais sans ficîle d'en trouver un semblable, 
poissons. Les animaux de Tile Ce port prend le nom de Peiro«> 
sont des renards , qui sont noirs - pavloysk ( de St. pierre et de St. 
bruns, gris-de*more et roux. P^ul) des deux paquebots de Sl« 



ATA AVZ 



«9 



PierttelJeSt. Paul qui jronthi- ets^st terminée par une nuée de 

Tcmé. ÀBlrelbls on le nommoit cendres sorties du volcan, qui ont 

ItixtiiSiakine j et le nom d'Aça^ couvert les e nvirons à i yercliok 

tc/k2 liinent de la riv. à'Ai^atcha d'épaisseur. 

qai«jftte dans la baie par VOuest. AvÉkhakhi , {Aôexaxu) peu* 

AfATCHlKSKAiA, U«acaHCKa^.) pie qui habite dans le» montagnes 

(bii i ]. Elle est presque ronde, du Caucase", dans le district de Bék-» 

etiffinronaow.de diamètre^ son hliransk , Sur la riv. àe Laba^ et 

®é«l large de 3 à 4oo sagénes, dans les districts de Chatikhotf, de 

fi «profonde que les vaisseaux Chakhoff ou Bouhoffs et TroubolT, 

ieme peuTcnt y aborder. Ella sur la mer Noire, à 1 oc de Capet. 

«Qatarellenientpartagéeen3par- Avgorsk , ( AôtopcKb. ) forge 

Iwottbaies de moindre grandeur, de fer, dans le gouv. de Nijegorod 

qw «nomment Niakina^ Rako- au district de Crasnoslobodsk, sur 

f^ ^ iti Taréinaîa qai sont iou" la riv. d'Âvhor. Elle a été fondée 

to propres à former des ports , et en 1 754, Il y a un fourneau et deux 

çnin endiflerent quepar l'étendue, marteaux. 

bans U dernière expédition du Avhor , (Aaeoph) p. riv. du 

UmtcbalU, «ousle commande- gouv. de Nijégorod. Elle prend sa 

^l du Capitaine Commandeur soqrce dans un lieu couvert de 

o^JB», le pilote Sélagine choisit bois , et après un cours de 22 w. 

tt première et la moindre de ces dans le district de Troïtsk , et de 

wes pour Dori à ses paquebots , 5 dans celui de Crasnoslobodsk, 

«y fit bâtir les magasins, ies mai- elle se jette dans la riv. Sivil. 

wwttWs casemcd. quon lui Avlita , {AâJiuma.) excellent 

wo\i ordonné de construire. Le port dans le gouv. de Tau ride ^ en 

tond de jaWie est sablonneux, et Crimée. 11 est situé à l'embou- 

nestpomtfennc. Elle est profon* chure de la riv. àeKirikli^Eçzene, 

^^ * i^' i ,8 pieds. A 3 w. du au N. Q de Balaklava. L'entrée 

port, an milieu du chenal , il y a est à l'ouest , et des vaisseau! 

^V{m pierres qui ne sontrecou- peuvent sans danger passer l'hiver 

merles que d'nn pied d'eau, et qui dans ce port. 




^ » points angbis. dant le carême qui précède la Sl.- 

(tiI^^j^x^*^^^^'^^*'^"'*^'^^^-^ Pierre. 

l^Kan d ), nommé parles Co-p Avziano-P£trovskoï , (AâsA» 

H««« du pays Gorélaia Sopka , HQ^UempaôCKOû.) fonderie supé- 

^^^"^^ï^UîLailales de Lolché- rieure , à fournaise et ^ marteaux. 

^'"'^pieskinç^ et par les autres Elle se trouve dans le gouv. d'O- 

'^mchouss^, Il est à une dis- renbourg, district de Slqrlitamatsk. 

^^^^ considérable au nord Elle a été établie par ordpnn^nce 

j. *.^'® d'Ayatcbinskaïa , mais en 1765, sur la p. riv. d'Ànriana^ 

/umî. ^^^^^ presqu à la baie. Il et dans une terre des Bacbekires , 

ise à ferme. 

Avziano-Petrovskoï, ( Aâs/i-r 

cç|» V— "• f*"» fcc*iiijio «eue HQ'TIempoacKOU') fonderie infé- 

^iè 1 *^^^ ' ^^^ ^ ^^ ^'^^^ ®^ rieure , à marteaux , située dana 

^,^>«eion le« Camtcbadales. Elle le même gouv. , au même district, 

F^ doré plos de 24 heures y et sur la même riv. , mais plut 



So AZO AZO 

bas ; c'est pourquoi on la nomme et que son commerce a rendu très^ 
intérieure. fameuse. Le nom d'Acow liii a été 

AzANS ou AsSAirg, (Asani^u) donne par Asouf, prince PoIot- 
petit peuple de race mongoUe,on le tzien. Cette contrée depuis déras* 
nomme actuellement Tatares d'O tëe par les Russes , étoit an 1 1« et 
sans* Il l'prmoit anciennement une 12" siècle au pouvoir des PoIot- 
des bordes les plus puissantes des tzis. Quoiqu'il en soit , le nom 
Mongols et avoit un langage par- d'Azow' s'^est conservé pf rmi les 
ticulierj mais les guerres, les Russes* Les Turcs le prononcent 
maladies et d'autres causes , ont Adsak on Asakj mais d'autres l'pnt 
diminué ce peuple au point qu'il corrompu encore davantage , en 
en reste à peine jo à 12 familles, écrivant tantôt Osow , et tantôt 
Ce reste d'un peuple entièrement Cassava. Des Polovtziens cette vil- 
détruit habite an m^me endroit le passa aux Génois qui s^en em- 
qu'habitoient ses ancêtres , c^-à.-d. parèrent vers le commencement 
sur les bords de TOnsollLa qui sort du i3* siècle , et la nommèrent 
de la rive gauche de la Tasséva , Tana ; il est probable qu'elle leur 
qui tombe dan^ la Toungouska , et fut ravie pour quelque temps nar 
cette dernière dans le Jénissei. les Tatares qui s'étoiei^t réudus 
Ils sont gouvernés par un Bachljk puissans dans cette contrée ; car 
ou ancien de leur nation , vivent il existe une monnoie Azovrienne, 
tranquillement et sont fort unis qui porte Tempreinte du nom du 
entre eux. Leur langage est tout K^han Takh Tamyche. Ce qu'il y a 
diflérent de celui des Otiaks et des de certain, c'est quen 1892 , cet- 
Arii|es.M" lesaccadémiciensMùl- te ville fut enlevée aux Génois, par 
1er et Gmélin , ont trouvé parmi le fameux Timonr- Axac ou Ti- 
eux en 178^ et 1740, deuxper- mour-leng, après la mort auquel 
- sonnes qui parloient encore leur ayant été assujétie au Khan de Cri-* 
ancienne langue , et en ont fait un mée, elle passa en i^ji sous la 
petit vocabulaire. Comme il est domination ides Turcs. En 1637 
probable qu il ne reste plus per- les Cosaques s^en étant rendus 
sonne parmi eux qui Tentende maîtres ^ ils la défendirent ^ en 
actuellement, ce petit monument lô^i contre les attaques des Turcs; 
devient précieux. Les Azans par- mais Tannée suivante , ils en û- 
lent actuellement tatare , mais rent eux-mêmes sauter les for li- 
mai, leur langue est une espèce de fîcations,et la brûlèrent. Les Turcs 
jargon à peine compréhensible. l'ayant rebâtie en 1672 , ils la for^ 
AziASS, (A3/ich.) il y a deux tifièrent pour' la mettre à Tabri 
riv. de ce nom, Tune dans le gouv. des attaques de la Russie, qui for-j 
de. Penza^ l'autre dans celui de mai t sur elle de nouvelles prétend 
Nijégorod ; elles se jettent toutes tiens. £n 1695^, les Russes s*éunt 
les deux dans la Mokcha.^ emparés de deux forte» tours ,1 

AzoW ou AzoF, (Asoeh.) Ville qui protégeaient la ville, la pri- 
du gouv. d'Ëcatherinoslaw , trèsr rent elle-même en 1696 , en aug*^ 
commerçante ; et forteresse célè- mentèrent les fortiGcations , e^ 
bre , située sur un des principaux furent ensuite obligés de la céder 
bras du Don , à 36 w. oe son em- encore aux Turcs ^ à la paix de 
bouchure et à 545 ve. d'Ecatheri- Prulh. S*en étant emparés de nou-i 
noslaw. C'est dans cette contrée veau en 1756, ils la remirent eof 
que les Grecs bâtirent, il y a plu* bon état; mais ils furent conH 
sieurs siècles , la ville defanaïs^ traints de l'abandonner et de 1^ 
qui a essuyé diverses révolutions y raser ^ en 1739 à la paix de I3el^ 



6 AD ËÀÂ 3i 

fnk* Eb 1769 elle fut encore rë-» ried, anjonrd'huî détroit de Jéni- 

uUtf drrpeuplëe; enfin en 177 4) ^SiXa, et se trouve entourée de tout 

eUefitoédfepour toujours à ik côté par la Russie. Sa plus grande 

Bufie, p9r les Turcs , en vertu longueur , sans y compter la baie 

h tnité coDclu entre ces deux de Taganrok, est de 200 w. et sa 

pBÛuiicei y à Koutchouk - S^i- largeur de 160 w.; vers sa partie 

nd[p,aTec tout le district ) dont Occid.^ se trouve ce bras, qui 

laiifflites afoient déjà été réglées séparé par la langue de terre d' Ara* 

ai;oo par le gouverneur Tolstoï^ bat sur la presqu'île de Crimée , 

fi H»ss&n pacha, gouverneur d'A- forme le Sivache> autrement nom- 

idiod. Tel a été le sort de cette mée mer pourie. Plusieurs riv. 

ÎBporUote forteresse* Le Cabinet considérables ont leur emboucbu- 

bopérial de curiosités de Péters- re dans cette mer ; telles sont i® 

bourg, renferme plus de 5oo piè- le Couban qui s'y jette par un de 

ces de monDoies tatares frappées à ses deux bras , de là en allant tou- 

Azow. jours vers le Nord ; 2« le Beïsug ; 

AzoW,(mer d'.J ( AaOôCKoe 3» FEia ; 4» le Cagalnik : S® le 

m\,t.] Les Turcs 1 appellent As- Don ; &* le Miouss ; 70 le Cal^ 

sak-UéogQiss, c.-à.-a.^ mer près miouss, et 8° la Berda; ensuite 

<1 Aïow. Ld anciens la nommoient sur la presqu'île de Crimée^ le Ca- 

Palui-Meotù. £lle se joint à la rassou, le Boulganak et le Tcboa« 

mer Noire j^ le Bosphore Cime- roukscou. 



B# 



vikifv , (Eaanto. ) p- riv. du une église et une synagogue. Le 

^ffltehatcai Elle se jette dans la nombre des babltaus est fort ped 

^Iduia ou grande rivière , et considérable ; mais il augmente 

^^estreDurqoable q ue par des sour- tous les jours, p_ar rapport à Tavdn- 

^ cbaodes et sulphureuses qui se tage que cette villle présente pour 

^^QTent sar SCS bords. Ijernbarcation des marchandises 

Babjnetz , [Baâuneifi) p. riv. qui peuvent aller d'ici par eati 

"'^ goa?. de ïchernigof , sur la- jusqu'au port de Riga. 

ftteesl bitie la ville de Slaro- ' , . . 

o«i * Babka, {EaÔKa.) f'Tiy. qm 

\ 

^> aeIoiig« orient. Elle est t>âtie 

fotre deai petites riv. et un lac , Babskaia stanitza, {Ba6cKnn 

*" io{ w. de liobileiE^ On y trouve Cmanuu^) bourg des Cosaques, 



Sd ABC ABC 

•or U tire droite da Don. Il est à cax de bon gré ; alors on or^ 
riche en vignobles* na de bâtir la ville d'Onfa ^ p 

BaCHSIRS, (fiatu7cup.M»)^^P^^~ 1^^' défendre des Kirgulss : 

5 le habite la partie méridionale étoient encore foibles et peu. no] 
a mont Ouralc, et quelques dis- breax,maisleorpuissailce s^acci 
trictsdngouvern. d'Orenboug. Son bientôt par F incorporation ^ 
nom veut Aire hommes aua- abeilles, émigrés Finnois et Tatares ai 
Les l^acbkirs se partagent en can- eux ; de ceux-ci sont prorenn^ J 
tons qui choisissent chacun leur Teptiarys. Ils se inutinèrent soi 
ancien ou chei" et font le service vent contre la Russie^ leurs i^ 
do Cosaques , partout où on les voltes générales étirent prîncîpaj 
requiert. Leur langage et leur cul- ment lieu dans les années 1 67I 
te sont à-peu-près les mêmes que 1708 et 17 35 : dans toutes ces ci 
celui des Tatares de Cazan. L eté^ constances ils se comportèrent aij 
ils campent, avec tous leurs trou- beaucoup de cruautés et saccag 
peaux , çà et là dans les Steps , rent sans pitié les habitations vq 
et Thiver ils habitent des villages ; sines de leur pays. Les mesuij 
ils s'appellent entre euxBachkour- sévères que dnt prendre alors i 
tes, hommes aux abeilles , kourt, gouvernement , les réduisire 
étant le nom de Tabeille j mais les bientôt dans un état de foiblesse 
ILirguis les nomment Istiaks ou de pauvreté pire que celni dai 
Otiaks. Ils croient eux-mêmes des- lequel ils s'étoîent trouvés aupar^ 
cen^dre desNogais, quoique plu- vaut; mais les soina paternels ^ 
sieurs écrivains prétendent que ce gouvernement russe , après \ei 
sont les restes des Bolgares. Abou- pardon , et la bonté et la fertilil 
le-hazy nomme la Bolgarie égale^ des terres qu'ils occupent , \\ 
ment Kipchak , et comme ce der- eurent bientôt rétablis. Lorsque 
nier nom se trouve encore au-» 17^1 îl^ furent entièrement son 
jourd'hui parmi les Bachkirs , mis. On construisit des forts an 
qui nomment ainsi leur principal tour et dans le cceur même de leii 
établissement , il seroit très-pos- établissement , pour les mainte 
sible , que ce soit réellement des nir ~dan8 Tobéissance ; et qùoiqa 
Tatares Nogais émigrés, que des ces fortifications ne fussent que 
Bolgares avoient reçu parmi eux. bois, elles suifircnt contre nj 
KiTectivemcnt le pays Qu'ils ocou- peuple encore peu éclairé et q^ 
pent faisoit partie de la Bolgarie. ne fait jamais autrement la guer^ 
Anciennement ils ont erré sous qu'à cheval. Les Bachkirs prîreij 
le commandement- de leur propre cependant part à la révolte du Ù 
lihan , dans la partie mérid* de meux brigand Pongatchef, en 177^ 
la Sibérie; mais les princes Tatares et ne rentrèrent dans robëissanti 
de ce pays les ayant opprimés et qu'après Tentière dispersion de si 
chassés , ils vinrent s établir et forces. Depuis long-temps ces petj 
s'étendre sur les bords de TOurall pies n'ont pas de Khans , leur n(| 
et du Volga , et se soumirent aux blesse même s'est presqu 'entier^ 
Bois de Cazan. Actuellement ils ment éteinte, dans les troubles i 
vivent entre les rivières Bélaïa , les révoltes qui eurent lieu. Acluj 
Cama , Volga et Ourall. Ce pays elleraent chaque canton se choisi 
montagneux est rempli de mines , un ancien. Le gouvernement hi 
• a des vallées fertiles, des bots su- adjoint un écrivain , pris ordinaii 

Serbes et des lacs poissonneux, rement parmi les Tatares Me» 
rorsque les Busses conquirent tchériaks, qui non-seulement lou| 
Cazan 3 les Bachkirs se soumirent lit à haute voix et leur explique lei 



BAC BAO 33 

ou\as«sJagonTerhempnt, maïs qui de le tirer ^ comme iU le faisoient 
TeiUeéflcoreà leur exécutiod. On autrefois , des lacs salins de leur 
compte 54 caatons Baclikirs, qui pays. Leur principale occupation 
iaij»icat d'après le dénombrement est l'éducation des bestiaux; ils 
de i;;ff 2^,000 ia mi Iles, llsressem- cuUivent aiissi la terre , extraient 
blntaoi Tatares par les traits de le minerai , qui dans leurs monta» 
kor ri$ju>e ^ qui est cependant gncs est presque partout à la sur* 
plus pbt. Les Bachkirs sont plus face delà terre, et vont è^ la chasse. 
ar^n et plus forts que les Tatares Ce peuple pasteur compte ses ri- 
^iAtàVL'y la nature leur a accor- cbesses par le nombre de êe$ trou* 
fè beaucoup de pénétration ; mais peauxi Ils élèvent de préférence de$ 
il^ QOQt aucune instrnctioja. Ils chevaux, dont tls mansent la tian- 
tout hardis, soupçonneux , opinià-:- de, boivent le lait et s nabiUênt de 
très I dnrs et par conséquent dan-> leur peau. Le plus pauvre fiachkir 
gerpQi. Si on ne les veilloit de en a 3o et ^o, mais les riches en 
ire^près ils ne cesseroient decom- possèdent de 5oo à mille et quel- 
mettredes brigandages* l^eur lan- ques - uds 2,000 et pins : les autres 
gi2;e qdoiaae tatare, di (l'ère beau- bestiaux sont à proportion. Leurs 
coap décelai des Tatares de Cazan. vallées fertiles abondent en excel* 
Ils cal comme tous les Mahomé- lens pâturages : cette terre , tnal^ 
taos) des écoles qui cependaol ci-: gré la mauvaise culture , produit 
rillspnt bien peu ce peuple fa- 10 grains pour un et davantage, 
nmeiiei Leurs sciences même, qui Le costume des Bachkirs est le 
coosUtent dans la lecture du Co- mémcque celui des Tatares de Ca-^ 
r^Q , et la connoissaiyce des céré-t* zan; ils se nourrissent comme eux, 
momps de leur culte, s'éteignent suivant les préceptes de fa loi de 
P^^ À P^Q, par Tobstinatlon qu'ils Mahomet. Ils ontTàbèrd rude et 
oQi de ne choisir leurs professeurs plus sauvage que ces derniers; 
^ot* parmi eux. Ils ncpayoientau plus paresseux est plus mal-pro* 
<^fflffleocnnent à U Kussic, qu près; malgré cela ils sont hospi- 
Qne petite capitation très-foible taliers et très-gais, surtout pen- 
'Uq impôt en miel et cire; mais dant l'été. Us ont souvent deux 
™T"«s ta révolte de 1^4* 9^^ ^^® * femmes , rarement plus ; profes* 
J'<'-;^fiiséi8ar le pied (les Cosaques; sent la religion mahométane de- 
^ tarent donc obligés de faire le puis très-long- temps , ont des li- 
*^ice aux frontières voisines , et vres de prières et des écoles, mais 
i^rchoient même en temps de guer- n'en sont pas moins ignorans pour 
^ j qwnd ils en étoient requis , • tptit ce qui regarde leurs dogmes ; 
^^ ia même manière qile les Cosa- c'est pourquoi ils mêlent des céré- 
^m , montés , habilles et armés à monies et des Coutumes du paga» 
^Qrs propres frais ; an les payoït nisme à leur culte. 
IJtfinireienoit alors comme le resté . Baoaiefsxaïa stanit«a> (Bo- 
'^s Cosaques. En temps de paix, il tàeecKaA cmaHuu,a*) bourg des 
^•restott une grande partie chez Cosaques du Don , sur la- rive 
^'^ )qni ne rapportant rien à Té^ droite de ce fleuve^ U est situé à 
K on fut obli&é de les imposera 3o w. an -dessus de Tcherkask. 
Q^^eapitation de 4o sols; mais de- On trouvé ici des platitations con- 
P°>< h dernière organisation de la sidérables de melons d'eau, qui 
^^Mfc, cetimpÀt a été aboli et ont beaucoiip de réputation. 
"^pJiCf par Tachât du sel, qu'ils Baoatyr , (fiasa/iiMp*.) colo- 
«ont obligés de prendre dans les nie grecque , dans le gouv. d'£c«.« 
H^>n« de k couronne, au lieu therinoslav, à 192 w. de la TiUe 
ÎOH« L 4 



\ 



V 



H 



BAY BAK 



de ce nom, siir la Yollcliéu Elle des craet jiêfîocliqties , qui res- 

con lient' 200 maîsont. semblent assez an finx et ali re- 

Baïaiv Oula , ( Ba/iHd Ifjia* ) flux de la mer. On y roît des pois 

C'est la plus liante montagne de sons en grand nombre et jujiqu'i 

toutes celles qui sOnt au-delà d'O- des veattx marins , dont la pàch< 

renbourg. File se trouve dans les proctlte ici des b^n^^fices oonsîdi^ 

terres de la borde moyenne des râbles. On y trouve même IVpon 

Kirgnîs - Caïssakf. On présume jge de mer, qui est aussi une bran- 

qu 'elle renferme des mines de cui- cbe de commerce pour les babî- 

vrè , d'argent et d'or , par les tans de ces contrées. L'eau du lac 

be&ux écbantlUons de ces minerais est très-fraicbe et très^pnre, ot 

qu'on y découvre sans cesse* Il jr Toit le fond à une profondeur oon- 

a au milieu de cette montagne Une sidérable , et on y observe des ar- 

caverne très-spacieuse^ dans la- bres entiers et des montagnes, 

quelle se trouve un grand bassin que ces eatlx ont apparemment 

que la nature jr a creusé et qui est recouvertes antérieurement. On v 

toujours rempli d'une eau très- trouve des iles: la plus consîde- 

fraicbe: tout auprès est le tom^ rable est l'Olkbone , quia jusqu'à 

beau d'un saint mabométan , que 70 w. de long, sUr i5 à iode 

les Kirguiss viennent visiter par lai^e , elle est babitée. Les bordj 

dévotion; ensuite ils se baignent de ce lac offrent une variété de 

dans le bassin , dont TeaU doit plantes rares, et dont quelques-une^ 

avoir , selon eux , la propriété de encore inconnues aux botanistes j 

les délivrer de toutes sortes de leur oftriroient une ricbe moisson 

maux. de découvertes nouvelles : les mi^ 

Baïkal^ {EauKOAb^ Ce grand néralogistes pourroient aussi ] 
lac qu^on nomme aussi mer de faire des acquisitions précieuses. 
Baïkal et mer sainte, se trouve BakhmoUT , (J^â:rwKiym5.) Vil- 
dans le gouv. d'Irkoutsk, vers les ledugouv. d'ÈcatherinosIav, fon< 
frontières de la Cbine. Il a de déeen ijoS à l'occasion des sonr- 
Toriént à rOccidenrt , 6 à 700 w. , ces salines qu*on y découvril^alorsi 
et du midi au nord 20 , 3o , et On a continué à en extraire le sel 

I'usqu'à 70 w.' Il est entouré de par la cuisson , jusqu'à l'époque 

lautes montagnes , et reçoit dans de l'acquisition de Kinboum t 

son sein quantité de rivières, plus de la Crimée; depuis ce temps 01 

ou moins grandes , pa^mi lesqUel- a entièrement abandonné cett< 

les le Bargousine et la Selenga brancbe d'industrie , par la fari^ 

sont très-considérables : il u'en lité qu'on a d^ obtenir de meil 

sort qu'une seule qui est l'Anga- leur et & des prix plus modiqaei 

ra. La navigation y est très-dan- dans ces nouvelles acquisitions 

§ereu8e, à cause des rocbers et Bakbmout est bâtie sur les deo: 

es écueils sans nombre qu'on y bords de la petite rivière du mém« 

trouve; d'ailleurs les tempêtes y nom^ qui se jette dans le Doneta 

sont excessivement fréquentes et Elle est à 347 w. d'£catfaérînosUt 

rarement les nocbers s'y expo- On vient de découvrir dans m 

scnt^, s'ils voyent quelques nua-* environs , une mine de cbarboi 

ges vers sa partiç sept. Le Baïkal de terre fort ricbe , qui non-sen 

«.u si profond^, que près des bords lement fournit ^ tous les besoin 

même, la sonde donne jusqu'à des habitans; mais encore entre 

i5o toises et plus ; loin des bords, tient une mine de fer, et une d 

un n'a jamais pu en mesurer la cuivre, on se trouve une fonder! 

profondeur* Les eatix de ce lac ont de canons très-considcrable. L 



BAK BAK 35 

plupart dei distilleries d*eaa-de- dress) anx Imms et an palais du 
Tie qui le trouvent dans ce dis» Klian. On compte à Baktcbissaraï 
trin) en font également nsage. 3 1 Mosquées , dont la ma jenre pai^- 
Celle petite ville a 5 églises et un tIe est construite en pierres de 
noaïxtt assez considérable d'habi- taille 9 entourées de bautes tours 
tus, fort élégantes. Indépendamment 
Bakrta • (E^xma.) C'est une de celles-ci on y compte encore 
gnade rivière du gouv. de To- une église pour les Grecs, une 
M, district de Touroukbansk 9 pour les Arméniens, deux Svna- 
fui ayant sa source dans le ko gogues et trois maisons d'instruo- 
Aisse, coule de l'orient à Tocci- tion mabométane. Il %j voit deux 
deDt l'espace de 4^0 w. avant de bains établis à " la manière des 
te jeter dans le Jénisséi^ sur sa Tnrcs, avec de coupoles rondes 
rire droite. voûtées. On compte ensuite dans 
BAiTCHlSSARAÏ,(BaKrucapaiï.) la ville 16 kans, pour loger , ou 
TÎUe de la Crimée , ancienne ré- servir de magasin , dans lesquek 
•idenoe des Kbans Tatares qui ont il j en a surtout six grands bâtis 
f«gné dans cette contrée. Son nom en pierre ; 3| cabarets, 17 cafés 
si^'oifie palais des jardins. Elle est tatares, 5 moulins que fait' tour;* 
titoée dans une longue et profon- ner le ruisseau Tcbourouk - son^ 
deTalleequi dlrise deux grandes et 517 boutiques. Parmi ce nom- 
montagnes, et dont elle occupe bre qu en copipte 121 dans les« 
presque toute la largeur. Le petit quelles on vend des soieries et 
nd&seaa Tchourouk-sou passe à autres marcbandises à Ta une; 4t 
traters ce vallon ^ pour se jeter dans lesquelles on fait avec beau- 
i^i UCatcba, et partage la ville coup de propreté des selles et 
daD< sa longueur en deux parties, autres ouvrages de cuirs, i3 bou- 
1^ rues qui sont presque toutes tiques ou l'on vend la forte bois- 
<!e$ deax c6tés du ruisseau , sont sons des Tatares (Bonza), extraite 
lûties par échelons les unes au- du millet. On porte sa population 
<^iu des autres ; elles sont tor- à 6,000 babitans des deux sexes , 
tueuse» , étroites , irrégulières et dans ceux-ci sont compris 204 
mal-propres comme presque toutes Grecs et parmi eux 1 4 d'extraction 
celles de Constantinople et des au* noble et fyï marchande; 5l Ai^ 
très pajs orientaux. Elles sont en^ méniens et 11 62 Juifs: le reste 
tremélées de jardins fruitiers dont est taUre. On compte parmi 
1^ peupliers de I^ombardie font ces derniers 20 familles nobles ; 
♦n partie Fomement et donnent 173 prêtres et 78 candidats. Un 
à cette ville, ainsi que les mina- Oukaxde l'Impér. Catherine lia 
'^ de tant de Mosquées et les spécialement abandonné aux Tata- 
cheminées élégantes de la plus rcs cette ville qui n'a pas de bour<« 
grande partie des maisons, ui^ geois Russes, les Juifs et les Tatares 
coup dœil avantageux. La rue y ont leurs magistrats particuliers, 
princti^le qui conduit au palais Le palais des khans C{ui est situé 
^u &han sur le côté droit du à l'ouest , presqu a rextrémité de 
Tcbourouk -sou , est en majeure la ville, tout près de la rivière, sur 
pHb environnée des deux côtés la pente du vallon qui fait face au 
pr des boutiques , construites sud , consiste en différées bâti- 
poor la plupart en bois, sous les mens construits dans le goût 
Wiiions. La viUe doit en partie oriental, autour de plusieurs cours j 
^Q embellissement aux Mosquées, il mérite une mention particulière, 
aux maisons d'instructions ( me- La première cour dans laquelle 



38 BAL BAL 

considérable , par oelai qui a lieii deU d'une werste et draiie et sa 

dans les TÎllages et les Iréquens largeur è-peu-près 200 toîses* L'en- 

Tojages des Monrxes à la TÎUe , et trëe est à la Tërité très-profonde j 

donne de l'aisanoe aux commer* mais sî étroite, que deux raîsseaux 

{ans et aux ouTriers. peuvent à peine faire usage de 

BaLACHEF , {Bajiameab.) p. leurs Toiles à cèté Tun de l'autre : 

TÎlle dugouT. deSaratof) sur la il éfeott malgré cela d'une grande 

lÎTe gauclie du Khoper , k aao ressource pour les vaisseaux j qui 

wersles au midi de Sarato^ et sous j trouvoient un asile, quand ils 

le 5^^ de lat. sept, et^ le Gi*' de etoient cbassés par les tempétea 

long, orient. On j conipte i^Soo contre la presqu lie , ou qu m ne 

habitons des deux sexes , presque pouToient doubler la pointe de la 

tous cultiTateurs. Cbersonèse. Comme on ne pou- 

Balaclava , ^BtM^KAa^a») p« voit empêcher la contrebande à bh- 
TÎUe et port de la Crimée, dans le quelle les Grecs prétoient souvent 
district de Simpbéropol 9 autres U main , et qu'il en résultoit un 
fois Symbolon, Cembala, Bella- danger toujours imminent de h 
cbiate 9 Pallakium. Elle ne comp- peste , on l'a totalement interdit 
toit ci-devant parmi ses babitans auxvaisseauxen 1796, ce quid'un 
que des Tatarea« L'occupation de autre côté a occasiotiné le naufra- 
la Crimée en ayant fait émigrer ge de plusieurs autres, il tombe 
ou disperser la majeure partie, on un petit ruisseau qui vient de Ca- 
l'assigna alors pour garnison an mara dans la pointe du port , ainsi 
régiment d'Albaniens , dont on a qu'une autre source qui descend 
formé maintenant un bataillon* aes montagnes de l'ouest. La vieil- 
Balaclava est devenue en consé^ le forteresse est située, comme 
quence , une ville entièrement toutes les places fortes des Génois 
grecque , ses babitans font peu de et des Grecs dans cette presqu^île ^ 
service en temps de paix, si on en sur des rocs inaccessibles , tout 
eiœpte un petit nombre employé joignant lemboucbure du port , 
a la garde , aux patrouilles que né- sur une montagne à l'eét , et dé- 
oessiteut quelquefois des brigan- fendue par de hautes murailles et 
dages , et À faire les piquets pour des tours : au-dessous on voit en- 
la si^reté du rivage méridional, core les ruines de plusieurt ëgli- 
Pei| de ces gens i^'oocnpent de la ses et mosquées dispersées dans 
culture de la vigne ifn de celle des la plaine , qui attestent raacien- 
cbamps , et moins encore de la ne opulence de .Balaclava. 

Ècbe, pour laquelle ils auroient BalaçleixA, { BtutaKA^eûxa* ) 

i plus belles occasions. Leur prin- C*est le nom de trois p. riv. d'V" 

cipale occupation est un petit traGc craine, dont une se distincae par 

dans les villes de tou^ la Cri- l'épithète de Srednia ou de celle 

mée, où on les tréwf^ dispersés du milieu. Cette dernière, après 

d'après la permission qu*^l$ len ont avoir reçu les eaux des deux pre- 

obtenu. La ville est située tout mières, se jette dans le Sevemoï- 

' près du port au pied des monta** donets, sur sa rive gauche* 
gnes dans sa longueur; mais elle Balakuna, (fiajta:rHa*} Ville 

napas de bonne eau. Le ^rtest du gouv. deNi|nii, cheif-lieu d'un 

proibnd , et attendu qu il est district. Elle est située sur la rive 

abrité par de hautes montagnes et droite du Volga à 35 werstes de 

peu ouvert vers la mer , ses eaux Nijnii, sous le §6^ 3i' de lat. sepu 

sont aussi calmes que celles d'un et le 61^ 3a' de long, orient. Klle 

éuog. Sa longueur n'a guère an- a été fondée en i536. Cette yille 



BAL BAL 39 

n\ ctloiirée d'un rempart de golfe de Bollmie aa nord , Tautre 
terre rt d un foss^ trèa-profond, celui de Finlande à rorient. Le 
LnMraîlles de boîs et les tonrs premier sépare laSuède^e la Ras- 
^ h cfîgnoient n'existent plus , sie , et le second qui a^oo w. de 
iTalflébr&lées pendant le grand long, sur li->pen-près too delar- 
iôndiede i^So. On compte dans ge , se trouve entièrement encla* 
h nile iSnëgiises et un courent } ré dans les terres de l'empire 
dipi 3,000 LabîUns des deux se- Russe : il baigne les cAtes des 
jttf qai font un commerce asses gour. de Rerel , de Pétersbourg 
oMuidérabk de blé et autres den- eldeVibourg. Parmi les Iles qui 
n». s'j trourent et qui appartiennent 

BAtiDOUB j (BaAè/^OHh.) boui^, 4 la Russie , les principales sont 
avfcane église. en Courlande, non Ttle d*Ezel et celle deDago,qui 
lois de Mittau* 11 est célèbre par n*en est séparée que par un dé- 
Ms sources minérales qui lui atti- troit peu large ; et tout nouTcI- 
rfnt bdacoup de monde pendant lement Ttle d Aland , dans le golfe 
b belle laison. de Botbnie. Les deux premières 

BaLTa, {Bojima.) p« riUe du se trourent à l^entrée du golfe de 
pnf, de Podolie , chef -lieu Riga. On a remarqué dans cette 
d ra district Elle étoit ancienne- mer un flux et reflux mais bien 
meitrar la frontière de la Polo- peu sensible. Son eau est peu 
gneetde IsTnrquie. lia pet. riv. salée et lorsque les rents de nord 
deCodémaqtn la trarerse sépa- y soufflent, elle ne Test' presque 
roit kl denx états; par conséquent^ plus. Sa plus grande profondeur 
luemoitié de Balta étoit turque ne dépasse pas 5o toises. Des sa- 
ciVutie polonaise ; la partie ci- rans en Suède ont obserré qu*el- 
<^nt polonaise est bien bâtie et le diminue beaucoup de profon- 
ds Umiui jouissent d'une grào- deur, et ont posé que cette dimi-* 
de ijiuee , que leur procure le nution étoit de 4^ pouces par siè* 
«Msieree. La partie ci-devant tur- de. Cette mer est orageuse , ses 
^ne loi sert actuellement de tau- ragues moins liantes , mais plus 
iMmig. Cette p. rille est à 85 w* de étendues que celles de TOcean , 
Dooboissr, • se succèdent plus rapidement : 

BuTiQUK, {BcMmiucKôe juo* elle est poissonneuse et jette beau*" 
pe.] Cette mer nVst proprement coup aambre sdr ses côtes , 
^'nn grand golfe de 1 Océan, surtout pendant l'orage. Lesprin- 
UQileqiidonnepent entrer que cipanx fleures de la Russie qui 
P>r trois passages , le grand et lé y ont leur emboucbure sont la 
P^l Belt, difficiles et très-dange- Neva , la Louga , la Narore, la Per- 
iw; et le détroit du Sund , qui nau , l'Âa et la Drînà. Ensuite 
>n^releDanemarci et la Stiède. dans la Finlande le Kimmen le 
^ etox baignent les côtes de Borgo , le Coumo , le Fimo , le 
l'AUemigne, de la Prusse , de la Kémi et le Toméo. Les ports 
^^) du Danemarck et de la appartenans à la Russie sont Pé* 
^■ttie. Cette dernière puissance tersbourg, Narra, le port Baltique« 
^tttea partie bornée & Tooci- Rérel, Habsal, Pernau , Riga , 
^t Cette mer forme vei^s les-^Xîl>au, Arensberg; sur Hle dT*' 
^ de la Lironie , un golfe i^l, Vibourg, Frideriksbam, Bor* 
1*'oii appelle , Golfe de Riga , à go , Ilelsiugfors , Svéaborg , £ke- 
^^ de cette Tille qui y est située; ness ^ Abo , Njstad , Bierneborg, 
^"'vite elle se partage en deux Vasa , Carlebi Braliestad , Ulea- 
^'^'ii^^qtti oonstitnent, Tune le borg etTornéoen Finlande. 



4o^ BAO frAH 

BaltiOIJE (Fort), (EaJimiiU nb^e. Le roi de Suède GastaTC- 

' çKon nopmh') p« ville da gouf. Adolphe l'a enlevée aax Polonaij 

de Hevcl, chcl-lieu d'un district et en 1625 ; mais en lyob Pierre-1(^ 

Î)prt de mer. Elle est située sous Grand, après une victoire sanglan- 
e 59^ 17' de laU septé et le 41^20' te ^ remportée sur Tarmée sné- 
de long, orient. , h ^^y, de Révcl. doise , la rendit k la Pologne : elle 
8a situation heureuse sur un petit a passé avec toute la Courlande , 
goli'e très-proibnd jusqu'au bord ^ sous la domination russe en 1795. 
sa rade sûre , dans tous les tcmps^ Bar (Saph ) P* ville du goav» 
et l'avantage qu'il a d'être libre de Podolie , & 55 w. deCaménetz 
des glaces bien avant Rével et Pé- Podolskoï, sous le 49° 1 5' de lat« 
tersbourg , l'avoient fait choisir sept, vet le 46° ^^ louait, orient. , 
par Pierre-le-Grand, pour j cons* sur la Cdva. Elle a un château de 
trnire tin mole qui joindrait l'île pierre , hatl sur une haute œon« 
de Klein-roog à la terre et avan- tagne , dans lequel se trouve Tan- 
çant d'un autre côté par une jetée cien Collège des Jésuites. C> petit 
dans la mer fOrmrroit le port le endroit est célèbre par la contédé- 

\ plus vaste et en même temps le ration de 1768, qui commença là, 

plus sûr de Tl-uropeé (es tra- et qui prit pour cette raison le nom 

vaux ne lurent commencés que don fédération de Bar. 

' par Timpératrice Elisabeth, Calhe-' Barabimes ^ ( BapaôuH'^bi' } 
riue IL les lit continuer, sans (Tatares). Ils se nomment eux mè- 
rien épargner jusqu'à l'année 1764; me baramines. Ce peuple habite 
mais les obstacles presqu'insur- dans le step qui porte son nom. 
xnontables qu'on y rencontra les Lorsque les Russes sont entrés en 
firent abandonner en 17694 Cette Sibérie, il étoit sous la domination 
p. ville s est nommée Rognervik du Khan Coutchoume , en 1 596 ils 
jusqu'à Tannée 1762; où on lui passèrent sous le joug des Cosaques 
donna le nom qu'elle porte au- de Tara et ensuite plusieurs iois 
jourd'hui. Elle est encore très-peu sons celui des Zungors et des Kii^ 
peuplée, à peine j compte-t^ on guis. Tantôt Tun de ces peuples, 
200 nabitans. On j voit cependant tantôt Vautre venait les pilier , les 
line église Russe et quelques bou- maltraiter et leur imposer un 
tiques. nouveau tribut , il ne peut dater 
Banitskaia STANITZA , ( Ea^ SOU entier a iïranchisse ment de ces 
HumcKcm Cmanui^a, ) bourg des barbares , et le repos dont il jouit 
Cosaques du Don, situé sur ce actuellement que de Tannée i 750 i 
fleuve. lorsque la Russie établit une ligne 
BaotTSK , (fiai^CKii) p* ville dti militaire au midi de la Sibérie ^ ou 
gôuv. de Conrlaude sous le 56^ 5p' ayant bâti une chaîne de fortins , 
de lat« sept, et le 4^^ 14' de long4 elle maintienten repectles Rirguîss 
orient.^ à 3o w. de Mittan , Elle et tous les autres petits peuples pil- 
ent proprement «lans le duché de lards qui venoicnt enlever les teœ- 
Seraigaie. l'uousL est bâtie entre mes , les enfanset les bestiaux dans 
le Mouchi et le Aemen qui se rén- les provinces méridionales de la 5i- 
nissan t sous lé château de cette ville^ bérie , et qui n 'osent plus aotnelle- 
forment TAa. Le château est bâti ment franchir cette ligne impuné* 
sur une hante montagne qu'on ment. Les Tatares Barabines , ont 
appelle Baouskenbotirg La ville toujours professé le chamanisoie , 
étoit anciennement beaticoup plus ce n'est que depuis peu qu'ils se 
considérable , mais les fréquens sont fait mahometans. Peu d>n« 
incendies Tout inlmiment dimi- tre eux savent lire et écrire leur 



BAR BAR 4i 

lûB^, qui est la taiare ^ méléo ne depuis 25 jusqu'à 60 pour 2 de 
dud^teboukhaHî. [Is sont pour bénéHce clair. ** 
la É,w enlièremeiit ressemblant • BarataÉvskàïa > (Bapamaeâ^ 
aniaaircs tribus tatares , eicep- cxa^i.) colonie allemande ëta- 
îtijgW trouve parmi eux beau- blie en 1763 danslegouT. de Sa- 
csap (le pkjsionomics qui tien- ratof, district de Volsk , sur la 
ml des Calmouks , et Cela pro-i rive gauche dii Volga , et à 89 
mi (les incursions . frjéquentes werstes de Saratof^ Elle est com- 
lue ces derniers, iaisoieot parmi posée de 42 familles luthériennes. 
jai:ceax-li ont le risage plat , Ôarbarzemink , (BanôauMe- 
h vm étroits et allongés, leà juuHh. ) p; fort ^ on lo nomme 
orf'iilps grandes et détachées de la aussi Ada. 11 est bàli sur une peti- 
iHe et les cheveux noirsi Les te île, dans un des bras du Cou- 
mœurs et les usaps .des Barabir* ban, à son embouchure. Pendant 
m>i^30Qtà-peu-pres lesmémesquG la domination des Khans de C.ri- 
tam des Bonkhares; mée Sur ce pays, il servoit à empé- 
BaABiîfâKAÏA STRP > f Bapoi f^^^ ^^' Cosaques d'entrer dans 
fttH'««M cmenh. > on step de Ba- *^ Couban ; c'éloit aussi là, qu'on 
r-bine,aanslegouv. de Tobnlsk. «menoît les esclaves de Circassie 
Lilis étend entre TOby et ITr-. «vant de les embarquer, qu'on 
tjch , depuis le moiil Altay , **^« visitoit, et qu'on pajoit Un cer-. 
ju*t»»** ^ ïonia , delà jusqu'à la ^>n droit pour eux. Acluellenient 
ToiTj, tout le pays se nomme ^f petit endroit appartient aux 
«icore barabine. Dans toute celle Cosaques Tcfaernomors ou de la 
ioinense contrée , le paVs est plat, ^^^ Noire, qui v prélèvent un pe- 
^ï^m, ÉPTtile dans quelques en- ^^} V^J^ffi «^r les bateaux qui y 
droits, «pendant marécageux et /iennent» 

/WDpJidehcs. Des bois de mél M ^^^^^^^'^^^ {^np^^Kwa.) p. 

*^et de lapins varient Innifoi*-' ^*^* ^ l'Onent de TOUral. IrUe 

n»jiê de celle plaiuei On y trouve coule dans le, lac Griaznoé ou 
«Mi des lacs salins et amers.'> ^®**«'^*- 



^ille requise ponr le service mil i- g«i»-K.lian, ott même avant, ils 

*»'!*, imsi que d'exilés k Tara et cherchèrent un asile dans 1rs pays 

^^ Ces colonies se sont oonsi- montagneux et sauvages , qui se 

«rablement augmentées depuis , trouvent au nord du lac Baikal , 

<* le» bsbiuns rivent heureux dans ®" *** Vivent en grande partie jns- 

^jM»*T» qui knr fournit en abon- qu'à présent. 
"«we toutes les choses nécessaires Bargouzine , (Sapet^aunh.) p. 

^^^ki I endroit nouvellement érigé en vil- 

^'^««1,746 dansée gouv. de u ^^% ^^ W ''^ '•♦•.*""?'• «* 

^^ «Ppmittit h la couronne, ù Lïl ^ A ' f t' X' i*** ***" T T 

«•'«ede fer qd oit y ti-availle <ioi^ boucUure dan» le Ba.kal , rt à 524 

f «»*">« wn- ^, j Irkonuk. On nj trouve quu- 



4a BAR BAT 

ne seule église et quelque* cents cules d'or. Dans Tespaoe ie 26 
hahitans. ans , on a gagne plus de 10,000 
Babbiinskoï, {BapjuuHCKoù')' pouds d'argent épure ^ qui avoit 
mine de GuÎYre quon exploite contenu plus de 3 18 ponds d'or ^ 
dans le gouv. de Perm , district et beaucoup plus de 9,000 ponds 
d'Fcatbrrinbourg. Elle n'est pas d'argent fin, dont le Cblangen- 
fort riche ^ mais elle alaTantage berg aToit fourni la plus grande 
d'être silure très-près des princl- partie. Tout l'argent éput^ est 
paux établissemens de cette pro- envoyé 'pendant l'hlTer dans la 
Tince. capitale. On\rouTe aussi près de 
BaRNAOULskoï zatod, (Baj>m Bamaoul, des fours à chaux, 
Hai^^hCKou saeoj^h,) lien consi- une fonderie de cloches, utte tui- 
dérable dans le gouT. de Tobolsk , lerie et une mann&cture de gla- 
qul , outre plus de 1000 malsons , ces* Toutes les plantes potagères, 
renferme 3 églises russes^ ayec des même les artlcbaux et les melons | 
rues droites et larges, sur les bords d'eau réussissent très - bien dans 
delaBarnaoul^qulseietteenceten-** cette contrée. ' 
droit dans TOb. On y trouve la Babyche , ( BapMuih, ^ p, rir. 
chancellerie supérieure des mines, du gouverncm. de Simbirsk, qui 99 
qui dépend Immédiatement du ca^ jette dans la Soura* £lle est re- 
binet impérial. Cette charncellerie marquable en ce que la TiUe de 
étend sa juridiction non,- seule- Carsoune est située sur son bord , 
meut sur les mines d'Altaï , ainsi et qu anciennement eUe servoit 
que sur toutes celles d'argent, de limite en tre lés étals des Tatares 
qui sont situées sur TOb , et sur Nogais et la Russie* 
tou* les employés, travailleurs, Bascakovka , (BacKaKoeKo.) 
en cas qu'ils ne fournissent pas le colonie allemande , établie en i^ôS 
nombre suiBsant de recrues, qn on dans le gouv. de Saratof > à 68 w. 
complète même , par des gens de celte ville. Elle est située dans 
condamnés aux tri^i^aux pour pu- le district de VolsL , sur la rive 
nltion de quelques crimes , mais gauche de la Tichanka, qui se îelte 
encore sur environ 40,000 pay- dans le Volga. On y compte 35 fa- 
sans des districU de Tomsk et de milles luthériennes. 
Couxnetsk , lesquels doivent four- Bashia , {BosuaU) p. ville 
nir aux mines un travail propor- du gouv. de Podolle , à i3& w. d« 
tlonné au montant de leur/capi- Caménets-Podolskoi. 
talion. Tous les oflîciers attachés Batourine , {Bamypunb.) p. 
à ces mines , ont le pas sur ceux ville du gouv. de Tcbemîgof 
des autres mines, et leur rang est district de Iijéj lue , sur la i^ejma ' 
fixé. Les mines sont défendues qui se jettedans^la Désna. Elle est 
par une troupe composée d'une connue par h résidence qu'y firent 
compagnie de dragons, et de 3 les Uetmans dXcraine, depuis 
compagnies d'infanterie. On corn- 1669 , et en 1708 , par les com- 
pte plus de 400 personnes , en plices du traître Mazépa. Sa belle 
comprenant les chefs. Les Aile- situation la fit choisir par rHetman 
mands, attachés au service des Samoilovltch, et ensnUe par Idaze- 
mlncs , ont un ministre de k con- pa pour séjour habituel, ce qui eu 
fession d*Augsbourg. Outre la mi- causa la ruine après la déiéciion 
ne d'ici, on fond à Barnaoul une du dernier. Batourine a été fort'dëe 
Ngrande partie du plomb en masse , par Etienne Batori, qui lui a don- 
provenant du Chlangenberg , et né son nom , lorsqu U éloit roi de 
tout l'argent contenant des parti-. Pologne; alors toute cette contrée 



BED BEJ 43 

éU>U€Bâ>re soQâ la domination de elle a à peine b toises de largeur 3 

cette puissance , ce n'est que de- et si peu de profondeur^ qu'on 

puis 1654 9 qu'elle, a commence peut la passer à pied; mais lors- 

d'appvtenir à la Russie. Lorsque qu'il a plu dans les^ montagnes ^ 

Bo^aan-Khmelnilzky se soumit ses eaux grossissent tout d'un coup 

arec les Cosaques à cet £mpirc en si fort , qu'elles coulent en torrent 

l£6^i le Roi Jean Casimir ëtant impétueux , déracinant et empor- 

eo(n*arec une armée formidable , tant de gros arbres , et renversant 

sarks terres de la Russie , n*osa tout ce q nielles rencontrent. ï ei 

fSii en £iire le siège à cause de cbariots les plus jpesaus seroient 

ses bonnes fortifications ; mais il même renversés indubitablement, 

poru tontes ses forces sur Glouk- si par malbeur ils se trouvoient 

Lot y oà il échoua également. La dans ce moment sur son passage* 

ville de Batourine a été donnée Cet état dure quelques heures , 

avec ses dépendances , qui forment après lesquelles elle rentre dans 

une copulation de 99269 mâles , son lit et reprend son calme ao- 

pr r impératrice Elisabeth , au coutume* 

dernier Uetman , comte Kyrille Bsgui - soui , ou Pet-sououi 
lîazoumofsky , qui Ta fait rebâtir. (Beeu'^Cuû*) On appelle ainsi un 
pa j voit actuellement un beau golfe de la mer Noire , au-dessus 
coaTenl de religieuses et 4 églises de Fembouchure duCouban, dans 
paroissiales j ses environs sont lequel se trouve une île nommée , 
fertiles ; on j cultive le mîirler et Çoumli - adaou Sablonneuse. Il y 
leraisin, pas en assez grande quan- avoit sur cette île une ville du 
tilé cependant pour en faire du même nom que' les Italiens nom- 
vin. Le nojer y réussit parfaite- moient Lopezo, Toute cette cou- 
meot. trée se trouve actuellemen t dans les 
Bazel . {BaêCAh^ colonie al- terres des Cosaques Tchernomors* 
iemande du gouv. de Saratoi ^ dis- Reidary ou Raidary, (6<?u,4o- • 
trict de Yolsk. Elle a été nommée phi) p. vallée délicieuse^ dans les 
ainsi parce que ^es habitans sont montagnes méridionales de la Cri- 
tons Tenus de Basle , qu'on nom- mée. Elle a 20 w. d'étendue et ren- 
^e en Russe Bazel. Elle a été ferme 5 villages. La Targouna 
établie en 1^65 par ordre de Tlm- l'arrose de se% eaux limpides , et 
péritriee Catherine 11, sous Tins- la mer Noire la baigne au midi. . 
P^tiou du Baron de Reauregard , C'est la vallée de Tempe delà Tau^ 
qui a amené les Colons delà Suisse* ride, l'endroit le plus pittoresque 
Bébai , (Beôpu.) p. riv. du et le plus agréable quon puisse 
t^onr. de Smolensk* Elle >se^ ]ette voir* Pour y parvenir on traverse 
<ians la Yiazma. des montagnes escarpées , à tra- 
BicHovo , (Semo^o!) colonie vers des précipices et des solitu- 
Orecque , établie dans le goût* des , dont Thorreur contrastant 
à Ecatlierinoslav en 1779 9 sur là avec le charme du paysage de Rei- 
P- riv. Byk. Elle est à 121 w* dery, en rend la vue plus piqiuinte 
«licatlieriooslav , et contient une et plus agréable encore.' 
ccQUine de maisons. Beikem* [EeÙKejtAh.) rivière 
Bechtéaek 9 ( BemmepêKh. ) qui sort du mont Altaï ^ et qui 
P* riv* de la Crimée* Elle se jette se réunissant à l'Oulékema , for-' 
^ns la mer Noire» me dans le gouv* de Tobolsk ^ le 




♦ ♦ 



I 
/ 



44 BEL BEL 

district y snr la Idologa , k \2i w« bilée par des Grecs et desKora 
de Tver. On y trouve 1 4 églises , se nominoit Milletopol par les pr 
deux écoles, dont Tune pour le miers , et Bel par les seconds ; el 
clergé et 3090 habitans des deux étoit à Teiubouchure du Dnepr 
spxes. On ne sait précisément pas les Eusses la nommoit aussi h\ 
quand ni par qui elle iut l'ondée ; laïa - \é|a, Voyez à son suj 
naais on voit qu'elle appartenoit à l'article Berislav. La/deme étoit en 
la république de ^ovogorod et Russie^près des sources de l'Os te i^ 
quVUe a souvent été prise et sa- elle fut fondée en 11 17 sons le rè-^ 
cagée, tant par les priqces Rus- gne de Vladimir Monomakh , parj 
ses, que par les Lithuaniens; enQn des émigrés de celle du Dnepr, quij 
elle fut réunie daa^Ie W« siècle depuis ce temps ne fut plus noromA 
à la principauté de Moscou , dont que Staraia Lélaïa - Véja 00 l'an-* 
elle suivit toujours Icji destinées cienne iélaïa- \éja ^ pour la dis* 
depuis tinguer de cette dernière. Il j l^ 

Relaïa , { EtAa/i. ) deux riv. encore en Russie mineure un bourg | 
portent ce nom, qui signifie Ulan- do ce nom, près duquel on trouvé! 
clie. L'une dans le gouv.d'lrkoutsk, des colonies étrangères. ' ' 

district d'Yakoutsk: elle se jette Bcla-ROU8SI^, [EtA^ap^cci/i.) 
dans l'AUlano^ et Tantre coule dans autrement Russie blanche. Le% 
le gou\, d'Oreabourg. Cette der- Polonais ont nommé ainsi la par-* 
nière est très - considérable , et tîe delaKussie que Guedemin et 
après avoir reçu les eaux de l'Oufa son fils Olguerd , grand - duc de 
ainsi que de plusieurs autres riv., Litbuanie , en détachèrent dans 
elle va >e jeter clans la Cama. Cette le XIV • siècle* Profitant éeê dis- 
rrvière a sa source dans le niont sensions des souverains Russes, qui 
Oural , ses bords contienneùt dif- s'étant affoiblis par des partages 
fereutes mines très-riches. continuels et pa'rlamésintelligeuce 

l ilAiA - LOUGAN , {B'b^aAA^'' Cl les guerres qui régnoient entre 
«aH^ } riv du gouv. d'Lcathcnnos- eux, ne purent opposer qu'une 
lav, ifistrict de Bakbmout, dont les foible/ésis'tance à ces usurpateurs, 
bords abondent en charbon de terrCf ainsi qu'aux Tatares, qui d^un 
• BÉtAÏA - TSERKOw; ( B^JiM autre côté démembroient eisac- 
z^^pxo *•) c'est un Joli endroit cageoient leurs étals. Cette partie 
du gouvernement de Kiow , sur détachée contenoit tout le pajs qui 
la Ross , appartenant à la famille se trouve sur la rive droite du Dnopr 
des comtes Dranitsky. Ç étoit aur vers sa source , jusqu'à la partie 
paravant une Starostie.' méridionale de JaDvin^, y com- 

hÉtAÎA- VÉJA , {EtJiaM 0i;9ca.) pris les principautés de Smolensk 
On connoissoit anciennement sous Mstislav . Vitebsk et polotsk. \a, 
ce nom trois villes, La première , grand^uc Ivan Vasiliévitch , qu 
également connue sous le nom de commença à réunir sous sa puis- 
Sarkel . étoit sqr le Donétz ; elle «ance toutes les parties démena* 
fut batte eu 88§ par deux architecr brées de l'ancien empire Russe, e 
tes grecs , nommés Pétrone et qui délivra son pays du joug de 
Paplagou, que Tempereur de Cous- Tatares, reprit aassi Smolensk ans 
■ tantinople envoya à cet effet , sur Lithuaniens;maisdans lesmalbeu 
la demande du Kagan des Kozares reux temps d'anarcbie qui euren 
à qui elle appartenoit. C'est aux lieu avant Télection du Tsar Mi 
environs de cet endroit que la l>el- chel Feodorovitch , Smolensk lu 
gorod des R usses a été bâtie pour repris par les Polonois , et n 
4a première fqis. (i^ depxiçnie bar rentra sous la puisance des Rassc 



BEL 

que MM le règne du Tzar Alexis 

iitUiiéîovitch. Le reste de la Rtis-» 

ftifiiaflche ne lut réuni à la Rus- 

»Hf riiVn ,1772 , sous le règne de 

(AJ^rioe li. i* lie lOinposoit alors 

Vj4irict$ de Dunabourg , les 

Wodies j de Mstislav , Y itebsk , 

ffs^pjrtieda district d'Orchansk 

r: lie Ketcliitsk. On en tit dans la 

M te l'eui gouTerneniens qui sont 

criii de Mobiiet' et de \ itebsk': 

Boui en prierons plus au long 

(Lus ces articles. 

l^ElÉfieiEVSKAÏA , ( B%Jte6%eô' 
C':ax,)Cest un fortin qui se trouve 
«ttrUrÎTe droite de l'Orelly , non 
loin et an nord d'bcatberinosiav. 

Lelebey, (Si^e5-iruO p« ville du 
gouF. d'Orenbourg ; sur la béié- 
^<t,qiii se jette dans la Duma , et 
ceile-cidaDs la Lélaïa. 

BELEV,(fi4^tftfà.) ville dagonr, 
de Toula et cbel-iîeu d'un disirict^ 
soM le Si° 36' de lat. sept. , et 
^ ')')^4^^ de long, orient. , sur 
lïrtre^Qchede rUca^ à lao w, 
^ roub. Cette ville est ancien- 
^} cv on la voit citée dans les 
Cironiques , comme demeure en 
îi^y des Yiatitches et apparte- 
O'Ale aux domaines de Tcberni-i- 
gov. On j trouve deux couvens , 
ûOQt un de religieiues : il y\k aussi 
'"' «éminairc , 14 églises, deux 
""isoos de cbarité , 8 lubriques 
^ cuirs , deux de suif et on y 
«ompte 6782 habitans des deux 
^leS; qui font un commerce con- 
sidérable, TU Là commodité des 
transports par TOca ,^dauspres^ 
que toutes les provinces de la 
l|«ssie. ils achètent dans Tinté- 
nfttr de l'empire , le chanvre , 
«cire, le miel, le blé, le beurre, et 

« Tool revendre le tout à Péiers^ 

ko,*. 

%« CONSTANTINOGRAD. 

BiLGoaoû, {BiiAeopoAb.) Ville 
^J» gouv. de Coursk et chef-, lieu 
<ion district. Elle est sous le 
ij'^'dc lai. sept., et le 52^48' 

r 



BEL 



45 



de long! t. orient, , presque aux 
sources du Severnoï-DonelE , qui 
se jette dans le Don. La p. riv. de 
Ziolka traverse la ville dans son 
milieu. Elle esta i32 w. de Coursk. 
Belgorod a été bâtie en 1597 ^^^* 
le gouve^rnement du Tzar Fedor 
Ivanovitch. D'abord elle fut placée 
sur une montagne de craie qui est 
tout près de là ^ce qui lui a valu 
le nom de ville blanche ; mais 
dans la suite elle a été transférée 
dans , le vallon , entre deux mon- 
tagnes , qu'elle occupe aujour- 
d'hui. Elle est divisée en vieille 
et neuve, et a trois Faubourgs. 
La vieille) ville est entourée d'un 
rempart it^'un fossé; la neuve 
n'est défendue qiiè^ par une encein^ 
te de palissades. Belgorod est le 
siège d'un archevêque; elle a 7,000 
habitans des deux sexes ; on y 
trouve deux couvens , dont un de 
religieuses , et i3 églises. Il se 
tient trois tbiros dans cette' ville , 
qui durent chacune une semaine 
il y vient des marchands de toutes 
les contrées mérid. de la Russie. 
Les environs sont très-fertiles , le 
climat y est doux et les vergers de 
la ville, ainsi que les champs de 
melons d'eau , sont renommés 
pour la bonté de leurs fruits. 

Belgorodka 9 ( B'bA90poflKa' ) 
anciennement Belgorod.^ Ce n'est 
plus qu'un bourg du gouv. de 
Kiow, au-delà du Dnepr. 11 est 
bâti sur 1^ Roupina , à 4^ ^* ^^ 
Kiow ; mais anciennement c'étoit 
une ville fortifiée et considérable jf 
qui a soutenu un siège mémorable 
en 997 contre les Pétchénegs, qui 
même n'ont pu la prendre. Elle a 
été fondée en 990 , par Yladimir 
premier , qui y avoit un palais où 
il habitott assez volontiers.En 1 1179 
Mstislav en lit sa résidence. Avant 
l^'invasion de Batou - Khan , il y 
avoit un évêque dans cette ville ; 
actuellement on ne voit aucune 
trace de sa grandeur passée, aucu- 
ne ruine de oes anciens balimens 



46 BEL BEL 

Îai puisse attester que Belgorod argile blanclie, qai troublant a 
toit la résideDoe du sooveraiu de eaux pendant les tempêtes , JU 
toute la Russie. donne une couleur blanche laltd 

BÉLITZA> {Bi^Jlu^a•) p. TiUe du se qui lui a apparemment £giit doj 
^ouv; de Mobilef ^ chet-lieu d'un ner le nom de lac blanc, I 

district^ sous le 52^ ^4' de lat. b£Lo-poi.iÉ ,' (fiij»o-no^*tf< 
sept., et le 48^3 1' de long it. orient», Ville du souy. de Kbarkoi , son 
sur un petit ruisseau du même le 5i^3'de lat. sept, et ]e52^z 
nom. £lle est à 194 wers.de Mobi- de long, orient., au confluent 
lef ; on y trouve une église du rit la Vira et de la Hyga, à ai 7 w. 
grec et 700 habitans des deux Kbarkof. On j trouve 8 éslises 
sexes. près de 9,000 habitans des d 

Beloé horé^ {B-bJioeAiope*) sexes. 
ou mer Blanche. On donne ce Belotcheï ostrow , ^BéJiotei 
nom à un grand golfe de l'océan ocmposh*) ou Tile aux Ecurenili 
glacial , dans le goût. d'Arkhan- C'est une des iles Chantares qti 
gel. . se trouvent dans la mer d'Ot 

Belge OZERO^ {B'b^oe osepo») botsk. Elle appartient an goav 
lac blanc. Il y en a encore trois de dlrkoutsk , et nommée ainsi | 
ce nom , l'un dans le gouv. d'As* causcde la grande quantité d'écu 
trakhan, sur la rive droite de reuils qu*on y trouve : elle a 11 1« 
rOural , avec lequel il se réunit de circonférence et est couvert 

Sar la riv. de Couchoum ; l'autre de bois, 
ans celui de Tobolsk, dont les Belovooïix , {B'hxoâOACKb, 
eaux troubles viennent se mêler gros bourg dans le gouv. de Vo 
à celles du Tobol y et le troisième ronéj sur le Derkoul , à 807 w. à\ 
dans le couv. de laroslaw , district Voronéj. Pierre-le-Grand j a éta^ 
de Danilhow , celui-ci n'a que trois bli un haras de chevaux , très-con 
w. de circonférence , il n est pas sidérable. 

loin du Volga , sur sa rive gauche. Belozerka , (BijioaâpKa*) p 
Belo-OZERO , {B-hjio^osepo*) riv. du gouv. a'Ecatherinoslav 
ou lac blanc. 11 se trouve dans le qui se jette dans le Dnepr. Soi 
gouv. de Movogorod , sa circonfé- cours est de 200 w. On prëtenc 
rence est de plus de cent werstes ; que les Francs , avant d'entrer a 
96 p. riv. viennent s*y perdre et Allemagne , avoient une ville sai 
une seule en sort ; c'est la Chek- ses bords , nommée Belo-serkaje 
sna, qui après un cours de 3oo w. , qu'ils abandonnèrent au momen 
va se jeter dans le Volga. Ce lac de passer en Germanie. Cette vill 
est excessivement poissonneux, fut détruite dans la suite, par Ma* 
les plus beaux poissons connus en maï, Khan de Crimée. 
Russie s'y trouvent; il gèle à la Belozersk , {B^bJl08epcKh^ 
fin d'octobre ou au commence- Ville du gouv. de Novogorod c 
ment de novembre , et reste cou- chef- lieu d'un district, sur 1 
vert de glace jusqu à la fin d*a- bord mérid. du Belo-ozero ou la 
vrilouau commencement et mé- blanc, à quelques w. de l'endrol 
me le milieu de mai. Ses bords ' où la Cbeksna en sort , et à 632 u 
sont peu habités , tant à cause de de Novogorod. Cette p. ville es 
l'aridité du terrain , qui est piep- agréablement située sur une mou 
reux , qu'à cause de la dureté du tagne , et lair y est toujours pu 
climat de cette contrée. Il est asses et sain ; sa fondation date à-pea 
profond ; ses eaux sont claires ^ près de Tépoqué où les Novogo 
son â>nd est rocailleux et d'une rodicns appelèrent les trois prin 



BEL 

tes 'Svipesj Rnrîk, Sinaw et 
TroDTorpoar les gouverner, c. à. 
d. ,fs K2. Sinaw ayant eu Belo« 
lenifD partage, la fortiûa ctj 
rkm deux ans ^ après sa mort , 
son firre cadet TrouTor y r^gna 
ma; œlol ci ^tant mort, de pays 
pi» foof h domination de l'aiué 
^ti le transmit avec tous ses antres 
h\s à son fils Igor. Sa femme 
O^a ayant reçu le l<aptéme , une 
grande partie des haJiitans de ce 
paTs se firent Chrétiens. Dans le 
partage qui se fit en Russie des 
«^tats de Vladimir I*»" entre ses en- 
iaus , Belozersk derint une princi- 
paotp apanagée des princes de 
Kiow. 1^8 enians de Constantin 
VsnolodoTitch y régnèrent ensui- 
te de père en fils jusqu^au prince 
Fcodor, après la mort duquel, 
cette principauté se partagea en 
pinsienrs antres plus petites, com- 
ité celles de Cargopol , "Vodoss , 
^m , Ouilitom , Soukhatch , 
Oictœe , Loza , etc. Tous ces en- 
droit» sont encore t^onnns dans ces 
contrées, exepté Osctine : ce sont 
actuellement des villages oe la cou- 
rooDP, dont ^plusieui*s même as- 
wz pauvres. ïous ces princes de 
Beloicnlonl régné jusqu'à Tan- 
D«î 1389 * ®^ o^ ^^* ^^* venir arec 
•^î forces considérables au secours 
^n grand-duc de Moscou Dimi tri 
l^anoTJtcK , surnommé Donskoï. 
^1$ se distinguèrent à la fameuse 
uAtaille des princes Russes réunis 
contre Mamaï, et particulière- 
ïnentles princes Fédor Semeno- 
^'tchjSiméon Mikhaïïovitch, An- 
^féde Skima ou deKemetGleb 
fe Cargopol , qui furent au nom- 
W des Tingt princes tués ' dans 
^bataille; après la mort de ces 
V^^ , Belozersk passa sous la 
doaîoation du fils du grand-duc 
^mtti iTanoTitch , André , qui 
?^^ k titre de prince de Irlojaisk 
^t de Bdôsersk , après lui cette 
principauté se réunit aux états dn 
^rasdduc iTAA VasiUëvitcli ^ fils 



BEL 



47 



de Vasîleî - Temny ou 1 arengle , 
qui transporta la Yille de Beloa^rsk 
en 1489 9 après une épidémie qui 
la ravagea, des sources de la Chek- 
sna, àTendroit où elle est actuelle- 
ment. En 1678, les Lithuaniens 
et les Ukrainiens, prirent, rava- 
gèrent et ruinèrent Belozersk de 
fond en comble , elle fut repeuplée 
quelques temps après par des gens 
venus de diflérens côtés, et que 
lesguerr(»s civiles qui désoloient 
alors la Russie, chassoieut de leurs 
foyers. Actuellement on y trouve 
16 églises, un séminaire , 2700 
habita n s des deux sexes , qui vi- 
vent presque tous de la pèche et 
dont toute rindustrie consiste à 
faire du goudron et des chandel- 
les trempées , qui ont de la répu- 
tation. Us achètent leur bléàRy- 
binsk et vont vendre leurs meil- 
leurs poissons à Moscou et à Pé- 
tprabourg. La ville a un fort qui 
consiste en un rempart de terre. 
Environ à une w. et demie de la 
viUe , vers la rivière de Cheksna , 
est la lamskaï^-Sloboda ; et non 
loin du fort est un couvent de 
moines. Le monastère de Kiri- 
low, qui s'y trouve aussi , possède 
la Saline de Xuda , sur la mer 
Blanche. 

Beixk , ( BtJihCKd. ) Ville du 
gouv. de Smolensk et chef-lieu d'un 
district sur TObcha , qui se jette 
dans la Méja , celle-ci dans la 
Dvina. Elle esta i45 w. deSmo- 
lensk ; on y trouve 4 églises et 
225o habitans des deux sexes. 
Cette ville fait un commerce con- 
sidérable avec Riga , par le moyen 
de la Dvina ; il consiste principa- 
lement en blés. 

Beltirs , {EilJllmup^hi') C'est 
un petit peuple de race tîitarc ^ 

?ui vit en Sibérie , sur les rives de 
Abacane ces hommes ressemblent 
beaucoup aux Sagaïs par la figure 
et le jargon tatare qu ils parlent : 
ils sont payens comme eux . et ne 
diffèrent que par Tubage qu ils ont 






43 



BER 



de ne jaroaîs enterrer leurs morts j 
maïs cle les ^suspendre aux grands 
arbres dans les forêts ; ils cher- 
clienl pour cela les endroits les 
plus ca« hes et les plus ignorés , 
et là ils les exposent dans des cer- 
cueils de planches dans lesquels ils 
mettent avec le mort , non-seule- 
ment ses plus beaux habits , 
mais tous les ustensiles de ménage, 
des provisions de boiiche et une 
selle , si c'est un horanle. Ils ont 
ordinairement deux femmes ^ ce 
seul usage qù* ils ne veulent pas 
quitter , les empêche de se faire 
tous chrétiens, autrement ils ycon- 
sentiroieut depuis long- temps. Les 
Beltirs apportent leur tribut dans 
la ville ne Couznetsk , où sont ju-^ 
gés les diflerens qui surviennent 
entre eiix. 

BELYNltCHI 9 ( EilA^HUTU, } 

C'est nn joli petit endroit du gouT4 
et du district de Mohilef. On v 
trouve une belle église de Ormes j 
et de Grecs unis, ainsi qaune 
synagogue. 11. s'y tient 4 grands 
marchés par an. 

BÉMYCHKFSKOi , ( Bejribiuieé^ 
CKOxi. ) Usine de cuivre , dans le 
gouv. de Vialka, sur la Bémyche. 
Elle appartient à nn particulier et 
donne chaque année 2,000 pouds 
de cuivre* 

BeUcHad, ( Ëepma,^h.) petite 
tille du gouv de Podoliè , à 67 w. 
de distance de Caménetz-Podolsky. 

Bbrda, [Bep/^a!) p. fleuvequi 
se jette clans la mer d'Azof, non loin 
et à Toccident du port de Tagan- 
rok , son embouchure est si large 
et si profonde , ainsi que la mer 
dans cet endroit, qu'on pourroit 
facilement y faire un bon port. 
C*est ici qtle se termine la ligne 
militaire du Dnèpr, construite en 
I771 , pour servir de limite et de 
défense du côté du step des Tatare» 
de Crimée : cette ligné commen- 
çoit à Tembouchuré de là Moa-* 
covka. 



BER 

Berditchkv , (Btfp4'zr«tf?0 
ville du gouv. de Volinie, appai] 
tenante à la famille Radzivîl, (^ 
y trouve un couvent de C^nnt^ 
célèbre par une imago m i ra eu le 11 ^ 
delà Me. Viergi , qui y attire bfaij 
coup de pèlerins. Le Pape lui 
consacré en 1^53 une riche c*»ij 
ronne en or. Il se tient poDcfai] 
l'été une grande foire dans ceih 
p. ville , à laquelle se rendrn 
beaucoup de marchands d*AUf| 
magne , de l^ologne , de Russie, é 
quelquefois même des l urcs. 

Berestova, ( Bepecmaea ] 
P. riv. du gonv. de Poltava. 

BÉRÉZA, (Bepèsa.) p. riv. ru 
a sa source dans le gouv. de IVlinsl 
et qui se jette dans le Dnepr, «ur si 
rive droite. Elle f|iisoit ancien uei 
ment la frontière qui séparoit [{ 
grand-duché de Smolensk de li 
Lithnanie , et la ville de Borisov i 
été bâtie ' sur ses bords , par h 
|)rince Boris de Polotsk. 

BÊREZNA, (Ee/>e3Ha.) p. V\\\i 
du gouv. de Tchernigov, sous h 
5i° 26' de lat. sept, et le 49^ 3ù 
de longit. orient. Elle est bâtie sni 
la Dcbua , à 36 w. de Tchernigov 
On y trouve 6 églises. Le noùibr^ 
des babitans , des deuiL seiLes ^ j 
compris ceul des villages qui et 
dépendent , se monte à 5Soo. 

BerÉzovv , ( Eepeaoab ) vlU^ 
du gouv. de ToI)olsk, bàiie en iSqJ 
et chef* lieu d un district depuis 
1772. Elle est soi|s le 63^ 36' 14'' 
de lat. sept, et le 82° 55' de lon^ 
git. orient, sur la rive gauche el 
très-escarpée de la Sôsva , à 27 ^v 
de son embouchure dans l'Ob , cl 
sur la droite de la Vogoulka, qui si 
jette dans la première, non loiv 
de là. BérézovF est k 929 w. de Toi 
bolsk. C'étoit anciennement ui| 
bourg appelle Soun^oulche- Vachâ 
par les Ostiaks et Khal-ouche , pai 
lesYôgoules. Les mots Sou ngoulch^ 
et khal signifient bouleau ^ et I< 
nom russe né désigne pas autr^ 
chose. Cette ville est comme le cea^ 



1 



mk BE$ 49 

treielMles les habitations des Vb^ l5o tr. Ae l'emboachtire du GimU 

goules f( des Ostiakss En 1808 elle chatka , à Torient j et sons le 5o^ 

renfmDoit, outré 3 églises > plus 60' de Iat« sept.; sa longueur est de 

de ]co maisons assez mal bâties, la 1 65 w. et sa lai'geur yarié de 5, 10 

plupart habitées par des Cosaqnes. et jusqu'à 25 w« Elle est entourée 

Cal dails cette ville que mourut d'ecueils j remplie de montagnes 

foai), en 173 1 y lelàmeux prince granitiques et contient une quan- 

Meoehtkdfi Du territoire de cette tité de petites rivières ; mais elle 

^ilk dépend Obdorsk , p. fille manque absolument de bois. Elle 

iitoée sor une montegile. C^est là est inhabitée ; mais les vaisseaux 

(foe les Sémoïades livrent leur qui font voile du Camtcbatka aux 

(ribat. Cette contrée est comprise autres îles , ont coutume de re^ 

(bas les titres de l'Empereur sous lâcher i<;i et d'y passer le premier 

le Dom d'Obdorie» 1 jes < )stiaks an-» hiver; pour faire provision de vian- 

pellent les contrées inférieures de de ^ de quelques poissons do mer| 

rob , Obdorie» Obdor^ en langue et particulièrement de manati. 

ilrjaae, s^ifie Tembouchure du Berislavl ^ ( EepucJiaôA.»i ) 

âeare Ob. C'est le fcar Vasilci-* Ville du gouv. de Kberson* Elle se 

iTaoofltch qui a incorporé l'Ob^ nommolt auparavant Millettopol. 

done à son tardé Les anciens Russes ont chaugé ce 

LÉ&FzoVKA , {Bepésoatta.) P. nom eu Celui de Bélaia - Véja , et 

fiT. da gotiv. de Saratof^ qui se lesTatarcsencelui de ILizékélmién* 

jette dans le tLhoperè Elle est bâtie sur la rive droite et 

buEzovKA, ÇBepês^âKa.) Co^ très-élevée du Dncpr , et appar- 

Wie aiiemande du même gouv. tenoit ci-devant aux Cosaques Za- 

t ^9 ir.de >ai*atûf) sat* le Volga. porOgues. Elle est assez considé- 

Oq j compte 40 ûimilies* rable par sa communication bat 

BuczovsxiARoUDNiKi^(£^ptf- terre avec la Crimée et la facilité 

i^ecKîei) ou mines de Berézow. du passage du Dnepr dani cet en* 

Uies soat au nombre de quatre droit. On attribue sa fondation aux 

dans \t gouv4 de Perm , disti'ict Milésiens | ce qui se rapporteroit 

(i'EcfttérinlM>Urg. On en extrait de avec son premier nom de Millet* 

l'or en assez grande quantité» 11 topol. 

Ta aussi une mine d'argent et de Berne ^ (J5^pii&;) Colonie -suis- 
plomb de ce même nom ^ dans le se ^ sur les bords du petit Cara- 
goati de Tobolsk 5 sur tlrtycheè man > dans le gouv. de Sat*atof. 
BntiNG j ( fiepuKeotfd.) ^ dé^ Elle fut éublie en 1763 et contient 
^»t de ), entre l'Océan oriental Ao fam»'^«»« iHiKjit.:^^^*.- #.«.: **«#• 
rOcéan glaciaL U sépare TAsie aonné 
«^pt. de r Amérique. On Tappelott celui ( 
inciennement détroit d'Annian : patrie^ 
il 275 w. de largeur et a reçu son Besset ou Bassit, {Béccimh') 
*tnm de celui du commandeur Be- rivière qui a sa source dans lo 
rtng qui le premier Ta fî^anchi. " gouv. de Smolensk^ district de 
BcRiKOoV - ostRoy , [BepuHf* Koslavl, et qui coulant de là dans 
^"^ih Ocmpoeb.) ou lie de Be- le gouv. dé Mohilev , va se jeter 
^iB§ , autrement tic du Cbmman- dans la Sojaé 
'l^ur. Cette lie, la plus voisine du BESSLirrEXS , ( BecXemûm^i. ) 
^•^mtcKatka, tire son nom du com-« On nomme ainsi un petit peuple 
inaadear Bering^ qui Va décou^ des montagnes du Caucase, qut 
verte le premier , j a fait naufrage habite près de la grande Cabarda ^ 
<i Test mort f^n 174^' ^^ **^^ aux sources de TOrpa* Le khan de 
TOM. I. 6 



5o fiT4c BtA 




âe ces Ta tares en i^SSet se gou- autrefois, ils portent maintenant 
Ternent depuis par l^urs petits du blé aux liabitans de Pousto^ 
princes, qui se sont mis sous la zerskoy«-ostrog, située sur .les bords 
protection de Tempire de Russie, de la Petchora ^ et rapportent de 
Bezdna ,, ( Eeaf^na- ) riv. du là du poisson et des pierres de 

ÎrouT. de Cazan , oui se jette dans meules. Ce pays s^est vu gouverné 
e Volga. La TilWde Spask est bÂ- par des Rois , dont il est fait men- 
tie sur ses bords. tion dans Thistoire du nord et 

BiA y (£îyf)'i*ÎT« du gouY. de dont la puissance paroit s'être 
Tobolsk, qui en se réunissant avec étendue jusqu'au gollede Bothnie 
la Catounia , forme Ir fleuve Ob. Dans les i leme et i^ème siècles , 
BiA'CH-if EK-TAOU , ( B/miJucK" la république de Movogorod s*em- 
i^et^.) C'est une des plus hautes para de tous ces pavs* et j envoya 
montagnes du gouy. d'Orenbourg: des colonies Russes pour mainte- 
elle est renommée par la quantité nir les naturels dans la soumission; 
' de faucons qu'on y attrape. . les babitans, en furent aloi^ ap- 

: BiAR»ii£,(£ia/>jMi/t«; Onnom* pelés en partie, du noni Russe 
xnoit ainsi une vaste étendue de Tcboud-Zâvoloiskaïa, c^t-À-dire 

S ays qui commençoit en Finlande, ceux d'au-^elà du Volok , et en 
epuis le fleuve Kumén et sVten- partie Tcboud - Beloglazaia , qui 
doit de là vers Tor. dans les gouv. ont des yeux blancs : ces deux 
actuels d'Arkbangel, Olonetz, une noms prpuvent que -ces peuples 
partie de \ologda et toute la Per- étoienl peu connus des Russes, ^iur 
mie, qui en a conservé le nom* la fin du i4ème siècle et au corn* 
Ses habrltans étoient les Tchouds. mencement du iSème^. il s éleva 
Dans la plus haute antiquité, ce pays un diOerent pour la possession de 
étoit déjà célèLre par ses liaisops ce pays , entre la ville de Movogo- 
commerciales avec tous les peu- , rod et le grand-dne Yasilei-Dmt- 
pies de l'Asie ; car les Persans et trievitch , lequel ayant été termi* 
même les indiens venoient y ap- ué enHnpar legrand-ducIvan-Ya- 
porter les plus riches' productions sUievitch , les Novogorodiens fu- 
de leur pays* Stelemberg cite, à rent obligés ^ de renoncer, à toute 
lappûideoe que j'avance, plusieurs prétention de propriété sur cette 
écrivains orientaux; d'ailleurs lés contrée ; cependant « le^ habitans 
traces des grandes habitatiotis et des conservèrent encore pendant assez 
travaux entrepris dans les mines long- temps la liberté de se choisir 
qu*on trouve partout en Prrmie , eux-mêmes des magistrats» .Leur 

fourroient seules convaincre de premiefgouverneur leur aété doà» 
ancienne splendeur de cette con- né en 1 543 par le Tzar Ivan—Va- 
trée. lies marchandises étrangères vilievitch; ce fut Yasilei Yoronzov; 
arr^voicnt par la mer Caspienne , il faut observer que les notables 
remontoient le Yolga et la Cama , bourgeois siégeoient conjointement 
et passoient de là par d'autres ri- avec leur gouverneur ; mais cet 
T^ères jusque dans, la merScythi- usage fut aboli en i6i3, à l'avé- 
que ou glaciale. On voit encore les nement au trône du Tzar Michel- 
traces de la route que prenoient les Féodorovitch , et sous legouver- 
caravanes, pour passer de la Cama nement du voevode Nikita Pouch- 
dans la Petchora , route que kine. Les Toevode^ iaisoicnt leiu* 



BIO BIR 5i 

lÀ'itee k C^lmogory j comme saîte à T5Ifiil>y oa Wanlîakyle , et 

éuotiHiprant la capitale du pays, établie en i558) dans 1 endroit 

t^uBti l'adminisiration des ai- où elle esi actuellement. Ou trans- 

fairtfMclfsiastiqueSj eUeapparte-* porte chaque année de Biome* 

wMtdiBs le principe à rArcheyô-» borg à Stokholm et en d autres 

ÎifdeNorogorod ; mais le grand- endroits ^ beaucoup d* ustensiles de 

iclfUHVasiliëritch ayant éubli bois , aussi bien que quantité de 

ttsifgeépiscopalà\ologda,cette poisson, principalement du sau- 

fliatréf.iiiMi que celles de Soukbo- mon et du grand gardon. Elle a 

s^ lie la Dvina, de là Vytshegda , son entrepôt près de Sandad, à un 

/Ltqa au pays de Permie , furent mille de la ville. Les £tats du 

èns sa dépendance. Koyaume de Suède s'y assemblé* 

BiiSK, (BiucKh») p- endroit for- rcnten i6oa. On y établit une Dou« 

(i6é dans le gour. de Tobolsk. Il ane. Près de la ville est une terre 

e>t<OQ$ lé 53^ de la t. \sepi. et le impériale et une métairie. 

i(v3^ 53' <le long, orient. , au oon^ biR , {Bupb») riv. du Gour. 

htûXôe la Bia et de la Catounia , d-Orenbourg , que les Bachkirs et 

à 2iow. de Coltvan. les Tatares nomment B^rssoU| 

BiiiNBâEFSKOÏ zaVOD , ( 5u- c.-à.-d. £au du Loup. Elle a sa 

MiH^aeâcKOÛ saao^à») usine de source dans le mont Oural et' se 

k? dam le goor. de* Perm, dis- jette dans la Bélaïa , Q w. au-des- 

trlct d'Ecaterinbourg apparte- sous de la ville de Birsl. Cette ri- 

luniekiiii particulier! On y fabri- vière est partout très-profonde et 

OQeÎQjqa'à 15o,ooo pbuds de fer assez large: ses bords sont des 

je fonte, et on y forge plus de roches, qui vers son embouchure 

ïo/H» poués de fer en barres. la resserrent et forment des cata- 

LiLUiSK , ^BuJibAvcKb^y Cest ractes , qui en rendent le cours 

^ petit boui^ sur la Tch^rem<* excessivement rapide , au point 

^iuaa, dans le gouv. de Cazan , que Teau ne gèle jamais ; ce qui 

flistrict de Tchistopolsk. Il est fait que les cygnes et. autres o^- 

coiDposé de 400- maisons, habitées seaux aquatiques y passent sou« 

)«r Jei descendans des soldats vent l'hiver. 

><^(^iis,amy ont été établis par Birioussa, {Bupwca») rîr. 

l^*Ttar Alexis Mikailovitch. Cet assez considérable du gouv. d'ir* 

endroit n'est remarquable que koutsk* Elle coule du midi au nord 

l^rcequil occupe laplace de Tan- Tespace de 600 w. et va se jeter 

cieooe BoaCmer. dans FOuda , qui dans cet endroit 

l^iOERiAEHN , ( BiopHenb. } P* A déjà pri^ie nom de Tchouna. 

î^ Tolsine et appartenante à la / Biriousses ,(Supx>cM*} Tata-» 

vJfedeToméa. {J^oyezcetarticïeA res. Ce sont trois branches de Ta- 

^ :Boao { BiopHt6optb.S ^^veê qui habitoient autour du 



^ue de sable, au bord du fleu- lestés par les Zungors et les Kir« 

^^Conmo, qui se partage au- guis, auxquels ils payoicnt un 

^Qs de la ville en plusieurs tribut, ce < qui les a tellement ap- 

'f^; et forme, dans une distance pauvris , que dans ce moment 

I^OQ demi-mille , diflërentes p. môme, où ils vivent tranquilles 
^* Oa croit que cette ville étoit . sous la domination Russe , qui 

^^i^oairemeat située dans la pa-^ les a fait passer du c6té des Cat« 

^^ de Coumo , transférée en^ chens ^ sur les bords de TAbakaai 



5a BIR BOB 

dans legoaT. de Tolîolsk, ils ne Bisse&te^ {Bucepm^)viy» ii 

peurentse remettre entièpement, goiiT. de Perm, distnol deCrasno 

Cest un peuple errant ^ qui ne Oufîmyk. Elle il sa source dans 1 

s'occupe que de chasse; il coni- mont Oural et se jette dans VOui 

pose quatre Aimaks ou Trl))us , sur su rive droite, ses bords ëtoien 

sous 1 inspection d*un seul Bacblîkt habitas par les Tch^rëmises. Oi 

Toute leur population monte k nb^tien 1736 trois forts sur cetj 

5oo personnes deif deux sezest te riv. , pour garantir ces contre^ 

BiRiouTCHï,(Bupww.)P-w- ^" brigandage des Bachkirs; o 

du gouv. deSimbirsH, non loin de ^^^}}^ ^^^^ d» Bisseruk, de Qé^ 

la Tille de ce nom. Elle tombe dans «olskaia et de \erkb^BisscrUk. 

la Sviaga et n est remarquable que _ Bissertsk, [Bucepiçcb.) p. for| 

par les buitres k perles quon y «1 même gouv. et district, bà^ 

trouve quelquefois ,' et par des os •"*' ^ Bisscrte. Ses fortification^ 

et des denu d'ëlépbans que l'eau **« «^"^^ V^'^^ ^^^ f <»mme il 

détacbe souvent de ses bords. \">«^^ ff»l"« •»«• 1* grande roi 

Bi] 

gOUT, 

long, oHpt,, J ,50 w de Voro. J^^^^ù ^^^.^^1.:^^^ 

ne,, sur la r.r, gaache de la 1 ,k- j^ ^^ j^^^^ ^^ ^ 

ha,a^8pa , qui «e ,elte daps le ^»j ^„,„;^. ^ ^ ^jj 

Don, Cette ville est entourée d un -i^V/^o*»-;; mJ^^iL^^A^^^i r\^ ' 

^-.«.«-rt A. f.^. .f .l'nn fn«*^ ..- ?* > wouej, vs sc fetcr dsiis leDon, 



^r. 1* ^Sr r^^'*" , "' *• r deux nsines de fer duns le gouv. d< 

Çriculture.Ilset.entqua^egran^^ p dont l'une senom^BJa^ 

marches par an dans cette viUe. godatJcoucbvinskoï-savod, et l'au 

BiRSK, (Bi/pcKÔ.) P* ^i^P du tre BlagodatvTourinskoï-zavoii 
gouv, d'Orenbourg , sons le 53° à cause que lune est située sur li 
if de lat. sept, et le 72^63' de Couçbv^, et l'autre sur kToun»! 
Jongit, orient., sur le bord delà II y a aussi, dans le gouv. dln 
Bêlaia, près de l'embouchure de kontsk^ une mine dargent app» 
la Bir , laquelle prend son nom« lée Blagodatskoï-Houdnik; 
EUeest kp^ w. d'Orenbpurg , BQABon , ffioapy.) Colonie Al 
contient 3 églises et près de 2,5oo )emande, dans le gouv. de Saraio^ 
habitans des deux sexes. située sur le petit Caraman. EU 

BiR?B,(^apsô.) p. villes deLi- est à 60 w. de S^ratof , et ofi ^ 
tbuanie , chef '^ lieu d'une princi- cqmptoit originairement 78 ^' 
pauté appartenante aux princes ni i lies. 

Badzivi^l. Elle a 3 églises , savoir BoBROur$K,(jBo5pyÛcfc5.) vill 
une Catholique , une Luthérien- du gouv. deMinsk etcbef-lieu d*ui 
ne etuneRéiormée. (froide Sue- district, sur la Bercsuff , qui si 
de, Gnstave Adolphe ) s'en ren- jette dans hn Duepr. . ^Ûc est à j!)i 
dit maiire en 1626. Des écroule* w. de Minsk. On y trouve 3 églj 
ment de terre ont formé près de ses russes et nne de Grecs unis, 
cette tille quantité de creux, qui BoBRdvKA,(fîo5pôdKa.)p.ri^ 
ont 3o, 40 et jusqu a 60 pas de du gouv. d* Ukraine qui se ict» 
circuit; dans laSoula. 



BOH BOH 53 

Bonow, (Boâpoehf) ville da vatUe en ffr^nde quantité > et en 

5011T. deToronéj et chef-lieu d^un fourrures de moutpns« 
iistnci, sur le Bitîoug. Elle est Bohoïavlenskoé , (BoeoMS'^ 
souJf 52°l5' de lai. sepUelle ^encnoe,) jolî p. endroit du eouy. 

58^'}'delongit. orient, à 87. w. de de liherson , à la w. de tNicolaév , 
Torooq. On y trouve deux égli- situé sur le Boug : on y trouve 
itiei^t6b Jiabitans des deux se- un beau palais entouré de jardins 
lef. Son nom provient de la quan- anglais. 11 se tient ici trois grands 
tiié de castors nommés Bobrj 9 marchés par an* 
fqoQ tronvoit anciennement dans Bohopol, (BoéonoJU^) p. ville 
tel endroit. du gouy. de Fodolie, située an 

B06DO-O0LA, (BoeAo-'OoJKu) continent d^ la SinioukLa et du 
nontagne du gouv. d*Astrakhan , Boug. 

à 20 w. de Tcbemoiarsk. C'est Bohoroditsk, {Botopo^uiçth.') 

on pic isolé an milieu d'une Taste p» ville du gouv« de Toula , sous 

plaine, ^ne le sol bas qui Ten- t^ boP dp lat, sept, et le 55^ 3o' 

toare, laisse apercevoir à 7 jour- de long* orient. Elle est bâtie an 

fiées- de chemin. Les Caimonks conûuent de deux p. riv. très- 

assarent , que Iç Dalai-Lama y poissonneuses , qui sont 1^ l4esno]jp 

ajant fait sa couchée pendant une Ouperte et la Viasovka. On y (rou-* 

fiait, il en avoit résulte cette mon- ve trois églises et 2900 habitans 

ta^e, an sommet de laquelle est des deux sexes , qui font un com- 

UQ€ colline de sel , qu^ils attri- merce assez considérable , en di(- 

Wnt aussi au Dalai-Lama ) qui fércntes marchandises étrangères* 

eadinant avoit jeté un grain de BohorodsK|( £oeopo^cK&. ) p. 

tel ca cet endroit. Au pied de cette ville du gouy de Moscou, chef-lieu 

oiontagne on voit un lac très-ri- d'un district. Elle est bdtie sur la 

ci^eeo sel 9 que les Calmonks ap- rire droite de la Cliasma , à 5o w* 

Jx'Ueat Bognoïn-Dabasson et , les de Moscou , sur la grande route 

Kiuses Bogdinskoi' ; il a 4q w» de qui conduit à \ladia9ip : on y 

circait. compte 5oo habitans des deux 

BoHATQÏ 1 (Boeamoû,) p* ville seines. 
Jn gouT. de Conrsk, Elle est sous BoHOSLOVSKOÏ ZAVOP, {Boeo^ 
k5i^2' de lat. sept, et le 53^3o' caoôckoû taûQ^h-) C'est une ri- 
de long, orient. , sur la Péna , à çhe mine de cuivre appartenante à 
106 w. de Conrsk. On y trouve nn particulier y dans le gouv» 
une seule église et 800 tiabitans d'Orenbourg 9 district de BcgouW 
des deux sexes. mine. On en tire jusqu'à mille 

BoBODoUKBQF^ (i?oeo^y:rptf5.) ponds par an de çnivrepnr. Il 
p- T. du goUf d'Ukraine, chef-lieu y a une autre mine de ce nom 
d'an district. Elle est sous le f>o^ dans le gouv. de Pçrm, qui est si 
t^' de lat. sept, et le 58^ f de long, riche en cuivre , qne3i un ne man* 
orient., 9ur le bord du Merle qui se quoit pas de bras pour la travail- 
)eite dans la Yorscla. Cette p. v. a 1er t on auroit pu en exploiter 
fié bâtie en 1667; elle est entourée jusqii'â 3o,ooo pouds par an. 

^Qo fessé et d'un rempart de ter- BohouslavIi , {Bot^cA.aôA.h^ 

^' On y conipte 4 églises j et p. ville dp gonv, de Kiow, chef- 
«-peu-pres 5,000 habitans des deux lien d'un district , sur la Rossa. 
*^e8.Les vergers de Bohodoukhof Elle a toujours appartenue à la 
OQt dç la réputation. Son princi- principauté de Kiow. 
P^ commerce consiste en peaux Bohoutchar , (6osycap&*) vil- 
(ie boeuf et de bouc ^ qnonytnt- ledugpuv* d'Ukraine, cheUlieu 



54 



BOL 



cl' an dîslrlct , sons le boP^o^ de 
lat. sept, et le 58® 3' de longît. 
orient. , sur la BohonUïhara* Elle 
est à 258 w. de la TÎlle de Khar- 
Lof: on y trjuye deux églises et 
9^Çoo haoita as des deux sexes , 
presque tous cultivateurs. 

BoKHTUKHA , (jSoormycra*) rir. 
du gouT. de \ ologda , qui se jette 
dans la Rabanskaïa-Soulikonta. 

BoLCHAilA. RÉKA ) ^BOJlbUiaA 

laliKa») ou le grand fleuve, que les 
mbitans du pays appellent K.ikcha 
Il coule dans le Camtchatka, prend 
sa source dans un lac , et par- 
courant un espace de 200 w. , va 
8e jeter dans le ffolfe de Penjin. 
On l'appelle grand, parce que de 
tous ceux qui se jettent dans ce 
golfe , il est le seul navigable , de- 
puis sa Source jusqu'à son embou- 
chure, quoique néanmoins ' cette 
navigation ne soit pas sans difKi- 
cultes , par rapport à la rapidité 
de ses eaux , et à la quantité d'î- 
les qu il renterme* Dans le flux , 
qui arrive au plein de la lune 
et lorsqu'elle est nouvelle , ses 
eaux montent de 9 pieds de Fran- 
ce , et il est alors si profond à son 
embouchure, qu'il y a de Teau 
suffisamment, même pour les plus 
grands vaisseaux. On trouve sur 
ses bords ^ dans les environs des 
forts Natchikine et de Coutchénit- 
dief , beaucoup d'ardoises , et de 
terre rouge dont on fait les 
crayons. 

p. villeet port dugouv. d'irkoutsk, 
dans la presqu'île du Camtchatka. 
£lle est sous le 52^54' 3o" de lat. 
sept, et le 174^ 69^0 longit. 
orient. , sur la rive sept, de la 
Bolchaïa-Reka, entre les ri v. Bjs- 
traïa etGoltzovskaïa, qui s'y |et- 
tent; et à 33 w. du golfe de Pçn- 
jén. £n i8o3 ce lieu renfermoit 
t bâtiment de la chancellerie , la 
maison du commandant, une égli-. 
se , des magasins à blé , 3o bouti- 
ques de marchands et 62 habita- 






BOL 

tiens. Sa situation lui donne de 
grands avantages , en ce qu'on y 
reçoit tontes les choses apportées 
au Camtchatka de la première 
main , au lieu que dans les autres 
endroits de la presqu'île , elles 
sont apportées par des chiens y 
qu'on nourrit en grande quantité 
iji pour cet usage, ce qui rappor- 
te un bénétice considésable aux 
marchands de cet Ostrog , qui se 
font payer ce transport quelque- 
fois très-cher. Cette contrée est 
d''ailleurs très-favorable à la chas- 
se des castors , qu'on se procure 
ici en plus grand nombre , que 
dans aucuns des autres Ostrogs de 
la presqu'île. 

BoLGARY, (Eo;i«apM«} Village 
consistant en plus de 100 feu^dans 
le gouv. de Cazan , district de Te- 
tux^ji. Il est à 90 w. de cette pre- 
mière ville ^ & 20 seulement cte la 
seconde et à 9 des bords dn Volga: 
c'étoit anciennement Briakimof, 
capitale du Royaume des Bolga res, 
connus dans 1 histoire de Russie 
par les guerres fréquentes qu*iis 
firent aux Russes; ces mêmes 
guerres réduisirent enfin cette 
grande ville en un chétlf villase , 
tel que nous le voyons actuelle- 
ment. Pierre-le-Grând, à son pas- 
sage en 1722 , lors de son expédi- 
tion contre les Perses^ examina 
ces ruines et trouva 49 épitaphes 
arabes et arméniennes, que l'on 
copia par son ordre , et que l'on 
traduisit en langue russe. Les ara- 
bes sont de Tannée de l'hégire 629 
à Tannée 74^9 ^^ ^ épitaphes ar- 
méniennes , il y en a une de 667 , 
et deux de 984 et 986 Quelques- 
unes de ces épitaphes témoignent , 
que les personnes dont il y est 
question, étoient nées dans la pro* 
vinœ d'^ Chamakhie , et un autre 
à Chirvan , d'où il suit , que cette 
ville attiroit des étrangers par son 
dommercè. On a trouvé encore 
dans ces mêmes ruines , quanti- 
té de petites monnoies d'argent et 



BO^ BOR 55 

i« cmre ; parmi ks premières «nr les • bords de la Desna et du 

)leii«tpliisiears de très -bien Dnepr : la quantité Je ce fer peut 

{nnN>,et dont les légendes sont s evalaer à 20,000 ponds, 
wiset Infiennes. Entre les an- Boogarde , ( BooeapAh- ) On 

e««l.ficc8 on Temaroue sur- nommoit ainsi nne des principales 

IMW tour (Misgir) d environ villes des Bolgares dn Volga :elte'^ 

lîteKS de baateur , et bâtie de étoit bâtie sur le "Volffa à 3ow 

kW pierres de taille. M'. Pal- de l'embouchure delaCa'ma: le^ 

1» odM a donn<< de beaux desseins Russes la nommoient Bokhoï-cwid 

Ë tel anciens monnmens, dans on grande ville. . 

f "j"'*'^ ^iJ^ jV^ft^:^ «"»» . Bo«eo . (JSopsc) c'est nne an- 

liç^emiaen M'. Lepekhm , en cienne viUe maritime de la Fin- 

a donne one notice complète, de lande. EUe est située danslanro- 

BMfnieq»! des inscriptions. 'Il est vinoe deNyUnde , sur lecolfed« 

b.i menuon de la Bolgarie dans Finbmde; un petit fleuve nom- 

" !"" ""Penal. mé également Borgo vient s'y ieter 

InuBow (B^^o,8.) ViUe dans le golfe: elle a un mauvS 

ingour dOrel, cheHieu dun port et un siège épiscopal. Borff« 

o«tnctUleestsonsle530 26'de a un bon coÏÏéw: les haWiInî 

k.epu et le 550 .8' de long, commercent en^oiW de t^t" 

onfni. , lur la Nottgra qui se |ette sortes. 

mW. de bdans TOca. Cette Borispol , (EopucnoAh ) t>. 

Tilte est ires, ancienne, et quoi- HiUedu gouv. de Tchernifiof' diL 

qaontgnore au juste 1 époque de trict deCozèletz, sur l'Àlta. Elle 

»tontoi«m, on sait quelle faisoit a reçu son nom du cbrpi du saint 

antwuwnenl un apanage des Prin- prince Boris assassiné, qui a été 

^^rZT' f- ^? ^"^ * beaucoup dépose pendant quelque temps dans 

«'w^t pédant les incursions des TéglisedeSt. Nicolas de cette ville. 
J««res de Cnmée , et lors des Borissoolebsk , ( Êopucoe^ 

|»P"« miles qui ont désolé la Ji%6ckh.) Il y a deux villes deçà 

fltt*«'eaplusieursépoques.Bolkow nom, la première dans lé gouv, 

fouewdcax couvcns, dont un deTamboiv,eStcheHieud'un di-< 

«J«niDei, et 22 églises; on 7 trict; elle est surla rive gauche de 

^P«epresde 10,000 habitans des la Vorona, qui , non loin de là 

«Jï sexes, dont la principale se jette dans le Riioper. Cette ville 

«^.•^'^T- «.î«%iq«esde est sous le Si^So' delat. sept, et ^ 

^n et bas de lame j ils font aussi le 60° de long, orient., à iSawers*- 

«a conuDerce assez considérable tes de Tambow. On y trouve deux 

«ctttaTre,smfetbuilede chanvre, églises. Ses habitans sont au nom- 

« nue estasses bien bâtie, et bre de 1800, en comptant les deux 

^^e plusieurs maisons de sexes. La seconde se trouve dans 

^** , le çonv. delaroslaw, sur la rive 

te^i^j' (Ço-^tfo.) riv. qui a sa droite du Volga , et vis-à-vis de la 

^ daw le gouv. de Calouga , ville de Romanpf. Celle-ci est sou» . 

^«(icberpeisc, et qui pa5sant le 57° Sg' de lat. sept, et le 57^ o' 

d2 r p'^^'^V^'^"^^ ^"" ^^ ^^ ^^^8^^ orient.,. à 32 wert. de 

dart îff ''»*nsk ^vs se jeter laroslaw. On y trouve deux égli- 

pel»» • Elle est navigable ses. Le tiombre de ses habitans 

r^Une partie de 1 année, et peut se monter à 4ooa personnes 

de ÏÎT''.^"'**^^"''*®*"*'"®* des deux^xes. Ils font un com- 

. uuUnsUe et de Pessotchins- merce considérable dans l'intérieur 

^>ûaMdifKrens.endroits situés de l'empire çn différentes mar- 



56 BOR BOR 

chancliseSâ et particultèi^ement en â to Mr. an-dessnt de Kiziar.f 

blë, qu'ils achètent dans les pro- fort a ëtë bâti en tj5%: il ésto 

rinces sitnëes vers le midi sur le cupé par les C4>8aqnes Sermens. 
Yôlga, et qu'ils revendent etisuîte BôIiovitchî , [ÈopoeUtth) 

k Pétersboui^. On y forge aussi ▼. dugonr. delVôTOgôrèd étcbe 

quantité de chaudrons en fél^. Il lieu d'un district. Elle est sittii 

se tient trois grands marches dans soiis le 58^ i6' de lat. sept, et 

la ville. Il yaeneoi^un fortin de 5i^ 3o' delongit. Orient., stir \ 

ce nom, dans legouy. de RhersOn^ Msta , ji i83 w. de Norogorod. 

sur le Dnepr. V trouvé 4 églises et un couvent 

BoRissow, *( Eo/>uco«5. ) p. les habitats , dtii sont an noni 




tir, et après lamortdnqnel elle Borovitskié PoROOti , (B/ 

est tombée en raine. On j trouve poôut^Kte TTop oeu.) Porogui vei 

eneore une espèce de château fort dit*e cascades , cataractes J celli 

quMl y a fait construire en |>ierres, dont il est question ici , se troi 

avec des tour4 , dont Une s'est vent dans lé gouv. de Novogônx 

écroulée dans la riv. On y compte sur la Msta , près de la ville c 

actuellement 5ôo babitans , qui Borovitchi , d'après laquelle ell( 

sont répartis dans trois fauboUrg^ sont nommées. Ces cascades $*étei 

de cette petite ville , et dont la deût sUr Un espace de plus de 3ow 

seule industrie consiste à faire des cependant les barqnes y passeï 

filets de pécheurSé sans danger, surtout avec de boi 

BoRissow , (^Bopucoâh.) p. té pilotes , et depuis Quelques tn 

de la Lithaanie j dana le gonv. de vaux qu*on y a faits, pour en faid 

Minsk , chef-lieu d*un disti*ict , sur sauter les pms grosses pieites. 

la Bérexina, è ;^2. wers.de MiasL Borovsk , {BàpoecKh*) tlll 

Elle a été fondée en t io2 par Un du gouv. de Calouga, sur lès àe\i 

jprince Russe , nommé Boris ITsés- bonds de là Protva > et chcf-liç 

lavitch , à son retour d'Uné expé^ d'un district. Elle est sons le 5 j 

dition dans ces coUirées. Cette vil- to' 3o" de lat. sept, et te 6o" 5' 3<j 

le appartenoit à la principauté de de lotigit. Orient., à 78 w. de Gi 

Polotski 11 y avoit Une troisième louga. Cette tille étoit ahcienn^ 

▼ille de 6e hom en Russie , entre ment un apanage des eadels d^ 

Pronsket le vieux Retan, sur la rive souverains de MosOoU. Elle est rt 

droite de TOca , que le grand-duc nommée par la beUe défense qu 

Ysévolod,lll, dans son expédition fit le prinée Michel Con8tàntm({ 

contre le prince de Rézan , pt*it titcb volkonsky , contre les troi 

en 1180, en Venant deColoriina. pes du second fauifc Dimitri, i 

On en voit encore remplacement 1610. Il s'y défiendit jusqn à la dei 

avec un reste de rempart* nière extrémité , malgré la trah 

BoRtSTiNS^ ( Bopucmekà. ) son de ses deux collègues j qnl 1 

c'est le nom t[ne les anciens don- trèrentla tille aux complices ( 

voient au Dnepr. ^ Voyez^ ce dei^ Timpo^teur; et resté seul ilain 

nierariiclejé mieux combattre encore dans 

BOROSDINS&AIA , ( Bopos^uHr Couvent dé St. Pafnuce, Où il tod 

eK€Ui,) ( cfépost ) ou forteresse de ba près de la nef, percé de ooad 

Borosdinsk« Elle est dans le goU-« que desel-endre aux etinemis^ 

^ernement du Caucase sur le Terek| sa patrie. La viUe ée Borovsk a 



BOR BOU «7 

^Usâei5£ibrtqiiescte toiles )iT0il«9 U partie oecicteaUle qui â{^t)àr« 

p&rmi biqaell^ îV y en a q al oc-^ tient à la Suède, et dont ane 

eupeatpà» de 260 ouvriers* Les scfiile t>rëv6té, oellc de Tornétf^ eu 

bitibasdelarille sont au nom- a ëté detacliëe , pour être réunie 

bR<lf}jOOodesdea]iseies; ilstbnl à la Finlande, que la Russie a 

on oamercé considérable dans conquise. Le otuve Tornéa sert 

l'iiiprieiif et dans les ports de actuellei^aent de limites aux deux 

rapife^ en toiles à voilé , liil , étatSè On voit le long des côtes d^ 

eldirre, cuirs etc., les plus pauvres la Bothnie orientale des lies très« 

Mt occupés à Gler pour les fâ- agréables, beaucoup de ileuveset 

Hjoesde toiles^ mais la priilci-* d0 très-belles foi^ts. Ëlk com« 

jMif prodoction de la ville est l'dil menoe au deuve Toi^néo , boi*de 

rt fot^noD , qui sont-renom mes iciî la partie o r ien taie du golfe de Both* 

P'wlrurgrossetii*, etdôntonex- nie et comprend toute la provins 

porti à Moscaii seulement , pour ce d'Uléabofg* Actuellement quel* 

plus rlf i},ooo robbles. le appartient à la Russie ^ on la 

BûKSiui, {BopcKOH*) Kré- comprend sous le nom général 

p»t, lortio du gouv. aOren- de Finlande. (Y oy es cet article, et 

ixtur^, sor la Sàmara. C'est le seul particulièrement celui d'UUa* 

d« tooi ce<ii qui ibrmoient Tan- borg.) 

CitQoe ligne dé dél'ense^ côunUe BoUDÀk, (É^^cuctf») p* rlr. qui 

«^tu le nom de ligne de Samara ^ sort du lac Cabane , passe au mi- 

qQi wlt biii siir la rive droite de lieu de la ville de Cacan ^ et ra 90 

c^iie miere. Comme on y passe jetei* dans la Gàzankai 

F^ivK rendre à Orenbourg,les BouoAKOVBouÉRAKyfSy^axotfS 

^^w Je ce lieu 7 éntretien-A ô^epaKô.) Colonie allemande du 

seoi toujours uii pont de bateaux gouv* de Saratof^ k 126 w« de 

iDrlaririère.Lagai'disoil consiste cette tille ^ sur le Vol^a. Onj 

^Q&e compagnie de dragons et compte 43 fiimilles luthériennes* 

^aes Cosaques. On y troute Boudouin-caii. ( Eu^etinJ^ 

^é^ et à-peor-près l5oo ha^ Kojuht ) C'est le nom que les Vo« 

Lunsdes detii sexes. tiaks donnent à la Gamai 

J»OBZA , (Bopsa*) i'îva du gouf . BôùDiLsxoif poaoous, (B^ 

^Irloauk , dans le district de ^ujuckou nopotbJ) C'est la n^u- 

^tensk. Elle oo^le vers Tocici- vième cascade du Dnepr , dans le 

^t l'espace de qSo w. i puis gouv. d^Ëcàthei'inoslav. 

^ r^ie (Isos rOiione ; ses eaux Bbiro , (5tts5.)(Bog^} C'est une 

^ttoajoQrs basses et son cOurs riv considérable ; elle a sa source 

(tt rapide. enPodotle^ delà elle traverse le 

^w»A , {BopsHai) V' ^>^* ^^ S^**^* ^^ KLerson , et se jette dans 

pvv^deTcbérnigow^sonsledl^ ^ Lîman du Dnepr ; son cours 

f <le iat sept, et le 5o°a6' de Ion- est tranquille et ses eaux sont sau- 

^^ orienta, à 90 W. de Tcbemi-^ mitres. D'après le traité de paix 

1;** Elle contient 6 églises et il de 1774 avec la Turquie, elle 

M ^nt 3 grands marchés par an. formoit la frontière des aeux £m^ 

fcriUfiE, iBomHuzecKoù*) pires, en commentant depuis 

(wri dk) i [Voyez Meh Balti- remboucbttre de la Smionkba jns- 

Ç(X) qu à la mer Noire ; atïtuellement 

.^TR5iE« (Bomtii/i' ) La Botb^^ elle est entièrement enclavée dans 

^ m le vaste pavs qui borde les frontières de TEmpii^ Russe. 

ktdeai rives du golfe du ménie Les priUcipales villes dont elle 

^ffl*Nodsiie parlerons pas ici de baigne les murs sont Bratslaw^ 

TOM* h 7 



58 fiOU BOU 

Tobopol , Olriopol, VosnésenA et BoulgaWak , ( Bt^jteaHoA 

^icolaîe^8k. C'est le nom de deux p. fletf 

BouGOULMA , lEi/e^JU.wia») viL de la Crimée , dont l'un va sef 

dugoiiv. d'Orenbourg etclief-Uea dans la mef Noire et lautredj 

d'un district. Elle est sous le 5A® le Sivache. 

39' de lat. sept, et le 70^10' de Boulimer. (ËujiuMeph.) C 

longit. orient. , sur une p.nt.dn ^ine ancienne ville des Talare^ 

même nom et à 357 w. dOren- ^^hs le Royaume de Bolgar: e 

bourg. Cette p. v. qui contient occupdit l'emplacement oii i 

deux églises et plus de 3oo mai* bâti actuellement le boufg de Ei 

sons, estasse» bien et régulière- forsk. Cette ville dcvoit élrelr^ 

ment bâfte. Considérable , ai l'on en juge dl 

BoUHOUROUSLANÉ, ( B^t^pt/,'- près les ruines qui existent enco 

çAanb.) p. V. du gouv. d'Oren- et retendue de pavs quelles oca 

aussi, dapn 
terre très-éle\ 

_ ., j , , ^iiiresledtcnco 

se du bon marché de tontes les entiers , et qui sont presque coi 

clisses nécessaires à la vie. On y ccntriques les uns aux autres. C 

trouve une église et 400 habîtans te capitale d'un royaume tatarj 

™ , *% t \ 1 .été prise et détruite par le famei 

Boulj (Bvû.)P- V* clu gouv. de Xemîr Aksak ou Tamerlaa. h 

Costroma , bâtie auconauentde habitans dispersés sent allés, apr 

la \eksa et de la Costroma. Elle la ruine de leur vHle, bâtir et pi 

est sous le 58^15' de lat. sept, et p|er Caian : voilà tout ce qu( 

le 59^38' de longit. orient, à 1 3o w. ^ait de Boulimer. 

de Costroma. Il existe encore un , « \ • ; 

i^mpart de terre autour de la vil- BotLoUK , {BuMni.) p. m. ^ 

le, et un fossé assez profond, creu- 8^?^ de Saratof , distncl de G< 

•é entre les deux riv. , pour sa rochcblcbi, qui se jette dans 

défense. On y trouve deux églises; Chtoudym* 

ses babitans sont presque tous cor- Bouroultcha , {BupifMza.) 

royeurs ou cbarpen tiers. fleuve delà Crimée qui se jette dai 

i'ouÏNSK, B^uhckK) V. du gouv. le Sivacbe^ 

de Simbirsk et cbef-lieu d*un dis-* BôURTass, (B^pmach') p* f< 

trict , sur la Caria qui se jette du gouv. de Pénza , district * 

dans la Sviaga. Elle est à 70 w. de \erkbo-Lomo(ak. Elle se jette da 

distance de Simbirsk ; on y trouve la Vycba. 

mie seule église et i25o babitana Bovi Aff is^. ^BysaM^) Onnorai 

des deux sexes ^ presque tous cul- ainsi unbras du Volga , qui coi 

tivateurs. mence à 60 w. au-dessus a'Astr 

BouxAlfOFSKAii'A , { BifKaHoo^ kban et qui se détournant ve 

CK€ut*) On nomme ainsi uneSta- Crasnoï-iar, passe près de ce! 

nitza ou bourg des Cosaquea du ville et après un cours de i^o^ 

Don sur le Kboper. va se jeter dans la mer. On j p 

BoLLANSKÏA. {Bt^JiaHCKÎji.) On cbe le sterlet en si grande qua 

nomme ainsi deux mines de fer tité, qu'on en expédie annaell 

qui sont dans le gouv. d'Oren- ment plus de vingt barques 

bourg et qui se trouvent toulea Crasnoiarsk. . 

les deux sur les bords de la p. riv. Bouzouksou , ( Bifs^Kcy ) 

Boiilanka, qui leur adonné Bon fl. de la Crimée. Il se |«tte da 

nom. la mer Pourrie ou le Sivache* 



BAR BAR 59 

BouzovioUK , (ByjyjiVKÔ.) r!v. tronpeûax. Les Bourtats, quoiqu'on 
assn eomidërable qal coule dans cloîvent leur supposer une même 
lei terres des Cosaques du Doi|, et origine, avec les Calmouks et les 
qat après an cours de i^ow.va Mongols, en difierent oependant 
sejeifl'daDs le Khoper. Il y a 10 par leurs mœurs qui sont plus 
Staiitfoaboni^s (les Cosaques sur dures , et par leur genre de vie 
mkri$. ' encore plus sauvage que celui de 

60UZ0ULOUK , ( JSy jyj»yx&. ) T. ces premiers; on doit attribuer 
difouT. d'Orenbourç et cbef-lieu cette diffërence à la religion, qui 
(ion district , sous le 53<> 8' de cbes les Calmouks et les Mongob 
k lept et le 69^ 4^' ^^ longit. est le îiaminisme, et chez les Brat-* 
orient,, sur les riv. Samara et Da<- ftVïa est un Cbamanisme féroce et 
nuchnsîa, àSjS w. d'Orenbour^, rempli de superstitions absurdes. 
Cel endroit est fortifié et régulie- lis ont la figure douce, les traits 
lemlbàlit les rues en sont droi- délicats çt efféminés, et ont env- 
ies. On y compte 3oo maisons et core moins de barbe que les CaU 
deu églises. mouks. IjCs Bonriats ont parmi eux 

Bragovits , {Epati^nh^ p. en- quelques forgerons qui fondent et 
droit des Coumiks, sur la Sound ja, travaillent le fer avec assez d'art ; 
tiui se jette dans le Terek. Il est à cel^^ e&cepté , ils ne oonnoissent 
3 w. de distance de Chadripa , qui aucun métier et sont tous pasteurs, 
«'^tltahitéepar les Cosaques Gré?- Le tribut q^ ils payent à la Russie 
Wl^ia et contient une population consiste ei^ une capitation de deux 
^lii peut foornir à la Russie 3oo roubles par bomme fait , les cliefs 
«tmkitans , sous le Commande- et le clergé exceptés. 
înanl de son Bey q\ii lui est soh-î Bratskoï- Ostrog , ( JSpaTU- 
wi». CKoh Ocmpoe^) Il se trouve sur 

Bbahîstap, (Bpaôemma/^d^) l'Angara, tout près on voit 75 
M. nuritime de la Finlande, sur maisons, et à 5 w. au-delà deVAn-i 
^(^ golfe da Botbi^ie , .avantageuse- gara , un couvent de moines , bà-* 
^^Dt sitDfe. Elle fut nqmmée ti en 1 654* Cette contrée est ba-^ 
ainsi par Pierre Brabé y qui la fit bîtée en partie par les Toungouss. 
i*aiir ponr y établir des artisans , Bratslaw , lEpamcJLaab.) v, 
« la fil ériger en ville en 1662. di| gouv» de Podolie, chef-lieu a un 
^^nport est bon; elleétoit com- district. Elle est sous le 48^ A^ de 
priiesTantsa réunion avec la Rus- lat. sept, et le 44° \^' ^^ *®"5* 
^|«) dans la Bothnie orientale et orient., sur la rive droit, du Boug. 
^ troQToit la ggème â la diète. Cette ville est munie d'un rempart 

Britehitza, (BpameMu^a^) et d'un fossé ; oti la nomme aussi 
p. HT. dn gouv. de Kbarkof. Elle ville de St.-Pierre , parce qu elle 




^o^oUe que les "Russes nomment 1672 elle leur fut enlevée par ^ea 
^«riaU. Us babitent le gouy. Turcs , qui la reperdirent troi« 
^Ifioulsk, aux environs du Bai- ans après ; enfin elle sévit défi- 
lai; et forment une population de nitivement rendue à sa mère-pan 
^^jooomàles. Ils différent des Ton- trie, par la dernière réunion des 
^oQsspar leur langage qui est un provinces polonoises h la Russie, 
dialecte Mongol X ils suivent tous BviEST/{Bpecmd*)y'il}càngowr. 
^ Chamanisme , se nourrissent de Grodno, cbe^-lieu d'un district 
de la chasie et dn produit de leurs sur le Boug. Osl une place forte. 



ir 1t 



s 



6ô fiPil BRO 

dont le eMteaa ent âftali int nn Ae long, orienu, 8nr1al>^siid 

roc y àf^nê un canton marécageux* i38 w.d^OreL On y tronve lO 4 

Il y a hors cle la ville un palaU im- fes et près de 3^ooo habîtans | 

pariai avec des jardins. Il s'y trou- deux geneê , oui font un oocaiii 

Te une fameuse synagogue que les ce assez consiaérableen blé, cl^ 

Juifs de toute rhuropefr^uentent, vre ^ piiel , cire et huile de ch 

aoit pour ëtudier , soit pour les vre, qui* sont toutes prodncti 

Îromotions. Le nombre de ses ba^ de la province et qui se tran.sf^ 

itans peut être porté à 49000, en y tent facilement par eau, dans n 

comprenant les deux sexes^dont les le midi de TEmpire. l^îriansk a i 

Juifs forment une grande partie.Les outre un comptoir de Tamiraul 

Catholiques* et les Grecs y ont des à cause des beaux bois de co] 

écoles , iVvéque de ces derniers y truction qui croissent dans son d 

résidoit auparavant. Otte ville a triot et avec l^qnels on constr 

été bâtie parles Ru3ses etappar- des bateaux et même des gale 

tenoil anciennement à la princi-> <{ui descendent ensuite la Desii 

aoté de Tourow , dans la terre jusqu'il Kiow et à Kherson* j 

es latviags) mais pendant lesguer^ Bftii.ovxA, {Epu^oêKa.) p. i 

res civiles qui ont si lons-tempsdëso* du gouv. de Nijui, £Ue se je 

lé la Russie , elle ^ été cédée à un dans l'Oureade. 

Prince deMazoviepar un Prince Brobebo • {Bpo6êpcb*^(^yoj 

Russe de Podliass apanage , ce qui HEl.siirGFORS«; I 

déplut à tous les autres ("rinces , Brok r* bausev , ( Epaxh^ri 

qui ne purent cependant sVntendre seuh.) colonie aUemaude , dan^j 

* pour la reprendre à une domina- gouv. deSaratof, établie par le ^ 

tion étrangère , jusqu'il ce qu'elle n>n debeauregardt EUeestà 65.1 

lût ravie au prince de Mazovie par de ^aratof e( composée de 33 i 

un grand-Duc de Lithuanie , qui milles. 

la réunit à ses éuts. Pendant le i^aoKNiTsr, (Bpowiut^bi*) > 

gouv. Polonois, il y avoit un \oe* lage et station de poste sur la ro 

Tode,uo CasteUan, un htarost^ et il te de Mosoou k Pétersbourg. Il 

•'y tcnoit une diétine* Toute la trouve dans le gouv. de ^ovogon 

contrée environ^nte est remplie h 35 w, de cette ville, sur le bord 

de nianiis et de lacs, c'est pourquoi hi Msta , qu'on passe dans' cet e 

les habrtans spnt presque tous pé^ droit. Il est remarquable en c^ qi| 

fsbeurs. se trouve bâti sur 1 emplacement j 

Briaximov, ( BpMKujuoôh. ) Tancienne ville Skvonne, nomni 

Les Géographes assignent diitéren- Rholmograd, soufent citée d^ 

tes places à cette ancienne capitale les chroniques Russes ; et par \ 

des Bolgares , Fopinion la plus combat qui s'y doni^a en 161 

probable est qu'elle éloit k fen- . sous le règne <)e Michel-Féodor 

droit quW nomme actuellement vitch , entre les Russes, commai 

Bolgar ( vo}'ez ceit article) ; cepen- dés alors par le célèbre priij 

dant M^ Tatischef ^ historien très- Dmitri Timoféotîtch Troubetsk^ 

estimable, croit qu elle étoit située et les Suédois. Cette afiaire sal 

à l'endroit où se trouve actuelle- glan te, où les deux .partis combd 

men t Vasili - SoursL, dans le gouv. tirent avec acharnement, et où tc^ 

de Nijnou les deux s attribuèrent la victoire 

Bri ANSK, {BpAHOKh) p#T« Ms^^ rcsta indécise , à la fin les Suéd^ 

ancienne . dans le gouv. d'Orel et se retirèrent. Au sud«-oueBt de 

chef-lieu a un district. Elleest sous village est un coteau considérabj 

le 53^ 6' de lat. sept, et le Si^ 64' rond et escarpé il s élève en pa 



BRY BYS 6f 

detvcrejde ton sommet coulent bords, et clans lesquels se retî-p 

denx ioorees , et oq a de-là une wae roient les Schîsmatiques^ nommés 

iiu|pi$qiie du lac d'ilmen , ainsi en russe Rasoolnîkîs , pour fîiir 

ow if toqie )a contrée ; au }iaat ]es persécutions qu'ils çssojolent 

oa cdtéan est une église bâtie sur quelquefois, et pour y YÎyre en so-> 

la ruines d'un ancien temple ciété qui n'étoit pas tolérée par le 

fàjen^ qui poss^doit un Oracle gourer nement, 

CD tiv«-granae réputation alors; "Buuzé, ^Biojuse») C'est un 

fJasieors soi^veraîns du nord sont ruisseau qui a sa source dans le 

FeoDA pour le consulter , et y ont district de Derpt, près de Salisthofj 

kiâsé des présens oonsidérablefi. il traverse la paroisse de Neubau-* 

BBONifiTZi , (S/^oHMui4M.)p- v« scu ct formc ensuite la frontière 

du goar.de Moscou, à 5 1 w. de cet te du gouv. de Riga , qu'il sépare de 

capitale , près des bords , de la celui de Pskov. Il va se jeter ensui- 

Moskva et sur pn lac nQminé pellqï te d^qs (e Peipouss. 

ou blanc. On y tfouveden^ églises, Bystraïa , on oust bystrens- 

une école pour le peuple et une kaîa staxitza, (8Mcm/>oA C-no* 

autre pour les enfans des palfreniers ku^o. ) bourg des Cosaques du 

du baras de la couronne qui se Don , sur la rive droite de ce Meuve. 

trouve daas œtte ville. On y comp*> Bystraïa, {Bb^cmpcui-) C'est le 

te i,5oo habitans des denx sêicSt nom de trois rivt , d'ont 1 une coq«> 

Le baras que la Couronne y entre- le dans le gouv. de Mohilef, dis- 

tient a de la réputation , il doit sa trict d'Orchaet se jette dans laPro* 

feadation au Tsar Fédor*Âlexié- nia; Tautre dans les terres des Co- 

vtlcb , qui éloit grand amateur de saques du Don et va se jeter dans 

cbennx , et le premier qui a com- le Sévemoî - Donetz , et la troi- 

menoé à en perfectionner la race sième dans le Camtcbatka. Cette 

eo Russie , en la croisant avec des dernière se jette , par trois diffé- 

chevanx d^Asie et du Danemarck. rens bras , aans la Bolchaia-Réka 

BaousI^NETZ, (Bpyceneuib,) p* ou grande rivière, 

endroit pallissadé du gouv. de Vo« Bi STRiysKAiAj{Bb$cmpuncKaA.) 

logda , district d^Oustiong , sur Stanitka, bourg des Cosaques du 

la 2K>nkbonta , k iSe w, d'Ous- Bon , sur ce neuve, lia reçu son 

lioBg. C'étoit un fortin qu on avoit nom de la Bystraïa sur laquelle il 

oonstmit anciennement pour dé- étoit situé ; mais les Cosaques 

iendre ce gouv. de l'incursion des Tout transportée i5 werst<*s plus 

sauvages du nord. On n'y trouve loin., sur le Don même , où il est 

aciuelleinent que 8 maisons* actuellement. 

Dryne, (Bpbink,) p. riv. dans le Bystritza , (BMCmpui^a.) riv. 

gouv. de Calouga, elle se jette dans dn gouv. de V iatka. Elle coule du 

la Jisdra, et cette dernière dans midi au nord et se jette diuis b^ 

rOca. Elle est renommée pour les YÎAtka* 
épaisses forêts qui croissent sur ses 



6% , CAB CAB 



C. 



Cabane « [Kaôcau*) lac qui »e montagnards RUteta* Nos ancîasH 

trouve près de la Tille de Cazan* nés chroniques prétendent , qn^ 

I^ petite rÎT. de Boulak , qui tra*- plasiears peuples, tels que les SarJ 

Tcrse une partie de cette yille j y a mates mélës avec les SlaTCs , ( 

sa source. particulièrement les Abarea , 1< 

Cabania cbépost, {KaôaHij^ CommansetlesOngres^ontoccQ 

xp^nocmhm) forteresse* C'e^t un pé assez long-temps ce petit pays i 

des petits forts qui forment la li- ayant de se répandre en £|irope] 

gne de défense du gouy. de Tobolsk, 11 est habité actuellement par le^ 

ïl'est situé dans le district de Cour^ C$bardiens^ de la iatnille des Cii^ 

fane , entre les forts Présnogor- cassiens montagnards : ils soni 

ofskoy et Presnoyskoj; hors de Mahométans, de la secte des Snn-^ 

ison enceinte se tronye à-pen*»près nites. On sait que dans le VI* siècle 

75 maisons dont les habitans s^a-* les Empereurs d'Orient y «voient 

donnent à Tagriculture et à Tédu- introduit la religion chrétienne s 

cation des bestiaux, on y voit même encore dans plu- 

< Cabanoya ou cabanovskot, sieurs endroits des rentes d'égli- 

(Kaôanoech) redoute, petite for- ses ruinées, des inscriptions tom-| 

tification de campaene , élevée baies en grec et des croix gravée^ 

sur la rive droite de Virtiche , ou sculptées dessus. Ce peuple est 

dans le gouv. de Tomsk. C'est un généralement beau et bien fait ^ il 

des fortins qui forment la ligne mi- est plus doux et meilleur , que l^ 

litaire qui protège la frontière de plupart des peuples Circassien^ 

c:e gouvernement , du c^té du Step qui vivent au nord et à Test , daa^ 

des liirguis-Kaysaks. Il est situé le Caucase: il habite des village^ 

dans le district de Sémipolatensk , parmi lesquels il j^ en a même d^ 

h 128 w. du fort d'Omsk, fort consicférables , mais il n a pa^ 

Cabarda , ( Kaôapfla* } petit de villes. Ces hommes s'adonnen^ 

pays fort agréable des montagnards à Tagriculture , élèvent des besH 

Circassiens. Il est situé dans les tiaux , et il se trouve parmi evoi 

montagnes du Caucase, à Fouest quelques artisans. Leur langage^ 

d'Astrakhan. Le Térek et la Malka quoique ressemblant beaucoup aq 




CAB CAB 63 

llwiiïTI» siècle, ce peuple fot ik défirent anssi qq corps do 
soonài la Russie ) par le Tzar Turcs, assex considëralile^ com- 
lT2i-Tafllië?itch , qui chercha à mandé par deui Sultans Tatares^ 
WtiUir la religion chrétienne , et et allant au secours de Sudjuc- 
cet^ais ce temps que les Prîn- Kosé , alors assiégée par les Ru»» 
« SiHses se qualifient du titre ses ; ils lui enlevèrent ses canons 
■ipimerain de la grande etpe-, et ses bagages^ qu'ils envoyèrent 
ùfCabarda. Dans le XVII« siècle, h la forteresse de Georgiéfsk, chef- 
» Circassiens passèrent sous la lieu du gouv. du Caucase. Ce peu- 
filiation de» Khans de Crimée, pie a la répuution d'être le plus 
iiïqncl» ils sVngagèrent de don- brave et le meiUeur , parmi tous 
oer chaque année en signe de sou- ceux qui habitent le moot Canca- 
oMion, une jeune fille pour son se : il est resté depuis soumis à 
krem, ou bien un cheval , on la Russie et annexé au gouv« da 
uearmare; un de ses trois objets Caucase: il se gouverne malgré 
à son dioix. Le &.han y envoyoit cela d'après ses lois , et a conser- 
«Uque année des délégués pour vé ses petits princes , qui vivent 
dioUir cet objet , et comme ces rarement en paix les uns avec les 
ambajiadenrs étoient entretenus aut»r^s. Ce peuple en général est 
m ini$ de tout le pays , ib pro- très - inconstant , il s'est révolté 
Kfoient leur sé]our le plus plusieurs fois , et on a même été 
^'ds ponvoient , y commettoient obligé dW envoyer des troupes 
«« euctîons, et abusoient des pour le faire rentrer dans le de- 
pQo filles , sons prétexte d'en voir. On divise ce pays en grande 
clioulr Que ^ur leur maître; à la et petite Cabarda ; la grande est 
B& îlspoaaserent à bout la patien- composée de quatre races , qui 
«^ os montagnards, qui pour ont pris chacune le nom des fa- 
*«OQftraire à cette oppression, milles de leurs princes: ce sont 
» rfToltèrent en 1708 contre le les Misostes , les Âtajouks , les 
*û»ii de Crimée, massacrèrent Bek^Mirzas et les Cantoukines; ils 
w envoyés, et taillèrent en piè-> habitent la partie du pays qui 
« les troupes envoyées pour les avoisine la Mer Caspienne , en re- 
ntre rentrer dans le devoir. Oai- montant le Térek , jusqu'au lîeu 
^^ ^'^P^dant que le Khan ne où la Malka s'y réunit par son 
Tfw^ât à se venger , et voulant embouchure. Les peuples de la 
witer nue lutte trop inégale, ils petite Cabarda vivent à côté des 
^mirent sous la protection aela premiers, sur la rive droite du 
i^orte Ottomane, sans se soumet- Terek , à coihmenoer du pîed des 
l'^.^fP^dant à aucun tribut ^ ni montagnes noires, vis-à-vis la for- 
jondiction quelconque envers elle, teresse d'£catérinograd , jusqu'à 
^^^,mk 1787, lors deladécla- là ville de Mosdoc: ils sont plus 
ntioode guerre entre la Russie tranquilles, plus humains eten gé- 
^^1^ Turquie, ils se soumirent néralpluspolicés que les premiers/ 
^tierement et se réunirent aux Ils se divisent en deux races , qui 
^ttpes de k première de ces puis- sont celles de Glestan et de Tav- 
*^9 à laquelle ils doiknèrent gastan. Pour communiquer avec 
^sdes marques d'attachement, la Géorgie, on a fait deux che* 
^ ^dirent même de grands mins à travers leur pays , Tum 
'f'*^} en lui sotunettant plu- d'£caterinoffrad et l'autre de Mos-> 
*«^ peuples voisins , et les cm- doc ; dans l'endroit où ces che- 
J*^t de faire des excursions mins se réunissent, aux pieds 
^^ b terres de l'Empire Russe ; des montagnes Noires ^ on a bâti 



<»4 CAC Ct\X> 

tin fortîn nommé "VladikaTkas ^ çéruse qai a infiniment de répaU'^ 

dans leq^nel on entretient loujoart lion* Le terrain où la Tille est bài 

un batiiiiron d'infanterie et quel- tie ^. ainsi que tout le district, esl 

ques Cosaques , pour protéger et peu fertile $ mais lea habitans en 

assurer la communication. sont îndnstrieui,. On trouye dans 

(^i^BAHDA > ( Kaâapfla. ) pçtit ce district des ea%i% minérales fé^ 

âéuye de la presqu'île ae Crimée* rugineuses, qui sont assez bonoes. 

11 prend sa source dans les monta- ^ Cachinka y {KauiuHKo,) p* rir. 

gnes de celte presqu'île', et après /du gouv. de Tver , qui se jette 

AToir fertilisé la charmante vallée dans le Volga , et sur laquelle est 

qu'il parcourt , il va ae jeter à Too- bâtie la ville de Cachine^ 

cident delà Crimée 5 un peu au- Cachira ^ {Katuupti») ville da| 

dessus d'inkerman y dans la mer gopv. de Toula et phéf^lien d'oa 

Boires district. £lle est bâtie sur la rire 

Cabona, {Ka6oHCh) p. rivé du droite.de TOcca, sous le 54^ 54' 

gouv. de Pétersbourgy.qui avant delatésept. et le &5^ 21' de long. 

là constructioû du canal de Lado* orient, k 96 Wé de Toula. Cachira a 

ga y avoit son embouchure dan)B le été anciennement de l'autre c6ié 

lac Ladoga , à 44 ^« ^^ Schlusel- du Active ; mais après avoir été 

bourg , et qui actuellement tombe brûlée et ravagée par les Tataret 9 

danslecanaL en 1671 et dépeuplée paf la peste 

'CACitETiK, (KcuvemÎA^) C'est en i656 , elle s'est reJiÂtie à l'ea* 

une des cinq provinces de la Géoi^ droit oii elle se trouve actuellemeati 

gie. Voyez OÉOEGIE. On y voit 7 églises, 4^ maisons 

Cachink^ (iiraiauf<&} ville du et lé boutiques. On j compte 5ooo 

goUv. de Tter , chet*lieu du dis- h^itans des deux sexes , qui s'a« 

tr>ct de son nomé Elle est située donnent à Tagricullure et aux fà- 

aoiis le 56^. 5SV de lat. sept, et briques. Ils bbuchissent la cire^ 

le 5^° 34' de long, orienta ) à i!ii cuisent le suif et font des cuirs 

Hv* dé Tver. La p. riv. Cachinka la d'une assez bonne qualité, ^^onsle 

traverse et la partage en deux par- règne du grand«-duc Vasili Iv^no- 

ties. Celte ville est fort ancienne vitch , Caclrfra a été donnée eo 

et a été long-temps un- apanage des apanage à Âbdel-Atjf ^ roi déird- 

princes de Tver. Cacbineaétédeux nédeCazan. 

fois prise et ravagée par les Ta- Cach-pour , [Kauini^ph*) g"^* 

tares. La première fois en \o3y et bourg du gouv. deStinbirsk^ noa 

la seconde en 1^27. En lôoglefa^ loin deSizren, sur le Volg*« 1^* 

nicux prince Po)arsky y a marqué été anciennement fortifié ) o^^ 7 

le rendez-voua des troupes qui oe- trouve des restes de tours ^^ ^ 

voient marcher au seooufs de Mo»* bastions ; il contient 3 églMêt 
tùa opprimée par les Polonois*. Cadaïnskoi 5 (jlCa4auHCK0Û>) 

Elle contient actuellement vingt (mine d'argent.) Elle fut déooa- 
églises, un couvent et prêt de 700' verte en 1757 par tin oiYicier de'^ 

maisons , parmi lesquelles il s'en mines nommé BaijanofTd Cette lai* 

trouve beaucoup en brioues* Elle ne se trouve dans le goitvernenieot 

a une école^ une maison oe charité d'Irkoutsk, district ae l^rtchinsk: 

et un hÀpital« il s'y tient deux elle a reçu son nom d'une source 

Sfiinds marchés par an où vien- nommée Cadaia 5 qui se ti^uve à 

nt beaucoup de marchands des c6té , et oelle^i doit le sien k oo« 

Îrovinces voisines. On compte à monticule sous lM|uelle, d'après 

achine 7000 habitans des deux les traditions des Toungoass , où 

sexes* On y labrique dtt blanc de a enterré un magicien nommi 



CAT) CAD 65 

Ca^îa. n 7 a des endroits Ou lé liIsmQ. La polrgamle est en tisage 

nilnéniietîre à 70 toises de pr6- chez eus. : on y enterre les morts 

fondear: cette mine est assez ri- avec leurs a rmes, La demeure des 

cbeetippartîent à la couronne* naturels est une sorte de cabane , 

Cii)ES5 , [KaAecb,) p. rîv» de la peu enfoncée daus la terre ) la por- 

FùilaiiJejdaQS le district de Serdo* te , qui se ferme avec nue peau dé 

M Elle est remarquable par les Veau marin, est au levant; au cen- 

perb qa on y pèche de temps en tre est le fover , au-dessous d'une 

tâaps qooîc^u en petite quantité: ouverture dans le toit, laquelle 

on en a trouvées même de la gros-^ sert en même tenips de fenêtre et 

5fur d'un pois et qui étoientasses de cheminée. Les productions vé- 

belh. gétales sont le sarcau et Un grand 

Cadiai, {Ka/^lakh') (île) Quel- nombre de baies de dillérentes es- 

qoesmageurs nomment cette lie J^èces, êntr 'autres le framboisier 

KikbUk, on a même mis ce nom et le groseiller y abondent* Les 

mr des cartes géographiques ,' habitans vivent de racines et de 

quoique très-improprement , ce poissons» Dans rintéricttr de Tlle 

luot ne sigaiGant autre chose^ dans se trouvent quelques forêts, qui 

k langue des insulaires de ces cou- peuvent fournir du bois de cons- 

irfes, qu'île; ainsi Vile de Cadiak, truction , particulièrement sur la 

dont nous allons parler se nOmm&- pointe orientale de cette lie que le 

roitpareoxKikhtak-Cadiak, c'est* Capitaine Cook a nommé cap 

à-dire, ile de Cadiak. Cette lie est Grenville. Le costume ordinaire 

silnécdansTOcéan oriental, très-* des hommes est une simple che- 

F» i^ côres occidentales de mise longue , qui descend au-des- 

VAmériqng et à 800 w* Nord-Est sous des genoux , etqu ils font avec 

^6 nie d'Oanalachka. Elle a été les plumes de divers oiseaux aqua- 



Inerte en 1784 par un mar« tiques ; dans les temps de pluies , 

(^bod russe , nomme Chélikhef, ils mettent par-dessUs une cami- 

fjoi en prit possession la même an- sole qu'ils font ordinairement avec 

"^aa nom de la Russie. C'est une des vessies de diiférens animaux. 

^'^ pins grandes îles de cet Ar- Les femmes {ont leurs habits avec 

^i^\ j qai depuis le Kamtchatka , des peaux de veaux marins , et au- 

^''me an arc de cercle 5 qui joint très animaux de cetteespèce, qu'el- 

<'Q quelque sorte les deux conti- les peignent souvent en rouge , 

i^ens. Toutes ces iles sont entre les avec une terre de cette couleur 

^^^et5S« de latit. septé , et le 210* qui se trouve dans File. Les habi- 

^1^180 de longi orient, ,'par cou- tans de cette île se nomment eux- 

J^qnent touchent à l'Amérique , à mêmes Sou-ou-ate. Les Russes y 

^neUe les dernières appartien-^ ont un établissement considérable, 

l^^'^utadiak a à-peu-près 200w.de qui appartenoit ci-devant h une 

^'^Qg sur 35 ji 3o de large : on j compagnie de marchands , à la tête 

^^pteju$qn'ài5oo hommes, sans de laquelle se trouve it Cliélikhof ^ 

l^ïQprendreles femmes. Ces insu- le même qui en avoit fait la décou- 

*"» se pcrcetit la lèvre inférieure verte. M'. Délarow, Grec de na- 

^^ fc cartilage qui sépare les narl-i tion en ayant été long-temps le di- 

^"Spour y introduire divers or- recteur, a su.,, par sa conduite sage 

"'meni. Les femmes se tatouent; et humaine, s'attii^er le respect 

'ji>*^s font des nattes et en forment et l'attachement de ces sauvages , 

n%ers meubles avec beaucoup pendant un uasez long séjour qu'il 

'^^«iressc. Les superstitions de ces fit dans cette Ue. Il parvint aussi 

Peuples le rapprochent du Chama- à y établir la religion Chrétienne^ 

ToM. 1. ^ 



66 CAD CAD 

uuiquement par la persuasion, aa particulièrement leyoyage da c 

point qu'actuellement çn y com- piu Billings, depuis ijSS ]xi 

pte plus de la moijLîë des babitans au'cn 1794 9 entrepris par les o 

Cbrëtiens. Depuis ce temps la Rus- dres de l'Impératrice Catheri 

sie y a envoyé un Kvéaue , qui re- II . el décrit par M'- Saucr. 

lève deTArche^éque a IrLoutsk et voL 8<», 

se qualtiie du nom d'£véque de Cadii , (jTa^bAM.) gro» bour 

Cadiak. M'. Délarow y a étalili en ci-tlerant ville du gouverne m. < 

outre une école, dans laquelle il Castroma , entouré d'un renipa 

a organisé en même temps un goa- de terre sur les bords de la Yo 

yernement , tant pour la petite gati. 

colonie Husse qui éloit sons son Cadine , (Ka^unb.) bonrg d 

administration , que pour les insu- gour. de Mobilef , dans le distric 

laires qui s'étoient Tolontairement de Mstislay , sur la p. riy. de («o 

soumis à cet homme respectable, rodnia , remarquable par nue foir 

Après leur avoir acheté toutes assez considérable qui sV tiei 

lés barques qui se trouvoient dans chaque année, 

l'île , et dont les plus crosses pou- Cadka, (iTa^Ko.) p~. riv. d 

voient contenir |usqu à 4^ hom- gouvernement de laroslaw^. £1 

mes ; il les envoyoit , chacune traverse le district de Miacîikine 

commandé par Un Russe ^ à la pour se jeter dans la Corogitchni; 

chasse des veaux marins etlesac- Cadnikof , (SaAHUKoaà. ) ] 

cpntumoit ainsi peu à peu à la su- ville du gouv. de Vologda , situ^ 

kordination. Cet établissement a sous le 69° 32' de lat« sept, et 1 

toujours prospéré , jusqu'à Tannée 5;° 5o' de long, orient. , et à l Ig8 

?799 9 1^ *9 j^iiU^t ) où il fut érigé wer. de distance de Pétersbourg i 

eu compagnie américaine Russe , Ayo de Moscou. C'est le cbeMiel 

sous la nroiection de TEmpercur, du district de même nom. Cet en^ 

et avec des droiu et privilèges qui droit n'a été érigé en viUe que de 

lui ont été accordés, tant pour puis 1780^ avant cette année c 

les anciens établissemens de la n'étoit qu'un village assez consj 

compagnie • que pour les décour dérable , par la réunion de pk 

vertes." qu'elle pourra faire à Tave- sieurs grandes routes qui passeï 

nir. Dès-lors la colonie de Cadiak par-là , pour aller k Arkhan^el 

a beaucx)up augmentée, les Rus- Voligda, Viatka, etc.;ce qui pr« 

«es qui y vivent , sont parvenus à sentant un avantage consîdérab 

y amener des vaches , des chèvres aux babitans , pour le dëbit «i 

et des cochons, qui s'y multi- leurs productions, y a attire beai 

plient; et déjà on y sème quelque coup de monde. La principale ii 

peu de grains comme avoine, orge, dustrîe de ses habiuns consiste ! 

etcy mais pas de blé. On a éprouve faire du goudron et de là poiic 



quantité 



apprennent le Russe pour lequel forêts dont ce district abonde. I 

ils ont beaucoup d'aptitude , et on ville est bâ|ie sur 400 toises < 

les y instruit dans la religion long et 200 de krge, et tous l 

^l||*^^}Anna. TMiisÎAiiff»a Vt\xmcrétnw»a KAti«viAvt« e^-»» 1. _?^ 

dis 

qui appartient & la Russie dans râtrice Catherine II , qui* îear 

oette mer. Mous recommandons accordé k cet éÈet 8^000 R. Lia pj 



CAG CAI 67 

liiem.Sidîma coule anprès ie la dans le Don , et donne son nom à 

Tille el fa se jeter trois werstes nn grand ^lahlissement des Cosa- 

plus bk dans la Pëléchma. Tout ques , bâti sur sa rive et non loin 

ledLctnctdeCadnikofestassezfer- dn Don. 

lile, «pendant on y fume les ter- Caguinskoy , ■ ( KatuncKoû. ) 

r«, ipii sans cela ne prodniroient usine de fer , appartenante à la 

rKB.àaplns grande étendue est fcmille Démidof, dans le gouv. 

<lei5i w. àe long, sur 170 de d'Orenbourg , district de Verh- 

%e. On y trouve 1 2 grands lacs , Ouralske. Elle fut établie en 1 76g , 

(ifaxcouTens et deuK bermitages. sur une autorisa tion'du Collège des 

lise lient 6 grands marchés an- mines» Cette usine est d'un grand 

nufls dans ce district. rapport , tant par la quantité que 

Cadome, {Ka/^OMb*) p. v. du par la bonne qualité de fer qui s'y 

gouv. deTambow , située sous le exploite.- 

î)f 28' dclau sept, et le 60° i3' de Caianeboi^g , (Kaianeôopeh.) 

K'. orient. Elle fut probable- p. v. de la Finlande, district d'U- 

ment fondée par les Tatares, qui léaborg. Son ciiâteau , situé tout 

1 habiiCBl en grande partie et dont près de la ville , fut bâti en 1607 , 

ûM quantité de villages lentou- et en 1716 il fut pris par capituU- 

Knt jusquà présent. Elle éloit tip^ et démoli. Le tleuve impé- 

aûciennement sur la frontière de tueux de Pihoé qiii l'entoure , for- 

w pnnripauté de Rézan , du côté me dans ses environs une Cata- 
Lo pays des Bulgares ,- sur les-^-racte effrayante. Cette ville a très- 

<]uel$ le$ Russes remportèrent en peu d'babitans. 

&t ^ Tf /f ^' '^J ^' Pl^« q"i ^^«l^itent dans le gouv. de 

rieP^rsbourg et à467 de Mos. ïomsk , vers les sources du Jénis- 

S7; "" "^ ^' ^^' ^'^ ?*- Séï. Us paroissent être de la famil- 

rS l^"5 ^"^ septentrion j^ ^^^ Se^moyades (Samoyèdes) mé- 

< mid, , ses bords sont si bas , ^.^ ^^^^ des 'falaris : leur langage 

^hn^ les eaux sont bautes, a de l'analogie avec celui de iCe 

'}ap»usdnnearchhied eau dans ^* j« i' „*^r«oi:/*« 

u, ' ,1 . . f I- 11. et de 1 autre nation. 

i ' rues. 11 y a trois églises de bn- . 

V^^dânj la Tille , 592 maisons, Caidanof , {Kau^aHooh.) cbef- 

boutiques et 1X66 babitans ma- ^^^^ ^^^ domaines du Prince Kad- 

J*^' Il se lient deux marcbés con- «i^il > ^^^^ ^^ g^^^' ^« Minsk. 

Jiflérablcs dans cette ville; Tun Caïgorod, (Kaùeopo/{b.) ville 

^''29 jain, et l'autre le 20 juillet, du gouv. de \iatka, située près 

^*;i endroit est renommé pour ses des sources de la Cama , sur la ri- 

^"«Is blancs et verts , qui ont un vière même. Elle est sous le 69® 

^ùl exquis. 57' delat.sept. et le 71° de long. 

Uffa, ^Katptpa.) ou KéfTa, orient.; à 1972 w. de Pétersbourg 

^^'yez Theooosie. et 124^ de Mpscou. On ne sait 

. ^AGAlNf^ , ( KataJiAHUKh. ) quand ni pourquoi elle a été b^tie 

'^t le nom de deux rivières, dans cet endroit presqu'inbabité; 

^'Qtrane dans le gouvernement on suppose, avec quelque vraisem-» 

^'^CilheriQoslaw, est surnommée blance , que c'étoit une commu-^ 

:loiroi^ ^ U mouillée } , elle se nication qu'on avoit établie aVec la 

rUedans la Mer d'Azof, à 5 w. Pcrmie avant la conquête de la 

•^'J-dessous de cette ville. L'antre Sibérie. Cette ville ne présentant 

'j't dans les terres des Cosaques aucun avantage à ses babitans , se 

''i Don , elle ^a son emboucbure ruine et se dépeuple tous les jours 



68 CAR CAL 

on y compte à peine 400 indlvU ^ Cài A > {Kojui») pet. rîr. quj 

dus mâles. • l^tte dans la mer d'Azof. On ci 

CAmAcnns j (Kaûjuaiuu.) pe- que c est la même dont les ch 

lit peuple de la Sibérie , de la fa- niques Rujises parlent si sonr 

mille des Sémoyades , très-^atuchë sous le nom de C^lka. ( Xojez, 

au Chamanisme. article) 

Caïnatche, (KaûHazh.) grand Calan-TCHYK , ( KaxantuKi 




Elle est située dans la mer du mer Moire, anciennement app 
Camtchatka, vis-à-vi» l'embou*. lé golfe Carsinith. Il y avoit auu 
cfaure de la Jonpanova. fois dessus un fort beau pont 

Cainske , {KaûHCKh.) pet. vil, plusieurs arcbes en pierre de taill< 
du gouY. de Tomsk. Elle est située qujL à ce qu'on présume 9 a été b 
•nr une pet. riv. du même nom , ti par les Génois , pour la coi 
sous le 56®' 6' de laL sept. e,t le qS^ modité des transports qui alioie 
1 5' de long, orient Elle a été bâ-r de Crimée k Erres ou EUisse , pj 
tie pour protéger les Tatares du vil. qui a existé sur une île J 
slep de Barabinsk , contre les in^ Dnepr ^ vis-à-vis de Cherson. ( 
cursions des Calmouks et des ILir- voit encore des restes 4e ce pou 
guiss. Elle a une seule égli<e , et assez bien conservés. 1 

peu d'babitans ; mais elle est en- CaLaous 9 {Ka:^a^chn ) nv. j 
tonrée d'un rempart et contient Caucase. 

toujours une petite garnison. S^ CaLas-CladkA) ( JCa^acKAo, 
distance de Petersbourg est de xa.) pet, riv. du gouvernement < 
5599 w. , et de Moscou de 4869^ Penza. 

Caïbb , f jTaùp h.y C'est le nom Calbaso^nskt a-bachni s/jTa^ 
de A. pet. riv. dugouv. d'i'catho^ 6acJiHCKiji^6auiHu») ou tour» < 
rinoslaw, qui tombent toutes dans Calbasouns. On connoit sous i 
le Dnepr 9 à peu de distance Tune nom , sur les bords de llriic^ 
de l'autre. des ruiner d'auciens templ 

Caïssaks , ( KaûcaKu* ) Voyçz payens , qui existent eucore n< 
E.III6U 1 ss. loin de Crivorersk, 

CAjmstoi - ZAVOP, ( Kamujur CalgouiIf, ( Ifa^ey #« &•} île \ 
CKOÛ-Saeo^h') usine de fer dans la mer Glaciale ou Océan du Kor 
le gouvern. ae Vqlogda 9 biti en Elle apprtient au gouv. d'A 
175 s et appartenant à J.Kourotcb^ Vhangel, et se trouve k 120 v. < 
kine et compagnie, * distance de la terre ferme. On 

Cacoul , {JliaK^Ah^ ou Acoul, trouve quatre riv. , dont deux pe 
lac trèfr-poissonnènx du gouv. d*0- vent être remontées assez haut p 
renbourg , non loin de Tabinsk, de grosses barques. On y voit au 

Cak-tchou , l KaKZU» } ou la si beaucoup de lacs et deux p< 
riv. Méchante. Elle coule duns le montagnes dans le centre, couvH 
Camtchatka et se jette dauji rA"*- tes d'une, mousse blanche. L'ili 
cboumtanai qui «elle-même se jette qui est ronde ^ présente un plates 
dans la mer orient. ; près de l'em- presqu^entièrement couvert < 
bouchure de cette dei*nière est un mousse, lly a quelques arbrissesi 
petit fort , qui en prend le nom , nuips, des plantes marécageuse^ 
et près duciuel est une langue et une ou deux espèces de baie^ 
de terre qui s avance à plus de 100 qui ne mûrissent jamais. On l 
wers tes dans la mer. trouvoit, il y a quelques années 



CAL CAL 69 

xuM gnnie quantité de rennes qm Calkan-ta-^ou, (KcuiKCM'ma^») 

n'eusiatplas, àoaused'une moi>- haute montagne ciaus le couv. 

talilr qoi s'est mise parmi eux. d'Orenboui^ , dans laquelle VOu* 

Daiufcliands de Mézen et d'Ar* ralouJaik a ses sources^ on j trou* 

Uuii^ jfont tons les ans un com- ve nue carrière d'assez beau jaspe 

mefce uses considérable dedu^et rert. 

et^pioises d'oies saui^ages ; des Calmi us , {Kajuui^c^') p« rir, 

faai des Cjj$nes qui y viennent^ du gouvernement d')ilçatherinos-*> 

lias! que quanti té a autres oiseaux IsT , sur laquelle la Tille de Ma-» 

^oatiqqet qui j sont innombra^ fioupol est située, 

m^ ettelsquonenvoit difiicile-t Calmouks j ( Kojuuhku* ) Ce 

QtfQtaiikiirs, car ils couvrent pres^ peuple , originaire de la grande 

que toate la superficie de rHe; ils Tatarie, a été anciennement Ibrt 

^rei^t après la Su-Jean , j ni- nombreux ; s'étant partagé sous 

cbeat, et après trois mois de séjour diflérens chefs, il a parcouru une 

retourneat avec Leuri^^ jeunes dans grande étendue de pajs et s'est ren« 

letooatrëes méridien. On évalue du formidable à plusieurs nations, 

à jo oa 80 pouds de duvet, 20 On doit compter le fameux icbm-* 

poada de plumes est 5oo peaux de guis-Khan et son petitrHls le grand 

cygnes exportées annuellement de Batou-Khan parmi ses princes. On 

cette lie, sans compter le grand sait que dans le XYI^ siècle, il se 

iiombre d'oies salées qu'on en rap* donnoit lé nom d'Aidon Les Mon-* 

porte; on trouve aussi dans cette gols nommoient les Aidor AïUd , et 

ile des renards et des isatis qui c'est à ces derniers qu ils doivent 

Tieanent de la terre ferme sur les la connoissancedes lettres et de l' A-» 

fiUcei: bi mer y jette du bois en ritfamétiquc. i^s Aidor s*étant di- 

grude abouilance. On donne près visés en plusieurs peuplades , cha- 

^ 35o w. de oiroonférençe à cet- cune prit un nom particulier | 

te île. quelquefois d*après celui du chef 

Calibebda 9 ( KaAuôep^a» ) qu elle s^é toit clonnée , et souvent 

^ Iwiirg du gouv. dePpltava, a après 1rs endroits où elle avoit 

<uQs kdistrict de ILréaientchong | l'habitude de camper. Les quatre 

iv la rive gauche du Dnepr. plus «grandes hordes se nommèrent 

CaLicbb , {Kaxumb*) p* bourg les hretes , les Choites , les Tn- 

^Qgoar. dePodolsk, district d'Où- monts et les Bourga-iiorats; s'étaiit 

cbétza) sqr la rive droile de la réunies elles prirent le nom d*Er* 

Câlusse, qui se jette dans le Dnepr, ben - Orétes , c'est - à - dire , des 

lUest reiQarquable que par une quatre réunies; ceux qui s'en 

|ictoire remportée près de là sur éloignèrent ou né voulurent pas 

l^Tatares, en 1662. s'y réunir , furent nommés en 

Cautva, {KMumoa^ ) p. vil* ^longol, Elété, et en Ta lare Cal-» 

^Qgoar. d'Ukraine, district d'Os-* mouk (Jiojiju^Kb) y ce qui signifie 

l^ojsk. Elle est située sur le Don, ceux qui sont restés. De \k le nom 

il endroit où la Calitma sjr jette, de Galmouks 9 sous lequel ils nous 

pte p. vil. est sons le 5o^ 54' de sont connus. Ces traineurs ou Cal* 

'^^ *ept, et le 57^ 28. de longit, mouks se divisèrent en quatre hoi^ 

orx^nL ] à 191 1 w. de^jPétersbourg des, ayant cliacune son prince par- 

(tb^i de Moscou, ticulier : elles se nommoient &.ho- 

CALiTviNSKAYA-^ 8Tanit?:a , chote , Zungor, Dérbét ct Torgo - 
U(MU7naeKcxaA«CmaHui4a«)bourg. ont, Les premiers , dont le nom 

^^4 Cosaques du Don J sur la rive veut dire courageux, ayant pour 

faache de ce fleuve. chef le frère de Tchinguis - Khau^ 



7a CAL CAL 

Hissent en temps de guerre > qnel- dernîe^ et ceint d*Orel ) li Tocci 

ques rêgunens de bonnes troupes dent par le gouvi deSmolenskj 

Idgères quoique irréguLîères* IjCS au nord par ce dernier et œlui a 

Calmouks ne font d^aulre corn- Moscou. Il e6t compose de 1 1 diJ 

merce qui celui de Tendre leuri tricts, qui portent tons les aotns d 

chevaui., leurs bœufs et leurs mon- leur cbef-^lien > ce sont: Caionga 

tons ; on estime à plus de 3oo,ooo dont le cbef-lien est en mém 

R. l'argent qu'ils en t*etirent par temps la Capitale de tout le gour. I 

an. Leurs feutres et leurs touloups, CoEélsk^Përémychle, Maloi^Iaroi 

espèce de pelisse qu'ils ibnt avec slaretz, Likhvine, Mestcliovsk 

des peaux de mouton travaillées Mosalsk, Taroilssa,BdroTsk, Mia 

chez eux, ont beaucoup de ré-» Ay^y etGîsdraé Ce go uv. est situ 

potation et ^e yendent avec avan-> dans un pays plat , il n*a pas un 

tage dans l'intérieur du pays« Si montagUe Un pen l'emarquable 

on veut s'instruire plus particu** il n'est pas très*fertile , ccpendàn 

lièrement de leurs moeurs et de il se suffit à lui-métne poar l'en 

leurs coutumes^ tant civiles que re« tretien de ê^ habitans^ Ses eao: 

ligienses , il lant lire le journal de sont saines et ses rivières en géoé 

racadémicien Lépékin ^ tom* l* rai assez poissonneuses. 11 ne côn 

pag. 4^^ c^ suiv* tient qu'un seul lac un peu re 

CAlKôUK-ïAOtT > ( KoAM^kh* marquable par son étendue ; ca 

mau*) montagne assez haute du il a 5 werstes de long ^ sur deux d 

gonv. d'Orenbourg ^ non loin des large : il se nomme Dégonsk. L 

sources du Jaïk. On y trouve des gouv. de Calouga renferme ud< 

carrières de jaspe de diiférentes quantité de p. riv«, il est mém 

couleurs. rare d y trouver un village qui n 

CalmykoF-gorodok , ( RaX- soit pas situé sur une eau vive : oj 

jr4hiK06h^eopo^OKb.) petit Ibrtin en compte jusqu à i,ooo« Leê prin^ 

•ur l'Oural > bâti pour protéger eipales sont FOca , TOupa , M 

les frontières de ce côté contre les Jisdra ^ la Ressata , Yitébet ^ S^ 

Kirguiss^etempécber les désertions réta> Ougra, Izvéria, etc«etc II e^ 

des Caimouks« Il est dans le gonv* couvert de forêts ^ ce qaiestd*uJ 

d'Astrakhan ^ à 5i3« w. de distau'* grand avantage pour rexploîtatioi 

ce d'Orenbourg* des mines de fer qu'on x troUT< 

Calmytskaîa stEi*;(jtaJtjé<Mi4' I^s babitans en sont inaastrieu 

Ha/i cmenh.) Ou step des Cal- et on y trouve des fiibriques de toi 

raonks. Il s'étend depuis les rives les à voiles , de toiles fines y d 

du Don et les terres aes Cosa(|ues draps , d'étoffes de soie , de pa 

du Don y jusque dans F intérieur pier ; des rafineries de sucre et d< 

du gottv« du Caucase. Il fut nommé distilleries d'eati-de-*vie. Son prin 

ainsi à cause des hordes Calmoukes cipal commerce consiste en chan 

qur pendant très-long * temps y vre , huile de chanvre p anîf i 

catnpoient toutes. bestiaux. Sa population est i 

Calouga 5 {Kojt^ta») ( Gouv. 77o,947habitans des deux sexes, i 

de) Ce gouv. est entre le SS^iV et son étendue d'À^pou-près 3oa<J 

le 65^32' de lati sept« et 2°5o' et werstes carrées» I 

le6^5o' de longit. orient, dumé- Calouga, (jtdjiyaa.} Capital 

ridien de Pétersbonrg, qUi est lui-» du gouv. de ce nom. Elle est situ^ 




eelai de Toula} au midi par ce Pétersbourg, età 160 deMoMxMl 



I 



CAL CAM 73 

Onneconnoitpasoiactement l'e-* 17,000 personnes des deux sexe»* 
prx^ur de sa fondation ; les fré- Ia-^s marcliands de cette ville font 
noDs incendies et les incursions tin Commerce très-é tendu ; ils 
esPobnois, pendant les guerres vont cljercher des marcbindlses à 
f'iMURnssie, ont été la cause Leipzig, Kreslaw ^ lk*rlin et li 
dfb-ipstruclion des archives, des Dantzig , les vendent ensuite chez 
Hroaqnos et en général de tous eux ^ ainsi qu'aux foires de l.éhé- 
ii^aonnmens qui anroient pu la dian , Svînsk , Porovsk .et C^.orén- 
roitater; on sait seulement que naïa. En général ses marchands 
ù'iOïKA a changé de place, et se comptent parmi ceux qui ont le 
ïaeiie en aoccupé troi'i dîfieren- plus d'activé et d*intelligence ; 
i^S â pen de distance Tune de aussi presque tous les habitans 
IVjirr, atant que d'être rebiilie à de Calouga ont Tesprit mercan- 
ù place qu'elle occupe actuelle- tille, et font un commerce plus ou 
ni^ni. File doit avoir été gouver- moins considérable. Colougaason 
D^tdans son avant-dernier empla- archevêque qui se qualifie d'ar- 
cs lupot, par le grand-duc Siméon; chevéque de Calouga et de iio- 
rt M c'est le même prince qui a roVsk. 

^^nê à Moscou et à Novogorod , CaLVary , (jraJitfapw.) p. vîl- 
CM-Wirc, le fils d'Ivan-Dani- le du gouv« de V ilna, sur la pe- 
l"^iic)uurDoinmé Calita , son an-- tite rivière de Chéchoup. Klle est 
tînaitê nmonte aii-delà de l'an entourée de bois , et près des fron- 
iji'^: car de son t^mps Calouga tières de la Prusse. On y compte 
^to.tdpjà 4 son troisième empla- 120 familles chrétiennes et 3oo 
ornent', on j roit même encore juives. Cet endroit appartenoit au^ 
^<^ mies de fortiGcations assez ciennement k la famille Saptcba. 
fiiuidènhles , tels qu'un rempart Ca M a , (if ojua*) C'est une des 
^^f" terre, dos fossés proionds , et plus grandes rivières de toutes col- 
'^ place» quorcupoient les toursé tes qni tombent dans le Volga; die 
(Joit^a , dans ce moment , peut est partout navigable. La Cama 



^•>''^cia$sr« parmi les villes les plus prend sa source dan| une branche 
f»DM(iênblês de TKmpire: elle est des monts Ourals et coule d abord 
wi'esnr les bords tres-élcvés de vers Torient , du côté de la chaîne 



ri)ca 



et a beaucoup plus de Ion- principale de ces montagnes, en- 



peur que de largeur. On peut suite tournant vers le midi , elle 

ifii donner au moins low. de cir- continue sa course dans cette di- 

^^oférence; l'Oca ayant dans cet rection jusqu'à son embouchure , 

^^fm\ 100 toises ae largeur et après avoir parcouru une partie du 

r-u de 3 toises de profondeur , gouv« de V iatka , tout legouv. de 

f>t?Tiiout temps navigable pour les Permie , d'Orenbourg , une partie 

F''V'n>s bateaux , et ajoute par de celui de Cazan , d'oii elle va se 

^n>«]aent à la beauté de la ville , jeter dans le Volga , à 60 w. au- 

^<>M qu'à sa richesse. Calouga dessous de Cazan ; les Tatares la 

^"ï^'erinean couvent , 24 ^6^**^^ 9 nomment Tcholmann-Idél. Cette 

'"^îymnasc , 5 maisons' de cha ri- superbe rivière enrichit le^pro- 

^'^Wune pour 12 personnes, viuces qu'elle parcourt, en por- 

°"^fcole publique, un hospice tant les productions de la Permie 

I^^Mei eolans trouvés, et une et d'une partie de la Sibérie dans 

'^^iK^n de correction ; on y compte toutTempire, par le moyen deic 

^ouirc 2iç) maisons de briques , rivières qui desc<*ndent de l'Oural 

^•^"t de bois et 5oo boutiqueSé et qui venant s'y jeter , lui appor- 

* Fv^ïaiiou peut s'cyalucr à teiii lea mines de fer , de cuivre j 

TOM. I. J) 



74 



CAM 



GAM 



le sel'. If s jaspes elc. qu'elle va servir clé trophées à une ylctoi 

Ï or ter à son tour dans le Volga, aussi glorieuse, 
.a Cama n'a ni bas-loncl , ni cata- Camatchins , {KaJttar:iifttt,t 
racte , elle esl plus rapide que le peuple sauvage de la Sibérie. 
"Volga et sa navigation est sûre habite entre la Cana et la Man 
dans tous les temps ; c'est une des qui se jettent toutes les deux da 
rivières les plus poissonneuses delà le Jénisséï, sur sa rive droite. \ 
B ussie^èt son poisson est plus sain peu]ple peu nombreux , resseiul 
et plus délicat que celui du Yolga. en tout auxl'aïballs , tant par s 
Vne chose particulière qu'on re- mœurs sauvages , que par &a ma 
marque , c est que presque tous propreté et ses superstitions. C 
les poissons de la Cama ont des ta<-, sauvages professent le Chamanî 
ch es noires , qu^ils pei^dent après me et sont entièrement soumis 
avoir séjourné quelque temps dans leurs Chamans , qu'ils appellei 
le Volga. Les bords de c^tte rivière magiciens. Ils payent trlBut k\ 
sont couverts de sliperbes forêts , Russie. 

dont le bois sert à la construction CaJVibalina , {Kaju6<zjLUHn< 
des barques qui y naviguent; on Cette petite riv.de la {>resqa i 
en construit de très-grandes et du Kamtchatka coule vers sa poin 
qui supportent de ico jusqu'à mérid. et se. jette dans la mer 
i5o,ooo ponds de ôharge ; ce qu il 3o w. de Tendroit d'où commen 
y a de particulier à ces bâtimens , Tarchipel des Courilb. Son no 
c est qu'il n'y entre pas un clou lui a été donné par les Basses y 
de fer, et Tan cre exceptée, tout y cause de la grande quantité < 
est en bois. poisson qu'on nomme Carnbah 

Camarskoy-Ostbog, (jTcL/r/apw qui s\ -trouve* Les habitans d 
CKOû'Ocrnpoàd.) ou fortin de Ca- Courifls appellent cette rivièi 
marsk. Cette p. place, dont les for- M s^tèpkoup. 

tifications consistoient en un sim<<- CambaRkinskoy, {K<xju6apKu\ 
pie rempart de terre et quatre pe- ckoû») usine de fer dans le goui 



de thermie , appartenant a la fl 

mille Pémidof. | 

Caménetz-Podolskoy y {K\ 



tits bastions entourés d*un fossé 

Î)cu prolond , fut le principal boli'»* 
evard des frontières' que la Bus- 

sieavoil le long de l'Amour 5 jus- jtieneufi^noAOJi'f'CKOÛ* ) Capit 

qu'au milieu du XVll» siècle, du goUv. de Podolie sous le ^9® 2 

11 fut bâti et abandonné en i652; de lat. sept, et le 4^° 5' de lor 

^nais renouvelé en '16549 il sou- orient; sa distance est de t,3 

tint, avec 5oo hdmmes de garnison werstes de Moscou et de i,53o 

russe , un siège mémorable ; car Pétersbourg. Elle est bâtie snr 

étant attaqué par Ta rmée chinoise, rocher au pied duquel coule 

forte de lo^ooo^ ayant avec elle Smotritza , qui tombe dans 

i^ canons et tout ce qui étoit né- Dne$|lr,& deux milles de la for tere^ 

cessaire pour faire un siège , non*- de Chotyh en Moldavie. Caméu< 

seulement il fut défendu avec opi- fut fondée dans le XVI® siècle, f 

niâtreté au point d'obliger les un prince dé Lithuanie ; qui co 

Chinois à le lever ; mais la gar- quit la Podolie sur les Tatar 

n'ison ayant fait une sortie les Cette ville a été considérée comi 

poursuivit , en Ht un grand mas- le boulevalrd de la Pologne dn c< 

sacre, et leur enleva quelques ca- de la Turquie* £11^ doit sa foi 

nons, étendards, munitions , etc., beaucoup plus a la nature q^ 

dont une }>artie fut envoyée à Tart , qui a peu fait pour e1| 

Iakoutsk et lanlre à Moscou, pour encore est-elle entièrement doni 



CAM CAM 75 

nèoprme mpntagoe plus hante dans celui de Vladimir et deux eu 

que celle «ur laquelle elle est si- SiWrie , dans le gouv. ije Tomsk. 

tuéf.ftioùrenaeini pourroitlui Cammenoy - Osthov , ( Ka* 

lâiitkucoQp de ma). Les Turcs jneHHoa-Qcmpooh. ) Cette petite 

i n ftoicnl emparés en 1672 et la île de Ja mer Caspienue n'est qu'à 

màmtk^ la Pologne en 1699 , 18 w. de ses bords, du côté de Gou- 

pfeiraiië deCarioviU. hs\ p6- rfef. Elle est remarquable p^r la 

ptjton de cette ville consiste en grande quantité de veaux marins 

Pwonois, A^rméniens, e^ quantité qi;i s*j retirent et qu'on y tue, 

itjftiisqui \ l'ont |»rcsquc seuls le IJpe chose très-particulière et 

«mmerce. La ville sans être régu- i^ui a été remarquée par plu-^ 

treenasset bien bâtie : elle cqn- sieurs naturalistes j^ c est que la 

t™t beaucoup de niaisons dç mer Caspienne ^ con^idérable- 

^oesjles plus beaux édifices sont nient augmentée en profondeur de 

IV^liie arménienne, les couvens ceçô.té; ce qui vient à 1 appui de> 

[j« Dominicains et des Campes, et cela ^ c'est \s^ disparition totale de 

IWiçn collège des Jésuites. Le 3 îles quisetrouvoientprès decelle 

piai* de 1 archevêque Russe est dont nous parlons et soa affaisse- 

«^féablement situé, L'éclise ca- ment ; car ses bords aj^ant eu plus 

(bniraledes Catholiques Romains, de 5 archines d'élévation a u-des- 

»oaiinée tara, est sans<t:ontredit le sus de la mer n'en ontp^sque 

plw iwiu monument : elle çon- trois ; ailleurs on sait que la mer 

«*Bl i5 autels ; on voit auprès un gagne de plus en plus vers l'embou- 

ancien minaret turc, sur lequel on çbure de l'Oural , dont les borda 

aptevémicsutuede laî>te.Vierge, ci-devant élevés et secs, devien- 

«>»»lttpw;ds posent sur un crois- peut de jour en jour plus bas et 

*3oiJ tt léte est entourée de 9 plus marécageux, 

ftoiirt. 1^ habitans de Caménetz r» „ * / 

r»T«.. J""'**J r,^.l_ CaMENNOY-OSTROV • f «Tajr/tfrt- 

crojent qae la su tue et les étoiles . ^ -z \ £-* ^ KAaMcn^ 

«nt d'or •massif: mais il est plus TT^'^'^^V^l C """^ ^' i*^"" 
frobablequelleest de bronzedoré. tlf,^''^ ^ P^tersbourg , sur la- 
k adeux archevêques dans cette ^^f^^ *« J^^"»^^^ 'J?) beau pala.s lm- 
'•lie,«adelareiigioL grecque,qui ^TIiTZ^T fflf"' ^""[^'^ 
^«alifiedu titr^ d archevêque 'de ^^-^./^ "î' î^ ^ ' ^ ^^T 
f«ioIic .1 de Braulaw , et un de ^l ^Tm^i T ^'*'^'^//^'^*^ 
I* région romaine, qui relève ^uc, et S. M. [. lempe^eur A lexan-, 
«kiwleréquede LvU" dr^ypaSseune partie de léte. Plu^ 
^^«WKA, (KaJueHKd^ colonie steurs particuliers ont des maisons 
iB^ouade daks^rtouv. L Sapa- f « ^^P^ ^'''' «S^^^^es sur cet- 
ï>^ tlleest située sur le bord du ^^P^*''! '^^• 
»o|fla. GaMENNOY - PoÎASS , (KaJrieHf 

.^AHÉîft^, (KojueHKà.) p. riv. koû-Uoacô.) ^oyez Monts Oci- 

^ gooT, d'Eeatherinoslaw , qui a ^^^l'S. 

**»iirce dans le step à 5o w. de Camenskcy, ( KcuueHCféou^ ) 

^iiaênnén. tUe n'est remarquable """^e de fer appartenante à ia^ cou- 

^"«jttrceque lesCosaques Zapôro- "^""^e , dans le goi^v. de Pcrmie, 

^^ y avoient leur principal éta- Çaiviichefskc)£ - OzçRO , (JTo- 

Wi«ement, lorsqu'ils étoient sous Aibnue6CKoé^03epo>)ou lacdeCa- 

" protection des Khans de Crimée, michef. Il y en a deux de ce nom , 

^yaencoreplusieursautres rivières dans le gouv. d'Orenbourg , dans 

vœ nom; elles se trouvent, Tui^e Vun desquels Veau est amère, et 

^ le gouv. de Kbarkof ^ Fautre malgré cela il abonde en poissons. 



76 C4M CAM 

Camichine , {KajfihiluUHb.) p* compte 12,040 habitans des dei 
T. ilugouv. de ^aratol et chei-iieu sexes. Il s'y tient annueli^'ini 1 
du district de ce nom. Kiie est située trois marches de clieyaux bœ uls < 
sur te Volga , au contluent de ce moutons. 

fleure et de la petite rivière de Ca- Ci^MiCHNl,KOFSKAii'A, ^K€2jr£f,iL 

michënka qui la traverse. Ce p» huko 9 cFco^it; bourg des Losaquesi 

entiroit est situé sous le 5o^ 3o' de iiou,sur la rive droite de ce ilt:u\ 

]at« sept, et le 63^ 4^' de long, Camichi-SaMara, ^Kajrti>iuL 

orienL, etii I74w. de distance de CoAiapa») p- riv. du gouv. d'C 

Naratof. On yoU non loin de Ik renbourg , qui ^e jette dans TOu 

une espèce de citadelle construite rai et sur l'embouchure de laque 

en 1G68 par un colonel anglais le est situé le IbrtTatistchc^. 

nommé Ihomas Laili^ , qui se Cavit cb a d als ^ {ha juca/^ctjibé 

trouvoit alors au service de la Rus- C'est le nom des habitans de i 

sic. Cette ville nVst remarquable partie méridionale de la prcsfjii'Il 

qie par le canal que Pierre-ie-Grand du Camtcbatka. [Is dilférent bi ai 

avoit commence à y creuser pour coup tle tous les autres pi^upks < 

joindre le Volga auUoii.; ce tra- ces contrées ^ tantpar lear iaui:i 

▼ail se trouve interiompu depuis ge que parleurs mer urs: ils pe coi 

long- temps. Cet te ville a 3 églises et noicsent de leurs voisins que [ 

près de 1 200 habitans maies : elle Coriaks , les Kusse^ et quelque 

ne lait aucun commerce , aussi insulaires de leurs côtes ; ce qi 

ceux qui y résident sont-ils assez porte à croire qu'ils sont Abor 

pauvrt's. Jit*s terres qui l'envirou- gènes de cette partie du globe. Cei 

ncut nVtant pas très-ièrtiles y Tar- te contrée a été beaucoup pl^ 

griculture n'jr est pas tiorissanie peuplée avant sa découverte pj 

cependant aes moissons suiliseut à les nusses^ et même pendant que 

l'entretien de ses habitans. que temps depuis, ce qui se vo 

CaMichiNka y (KojtzhnuuMKa.) par les traces d*habitations ahaii 

p. riv. qui tombe dans le V olga données qu ou rencontre au Loi 

et sur laquelle est située la pv ville des rivières; d'ailleurs on \c 

dont nous avons parlé dans Tar- d'après les dénombremens faits < 

ticle précédent, ce peuple , par les comniis q' 

CamichloF| i Kojiihiui^oô'b. ) les premiers marchands y ei 

ai 
s\ 
qu'il en reste à p<{ 
de 1-ermie, sur la Pichmé qui se ne 3,ooo. Une épidémie îointJ 
jette dans la Toura, Quoique cette une i«imine , les a pr<^uVnti 
P- vil, n'aie que V9200 habitans des rement détruits; il en meurt d'à 
deux sexes ^ çlle est cependant leurs beaucoup chaque année 
cbel-lieu du district de son nom, elle la petite vérole qui fait des rava^ 
a une église, et toutes ses maisons incroyables parmi tous ces peup 
sont bâties en bois: son district , sauvages, chez lesquels riuocul 
malgiv une étendue de 94^7 wers* tion n'a pas encore pu être inti 
tes earrr es , ne compte que près duite. Les Camtchadals sont 
de 60,000 habitans des deux sexeSé général petits , ont les épau 
l^e terroir y est eu généical très- larges et la tête crosse } il« ouf 
iertile. visage long et plat, ainsi que 

Camichnia , ( KeurihiuLHA. ) nez, les yeux petits, les lèvi 
gros bourg, dugouv. de Poltava, dis- minces , les jambes coûtâtes et f 
trict de >iirgorod , dans lequel on de barbe : ils marchent beauco 




CAM CAM 77 

et itu 9 sont insensiblet aux ce qui a souvent occasionné des 
mU'mpprles des saisoas ; leurs guerres parmi eux. Us sont mal-» 
tau» ont la peau iîne et bru- propres à Texoès, ne se lavent ja- 
ne. h veux et Les sourcils noirs, mais le corps , le visage , ni les 
la pobe tiue et ie^ mains pc- mains ; pas même leur vais, elle j 
t(e$; en général elles sont très- qui sert aux chiens et aux Ynaf très 
.hn laites. I^s deux sexes por* indiflëremment. Us sont en géné- 
tnt également leurs cheveux rai poltrons , craignent beaucoup 
îrbjfs «a deux tresses et ne les la douleur , et ne sachant nuUe- 
pe.^)ieDt jamais. Quand il arrive ment la supporter, ils prél'èrent 
^ae quelques cheveux se détachent une mort s uni te qui les en délivre 
ieioûn tresses y ils les y rccou- à une souflrauce prolongée ; aussi 
s>'iit avec des aiguilles ^ telle fem- les suicides chez eux sont très-tré- 
mp «m porte quelquefois au-delà qnens , surtout parmi les ln(ir^ 
de 10 livres. Ce peuple est trè^ in- mes et les vieillards» Les Camf cha- 
U%eQi et a le génie imitateur a dais ne savent pas diviser |e temps, 
no poiat étonnant , il contrefait ils ne comptent pas Les jours e% 
touiceqti'il voit, il imite ton: ce qu'il n'ont que deux divisions de Tan- 
vrai; ses chansons sopt remplies née , qui est IVté et Thiver , ils ne 
d images et de pen^iées ingénieuses comptent que par éponlies : par 
etgiiie»,liest tres-adonné au plai- exemple: l'époque de la grande 
iir,cnneax k l'excès et insou- épidémie, celle de telle victoire 
ciuit;ilDes*anJige pas de sa pau- ou défaite» Jamais ils n'ont atta- 
' ^Mp , vît de p^che et de chasse ; que leurs ennemis en bataille ran-* 
toaisBjva jamais que pour avoir gée , leur guerre consiste en sur-» 
àcfjwnTÏTre: rarement il s'éloi^ prise d'habitation et presque lou'- 
gn^asiadeson habitation , pour |ours de nuit^ alors ils massacrent 
Of pu revenir coucher auprès de tout , enfans , vieilhirds, les feni- 
a iemoie. i«es boissons fortes le mes exceptées , qu'ils emmènent, 
inlaiseQtpourtaut,çidanssa nour* Souvent lorsqu'ils se voycnt sur-* 
ritare,ce$t tou)ours la quantité pris dans leurs petits fortins pa- 
qailprélèreà la qualité. (jCS hom- lissadés , et qu'ils n'espèrent pas 
BK9 sont très-portés à la volup» pouvoir résister , ils poignardent 
1^, ce qui les rend presque tou- leurs femmes et s 'entretuent eux* 
)oars lesesolaves de leurs femmes , mêmes , pour éviter l'esclavage ou 
<}m de iear côté s'y abandonnent la mort, que leur donneroit iné^ 
^^ec fureur , se faisant souvent vitablement l'ennemi. Leurs ar- 
Uaaeur du nombre de leurs mes consistent en tlèches et lances, 
anuQ^^etne récompensant jamais au bout desquelles ils mettent 
aiuremeut an étranger , qui leur des os aiguisés , et en massues* 
^uroii rendu service , qu'en lui Depuis qu'ils sont sous la domi« 
oiiraQt lears dernières faveurs, natiou russe , ces guerres iqtesti-* 
^M^aDtSteller, qui a long- temps nés n'out p fus lieu ^ ils sont sur* 
^Hnidau^ le Cauitchatka , attri- veillés et gouvernés par les R us- 
W celte insatiabili té des plaisirs , ses qui s'assurent d'eux par d«s 
ifasage du poisson pourri, du otages, qui sont continuellement 
^^îiar, du suif et des oignons gardés dans le.s torts que la Russie 
^o^aj^cs , nourritures toutes trèsr a fait construire dans cette pres- 
^l'^iamlaotes, et ensuite à Toisivi- qu'ile : ils payent U^ur tribut en 
^« li-i ne sont envieux que de plai- fourrures ; on compte un Zobl ou 
^'^«, aussi ne se volent- ils entre Mnrthe-Zihehne par télé; ils peu- 
^ui que les femmes et les chiens ^ vent les remplacer par d'autres 



\ 



78 



CAM OAM 



fourrures, selon qu'on en eonrient, leau; mais ils n'épargnent rien 

La construction de leur maison pour pouvoir se procurer de l'eau- 

est asses particulière ; chaque (a- de-vif, que les Cosaques russes j 

mille en a deux , l'une d'hiver et distillent d'une certaine herbe 

l'autre dVtë ; celle d'hiver est une douce. Je ne m'étendrai pas da- 

espècede tanière creusée à plusieurs van tage sur leur article; eeux qui 

pieds sous terre et dont le toit est désirent de plus amples détails 

porté :^ar quatre piliers etrecou- diront les descriptions qu'en ont 

verts de branches d 'arbres et de ter* âiites beaucoup de voyageurs , tant 

re; on j pratique deux ouverture». Russes qu'étrangers , nommément 

l'une pour servir d'entrée et en Steller ^ Lépékhin , Crachenlnn'i- 

même temps de fenêtre , l'autre kof, Lesseps, Sauer, et surtout le 

pour laisser échapper la fumée. La capitaine Chmalcf. 

maison d'été est construite en bois, Camt^h atra , ( KojtitamKo ) 

elle est poligône et quelquefois grande presqu'île qut termine la 

ronde ; élevée fort haut sur des Sibérie vers l'orient. Sa position 

pilotis, dont les extrémit<*s supé<r est du nord au midi ; elle a 800 w. 

rieures sont inclinées l'une y ers de long>, sur près de 400 de large, 

l'autre , ce qui donne au bâtiment £lle est bornée au Nord par la 

la foone d'une quille, ressemblant partie orientale de la «Sibérie, dont 

au reste .assez à un colombier, les fleuves Poustaïa et Anapka U 

Comme ces maisonnettes sont cous*- séparent, Tun allant se jeter dans 

truites sur une petite dimension , la mer de Péojin , et l'autre dans 

ils ' ' 




y. - _ . _ . 

jettent comme. un pontlevis; elles rique ; au midi , un détroit, qai 
août peu solides et souvent ébran* \à sépare du Japon , et dans lequel 
lées par le vent ; ils attachent tou- se trouve l'archipel des îles Cou- 
jours leurs chiens dessous. Leurs rills; enfin à l'occident, , la mer 
meubles consistent en nattes de d'Okhotsk , dont le golfe septen- 
joncs, qui leur servent de lit et trionalse nomme mer de Pénjiny 

' en quelques escabeaux et écuelles d'après le fleuve Pénjin qui s y 

4e bois ; un bateau, des traîneaux jette : la mer d'Okhotsk la sépare 

. menés par des chiens et construits de la Tatarie chinoise , et du dis- 

comme ceux des Tungouss et àc% trict d'Okhotsk en Sibérie. La 

Otiaks, longs, légers et couverts presqu'île du Camtcfaatka est for* 

d'une écorce d'arbre, et des patins mée par une chaîne de montagnes 

à raquettes ; voilà en quoi consiste granitiques et volcaniques, qu^ 

toutes leurs richesses. Ils se nouris- court clepuis la terre ferme dans 

sent de poissons frais, séchés , le pays desCoriaks, entre le 5i 



fumés et pourris dans des trous et 62^ de lat, sept. , et d'après les 

Î[u'ils font exprès pour cela dans nouvelles cartes vers le 174^"^ 

a terre; de caviar, de toutes sor- long, orient. Le fond pierreux àt 

tes de gibier , également séclié et cette presqu'île , la quantité àt 

fumé pour l'hiver. Leur délice est sources froides , le peu de terre 

la baleine et le veau marin morts végétale qui la couvre et les froide 

qu'ils se procurent iacilement , la continuels en été-, la rendent près* 

mer en jetant souvent sur leurs que inhabitable aux Européens J 

bords; ils boivent ordinairement c'est pourquoi les Russes la consi- 

de l'eau pure, au printemps cepen- dèrent avec justice comme la psi*- 

dant ils profèrent le jus de bou- tie la plus rude et la plus dést* 






CAM CAM 75 

gréakk de leur empire , maigre k Japon- > et en ramenèrent des 

que b partie mérid. du Can>- insulaîrea, habillés dVto(îes de 

tcbatb 3 étende jusqu'à a S5^ de soie , ayant avec eux quelques us^ 

k , h Teots du nord continuels , tensiles à leur usa^e^ et même quel* 

^tlepavs plat etnon boisé des ques morceaux d'or; enfin, en 

Tr^BLicuis ne la garantissent 1706 tout le ( Kamtchatka se trouva 

pi, et les brouillards des mers reconnu par les Russes , qui en 

fit Tentoarent , en rendent le prirent entièrement possession* 

rfjsit insnpportable : rarement Les hautes montagnes qui cou-* 

if seigle jrst-il parvenu à ma tu- vrent toute la partie septentrion* 

' rite; d'un autre côté^ les fréquens de ce pays ont donné naissance aux 

tren^blemens de terre ont boule- deux principaux fleuves de cette 

versèet submergé des côtes entiè- contrée. Le Camtchatka , qui a 

m de cotte presqu'îleé On a déjà donné son nom k la presqu'île , et 

ea quelques notions sur elle en le Kikcha , ou grande rivière , j 

1690 ; mais ce n'est qu en 1696 ont leurs sources. Le premier cou- 

qaonyaeDvoyé les premiers ,Co- le d'abord vers le nord , puis se 

uqaes; ils partirent a'Auadirsk au tournant vers l'Orient , va se jeter 

nombre de 76 , sous le comtnande- dans TOcéan oriental* Le second, 

ment d'on de leurs chefs nommé «coulant d'Orient, en Occident va se 

Morosko; mais ils ne parvinrent' jeter dans le golfe ou mer de Pén- 

psencore jusou'au fleuve Cam- ]in; une infinité de rivières plus 

tchatb. L'année suivante Vladi- ou moins grandes , vont se ]eter 

mir Âtkssof , chef d'Anadirsk ^ dans l'un ou Tautre de ces fleuves: 

pni possession du fleuve en y plan- je n'en citerai que trois qui tom-, 

tiat one croix et levant un pre-* nent dans le premier , à cause de 

mier tribut sur les peuples ; aau-^ leurs sources qui sont au pied de 

tr» distant que sa découverte est deux volcans «qui se trouvent 

Qi^^ à UQ soldat nommé Staritzin dans la chaîne des montagnes de 

9u< sVUnt avanc<^ de ce côté avec cette presqu'île, non loin de Nijné- 

uu bommes^ en donna ia premiè-* Camtchatsk: ce sont la Chapina , 

re&oarelle à Anadirsk , d'où il la Tolbatchik et la Capitcha ; il j 

^(oit parti; alors on y envoya At- a outre cela beaucoup d'autres 

2^» Youca';, ^ .., ^^_ _ 

Qt'Qi habitations entourées d'un la presqu'île en trois peuples dif«* 
ï^part, y bâtit un petit fort qui férens ; ve sont les >f ourills , les 
fut nommé Mijni-Camtchatskoy- Damtchadals et les Coriaks. Les 
^^rog, ce qui veut dii*e Ostrog^ ou premiers occupent la pointe méri- 
endroit palissade du Camtchatka dionale du Camtchatka et s'éten- 
"iférieur. Une seconde expédi- dent le long de là côte orient*^ jus- 
JilJonj fut dirigée, par un gentil- qu'à Avatcha , et de l'occident 
Qomoie russe nommé Cobéléf, cpil jusqu'au fleuve Compakow, et sur 
^^mpara de trois au très retranche- les bords du K.ikcha. Les seconds 
°*a* des naturels du pays. Dans vivent sur les deux rives du fleuve 
^^ troisième , commandée éga- Camtchatka , ainsi que sur la plu- 
mât par un gentilhomme, nom- part des rivières qui s'y jettent , 
'^^Colessof, on fit une expédition et le long de la cote orientale , 
^ mer avec 3o hommes , sur des depuis le fleuve Joupanova, jus-^ 
«»U^ux de cuirs ; ceux-ci décou- qu'au Roussacova ; de Ui, au nord^ 
rri/eat quelques îles situées vers sur les deux côtés de la presqu'île. 



/ 



n 



^ 

^ 



80 CAM CAM 

ainsi que sur les rîvirres qui s'y «»penc!aiit le (îouy. nissp e^t v\ 

trouvent, jusqu'à i'Anadir, ha- vonu à force de soin et en ve 

bitent les C oriaks. Ces trois peu- vovant des < dons russes "pr's pa 

pies difFèrent entièrement do mi les tnalfaitcursqu'on y exiloî( 

mœurs , de langue , et de coulu- à introduire la eullure des ponun 

mes ; il V a cependant quelques de terre et des navets : ces de 

mois qui sont communs aux Cou* nierS surtout y parviennent n ui 

rills et aux Camtchadals. lies ri- grosseur extraordinaire , ce q 11 î! 

Vièrrs et los côtes de la presqu'île beaucoup améliore Texistence < 

al>ond6i)t en po'ssons de la meil- de w% Iiabitans. On v rrcueui 

Irure espèce ; les saumons et les une quantité de baies de différer 

harengs y ont un goût supérieur ; tes espèces, dont quelques-unes loi 

on V pèche des homards, des écre- agréables ati goût , avec lesoueîl^ 

Visses , des étoiles de mer et des on fait des boissons et du vinairr* 

coquillages de toute espèce. ïiC Tes Cosaques russes sont parrrnn 

pays abonde en gibiers, parti** à distiller de la fort bonne eau-dij 

culièrementwen lièvres, coqs de vie, avec une espère de jonc 

bois, de bruyères, francoUns, oies qui croît sur les bords du Kikc^ 

et canards sauvages. Les habitans et du Camtcbatka ; ils n'eti prrij 

rassemblent les œufs de ces deux nent que le cœur qu'ils sècbeni i 

dernières espèces d*oiseattx en si pulvérisent, ensuite vei*sant d 

grande quantité, qu'ils, en font l'eau dessus, ils le font fermer le 

une provision pour tout Tété et etledistillentaprès. Lamcrjeltesi^ 

les cou serven t fra is dan s ' de la ces bords d i fïé ren tes 1 \ erbes et p la n 

graisse de poisson. Les animaux tes marines , dont quelques-une 

sauvages qu'on v trouveet dont les orttle goût de chou , d'anircs orlu 

peaux s'emploient dans le comraer- de concombre^ mais qui sonfei 

ce. son lies reuaixls rouges, bruns général toutes aigres et salées ; \i 

tachetés de noirs et à colliers peuple les mange cependant avec 

gris ^ les premiers sont fameux et plaisir. Le bois qui croit sur h 

connus <lans le commerce sous presqu'île est en général petit \ i 

le nom d'OgnéfLa ou renard de se trouve cependant quelques ar- 

feu <lu Camtehatka , h cause de bres propres h la construction, par- 

sa couleur ardente. I-.e zobl,quoî- ticulièremrnt le mélèze , qui e*^ 

que moins beau que celui de la très-dur. Le i amtchatka iuan(|Ui 

Sibérie ,' s'y trouve en plus gran- absolu^ient df!sel;on svprocun'l 

de quantité à cause du peu de sCu l qu'on y trouve par la cuissoi 

chasseurs; les plus beaux se pren- de l'eau de la mer qui est très-sa 

nent sur les bords de lOlutora, lée sur ces bords. t)e qui rend le 

et les plus communs dans le pays ustensiles de K^r et de cuivre s 

des Coriaks. On y trouve aussi des chers dans ce pa\\y • c'est le maiv 

castors mais qui diffèrent par la que total de mines ; car jusqu' 

queue ^e^ castors ordinaires; c'est ce jour on n'en connoît qu'ufie d 

pourquoi on croit que c'est un 1èr, décotiverte en 1 760 près d'ni 

animal particulier. Le Camtehatka village nommé IViilcova , situé noi 

n'a pas d'ahimaux domestiques, et loin de^Verkhné-Camtchatka : ell 

c<*tte privation empêche unique- est à la super iicie de la terre t 

ment ë l'agriculture d'y faire des rarement à une ou deux arcbine 

progrès ; car il y a des vallées ex- de profondeur. On commence 1 

posées au midi , où le blé et sur- l'exploiter avec succès , et on tai 

tc; lit l'orge et l'avoine a uroient pu déjà avec le minerai qu'on en rc 

rihissir. Depuis plusieurs anneea tire , des ancres et des barres d< 



CAM CAM Si 

fr^eiusef grande quantité* On ré 311 hauteur; mais elle doit être 
i é^akffleiit quelques indices de ënorme, par la grande distance d'oà 
mines dirgent : quant au cuivre on Tapperçoit; car on peut le voir 
OQ l'a oonaoit pas du tout. La iacilementdeVerkhni-Canitchatsk 
seule production minérale qu'on y ce qui fait une distance de 3oo w« 
tmarcjcncore en petite quantité , en ligne droite ; dans les jours në« 
Cftlksoaire natif, qui coulant buleux, on aperçoit quelquefois 
hi rocher près des bords de l'O- j usq u ' à trois rangs de nuages autour 
Isurif se durcit à l'air en forme de son sommet, et malgré cela il les 
^LtoQs gros comme le doigt. Les dépasse de près d*un quart de 
AriroDi des Tolcans sont couverts sa hauteiM*f Ce yolcan a eu des 
b pierres poreuses et de laves, éruptions terribles ; il y en a qui 
Hijtroare beaucoup de sources ont duré jusqu'à deux, semaines « 
tijodes salphurlques. L'air de ce sans interruption , couvrant la 
us est très-sain ,* on y counoît terre de cendres à 40 W. et davan-» 
•rt pea de maladies , et les liabi- tage, à trois et quatre po aces de 
m en sont robustes et vivent bauteur; vomissant des torens de 
>D^-tcmps. Son commerce d'expor- Uammes et de laves qui coulent à 
lioQ consiste en fourrures , dont une très-grande distance j les gla- 
nas arons déjà parlé plus baut ; ces çt les neiges qui fondent alors 
sreçoirentenécbangedes draps, tout-à-coup, forment des torrens 
néiofles de soie et de coton , de qui brisent tout ce qu'ils rencon- 
tiûile, des peaux de rennes tra-** trcnt sur leur passage. On apper- 
^ilires et écrues 9 des peaux de çojt quelquefois pendant 3 ans de 
'i^inu, et descnirs préparés, pour suite la tlftmme au-dessus de son 
<%c'lles, du fer , des vaisselles principal cratère , et rarement il 
^t outils de fer et de cuivre, com- se passe deux ans' qu il ne vomisse 
^ éa haches , des couteaux , des cendres ou de la lave. Les plus 
^ ^i^illes et des scies , du fortes éruptions ont été celles de 
iDroage, pour Tnsage de Vé-^ ^7^7 y 1762 et 1767 ; mais la plus 
^) du tabac, du cbanvre , terrible a été celle de j['^62. La po- 
iilildeCarret,etc« etc. Le Gam- pulation de toute la presque le se 
^^ se divise depuis 1783 en monte à 37^3 mâles dont 3oo Rus- 
<|>^'tri€ts savoir! i^ celui de Bol- ^es ^ le reste babi tans du pays et 
^retsk ou de la grande rivière; payant tribut. 
' ceini du fort Tiguilok ; 3° et 4° 

«irfttNiiDi€tduVerkbni-Cam- _ CamTchatka , ( iTa^cam^fa. ) 

^Uk on du bas et du baut Cam- ?«?^^e de la presqu île de ce nom , 

•^aila. Depuis 1802 il y a on * laqtielle d a donne le sien. Les 

"DDUndant général dans la près- naturels du pays le nomment Oui- 

» «le , a réside à VerkbnURamt- ^^«' ^" S^and fleuve. Il a sa sour- 

«i«^ , qai en est devenu depuis ^ ^^^^ V° marais, au pied des mon- 

tonps le chef-lieu. On y remaf- ^.^^* ,^" Camtcbatka , et coule 

»*«icore Avatcba, oa port de Sabord vers le nord-est ; ensuite 

[•WetSt. Paul ' sur l'Océan P'^enant toujours un peu plus vers 

Si. Cette presqu'île a plu- \ «** J *^ ^^^^^ P**: « 1 tourner tout- 

^«^Tolcans dont quelq«es-uns â-coupetva se leter dans 1 Océan 

^«^tcints: mais le phi consi- oriental, sous le 56° ^o' de lat. 

^* , et qui peut être comparé »?Pt- «on cours est de 49R ^.; quan. 

' pins fcimeux de TEurope, est tile de rivières tant considérables 

^'^iqii se trouve près de Nijni- 9«^ P«V*^« y ont leur embouchu- 

"ûtchauk -, on n'a jamais mcsu- '« ^^ ^«^^ ^^'«« ^« ^ ^^^^ 
ToM. I, 10 



82 CAN CAR 

I 

Cana GA ,( JiTaHaea* ) ^^^ ^^^ saîvaate, il s*y tint des conférei 
tle^s Alëbutlennes , daus rOcéan ces entre les princes Russes et l 
Orientai. Liie n'a pas de port, mêmes Polovtzi , pour y trait 
fas un arbre et à peine 3o Labi- de paix. En i igS, le grand-Duc t 
tans: ils 'y retire beaucoup de veaux K.iow, Kuric, le C€*da aujgraiid-di 
et de eu leus marins 9 que les chas- \ladimir Ysévolod, auquel il 
seurs russes et ceux des îles voisi- reprit Tannée suivante. En 1 2 
nés .viennent j tuer. Cette île il fut pris par Batou-Khan qui 
n'est remarquable que par un vo^- établi des gouverneurs Tatares si 
can qui jette beaucoup de souire toutes les provinces limitrophe 
et de fumée et par des sources En (in, en 1 787 , Catherine 11 ei 
d*cau chaude , daus lesquelles les une enti^evue tout près de là , si 
habitans cuisent leurs viandes et le Dnepr , avec Stanislas Auguste 
leurs poissons : elle est à 20 w. dernier roi de Pologne. On j coo] 
de disunce de l'ile d'Adaka. pte actuellement 2566 Juibiui 

Canildey , ( KanaA^it* ) Gros mAles. 

bourg du gouv. de ^imbirsi , à Captchak , {KanzaKh.') (empii 

i3i w. du chef-lieu de ce gouv. 11 de )• On nommoit ainsi au i3èn 

étoit anciennement chel-lieu d'un siècle les états des Tatares -> Moi 

district. Dn y compte 902 habi- golcs , qui sVtendoient dans tou 

ta ils mâles. l'Asie septentrionale. Cet empi 

CaNDALINSKOY, ( JTaH^aAUH- fut consolidé par Batou-khan.pei 

CKOÙ') distillerie d'eau<i^e-vie ap- iils de Tchin*guis-khan, auquel ce 

par tenante k la couronne^ dans te partie des conque tes deson g ran 

le gouv. de Simbirsk , sur la Maii- père tomba en partage. Il soun; 

na : elle iournit annuellement la Russie , qui resta pendant dei 

1 37^000 seaux d'cau-de-vie. siècles sous la dépendance de c 

Cando, {Kan^o») pet. ville du Empire, jusqu'à ce qu^afTolbli lu 

gouv. de i.ourlandc, dans le dis- même par ses partages et sesguej 

tricV d'iacoubstat , sur la rivière res civiles , ii commença à décho 

Abo : il y a voit anciennement un de son énorme puissance ; il i 

château qui n'existe plus. partagcoit alors en cinq Royaud 

Can£ , {Kan'ô.) grande riv. du qui furent le Captchak propr 

gouv. de Tomsk ; elle court du ment dit ^ le royaume de Cazai 

midi au nord , pour se jeter dans celui de Touran , d* Astrakhan 

le Jénisséï, après avoir parcouru de Crimée. Vers le milieu 

5oo werstes. XVI» siècle , les^ royauines 

CanÉf, {Kaneob:) gros bourg Cazan et d'Astrakhan furent co 
du gouv. de Kiove , district de Lo- quis par la Russie ; celui de To 
gouslaw ) sur la peti riy. du mé- ran qui s*étendoit depuis l'Our 
me nom qui se jette dans leDnepr. îusqu à TOby , c. à. d., dans U 
Cet endroit est ûimeux dans les le midi de la Sibérie, subit le mé 
chroniques russes par lesévéne- aort avant le commencement 
mous importans qui s'y sont pas- XVïl* ; à la fin , les' restes 
ses en ii5o. Le grand-duc de cet état furent soumis à la Russi 
liiow, Mstislaw, y envoya son fils sous le règne de Catherine II | 
pour le défendre contre le prince la réunion de la Crimée à cetei 
Kostislaw , fîlsdeloury Vhidimi- pire en 1783* I 

rovitch Dolgorouki, qui malgré Cara-bougassr , {Kapa-S 
cela s'en empara. En 11 56, on y eac5.} Ce golie de la mer Caspi( 
fil un échange de prisonniers entre ne se trouve vers l'orient , dans 
les Russes et les PoiovUi 3 Tannée pays de JLhiva et s'ëtend fort li^ 



CAR CAR ,85 

danslttUnrres; il a jusqu'à 60 w. ^ns le Volga, après avoir fertilisé 
deWgeor, quoiqu'il n en aie que tout le step quelle parcourt. On 
S tûQt aa plus dans son entrée , a établi sur ses bords des colonies 
qui est fort dangereuse, k cause allemandes. U y a dans ce même 
dwcowans oui portent continuel- gony. une autre riv:ère de ce nom, 
leiont lar le milieu malgré les qui se distingue de celle-là par 
Bucsdesablequi s'y trouvent. On répithètedepetiteCaraman, tandis 
MjWïl y passer au contraire qu'en que celle-ci se nomme la grande. 
IôDj?eaDt les bords. Le npm de ce Caramiche , ( Kaprur^bimb. ) 
('sifesignifiieenUtarp Taureau 77 oi'r. riv. du goav. de Saratof. lUe se 
lAïA-CALPAKS , [Kapch'KetAnch jette dans la Médvéditza. On a éta- 
r/.] petit peuple mabomolan peu bli sur ses bords plusieurs colonies 
oombiT ai , oui vit non loin du allemandes, dont une porte le nom 
^00^ (i'Orenbourg. Ces hommes de la riv. Ses habita ns sont de la 
iont coltiTateurs^et qnoiqu ils aient religion réibrmée. 
il«kbaDS, ils leur laisseutpeu de Caramichepskot , (Kapojuhir 
paissanoe, obéissant plus Tolon- meacKoû») mine de cuivre et d'ar- 
ùen i qaelqoes descendans de Ma- gent qui se trouve dans le gouv. de 
lomet, qoUls ont parmi eux et Tomsk et appartient à la ("ouroiine. 
quib nomment SéiU , quà leur Carane , {Kapanb.) Colonie 
prlnœ. Ils n'appartiennent à la grecque , dans le gouv. d'Fcathe- 
Rwsieque par la protection qu'el- rinoslaw , établie en 1779. Elle est 
ie leur accorde contre les Kirguiss à 192 werstes delà ville capitale 
karsToi^Ios^ qui très^souventles de ce gouv. 

oppriment et les maltraitent. Car a-OULAkh , ( Kapai^JiaKh. ) 

^^AGASSS 9 (^apaeacbi.) On fleuve de la Sibérie , qui se jette 
nomme ainsi un petit peuple de la dans Tocéan glacial , dans le gouv. 
^(^'lle des Sémoyades , qui erre d'Irkoutsk , district de Gigansk. Il 
<^^a$ les monts Sajanes et le long est remarquable par l'entreprise 
<|'^ bords de l'Oada, dans le gouv. du lieutenant de la marine russe, 
<<irLout4)L, Leur langage diffère Lassénius , qui en sortant en 1785 
^P^nde celui des Sémoyades; par l'emboucnure de la Lena par- 
i^> adorent le Soleil , lui otVrent le vint à entrer avec le bâtiment qu'il 
co^oretla tète des Ours ou des au- commandoit dans celle de ce fleu- 
très graadg animaux qu'ils tuent ve, ccqui avoi tété considéré jusqu*- 
^^Q ils mangent après la prière : alors comme impossible, à cause 
^Otià en quoi consiste toute leur des glaces étemelles qui ne qnit^ 
^|i£(ion. Ils ont pourtant en vé- tent presque jamais ces parages. 
^miion les grands fleuves , les' Cet oi'Ocier y passa Thiver et y 
ucs et ks liantes montagnes , aux- mourut en 17^6. Pendant le séjour 
^Q^lles ils font aussi part de quel- que lui et ses compagnons firent 
i]Dc chose , comme d'^un peu de sur cette côte , ils furent privés de 
^^ 9 une branche d*arbre ou la lumière du soleil , depuis le 6 
«iQflqu autre bagatelle : ils n*ont nove^nbre jusqu'au 18 janvier. 
'' prêtres, ni cbaknans , chacun Carassou , {Ktipac^*) un de9 
prit pour soi. Ce petit peuple est principaux tieuves de la' Crimée. Il 
P^QTre, il ne possède que quelques se réunit auSalguir et se jette ensuite 
Nulles et paye sou tribut en fourp- avec lui dans le Sirache ou mer 
fO'^es. Pourrie. 

Caramak, {Kapajuanb.) grau- Carassou - bazar , (Kapacy^ 
dp n?. qui oonledans le gouv. et ôaaapb.) Ville assex considérable 
^district de Saratof et qui tombe de la presquile de Crimée. Lee 



64 ^ CAR CAR 

Gr«C8 la nomment MaTron»Caft-> 1 146. Ses premiers habitans ^toic 

tron. Ëlleest à 1433 w, dedistan- les Yiatitch. Dans les demie 

ce de Moscou ; c etoît la résidence temps elle a donné naissance à lin 

do Calga-Snltan , pendant la do^ postenr André Magoï, qui étoit i 

mlnation des Khans de Crimée, des 'faux Dmilri ^ quî ainsi q 

Elle est située dans une vallée fer- lui , se donnèrent pour fils c 

tile entourée de tous cÀtés de bau- Tzar Ivan Vasiliévitcb , et qui o 

tes montagnes : la Carassou coule atliré tant de maux à la Russie 

près de ses murs. Les eaux qui celui-là , particulièrement à i 

tombent des montagnes voisines ville dont nous parlons» Caratch^ 

et celles des pluies , en se rassem- est toute bâtie en bois ; elle coq 

hlant dans cette vallée profo.'xle^ren- tient 9 églises, 900 maisons et S^oc 

dent la ville souvent mal-propre^ à babitans des deux sexes : elle lii 

cause des boues qui s'y forment et un petit commerce de cordages (j 

Jar là occasionnent des maladies en de grains de pavots, 

iver. Carassou^baz^r est à moitié Caratché - içrak , ( Kaptne 

cbemin de BaktcbissftraV k Tbéo- JCpoKb» ) p. riv, du gouv. d*Ed 

dosie } elle est très-peuplée , con«» tberinosiaw. Elle se )ette dans I 

tient 18 mosquées, 3 églises, Conskaya, et n'est remarquabi 

dont une Grecque , une Romaine que par une ville que les TataH 

et une Arménienne, beaucoup de JNogais y avoient anciennement^ 

]>ains , des kans vastes pour les qui n'existe plus, 

marchandises et beaucoup d'autres Carav, (Kapau*) petite rî^ 

boutiques dans la ville, un marché du gouv. de Voronej qui se jeti 

où les Russes , les Grecs , les Ar- dans le Kbopér« 

méniens y les Juifs Polonois et Carazabouinskot , {Kapi 

les Tatares vendent leurs maricban- 9CtpàuHCK0ù*) mine de plomb i 

dises: -chaque nation dans une d'argent, découverte en 1773, dân 

rue séparée. IjCS maisons sont peu le gouv. dlrkoutsk , district d 

exhaussées et bâties en pierres bru- ^iertchinsk. Elle eèt d'un assez bo! 

tes , à la manière asiatique , c- rapport et appartient à la couroii 

à.-a. que les étages supérieurs et ne. 

les toits avancent dans les rues, qui Cardiss , ( Kap^uch. ) villa^ 

sont étroites et tortueuses. Sa po- en Estbonie, entre Rével et Derpi 

«ition presqu'au centre de la Cri- Un traité de paix y fut conclu av^ 

mée, fait qu' il s *y. rassemble chaque la Suède en 1 66 1 . 

semaine quantité de monde pour la Carélie , lKapeyi.iA.^ On eij 

Tente des bestiaux et des chevaux , tendoit par Carélie tout le paj 

dont il s'y faituu grand oommer- compf is actuellement dans le goû 

ce. Catherine 11 , pendant son Vernement de Viborg , en v joi 

séjour en Crimée , y a conclu nU gnant Kexbolm, les'bords du \^ 

traité de commerce avec le roi de doga , le gouv. d'Olonetz av^ 

I^aples pour 20 ans. toute la i^aponié russe, jusqu'à | 

Caratghef , [Kapazehh.) ville mer Blanche. Leè peuples qi 

du gouv. d'Orel et chef-lieu du Thabitent sont de race Finnoise \ 

.district de son nom. Elle est sous une grande partie professe la rel 

le 53^ 6' de lat. sept, et le 52^ 4^' %^oti Luthérienne des irères de Xi 

de longit. orient. La Snéjalla tra- vangile ^ l'autre moitié est de I 

verse dans toute sa longueur ; cet- religion grecque. Ceux •> oi ont 11 

te ville est à 84 tv. d*Orel. Elle est langage finnois méléderulse,qu i| 

fort ancienne , ou en parle déjà appelUrnt encore aujourd'hui d 

4ans Tbistoire Russe ^ vers Tannée réUen. «Ce pays a toujours appa« 



CAR CAR 85 

tnn ^ la Russie ; mais pendant cette maison nomme Glrb , a 
lfS|^re< civiles do temps des faux marché au secours du grand -duc 
Dmitri et des Polonois , les de Moscou Dmilri Ivanovitch, 
RotftieSaède en ou! usurpé une contre le Khan Mamay , il fut un 
paie partie ; en ijjo elle fut re- des douze princes Russes, \tuéa k la 
conduise et assurée à la Russie , eélèbi*e journée qui couvrit de gloi- 
farjes traités de Neist^d et d*Abo , re le grand-duc de Moscou, 
aissiqaepar tons les Irai tés -su i- Caj^gopol ^ ^Kapto no ^h*)y il» 
nns. tomme la Carélie est par- le du gouv. d'Olonétz , chef-lieu 
U^ée entre plusieurs gouvern. ^ du district de son nom , sous la 
flou aeo ferons aucune descrip- 61^ 29' de lat« sept, et le 56^ 20' 
tiofl particulière, pour ne pas nous de loiig. orient. Elle est k 3So w. 
répéter; en nous réservant d'eu de Petrozavodsk, capitale de ce 
prier à l'article de chacun d'efix ^ouv», ethatiesur la rive gaucha 
âprt| nous nous bornerons à di- de FOnéga , Ûeuve navigable. On 
reqaesoQs le nom de Carélie , ou ne sait précisément pas quand , ni 
ne comprend plas actuellement p^r Qni , cette ancienne ville fut 
que les ravirons de KeiLholm. îbndee ; une chronique, qui paroit 
Cas CALA, (iTapcajta.) C'est le asscÈ authentique, rapporte ce- 
Bom de trois pet. riv, du gouv. pendant le fait suivant: Un peu- 
tl'Omiboui^ , qui se jettent dan9 pic sauvage hahitoit près des iron- 
ie Samart, à une petite distance tières septentrionales de la prin- 
roue de iaulre. On les distingue cipauté de Belozersk ; les habiuna 
pir baille, moyoone et basse. Le Slaves de cette principauté les 
p^y&qui se trouve entre ces petites nommoient catinibales impurs, on 
i^v.ntreiapli de miner de cuivre^ Tchouds à cheveux blancs. Eàeo- 
^Dpoiat qu'on n'y peut creuser tivement ces barbares iaisoient des 
oBliepart sans rencontrer le mi- incursions continuelles sur lesten» 
fiéni. r<rs des Slavons , égorgeoient et 

Wg Ibrtiné des Cosaque» Sey- f '""f » ^«» hommes et emmeno.ent 

»«« , s«r le Térek. les femmes en cai>tmU?, âpre» 

Suniu. ou bourg ^de Cosaques du ^^''^'Sf^ ^^^ desesperani pour 
Ife«, «tué sur ce fleuve. Il yen les habitaus de ces contrées, dura 
»<l«aide ce nom qu'on distingue I»«q»«« règne de \ .atche.law , 
P»Map^ricuret inlMenr. pnnçe de Leiiwersk, qu. rassem- 
ç « • •« niant des lorces consulerables y 
Uroate , {Kaptamb-J rivière marcha contre ces barbares , les 
û« Sibérie, gouv. de ïomsk. Elle vainquit plusieurs fois et les re- 
uon cours du nord au midi, et poussa jusqu'aux bords dehimer 
près avoir parcouru 200 wersles. Blanche ; ensuite retournant dans 
^uc ^a sa jeter dans le lak Tchani. ses étau , il marcha à travers d'im* 
Cargolom , ( Kap^ojioJf^h. ) mcnses tbréts et des niai*ais im- 
. *? du gouv^ de JKovogorod , prpiticables , traversant des riviè- 
*^:^rict de Bélozersk , il n'est re- res considérables ; il arriva à un 
^njuaUe que parce qu'ancienne- endroit découvert et fort agréa- 
it il formoit un apanage des ble, où il put pour la première fois 
pnnoes de Bélozersk , et avoit par se délasser avec son armée , des 
*"*' - " ' ' ' irche i 

trouva 
petite 




86 C4R CAR 

forteresse ^' dans laqaelle il laissa que tonte T^gëtation ont ëté détroit 

une garnison , pour servir de bon* tes. Les rochers en sont calcinés 

lerard et protéger ses états con- et on ne peut en approcher qaa?ec 

tre de nouvelles incursions des beaucoup de précaution; il yen 

barbares, qui, malgré leur déiaite, a cependant une qui paroit éteintq 

n'avoient pas été entièrement dé- car la végétation i*eparoît à son 

truits, et pouvoicnt par conséquent sommet. On y a essayé une tboii* 

revenir sur leurs pas. On fut obli- le,, et on a trouvé qu'il y arolt 

gé dans la suite d'augmenter la des couches intermédiaires, entre 

garnison et d*y envoyer même une les pierres granitiques entièrement 

colonie. Telle est, dit-on, Tori- consumées par le ieu^et ne présen- 

gîne de cette ville ; quant à son tant plus que dçs cendres ; d'au- 

nom , il provient de la quantité de très couches de talcs calcinés et 

corbeaux qu'on trouva sur cette une forte odeur de soufre, preo* 

plaine , la première fois qu'on y ve que cette substance s'y trouvoit 

vint , et comme cet oiseau se nom<r 9ussi , et a probablement sidé à 

me encore actuellement parmi le ce singulier incendie. On prétend 

peuple , Cargà , on nomma Ven- que le feu s'y est mis par la fondre; 

droit Cargino-polé^ c» à. d. champ qui en tombant sur cette monta- 

du Corbeau , d'où est provenu gne a allumé un sapin , dont les 

dans la suite Çargopol. La religion racines résineuses ont commuol- 

chrétienne commença à s'étendre que le feu à Tintérieur de la monr 

dans ces contrées , vers Tannée tagne , qui receloit probablement 

i3iS. Cette ville a servi d'exil 4 beaucoup de matières combusti- 

Slusieurs personnages célèbres blés, 
ans Tbistbire de Russie. En i525, Ca^la , (Kapjia) pet« riv. ^QÎ 
la grande-duchesse Solomonée , se jette dans la Sviaga , et sur la- 
femme du grand-duc Yasileï Ivai- quelle est bâtie la -ville de Bon ^ 
noviioh et père du fitmeux Ivan Insk. Elle coulç dans le goar. de 
Vassiliévitcb , y fut reléguée dans Sinibirsk. 

un couvent, sous prétexte desté- Carotgha, (Kapoza') riv. qui 

rilité. En i587 le prince André a sa source aans le gonv. de 

Chouïsky , y fut exilé par les or- Koursk, et qui en sort pour couler 

dres du Tzar Boriss Godounoff. dans celui d'Ukraine , ou elle se 

Cette ville contient actuellement jette dans le Donétz. 
lEo églises , deux couvens, 617 Carotgha , (jfopora.) Vi^*) 

maisons assez bien bâties et près chef-lieududistrictau même nom. 

de 3ooo habitans des deux sexes. Elle est située dans le ^oay. de 

IjC district de ce nom abonde en Koursk , sur la pet. riv. qui lu^ 

bois de construction et en gibier : a donné son nom , et sous le 5o 

la terre n'y est pas très-fertile. 4^' ^^ ^^' sepU et le 54^ iB'de 

CargoÙch - KiouiCH - TAOU , long, orient, à i3ow. de distant 

( Kapti^mh^Kecumb^mai^* ) trois ce de la capitale du gouv. EHcs 

montagnes considérables du gouv. été i)âtie. en i65Q par les ordres 

d'Orenbourg. Elles appartiennent du Tzar Michell^édorovitch, poor 

à une branche du mont Ourall j et servir de rempart de ce côté-là) 

sont situées près des villages des contre les incursions des Tatarci 

Bachkirs - Mouzalars. Elles sont de la Crimée. 11 y fit transporter 

très-remarquables par un feu in- des habitans des villes voisines , et 

terne qui les consume depuis nom- y entretint toujours une bonne 

bre d'années ; des forêts entières garnison. Carotcha a actuellement 

de sapins qui les couvroiept | ainsi 7^800 habitans des de^x se^es ) £ 



CAR CAS 87 

^Yises, 4^2 maisons ,19 hotiti- dant de la PèrsG envers laqnèile 

qnes, 5 cabarets et une maison de il se trouvoît obligé à certaine re- 

cbarité. Les environs de la ville devance. Pendant les guerres ci-* 

BUDipent entièrement de bois de viles de ce dernier pays , il fat 

coflitractîon ; celui qu^on y em- soumis par les Turcs ; en 1783 la 

ploie se tire dn gouv. de Vôronéj. Russie prit toute la Géorgie 8oU9 

Les terres qui l'environnent sont . sa protection j euBn en 1802 elle 

Mes et n'ont jamais besoin d'é- fut entièremerit réduite en pro-< 

tiT famées. L^ vergers de cette vitice tusse, (^oy^-i Géorgie.) 

TJlle ont de la réputation , pour Caslinskoy-zaVod ^ [KucXuh^ 

les eicellèn tes pommes qu'ils pro- cKoû^saao/^b.) ou usine. Elle se 

dnismt et dont on fait un com- trouve dans le gouv. de Pérm , 

merce assez ootlstdérablë. district d'F'lcatberinbotirg , et ap- 

Carpovskaïa, [KapnoôcKaR.) partient i la fomille Démidbf : le 

Stanilza,ou bourg des Cosaques ^^^ qu on t fabrique , passe pour 

du Don , sur le Bouzouloùk. a^^'^ °"« qualité supérieure. 

CAHSKoÉ-MOBi, {Kai'CKoe - Caspienne (mer), {Kdcnia^ 

^/ope ) eu mer de Carsk , n est CKoe-Mope.) en hiUn Mer re Cas^ 

autre chose qu'un grand golfe de P'I^' l-cs Grecs 1 appelloient mer 

rOcéaa glacial. 11 se trouve entre ^ '''^'*^®? *^^ Slaves Kbvalinskoé- 

legouT. dcTobolsk et celui dib- ™«>''^ \ Cause d'un peuple Slave ^ 

IhangeL nommé Rhvalisse , qui habitoit 

Carssouné, (jTapci/H».) ville jur les boucbes du Volga ; actuel 

^ugouf. deSimbirsk et cbef-lieu ie«ient le peuple la nomme mer 

du district de son nbm. Elle est ^ Astrakhan , les Tatars Ac-Dîn- 

siio^e soas le 54° i3' de lat. sept. 6"»«« 5 «• *• d. mer Blancbe, et les 

«ie64°33'de long, orient. Deux Persans Goursen ou Coulssôunu 

petriT.laCarssounka et la Barcit Avant Pierre-le-Grand,on ne con- 

la traverseut. Cette ville compte «oissoit pas b,en positivement là 

environ 2400 babitans des deux se- Position ni l étendue de cette mer 

ïw ; il 8 > trouve 5 églises et 5o2 ^\ ^^^^^ ^0™» la figUre de ces 

maisons. Elle est à 94 w. de dis- <^^^«» 5 ^^ S^^^^, souverain en fit 

«ance de la Tille capitale du gouv. ^^^^^ une carte juste, d'après dif- 

Carssoune n'est remarquable que ^^^f^^ voyages entrepris par ses 

par une foire annuelle assez oon- ^"""^^^^^ ^^^ «"^^ e? ^7^9 et 20^ 

sidéraLle, qui v dure 10 à i5 P^ ^^'"f- Soymonof et Van-Ver- 

joars, et qui commence toujours à ^^" 5 ^^^^^ V^^ P»^ M'- ^^V^ f 

la Pentecôte. * ^^ ^7^^ ®^ ^7* ^^® môme M'. Soy- 

P ' monof en fit une description sa- 

URSS0UNKA,(/irapci/Hxa.)/iv. ^anle et en termina la carte qui 

^«gouy deSimbirsk, quise jette fut gravée en i nSl. Ses côtes orien- 

ûan, laSoura, et sur laqueUe la t^ieg furent de nouveau visitées 

TUle de Carssoune est bâtie. et décrites en 1 764 par M'. Toe- 

Cartalinie y {Kap mcutuni/i») matcbef, et les occidentales et mé- 

[Rojaame de )• C*est une des 5 ridionalesparTacadémicieuGmen' 

P't)vmces qui formoient le pays lin, en 1770 , 71 et 73. Les 

connu sons le nom de Géor- ports en furent décrits par Faca- 

gic 3 et qui se trouve entre la démicien Guldensted , dans son 

^^^ Noire et la mer Caspienne, calendrier historique , pour lan- 

au-delà du Caucase. Ce pays se née 1777. On connut alors posi- 

goufcnoit par ses propres sonve- tivement que cette mer n'étoit 
rainsj sous la protection cepen- pas ronde comme on se l'imagi- 



83 CAS CAS 

Boît anciennemciit ; mais plat6t ponrUintà Pacott et àqnelqursa 

longue^ qu'elle s éteodoit du nord très eudroiU;. Sa navigation est da 

au midi, depuis le 47^ jusqu'au gefeuse , k cause des t*ocli€rs don 

36» de laU sept., par conséquent à ses bords sont courerts et dps vent 

plus de i)Ooo werstes 'en comp* d'orient ou d*occident qni y souf 

tant depuis rembouchure de rOii- fient presque continuellemenlet qui 

rai jusqu'aux côtea du Mazan- à cause du peu de largeur de cettj 

déran. LiCS côtes occidentales, s'c- mer , deviennent esces5iTpmeji| 

tendent jtisquau64'' et les orien- dangereux , par l'impossibiiitro^ 

étales au ji^ de long, orient. Sa l'on e^t de louvoyer^ ^^onloiules| 

plus grande largeur est Ae 45o vr« de gravier et de vase , il s'y troiw^ 

et sa moindre ^ vis-ii-vis de la cependant quelques rochers cou 

presqa*île d'Apcbéronsk , est de verts d*eau ; ils sont asse2 dangi 

l5o W« Le savant accadémicien rcux. Son eau est très<-salée loi 

Pallas , cherche à prouver dans des côtes , et elle est plus aniè 

la Sème partie de ses voyages , que que celle des autres mert , à caus 

cette mer s'étendoit à 5oo w. de de la quantité dç Napbtes qti'i con 

plus au Kord vers les embouchures lent oe ses bords et sur ses îles 

du Volga et de l'Ourall , qu'à l'o- I^ mer Caspienne peut être coaj 

rie^it elle se rëunissoit à l'Aradl s idérëe comme une source inépuij 

et au midi au Palus -^ Méotide ou sable de richesses pour la Russie 

mer d*A7of > à l'endroit où coule, par l'énorme quantité de poissou 

actuellement le Manitch. M' Gui- de toute espèce qui s'y pèchent 

denstad ajoute , que vers Tem* son poisson est préieré^psr sa quaj 

kouchure du Couuia ctduTerkj) lité ^ à celui des autres mers m 

elle devoit couvrir une étendue de baignent cet empire^ s^eueiporU 

300 w. de pays j mais quVnsuite , il annuellement, ainsi que dii 

la quantité d eau qu'y apportoieut caviar, de la colle de poisson j ^tc.] 

les fleuves , ne suffisant pas pour pour plusieurs millions de Koui 

couvrir une étendue de pays aussi Lies. Un y trouve beaucoup d^ 

considérable^ en raison de la quan- veaux marms, et les côtes sont couj 

tité qui s'en perdoit par l'évapora- vertes, en tout temps , d oiseaui 

tion , les eaux s'étoient retirées aquatiques de diïïérentes espèces i 

dans leurs limites actuelles , qui et de variétés encore 'peu connue] 

paroissent être la mesure iies eaux en Europe. Les joncs qui couvren 

apportés par les tlenves et celle ses bords vers le Térec et Kizhr 

absorbée par les vapeurs. Actu^- donnent asile à quantité de sao- 

lement cette mer est de tous côtés gliers , et on trouve sur les côte 

entourée par la terre ferme et ne du Mazandéran , une espèce d 

communique avec aucune autre, tortue fort grande , carelleasooj 

malgré Topinion nullement fondée vent plus d'une archinede long su 

de quelques naturalistes qui lui une demie de large. Les fleuves qi 

•npposcnt des communications sou* s'y jettent sont le Volga, le Couclis 

terraines avec la mer Noire. La le Térek , TAkssay , FAgraklian 

plus grande profondeur de la mer le Samour , le Nizabat , le Cour 

Caspienne est de 70 à 80 toises, ( anciennement Cjrns}, l'Astara 

et elle est presque partout très- le SvidoUra, le Foussa, TAstrabal 

basse auprès de ses bords , au l'Emba et l'Ourall , sans compt^ 

Joint même que les bitimens une quantité de petits tteuves qui 

'une certaine grandeur, sont obli- seroit trop long de nommer ici 

gcs de mouiller à une distance On remarque en général que toi^ 

oo.asidérable des côtes j excepté ces fleures chariant beaaoeop à 



Cas cas 89 

saL\e,pii comblent Inurs enit>otic1iii* sotit oBli^ës Ae jeter Taticrc k ixne 

n'»^qaideTÎpnoeni chaque année grande distance des bords et sur 

lunlos profonde et pltts difficile tkn fond rocaillotix ; d'ailleurs la 

à mnoflter aui bateaux , au point rade est ouveriô h tous les Tenta , 

ntéofque le Bélouga a cesse d>n^ ce qui est cause qu'il s' j fait fort 

trfTriaos fËnlba , comme ii faisoit peu de Coramerceé Depuis Der- 

soireiois pour frayer : l'emboU- bent , une chaîne de monta^^nes 

ckffdpplasieurs neuves se coclvre s'ëtend le long de là mer , à une 

es siéide temps de foseaux qui certaine distance des c6les et dans 

rcro.sseaf en si grande quantité plusieurs endroits elles sont cou- 

ça ib la ma&qtitsnt entièrement et vertes de foréts i elles courent 

eo empêchent TentreCy nommée jusqu'à Terabouchure du Samour 

ment dans THraba , TOurall , et et an Nizabdt j toujours basses ; 

plusieurs bris du Volga. Les bords vis-à-vis de TV izabat l'ancrage est 

lif* (Vite mer qui appartiennent à la bon ; les Russes y faisoient attpa- 

Butfie sVtendent depuis' Bacon ^ ravant tin commerce assez consi-- 

fn tirant vers le nord par la côté 'dc'rable avec les Perses, mais ils 

^^identale^ jusqu'à Gourief; et Font abandonné; il n'y a égale- 

t^^' U descendant vers le midi par meni pas de port^mais les vaisseaux 

1^ cote orientale , jusqU au golfe restent en rade vis-à-vis de rem«> 

Ahandrofskoy Ou d'AWandre. boudhureduNizabat: d'ici jusqu'au 

^001 terminerons cet article par détroit d'Apchéronsk , la côte est 

^lae coarte description de toutes les basse et couverte debâs-fonds, à 

cotes de celle mer , en cdmmen- moitié cbem in on trouve deux ro- 

î^nt à Astrakhan et descendant vers cliers à fleur d'eau, sons le 40^ ^V, 

It^uidl, par la côte occidentale, nommés les deux Frères <fi-a ^n?/^, 

^'>u nous reviendrons au point ils ont l'air de loin de deux quilles 

'^ '>û nous sommes partis , en re-< de vaisseaiix renversés; la mer 

tuontani lets le nord par la côte étant fort profonde en cet endroit , 

^''if'ntiile. TiC principal bras du on peut lés approcher de très-près. 

^^h^ et par lequel les navires des- Lé détroit d Apcbéronskest formé* 

^^eni dans la mer , se nomme par trois îles , nommées Sviatoi 

î^rkoTakoé Oustiè j c.-à.-^4 botH- (saint}, Jvloï (habitée), et Lé- 

^ted'Yarcow) non loin se trouve, biajeï (des Cygnes)^ qti'il sépare de 

^'Jîle^S^ 3o', rîle nommée Tché- la côte et du cap d'Apcberonsk ; le 

t;fi-Boiigra ou des quatre mon^^ fbnd y est bdii près de la terre , et 

ticales; la côte est basse et remplie les vaisseaux petivent s'y mettre à 

^'bas-fond, jusqu au golfede Cou- l'abri , en prenant quelques pré- 

]"M de là elle s'élève un peu vers cautions à l'etitrée et à la sortie , 

ifinbouchare du Térek , enstiite qni né sont pas sans quelque danger. 




„ . ., „ langue dé celle ville est stir un golfe 

^!^ d'Agrakhan^ et à 1 80 Wé de figure d'un croissant et qui lui for- 

1^ des quatre monticules , se me un boii port , on peut le con- 

^QTe celle de Tcbetchen dans la- sidérer même éomme le meilleur 

^Mk les Tatares de Kizlar tuent qu'il y aie sur la mer Caspienne , 

"^^ucoQp de veaux marins ; de la étant assez profond pour permettre 

jointe d'Agrakban jusqu'à Der- aux vaisseaux de jeter Tancre tout 

^^^t ) la côte est basse ^t sablon* près des murs de là ville , sur un 

û»usej cette ville n'a pas déport bon fond de sable et de coquilles ; 

-^ le» vaisseaux qui y viennent, il faut seulement prendre garde ca 



go CAS* CAS 

T entrant , à quelques rochers et re sons le 36° 4^' , elle est 

bancs de sable assez^ dangereux, et couverte de bois, depuis le G 

Depuis la pointe méridionale 4^ lan jusqu'à Âstrabat ; les moo 

goliè de Lacou , jusqu'à Tangle guesnesontpas fort éloignées d 

nommé Yizir , la câte est monta- mer et elles sont eouvertes de 

gueuse ; vis-à-Tis sont quatre peti- rets, parmi elles on en remai 

tes lies connues sous le nom d'iles une conique et pointiie , qui 

des cochons ( svinia ) ; de là , à la plus haute et toujours coov 

rembouciiurc du Coura , oui se tes déneige^ elle se voit de trj 

jette dans la mer par cinq bras-, loin en mer. Les Persans la noii 

dont trois vers Vorient et deux ment Déto*ane , et croyenl qi 

Tirs le midi, la côte est basse;. cVst là que Tarcbe de Meé s'est al 

vift*à-vis Tembouchure du fleuve, rétée après le déluge. On troir 



.( 



se trouve la petite île de Courr , dans cette province , à 20 w 

sous ^e 39°; après le dernier bras sa capitale Balfrouche , nn po 

du fleuve , et au midi vient le gol- appelle Metché - Dissar , où il 

fe de Coura, et ensuite celui nom- avoit une foire considérable. Il 

mé de ILizil-agatch , devant lequel a près d'Astrabat un grand golfi 

se trouve Tile du même nom ; de^ qui offre un ancrage avantagci 

puis là , en passant devant le pe- et sur pdur les vaisseaux, il s'éifi 

tît fleuve Lancara et TAstara , vers le-midi jusqu'à la ville d'Acl 

jusqu'au golfe d'Eenzély , la c6te ro(f , la mer y est profonde, m; 

est basse, boisée et forme un arc. l'entrée n'en est pas toujours sùi 

Ce golfe doit être considéré plutôt à cause des bancs de sable et d 

comme un lac, il est entouré de rochers qui s'y trouvent soasl'ea 

hautes montagnes, <|e forêts et peut Depuis ce golfe, la côte court toij 

avoir 20 w. de circuit; il commit- à-fàit vers le nord , eUe est basj 

nique à la mer par un canal a^sez et il ne s'y trouve pas d arbres 

étroit au commencement ; mais jusqu'au golfe de Balkan , noroni 

qui s'élargitverslelac, et reçoit plu- ainsi ^ à cause des hantes mont 

sieurs petites rivières qui vien- gnes qui lavoisinent; plus loin ^ 

nent s'y jeter; ce canal a 10 wcrs- celui de Crasnovodsk ou des m 

tes de longueur; si les vaisseaux rouges, vis^à-yis duquel sont | 

pouvoient le traverser , comme ils îles Ogourtchinsk , dout Is P^^ 

le faisoient auparavant pour entrer mière se nomme Ogotirtcb^j , 

dans le go lie , on trouveroit un seconde Derv^cb et la troisi^o 

port sûr et vaste, fort avantageux Néphténoy ou du Napht , à cao 

au commerce ; mais le canal se d'une source de cette sobstan 

remplissant, tousles jours, et les qu'on y trouve. Dans ces îles, 

joncs qui y croissent en obstruant le terre est très»fertile , les Tar 

Sassage, les vaisseaux sont obligés mens y viennent chaque années 
e rester en-<lehors,sur une rade ou- mer dfu froment, du riz, etil^ 
terte entièrement au vent du nord, cultivent le coton. Les vaiss»^ 
Du canal d'Eenzély jusqu'au Mazan- y trouvent un abri contre les ret 
dëran,la côte est basse, couverte et un ancrage sùi^ ; près du go 
de bois et de marais, à cause d'une de Cranovodek est un cap ^\ 
infinité de petites rivières qui tom- leqiiel sont des montagnes noij 
bant des moni^gnes voisines, vien- mées de Crasnovodsk comme 
nent s'y (eter 4ans la mer , on en golfe. De là , toujours ytn 
compte j^squ'î 25o. La côte delà Kord , la côte eàt basse josqo^^ 
province de Mazandéran , court golfe de Gara - Bougasse , qo ^ 
du midi à l'orient en arc qui s'élè- peut considérer comme un hc q 



\ 



CAS CAS \ gj 

cotDBuiqne à la mer par on ca- Cassat-Aoul, {KaccaùMti^jib.) 

w^kkax werstes de long , sar oa Narousa-AoaU i/est ainsi qu oa 

unednie de large. On lui donne nqianae une tribu de Tatares No- 

yoimiesdecirconfërenoe. De là gâta > qui erre sur la rive gauche 

00 OHDpte 5oo weratea jusqu an du Couban , entre Tembouchure 

foJif d Alexandrofsl , à 120 w. deTlndjik et del'Ou-Arpa, non« 

<ii^aaN.M. EstestFangleTuo- loin du gouv. du Caucase et du 

iinpn, foos le 44^4^' d^elat. sep^ district de Stavropol : ils ont leur 

Bu Joln de là , vers le nord , se prince particulier et sont au nom- 

fin^e la grande île Coulât , dans oredeBooo. Les Russes les nom- 

à^oeile on prend beaucoup de ment Cassaytsi et plus commune- 

team marins. De Tuo-Karagan, mentNaouroTtai. Pendant la pre- 

iiow.Ters Torient, la cote l'ait mière guerre ayec la Turquie ^ iU 

uiaatre angle qu'on nomme Man- s'étoient sotdevës contre la Russie^ 

|;iii-Clilak , oii une langue de ter- mais en 177 1 ils se soumirent à cette 

(«^ en s avançant dans la mer, puissance, et ils vivent depuis 

brme qd assez bon port , mais qui trauquillemenl sous sa protection, 

istmlheorriisement peu fréquent* Casse, (Kacb-) riv. du gouv. 

lé, ainsi qae toute la côteorien- de Tomsk , qui se jette dans le 

talc de cette mer^ à cause des bri- Jénissej , sur sa rive occidentale. 

^dages continuels des Tatares Cassimof, Kaciuuoeb.) Ville 

(ptilbabitrat; c*est aussi la eau- du gODV. de Rézan etchef-lîeu du 

M pour laquelle on a encore si peu district de son nom , bâtie sur la 

^ notion lur les peuples qui ha- rive gatiche et très-escarpce de 

Vtie&uers lorient de cette même l'Oca, qui dans cet endroit a 100 

^te. De Mançui-Cblak , la câte toises «ro largeur. On ne connoit 

ODBtiQoeà courir un peu vers Fo- pas Tëpoque de sa fondation , on 

nea(j naia tournant tout-à-coup sait seulement qu'elle se nom moi t 

io oord, jusqu'au cap Bonroun- anciennement Go rode tz et qu'a jant 

Tcltoog, elle décline encore vers fèié cédée à Çassim, Roi des Ta- 

i orieai, jusqu'au grand goU'e n^om- tares soumis à la R ussie, i 1 lui don- 

^ Mertvoï.Conltouk , dont la nason nom et en fit sa résidence. 

^t£ méridionale est montagneu- Quantité de Tatares s'étant établis 

KctbienlMisée. Dans ce golfe se dans sev environs, formèrent un 

trouTem beanoQup d'iles dont les petit état connu dans la suite ^sotis 

piss considérables sont Lébiàjéy le nom de royaume de Cassimof, 

Mq Cygne et Orlow. De làtou- Celte vill& est sous le 53^ 1 1' de lat. 

1^ ^ côte sept, de la mer Caspien-f. sept, et le 58°5o' de lon^it. orient., 

1^, en passant devant lesemboiw à i4o Wi^ de Rézan; la montagne 

fuaru de i'£mba et de TOural , sur laquelle elle est située est 

1^0 an Volga, est basse, cou- Calcaire, ainsi que tout ce bord 

^te de joncs et de bancs de sable, del'Oca, qui abonde en pierres 

^ manière que les vaisseaux ne de taille ; malgré cela , toute la 

Ï^Teni y naviguer qu à quelques ville est bâtie en bois et pavée de 

^^ de distance des bords, même. Les Tatares , pendant leur 

.j^ASPLiA, {KacnJiM») riv. cou-, domination , ont mieux profité de 

<ij^able dn gouv. de Smolensk. eet avantage; car on voit jnisqoii 

^ est partout navigable j usqu 'à cette beurc ; des restes de plusieurs 

^ emboQcliare dans la Dvina ; bâtimeus considérables en p.erres, 

^'Uld'y arriver elle parcourt une particulièrement les ruines du pa- 

P*flie du gouv. de Vitebst ; tout tais des Rois , une tonr qui ser- 

*^û cours est de 200 werstes. Yoit de béfroi j une mosquée et -un 



ga CAT CAT 

oîmelière clans lequel en aper- eipe^ el prie le premier efi 

çoit encore un grapd maasoWe, tournant vers Torient et l'a) 

élevé sur la tombe du terrible vers le nord : il habite hive^ 

Khaa-Chagali, mort eniSso^aTeo été sons des tentes de feutr^ 

une inscription Arabe. Cassimoi d'éoorœs de bouleaux, on le té 

contient actuellement 3 couvens | ve dans 1b gonv. de Tçmsk 

1 1 églises , 2 chapelles , 2 mos- les bords du Jeoisséî , depais A 

quées, uoe maison de charité et oan jusqu'au Calai (Isir) o& il| 

778 maisons ; on y compte ^5^ pâturer ses troupeaux hiver et | 

babitans des deux sexes , qui font dans des vallées et des pUines t] 

un commerce considérable y les jliles ; son langage est le méj 

TaUrev surtout , en pelleteries et qtie celui de tous les Tatares; o^ 

eu étoffes d'Asie, qu ils vont dier- il s y est glissé beaucoup de m 

cher en Uucharie, en Perse et et des phrases eiitières de Mongo 

jusqu^aux Indes , et qu'ils reveu- que les Tatares ne comprenne 

dent epsuite à des marchands fo* plus ; oela provient des Calmoo^ 

raius. Cette ville a outre cela une leurs anciens maîtres , qui lescl 
Corderie considérable, deux &- long-teuips tenu sons leur domi^ 

briques de vitriol, une de soufre tion. Ils sont partagés en 6 p^ 

et |o de cuirs; on j trouve 5o tes hordes , dont chacune est co 

boutiques. mandée par up chef, qu'ils doi 

Cassibiof ^Tatares de), (Kq^ ment BachltJL ;. celui-ci préière 

ctuuoacKÎe Tantapt^') Us des- tribut qu'ils payent à taRassi 

cendent pt sont une colonie de dans son Aymak , et qui consû 

ceux de Cazan , dont ils ne diffè- ep fourrures , le porte à Crasa 

rent en rien. Yoye? k l'article yarsk , où le gouv. le reçoit. ( 

'S de^ 

us uj 

Castelholm ^ ( Kàcmejiè • dans son Aymak ou camp , où el 

poA.hjub» ) Voyçz Ai^AND* est bue par tout le monde. Ces II 

CaTav-IvanqFSKOt | (JTaipaa&v tares sont le plus mal propres 

flôUHQocKqù^) aavod ^ ou usine de le moins doux de tous les peup 

fer très-considérable, dans le gouv. errans qui habitent la Russie ; 

d*Orenbourg, district de Verk * ne sontpas foft nombreux; car< 

OuraUky , construite ep tjSS, compte à peine 6,000 têtes papl 

Catgha , f jjCaco*) C'est le pom la capitation : leur richesse 00^ 

de deux riv. dont Tune coule daps site en troupeaux f 
la presqp'ile de la Crimée, où CatÉriN^nstad , [Kamep 

elle se jette dàus la mer Noire , et Henuâ,maAb.) Cblopie allemam 

l'autre en Sibérie, gouv. de Tomsk du gouv. deSaratof fondée eu 17& 

et tombe dans le Jénisseï. tlont les habiuns font un cod 

CatchaLinskaïa f {KazctAUH- merce assez considérable de tab^ 

CKoji,) Stanitza ou bourg des Co* de leurs plantations , et defromj 

paquesdu iJop , sur le Don. ge, qu'ils fopt à la manière d^ 

Catch ETOVSKAÏA , ( KacemQs- Suisses.(^ojrtf^EcATEEiNBNSTAil 
CKCM ,) Stanitza ou bourg des Co*- Catounskaia Cbéfost , ( Xj 

saques du Don sur le Don. m^HCKaJi^Kp'hni>cnih.) oaforterd 

Catch I NS , {KazuHi^bt') (Ta- se. Cette petite place est bâtie daij 

lares.) Ce peuple idolâtre et adon- le gouv. de Tomsk , district à 

né au chamanisme , adore en mé- CouznetsK* On yNCompte une sQi 

me temps le bon et le mauvais prin- xantaine de maisons. 



CAU CAU 93 

CiUCASE 9 (jfa«K(i#ôt) (mont), qu'il épousa une princesse de leur 
Cettecbâine de montagnes s'étend pays, onenTÎt beaucoup se faire 
enln II mer Noire et la mer Cas-* chrétiens -et servir à la cour du 
iMflne; ella a son inclinaison vers Tzar. En 1 694 j le Tzar Théodore 
i'oriat, et s'ahaisse d'un côté IranoTitch 6t construire la for- 
venk Perse , et au Nond yers la teresse de Coysou , dans le Dages^ 
Rflsiie, qui ei| domine luie gran- tan , actuellement Costék dans le 
jejirtie. Ces montagnes primitif pays des.Coumyks , et prit sous sa 
m jont presque toutes de granit } protection les Rois de Géorgie; 
ie sommet de plusiears est tou- son successeur Boriss Feodoro* 
fooff coorert de neige et s'élève yitch Godounof ,' voulant affermir 
beancoap aa-4^Bus àes unages^ sa puissance dans le Caacase , or«- 
Oq donne 1,000 pie<U de {î^rance donna en 1604 à son général Bou- 
de haatear perpendiculaire, du tourlin , de s'emparer de Tarkou, 
sirean du Jerek à la plus élevée ; appartenant au Schamkbal ^ de 
mais comme ce fleuve est très-ra-r hâtir la forteresse d'An deïew y ao^ 
puir, et parcourt uno dis taqce con- tuellement Indéry et quelques 
iKlêrablê , il faut en supposer da- autres , afin de protéger les Ca- 
notage du niveau de la mer. Plu- hardiens et les Coumy ks ; ce projet 
•wurs grandes rivières y ont leurs auroit parfaitement réussi, de 
8oarces , telles que le Torek , le Taveu même des peuples des Ca- 
Cottban^k Couma^etc. Cette cbaî-i harda , sous le règne de %es deux 
oe de montagnes renferme beau- prédécesseurs , mais non sous ce- 
^np de sources chaudes minera- fui de Godounof, qui s'étoit al- 
)<^)elle renferme également des liéné ces nations , en opprimant 
nlaes de plomb fort riches j ainsi la veuveduTzarlvanVassiliévitch^ 
{oedaferet du cuivre. qui avoit été leur princesse , d^ 

Caucase (Ligne du). (KaeKascm sorte que les Cabardiens réunis 
<^ftA 4ttHi>t-) On Qomme ainsi une aux Coumy ks et à d'autres peu-*^ 
^ftededétense, qui a été for- pies de ces montagnes, instigués 
méeàplasieurs époques différentes j da illeurs par les Turcs, forcèrent 
voici celles auxquelles elle a Au. son Boutourlin d'ab? ndonner tous les 
origine et son accroisseiùentf Après travaux commencés et de se reti- 
ra conquête du royaume d' Astra- rer avec ses troupes à Terky. Les 
l^an, le Tzar Ivan Yassiliévitch, af&ires restèrent daas cet état 
•arnommé le sévère (^710^/ioy) ^ fit jusqu'à 1723 où Pierre -le -grand 
cierer une forteresse qu'on noni- reprit sous sa protectiou les Ga- 
ina Terky , à la place de la ville de hardiens , conquit le Schamkal 
^^mén, submergée et entière- et d'autres hordes du Caucase , 
Bi^Qt détruite par les eaux ; on et ep revenant cette mén^e année 
y eotretenoit toujours une gariiison du Derhent, il fit construire plu- 
^Qsidérahle , commandée par un sieurs retranchemens daus les en^ 
^ principaux seigneurs ie la droits qui lui parurent convena- 
^^v, afin de protéger et de main- hles , et b^tit dans la terre de Sta- 
J^ir le bon ordre parmi les deux vropol, sur la rivière d* Agrakhan , 
Ubarda , qui dans ce temps s*é- une forteresse qu'on nomma de 
|0'entsoamises à la domination di| Ste-Croix ; o|i abandonna en mê- 
^^i* et le servoit fidèlement , au me temps la forteresse de Terky , 
poiQt même de niarcher dans ses que les eaux avoieut déjà considé- 
^rmées jusqu'en Livonie , lorsque rablement endommagée et qui eu 
^^ prince fatsoit la guerre aui( ohe^ est actuellement entièrement cou- 
^iliew por/^^/a#^e; ensuite Jors- verte. En 1736 Ste-Croix fut égale- 



gS 



CA2 CAZ 



profond» Ae Tautre. Avant de d^ se trouva en état en i/jJ;, de fJ 
crire Cazan telle qa*elle est actuel- la guerre au erand-dtic de MoscJ 
lement , il ne sera pas inutile, je contre lequel il envova ses m 
pense, de placer ici une notice Qui après avoir vaincu les Rossé 
liistorique sur cette ville, depuis nrent le grand-duc prisonnier J 
sa fonaation jusqu'à sa dernièfe ne dut son salut quii la promr^ 
prise parles Russes. Apres la de- d*une forte rançon , après quoi 
faite des Bulgares, le rôi de la obtînt sa liberté ^ qui Itfi fui al 
gt>ande borde Sayn., fils de BatoU- eordë dans la ville de Kfturmjcl 
khan, bâtit Cazan en 1257, pour Ceroi mourut assassiné par snn (ij 
remplacer ( Briakjmof, ancienne If omotésk , qui eut pour soccei 
eapitate Bulgare , ou il ruina; Ca* seur son fils Ibrabim^ ,6iousle r 
zan devint la capitale , non^eulc-* gne de celui-ci , les R tisses 6re 
ment du pays conquis, mais en-» une tentative inutile contre C^u 
Core d'un apanage considérable des mais en 1470, ayant vaincu les T 
kbans de la grande borde ) qui fut tares , ce prince demanda la pain 
ensuite connu sous le nom de roy* se reconnut vassal du graod-di 
yumedeC^zan; après la mort de Ivan Yassiliévitcb. Apres Ibrabit 
Sayn , plusieurs rois de Cazan ses le trâne de Cazan fut occupe ^ 
successeurs , firent k guerre k Alékban ; ses deux frères >JeIi( 
la Russie, opprimèrent souvent met-Amin «"t Abdel-Atyf, s'éui 
ce pays et ruinèrent les provinces brouillés avec lui, se retirèrei 
voisines de leur état; enfin en 1397, ^wp^^^s du grand>duc , auquel i 
le grand-duc de Moscou , Yasili^ conseillèrent d'attaquer Cazan 
Démitriévitch , las de leur brigan^ elfectivement le grand-dnc Ira 
dage , etivoya contre eux son cou- Vasiliévitch î*r y envoya d^gran 
sin, le prince Jonri Fédorovitcb^ des forces en 1487; "ses troupe 
qui après avoir vaincu les Tatares , ayant rencontré Tarmée Ta tare, soi 
prit Cazan , Bolgar , I^oukotine les bords de la Sviàga , lui lÏTrèj 
et Krémentcboug ; tes villes leul* rent bataille. Le combat futlerrii 
furent cependant rendues à la paix« ble et décisif en faveur deè Rtisse^ 
En 14^1 j pendant une guerre ci- oui détruisirent presqu'en cnliej 
vile <jui eut lieu parmi les Tatares, l armée du Roi de Cazan ellefiren 
leroide lagrancie horde Oulon- lui-méme prisonnier; de prino 
Mebemet, fils de Zeled Sultan^ n'ayantpas voulu se faire cbrétiefl 

A>.i|^%^»»«> , .»• .«« v.>Q«^ u«^ \«xi«^t- uv; wc v>«s«iu ; mais 11 ne pii^S] 

cher un asile auprès du grand-duc maintenir long'-temps; caf ayan 

Vasiley 'Vasilicvitch , qui le lui opprimé ses peuples, ils se révolté 

accorda généreusement k Béléw^ rent et àppellèrenc an trtne A/* 

se rappelant les services qnOulon- tzoi/A: Kbandu Chiban , celui -c 

Mebemet lui avoit rendus auparà^ ettt bientdt le même sort ; alon 

vant • > » . , , - . .. . 

Iran 

leva 

ayant battu une armée de 40,000 Roi à son choix , pourvu qde 

hommes, qu'on avoit envoyée cou- ne fût pas Mehemet-*AniiD ; i| 

trelùi, il retourna à Cazan, où leur envoya Abdél*Atyf, qui M 

étant entré sans résistance, il la régna que dans; le gfand-Dacj 

rebâtit et s'y affermit de nouveau, sur un soupçon de rébellion) W 

Ses forces s'accrurent au point qu il rappela à Moscou ^ d'où il fut r^ 



GAZ CAZ 97 

lé^àBdo-Oxera, et son frère sareax, en i5ig, AVij^ soiivo- 

Mebeaet Amin fui replacé «or rain des Tatares de Casaîmof et 

le tràe en i5o2. Celai - ci Tassai de la Russie; le grand-duc 

oaUiaBt une seconde fois les bien- joignit à ce prince un Yoévoda 

&ib k soaTerain de Moscou , Russe 9 nommé Carpof , pour le 

otimi en i S06 1 le ^4 jnin , jour snrreiller et le diriger dans legou« 

d ue grande foire annuelle à Ca- yernement. Ses nouveaux sujets , 

ta,rtàbqaelle quantité de Rus« toujours turbulens et inoonstans, 

isfVtoifnt rendus , de massacrer cherchèrent à Vengager à secouer 

tisleicbrétiens , qui non<isenle- le joug de la Russie , le roi Aléij 

sent te trouToient dans la ville ^ fidèle à ses sermens , rejeta leurs 

nais dans tous les endroits de son propositions et fit punir de mort 

louame; cet ordre fut suivi à la les plus mutins ; alors ils dépu- 

r^neur , et on sVmpara des ri-, tèrent en secret vers le Khan de 

ciMSio immenses apportées k la Grimée, Mehemet-Ghirei , pour 

ki\rt par des marchands de diffé- lui demander son frère Saflb-Ghi- 

Kos pajs. Non content de cela , rei^ pour les gouverner, et Tayaut 

il 6t attaquer , brûler et saccager amené avec eux à Cazan, ils se son* 

lesTilki et vilkgeB russes qui se levèrent contre leur souverain et 

trouToient près de ses frontières, massacrèrent tous les chrétiens 

U grand-duc voulant venger le qui se trouvoient alors k Cazan ; 

>^ de ses sujets massacrés et pu* Saffii-Ghirei obtint d'eux , avec 

oir Finâdélité du roi de Cazan > , beaucoup de peine , la vie du roi 

fit marcher contre lui le prince Aléij et du Yoc^ode russe Car- 

d'Og^tch Omltri, surnommé poff 9 qu* il fit échapper de nuit et 

«^j^^anc 100,000 hommes ;eelui- renvoyer à Moscou. Le souverain 

^amTadevantCa2anlea2 de mai Russe étant alors en guerre avec, 

'^) pendant une fête que les la Pologne , dissimula sa colère et 

I^iirei céiëbroient hors delà ville^ fut obligé de remettre sa vengean- 

fooik snr leur camp , s'en cm* ce à un moment plus, favorable. 

pi^^jetfit un grand massacre 'Effectivement en 1 5^4 $ ayant as* 

^ Groupes Mahométanes ; le Roi semblé 1 5o,ooo hommes , 'il les en« 

if uara avec peine dans la ville , voya contre Caxan , par eau et par 

iccompagnë de quelque peu de terre j ceux qui naviguèrent sur 

tmapâ échappées au massacre, le Volga essuyèrent de grandes 

^lors les Russes croyant les forces pertes de la part des peuples Tché* 

|qHoI entièrement détruites, se remis soumis au roi de Cazan, 

^vrèrentaTec une sécurité impar- qui les harcelant sans cesse ^ par- 

ooQoahle au pillage du camp et vinrent à leur prendre leurs vivres 

^ nchessai que les Tatares et Tartillerie de siège qu ils coulè^ 

>*oieQi abandonnées. Bientôt Me- rentà fond ; ceux au contraire qui 

W-Amin rassembla So^ooo allèrent par terre , étant arrivés 

Uounes dans la ville , tant Ta- heureusement sur les bords de la 

^mqne Tchérémis^ avec lesquels Sviàga , y rencontrèrent les en« 

^^W à r improviste sur Tarmée ncmis, et après un combat de trois 

'<^ dispersée dans la plaine ^ il jours , presque consécutif, ils 

^ it an massacre si terrible , vainquirent lu Tatares , en firent 

9<>i peine réchappa - 1 - il 7ooo un grand massacre et leur firent 

i^Bunes à oe désastre. Apres la près de 40)000 prisonniers : ayant 

^rt de ce roi, Us Tatares s*étant fini là leur jonction avec l'armée 

^' lïooTeaa soumis au prince Rus- navale , et ayan t appris la perte de 

'^i on leur euToya pour régner l^artillèrie de siège, on se décida à 

TOM. L '12 



,,s CAZ CkZ 

lit* j>lu> liHàU^preiidre cette aunêe. confiée à Aléî), qni avoit été (an| 

i \^l ^U4X(uoi ayant brûlé lear fois roi de Cazan et qui pour | 

i)a\ iiv^ iU retournèrent à Moscou. Tivoit dans son apanage de Caj 

tu 1 >3o on envoya de nouveau mof. Cette yUle batte au conilaj 

iU'& U'oupes contre Cazan , qui de laSviaga et du Volga, à ?d 

«àprè« Va voir- assiégée tout l'été la seulement de Cazan , devint 

prirent d'assaut. Le Roi se sauva objet de terreur pour les Tatar^ 

eu Crimée , avec ses femmes et par le voisinage continuel de le\ 

trois miUe Tatares. Les généraux ennemis , qui de là ponvoient i 

Russes , après avoir levé un tribut cilement saisir le moment fa^ 

sur la ville , revinrent en Russie rable de tomber sur eux avec av^ 

raqienànt avec eux des ambassa- tage ; ils supplièreirt leur reine 

^eurs Tatares , qui feignant un re- reconnoitre de nouveau la sai 

pentir sincère demandèrent pour raineté du Tzar de Russie , et d 

Roi Enaléij, frère d'Aléij , (juileur pouser leur cî-devant roi Aiéi 

fut accorde ; on j renvoya un voé- cette princesse j consentît , ml 

Tode russe. Enaléij ne régna que on découvrît en même temps 

quelques mois et fut tué, ainsi que complot qu'elle tramoit avec 

le voévode russe , par ses sujetsqui amant le prînœ Oulan * Coch 

rappelèrent Saffii • Giiireî. Les pour tuer Aléi]. Le Tsar e\i 

lurbulens Tatares se révoltèrent qu'elle fût amenée k Moscou ; 

bientôt contre lui, le cbassèrent, babitans de Cazan sV sooniin 

se firent la guerre entre eux , et las sans murmurer , et l'y enroj 

de s'égoi^er redemandèrent au rent avec son fils , ainsi qnc 

Tsar Ivan Yassiliévitch leur ancien prince Oukn-Cocbak , qui fut si 

roi Aléij , qu^ils gardèrent dans si dans sa fuite et ramené aj 

leurs murs plut&t comme un pri- eux. Aléij revint pour la troisiè^ 

aonnier que comme un souverain fois régner sur ce peuple incoi^ 

qui étoit venu r^ner sur eux: tant , qui le reçut avec entboasi^ 

aégoùté de ce peuple , ce prince me ; mais bientôt instigués p 

profita du tumulte d'Anne fêle pour un prince de leur nation , nom 

.s'écbapper de la ville et retourner Tcbap - Koune , ils dénoncé 

en Russie. Ceux de Caxan rappe- leur souverain auprès du T 

lèrent Safib-Gbirei, qui s'étoit ré- qui ayant ajouté foi h leordélati 

fngié parmi les Ttogais , où il avoit obligea Aléij d'aller à Moscou 

épousé la fille de leur Kban , cette se justifier; pendant qu'il y re 

Princesse se nonunoit Snmbéka. sissoit complètement, les 

Après la mort de son mari , qui tares massacroient à C«axan mè. 

arriva bientôt , dfe gouverna seule trois mille Russes , qni y a^o'* 

le royaume* A cette époque le Tsar été envoyés comme garde d'b^ 

Ivan' Vasiliévitcb II commença à neur an roi. Aléij entièrem^ 

envoyer tons les ans des troupes dégoAtë de ce tr^e , ne voulut 

pour ravager les terres de Cazan, mais y retourner. Ce peuple i^oj 

et en i55i , il entreprit lui-même sa destruction prodiaine , dânslj 

une campagne dl&iver contre cette tat d'anarchie dans lequel les a 

▼lUe ; cette entreprise si difficile sentions continuellesTavoitploo 

dans une saison aussi rigoureuse appelU sur le trône Edignef) tj^ 

lui fit p«rdre beaucoup de monde, du roi d'Astrakban , Cassîm 

etsebomaauchoixd nnempUce- réij ; celni-lii prit les ^"^., 

ment sur lequel il fit bâtir et forti- gouvernement en 1 55i ; c'est ^^ 

fier la même année une ville qu on que le Tsar Ivan Vasiliévitcb II 

Sviajsk. L'exécution en fut se décida à soumettre entièrem^ 



CAZ CAZ 99 

^toiTaame; illevadepx arm^s, de 1 3 tours, dont deux soutre- 
ioiiilaiieaoïis le commaudement marquables par leur hauteur j 
dttloTird Moroxof, descendît le c'est là que les habitans se sont 
TQ^isordes bateaux, et Tautre réfugiés lors delà prise de cette 
amte par le Tzar lui-même. Tille , par le bricand Pugatchef 
Cesarmées arrivèrent près de Ca- en 1 774 , le 3 juillet. La Tille fut 
lia, dont elles commencèrent le comme on sait réduite en cendres, 
ir;ele ii août de la même année et sans le courage et Factirité du 
j??:. Ediguer s'enferma dans la Général Michelsson , alors colo- 
rie, et malgré le peu de vivres et nel^ qui vint au secours de la ci- 
k Daaque prcsqn'absolu d'eau , tadelle , elle auroit été prise et 
m la Rosses en avoient détourné tous les habitans massacrés, De- 
lecott»,lesl'atares né voulurent puis ce désastre la ville s*est re- 
enleodre aacune proposition. Le levée , plus belle qu'elle ne Ta ja- 
Tut lit ouvrir la tranchée et tra- mais été , par les bienfaits de 1*1 m« 
utUer aux mines , qui étant bien- pératricc Catherine I[, quiad'a- 
tot prêtes , on ordonna Tassant j bord accordé 2)0,000 roubles pour 
les mines ayant renversé deux rebâtir , et qui n'a cessé depuis de 
tours, le prince Rourbsky , le hé^ la combler de biens. On coinpte 
nsda Russes, se jeta avec le corps actuellement à Cazan 4 couvents , 
([u'il comniandoit dans la brèche dont un de femmes ,4.1 églises , 
ei entra dans la place au moment près de 3,ooo maisons , 83o bouti- 
memeque le roi Aléij y entroit par ques , i église luthérienne, d mos- 
^ remparts ; le combat devint quées , 4 places publiques , une 
urrnUe dans la ville même , on se maison- de charité pour les deux 
cu^sKnit dans les rues , sur les senea , un séminaire, une univer- 
pi«xs,ài]|5 les maisons ; £diguer site, 4 écoles normales et une 
rcinadié dans aon palais , com- école pour les convertis , tant Mu- 
te et mourut en Ëéros. Enfin, aulmans qu'idolâtres, auxquels 
presses de tout c6té et n'ayant on apprend le russe et le Cathé- 
piusderessourceSylepeu de Tata- chismc, qu'on leur fait même 
f^ i{tii sanëcurent à cette terrible traduire dans leur propre langue : 
f^née se soi|mirent avec leur il y a également une école militai- 
fitte an Tiar. Le 2 du mois d'oc- re pour 35o fik de soldats , qui y 
^bre, après avoir soumis Cazan , apprennent è lire , écrire , Tarith- 
IfTzar y fit élever desauteb , y. me tique et quelques élémens de 
^li les lois de la Russie et confia géométrie ; on leur apprend aussi 
l'^oaferoement de la ville et de Texercice. A Teudroit où étoit 
^Qtela province , k deux person- l'ancien palais du roi de Cazan , 
^^nifnreut le prince Alexandre .est actuellement la maison du 
^f^n\ehChouyskoy et Vasili Se- commandant de la ville. Les bou- 
^Dorlich Sérébarénoy. Les choses tiques de la ville sont toujours bien 
vcEiereat dans cet état jusqucn fournies, tant d'objets depremiè- 
^'^od Pierre-le-Grand fit de Ca- re nécessité que de luxe; les mar- 
^ an gouvernement à part , chauds de Cazan Élisant un com- 
^^ikI il anexa 5 provinces ; mais merce très-considérable avec Mos- 
^1781 Catherine II réorganisa cou, Pétersbourg, Arkhangel et 
^JoQT, tel qu'il est aujourd'hui, aux foires de Makary et d'Irbit. 
(^orez Vartiae gouv. de Cazan). On compte à Cazan y d'après le 
j^it a ace Citadelle bâtie en dénombrement faiten 1802,22^000 
l^nqne , c'est une enceinte entou- habitans des deux sexes , et plut 
'<^ de haatci murailles et flanquée de 3o,ooo si on veut y compter les 



♦ » 



lOO 



•CAZ CAZ 



militaires. Le climat j estrade, crëe, rarement on a besoin 
le froid souvent excessif en hiver ; contrat ou d'autres cngagem 
les rÎTières y gèlent en novembre par ëcrlt lorsqu^on traite arec e 
et restent en cet état jusqn'an ils punissent les fripons et les 
mois d*avriL LeTolga en se dëbor- leurs par le mépris public , 
dant inonde une partie de la ville, une amende pécuniaire etqnelq 
Caaan est k 8a4 ^* de Moscou , et fois par une peine corporelle. 
à l55i de Pétersbourg* élèvent bien leurs enfàns, les] 

Cazan^ (Taures de) {KasancKÎA bitiïent de bonne heure à lobé 
Tamapbi*) Ces Tatares habitent le sance , à la propreté et à ton 
gouvern. die Casan et ceux d'Oren- les vertus oraonnëes par leur i 
bourg et de Tobolsk ; ils sont les lîgîon ; presque tous savent 1 
descendans de ceux qui ont suivi et écrire , et la plupart apprd 
le Grand Batou - Khan dans ses nent Tarahe , pour jpouyolr ]| 
conquêtes et qui se distinguoient les lois de leur prophète. I^esfd 
des autres hordes de ces nations , mes sont plutôt bien laites <| 
par la dénomination de grande belles; elles sont très- douces, l 
horde ^ que les chroniques Russes bituées dès l'enfance à vivre isoli 
nomment la horde a'or. Après et retirées; elles sont modesu 
l'entière destruction de leur em- obéissantes , soignent bien h 
pire par le Txar Ivan Yassiliévitch, ménage et Féducation de leurs < 
ils se dispersèrent de tout côté , fans , dont les garçons ne k 
mais voyant que leurs vainqueurs sont confiés que jusqu'à Tâge 
les traitoient avec humanité, et lo à I3 ans. On trouve dans pn 
leur laissoient le libre excercioe qde tous leurs villages des éoo 
de leur religion , plusieurs revin- publiques , où non-seulement 
rent dans leur ancien domicile et apprennent k lire et à écrire l'ai 
«menèrent encore atec eux d'au- be , mais encore l'Arithemétiq 
très Tatares du Nogais et du Kir- et leur religion quUls regarde 

Î;uiss, qui émigroient alors en fou- comme une honte et mém^ ^^ t 
e^k cause des guerres civiles qui ché d'ignorer ; ceux qui veak 
désoloient leur patrie. Ces peu- se perfectionner dans les scieni 

Îles profetsent tons la religion Ma- visitent les grandes écoles de 
ométane , ils sont d'une taille Bucharie. Us datent comme lo 
moyenne , ont le visage long et les Mahométans de l'hégire ; 
sont en général robustes ; ils ont sont presque tous cultivateors 
le nez fin , la bouche bien faite , commerçans ; ceux qui s'adonne 
les yeux petits , mais vifs et près- au commerce, le font comme pr< 
que toujours noirs ; leurs cheveux que tous les peuples de TAii^; ' 
sont oroinairement châtains , plats rement au comptant, mais pn 
et commencent à blanchir de bon- que toujours par échange, ks co 
ne heure. Us sont très-atuchés k trats et les lettres de coange u 
leur religion , ont la démarche sont entièrement inconnus , ] 
noble eten général la tournure fort conséquent ils sont pr«3qof^ 
agréable. Ils sont ambitieux, fiers, jours obligés *de voyager ; i^^ 
propres et hospitaliers; ils appren- font par caravauo et restent ( 
nent, volontiers diCférens métiers années entières absens de leurs, 
et y deviennent bientôt habiles; yers.Dansla villedeCasan, il< 
au reste ils préfèrent lé repos au trouve beaucoup qui &briqnent 
travail, sont assez indolens , et maroquins, et d'autres font '^^^ 
quand ils peuvent ne rien faire ils von de Cazan , si réputé dans to 
sont contens. Leur parole est sa- tes ces contrées. IjCS Tatares se 



CAZ CAZ TOI 

en {nierai trèa-adonnés à l'ëdaca- neur y aa lieu que la fillé une fois 
tioQ des abeilles, c'est pourquoi vendue comme épouse, emporte 
celte branche d'industrie est si tio- hors de la maison tous ses atours 
riiaate parmi en\« On trouve avec elle , et qu'ils ne comptent 
<ia&» presque chaque village des pour rien dans la dot. Le costume 
corionaiers, des tailleurs, des nia- des femmes ressemble en tout à ce* 
mJBax, des charpentiers , enfin lui des hommes , excepté que les 
h oayriers de tous les métiers habits sont mieux ajustés à la tail- 
la plus indispensables. Ils' sont le , les bottes sont de marbquin et 
kpoiés comme tout le reste des très-pointues ; leur corset est bro- 
ps)iafls russes. Leurs maisons dé sur la poitrine , où il ferme 
Mut presque toutes en bots ^ à la avec une ganse ou un bouton; 
ville comme à la campagne 'y ils Thabit de dessus chejs les femmes 
ont pour tout meuble quelques riches, est fait d'une étoffe de soie 
bancs ) oui chez les riches sont ou de brocart brodé; elles portent 
couTerts de tapis et qui leur ser- sur la gorge une quantité de co- 
Teai de divan , de table et de lit ; raux , ou bien des pièces de mon* 
cnii des villes , qui se trouvent noie d'or et d'argent, arrangées 
^ relation avec des étrangers , comme les écailles d'un poisson , 
ont quelquefois', mais rarement , souvent elles portent le même or- 
à^ tables et des chaises. Ils nement en écharpe, de l'épaule 
se rasent entièrement la tète , droite à gauche^ et couvrent leurs 
n^ialMant qu une petite toufVe de doigts d'anneaux et de bagues: el- 
ciwîeui sur le sommet et les mous- les font ordinairement deux tresses 
Uchei ; ils portent des calottes , de leurs cheveux et couvrent leur 
P^essus lesquelles il mettent tète d'un bonnet rond avec des 
<ii hlrer un bonnet plat avec une. franges par derrière , souvent r e- 
iottrrure en corde autour ^ et l'été couvertes de petites monnoies ^ 
^ chapeaux larges , ordinaire- ou de petites boules vides , dans 
^^tblaincs. Leur habillement cou- lesquelles elles mettent diÔerens 
liste dans une chemise de toile , baumes odoriiérans , qui répan- 
^ larges pantalons, des bas de dent au loin une odeur tort agréa* 
^ir, et les pauvres des sabots d'é- ble ; leur front est ordinaire-r 
<^rce de tilleul comme les paysans ment couvert de perles en réseau , 
rosses ,* par-dessus tout cela, une celui des bauvres en grains de ver- 
^^ de robe de chambre large re. Les filles , au lieu de bonnet, 
{^(Diamb) avec une ceinture de portent une espèce de couronne à 
^ie ou un ceinturon de cuir , |our ,* ornée de coraux , de pièces 
auquel ils suspendent un coutelas de monnoies , ou bien de grains 
ou an sabre et le sac à tabac pour de verre : elles font plusieurs très* 
[QQier. Les pauvres emploient les ses de leurs cheveux , qu'elles 
^U)fl'e« çros^ièrcs de coton , et les ornent de rubans ; le reste de 
nches la soie et les beaux draps , l'habillement est comme celui des 
<}uiU ornent même qùelquetbis femmes., Les femmes pauvres s'ha- 
^ galoos d'or et d'argent. Quant billeot de nankin ; les unes 
^oeaasexe, les femmes comme et les autres se couvrent d'un 
chez toos les peuples de l'Asie qui voile et rarement paroissent autre-* 
l£t achètent, soift plus richement ment hors de leur maison, ou de- 
^t plos proprement mises que les 'vaut un étranger. Les Tatares,pour 
iules ; et cela , parce que le mari leur nourriture et leurs boissons , 
^^ flatté de voir sa femme riche- se conforment à tout ce qui est 
'''^tTétue, il s'en fait même bon- défendu ou ordonné par la loi de 



102 CAZ CAZ 

I 

, Mahomet^ excepté qa'ils mangent pare exprès ; elles emploient po 

de préférence la viande de chenal } cela une pommade qu'ils noi 

ils boivent volontiers du thé et s*en . ment Sourakh et qui se comp^ 

pa&sent diflicilement; ils le cni-- d'orpimept et de chaux vive et 

sent dans de petits chaudrons avec layés avec de Tean oudeThuile. I^ 

de l'eau et du lait , y ajoutent du jeunes filles s'assemblent chez 

beurre et du iel, et le boivent ain- iiancée et pleurent avec elle s^ 

s\ dans des tasses de bois ou de por- changement d'état en chantant dl 

celaine. Ils fument le tabac avec chansons analogues au sojet ; deii 

excès , même les deux sexes et hommes répondent à ses chansoi 

jusqu'aux enfans , quand ils peu-* pour la promise y en assurant ^ 

vent s'en procurer. Us sont très- contraire que ce changement à'i 

polis entre eux et encore plus en- tat est désirable. La veille du ma 

vers les étrangers ; chez les riches riage on porte la jeune épouse, iij 

les femmes mangent à part. Us un tapis , dans la maison où doi 

ont en général un grand respect se faire le mariage^ et c'est là qu'c 

pour les vieillards, et pourhono* le voit pour la première fois i 

rer quelqu'un ils lui disent aA:/c^a- parens de son futur époux : la c\ 

kal , barbe blanche , ce sont les rémonie du mariage consiste da^ 

vieillards qui pour l'ordinaire ter- la demande que fait le Mollaà hai 

minent les diflerens qui survien- tèvoix, s'ils consen tenta s 'épousej 

nent entre eux, arrangent les ma- et si le contrat a été lait \ sd 

riages, président aux conventions, Taflfirmation il leur donne la b^ 

traités et arrangemeds de familles, nédiction nuptiale , en récita^ 

3ui se font parmi eux. Ils regar- une prière, et la cérémonie est f| 

ent' comme un péché si les pa- nie. Leurs réjouissance* pendaij 

rens ne marient pas leurs fils jeu- les noces consistent en musique 

nés. Quand un garçon apprend chants et danses ; les repas de nd 

qu'un tel consent à lui donner sa ces ne sont pas oubliés. Outre \t 

iilie en mariage , il lui députe instrumens de musique qui H 

tout de suite un ami avec ses sont communs avec les Russes^ i) 

pleins pouvoirs; celui-ci marchan- en ont encore deux qui leur soij 

de la fille tant qu'il peut \ le raar- particuliers \ l'un est une espfi 

ché consiste en bétail , argent et cède harpe couchée, ou psaItério{ 

liabits , en comptant chaque pièce à i8 cordes, l'autre qu'ils nommen 

séparément j c est pourquoi ils Gobasse ressembleroit asses à o| 

disent avoir donné pour telle fem- violon , s'il étoît couvert comn^ 

me autant de têtes : une femme lui, car il en a la forme, il n'a q'J 

lear revient rarement à moins de deux cordes de crin surlesquell^ 

3o roubles, et quelquefois elle ils font aller un archet qui en tl^ 

leur coûte 5 00 B. Le contrat con- des sons aigres et durs: leur 

siste dans la lecture publique de chansons sont rarement rimées^e^ 

l'acte, ensuite le IVlolla fait une les sont toutes dans le goût orieDiaj 

prière, après quoi le futur paye remplies de métaphores et de comj 

à cUfTorens termes convenus le ka^ paraisons; les airs en sontpre^«| 

Um ou prix de sa future; pendant toujours guerriers ; ordinairenie» 

tout trc temps il lui est permis de les hommes et les femmes dan^ 

la visiter , en présence des parens, sent séparément , les hommes atd 

jusqu'à, la noce , qui se fait de la vivacité et hardiesse, et les fiU*^ 

luanière suivante : les parentes dé lentement , marchant toujours et 

la mariée l'épilent pour la premiè- rond comme à la dérobée et se ca^ 

rc ibis dans un bain qu'on a pré- chaut le visage avec les mains* ^ 



Cihl CHA io3 

^^Tiliiêcjt regardée comme un d^ son choix est tombé sur le pins 

hat^ft lorsque le mari a plasîeurs savant et le plus Tertuenx parmi 

ffQBM ^ les stériles sont méprî- eux ; c'est Djak-Husseîn qui étoit 

sees et mahrakées par celles qui ont alors Agoun de Cazan et qui ré- 

tl«efllkns. L'eniànt lorsqu'il vient side actuellement dans le gouv. du 

aa aosde , de quelque sexe qu'il Caucase. Leurs ecclésiastiques ne 

«^aI, Mt toujours porté avant le perçoivent rien , mais les Tatareg 

'HEf jour chez le Molla , qui lui leur donnent volontairement quel^ 

^'icl récité une prière à Foreille ques petites choses , de sorte qu'ils 

fâ lit une à haute voix, et lui don- son^ obligés pour vivre , de faire 

A^ on nom. Ils circoncisent leurs comme les autres le commerce, 

pnfansdepuis rage de 6 ans jusqu'à ou de cultiver leur champ. Leurs 

!>; celui qui fait cette opération fêtes sont les mêmes que celles de 

» nomme AbdaL II parcourt pour tous les sectaires de Mahomet : 

'^ la les campagnes et fait cette c'est le Mouiyt Hayram^ le Cour^ 

opération sans aucune cérémonie ; bane Bayram^le Ramazan^etc, En 

micbea dans ce cas, payent pour prêtant serment, ils prenncut le 

i;^>pâavres , estimant la circonci- Coran et s'en frappant trois fois la 

«WD noiMculement une œuvre mé- poitrine, ils disent : « Que ta ma- 

nioire, mais indispensable. lU » lédiction me poursuive à jamais, 

enterenl leurs morts après les » si je prête le sermeat de mau- 

*^'Hr enveloppés d'un linceuil et nvaisefoî. » 

jrmsôs d'eau et de camphre • avec ri,*..-- r^ \ • j 

*« mêmes cérémonies que les „^„^ i^ ^' V'*t*^c*«aoi ; 

Turi^ •* t^i». 1^. » lUKX, x goiiv- de tiazan qui a sa source 

ir IT **^ '°*':^'' Mahomé- §;;„, „^ ^^j, au^dUtrict d'Arsk, 

m'uK" /'jF **»":"« à 25 wers. de la yiUe da mém; 

o^.lîlTf*' '^ «Impose»». /« nom: elle coule de là vers l'ouest, 

'^•7«aans la fosse sans cercueil, ^» \ »*. - 1 . «••*-! » 

niHiim* «•- * • j c' après s être reunie au Kitchmes 

«"^"ent rarement nue pierre des- -^.^ . , y , werslea 

^«^ ei encore plus rarement une '^ ^ \ i ^y^\' l i^erslea 

B;rrm»:«« ^1 • ^^^^^ "^ au-dessous de la ville de Cazan, 
'"^cnption sur la pierre ; cepen- 

«ni il y en a qui le font , et c'est . Çazank a , ( KasauKa- ) petite 

''«rs presque toujours quelques rivière qui coule dans les terres 

^^rseu du Coran , avec le nom du ^^® Cosaques du Don et les sépare 

^(m. Les Tatares de Cazan, sont ^" S^'*^- ^^ Voronéj. Elle se jette 

tr^SHîucls à la prière et ont des ^^^ le Don. 

ptes Mosquées dans chaque vil- Cazi-Coumyks , (jTajM-JTy- 

f^\ dans les villes elles sont Jr^hiKu.) peuple Mahométan qui 

'Uocassezbelleapparenceet très- vit près du gouv. du Caucase. On 

Proprement tenues. Leur hiérar- «ïipposc que ce sont les descen- 

^^i«ecclésiastique est composée de dans des Rozars , qui s'étantéta- 

" manière suivante : les anciens ^^^^ après les Pétchenégues sur les 

îa'iU appellent Agouns , il v en a ^^''^^ ^^ '* Tourna , en ont pris 

''«« dont l'un réside à Cazan , '« °^"* ^^ Cazi-Coumiks. 

^^||lre à Tobolsk et le troisième à Cazim , ( Kasujub. ) rivière du 

,«rakban; les Mollas, les maîtres gouv. de Tobolsk, qui se jette 

t^les, qu'ils nomment Abyse dansVObby. 

es Muédzins. En 1792 tous les Chadrinsk , ( ma^punr.Kl. ) 

^^«res habiUnt la Russie , reçu- Ville du gouv. dePerm et chef-lieu 

j^ntuQ chef suprême de leur Ve- de <listrict. Elle est bâtie sur h 

^'On; ce Muphti leur fut accordé rive gaucbc de l'Iset , sous le 55° 

P«f ilmpéralrice Catherine H, et 47' de lat. sept, et le 81^ 10' de 



io4 CHA CHE 

long, orient.^ renferme 3 églises Chatsk, (iZf am ck5,) TiDe^ 

et 4)000 habitans des deux sexes, gouv. de Tambow , chef-lieu j 

Chaf-hausen, (Hlatp ^ êau^ dîstricl. Elle est située sar qj 

Benb*) veille colonie allemande da petite rîy. qui lui a donné k 

Sony, cte Saratof, sur le Volga, près nom , sous le 54^' 26' de lat, tep 

e rif^uiss. Ses habitans sont in« et le 69^34' de long, orient.,; 

dustrienx et riches. 167 w. de Tambow. ^Cette TillA 

lesTi 




(savod 

te quatre de ce nom dans le sout. . z. 

de Perm, district d'Ecaterin- monte À 6000 personnes d« de» 

*ourg, appartenantes à diffërens «^fs: eUe est située dans un 

particuliers: elles sont tontes de plaine immense et très-ferlde. 

fer, qui y est même d'une bonne . Chavli , (madjui) pet. Tift 

àrns^lti ^^ gouT. de V ilua , nouTelIemetf 

'^ . . . :. érigée en chef-lieudedistrictFli 

Chakh A , (nic^aA pet. riv. dn e«t située sur une petite m. nom 
gouv. de Vladinur. Elle va se jeter, ^^ Coukot , qui se jette dansl 
près des frontières du gouv. de ^^y^^ ^ et sur le grand chemû 
laroslaw , dans la petite Nerle. ^^i ^è^e de Kovno à Mittsu, 

CHAKH-TÉMiasKOY , {uia^d^ 245 w. N. Ouest de Vana.C'étoi 
Te^^upçKoù^ mme de cuivre fort anciennement une commanaerj 
riche , dans le gouv. d Orenbourg, ae lordre Teutonique, ensaite re 
àjow. delavdle decenom. gie par les grands - ducs de Liio* 

Chakviwskoy ZAVOD , toaaf nie. La religion chrétienne n 7 1 
suHCKoù jodo^ô.) Usine de cm- ^j^ établie que dans le VXcn» 
wre du gouv. de Perm , à 3o wers. «î^ele. 

de Coungour , et appartenante à la ChÎffee , ( nietp^peph. ] Co 
famille Démidof. lo^ie allemande composée de 6( 

Chaldai , {inojiAaù.} riv. du familles luthériennes , établie « 
gouv. de Peu» , qui se jette dans |^63 dans le gouv. de Saratof , $ui 
laMochka. les bords du Volga. 

ChaIka , ( UtaJiKo. ) riv. du Cheksna , (nieKCHa^ nn«dc 
gouv. deNijegorod , sur kqueUe plus grandes riv. navigables , qt» 
est la viUe d Arzamass. Jg j^tîe dans le Volga. Elle sortdi 

CHANiA,(lzraiw.)"^-^«gott^: grand kc de Belo-Oséro , ou U< 
de&molensk , qui parcourt aussi Blanc, et après avoir parcoort 
une partie de celui de Calonga , presque tout le gouv. de laroslair 
pour se jeter dans lOuçra.Uya Ç^ «2 jeter dans le Volga, à l'en 
plusieurs papeteries ëtabkes sur ^^i^ '^ù est bâtie U viUedeRi 
ses bords. >„ , binské On conunjanique 4»leinen 

Chantar , (IfloKmapS.) île de p^r jon moyen avec Pétersbourg 
la mer dOkoUk,. ou plutôt du ^^r une partie des bateaux de Ri 
grand Océan oriental , presque ^insk k remontent îusqu an la 
vis-à-vis de lembouchure de Blanc, et de là vont dans la CoTJa 
* Oudi. qy- yjgm d'être réunie par un ci 

Chate , {lUam'b') riv. du gouv. nal de communication fivec k Vt 
de Touk, qui coule du kc d'Ivan- tégra ; celle-ci se jette dans le U 
Ozero, et se réunit à TOupa. Pier- d'Onega, d'o& par la Svir on com 
re-lc^rand a eu le projet de réu- muniqne avec k kc Ladoga 
nir par sou moyen ^ le Don avec Beaucoup de grandes riv. se jet 
k Volga. tent dans k Chéksna : les princi 



Oifi CHL io5 

pksiont la Soiida , TOoIoma , la gonr. de Moscou, elle se jette dans 

SUvesb, laSoukhona, la Pidma, la Kliazma. 

Uxr^'wet rOakhra. CheRSON^, ( Xép coHh,) Voyez 

Cmuïs, (are-ianc5.) pet. rir. Rheb son. 
Jqçwt. de Pensa. Elle se jette CHicjnErCOTAirs , {iHuiw'Ko^ 

(bùbSonra. manb.) c'est la 8ème des iles Coa- •■\ 

CmwVAÏA GORA, [meAKO-^ '*"* Elle a quelques habiuns. On 

.cM.p^.) ou montagne de soie. *^oî»^e . an nord de Ule un volcan 

fkïDedesmontagnes de 1 Oural, ftemt,et au midi un volcan ^ dont 

àBlegouv. d'Orenbourg, ainsi J^» éruptions sont asses fréquentes. 

w^m« par la grande quantité V^**® *'* ^\ ^ ^o werstes de la 

(i «beste qu'on j trouve. 7^??^ noaunee Kharimakotane. 

rj!Éto!fi, (nr^^ôH*.) c e^t uni* , ChigodaKe, {uiaeoAanK) \\e 

Hiei grande riv. qui a sa source <le 1 Océan orient. [Voyez Tchiko- 

ûwslegoQV. de Pskov, et qui passant '^^*J 

i iweps la ville de Porkbow, en- t>' • îi^^^i' ^^^^^^^,*) ^^^' *'®*^»- 



>» dan» lesoBT. de Nov<^orod , "«"e <*?«>".'« ê">nv- <* Irkoutak, qui 

.'HfKJette daas le lacllmen.du «" «* reanissant avec l'Argounë , 

it^ occiacnuL ""■,"* '* "''?^« Amour. On trouy*» 

fFiÉMiA, {zif<..«/i.) Atak et Se- P»"" <»« »f réunion avec l'Argonnë, 

ffliiéi, trois Ues de l'ocëan orien- «*.* ,"* «-tubarbe ejai y cPott*n quan- 

Ul . que l'on confond arec les iles îli*: » «* qno'qu on préfère celle du 

Afeatiennes . mais qui n'appar- ^*"'»«* et de la Chine , l'expërien- 

ù.Mi»ipa$ à cet arcbipel. Elle <* a prouve ane ses efleu mëdici- 

•""Uîoo w. sàd-est de l'îlede Cui- "*"* **?f "î,*** mêmes. On j trôo 

"Nrtwnt tontM très-petites. Cel- Te aussi de 1 alun. 

IfilAijkest un peu plus grande *^Hiï-KiKSKoy, fflïifctwHcfOM.) 

W I lie de Bering. Le» insulaires ^avod , mine d argent-très riche , 

In wUent communément, ainsi ?'»'" if» bo™» de U Chilka. On tire 

1«<l'aalres plus petites qui les ^f «»««>érai a 3o toises de proton- 

•'osinnit , avec les lies de Bering ^' Cette mine contient de 1 or. 

« celle de enivre, du nom de Za- , Vf"'*j".'i '{?"?««'««•), c«»* 
ijpujg la 3eme des îles Counlls. Elle est 

''f . à 26 w. de distance de la seconde; 

«.Biumn, Iir«M0eA»45. ) ses bords ne présentent qu'un roc 

«Inaie Allemande , composée de ^ud } elle n'a pas un port et on 

h} &mille» luthériennes. Elle a éle n'y aborde que pendant un temps 

f'Jbhedanjlegouv. de haratof, et calme, en petit bateau , quand on 

Wf les bords du Volga en ijGS. - y^ pour la chasse de l'oiseau 

"jRoMesla nommentYablonofka. nommé Ara , dont les plumes ser- 

Ueskoorsk .lUteHK^pcKb. ) ^e„t à l'habiUement desinsuUires. 

?• viUe du gonv. d Arkhangel, sous Cette île est ronde, on lui donne 

1«i V de lau sept, et le 52° 33' /© w. de circonférence ; elle a un 

•long, orient., bâtie sur la Vaga, yojcan éteint au milieu: on t chas- 

«L^în ^*""^"^'°*fPT'**'''.?" » plusieurs renards. L'Ilè a de. 

«V.Llle«tà 400 w.' de la ville bois de cèdre et d'aulne; mais elle 

«Mbangçl , et ne contient rien n'est pas habitable k causeduman' 
«frfmarqnable. ■ •■ 



tREKNA, initpHOt) pet. riv. du one pet. ville du gouv. de Mohilof, 
TOM. 1. . l3 



to6 CHL CttO 

regttlîèreinent bâtîe et assez peu- Nétenbourg.En i352le8Novogoi 

plée. On y fait ua grand oommer- dîens la l*eprirent et l'enlourèn 

ce de marchandises étrangères que de murailles en pierres. Les cSo 

les Juifs apportent d'Allemagne et dois s'en rendirent de nome: 

qu'ils vont revendre ensuite dans maîtres en 14^19 elle fat cnsu 

Tintérieûr de la Russie. On j plusieurs fois prise et reprise, ta 

trouve trois couvens, dont un rus- t^t par les Russes , tantôt par 1 

se , un catholique de Tordre de Suédois, jusqu'à l'année 1702, < 

Sr. Dominique et un de Grecs- Pierre-le-Grand en ayant fait 

Unis; il y a aussi unesynagogue* conquête 9 la fit fbrtioer régnlii 

Le marché oonsttruit en pierres est rement et la nomma Chlosso 

fort heaU) ei]ai rues bien allippaées. kourc. On y trouve un palais in 

Ce petit endroit appartenoit an- périal, bâti sur une petite Dec 

ciennement k la famille >des Polo- la Neva ; les faubourgs de ceu 

nois Chotkhevitch , ensuite aux ville sont bâtis sur le bordméri 

princes Tchertorijsky , puis à M' dional du fleuve. On y trouve an 

Zoritck^ auquel Catherine II en ûtbrique d'indienne on de perse 

fit don ; la couronne vient de le très-considérable y apparteoaul 

racheter dernièrement de ses faé^ k un particulier nommé Leoian 

ritiers. Chklove est encore remar- il y a étabU ^o métiers qui lui toi 

quable par la victoire qu y a rem-« annuellement 2o,ooq pièces de et 

portée le Tzar Alexis Mikhaylovitch te étofTe; on y emploie de deui 

sur les troup/es de la Pologne , qui trois cents ouvriers, 

étoient au nombre de io>ooohom- Choba j {lUoÔa») fci. rir. d 

mes et commandés parle maréchal gouv. de Novogorod y qui se jeti 

de Lithuanie prince de Radzivil : dans le Yolkhof. On y conslru 

c'est aussi près de là que le général -quelques barques, 

comte de Levénhaupt passa le C'HOCBJ^j\inoma-)rvf.({\ni^ 

Dneper en allant au secours de pare le gouv. de Moscou de celu 

Charles Xllé de Tver, et qui se jette dans 1 

Chlusselbouro , (lUxiocêJih' Volga* 

5ype5.) forteresse du gouv. de Pé- Cho •^ouu - TcHOU 9 (îUo-S/i 

tersbourg et nouvellement ehef-^lieu tu.) C'est la première des lies 0>^ 

'de district. Elle est bâtiesur une lie rills en comptant depuis la point 

qui est au milieu de la Neva et à méridionale du Camtcbatla , do^ 

l'endroit où elle sort du lac Ladoga, elle n'est séparée que par un déj 

aous le 59^ 8' de lat. sept, et le troitde i5 w. de largeur. Saloij 

48° 4^' de long, orient. , à 53 gueur du nord au midiestde5o>" 

vrerstes de Pétersbourg. £lle a été et sa largeur de 3o w. Sa c6i 

construite en i324 ) par les ordres orientale présente un rocher escat 

du grand-duc loury Danilovitch , pé et presqu' inabordable , on ^^ 

pendant son expédition avec les également beaucoup de rocher 

Novogorodieus et les Pskov iens sur les autres c6 tes' ; mais od p^ 

contre Y iborg. On nommoit alors y aborder facilement. L'tl^ ^^ 

cette île Orekhov , par «a forme tient plusieurs lacs dont celui dl 

oblongue et ressemblant à une milieu à au moins 5 w. de circoa 

noisette, ce fruit se nommant férence , il en sort une rivière qj 

Orekh en russe^ de là le nom d'O- se jette dans la mer et qui est \\ 

rekhovetz et ensuite celui d'Oré- plus considérable de l'île. E» F 

chék qu on donnsv'li la forteresse, néral toutes ses eaux sont poissoi» 

Les Suédois l'ayant prise en i347, neuses ; on trouve des forêts da« 

changèrent son nom en celui de cette ile , il y croit plusieurs bsi< 



CHO CI/E ,07 

Il nciiies dont les habitans se Chovlbinskot , ( UI^môuh-' 

vooirisieii^etsarioQtriierbe douce ckou.) ZaTode , mine d'argent et 

OQ Skbîa-traTa , dont on distille de cuiTre, dans le goixr. de Tomsk, 

de Im- de -vie au Camtcbatka* district de Biisk ^ sur la Cboulba , 

OundécouTert des mines , dont non loin de son emboncbure dans 

Bwd'ii^eol a é\è es.ploitëe pen- Tlrticb. 

dai^boe temps. Les femmes Choumaginsk« - ostrova , 

«Ortie .k font du fil arec les or- ^jnnjuatuncKie - ocmpoea,) îleî 

teçB eUes savent employer corn- je Choumagin , dans l'océan orien- 

al* chaDTre. On y compte 44 ^i . ainsi nommées par le capi^ 

Uuns mâles, qui paient le trw taine Bering, qui les a découver- 

k;il3sout CamtcbadaUs plutôt tes, du nom d'un, matelot russe 

gneCoarilU , et sont venus de la ^^'on y a entetré. Elles appartien- 

Btf,ch«ies par leurs dissen- nent à l'arcbipcl des îles 5es Re- 

ùoas, oapar Tes premiers Russes ^ards (Lisié ostrora ), et sont au 

^«.aurercnt dans kpresqude: nombre de i3: elles s'étendent 

«pendant ils se sont mêles avec ^ers le nord-est du côté de la c&te 

bhabiunsdes autres îles, dont d'Aliaska. Elles sont habitées et 

S» Qfli même pris les usages et le toutes fort montagneuses; les deux 

^^^^' ' plus grandes se nomment Ounjga 

Chossima , ( Hlocujua» ) "pet. et Nagaï. 

m.dugouv. de ViûtU et quisç CHOU^MANlKOLSKOYKTCHOUa, 

lettedawlaViatkav minskoy , ( UI^pjuanuKOJ^^^ 

Crouchire ou Chamachire, ckoû») deux usines de cuivre du 

[Uliimph.) I7ème et Tune des gouv. de Yiatka, dont oa tire beau- 

}]^ ptnàes îles de Tarcbipel des coup de ce métal* 

Unlls. Elle est à 3o w. de Ké- Christinestad , (Xpucmune^ 

^«,qQi en est la i6eme. On cma^h.) pet. ville maritime de U 

^DTceûtre elles d'autres petites Finlande, province de Vasa. Elle 

!«^i ue sont que des rqcbers a été bâtie en 1649 P*^ ^® comte 

miabités. U partie méridionale Pehr Brabé , sur la péninsule d» 

* 1 Ile de Choûcbire est couverte Coppa. 

& montagnes, parmi lesquelles Chtad , ( ffim^SO colonie 

BUQTolcan éteint. aUemande de 5o familles lutbé- 

Chocïa , ^lUuA.) ville ancien- riennes , dans le gouv. de Saratof , 

^}m\i petite du gouv* de Vladi* sur le bord du Yolga , établie en 

»«f. Elle est située sur la Téza , à 1763. 

(<} w. aa nord de Tladimir : elle ChV^DEN , ( niee^enh. } pet. 

^K)QsIeS6^ 37' de lat. sept, et colonie de 5o familles suédoises , 

1^^° W de long, orientale. On établie en 1763 sur les bords du 

Imoarqne 6 églises en briques, un Volga , dans le gouv. de Saratof. 

tteieii rempart de terre et quel- Clarisse , (Kjuipuch.) colonie 

^ bastions ruinés. La ville Allemande du gouv. de Saratof , 

^^ 1600 babitans des deux établie sur le Volga. Qp y compte 

^) qai sont pour U plupart 5o familles. 

j^^Qoerçans ; ils parcourent les CLéNovsKor , (KjieKOâCKaû^) 

diliéreiitet provinces de l'empire, (Roudnik ,} Cette mine de fer se 

^ colportent de Time à Tautre les trouve dans le gouv. de Viatka. 

I^rchaadises qu'ils acbettent. On 5oo ouvriers y travaillent sans ce»^ 

^^ de bonnes toiles et du savon se pour eu tirer le minerai. Elle 

wi celle viHe. est d'un moindre rapport que cel» 



io8 CÏ.E CLl 

ks qai 8ù troaveBt dans te gouT. rent la chronique de Nestor, 

dç ToboUk. qu'il place dans la- proTince 

CLioTifiSKOY^(KAeonuHCKOû.) ïonror. 
(floudnik, ) Mine de cuivre. £lle Cletskaïa STANITZa, (KJie 

se trouve dans le gouv. de Tomsk, cKaji cmanui^a.) Bourg des <.oa 

et fournit beaucoup de cuivre. qnes du Don , sur la rive droi 

Cléstgbino ozsro, (jSCjLtf ufuHo de ce fleuve. 
oj^po.} On nomme ainsi un lac CvivÉN , (jCj^eeenib.) pel. ri 

très-considérable qui se trouve du gouv. de Tchernigof , distri 

dans le gouv. tie Vladimir , et sur de Gloukhof. Elle se jette duos 

lequel la villp de Péreslav est si- Seyme et n'est remarquable qij 

tuée. Ce lac a plus de 8 w. de par la ville de G loukhof, bâtie si| 

largeur en tous sens et ses eaui. ses bords, 
sont très-pures, son fond est de Cliazma y(KjiASjn,ti.)rif»m 

gravier, la TrôuUéj le traverse sans considérable qui prend sa soon 

mêler ses eaux, avec les siennes ; dans le gouv. de Moscou , distrl 

car on peut en suivre le cours dans de Dmitrof , et qui couraot de 

le lac et les distinguer par leur Sud-Est , en parcoui*t une parlle 

blanclieur. On j pécbe quantité traverse la ville de Bogorodsl i 

de poissons , et particulièrement continue sa course dans le gou 

une espèce de hareng , que les ha- de Vladimir qu^clle traverse 

bitans d'un village voisin, seuls l'onestàrest dans toute son él( 

propriétaires de la pèche , fument due ; et après avoir passé par U 

et vendent avec avantage et en villes de Vladimir , CoYrof;Viai 

quantité, à Moscou et à Péters- niky et Gorokhovetz, elle va sejf 

bourg. Ce lac est encore remar- ter , non loin de là , et déjà An 

quable , en ce que Pierre 1«' y jeta les frontières du gouv. de ^fô^ 

les fondemens de la marine russe, rod , dans TOca , & 3o werstes d 

en y faisant construire en 1691 distance de son embouchure dan 

pour son instruction , une frégate le Volga. La Cliazma est fort pois 

et quelques autres bitimens d'une sonneuse , elle est remplie de bas 

moindre grandeur, sur lesquels il fonds , ce qui la rend peu propi^ 

s'exerçoitaux manœuvres, et lors- k la navigation ; cependant elle ei 

qu'en 1694 ^^ exercices furent navigable depuis Cavrof, do 

achevés , il fit démonter la frégate partent chaque année quantité 

et voulut qu'elle f^t conservée, bateaux remplis de chaux et 

ainsi que les bateaux, sous un ban- pierres calcaires, pour entrer ai 

gar construit exprès en mémoire l'Oca. Beaucoup de petites riri 

de cet événement : la frégate n'o» res se jettent dans la Cliazoïa. 

xiste plus, mais les bateaux j sont * Climovitchi , (KjuiMoem 

encore soigneusement conservés, pet. ville du gouv. de Mohilel 1 

Celacjmrte aussi le nom de Pé- chef-lieu d'un district. Elle e 

reiasslovsk^ et c'est sous ce nom sons le 53^ 4/ ^^ ^^^ ^^P^* ^^ 

qu'on le conuoit davantage dans 5o^ 3i' de long, orient. , à i)f 

tout le pays, de distance de Mohilef. Cette ti 

Cjletzk , ^KJiemcKh*)peU YxUe letfa rien de remarquable ; on 

fortifiée dii' gouv. de iVlinsk , dis- voit une seule église et une éoo 

trict de Sloutzk , non loin de Ton-- juive. On y compte 1,200 bab 

rova f anciennement chei-lieu des tans des deux sexes , dont 3c 

possessions , de la lamilledes Rad- Juifs. 

zivils. Il est probable que c'est la CLtrfB, (KJiuuh.) Cette pet fi 

m^vne Cletzk , dont parle si sou- le du gouv. de Moacou est soas i 



cm coD 109 

56^ W de lat. sqit. et le 5^^ 2V le 55*^ 39' de lat. sept, et le 62° 32^ 

Âeli^it. orieat. E]Ie> est à 82 w. de long, orient, à 96 w. de Nijégo- 

dedistuce de cette capitale et bà- rod. On y trouve 4 églises, le nom» 

tie for les deux rives d'une pet. bre des liabi tans est peu considé- 

riv.^'oD nomme Sestra. Cline rable ; car on y. compte à peine 

nt éef-liea d'un district et se 1000 personnes des deux scx.es. 

tr«re sur le grand chemin de Les environs de la ville manquent 

liiieoaàPétersbonrg. On j trou- de bols , les habitans sont obliges 

'ffés^ties et 1086 habita ns des d'aller en chercher très-loin* 

leti sexes. La seule chose remar- CifiAJiTZY , (KHumuui^,) pet. 

pMequon puisse citer, cest endroit du gouv. de Mohilef, à 

«lufllféloit anciennement le pa- ,4 w. de cette ville , sur la Likhva. 

tniDome de la famille des Roma- n n'est remarquable que par deux 

Mrfacluellemenl régnante. couvens qui s'y trouvent , dont un 

Clitcrkinskot roudnik 9 de Dominicains et l'autre de Car- 

(IntKUHCKoû pii^Hukb.) mine mes. 

J'jr^pnt assez riche , près de cel- Cobra, {Koôpia) riv. dugour. 
le de Nertchinsk. de Yiatka , qui traverse un pays 

Clutcbarefka , [KJiiotapeû^ remnli de forêts, se jette dans la 
in] pet. riv. du gouv. de Penza. Y iatka , et fournit de bois à beau- 
lilé se jette dans la Lem ja« coup de provinces, 

CicTCHi, {Kjiiozu,) colonie al- Cobrine, {Koôpunb.) pet.viV 
fcMndc du gouv. de Saratot, sur le du gouv. de Grodno et cheWieu 
toniis8eattnommécommeelle,ct de district. Elle est située sur la 
1«»îejcltedansleCaramich. Elle Moukhavetr , qui se jette dans le 
e»UfewerstesdcSaralof. 60 fa- Bug et se trouve à i33 werstes de 
ojifeî réformées composent cette Grodno. 

^'^^'^^ CoBYLiAKY , {Koôbuunaju) pet. 

Clctchovka , {KJiwzooKa-) vîHe dugouv.de Poltava , sur la 
'ÎT. du Camtchatka qui se jette rive droite de la Vors-Rlà , chef* 
^Qs le fleuve Camtchatka et qui lieu d'un district ; elle se trouve à 
«t remarquable par une quantité 5o werstes de Poltava. On y corn- 
^^urces qui s y jettent et qui ne pte 856o habitans des deux sexes, 
§tl<'nt jamais en hiver, ce qui pro- et il s y tient 4 graijds marchés 
(iiA? uoe pèche abondante aux lia- annuellement. 
liuns dans toutes les saisons de Cobylinskaïa staNITZa, (iTo- 
^^^^' 6hiJiuncKaA cma}iuiji,a.) bourg des 

C«UJEP , ( KwutieôT).) C'est .Cosaques du Don, situé sur ce 
QQe ile très-haute qui se trouve fleuve , non loin d'une petite ri- 
^m le Dnéper, au-dessous de vière nommée Coboulka , qui en 
lemboucliure de la Sauiara. Elle sort et s'y rejette à quekfhe distan- 
^ 200 toises d''étendu>, et on y ce plus bas , et qui par conséquent 
b^uve beaucoup de serpens. Ija devroit plutôt se considérer corn- 
^igaiion du fleuve jusqu à cette me un )>ras du Don. 
^i ce qui faii plus de 800 wcr. , Çpji^AK ou Coudak/ (jTo^a^cô.) 
'Citpas embarrassée ; mais plus ci -devant pet. Ibrteresse et actuel- 
^V on rencontre i3 cataractes, lement bourg du gouv. d'Ecathé- 
<flr ane distance de 60 werstes. rinoslav , situé 'sur le bord occi- 
. tî«iAHiKiNE , [K^muHUHh.) pét. dental du Dnéper , au-dessous de 
ville do gottv. de Nijégorod , chel- reiubouchure de la Samara et au- 
lieu de district. Elle est située sous dessus de la i«'< cataracte, qui 



no COL COIi 

lui a donné son nom. Ce petit en- re. Les liabitans àe cette tS 

droit se trouve à 8 w. seulement font cependant un commerce coi 

d'Ecathérinoslav ; il fut Utt en sidérable de fourrures de toute e] 

1657 , par le maréchal de Pologne pèce et de poissons de mer qui 

Conctz-Polsky, pour empêcher salent et fument en quantiié 

les incursions des Cosaques sur les qu ils vendent ensuite à Arklia 

terres des Turcs, ce çuî indis- geL Tous les peuples qui vont à , 

posa cespremiers et occasionna leur pèche de la morue ou de la ba 

guerre avec la Pologne , à la suite leine , dans ces parages , ne peu 

de laquelle ils se soumirent en vent s'empèoher de venir reUche 

1654 à la Russie. Le Yoëvode rus- à Cola, ou an village de Panoia 

Le , jus 
n^otlra 

^« ^« .^^^. x.« .^„y , *ç y Mwai , poris ou 1 on puisse semeUre il 

Catherine 11 parut d £catherinos- l'abri d'un orage. Les habitansàc 

lav pour allrrauHievant de Joseph ce district font en général i 

11, qui voyageoit sous le nom de grand bénéfice en vendant de 

comte de Falkenstem , mais il la graisse de baleine et une quanliL 

prévint en venant à sa rencontre prodigieuse de morues sJées el 

dans cet endroit, non loin dOquel sécbées* 
se fit leur première entrevue. ^ ,— t % mi 

i^oissou, (Jïoîici/.) riv.dugouv. j^ ^_ j i ^ . i ^ i- j 
„ r»„^o JJi„: lo hL^ A^J^ ^a gouv. de Tver et chef-lieacl 



resdugouv. de Viatka., qui cou- ";*^'**» * ^J^ werws ac itc. 

lant du nord au midi, vont se réu- p^, trouve un fameux coufent, 

nir au Volga, dans le gouv. de fp^de parSl. Macare , dans lem^j 

Cazan ***^" "^ XVeme sielc ^ dans leqnel 

Cola , (Kojia,) fleuve du gouv. ^^'J. «>««erve ses reliques , qui y 

d'Arkhangel.llprendsasourccdans 5«*rent un concours prodigm 

un lac nommé Colozéro, et passant ^5„P^*T''!- Originairement celle 

près de la ville de son nom^il re- ""^^^^ "^ ^^'' 9" '*'* ^^^ ^PP"'^ 

çoil laTouIoma etensnitç va se ''*''*,? ^<»"^«"^- ^\l ^^^ 

jeter dans 1 océan glacial, actueUement îSîo habi Un* des 

Cola , rjTo^iaj ville et port de ^^°^ '^^f 5 } avantage de la sh 

mer dugouv.d'Arkhangel, située *'^*'î'*^'**' •^^^ ville sur «n 

sur la rive gauche du Cola , sous ^'■"''^ ^^"^""^ ' *^* ''^"^ P***^"* 

le 68^ 5a' 3o" de lat. sepU et lea^ *?"** cominerçans ou pilotes, aussi 

38' 1 5'' de long, suivant le méri- ▼^^enlnils dans 1 aisance. 

dieu de Pétersbourg. Elle est à Colinskoy RouDyiiu (jTo^kk' 

1021 wersles d'Arkhangel ; c*estla ^^^^ PVA^f^^*) mine de fer dans 

ville fa plus septentrionale de *® 6^^^-.. ^^ Vologda , district de 

l'empire de Russie, le peu d'ha- Oust - Sisolsk, Elle est si riche, 

bitans qui y vivent sont obligés de se Î^^^Ue rapporte sur loo ponds de 

pourvoir , pour tout ce qui est né- ^îi^^rai 45 ponds de métal. 

cessaire à leur subsistance, à àr- Col-ko-kro , (KoA-^KO-Kpo*) 

khangel ; leurs terres produisent à C'est . un lac immense de la prcs- 

pein^ quelques navets; ils sont qu'île du Camtchatka , qui se 

même oblii,'és d aller chercher à réunit par un canal très-lprge , aa 

9.00 w. et plus le poisson de riviè- fleuve de ce nom. On présume 



COL COL 



III 



I[n3 doit aroîr plus de 178 w. de vîèi^c de ce nom et snrle clieitiin 
clroDflffrence, puisque les Camtcha- de Poltava à Kharkof. On y comp- 
dilsfiepefiTent pasen faire le tour te 366o habîtans des deux sexes, 
anprîatenips^ traînés par de bons Colomenka , {KoJiojneHKa-) 
à^en moins de 2 jours. Ce lac pet. riy du goût, de Moscou , qui 
ab^e en veaux marins, que les aprc^s aroîr parcouru une partie 
\if!Uûs du pays , ainsi que les du district de Colomna , va se je- 
fs^iesde ces contrées, appellent ter près de cette ville dans la 
^'rpis , et à cause desquels ils ont Moskva. 

km diU, lac le nom de Kerpilchié CoLoMEVSKoi/KoAo^ieHCKO e.) 
00 lac des Nerpis. village considérable , tout près de 

C0LO6RIV, ^^KoXoipiieh.) v\lle Moscou , sur la Moskva ^ renom- 
<lQgoQ7. de Costroma , etcbef- mé pour ses bonnes cerises. Les 
licQ de district. Elle est bâtie dans Tzars y avoient un palais qu'ils 
'^oe plaine unie y sur la Ounja , liabitoient quelquefois en été. Ca- 
sons le 58° 47' ^^ ï**« *^P*- ^^ *6 therine II y en fit bâtir égalemettt 
^i' 3i' de long, orient, à 254 w. un en bois , où elle logea pendant 
2D nord de Çostroma. Cette ville quelques semaines. Ce palais est 
«^^t petite et pauvre , les babitans entièrement détruit. On a sup^ 
<;Qi sont an nombre de 400^ en y posé injustement que Pierre-lc-' 
comptant les deux sexes, font un Grand y est venu au monde; car on 
^commerce en bois qu^ils font sait pour certain , qu* il est né à 
i'^^tter sur leur rivière dans le Moscou^ dans le Palais du CrémL 
^fj'-ga 5 jusqu'au gouv. de Nijégo- Cdlomna , ( KoAojuHa- ) ville 
^^^ du gouv. de Moscou et cbef-lieu de 

^OLOKCH A p ( KoJiOKUia, ) riv, district. Elle est sur la rive droite 
i^i^ consideraxile du gouv« de de la Moskva et sur les deux bords 
jUimir. Elle a sa source dans le de la Colomenka , qui la traverse. 
'•'irictde lourief^ et traversant Colomna se trouve sous le 55^ de 
^^Qîte celui de \ladimir , elle va lat.sept. et le 56^jio' de long. orient., 
» joter dans la Cliazma , après à loowerstesde Moscou. Elle est 
s^^oir parcouru une distance de i35 entourée d'un mur de brique fort 
^H s'est donné sur ses bords deux baut , avec 14 tours, qui en font 
"^Uilles très-sanglantes , la pre- une forteresse ancienne ^ qui a dâi 
ïûièreen 1 1 13, entre le grand-duc être considérée comme très-forte 
-Istislav et le prince Olég qui y avant T usage du canon. On ne sait 
'"t raiacn , et plus tard entre le pas précisément quand elle a été 
^raod-duc Vsevolod III et les fondée ; mais on la trouve déjà ci- 
pnnoes de Rézan qu'il fit tous téedans Tbistoire en 1117, com- 
F'''M)nniers. On volt actuellement me une ville appartenante à la 
P^^s de l'endroit où s'est donné principauté de Rézan. EnijSoel- 
^tie bataille , un cbâteau gotbi- le avoit son prince , qui ctoit Gleb 
1** appartenant an Général Vsé- Sviatoslavilcb, et en laSj, lors de 
^^lojsky , dont la famille descend l'invasion de Batou - kban , elle 
^ ce grand * duc. 11 y a une fut saccagée et presqu entièrement 
j^trerÎT. de ce nom dans le gouv. détruite. La forteresse a été bâtie 
*'- laroslaw. par le grand - duc Yafisiley Ivano- 

CoLoMAK , ( KoJioAiaKd, ) riv. vitcb , ^n 1 53o , et pendant les 
°tt gouv. d'Ukraine, qui se jette guerres civiles des iaux Dimitri , 
dans la Vorskla , près de Poltava. le général polonois Lissovsky s'en 
CoLoMAK , ( KoJioJuaKh, ) gros empara , y détruisit deux églises , 
^urg situé sur les bords de la ri- et en emmena Févèque Joseph 



113 



COL 



prisonnier ; depuis ce temps il ne 
s'y est rien passé de remarquable. 
Calomna est actuellement une as- 
sez jolie pet, YÎlle , elle est très- 
bien bâtie* On y troure deux cou» 
Tens f dont un de religieuses , i8 
églises , un séminaire 5 800 habi- 
tans des deux sexes. Cette ville fait 
un commerce considérable de bes- 
tiaux: on y amène annuellement 
plus de 25,000 bœufs, dont la plus 
grande partie y est tué : on expor- 
te ensuite la viande salée à Moscou; 
mais plus encore à Pétersbourg , 
où elle est vendue en biver et de là 
vendue à V étranger. Le suif et le 
poisson sont aussi deux branches 
considérables de leur commerce. 
On y trouve des fabriques de toiles, 
de cuirs , d'étoiles de soie et de 
coton 5 des briqucries et tuileries 
considérables. 

COLPAKOVSKOY , (^RaJinaKOô-- 

CKOÙ») ( roudnik ), mme de cuivre 
du gouv. de Perm^ appartenante à 
la couronne. ' 

COLPINSKOY, (KoJinUHCHOÛ') 

zavod , usine de ièr dans le gouv. 
de \iadimir , à 7 wers. de distan- 
ce de la ville de Mourom. 

CoiVA. {Kojt6a>),C'e8t lapins 
grande et la plus septentrionale de 
toutes les rivières qui se jettent 
sur la rive gauche de la Cama. Elle 
parcourt presque partout des con- 
trées inhabitées et des montagnes 
et des forêts inaccessibles ; sa lar- 
geur et sa profondeur égalent celles 
ne la Viatka , ses bords sont pour 
laplapart de roche granitique, et 
elle prend sa source dans la chaîne 
du mont Riphé , à sa partie la plus 
septentrionale. Entourée de lacs , 
de marais profonds et de haute 
montagnes de pierres, à peine quel- 
ques chasseurs pénètrent-ils dans 
ce désert horrible. Non loin delà 
ville de Tcherdin, on trouve, dans 
les hantes montagnes qui sont sur 
le bord occidental de cette rivière , 
les deux plus belles et les plus vas- 
tes grottes que Ton coniioisse j^ la 



COL 

principale, qui se trouve presqn « 
sommet de la montagne, est ronde 
elle a 18 toises de diamètre et 1 
a rebines de hauteur; ses mnt 
sont tapissés de stalactites (ion 
plusieurs morceaux sont trampa 
rens et variés sons les formes k 
plus l)isarres , et les plus singuliè 
.l*es; ces gr4>ttefl ont des cooimoDi 
cations entre elles, par des galerie 
que la nature a pratiquées à tra- 
vers ce granit si dur : on trouri 
dans l'une un petit lac dont Yen 
est fraîche et très- potable , lair 
qu'on y respire est doux etinomî 
froid dans l'intérieur en liivei 
qu'il ne l'est debors. 

CoLYllA OU COVIMA, [Ko-IU 

jr/a.) grand fleuve du gouv. dir 
koutsk. Il prend sa sonree dans le 
hantes montagnes de la Sibérie 
qui bordent TOcéan oriental , c 
coulant de là k travers les district 
d'Okhotsk et dljiguensk, il par 
court i5oo w« avant de se jeter (tan 
la mer glaciale , où il arrive pa 
deux bras , recevant près de se 
embouchures les rivières d'Omo- 
loue et d'Anouï. 

COLYVAN , (KoJtbtâaHh.) pPl 

ville du gouv. de Tomsk , soiu \ 
54° 48' de lat. sept, et le 99° 3 
de long, orient. , sur la rive droi 
de la Berda et à 4107 w. de Moi 
cou. 

CoLYVANSK (ligne de) (Kox 
eancKaR ^uniji*) dans le gou 
de Tomsk. Cette ligne de délfn 
fut organisée en 1 745 poiu* déici 
dre les mines et usines de Col 
vansk des incursions des Zungo 
et des Tatares leurs sujets; mais 
le se trouve actuellement entiê 
ment dans les frontières de 1 F 
pire et n'est pas d'une gr«in 
utilité ; elle est composée de 
fortins^ sur une étendue de l^'yj 
depuis la forteresse de Oust-E 
menogorsk , jusqu'à la ville j 
Btfsk: ces fortifications sont d 
pebdantbien entretenues et to^ 



COL CON 



II 



n tHiti dans des endroits agré* les truvanx furent interrompos en 

ibtetet wantagenx. . *7^i jusqu'à ce qu'il revienne 

CoimtfSKor )' ou COLIVan o- du bois en asset grande quantité . 

\o>aKlvsKOY ZATOD , ( Ko^ pour pouToir les recommencer. 
t^mtoi $acoAi-\ mines dar- Comans , iKoJuaH^u.) peuple 

g«l elde ciiiTre , deconrerU-s en ,^^^^^ ^„ Bolgares , et qui habi- 

IT. pw M'.Demidof , qui en j^j^ anciennement en Russie. On 

««MçalexploiUtion en 1750. ^^l^ dans l'histoire, quen i225, 

£!«« trowent dans la chaîne da k Grand -Duc Vw^volod envoya 

«Il AlUT , dan» le gour.de ^ »„ j^„t^ ,„ golgarés, 

r«Bk,entrelIrHcbetlaBeUia, ^^ ^^^^^^èa les avoir dëfaiu , il» 

[«.«jelte dans lOby. Ce pro- ramenèrent quantité de prison- 

|n.;ii,re en tiroit le cuivre, doù nj^^ Bolgares, Tchërémiss, Mor- 

!.fp.ro.t secrètement 1 argent et d^„,^ et Comans, ces derniers 

«jdiB«ce temps les mmcs d ar- ,g nomment actuellement Tcbon- 

î»! et d or apparten6.ent excli*- ^^^^^ iy ^^^ article. ) 
•i«D«l à k couromie dans queU (^^^^^ / j^^ j ^t. consi- 

tt Ȉm\ et par quelque mdivi- j^^tle du gouv. de ToboUk qui se 

Il (pelle» fussent trouvées). 11 -^^ ^^^ llrtiche. 
«tnhipar un aUemand, nommé Coitdinie , (aToh^wk.;».) C'est 

«nStr , qui dénonce an gouver- 1. contrée où coule le fleuve Con- 

ttjMt U présence de 1 argent et ^. çUe ejt nommée dans lesti- 

fcrordaoice» mines, et envoya 4,^, des Empereurs de Russie. 
■tw ï Pétersbourg 27- livres _ ' , ^ ,„ 

f>r5«ipor , qu'il disoit avoir ex- , Coneveti , ( Koneteui. ) (lie 

»«iiki33 livre» de cuivre. On y ?«•) Elle se trouve dans le lac de 

«"««lorlechamplegénéral-ma- Ladoga, non loin de Kèxbolm, 

if'ihtt. avec ordre de faire les «* * 4 werstes seulementdes bords. 

"pmiiice. nécessaires sur toutes ^«*«« »f P*»' »▼««• » ' ^erstes de 

hmineiqms'T trouvent, et il circonterence , elle est couverte de 

•Monça effectivement en 1745 , *><»»• h '^V^ *="°'* remarquable 

^. .< ■mm «•'•« mil A V fp/klIVO Aa» ««••A ««.AStnA 



''orts^rée poudsqlWreseteo "^^"^^'^^^ ^^'rir en sacrifice __, 

^tnib d'argent, qui contenoit chevaux , pour prévenir, disoient- 

h« à 8 livrea d'or pur. A la fin "f > l^'»" troupeaux et leurs biens 

fc la même année. M'. Béyer de toutes sortes de malheurs: de 

[«Pporta de U deux ponds i3 eo- *^ ^ "?°^ «ï« Coni, donneà la 

l»»ûib d'or pur et 33 ponds 33 P^^^^® (^ "''î «ignifie chevaux 

S^f argent pur, après quoi , en Skvon) , et de Conëvetz à lîle, 

^ mines furent confisquées an Coff QVELlEffV e ,{KoHeeMeHh.) 

M de la couronne ; on y éta- pet. fleuve du gouv. d*Jrkoutsk , 

*^^ Dottvelles usines , et cet en- district d'Ijigninsk, qui se jette 

*^^^int le chef-lien de toutes dans la mer dTOkhotsk , à 5 w. du 

*^ tiiaes du mont Altay ^ jusqu à cap Coldéréntine. On trouve à 

^^Qoa eût détruit entièrement le son embouchure, ainsi que près 

f^ de bois qui se trouvoit dans du cap , des sources de pétrole* 

^fQTÎroas, et comme la situa* Conotop , (KoHomonh.) ville 

^^^ cet endroit, an cœnrdes du gouv. de Tchemigof, chef-lieu 

ttontagnes , ne permet en aucune de district, sur la £zontcha , el 

"ttnière d'en transporter de loin ^ sous le ^i^ 1' de lac sept, et le 

TOM. I, 14 



il 4 CON COP 

5 1° 1 2' de long, orient, à 1 43 wers- d'Ukraine > commencée sons I 

tes de Tchernigof. Celle ville est rogne de Tlmpératrice Anne, poi 

bâtie dans nn endroit bas et mare- protéger les frontières contre 1 

cageux ; elle est entourée de rem- incursions des Ta tares de Criinf 

parts de terre et d'un fossé pi y )1 y a trois grands marchés annu 

avoit autrefois des murs ei^ bri- dans cette petite ville, 
ques , dont on voit des restes. On Constantinopol , [KoKcma 

y trouve 6 églises et près de 3ooo munonoA^h*) colonie grecque^ (b 

habitans. dëe en 1770 à lembouchore de 

CoNOTÔP , ( KoHomonh. ) pet. Sonkbia-yaTovi dans legouT.d'Ec 

rlv. du mémcgouv. , qui semelle tbcrinosuiv , à 192 werstesdece 

dans le Seim, non loin de la ville te ville, il s'y trouve à-peo-pn 

de son nom. 200 familles* 

CoNSKii VODY», ( jrOKCKÎ^ 0O<- COPENKA , {KoneHKm^^^^ 

^i>»*) riv. du gouv. d'Ecatberino- allemande 9 dans le gon?. de Si 

slav , qui se jette dans le Dnepr , ratof, district de Caraicliiiu , R 

sur sa rive gauche. la Ilavlia, à 95 wer. de Ssratof. El 

CowsTANTiNOF, (Ko Hcmaumu^ est composée de 47 familles CaÉ 

HOôh.) Il y a deux pet. villes de liques. 

ce nom , qu'on distingue entre Coporxtza , (/To/iapu^a.) ]N| 

elles par le surnom de Staroy 9 on fleuve du gouv. de Pétersboai| 

vieux, et^ovoy^ nouveau. La pre- ^ui coulant du midi an nord; 

mière de ces villes se trouve dans lette dans le golfe de Finlande. ) 

le gouv. de Volinie , sur la Slout- nourg de Coporië , ci-deranl fil 

cha , et sous le 49^4^' ^^ lat. sept, de district, est situé sur ses })Qrl 
et le 46° 12' de long, orient. , à Copyl , (jTonMJiS.) pet. vilje< 

191 w. de Jitomir. L'autre est Lithuanie, dans le gouv. dç ^liiu 

dans le gouv. de Podolic , sur le district de Slontzk. £Ue pork 

Botig. L'une et l'autre n*ont rien anciennement le titre de Duché. 
de remarquable. Copyl , (Konb^Jib^) p€t« ^2 

Constant iNOGORSK, ( jToh- des Cosaques de la mer Koire,» 

cmaHmuHoêopcK?>') C'est une des la rive gauche du Coubsn. Eî 

forteresses qui forme la ligne du est entourée d'une clôture de pic 

. Caucase , au pied des montagnes res entièrement ruinée. Avant 

qu^on nomme Bcchtovia-gory, du conquête des Russes en 1736 i 

mot tatare Bek-chtokh, cinq mon- étoit la résidence du Séraskler 1 

tagnes , et sur la Pod-&ouraka. Kouban. 
t)ny trouve dos sources minera- ^ Copys , (Konwcb* ) Ville < 

léirde diflérentes espèces; celles eonv. de fiilonilef er chef-^Uend'i 

S '''d'eau chaude, en deçà des-frontiè- district. Elle est sous le54°i/t 

res à 4 werstes, et celles d'eau ai- lat. sept, et le 4^^ 54' ^^ ^^ 

gre , k 3o v^erstes au-delà y de Tan- orient., sur la rive droite < 

tre côté de la rivière ^ dans les Dnepr , à 5o w. de Mohilef, H 

montagnes mêmes. le nord. On y trouve4 égli&es Rf 

Constant iNOORAD 9 ( JTok- ses j 2 couvens et a églises dai 

cm aHmuuoepa4&«) ville du gouv. Bomainel une école juive. Oi 

de Poltava, et chef-lieu de district* compte 1600 habitans des dëos« 

Elle est sous le 4&°6$' de lat. sept. xes. Près de cette ville , en i;o| 

et le 55^1 3' de long, orient. Elle les Russes firent prisonnier 

se nommoit auparavant Bélefskaïa guerre le général Canifer avec w 

Crépost , ou forteresse ; elle com- son corps qu'il menoit au seco^ 

posoit avec cinq autres ^ la ligne de Charles XIL . 




COR COR ii5 

> 

CoiUy (Kopèa») pet. rîr. da par lear méchanceté et par la 

goQv. de Goslroma , qui se jette passion qu'ils ont pour le vol et 

dansbCostroma , et sur les bords le brigandage. Ils font paître de 

de la^lc on trouve le bourg de nombreux troupeaux de rennes 

Sû«iitbT, qai étoit auparavant et c'est là toute leur richesse; tel 

rtk^ district. Coriak en a jusqu'à 3 mille par- 

CoiL^NAÎA-FOUSTTN , (KopeH' tûgés eu difiërens troupeaux, son 
^ OD hermitage.' Actuellement aniqueplaisir est de les visiter sou. 
rW BU couvent dans le gouv. de vent et d*en augmenter le nom«- 
ùinïf k 27 werstes de la ville bre; ils pillent toutes le» fois qu ils 
rt sur k grand chemin qui en trouvent Foccasion, les Coriaks 
tèoeî OreL lia été fondé en sédentaires; ils sont excessive^ 
!>9o et il est devenu célèbre par ment jaloux de leurs femmes et 
me image miraculeuse de Ia,Ste» an point de les maltraiter quelque 
Henie; qni y attire quantité fois jusqu*à la mort,, rien que 
kpéleriiu, et particulièrement le pour s'être mises un peu plus pro* 
HT da neuvième Vendredi après prément que de coutume, sup* 
^oes. Les habitans des environs posant qu'une femme ne peut |a-« 
Bya&t cette grande afflnence de mais désirer de se parer , k moins 
■oode œ jour - là 9 en profî- d'avoir un amant* lies habi- 
tat en venant y vendre leurs tans des villages pensent dé ce 
Innés et particulièrement leurs côté-là tout-à-fait le contraire ; 
àrrioi; cela devint peu à peu car ils aiment à voir leurs fem- 
IK petite foire , qui finit par m'es bien mises et ils les oflrcnt 
^ uiedes plus considérables de volontiers aux étrangers qui vien- 
loput Depuis plus de 20Q ans, nent parmi eux. Ces peuples pâ- 
ti ij nisemble des marchands roissent être de la famille des 
^ tîntes les provinces de la Ru^ Tchouk - Tcbis, ainsi que les in- 
w et méiBe des étrangers ; sulaires qui vivent entre le Gam- 
^priicijMdcommercequis'y fait tchatka et T Amérique, et les A« 
M en chevaux. On j a bâti de- méricainsmémedebcAteoccideo. 
^ ce temps 3So boutiques, qui tale^ car leur langage se ressemble, 
^eai no droit à la couronne^ la moitié des mots étant les mêmes 
rduu lesquelles on vend des chezlesuns que chez, les autres. Les 
^lundiaes de tous les pays. Coriaks vivent comme les Cam« 
f-oiiAis, (KopuKu,) peuples tchadalls de chasse et de pèche; 
*i labitent dans le gouv. d ir- ik ne payent pas tous le tribut , 
^tsk. Ils se tiejinent tous de- car il est très-aitfictle aux Russes 
^ Okkotsk vers le colfe Peu* d'en faire un dénombrement, et 
*« juqaedans le nord du Cam- par conséquent une- répartition, 
i^tû, sDsoite depuis FOmo- juste,- diaprés leur genre de vie 
^^qai sort de laCopina,jus- errante, dans un pays surtout 
^i l'ooéaa oriental. Une moitié où il est impossible de les suivre, 
■ tti peuples mène nue vie et où il seroit dangereux de s'a- 
^^ et lautre demeure dans venturer mal acoompagné. Toute 
y ^pèces de villages qu'ils bâ- la contrée qu il# habitent est rem* 
l^t à Tinstar des Camtcha- plie de marais impraticables , de 
"^i aaïqnels Ils ressemblent tacs et den^ontagnes; elle estfort 
^QcoQp tant par lemr costume peu boisée. Ils sont d^une statu* 
^ pu leur genre de vie et sur- re moyenne , ont la tète et let 
W leuf nulpropreté. Les Co- cheveux et la barbe noircj et pres^ 
>U erraos diffèrent de ceux*ci que point de poils à cette partie 



/ 



ii6 COD COS 

du visage ; en général lit sont lat. sept, et le 57^ de lon^. oriej 

très-bornés et peu susceptibles sur la rire droite du Don et la g 

d'être éclairés. Les femmes se cbede la pet« rlv. de son n< 

tatouent le visage et sont près- File est à 80 w. de Voronéj. Co 

qde toutes aussi laides que leurs toïak a été fondée en 1642, sou 

maris, qui en prennent jusqu'à règne du Tzar Alexis Mikhailoril 

quatre: elles gardent leurs trou* pour défendre les frontières dé 

pcaui cbacune séparément , et côté^là contre les Tatares No^ 

sont très —soumises h leurs maris* et Criméens. Ou acompte act^ 

Ces peuples ont Tbabitude de lèment uû couvent , 4 églises 

brûler les morts. 4000 ^A^i^^ns des deni seies. 1 

CoROJiTCHNiA,(jropoJKat«A.) ^^^^ de toute cette contrée « 

pet. riv.dugouv. de Uroslav,et qui °.^« P^"» fertiles et produisent 

a sa source dans celui de Tver , * excellent froment, 
parcourt presqup tout le district de Corsholm, (^KopaeoJihMl']^ 

Mologa et va se jeter dans le Vol- «n^^roit de la Fmlande , silné p^ 

ga , vis - à - vis d£ la ville d'Oug- ^f ^^^- ?! y a^oîl ^uirefois 

litck. cbâteau-fort dans ce lieu. 

COKOP (,.p,„5.) pet. ville au .i£X^X" l. tà^^^^ 

goay. delchern.gof, sar k Co- de dUtricU Elle est bâtie sur la 

rop, qu. «e.,ette dansla Desna. ^^ j^j^^ duTolga, sons le I 

ïit „\TroT«'iV *^ ^\'* 45' delat. sept. et'leSyMo^ 

jept. e le ôo" 48 de long, or.ent. g, ^^. [^^ ^ ^„,. £ 

2r./»ilT" 7 *ê»'«!*- Cette pet, ^ ?aie n'est guère peuplée, 

comjtoit jasqa à i5/>oo faabitans je/ deux sexes^ 
des deux sexes. Cosaques. ( Kosanu. ) \h f 

(|ORost£k , ( Kopocmeuh. ) ment actuellement un peuple 

aucienne capitale des Drévliens ^ part ei> Russie, tant par leur iJ 

actuellement Iscoroche ouScorost, nière de vivre , leurs occupali 

dans le gonv. de Volinie , district et leur constitution guerricreJ 

d'Ovroutch, sur rOnclii. Cet en- par leur costume, leurs moeurs 

droit est très - remarquable dans quelques privilèges dont ils jow 

riiistoire de Russie* C'est là que sent. Tâchons de débrouiller 

Igor l«r, souverain de tpns les peu- ebaos de leur origine , celui 

pies Russes , fut tué et «nterré en leur nom, et décidons, s'il se pe 

945 ; son épouse , k fameuse Ol- si les Cosaqoes sont rëeUeio» 

ga,'lui Bt élever un monument qui une nation différente des Rus» 

a y voit encore, c'est une pyrami- et s'ils ont toujours porté le u 

de conique, ou monticule de ter- de Cosaques , ou bien si c'est 

re fort haute, et qui le parott en- branche de la fiimille nombr^ 

core davantage sur Tendrait plat des Slaves , à laquelle on a do 

et découvert où il se trouve; une oenora. Nous voyons dans Vbis 

pet, riv, coule auprès , et on lap- rc de Russie qu'un peupleSM 

pelle encore le tombeau d'Igor, qui hahitoit les mêmes o^niJ 

<>n sait comment Olga sut venger qu'occupent actuellement les \ 

la mort de son époux par la des- saques du Don , en v comprei 

truction de Corosten. presque toute la petite Russie 




/ 



COS COS 117 

<p'ell( alla fonder un nonrel ^tat , jonrs leur nombre, les forcèrent k 

i^ùest celui que nous connoissons se partager en plusieurs bordes y 

îctvllement sous le nom de Ser- et à se choisir des chefs, Les-prin* 

lie oa Servie. Un observateur ces slaves les prenoient souvent à 

julcieni rcftx>nnoiira facilement leur solde, pour se faire la guerre 

çsili sont encore parens de nos réciproquement , souvent aussi ils 

(<b9i]ae$ d'aujourd'hui , tant par s'engageoient à leur payer une cen- 

le&ri mœurs et leurs habitudes ^ taine somme , pour se racheter de 

fieparleurjangage , à quelques leurs brigandages. La coutume 

cUgemens près, qui ont dû in- qu avoient alors les Russes de don- 

<iai)iiableinent s'introduire chez ner des noms aux peuples 3ans 

h uns et chez les autres , leur langue^ d'après le genre de 

prie voisinage des peuples ^yec vie de ces peuples et les pays qu'ils 

KîqaeU ils vécurent, ainsi que babiloient, tit qu'ils nomme^nt 

P^r les différens maîtres qu ils ceux-ci Polovtzis, du nom de polé 

tarent; car les Cosaques après (plaine) pris des steps où ils er- 

mr long-temps guerroyé avec roient; ou bien Lovtzi (chasseurs}, 

lesPétchenégues leurs voisins, se ou de Polopiti , Lopil , Polonitij 

Tirent sonmis , avec toute la Rus- d'attraper , prendre ^ faire prisonr 

|>^ aoi Tatares , tandis que les nier^ Effectivement les Polovtzis 

Meas combattant tantôt les étant devenus un peuple entière* 

Hongrois, tantôt les Polonois ment guerrier» cherchèrent à faire 

t( les Allemands , se trouvèrent beaucoup de prisonniers, qu'ils 

coGa envahis et soumis par les employ oient, chez eux à la garde de 

^i^rcs. Ayant posé que ces deux leurs nombreux troupeaux et à 

pcQples sont de la même nation y Fagriculture ; car ils commen- 

<^^oe cette nation est la Slavone , coient déjà à se fixer dans les 

*')Toa8 comment et pourquoi on a iioui^s qu'ils nommoientStanitza j 

D^'ouDé les premiers Cosaques, ou campement , endroit de halte^ 

^ les temps les plus reculés, etc. Les Tatares nommoient cbez 

^Qcoap de peuples Slaves et Ta- eux Cayssaks ouCosaqu^ tous les 

^^€3 ont habité le midi de la Rus- vagabonds qui n'a voient pas de prOi» 

'i^^i ces peuples se fixèrent dans priétés etqui vivôient aux dépens 

°^ habitations qu" ils choisirent, y des autres, tantôt comme son- 

codèrent des villes et des villages, doyés pour la guerre, tantôt com- 

^^ se choisirent des princes ou me pillards; de ce nombre étoient 

fourernears ; parmi eux se trou- les jeunes gens de iamille qui alloient 

vreoi plusieurs individus qui ne vivre chez les khans ou petits prin- 

fonlant s astreindre à aucun gou- ces, et leur formoicnt une espèce 

^^roement réglé , ni s'assujétir à de garde. Arrivés en Russie, ib trou* 

^'^ à la même pLice , allèrent vè^cnt de la ressemblance entre le 

^*w les steps entre la mer Noire senre de vie de ceux-ci et les Po- 

^i U mer Caspienne • où ils er- lovtzis , auxquels ils donnèrent 

'^t d'an côté et a'un autre , pour cette raison le nom de Co- 

^^^ant de chasse et de pèche , et le saques, qui, vu la longue domjna* 

P«>3 souvent de brigandage; cette tion des Tatares sur ces peuples ^ 

OiiQière de YÎvre indépendante, et a fini par prévaloir et leur rester. 

'attrait surtout de pouvoir subsis- D'un autre côté les princes Russes 

^fr aux dépens des peuples. yoi4 qui n'avoient pas de troupes réglées 

^'°S qails pilloîent, attirèrent à leur solde, étoient obligés de 

Hnni eux beaucoup d'autres in- choisir ou de louer 'un certain 

'''Vidns , qui augmentant tous le$ nombre ><le jeunes gens pour leur 



ii8 



COS 



servir cle gardes , ex<fcater lears 
ordres et £iire le service de ooariers; 
cestroapes qui étoient, poar Toiw 
dinaire, prises parmi les gens sans 
propriétés et sans emploi , farent 
nommées d'après cela Cosaqaes. 
Les Baskaks ou gouverneurs que 
les Tatares envo^oient résider en 
Russie , avoient auprès d'eux des 
gardes d'honneur pris parmi les 

![ens de leur nation, mais qui étant à 
eur solde se nomm oient également 
Cosaques; ainsi voici déjà deux es- 
pèces des Cosaques. Les Polovtzis ^ 
ainsi nommés pat les Tarares^ d'à» 
près la ressemblance qu'ils leur 
tronvoient avec leurs vagabonds ou 
gens sans propriétés , et les trou* 
pes formées par des princes Russes 
et Tatares, pour leur servir de 
gardes et veiller à la sûreté de 
leurs frontières. Ils les habilloient 
comme les Cosaques Polovtzis, les 
.armoieut de même , vu la com- 
modité de leur costuihe comme 
troupes légères , et souvent |es . 
organisoient en régimens comme 
aux. Lorsque la domination des 
souverains Russes s'étendit davan- 
tage , on se trouva obligé de leur 
assigner des terres sur les frontiè- 
res qu'ils dévoient défendre , et à 
. leur yjformer des établissemens que 
Ton nomma également Stanitza ou 
Campement , d'après ceux des 
Polovtzis, que nous ne nommerons 
plus que Cosaques. Les différens 
établissemens de cette milice sur 
les frontières , sont l'origine de 
cette grande variété de Cosaques 
que l'on trouve en Russie, et dont 
nous parlerons séparément. Nous 
▼0}'ons également pourquoi on 
trouve souvent cité dans 1 histoire 
Russe et Polonoise , des Cosaques 
Tatares , des Cosaques Polonois , 
Lithuaniens, etc. Ce sont autant de 
Tagabonds soldés , costumés et en- 
régimentés en troupes légères. On 
trouve copendant dans Thistoire , 
un peuple vivant non loin du Don 
et du Caucase^ nommé Cozaqui ou 



COS 

Cozoquî, cité par Constantin Poi^ 
pbirogénèie, en parlant des laiudu 
gème siècle , de Administra Imp\ 
pag. f 1 3« On voit aussi dans iei 
Chroniques Russes , que le prince 
Mstislaw de Tmoutarakan , soa<j 
mit en 102 1 les Cosaques; Toicj 
donc un peuple Cosaque, dont 
quelques auteurs veulent (aire des^ 
cendre nos Cosaquesj mais ga ctoi^ 
ce peuple ? d'où venoit-il^ qaelle 
langue parloit - il ? oq l'ignore. 
On sait à peine dans quel endroit 
Tmoutarakan môme étoit siioéi 
Comment d'après cela, et vu la seu- 
le ressemblance des noms , poser 
comme fait historique nue conjec* 
ture à peine admissible; d'ailleurs 
ce peuple qu'on cite , ne pouToll* 
il pas également avoir eu le sur- 
nom de Cozagues Cayssaks oa Ta- 
gabonds, comme par ex: encore à 
cette heure les Kii^uiss Caysab^oa 
les Tatares au-delà de TOnralls 
qu'on nomme eqcore la horde Co- 
zaque , à cause des brigandages el 
des incursions qu'ils font sans ces- 
se chez leurs voisins. Parmi les Co- 
saques Tatares, les Chroniques Ras* 
M$ du temps d'Ivan Vassiliëvitcb , 
grand-père du Tzar de ce nom, ci- 
tent ceux deyla grande horde, nom-| 
mes à cause de cela Ordinskié CoH 
saqnis ou Cosaques de la hnrd<^ 
et les Cosaques d'Azof, d'aprè 
leur établissement dans cette tiI 
le ; ces derniers se rendirent ce 
lèbres sous leur chef, nommé A-j 
gt>us5-Tchérka&s, au point qu'ils CQ 
prirent le nom et depuis on le^ 
nommoit indifieremmept Cosai 
ques ou Tcherkass ; enfin les Rusj 
ses que ces Cosaques Tatares d'Azol 
étoient dans le cas de combattre 
souvent, finirent par se melei 
avec eux , tantôt en épousao 
leurs filles, quils emmcnoienj 
chez eux en captivité, tantôt en 
recevant parmi eux des Tatares 
prisonniers qui vouloient se fai»^ 
chrétiens I de manière qu'il* û"^ 
nirent par s'éteindre entièremeat 



COS COS xig 

ei Van lerrffr se roîent occupées do moment quelles sortent de 

Mtvilement par nos Cosaques, leurs terres, chaque boname est 

({«oppendant portent encore sur arme d'une lance, d'un sabre, 

kv jihTsionomie, ainsi que dans d'une carabine et d'une paire de 

hn moenrs , quelques traits de pistolets : ce sont les meilleures 

tt peuple dont le sang s'est mé- troupes légères de la Russie , tant 

i^iTec le leur; de là aussi le pour aller à la découverte de Ton- 

Kfflde Tcberkask donné à leur nemi que pour les avant-gardes, 

Pttiblisiement principal sur le Don, où elles ne se laissent jamais sur* 

«epltti'de Tcberkassi que les prendre; elles sont infatigables, 

Conques dXkraineont quelque- et soutenues des troupes régu- 

fcîs porté. C'est donc là 1 ori- lières , elles attaquent avec fureur 

fine de la première brancbe des et courage, mais seules elles sont 

Ctwquff , qui est celle des Co- moins hardies. Ordinairement les 

«quel da Don , desquels sont Cosaques n ont pas de canons 

proTenns dans la suite ceux du avec eux , ils sont terribles à l'en- 

Volga , da Térék , les Grébens- nemi quand une fois il est en 

lia, la Sejmelis, ceux de Mos* .déroule; car ils le poursuivent 

W, d'Ourall et ceux de Sibérie, sans relâche , ne lui laissant de 

LA SPCnnAn ^■*<>iiche CSt Celle "^^^ **«*nfs n> 1a C^».. ^l 1.^ ^..!a t* «. 

aine, qui a do 
— — «vt auLA ^^osaques Zapoiu- *vf ««*« jusqu a ceiui ae ao; lis 
ptt« , Tcbemomors ou de la mer marchent chacun à leur tour f 
^oire, et aux régimens Slobo- quand on les requiert; mais ils 
«itts Ensuite Tiennent les Cosa- peuvent se faire remplacer s'ils 
J« de Tchou-gou-ief et ceux le veulent , en louant et équipant 
<>9fioag, qui n'appartiennent ni un Cosaque de bonne volonté. 
* » première , ni à seconde fe- Leurs troupes sont divisées en ré- 
aille des Cosaques. Nous allons gimens composés chacun de 5oo à 
mm la description de toutes 700 hommes commandés par un 
Jttbraaches en commençant dV Colonel et plusienrs centeniers, 
»M j>ar la brancbe mère de la Ils ont trois v étendars , que 
pmiereiamille, et ainsi de suite la Chancellerie leur donne aa 
Mn'anx Cosaques d'Ukraine moment d'entrer en campagne. 
«« ITiistoire appartient à celle Avant 1770 les Cosaques n'avoient 
«w petite Russie. aucun rang dans Tarmée, sou- 
tosAQUES DU Don. (KosaKu vent un colonel on sUrchine 



^pn» entre les gouv ; d'Eca^ un simple enseigne de larmée ; 

^ï«i!nB08lav, Voronéj , Saratof, mais actuellement ils comptent 

^«8c. La capitale de leur pays d'ancienneté avec toute l'armée , 

^Icherkask. Leur population ont leurs officiers , leurs colonels 

f*»t monter à îi33,836 mâles, et leurs généraux comme le reste 

^«i ottrnissent en temps de guerre des troupes russes , et souvent on 

Moo combaltans , tous armés a vu des généraux Cosaques com- 

«i^ere, montés sur de bons mander à des corps d'armée té- 

J»f^aax et à leur propre frais, gulière très - considérables. Les 

^troupes ne reçoivent leurs Cosaques ont un costume mixte 

JTomiemcnscl munitions, que qui tient de celui des Tcherkcsses 



120 COS ' cos 

et de celui des Polonoîs; ils por^ liaras très-nombreux et dotit 1 

tent un bonnet fort haut, des réputation est très^grande poJ 

panUlons larges, à-peu-près com- le serrioe de la cavalerie légère 

me ceux des Tttrcs et le sabre au en ce qu'ils sont fort agiles^ n 

côté en temps de paix comme en et infatigables, 
temps de guerre; ils coupent leurs 

cheveux en rond, et leur donnent Cosaques du Voioa. (jTojàK 

quelquefois la forme d'une ca- Bajucnie, | Comme on €nToyo| 

lotte. Les Cosaques sont rëgîs c^^aquc année des Cosaques du i;o| 

par un Voïskovoy Atlaman, ou faire le service des frontlèrw du cô| 

chef des troupes , choisi parmi J^ ^.^ ^ olga, et les défendre contrl 

eux par TÊmpereur et qui a ^® incursions des Tatares etaud 

rang de Lieutenant - Général et pp«ple«errans; ils trouvèrent lor 

souvent de Général en chef j il ^^^ ^ ^^^e obligés de retourne 

préside à une chancellerie compci* cpaque hiver chez eux , et so de 

8éedetr6isdépartemens,celuiaela cidèrent à s'établir en nombr 

guerre , du civil et des finances; '^^^ considérable sur le Volga 

car ils prélèvent parmi etix un F"'' ^'" P*"» ^ ?^^^^ ^*e **"^ 

petit impôt, qu'ils fixent eux- }^. *^^^^ V^'^^ exigeoit deu 

mêmes , poUr les besoins de leur Bieniôt un plus grand nomW 

gouvernement. L'attaman a sous ^'"* *® jomdre à eux et ils fin 

lui deux conseillers ayant ordl- ^^^ P*»"* peupler les villes dcbà 

nairement rang de généraux-ma- ™^''* > Saratof et d'autres de d 

lOrs , et quatre assesseurs ou «outrées ; alors k çlupart d'end 

colonels. Tous ces dignitaires sont V\^ changèrent d'étot pour ^ 

élus par tous les Cosaques en- toi«« cultivateurs, commerçanso 

semble et changent tous les trois l^o^rgcois de ces viUes. Il ne 

ans. Les terres des Cosaques du resU qu une petite partie qui con 

Don sont partagées en 7 districts }^J^^^ * «« '^€»r comme Cosaquei 

et ceux-là en 119 bourgs ou Sta- ^"^,'* «^ ^7^4 "^^ ^ séparcm 

jiitsis. Leurs maisons sont ordl- entièrement de ceux du Don 

nairemenl bâties en bois comme «lurent leur propre VoiskoTO 

celles des paysans russes, excepté A^^man et formèrent deux n 

qu en général elles sont plus gran- g>mens qui se nomment Doubo 

des et plus propres. Leurs fem- «^fJ «* Astraklianskoy 5 le« e 

mes portent toutes des ifantalons hlissemens du premier sont le N 

d'étoffes de coton ou de soie: du Volga , près de la viUe de Do 

celles de leurs chefs ou généraux ^'^''^^î*. , «' ?""• 1^« deux mes 

commencent déjà è adopter Vha- ^^ ':'^»ere ^e ce nom. Ils 

LîUement des européennes ; mais «»"JO««;« mille hommes en activi 
les femmes du commuai ont cou- * ^f «?«^»e^ «** pourroienten foui 

serve leur costume : elles por- ûir jusqju a trois miUe. Lear §e 

tent beaucoup de coraux , de *•« ^^ ^'^ > leurs coutumes , h'i 

perlçs et souvent des moanoies 5™«« «^ »««« gouvernemens « 

5 or et d'argent sur leur coL Les diffèrent en rien de celui des Ce 

Cosaques du Don font un com- ^fV'^ du Don. En 1776 «Vi! 

loeroe considérable de poisson , de *'«-f nue colonie considérable 

caviar , de colle de poisson , q^ on a divisée en 6 stanitzis o 

qu'ils exportent dans l'intérieur ^^"^V ^î"; '^* placer enej 

deTEmpire. Ils vendent égale- Mosdok et Ridar , et ce sont ccd 

ment beaucoup de laine et sur- qnon nomme actuellement Los^ 

tout des chevaux dont ils ont des ï^es de MosdoL 



COS COS t2t 

CouOVES D% uo^totj (Xô» liottiAeGfâ>èn8kîâ,de1a<}rétede9 

toiaMoe^ot^ie.^ Yojez la fin montagnes aui* lesquelles îlss'é- 

lelirticle précédant. toîent retirés^ ôréden, gorsy^otk" 

COS1901S ou TÉaxK ^ (Kûéàm lanr dii^ crête de montagne en 
ufjpeKCKie*} Ce sontdesCosa- russe. Ensuite, sons le règne de 
q« a Don qnî ont snîrî Pierre-» Pierre-lé^Grand ib 'revinrent sur 
Haaà dans ses campagnes dé le Tërek ^ ou ils occupent jusqu'à 
PntyftqailétabUf àsonretoui^ présent 5 bonfgs On stanitz j ils 
nrii mer Caspienne, à Terki et ont leur propre gonv. comme les 
nrkSoslsc ; mais riinpëratrioê auti^ Cosaques ; ils peuvent four- 
iflae kl fit passer suivies bords nir jasqu'à i5oo hommes et sont 
^ Terki inllérienr ^ où ils sont réputés les plus braves et les plus 
Mtoellmeiit Ces Cosaqnes for-^ guerriers des Cosaques^ aussi les 
ant trois régtmens et se gonver<* montagnards les craignent et les 
Kit eni-mèmes comme cens dn respectent^ Ils cultivent beaucoup 
I^ ; ils sont toujours en activité la vigiie et vendent du tin k Rialar 
it ternot et commandés par les et à Astrakhan* 
pwnm Rosses qui se trouvent à CosaQUEs Setueks , ( Kosoku 
îid&retsQT la ligne dn Caucase^ CejUeHu,bèi) Ceux-là Ibnt partie 
CosiQ0ss GHBBiirsKlA 9 ( Ko-à des Cosaques dn Térek ; ils habi- 
te» Tpe^eKcicie.) Cenx-là quoi-* tent trois bourgs ou Stanitz 5 sur 
1« originaires dn Don n'en sont la rive gauche du Térek. 
Hortuit paf Une colonie , mais CosaQUES D'OuRALLis , (Koéa^ 
M émigrés et voici à quelle od- Hii UpoAèCKie* ) C'est la plus 
^:oassit que sons lerègntf nombreuse colonie des Cosaques 
^iTarlTaa Vassîliévitch ^ des du Don) ils habitent dans la par- 
^11'^ daDon, commandés par tie méridionale dngouv. d'Oren- 
«^eâef, leÛLmeni. larmak Th»- bourgs sur TOnralL Ces Cosaques^ 
■loinritch ^ commirent des bri-^ ainsi que le ileuve sur lequel ils 
^■t'^fs réitérés le long dn Vol- sont établis , se nommoient an^ 
^ . et qiie pour les pnnir on en<* ciennement Faïks^ par cdnséqiien t 
^deitroiipesqni les ayant dis** Cosaqnes duTaiks; mais depuis 
^rtés obligèrent larmak de fuir la révolté du fameuxbrigand Pou* 



Cosaques séparée et conpée reat dans leur devoir présentèrent 

"> corps principal s'enfuit avec une supplique à l'Impératrice Ca- 

^cW nommé André > passa la therine 11 9 la priant de changer 

Jl^Caspienne et vint s'emparer leur nom ^ ne voulant plus porter 

f<olbrt abandonné où elle sVta- celui sons lequel leurs camarades 

•ileti 



r^i^uAia len cnasser j mais en nom au neuve luc cnange en i jj) 

*S les troupes russes , eont- et il fut nommé Onrall et les Co- 

^|^*psrIeTovévode6outonr<- saqnes alors prirent , le leur da 

r^t obugèrent ces bandits d'à- fleuve sur lequel ils habitent. Oà 

r'^iter ce fort^ ainsi que celui compte parmi eui 3o»ooo habitons 

^ Coïssou et de fuir dans les des denx sexes ; ils fournissent 

l^l^Snte da Caucase. C'est alor» dix régimens de &00 hommes cha» 

YP^remment « qu ili reçurent le cun , qui sont répartis sur les 

I ToM. L x5 



r^a 



cGs^ cas 



irontlère* des Eirguîss k long de pays jusqa à TOcéan oriental, 
laligne de défense qui est fomëe pénétrèrent même dans la Dan 
de ce c6té-U. Ces Cosaques sont rie ; cette conquête fut ache 
presque tous pécheurs et font un au milieu du ijème siècle, 
très-grand commerce de poissons , conquérans du nord de \ Asie 
leurs fleuves étant extrêmement les ancêtres des Cosaques aci 
poissonneux. de Sibérie , la pltis grande pa 

s'est établie dans les vilk» et ri 

Cosaques d Astrakhan , (Ko « gesquHls fondèrent dans «par 

saKu AcmpaJcaHCKie.] Ce sont abandonnant leur genre deviê 

les mêmes dont nous avons parle ^'adonnèrent à TagricaUttre et 

h l'article Cosaques du Volga j ils commerce. Ceux qui sont restés 

habitent entre Tzantzin et Astra-^ «aqucs, sont r^rtis dans Icsdi 

Jehan : ils entretiennent les postes ^^ contrés de la Sibérie , à 

sur cette route dans ce dernier gou- ^^ proportion suivante: W 

vernement. Leurs bourgs , ;jinsi '^^ ^^ Tobolsk près Je 6i 

que ceux de tous les Cosaques de hommes: dans celui de TomslM 

U ligne du Caucase , sont enlou- tommes, et dans celui d'Irko4 

rés d'un rempart de terre. jusqu'à 7000 hommes; iU fonil 

Cosaques de Sibéeie, {Koso^ service sur toute la ligne de Sibé 

Ku CuôupcKie*) Ce sont les véri?- rie, et ceux qui y sont répartis, l 

tables conquérans de la Sibérie et diffèrent en rien des Cosa((i 

les fondateurs des villes russes du Don dans leurs manières î 

dans cette immense étendue de s'armer, de combattre, de sliaki 

pays. Un cbef des Cosaques du 1er et de vivre; ils demeora 

Don , nommé larmak , ou larmo- dans des stanitsis où bourgs , 01 

lay , après avoir commis des bri- leurs Attamans , etc. Mais cet 

Îandages sur le Volga et avoir été qui sont répartis dans les viUcs 1 
attu par les troupes que le Tzar forment plus de régiment; iUsoi 
avoit envoyées pour les réprimer par petites troupes ' subordouafc 
en 15^7, se rétira avec moins de aux commandans des villes*, ( 
^000 hommes^ au-delà de la Cama les emploie pour le*service des po 
et jusquen Permie; là il remonta la tes , pour des convois de carat. 
Tchousavia vers sa source et pé* nés ou de voyageurs, et ils m 
nétra avec sa troupe à travers les d'une très-grande utilité dans 
monts Ouralls jusqu'au Tobol , pays. 

Irtich et mémeTOby; il vainquit Cosaques d'UKRAtKE ou M 
et soumit dans sa marche les lorossiens , ( JTojaKu ^Kpmi 
Ostiaks , les Yogoulitch et beau- cKie^J (de Russie mineure). P< 
coup de Tatares; mais voyant qu^a- dant les guerres civiles de la Ri 
vec si peu de monde il ne pour- sie et la domination des Tata 
Tolt pas se maintenir dans la con- sur ce pays, la Pologne profita 

S[uéte d'unjpays aussi vaste, il Tof- ces troubles pour tomber a 
rit à la Ru^ie en 1 58 1 , qui pour avantage sur la Russie rouge, q« 
cela nop - seulement lui accorda le conquit en i34o , et c'est t' 
son pardon , mais encore le combla semblablèment à cette époqneq 
d'honneurs. A la mort de ce cou- faut rapporter Torigine desC< 
quérant, arrivée en l584 9 on%on- ques d Ukraine. Fuyant uneda 
tinua la guerre dans ce pays ^ en nation étrangère , plusieurs d 
, y envoyant de nouveaux Cosaques tre eux aba pdonn^rent leurs fo; 
pris sur le Don, qui de victoires pour chercher un asyle daiu 
eu: victoires, soumirent tout oe basses contrées du Dneprjl 



COS fcOS «aS 

tàk sans cesse parles Polonais , Poloilats se glissère&it dans la pro^ 
ksliihoaaieiu el les Tatares, yoi- Tioce de Ktow et y acquirent des 
l'utt di p^jn qu'ils aYoient choisi fonds de terre ^ ayant ensoite pai^ 
pov lear retraite ^ ib se virent tagé entre eux les principales dt«^ 
dttflï néoeMÎtê de combattre gnités , ils n'admirent pins aucune 
M» reiiclie avep eux pour leur égalité entr'eux et les Russes , ne 
jl#B$ej c*est là oe qui établie na^ les regardant plus que comme 
tnellemeat cfaça 0ux eette cous- leurs sujets ; cette conduite dégoù* 
ià'Mn miliuife qu'ils, ne con^ ta ces peuples de leurs nouveaux 
mm'vcai pas aiipar^vfint. D'après maîtres , et il est natnrel de croire 
«(jae nom avançons relativement que la plupart d'entr'eux cherché^ 
à en Cosaques ^ d'abord sur leur reut à s'en dégager par l'abandon 
logage , qui pour l'expression de leurs foyers , et qu'ils effectuée 
tie&t à b vërité beaucoup du po** rent cette résolution en s'associant 
Wis , mais qui au fond est le à ceux de leurs compatriotes qui 
■émeque le langage rpsse ^ en- leur enavoit déjà donné l'exem*- 
ffiie SOT leur religion , car ils pie. C'est à-cette époque aussi 
pui iennement attachés ^u rit me Ton doit rapporter l'origine 
pec riuse , il £aat en induire que au nom de Russie mineure ou po^ 
os Cosaqaes sont Russes et nou3 tite Russie ^ qui servit à distinguer 
se pouvons mieux fixer Icqir énût- cette contrée d'avec le grand Empi- 
(raiionqu'au teqips où les Lithua- re de Russie )• car cette distinction 
^s et les Polonais s'emparer .n'exista point aussi long-temps 
lot de leur ancienne patrie» Nou9 4{ue ces aeux parties furent réo»- 
Y4V0QS qu'ils ne Tavoient pasaban- nies , ou qu'elles subirent ensem-*> 
^uée étant sous la dominatiop blc le joug des Tataves* IfiB Cosa^ 
k laUres qui leur laissoieat des quea d'Ukraine s'étendirent peu à 
I^nacts de leur nation, au lieu que peu jusqu'au Boug et au Dnestr ^ 
Miaioeassez commune entre peu- et occupèrent tout le pays qui est 
,lh Toisins , et fortement enraci-- entre ces deux fleuves et le Dnepr* 
^eatreieshabitans de liiow et Us bâtirent des villes (!t des vilW 
nn Dsarpateurs, les aora empé* ges, dans lesquels- ils passoient 
tiiédese plier au joug de ces der- .les hivers avec leurs familles. Pen* 
^n, U est probable que la deu- d^nt 1 été la jeunesse capable de 
^me déyastation de ILiow 9 fai^ porter les arines , se répandoit sur 
pries Talares eu i40 a beaucoup les {routières et barceloit lesTurcs 
^t^menté le nombre des fuyards, et fes Taures | avec lesquels ils 
O'i doit attribuer le m(ème effet à étqient oontinnellement en guerre^ 
JIac rporatlon 4^ cette princi- à l'instar des chevaliers de Malthe^ 

£Q(é au royaume de Pologne, et contre lesquels ils servoient 
,^ en i^j i par le Roi Casimir* pour ainsi dire de remplir tau roy- 
poriaciliter l'ordre -^t la bonne aume de Pologne et au grand-dncné 
l^ioistration dans ces nouveaux de Lithuanie* Ces Casaques n'ë^ 
i^|< } il les partagea en districts , toient point d'abord distincts dos 

t^Ublit des Palatins y des Castel- Cpsaques Saporogues, dont ils pop* 
^}des Starostes et d'autres otfi- toient le i|om , parce qu'ils. liabi- 
^^ I tous de nation Russe , qui toient tous fiu-delà des Cataractei* 
^ient de pair avec les nobles.de (^Porogi , Cataracte , Sa ou Za , 
^^^oe. Mon content d'avoir éta- veut dire au*-de-là ^ ainsi ZapO" 
iii cette forme, ilen fit une loi pour rogues , veut dire au de-là des Ca* 
|^< SQccf^aears , mais elle eut tarac tes),* Le Roi Sigismond ayant 
^^eQt6tde$ infracleurs : plusieurs .accordé à ces peuples ua terrain 



i!j6 COS COS 

la Knssîe ninenra .«e! trouva tiwp manicatton de§ deux mers; c 
rcMorrëe pour les otmlpair toates, ainsi qu'il patiit ceux qui smrw 
de là vint que plusieura de 'Oes fa<* le parti du tratire Maieppa. U 
milles Cosaques se retirèrent enco-» dernier hetmann Ivan Scouropi 
re plus vers le levant , dans le voi- skj , qui avoit reoiplacé Mazepi 
sinage de la ytlle de Belgorod. On étant mort en 172a , cette pL 
lenr conserva leur ancienne oons«> demeura vacante jnsqa en j; 
titntion et lenr liberté , et on les qu'elle fut cèhférée à Daniel A] 
envoya vers les Steps qui lenr of-^ s toi ; on la supprima après son < 
Droîent quantité d'avantages naituii- ces et l'Ukraine fut régie par 
rels. Ce fut l'origine des cinq ré<- conseil composé de sii personni 
gimens Slobodiens , ou Cosaques dont trois Russes et trois Co) 
Mobodtens , connus sons le nom ques 9 avec égalité de rang et « 
d*Akbtirka , de Soumi , de Khar^ aucun droit de préséance. En! 
iLof ,d'lsumet deRibna on d*Os- on rétablit en 1760 , la charge 
trogojsk. Ce nouvel établissement betmann en faveur du Comte 1 
«efiten i65a ^-mais ces Cosaques rile Aaioumofsk}'. Les Cosaqi 
f trouvèrent uùe si grande étendue Tayaut élu, l'impératrice Elii 
:4le terrain à cultiver , qailsen li«- beth le reconnut publiquem 
xvnt part à leurs anciens compa*- pour tel, et le confirma dansc^ 
4riotes qui vinrent les joindre en dignité le, 12 avrils ce qai| 
1669. Des ce moment les Cosaques rendu publie par un oukase do j 
Testèrent attachés à TEmpire de nat, le 12 juin v« st. Les ^ 
•Russie 9 malgré plusieurs guerres manns possédoient desdomai 
qu'il j ent relativement à eux avec 4X>nsidérables , ils^ jouissoient 
làvl^ologne ; malgré la désertion devant des péages de IXIrail 
de quelques-uns de leurs het- en place desquels on a accorde 
manns , qui combattirent quelque- betmann Razoumofisky , nue s( 
fois pour les Polonois ; malgré un me annuelle de ÔO9O00 Roubl 
cbisme qui établît dans lenrgouv. oui ue fut peut-être queleqt 
•deux betmanns , dont Tun sur le an produit des péages ci-def 
bord oriental du Dnepr^ resta atta* mentionnés. L'Impératrioe < 
ché j^ la Russie , et Tautre , sur therine 11 supprima de noai 
lebordoccidentalreoonoutdcnou. la charge de hetmann, en 17; 
▼eau la suseraineté de la Pologne, et préposa ui» collège de régeni 
Enfin leur hetmanMaseppa, ayant la petite Russie , dont le chef | 
«n 1^08 abandonné le parti delà un gouverneur-général* Celte { 
Russie, pour embrasser celui de me Princesse a par uo oukas^ 
la Suède, l'Empereur Pierre-lo- 28 octobre 177 5 , réuni le goi^ 
<7rand résolut de les traiter de nement de Kiow h celui de la| 
manière qu'ils fussent dans la iite Russie. Le pays de ces C 
suite hors d'état de se livrer à au- ques est communément apf 
cunè. rébellion ; il distribua pour Ukraine , noni qui signifie pro 
4)et effet, pendant plusieurs anuées ment un pays limitrophe; ii 
de suite , ses armées en quartier moit en eÔ'et la séparation 
d'hiver dans le cœur de rukraine, la Russie , de ]la pologne ; 
mit des commandans Russes dans la petite Tatarie et de b 1 
la plupart de leurs places 4 et or- quie. Ce pays consiste en 
donna qn il fût envoyé chaque an- plaine d'une fertilité iucomp 
née ioyCKM> Cosaques sur les bords ble, et entrecoupée d'une gr^ 
duEiodoga, où ils furent employés quantité des plus belles rivi 
h creuser le fameux canal de coii^ et des furets les plus agréab 



COS COS ia5 

VtMsit dans la petite Rnstie dut ëtolenl. isf lu^ ; il proposa donc de 

prétns de TEgltse Romaine ; on se «onmettre au Tfiar de Russie qui 

éublitan éréque decette religion à avoit déjà des droits incontestables 

KioT) résidence du métropolitain sur la petite Russie , cette pn)Tin-* 

Bb«; on j construisit des égli- ce ayant été arrachée de force à ses 

wrtdes consens du rit Romain ; prédécesseurs , par les Grands» 

«jajoata des écoles de la même Ducs de Lithuanie^ et retenue 

^'oa,* toutes ces nouveautés ne jusqu'alors par lés Polonois. Ce 

dirent à autre chose en appa- projet fut exécuté à PéréaslavL le 

miœ, qa à la propagation de la le 6 janvier 16^4 ; tontes les viUet 

î'ii^m Romaine. On traraiUa et les kabitans de la rire orientale 

fwcei el&t à la réunion des égli- du Dnepr , ainsi que la capitale de 

^ Kttsse et Romaine , et on per- la province de Kiovie , suivirent 

luda à ane partie du clergé de la bientôt Texemple des Cosaques* 

peiiie Russie, dans le concile qui Kbmelnitsky avoit dès i65o , et 

ie tÎQt en 1595 à brest Litofskoy , pendant la guerre , porté les forces 

(iernioocer à l'obéissance du Pa- militaires des Cosaques jusquà 

triar^he de Constantinople , pour 4o9<^<'^ hommes eilcctifs , et étoit 

KCoQiiohre la suprématie du Pa- on état de tenir la campagne ; il 

pe* loates ces entreprises révol- les avoit partagé en quinze corps | 

tcrentles Cosaques. Eux de leur qui la plupart avoient leur de^ 

côié te Tojoient dans Tobligation meure sur la rive occidentale du 

<^ioatenir jusqu'à Textrèmitéla Dnepr et porto ient le nom de leur 

pueté de la religion grecque et les ville, savoir: de Tchigirinn , 

prorogatives de leur pays ; de là Tcherkaséi , ILanef, Corstin , Ou- 

^ une guerre de longue du* man , Bratzlaw etc. Ce nombre 

^Qtre les Cosaques et les Polo- ne lui suiBsant pas , il le porta à 

^^) elle continua pendant trois 60,000 hommes , dont il forma di]^ 

f^aes coasécntifs avec une fortu- divisions , à qui on assigna des de^ 

^ très-variée} mais les choses meures sur la rive orientale du 

^haogèrent enfin de face , par la Dnepr , et que Ton désigna par 

prodence et le courage de Bogdan les noms des villes principales de 

^hnelnitskj, que les Cosaques leur pajflu Telle a été la consti- 

^^oient éla pour hetmann. Ce gé» tution des Cosaques depuis près 

ofral s'ëtoit aperçu que les cou- de deux siècles ; les villes de KioW| 

ditiou avantageuses que les Polo- Tchernigow , Surodoub, Néjine, 

sois Ini accordoient de temps en Péréaslavl , Prilouki , Loubni , 

^-"ips, quand ils étoient dans la Gaditchi, Mirgorod, et Poltava , 

^^sse y et qu'ils venoiént de re- sont les chefs-lieux des principaux 

floareiler en 1642 ^ parle traité de corps; mais Batourine devint h 

^rof, n'avoient point pour base résidence du hetmann j comme 

^^ sincérité et cette bonne foi , Gloukhow fut choisi pour être le 

?i doivent servir de fondement à siège du gouv. du pays. Tandis 

^vt traité ; et il avoit remarqué que la guerre des Cosaques avec 

^jUlesenfreignoient chaque fois les Polonois du roi t encore , nom- 

"iuiis se croyoiènt en état de rom- bre de ûimîUes abandonnoientsans 

F^ de nouveau avec les Cosaques, cesse la rive occidentale du Dnep^, 

il conçut delà, qu'il ne pour roi t pour aller s'établir sur la rive 

travailler plus solidement à sa' su- opposée de ce fleuve. £lles espé- 

l'été et à celle de ses compatriotes , roient par cette émigration , trou- 

^l^^a se rénnissant à la nation ver plus de sûreté ; mais à la fin , 

^ où les ancêtres des Cosaques l'enceinte des anciennes limités de 



tdS cos cos 

ma sous le nom cle Cosaques ûdè^ aefoientliidiibitablement accordé 

les de U mer Noire } ils se dîstin- efTectÎTement , on les ëubUt 

gèrent beaucoup au siëge d'Ot«* long da Boog , où ils formère; 

chakolT) et rendirent surtout de un cordon de surveillance, ju$qa 

grands serrices à la prise de Bërë- l'époque de la seconde guerre aT< 

san. Après la guerre , on les éta- les Turcs ; alors le Prinœ Poien 

blit dans Vïle de Tamaù, on ils tî- km crut dcTOÎr les transporter c 

Tenta^eclea mêmes droits et pri- ty%j k 200 verstes de là dai 

yîléges que ceux qui sont accordés l'intérieur de TEmpire , jusqu'à 

aux Cosaques du Don. Leur cbef moment oik les armées russes t 

se nomme Cochéroj Atiaman , il rapprocberoient des frontière! 

réside k Ecatbérinodar, forteresse On en forma Tannée saÎTante n 

Ïu'ils ont bâtie en 1791 ^ lors de régiment de 1 5oo bommes , qaî t 

mr établissement dans ces con« trouva saaS cesse en activité, etseï 

trées* Ils ont encore la Tille de Ta-^ vit avec sèle et distinction ) il in 

man ou Pbanagorie , située près emplové en Pologtie et garda le 

de Tendroit où fo t bâtie l ancienne frontières le long du Dneatr et de 1 

rille de ce nom ) leurs terres s'é^ mer Noire. A la paix Timpératri 

tendent sur la rive droite du Cou- ce Catherine 11 Ordonna au princ 

ban^ jusqu'à l'emboucbure delà Zoubofd organiser ces Cosaques 

riTÎère Laba ^ qui s'y jette 5 en jr l'instar de ceux du Don et de 1 

joignant l'Ile de Tanutn. Ces Cosa-^ mer Noire , de leur assigner de 

ques cultircnt ped la terre , mal** terres et de les récompenser selo 

gré sa fertilité dans les contrées leurs serrices ^ par des rangs ^ 

qnils habitent } mais ils sont d'autres distinctions ; récompes^ 

grands pécheurs , et font nn com^ qu'ils aToient si bien méritée. L 

merce considérable de poissons: mort de l'impératrice arrêta l'ex< 

ils sont au nombre de i45oO bom-^ cution de cet ordre. £n 1 797 i'km 

mes) en temps de guerre tous perenr PaulncTOdlut plus decfl 

montent à cheval , ne laissant chez te milice^ et ordonna qu'ils fnsseil 

eux qne les infirmes et les enfans. libres de retourner dans les terre 

C08AQVES DU Bouo, ( Kosaxu qui leur atoient été données, poa 

ByecxiV.} Ces Cosaques se sont s'y fixer comme ppLjrsaas ^ leu^ 

formés en 1760, Toici leur ori<» établissemens se trouvent dans le 

{[ine. Pendant la gnerre qui eut districts du Kherson, d'Elisavéto 

ieu dans ce temps > entre la Rns^ md et d'OlviopoL Le^ Cossqo^ 

sie et la porte Ottomane, les âoBoOg,habituésàla vie gocrriè^ 

Tnrcs formèrent un corps assés qu'ils avoient menée pendant 1 

' nombreux de chrétiens Moldaves , long-temps demandèrent et obtin 

Valakhes et Bulgares; ces guer- rent de U justice de l'Emperei^ 

riers ne voulant pas servirdesinfi-» Alexandre !•' , d^étre remis st 

dèles ) vinrent se réunir avec ar*' l'ancien pied militaire} ils ibrmei 

mes et bagages aux tronpeS russes, actuellement trois régimens, do^ 

et furent employés avec succès nn est toujours employé à lia gai 

contre les Turcs , par le maréchal de des frontières du c&té die I 

Roumiantzof , qui à U paix, leur Turquie, et les deux autres restei 

proposa de rester en Russie , leur cbes eux ; mais en temps de gue^ 

promettant* des terres le long du re , ils marchent tons. Leur coo^ 

Boug , et leur iâîsant entrevoir dea titntion est la même qne celle à 

avantages et des privilèges, que Cosaques du Don j ibOntenm^ 

leurs services pendant la guerre me temps le privilège d'incorfK| 

leur avoient mérités ^ et qui leur rer dans leurs milices les Molol 



C09 COS 129 

res, ks Valakhes et les Bulgares ^ boarg da gouyem. de Voronej , à 

qm Toudroient se joindre à eux ; 34 werstes plus bas , sur le Don. 

ce «jttlârriTe très-souvent, ices der- Lorsque 1 Empereur Plerre-le- 

ii'ierscoanoissant le bien être dont" Grand établit une amirauté il Yo- 

onCottqaes jouissent en Russie, rpnej ^ Costiansk devint le prin- 

C'}<iQttES DE TcAonGOtriÉF , cipal magasin des y ivres et de tou- 

[l^iKu H^et^eecKie» ) Us sont tes les^eboses Uécessaires à Tentre- 

or«iulmnentdu Don, mais s'é- tien des troupes; mais depuis que. 

Ubi établis près de la ville de TAmirauté a été transportée ail- 

là^omélj ils recueillirent des leurs , cette ville est tombée en-t 

/^ques et des Calmouks , qui vin- tièrement ; enfîii elle n'existe 

mt se joindre à eux , et forme- plus que comme un bourff de peu 

rp&t ainsi an petit corps de Cosa- de conséquence ; la seule cbose 

pn, qui se choisrssant us A.tta- remarquable qu'on y trouve , est 

omparticalier, fit bande à part, un ena roi t sur les bords du Don , 

Ics Cosaqaes forment un régi- où on a déterré uneénorn^equan- 

Dflit r^alier de dix escadrons ^ tité d'os dVJéphans. M' le Pro- 

tnaés comme le reste '*des Cosa- fesseur George Gmélin a trouvé enr 

|v$, mis ajs^t un uniforme à 1768 et 1769 un espace assez éten- 

iiietrorganisation d'un régiment du entièrement rempli de ces os, 

^ tiiissards. Ils servirent avec et ce qui est particolier , c'est 

iàtinction pendant la guerre de 7 qu'on n y en trouve d'aucun autre 

as ft les guerres de la Turquie, animal. Ces os ne sont presque pas 

^ Cosaqaes forment un corps décomposés , et l'on suppose avec 

^^oé , qui a bien mérité de quelque vraisemblance qu ils nj 

"Pairie, sans jamais démentir sa sont que depuis 1287 , époque à 

^'iion ; on j a joint deux ré- laquelle Batou Kban vint dans 

pa^ d'anciens Cosaques d'U- ces contrées f traînant avec lui 

^ûoe , qui forment avec les des armées innombrables dans les- . 

f^itn une population de 7646 quelles , selon la coutume des 

^Qi&es, Ce régiment a un chef peuples de TAsie ,.' il pouvoit se 

|u les commande, et qui réside trouver des éléphans; que ces 

'^ la Tille de Tchongouief ; ils animaux ajant été tués à la f a* 

' ont leur eliancellerie , et tous meuse bataille , qui décida du 

^ ^uUissemens sont dans les sort de la Russie , et qui se don- 

>v>roQs de cette ville* Le régi- na non loin de là , ou peut - être. 

^t se recrute toujours parmi étant mort de fatigue et de froid , 

^;646 hommes , qui forment la ils furent enterrés tous au même 

(Uliié de ces Cosaques. endroit et à cette place, ce qui 

^^OTOTfRsxbY - Zavod , (jTo. est d'autant plus traisemblabfe , 

^'^wcKoû saeo^d*) usine de qu on n'en trouve pas du tout dans 

^«t de cuivre qui ^e trouve dans les environs. 
|p)or, d'Orenbourg et qui est Costroma ) ( Kocmpojua» ) 

'** grand rapport. Elle appar- (Gouv. de). Il est borné au nord 

^ à an particulier. par celui de Yolos;da^ à Torient par 

CosHotnr, {Kocpueh.) petit iegouv. de Viatka, au midi par 

'^t delà Crimée , situé au midi ceux de Nijegorod et de Vladimir, 

^ ^ite presqu'île , non loin de et à l'occid. par celui de laroslaw. 

^^* Il est assez commode, Sesprincipales rivières sont^ le Vpl- , 

^^^ peu fréquenté. Ra^ fleuve, la Costroma, la Onn jâ et 

CwiAîfSK, ( KocmAHCKd. ) la Vetlouga, qui s y jettent toutes, 

"derâht ville et actuellement La terre 7 est assez bonne, mais 

TOM. I. 16 



i3« COS COS 

son produit ne suffi t pas à Feutré-* Deux ëvéncmens remarquai] 
tienâe aeshabitaus; ib y suppléent ont encore illustré Costroma* 
par leblëqu^ils se procurent des 1612, lorsque le Prince Dm 
provinces voisines , et qu ils a me* Pojarsko^, marchant k la délÎTr. 
nent sur le Volga. Les gouv. de ce de sa patrie, passa près de C 
Vologda et de Yiatka leur en' four-* troma, les habitans de cette tiI 
aissent aussi une partie. Presque mus par un dévoiiemeut patrie 
tous les habitans de ce gouv. en que , allèrent an-devant da Bé 
sortent Vëté pour chercher leur iusqu*à Plesse , et là lui ofTrin 
. subsistance ailleurs par leurs tra- ieui's richesses et des secours 
vaux ; car la plus grande partie hommes , se plaignant de lear g( 
d'entre eux sont maçons, plâ- verneur Chërëmétëf, qui av 
triersetchàrt>entiers:ceuxqui i«s- voulu les empêcher d'offrir k 
tent ches eux font des nattes d'ë- don patriotique pour la déUmn 
corces d'arbres, communément de la patrie, demandant en méi 
appelées rogoji , et qui sont d''un temps que ce gouverneur fût cha 

Srand usage en Russie ; s'occupent gë ; le grand homme se rendit 
e chasse et de pêche , tissent des leurs vœux> déposa Chëréméti 
toiles et font des draps communs : et leur donna le prince BomaD-( 
d'autres construisent des barques , garin pour gouverileut , et acc( 
des radeaux de bois et font du ta leurs secours j ensuite en 16 

Soudron ; en général ils sont in- lorsque le même prince Fojarsl 
ustricux. On compte 82i,43o lia-^ etit entièrement délivré la Rass 
biuns des deux sexe$> dans ce gou- on assembla à Moscou les prin 
vern. Sa capitale est Costroina , et les Boyars , qui ëltirent p( 
sur lé Yolga , et au confluent de Tzar et Autocrate de tontes 
la CbstrOma dvèc cel^eUve. Tout le Russies , le jeune Michel Féoc 
goût, se partage en 12 districts, rovitch Romanof ; qui ëtoit part 

Sui soiit Cettx l^ de Costromaj 2^ par les femmes, des derniers S( 
le Nerekhta} 3^ de Rinéchma; 4^ verains Russes , et qui étôit ali 
d'Iotiriéf- Povbhkoy; 5^ de Maka- à Costroma avec^sa mère. Les< 
riéf; 6^ de Vàrtiavine; 7° de Vetp- pûtes vinrent l'y trouver, le 1 
Ibuga; 8® deCologrivJ 9° deGa- connurent et le couronnèrent 
litch; 10^ de Boni; 11^ de Sol-Ga-» bliqnement, dans le couvent nol 
litckoy, et il^ dé Tchoukhloma. mé Troïtskoy Âpatskoy. Cette l 
Costroma, {^Ko c mpojua») Cesi le est fort agréablement sitoée i 
la capitale du gouv. de ce nonu le.Volgaet laCostromajelleestK 
Elle a été bâtie, à ce que l'on le 5;° 45' de lat. sept, et le 59^^ 
croit , en 1 1 5a , p&r le grand-duc de long. or. à 802 verstes de Pétc 
Youri- Yladimirovitch Dolgoroîi- bourg et à 3o6 w. de Moscon<^ 
lii ; et après avoii^ été Tapunage , a un archevêque qui se qualifia 
tantAt des priiices de Souzdal, tan- titre d'Archevêque de Costroma 
t6t de ceux de Yladimir et de de Galitch. On trouve dans la rij 
Trer , prise et reprise plusieurs 3j églises , deux couvens , ^^ 
fois par les uns et par les autres , un de religieuse 9 un sémioA}^ 
souvent saccagée et brûlée par les une école publique , ou^ ^ 
Tatares et les brigands , qui in- de charité et une de correctf 
. festoient ces contrées dans le cours On y compte jusqu'à 209OOO li^ 
des guerres civiles , elle fut enfin tans des deux sexes , et be^^^ 
définitivement réunie au grand*- plus si on y ajoute les onvni 
duché de Moscou , sous le règne qui viennent des autres villes 
du gn»nd-duc Ivan Vassilié vitch I. des villages voisins , travailleur a 



COT COU x3i 

fabriques qaî M trouvept dans U CpTtXNE ostrov , ( ITom-iMHÔ 

ViUe: telles sont, 1 3 fabriques de ocmpoâh.) île de Colline. On 

toiles, qui oocnpent jusqu'à 3oo6 nommait anciennement de ce nom 

ûmm^ I a fabriques de cuirs, File dans laquelle est bâtie la vil- 

Dneibaderie de clojches , une tui- le de Cronstad« ( Voyez cet arti^ 

lerie, des Êibriqnes de suifs, etc. cle\ 

bs marcluiids de Costroma ex- CpTOROST , (jTomopocm^-) rÎT, 

portât de la toile , des cuirs tra- assez considérable au gouY. de 

tailléj etécrus, dessuifs^ du beur- Taroslaw. Elle est navigable • et se 

^1 lie Thuile de lia et du lin. jette dans le Volga , dans fa ville 

CoîTROMA , ( Kocmp^oAia» ) ^e laroslaw même. 

(nrière). Elle eourt du norçl ai4 CpTQYTZY , {Komoaiibi.) petit 

nidi, et traversant isne^rtie du peuple sauvage , qui habite en Si- 

looT. de larosla^v , elle entre dans oérie , non loin dé la rive orienta- 

celoi deGostron^a , oh ellç com- le du Jénisseï , entre les forts d'A- 

m 

folgaetlaTille même de Coâtro- payent un peti| tribut en fourrur 

^' itis. Ce peuple ressemble pour sa 

^?^^A> {Kocaa») rivière assez manière de vivre et son costume, 

roQsidêrable du gouv. de Perm , aux Catcbins , aussi paresseux et 

^î se jette dans la C^ma , sur sa plus mal propres qu'eux, ils vivent 

rne gaacbe. dans la pauvreté ; une petite por- 

CoTCHETiTAl A j ( KotâmnaA* } tîon a été amenée au Cbristlanis- 

Unie allemande du gouv. de Sa- me , le reste professe W Chama- 

^^i, district de Camicbine. Elle nisme. 

m; ailles Catholiques, toutes Coubane, {Ku6(^t>) C'est le 

v^ues du cercle de Franconie , plus grand fleuve au gouv. du Cau« 

?A Allemagne : ces colons appel- case. Les Grecs le nommoient 

^t leur village en Allemiand H^panis, Yardanus dans Ptolomée, 

^éondorf. et enfin Copa sous les Italiens. Il 

CoTELNiTCH , ( KomtjièHutd* ) sort de la plus haute montagne di^ 

Petite Tille du gouv. de Viatka^, Caucase, nommée Châte, et forme 

^^lien d*un district sous le 58°* dans son cc^urs la frontière del'em- 

^}' de lat. sept, et le 69^1 5' de pirede Russie du côté des peuples 

'^' Qrient. , k g5 verstes de la des montagnes : il va se jeter en* 

ap.'uu j_ 1 M. -cni- _-_î»^ ■ j %. — 3 ' j 

M 

■'f^éénfy ville des peuples Tché- pendant Tété une partie de ses 

^)s$, que les Novogorodiens eaux se dessèchent, surtout vers 

!^>^t et détruisirent, vers la fin ses embouchures, au point quîl 

^^ t2 ème siècle on compte actuel- est très-difficile aux vaisseaux de 

^eot dans cette ville 400 hal^i- venir y jeter Tancre. Ds^s Vile de 

^11 desdeux sexes. Taman , formée par ses deii^ bras, 

.^OTELVA , {Komejchâa*) bourg est un canal , qui joint la mer d'A^ 

|rev>coiisidér^le dugouv. de Kbar- zof et la nier Noire ^ il a au contrai- 

*^^* C'étoit anciennement une pe- re une baie profonde , sur laquel« 

^'^^^iOe des Cosaques d'Ukraine : le est bâtie la ville de Phanagorie , 

^Q V compte 9y4oo habitans des et où les vaisseaux peuvent venir 

'^i sexes. dans tous les temps. Le CoubanC 



i3a COU COU 

est fort commode pour la nariga^ wer. de long sur 7 à 8 delarg< 

lion aviDc des bateaux plats 9 car il ilestprofoiid,;poissoniieax,etcoi 

n'a lii pierres cachées sons les tient quelques îles près de s 

eauK , ni bas-fond. Les rivières bords ; plusieurs riv. j ont le 

qui s''y jettent , sur la rive droite , embouchure, telles que la Sou 

•ont la liaracla et la Barsoulla : et honie , la .Coubenitza, la Poroz* 

sur la gauche ce'sont Vf sikh, l' Insi, yilza , la Couchta etc. hes bords 

rOurpe , la Sagvassa , la Laba et ce lac sont" peu habités. 
le Caracoubane, ainsi que d'autres Couchvinskoy zavod, (ifyb 

plus petites , qui sortent toutes des euncKOÛ aaeoAb. ) Usine de ier 

xnoiitagnes; Pendant son cours de cuivre, qui .se trouve dans 

dans les montagnes, elle a des gonr. de Perm , district de Ver 

bords escarpés et pierreux ; mais hotourié et qui apparticQtà lacoi 

dans la plaine ils sont rarement ronne. 

de 2 à 3 toises de hauteur, et la ri- Coui alnitskiÉ , (irr/;u»Ku( 

▼ière ne les franchit dans aucun KÎe^) On nomme ainsi deux la* 

temps. Ce fleuve est très-poisson- très-cousidérablcs , qui ont de ' 

Deux , et le poisson quon y pèche à 60 wer. d'étendue sur les bon 

est d'une excellente qualité. Les de la mer Noire, à câtë daGol 

Cosaques de la mer noire , habi- de Hadji^Bey, sur lequel la vil 

tans de Tlle de Taman , font leur d'Odessa est' bâtie. Ces dsQx la 

principale occupation de la pèche ne sont séparés de la mer que p< 

que le Coubane leur procure en une langue de terre fortétroii< 

abondance. mais assez élevée pour les einp 

ÇoUBAKE fLîgne du) , [Ki^ôan^ cher de s'y Jeter. La petite riv. j 

CKa/i jLUHÎ/i^ C'est la même que Couïalnik s*y jette; elle se dessèq 

la ligne du Caucase, qui défend en été. 

les frontières de l'Empire de Rus- Couxhtouï , {K^xm^û) ri 

aie , depuis la mer d Azof jusqu'à assez considérable de la Sibéri* 

la mer Caspienne ; mais on nom- non loiu d'Okhotsk. £Ue se jei 

me particulièrement ligne du Cou- dans l'OLhota , non loin de s< 

bane, cette partie de la ligne, qui embouchure dans la mer. Ce| 

en commençant depuis A zof, se- riy. est d^une grande utilité a| 

tend jusqu'aux sources du Térek ; habitans d 'Okhotsk , par la grao 

delà, jusqu'à la mer Caspienne, quantité de bois de mélèze, (| 
on rappelle ligne du Térek ; mais ^ croit sur ses bords , et qui ser| 

en général-, le tout se comprend la construction des vaisseaux da 

sous la dénomination de ligne du ce port* 
CoLVicSLSQ, {Voyez cet article). Coulaouina , [^Ki^J^avm 

CôUBEN \r%A , {Ki^6eHUu,a*)T\\p C'est un petit fort de la ligne 

dugouv. deVologda, qui se jette défense de FOurall , il estàv 

dans le Coubenskoé ozero (lac), petite dis tan ce de ce fleuve; sa g 

Cette riv. sert à transporter à Yo- nison consiste en Cosaqaes, ^ 

logda , quantité de bois de cons- sont presque tous Calmouks 

truction et de barques , que les Tatares. 

habitans de ses bords construisent, CouLalina , iKt^JLOJLuHa) \ 

et qu'ils amènent dans cette ville. lonie allemande du gquv. de Sa| 

CorBENSKoi ozÉRO , (ir7/5eH- tof, bâtie en 1763, sur les bo| 

CKoe osepo) (Lac de Coubensk). du Volga , district de Camichi^ 

Il se trouve dans le çouv. de Vo- à ia3 wer. de SaratoL On y cfl 

logda, à 12 wer. de distance de la pte 47 familles de la religion I 

ville de ce nom. CelaC a plus de 5o thérienne. 



cou cou ï35 

CoïïlAlY , {Ki^JKUiM») île de la de briques qui couvrent cette plaî- 

merCaspienae , près du Cap Tuk- ne; on y voit encore beaucoup de 

Cara-aue. Les babitans d'Astra- bàtimens sur pied , avec des vou- 

iiuQ y tuent beaucoup de veaux tes assez bien conservées et des 

mm. ' élévations tombales en quantité» 

ù,mKOVO-VOlÈy{Kv*uKoeo. ^» habiUns de ce pays appellent 

r. «.) Ou nomme ainsi une pUi- f "« T'^^* *'»f J»' ' «=? 'I'" V<"^'^^^i 

^ifiUieudne dans le gouv. de à croire que ks ancêtres des Hon- 

Ub, district d'Epi phane. Elle gro.s l ont habite avanldcyen.r s tv 

«ameiu» aax sources des riv. tablir dans le pays qu ils occupent 

«npa et Zoucha , rers l'orient , et actueUement. Le Coutna n est pas 

ta »i«,n au l)on : la Népriadra la poissonneux, son cours est presque 

inrerl Cett» plaine eit célèbre pa'-t*"»! tranquille, et ses eaux 

pr h délaite totale, ou pour s?«^ saumalres : les principale. 

mi^ui dire , la destruction entière »•."•'•;«« q"» » y IÇUent sont la pe- 

k larméeTatare deMamay Khan, tUe Louma et la Dongoussla. 

m i38o, par le grand « duc Dmi- ^ouma (Petite ) , (Kum^ juo. 

tri, larnommé Wskoy, à cause -»«/»•) rijr. du gouv. <\» <»«<»;• . 

de celle rictoire sur le Don. V' «« !«"« ^*'»» 1« ^?«'°?;, ^"« 

est remarquabjle par la ville de 

CouM, [K^jud.) riv. dugonr. Géorgievsk, qui est b:mesur«es 
(1 OloneU j qui se jette dans le lac j^ords. 

dOBéga. On a eu Vinlention un CqÛmo, (Kujuo.) C'est un des 
moment^ de creuser un canal de plus grands tieuves de la Finlande, 
communication entre cette riv. et f i ^^^ ^ source dans un lac 
kLicVigue,poi^- joindre les deux ^ommé Raoutovessi, et coulant 

es ensemble^ mais on a trouve d'orient en occident , il vient se 
^t grandes difficultés , à cause des :ç^j. ja^s le golle de Botbnie, dans 
QOQtagnes qui les séparent. Jg port même de Biorneborg. 

CouMA , ( Ki^Jua* \ fleuve du Coumyks , [Ki^juhiKu.^ peuple 
£oaT. du Caucase. Il a sa source Mabométan de race tatare, qui vit 
C'âos le Caucase, entre le Térek et avec les iSogais , dans une plaine 
l^Coubane', et coulant de là vers sablonneuse au pied du Caucase, 
l'Orient, il se perd dans les sables, sur la rive droite du Térek. Il est 
^^ânt de parvenir à la mer Cas- sous la domina tiop de laHussie^ 
pienne. Ce fleuve traverse une va- mais il se permet mal^.é cela des 
^"l*^ fertile ; on voit des sites en- incursions dans les 1 rentières dd 
lî'ânienrs dans ses environs, et /cet Empire, quand il roit pou-*» 
v^s bords sont couverts d*arbustes voir le faire impunément : il re- 
^''! différentes espèces, et de joncs^ connoissoit auparavant le pouvoir 
H^i serrent d'azile à une quantité du Cbamklial ou Kban du Dage»- 
înuombrable de faisans; on trouve, stan. Comme ses terres s'étendent 
^^rs ses sources des forêts consi- jusqu'à la mer Caspienne , il fait 
^'î^rables d'arbres de différentes un petit commerce sur ses bords , 
*pèces;le marier y croît en abon- par le moyen des Arméniens dont 
<âQce : non loin de ses bords , et il se trouve un grand nombre par- 
vins l'angle qn il forme avec le lac mi eux. 

^^i-Baiinc , on trouve les ruines Counassyre ou Counachire . 
^QQeytUe qui doit avoir été cou- (^ Ki^nac cuph ujnt Kisnarnuph») 
«itiérable, «iTon en juge d'après C'est la vingtième île de l'archipel 
A espace que ses ruines occupent des Courills , située à 4<> wcr. de 
«ûcorej et la quantité de pierres et Tile d'Etorpa. Elle a i5o w. de 



1 



i34 cou • COU 

longsar 5o de large;lemUleade qii'elle occupe actudleiiieiit, 

rUe est couvert' de haotes monta- enrirons de ccttç TÎUe abondent i 

gncsj on j trouve beaucoup de bois: bois et en pdturage9 j les terrei 

ses plaines sont fertiles et fort sont fertiles; c*est pourquoi i 

susceptibles d'être cultivées. Les grande partie de ses babitaos , 

animaux sauvages de rUe sont Tours sont au nombre de Sooodesdc 

noir^ lesobleet le renard, ainsi sexes, s'adonnent à la caltorej 

que les loutres , qui vivent dans font un commerce de grains. (] 

les rivières. Le bord méridional trouve aux environs de Coungol 

de Vile est quelquefois couvert des carrières d'albâtres très-coni 

d'une quantité d'buitres à perles , dérables. La ville contient ; égl 

dont les coquilles servent d assiet* ses ; on y trouve des fabriques 

tes aux sauvages. On j trouve çà cuirs et de savon. 

et là quelques babitans, dont le CoUNOOURgXAÏA WSTAWi 

nombre ne va pas à 68 mâles et à (j^^^^^^^ npucmau^.) ou 

126 femmes. Les Russes vont cons- àe tongour. On nbmme ainsi - 

trmt un fort entouré d un rem- vilkge du gouv. dePerm, distrï 

part de terre, dans lequel ils se d'EcStheriSebourg ^ bâti su coi 

retirent pendant leur séjour dans f^^^^ j^ la Coutfgourla cl del 

1 lie. Counassire contient des lacs Tchoussovaïa, pa?ce que c'est 1 

fort poissonneux et quelques petites ^^ ,„^. ^^^ dernière qu'on cliM- 

nvieres dont les eaux sont claires j^, bateaux de tons les méUui ^t 

etsalubres* se tirent des mines de UPemiej 

CouNDOROFSKiA Tatabbs , ^^ ^^j ^ transportent dans lej 

iKiiHAopoôCKiH Tamapu. ) ou ^^ ^^ ^^^ ^j j ^qI^, ^omme^ 

ïaures Coundors. C est le même ""^^ ^^ 1^ j^^^^ 

peuple que les Tatares Nogais ^ ^ , . .» 

dont ils sont une branche indépen- , CoUPENsr , (jifyn«KCic50/»« 

dante: soumis aux Calmouks , dugouv. dUkrameet chef lieude 

avant leur émigration en Chine, ?.4j"<»î» «^ ^ «"'^ ,^?'^t 
ils sont restés sous la domination î ^«^«ï- EUe eat sous le 5l°i ^ 
de la Russie après leur départ. ^\ »«P*: «* ^ 49° 5^' j® 7S 
Us errent èl campent dans les sleps ?,"«"»*•>• ^•^ ^''t ^* ^T^ 
des bords derAkhtoubaetjusqu^à Cette ville peut avoir 2000 hahit 
la mer Caspienne. Ce peuple nest des deux sexes, 
obligé â aucune redevapoè envers ^^"""» (jr^iwcS.) C est un< 
la Russie , et U vit très-pauvre^ très-belle source d eau mmeral 
iQç^l . qui se trouve en Finlande , too 

touifooini, fr«Hsypô.) viUe près du château d'Abo. 

du gouv. de PeJm, au confluent Ço0RA, {Knpa.) ouKur,fletiT. 

de llren et de la Sylva. Elle est V^^ «>«1« ««, Géorgie et se jctl 

sous le 57P ao' delat.sept. et le dans la mer Caspienne. C est 1 An 

740 36' de loug. orient. , et 4 91 «»<» Cyrus des Grecs, 

wer. de Perm. Cette ville a été fon- Couraghinskoy , ( Kypamv^ 

dée en 1647 et peuplée de Russes ckou.) mine et usine de cuivre d' 

qu'on a pris parmi ceux qui se gouv. de Pérm. Elle appartient 

présentoient volontairement pour un particulier, 

y aller; ruinée ensuite pendant la Courgane , (JTypeaKS.) p^^î^ 

rébellion des Bachikirs, elle a été ville nouvellement oivaniséedan 

rebâtie par les ordres du Tsar Aie- le gouv. de Tobolsk ; elle est chel 

xis Mikhailovitch , en i663 ^ sur lieu de district, sa distance de ceil 

un nouveau terrain qui est cçlui ville est de 4^4 v* On j troa^ 



\ 



cou cou i35 

du ^lîse. La ville pent reaier- Volcans , et toutes sont très- 
Bia S il 600 habîtans* sujettes à des fréqucns tremble^ 

CouRiLLS (Cap), (JT^puAèCTcoùt mens de terre. Plusieurs sont 
mch.) Cesi le cap le plus méri- visitées par les Chinois et les 
^aalda Camtcbatka* Japon o is , qui viennent y ciicr- 

CoiJ&iiL8>(Isle*), (Ki^puJihci^A cher des fourrures ^ qu ils ëcban- 
ocnpofa.) Larcbipeldcs (jourills gent avec les habitans y pour 
tmaence à quâque distance des objets qui leur sont nécrs- 
SB midi du cap de ce nom , saires. Ij'Archipcl des Conrills 
ùiu le Camtcbatka ^ et continue appartient an gouv* dlrkoutsk j 
au la direction sud*ouest vers et ses peuples sont soumis à un 
rile Matmaye y appartenante au tribut en pelleteries et peaux de 
Japon. Quelques-unes de ces veaux marins ^ que les Russes 
il» sont bien boisées , d*autres prélèvent sur eux, tous les deux 
itunt pas un seul arbre. On ou trois ans. 1 

compte du cap Conrills jusqu'à CoURXLLs^ (Ki^puAhm^i) (Pen- 
31atmaye i3oo w. Les deux îles pie). Ce peuple habite la partie 
\th plus proches du continent , méridionale de la presqu'île du 
ont été découvertes pendant la Camtchatka et les îles Conrills. 
r^gic aa Camtchatka, du mar- Il ressemble beaucoup aux Cam- 
cLantl Coleasot en 171 3 ; il yen- tchadalls par son genre de vie 
fOTa des Cosaques qui s'en em- et sea mœurs j mais il en diffère 
Parèrent au nom de la Russie, par son langage et par la res- 
et ([QÎ imposèrent un tribut k semblance Qa il a avec les Japo« 
^ kabitanSé En 1720 on con- nois. Les Conrills , sont petits, 
fiobsoit déjà S de ces tles ; en- ont le visage rond et plat , sans 
ù actufllement elles sont tou- être pourtant laids j ils ont la 
^ connues , visitées , décrites barbe et les cheveux noirs ^ le 
't soiunises par les Russes. On corps très - velu : ils ' sont hu- 
^ compte 21 f dont voici les mams , honnêtes , fidèles et hos- 
Qoms : Cho - onm - tchou y Pro- pitaliers } mais ils sont pusillani- 
^oQ&sir,Chirinky, Makan-Kour^ mes J ne savent pas supporter le 
<'W , Anakoutane ou Onéco- malheur avec courage, et sont 
Une , Aramoutane, Syascoutane , très - portés au suicide. Leur 
l^^vTDa ou Egarma, Tchirine- langage est agréable à Toreille, 
^ 'Qtaae , Moussire on Egacto , ils chantent un peu en parlant ; 
U-cokti, Matoya ou Moutova, les hommes ne s''occupent c(ue 
WrotiouRacba-on-a, Ous- de la chasse et de la pèche; ils 
*»Mre on Oachichire , Kétoï , font des bateaux avec les arbres 
S^tnoQs - syre , Tchirpoî , Ou- qu ils coupent dans leurs forêts, 
'^^ne y Etorpon , Counassire ou avec ceux que la mer leur 
^ Counachire , Tcbikota on apporte s les femmes font la cui- 
%odane. Comme chacune de sine et habillent leurs maris ; 
^ iles est décrite sous son ar- elles filent les orties, hes habi-« 
l^^, nous nous bornerons à dire tans des iles méridionales font 
') que plusieurs ne s6nt pas un petit commerce avec le Japtf>n} 
'Citées , qu il y en a même il consiste en graisse de baleine^ 
■nbabitables à cause du man- en fourrures et en plumes d'ai* 
^ absolu d^cÀU : que d^antres glcs pour les flèches ; ils pren- 
ant fertiles , bien boisées > nent en. retour de la vaisselle y 
^plies de gibier et de pois^ vernissée, des chaudrons, des 
^^^ \ quelques - uses ont des sabres , des étoffes , des parures 



i36 COU COÛ 

et du tabdc. Ils TÎvetit dans <tes })rouilIard. Ils adorent leHibon 

huttes , ou pltitôt des Jterrîers ils suivent aussi le chamanismi 

comme les Camtchadalb, excepté Leurs mariages ressemblent 

qu'ils les tapissent de planches , celui des Camtchadalls ; ils vive 

les ornent quelquefois de mcn- avec leurs femmes avant le mari 

blés japonois, et en général vi*- g^ et ensuite les enlèvent. Ibe 
vent beaucoup plus pi'oprement , terrent les morts , en hiver les i 

qu'eux. Ils se nourrissent de tou- sulaires du nord les mettent to 

les sortes d'animaux , de pois^ simplement dans la neige. Da 

sons et de racines , dont leurs iles plusieurs de ces Sles les habita 

abondent ; ils reçoivent même des ont un langage dilTërent ; mai] 

confitures sèches do Japon» -Les dans la cg, ao et 21% on parle I 

insulaires du nord s'habillent com- même langue , qui ressemble ai 

me les Toungousses ^ de plumes peu au japonais. Tontes les ilei 

âe différens oiseaux aquatiques^ Courills , psqu'à la 19" indu 

qn' ils écorcheni tout plumés, de sivement, payent un tribut e 

fourrures et de peau de veau marin; fourrures et surtout de castors , 

ils se coupent les cheveux jusqu'à la Russie ; les trois dernières so 

la nuque , et se font des chapeaux plutôt sotimises au Japon, 

de jonc; ceux du midi au Contrai- CouRiAifDE 5 ( K^pA/iH,v^ 

re laissent Croître leurs cheveux ( Gouv, de). Le mot CoarlaDde 

«t leur barbe et se teignent les le- comme celui de lonr*sem, etd 

Très, jusqu'à la moitié, d'une cou- Cour-aem, signifie enlangocLe 

leur noire; ils s'habillent à-jpcu-* tonienne un paj s maritime, et e 

près comme les Chinois, portent allemand SeeJaisd., La Coorlan 

des habits longs , qu'ib font a^ec est bornée a U' nord par le golfe 

la peau et les plumes du ventre Riga et la Lîvonie; au midi par 

des oiseaux aquatiques , nciais plus Samogitie; à l'orient parlai 

souvent de nanquiu et même d'é- thuanie ; et à l'occident par la m 

toffes de soie ; ils se ceignent d'un Baltique, Sa longueur est à*pe 

sabre japonais: les femmes Vha- près de 5o milles et sa largeur 

billent comme \cS hommes, excep- quelques endroits de ^5 et en d'à 

té qu'elles coupent leurs cheveux très de 20 et i5 ; eUesetermi 

par-devant et noircissent entière- même en pointe vers l'orient. ( 

rement leurs lèvres: les uns et pays appartenoit autrefois à la L 

les autres se tatouent le visage et ironie , et a éprouvé aiec e| 

les mains. Quand ils se visitent les mêmes révolutions , jusqu'i 

réciproqm'.ment, on que des étran- 1 Sème siècle. Tous deux fare 

gcrs viennent chez eux , ils saluent conquis pârr les chevaliers de Vo 

par une génuflexion , embrassent dre Teutonique , et demeurère 

le nouveau venu, et donnent des sous leur puis^ucc jusqu'en i56 

baiser» sur les joues. Leurs ainu- Les Russes vers ce temps conqi 

semens consistent en chant , danse Vent une partie de ce pa} s , et r< 

et narration des événemens qui dre se* voyant sans secours, Goj 

leur sont arrivés; rarement un hardKettler, dernier grand^iua 

meosonge sort de leur bouche , tre , céda la Livonie au roi de P 

aussi ils ne le souffrent point des logne , comme grand-duc de h 

étrangers , et s'éloignent de ceux thuanie , on lui donna en récoij 

qui les trompent. Us ont>une idée pense , pour lui et pour ses de\ 

confuse de Tétre suprême , annon-» ccndans , l'investiture des provi 

çant , qu il est venu jadis quel- ces de Courlande et de SémigaU 

qu'un au ciel sur la- terre dans ua à titre de duchés^ et c'est aif| 



cou cou 187 

fpe ces daclié$ prirent lenr origi- seulement le Duc Ferdinand s^op^ 
If en i56i. La dîète de Lnblîn poaa à cette élection ^ mais la Po* 
h réanit à la Pologne. £n 1 669 ^ logne la déclara nulle , k la diète 
kwarean dac acbera d'intro- de Grodno de 1727. L'Impératrice 
im la religion pr^* testante dans Anne IranoTna j /duchesse donai- 
lA ftats. An commencement da rièrr de Courlande , étant montée 
â-baiiième siècle, soos le règne sur le trône de Russie en ijio , le 
^jïiièineduc Frédéric-Guillaa- Dnc Ferdinand, alors âgé de jâ 
w, ce pajs fut ravagé par les ans , épousa une Princesse de Saxe 
Hisses et lesSuédois; mais ce prin- Yéissenfels, et reçut en 1 781 , à 
op) ajant épousé en 1710 Anne Varsovie, l'investiture delà Cour<* 
iTdnoToa, princesse de Russie , lande, mais ce prince ne se fiant 
ocU^-ci conserva après la mort de point k ses sujets , ne parvint pas 
m mari , survenue en 171 1 , la à la possession réelle de son Du* 
pQ»iessioii du Docile , sous la pro-* ché. La mort du Roi de Pologne 
leeiioii de l'Empereur Pierre-le«- AugiHste 11 étant survenue , TJm- 
Gnod son oncle , et prit sa rési» pératrice Anne fit avancer ses tron- 
<W douairière à Mi ttau. A la vé« pes en Courlande, trouvant ce 
rite le prince Ferdinand, frère Dnchéà sa bienséance, pourl'é- 
do duc défunt , devoit avoir la tablissement d'une partie de ses 
luriTance , et Tobtint en effet ; magasins. Elle avoit déjà iait dé- 
naiiajant eu de grands démêlés clarer en 1^32 à la cour de Polo* 
ATfc k noblesse , non k cause de gne, qu'elle ne consentiroit jamais 
ufl changement de relis ion, mais à l'incorporation immédiate de ce 
fmt qoe la plupart du temps il Dncbé , mais qu'elle le protége- 
àtoniroît hors du paysj qu^il vou- roit dans le droit d'être gouvçrné 
loit^oiqn absent, gouverner par par ses propres Ducs , è titre de 
loi-oiéine , et qu'il, déposséaoit Jief de la republique; les Polo- 
tic force les bypotécaires des biens nois furent obligés dy consentir 
«ppartenans au duc; ces disputes et convinrent en i736, à la diète 
figèrent en 17 17, la Pologne à de paciGcation de Varsovie qu'à 
CQ^ojer nne commission particu» Textinctionde la race des Kettlers, 
I^re en Courlande , qui priva du c'est-à-dire à la mort du Duc 
^OTfrnemeBt le duc Ferdinand , Ferdinand , la Courlande auroit 
^iarenr du Sénat du Duché, peu- ses propres Ducs , dont le choix 
^t tout le temps que durcroit dëpendroit de la libre élection dea 
^>]»aences,et qu'il B auroit point Etats. Ferdinand étant mort Tan- 
f^inson investiture. Les états de née d'après, le choix des Etats , 
Polû^e délibérèrent aussi comment dirigé par la recommandation de 
ilf poorroient , après la mort du rimpératVice de Russie, tomba 
^'ic, incorporer la Courlande au sur son grand chambellan, Ernest 
f^riame , et la diviser en Palati- Jean de Isireu^ Comte du St. Em*- 
^15. Ces projets causant de gran- pire romain , tant pour lui que 
^ inquiétudes aux Courlandois , pour ses descendans mâles ; cette 
■^SAfsemblèrentendiète , à Mit- élection fut confirmée par un Se- 
^) en 1726 9 malgré la défense naius ConsUium j en 173^. et le 
^^ Roi, et y désignèrent pour Dnc reçut l'investiture en 1 année 
iQccesseur de Ferdinand, le Com- 1739* Biren fut exilé en Sibérie 
^ Maaricç , fils naturel du roi de en 1 740 , par Anne princesse ré- 
l^ologne, si célèbre en France sous gente de Russie ; les Etats élurent 
le nom de maréchal comte de Saxe, pour Duc , en 1 741 Ernest duc de 
«t tons ses descendans mâles; non- brunsvick - Wolfenbuttal ^ beau- 
TOM. L 17 . 



i38 COU COU 

Irère de la régente de Russie ; maïs filnsi que la principauté de PiltiHj 
cette élection demeura sans effet, fussent à jamais réunis k l'Empiri 
lin 1768 ) le trône ducal ayant été Russe. L'Impératrice y ayant coiJ 
déclaré vacant , par un Senatus senti , leui: assura par un maai- 
consilium , le Prince Charles, (ils teste y donné en 1795, le i5 avril 
du Roi de Pologne et Electeur de non-seulement le libre eiLcrcice i 
Sai\e Auguste Ili , lut nommé duc leur religion , et tous lesprivilé- 
de Courlande , et Tlmpératrioe de ges dont Us jouissoient sous leur 
Russie Elisabetli , renonça en sa Princes, mais encore tous les droit 
faveur à toutes les prétentions el prérogatives appartenaos ao? 
qu'elle formoit éur ce duché. Jl Rosses , dans toute Tétendae à 
se passa en 1762 des choses im- Tlimpire. Dès ce moment la Coor* 

Sortantes à Tégard de la Coorlan- lande fut organisée en gouTenie- 
e : car d'abord TEmpereur Pier- ment sous le nom de gouv, de Cour- 
re. III rappela le duc Ernest Jean lande.Ses limites sont restées les mè 
Biren et sa famille , de laroslav mes. Sa capitale est Mittau sur l'Aa: 
où il avoit demeuré depuis plu- les principales villes qu'on y tronn 
sieurs années , et il lui rendit la sont Baauské , Fridérik-Stad. 
liberté ; puis après s'être assuré lacoub-Stad, Xoucoum , Holdin* 
de la renonciation de ce duc à la gen ^ \indava (Vindau) ^Hazen* 
Courlande, il forma le dessein de pott, Libava (Libavr), etPiltên 
la faire passer à son oncle George- Le terroir y est fort gras et argll 
Louis , duc de Bolstein-Gotorp ; leux ; le grand nombre de foréd 
mais sa déposition et sa mort ayant et .de marais est la cause qaeifl 
empêché 1 exécution de son projet, chemihs de ce pays sont fort maH' 
l'Impératrice Catherine II rendit vais. Il y a long- temps que les ba 
non-seulement au duc Biren \en bilans qui en tendoientl' économie 
biens qui lui avoient autrefois ap- ont pris la peine de dessécLerk 
partenus en Courlande, et qui jus- endroits marécageux et d'en iair 
qu''alors étoient demeurés sous Tad- dés étangs, qu' ils nomment lerées 
. ministration de la Russie, mais lesquels sont mis à sec et ensemen 
elle lui permit encore de retour- ces trois ans de suite en grains à 
ner en Courlande avec sa iieimille , mars , puis pendant trois aatrf 
et rassura lui et les siens de sa années , remplis d'eau et empoif' 

{protection ; il y arriva eu 1768 et sonnés , ce qui est une espèce^ 
e duc Charles lut obligé de se re- repos. La culture du lin réussi 
tirer ; il fut aussi résolu à la diète très-bien en Courlande , le poi» 
de convocation de 1764 , qu'Ernest son de mer et autre y abonde^ aln^ 
Jean Biren seroit déclaré et recon- si que les animaux terrestres , tel 
nu seul légitime duc de Courlan- que les ours , les loups , les lonp 
de. que Tinvestiture de 1768 se- cerviers, les renards ^ les martres 
roit cassée et déclarée nulle. En les élans , les lièvres , les san* 
1769 le vieux duc laissa le gouver- gliers , et surtout les oiseani à 
nement à son uls le prince Pierre, différentes espèces. On amas» 
qui reçut Tinvestiture en 1770, beaucoup d'ambre sur les côtei <l^ 
et son* père mourut le 28 décem- la mer Baltique , et il y a ooir 
'bre 1772- Enfin après la mort de cela en Courlande des mines de fef 
ce derniei: duc,les États de la Cour- des carrières de pUtreet des soup 
lande demandèrent par une dé- ces d'eau minérale. Les principo^ 
putation, qu'ils envoyèrent à rim- fleuves de ce gouv. sont, 1° }^ 
pératrice de Russie , que les Du- Dvina, qui le sépare delà Livoni^; 
diés de Courlande et de Sémîgale^ 2° la Viudaw , en Lettonie;! A i'"' 




cou cou 139 

,et5<^ TAa. Les autres rivières pa; 8 moindres qai sont le Tous* 
mt ^ TAlbo j la Berza , le Barto, kar , la |*ëna , la Vorskla, TOus- 
^er^l'Ësco et la Soasseijy etc. soja, la Caralcha , laSoudja, la 
)a T compte 3oo,ooo babitans , Aecbnia et la Sosna, outre 5oo au- 
^Rsqaetoas Lulhérieos. La Cour- très petites. Ce gouv. est partagé en 
iaÀe ialt an co^merci; d'exporta- 1 5 district dont les chefs-lieux, sont 
iki assez considérable, en bled, i^ Coursk , capitale de tout le 
Hii^t surtout en huile de chanvre gouT. 2*^ Belgorod , 3^ Oboian , 
cètlio , en bois de construction 4^ Staroï-Ozkol (ou vieux Oskol) , 
itnplaacbes. La ville de Liban 5° Rjlsk , 6° Poutivle, 7° Novoï- 
tfoie seule annuellement, 3oo,ooo Oskol (ou nouvel Oskol), 0^ Corot- 
itaes de graines de lin. Les ha- cha, 9^ Soudja, lo^ Khotmychsk, 
iuas de ia Courlande sont partie 11^ Fatéj ,12^ Stchigy , iS^ Ti- 
ilemands, partie Lettoniens, par- me, 14^ Dmitrif et i5^ Lgof. 
KLÎTonieas des environs dp Kolke. Coursk est un des gouv. les plus 

COUBMYCHE, (jTyp^WlUÔ.) vil- ^f '"f «^ ^^^ P^'oJ'*^^ *« ^^^ ^U 

t du gouv. de Simbirsk , chef- alH)ndance ; mais il est pauvre en 

«I de district , sous le 55° So' ^<>V^' ^P^ 7 ^"^^^J^ qnelques mines 

'iaUsept.etle63o 34' de long, de fer, des carrières de pUtre, etc. 

neni. Elle est située sur la rive Le clergé y est soumis à un Arche- 

^ochede la Soura , à l'endroit vf que qui prend le titre d'Arche- 

tt b petite rîv.Courmychka vient "^^V^^ ^« Coursk pt deBélgorod. 

'* jeter , et se trouve à 25? wers- ?" 7 compte 920,000 habilans de» 

ô de Simbirsk. On y trouve 7 ^eux sexes. On trouve dans le 

%^ et i,3oo babitans des deux gouv.de Coursk quelques fabriques,. 

«^i,qui sont presque touslabou- «».ouimement de drap , de tode /de 

'fîwei vivent assez pauvrement, ▼it^'iol , de salpêtre, de chandeUc, 

« , etc. On y trouve en outr^ un grand 

UCR- OsTROV , (Ifyp5-0cm. nombre de distilleries d'eaux - de- 

!:'V ^'*. *^^ "*": ^'^''^ P^t ^*^ ▼ie et une corderie considérable. 

ba^bDTina, vis-à-yisde Roi- CouRSX, (JTypcKÔ.) capiule du 

rf : «îîe »l« est d une grande g^^^, j^ ^^ ^^;^^ £U^ ^3^ ^^^^^ ^„^ 

^niuie; elle contient deux villa^ unemônUgne, au confluent de la 



tt^ncedcLomonosof, le père tersbourg et à 494 de Moscou. 
«poésie russe. On ne peut pas fixer avec certitu- 
^Oî^asx, (Ki^pcKoA r^SepKÎfi.) de l'époque de sa fondation ; mais 
^QTeraemcnt de )• Il est borné on sait que c'est une des plus an- 
] orieat par les Gouvernemens de ciennès villes de la R ussie, bâtie par 
roronej et d'Orel ; au nord par les Yiatitcbis , avant qu'ils ne l'us- 
ai d'Orel, à l'Occident par le sent soumis au grand - duc do 
*?*« goav. et celui de Tcherni«» k.iow j c'est-à-dire , avant le IX* 
l*^^eiaa midi par ceux d'Ukral* siècle. Quant k son nom, il lui est 
l^ctVoroné). Il a de l'orient à probablement venu delà Coura , 
"l'aident 2)0 wer. et du nord an qui coule au milieu de la ville. 
*>^i 195. Il est entre les 5o^ et Après la soumission des Viatitchis, 
*^^t Ut. sept, et les 52^ et 56^ cette ville a long-temps appartenu 
t\ii\^, orient. Il contient 5 grau- aux Princes de S.iow^ puis à ceux 
^rÏT.qai sont leSém, le Do- de Tchernigof , et de Séversk. A. 
^ ) ^ Casél , rOskol et la Sva- Vinvasion de Batou-Khan , elle fut 



i4o coi) cou 

dérastëe ainsi que toate la contrée CotlATtY , (Ki^pmAhi* ) peti 

qui VenTironne, et il n'en est plus rîv. du gouv. d'Orcnbouiç , pH 

question pendant ^o ans ; après de laquelle on trouve une ancirt 

quoi elle eut ses princes particn* ne fouille de minerai , faite a] 

Tiers. Nogaj - Khan , petitrlils de paremment aranA la dom'matw 

Gengis-rlLhan s'étant lait une prin- des Russes sur ces contrées, 

cipautë indépendante de la grande CoUTCttKOVo, {K^ZKçeo-) Ce 

horde de Kiptchak, s'empara de le nom que portoit Moscou , ava 

Coursk et la peupla de différens qu'on y eût bâti une ville, d'apn 

aventuriers, qui dans ces temps de Coutctko ; qui en éloit le prc 

troubles couroient^ le pays ; un priétaire, et qui donna son nom 

Prince de Lipitsk s en empara en- ^^^ endroit, où il y avoit plusicu; 

suite , et détruiéit les x^lonies du yiHages» 

Khan Nog«y ; depuis cette époqae , Cootchoum , (Kuzujub.) Ce, 
il n est plus fait mention de la vil- i^"w ^<"v. , v^w »« / 

le de Coursk nglle part. Elle est ""? "^: ^"^ 6««\- ^^'Vj^^l 
restée déserte pendant 36o an. , 1^' «=«îjf »" ^' T'^aJ^v 
époque à laquelle le Tzar Féodor l""^ d Oural s ; elle se des»«y 

l^orilch Ufit rebâtir et repea- V^^^. «» «"M" P*="^"' ' «"l^' 
pleren 1597, ?»••«»" colons 4a'U ï"". àeanquiy reste croup, ■ 
Lena d'Orel et de Muénsk , en ^'"«''» •"»! »»"^«- C*'»? '"• »« "^ 

. ,634 cette Tille fut assiégée pi- le ™"î« «? 7*"'*' *i"!l. '""l 

n • v^uA ♦«! , ^JL. «t.^ ... espèce de lac couvert de loncqi 

Prmcc Vicbevetskv , avec unear- , t^ ^ , .^ i, . t» « J- 

, . ni : - ': ^^^«.,^ j^ les Calmouks appellent Tias-gw 

niee de Polonois , qui manqua de , i>i '^'^ i il 

1 I ' ^ . ^ '. •! norou lac Blanc, a cause de 

la prendre par surprise: mais il ""*"'* ""^ «»«^, « 

/ * ' 1 -11 ' couleur de ses eaux* 

hit repousse et la ville sauvée par 

le courage des Uabîtans. En 1646 CoutomaLA , ( K^moMoJia 
et 47 , les Talares de Crimée vin- Cette petite riv. du gouv. d I 
rent assiéger Coursk avec aussi peu kouUk , qui se jette dans le \il 
de succès que les Polonoîs ; Tan- me, et celui-ci dans la Lena, ue 
née suivante il y eut une épidémie remarquable que parce que U 
dans la ville, et les sauterelles chasse sur ses bords les plus beac 
dévastèrent les environs. Enfin el- sobls de la Sibérie. 
le fut érigée en chef- lieu d'un CoutomaRSkot Zavod , (I 
gouvernement qui s y organisa en niQjuapcKOû 3 aeo/^h,) mine à' & 
1 779. Coursk est assez bien bâtie , gent tres-riche, dans le gouv. d' 
rlle a un gymnase, une école nor^ koutsk , district de Stréténsk; < 
maie et un hôpital, une maison l'exploite depuis 1764. 
de correction , et une maison des . 

lèus : elle renferme i5 églises, et Couzivetsk , {Ki^sHei^Kh,} p 
on y compte 1201-2 habitans des ville du gouv. de Tomsk , et ch 
deux sexes. Celte viUe est renom- Heu de district. EUe est batie s 
mée pour ses teaux fruiu , tels la Toma, vis-à-vis de 1 emboac 
que les poires de différentes cspè- re de la Condona , sons le 5d 
ces , les pommes et les prunes. de lat. sept, et le io5° oo de lo 
CouRTARÉVA, (Kupmapi:6a.) orient., à 325 wcr. de la viUe 
Colonie aUemande du gonv. de Sa- ïomsk. Elte a ete londee en ibi| 
ratof, district de Camichine, à pour^crvir de poste miliUire, 
79 werstes de Saraiof, plus bas treles Taures des environs; 
qu elle, snr le Volga. Elle est com- apr^ avoir été ruinée par les 
posée de 63 familles • toutes de la guiss, elle fut entourée d une m 
religion Romaine. raille de bois et de quelques lor 






cov 



coz 



i4i 



ficûlioM en terre. On y trouve à ÇoVROF ^ (Kaâpoâd.) ville du 

«lac !>oo JiabitaQS des deux sex-ea. gouv. de Vladimir et chef-lieu d'uu 

le àobl ou martre-zibeline y est districU tUe est sous le 55® 28' 

pkbeau que partout ailleurs; 3o" de lai. sept, et le 56° 10' de 

cesipourquoi les marchands rus- long. orienL à 63 wer. de Yladi- 

«s fjeûuenl quelquefois dans cet- mir, sur la rive droite de la Cliaz* 

teriiiepour s'en procurer. ma. Cette ville est pauvre , ses ha- 

bitans font un petit commerce de 

chaux et de pierres âi chaui^ qu'ils 

tirent des bords de leurs rivières 

et qu'ils, portent sur des barques 

dans le gouv. de Nii^^gorod : d au- 

... I 1 i« j^^.^ très barques qui remontent la n- 

latie sur les deux bords de \". , "«'H** » , ^ .. 1 , 
a.icoiA* Vière apportent a Covrol le sel qui 

liTroucva, qui se lette dans la yy^ tt^ . . j«lk «- 

JL ^« ir*«* t..Ae f^i.- lui est nëcessaire et qui de la se 

o«mri; ses environs sont tres-ler- ,. ., ., ... 1 ^^^„ r*vM- 

-, ' 1 I _ r A»- distribue dans tout le £ouv* L>ctte 

lih et couverts de superbes forêts. ^^^^'^^^^ ^"* ^ç^^a.^ . i« 

i\ . ' i« X r.^^ k^k; ville est entourée de torets : le 

Oti y compte près de 54000 nam- t.** x,* j* . • » ^«» 

j lAJu^ ^ ) terrain de tout son district est 

sablonneux et peu propre à la cul- 



CouzjrÉTZK , {K^3Hen,Kb.) peU 
là du ijouver. de Saratof, chef - 
iicsdundistricr^ sous le 52° 54' 
t liL sept, et le 64° 55' de long. 
orient. , à 180 vver. de Saratoi« 



tius des deux sexes. 

CovEt , ( Ki^aeJih. ) pet. ville 
<la gouf. de\olinie, érigée en 
thef- lieu de district en 1796. El- 
kest à 5oo werstes de distance du 
diH- lieu du gouv. 

CovjA , (XotfJKo.) petite riv. oui 
tjQibe dans le Bélo ^ Ozéro ou lac 
ItUQc. Elle est remarquable par sa 
jonction au nouveau canal de Ma- 
rieéublipoui* faciliter les trans» 
ports de blé et autres approvision- 
ûcmeosâ Péiersbourg. {Vo^esà 

i^rî, CUE&SNA.) 

CovNo, {K06H0.) Ville de dis- 
trict du gouv. de Yilna , sur le 
^êmen^ à l'endroit où la Yillia 
iy jetlè. Elle est à 97 wer. de dis- 
-ace de Vilna. Cette ville est 
Q^ bâtie , on y compteà peu près 
î)oo habitans , parmi lesquels il 
KtrosTe beaucoup d'Allemands. 
Ou y trouve aussi plusieurs cou- 
^/as Catholiques : le bâtiment de 
^<<Qcien Collège des Jésuites est 
^'^tbeau. On compte 10 églises à 
C)^Qo 3 les habitans fort un com- 
merce assez considérable en blé ^ 
^Q lin et en miel , nommé Lipetz : 
ies bjdromels de cet endroit sont 
2Uâsi en grande réputation. On 
voit près de Covno , sur une mon- 
^gue nommée Fridensberg, un 
superbe couvent de Catmaldules. 



ture. 

COZÉLETZ, { X0J<î^«ï45« ) P®*' 

ville du gouv. de Tchernigol, chef- 
lieu d'un district. Elle est située 
sur la pet. riv. d'Oster : on y voit 
une espèce de citadelle formée 
d'un rempart de terre , dont une 
partie est palissadée. 

C02EL8K, (^ojc-**ck5.) ville du 
gouv. de Calouga et chel-lieu de 
district. Elle est sous le 54° i' de 
la t. sept, et le 53° 20' de lon^. 
orient , sur là rive gauche de Ta 
Jizdra et à son confluent avec la 
Dragounka. Elle est à 57 wer, de 
Calouga ; on y compte 2905 habi- 
tans aes deux sexes: la ville est 
assez bien bAtle depuis l'incendie 
qui y eut lieu en 1777: on y comp- 
te actuellement 7 églises. Cozélsk 
est célèbre dans l'histoire russe j 
par la belle défense qu'elle a faite 
contre les Tatares. Lors de leur 
première invasion sous Batou* 
Khan , cette ville étoit un apanage 
du prince de TchernigofT et avoit 
alors son souverain dans ses murs, 
qui coHiptoit à peine 10 ans. Cet 
eniant s'enferma avec ses sujets 
dans sa capitale , et ne voulut ja- 
mais entendre parler de capitula- 
tion : les Tatares restèrent 7 se- 
maines sous les murs de CozéUk j 



i44 



CRA CRE 



gou 



liabilans des deux sexes. Il s'y lient rives de la Mokcha , qui la tmà 
annuellement 6 grands marchés. se. On y compte 4^5 1 habitaDS ai 
. Crasno - KOUTSK , ( KpacHO^ deux sexes. Celle ville fait un cou 
KumcKh.)w\. ville du goov. de merce asseï considérable en blé. 
Kharkol, district de Bobodoukbof, Cbasno-stav ou crasno-sl 
^ur la rive droite de laMerla, à 25 UCpacHO - cmad 5.) petit cndr 
Tver. du chef'-. lieu de district, et du gouv. de Volinie, district 
88 de Rharkof. On y compte 45oo, Zaskv , sur la Vii^pra. CVloitc 
habiuns des deux ^ents- devant la résidence d'un éféqoc 

d'un Starosl. Cet endroit est r^ 

Craswo-oufimsk, {KpacHoi^' marquable dans l'histoire, par 

€puAiCKh.}yi\\e un gony.de Perm qu'en 1 588 l'archiduc dAutricl 

et chef- heu de district. Elle est Max imilien , après avoir élf bal 

ur lesfronliè 
fait prisoDoi 

tederOufa. Cette ville est entou- ** CREiVVourôr{îrp*"'*5-^VP« 
ree d un mur de bois et de tours , ^.^^^ ^^ ^^i^ endroit du go 
qui lacarantissent dun coup de vitebsk , district de Dunaboui 
main des peuples Bachkirs , qui ^j^^^ ,„y j^ ^ive droite de hDn 
naguère se permeltoient ces bri- a^aessous de Dnnabouiç. Il 
gandagcs. On y trouve une seule g^uvent cité dans les guerres ( 
eghse et le nombre de ses habitans j^^^^ ^^^^tre les Livoniens , et 
peut monter à 25oo personnes des ^^ qu originairement il appa 

deux sexes. Les environs de cette \^^^^^ ^^^ princes Russes et 
> ille abondent en mines de ter et de ^ommoit Hertziké. Les Historié 
suivre appartenantes à divers par- Livoniens disent qu'un PriJ 
ticuliers. nommé Visivalde, apparcmm 

CviASKO'Votii^ (KpacHo no JLhê'), Ysevolod, en sortoît souvent po 
Colonie allemande du gouv, de Sa/- inquiéter les travaux des Âllemai 
ratof, district de Camychine, sur à Riga en 1203 , ainsi qu'un an 
la rive droite du Volga , à 70 w. de Prince qu'ils nomment Voldéin 
Saratof. Cette colonie s'appeloit c.-à.»d. Vladimir. Cette petite j 
originairement Choisi - le - Roi ; le a fini par appartenir à la W 
mais dans la suite le nom russe a nie, actuellement c'est un p 

que, et on y trouve une 'église aes- \îlle du gouv. de voiinie ei cb 

servie par un curé de leur religion* lieu de district. £lle est bâtie 

Crasno - RYNOFKA , (KpacHO* la Irva , à ^l^yver. de Jitoi 

pumooKa*) Colonie allemande du On y voit un chAteau qui lui l 

gouv. de Saràtof, district de Camy» lieu de citadelle et qui est bâti 

chine , foudée en 1768. On y une montagne escarpée, 

compte 62 familles Catboliques. CrémenskaIa, (jD>e.c£«HCKi 

Elle est à 75 wer. dé Saratof, son bourg des Cosaques du Don, $i 

nom allemand «stChountaL sur la rive droite de ce fleuve. 

Crasno,* SLOBODSK, {Kpacno* babiuns de cet endroit font 

r^o5o^cx5- ) ▼ille du gouv. de commerce considérable de béu 

Penza , chef-lieu de district , sous CRÉMKNTCHOUO,(iirptf.*<««c|j 

le 54^ 28' de lat. sept, et le 61^ 12' Ville du gouv. de Poluva , cl 

Je long, orient., à 173 wer. de lieu d'un district^ sous le ^9 

Penza. Elle est bâtie sur les deux 28'' de lat. sept, et le 5i^ 3 



GRE CM t4S 

it long, orient., bat ici «nr le bord quelquefois en allnnt de P^ters* 

brlentdl da Dnepr, et sur une pla- bourg à Moscou, Créstzi étant Une 

getrès-sabioitueuse, à I^i5 wer. de station de poste, 

Vobra. On j compte 2600 habi- Crioa , (Kputa*) pét. rîv. du 

Uoidr's deux sexes parmi lesquels gouv'. d'Ukraine, sur laquelle se 

seirouTent des GreCi* , des Armé- trouve la ville de Béiopoiie. 

ms et quelques J uiis : la majeu- Cr i mer , {Kp ujub, ) Cette pres^ 

reprtie sont des (j ira iniens. qa'ile que Us habitans nomment 

'iFHoirE , ( Kpejuonb. j cllâ- tantôt Crim, tantôt Cuérim^^Adas- 

t»â arec une église, dans le gouv. si, ce qui veut dire lie de C^ué^ 

li' lilTodie , bâti eu i255 sur le i*im j et qui porte actuellement son 

1réjdcr-Âa. ancien nom de TaUride , est l'or* 

iHESLAVt , (kpécÀaôÀh.)\o\\& mée par la mer Noire et la nier 

pfûte ville du gouv. de Vitcbsk , d'Azof, qui la borne â Tdrient avec 

■iutnctde DUnabourg,à i4owers. le détroit de Sivacbe, et ne tieiit 

^i^Polôlzk, sur la rive drditede la au contiUeiU que par une langue 

^m. Elle est régulièrement bà- de terre ou isthme, large d'envirdn 

^^ en briqués ; ou y trouve des ^ wer. Sa position est entre les ^5" 

arlisaos Se toute espèce; il s*y tient èl 4?*' dé lat. sept et les 5oo et 35« 

trois graads marchés annUels. Cet* de long, orient. On évalue 'i^on 

t« petite ville appartient ati comte étendue à environ 200 Wer. enlon- 

Pbier, qui y a lin château super- gucur et en. largeur. Cette p res- 

^«'Qtooré dé magainquesjardius, qu'île a déjà été citée et renom- 

ftùupsur une moUlague. niée dci temps des Argonautes ; 

Créstovoï - boUÉHaK , (Kpé'^ c'est-à-dire 1400 ans avaiit la nais- 

"no«o/ï-.^^#pdic5.> petite Colonie sance de J. C. Ses plus anciens 

iliftnaade dans le gouv. de Sara- habitans étoient les TaUriens,ceUx- 

^^M district de Camichihe, àiiô ci TUrent relégués dans la partie 

"frstes deSaratof. Elle est côm- montagneuse et lùéridionàlé de la 

P^>s^e de 35 familles , toutes dé la presqu'île, par les' Kimérieus, qiii 

^Itg ion luthérienne. s'emparèreUt des plaines; mais 

^RRtolroï- MÉDVEDITSKOY - Comme iU se maintinrent dànS les 

^'^•oérak , ( Kpecmosoû - jr^e4- mouiagiiesceiut d'eux que labres* 

^•vu^Koû ÔifepaKÏf,) colonie al- qu'île prit le nom de Tavrîca. Les 

l'Hande dans lé goUv. de Sdra- Grecs commencèrent à s'y établir 

'''^^ district de . Camichiné , sUr avant la moitié dû sixième siècle, 

^*Medïetlitza , à 91 wers. de Sa- avant J. C.Les Milésiens y bâtirent 

^'"^- On y compte îi5 familles Pan licapée ott Bosporus , au- 

'•^'l'^Vlerines, qui entretiennent Un jourd'hui Reriche et Théddosie , 

?î^tpur de leur religion. qui prit ensUile le nom de Caila 

^aÉSTzT, {Kpec't,u>) jiét. ville et qui à cette heure a repris son 

°'^omr. de iîovogorod , chef-rK*u véritable ùoin. Les Héracléeos de 

l**» disti'ict , soUs lé 58° 9' de PoUle y bâtiront Khcrjîdn , con- 

^'; sppt. et lé 5o<* 28' de long, jointement dvec les Délitns ; iU 

i?'*^) à 9*5 wer. de Novdgorod. commencèrent aussi à celte épo^- 

^'^rstbâtie sur la roiite de Môs- que j à y faire le commerce le 

^'ttà Péterébourg^etsurles bords plus florissant^ qdi lie contribua 

^ ^ petite rivièr'e Kholoval, On y pas peu à étendre leurs cOnnois- 

^Qipte à peu près io<io h.ibiUHns sauces géographiques. L'an 480 

C'sde«igex<^. Celte ville renfer- avant la naissance dé J* C, les 

^«'deai églises et dn palais impé- Arclia - aliaktidés , originaires de 

'^U(iS.M. l'Enij^ercùr s'arrête Mit^lèné^ fohdèrent à Bo^porui 

Tott. 1. 18 



i46 an CRI 

et dans quelques autres villes., en BjS; mais ilsGouseryèreiitlen 

Vers les embouchures du Coubane, Labi talions dans les monta^nri 

' un état monarchique , dont le où il restoit encore des Âllalns 

trône passa ^2 ans après , k une ainsi que dans la presqu île 1 

nouvelle dynastie de Rois , dans Kertche , et ils eurent leurs Rois 

lu personne de Sparlacus. Ces non- part , qui étoie nt chrétiens. Fi 

▼eaux monarques , quoique Thra- fin ^crs la fin du 4^me siècle, 

ques d'origine , selon toute appa- Royaume de Dospore cessa enii 

rence, ailectionnoient les Grecs, rement d'exister. Après Li cLu 

êur-tont les Athéniens , et couver- des II uns , les Ongres (Hongroi 

nèrent ayec douceur; ils chassé-- ou Mad jars, entreront dans la Cr 

rent les Skythes fen russe SlifV} , mée en 464 o.t ayant conquis, ar( 

de la presqu'île ae Kertche, s'em- les bolgares , tout ce qui esteutr 

parèrent de Théodosie , et élen- le Don et le Dnestr , une parll 

dirent aussi leurs possessions dans s'en retourna en Asie, et fiii;a[;c 

le Coubane* Environ 38o ans avant ^ rent les Golhs établis dans la près 

rèrt Chrétienne, les Skythes ayant qu'tle de Kertche , de passer <i 

vie presqu'eutièrement extermi- 1 autre côté ii Tamann , oùiUpr 

nés par les Sa rma tes, les Tav riens rent des habitations. Dans le VI 

élenairent peu k peu leur domina^ siècle, l'Empereur Justinien seJj 

tion sur toute la presqu'île, et cida à délivrer la Tauride du joi{ 

molestèrent le royaume ^e Eospo» de ces Ihiibares , vi y ayant en^oj 

re, aussi bien que l'état iudépen* des troupes, il (ît réparer les toi 

daut de Cherson, soit par Aca tifications de lîhcrson etdulo 

coutribullous, soit par le dégât , pore, et en expulsa les barba 

jusqu^à ce que ces peuples se fus- Jusqu'à sa mort la tranquillité 

«ent soumis augrand Milliridatc , maintint en Crimée; mais apr* 

Koi de Pont, \ers Tan 112 avant son décès de nouveaux troubl* 

la naissance de J. C. Alors ce déchirèrent ce malheureài p} 

Prince puissant subjugua les Ta- En 679 les Kozare^ subjuQiièrfi 

ariens et se trouva maître de tou- la Crimée et rendirent tribuiain 

te la Crimée. Mais vers^ Tépoquc les Goths de la montagne et 

delà naissance de J. C. , les Al- villes grecques de la cote; il 

laîns ( eu russe Alla oy ) génétrè- vrai que les Goths se révoUère 

vent dans la presqu'île, rendirent vers la fin du Ylll* siècle 

les Rois de Rospore tributaires , mais ils furent réprimés et cepi'i 

et vinrent h bout d'exterminer les- dant conservèrent leurs Kois. V< 

Tavrîcns , vers l'an 62 de notre 840 l'Empereur Théophile érig 

ère. La domiuation de ces nou- une province ou gouvernement 1 

veaux marli'es dura environ uu Kherson, dans lequel il rèm 

siècle et demi. Vers le milieu du toutes les villes et autres Iiabil 

second siècle les Goths, (en russe tions grecques de la Crimée et < 

Gotiy) , parurent à la place des Coubane ; car quoique ces peap 

Alains , et c'est pendant la du- rendissent un tribut aux Koxai 

ree de leur dommation , savoir ils ne laissoient pas de reconnoi 

vers les temps de Didclétien et du la souveraineté delà cour de Cox 

grand Constantin , que le Chris- tantinople. Cependant dqiuis 

tianisme fut porté en Crimée , temps que les Kozares s'étoic 

de fayon que fou y érigea succès- renaus maîtres de la Crimée, ff' 

sivement plusieurs évédliés. Les ^ presqu'île avoit pris le nom dcK 

^ Goths furent foreés de se soumet- sarie ou Gatzarie, et la partie ui<^ 

* Ure auxUuas 9 (enrusse Uoany), tagneusc prit celui dej pcupi 



CRI CRI 147 

(î«i roccnpoietit ; c est-à-dîre , de tliéAlre ^cs gaerres les plas cruel- 

(lOiliie, quand ce furent les Gollis les , qin la metloient lantôt 8ous Li ^ 

pideTsikhis d'après les Alatns dépendanccdes souverains de Cons- 

LiUiiensou laziquesqul j étoient tautinople, lanlôt la leur ravis- \ 

n<fi. Les Juifs étoîent déjh fort soît }> enfin les Polovtzis Vayant 

iHGiLreui dans la Crimée du conquise , la gardèrent sous leur 

laps des Kozares. En 882, les puissance jusqu'au Xlllème siè- 

Fi-heûégues chassèrent les Ko- de. En lîBj , les Ta tares avant 

f r?s (le la Crimée, ainsi que de vaincu les Polovtzis , s'emparèrent 

îfirs autres possessions , mais ils de tous leurs Etats , parmi les- 

ninn»al bientôt après. Vers la fin quels se trouvoil aussi la presqu'île 

ou Xèmç siècle, le grand-duc de Crimée, CVloil le fameux Ba- 




îiiiiolorkie , anjourd'hui de Ta- gay, contre les Polovtzis ; celui-ci 

tiHi. Après lui, son fils V lad imifSj après plusieurs victoires , les ré- 

•"ulant étendre les conquêtes que duisit entièrement sous son obéls- 

'a père avoit faites, envoya en sancc , et la Crimée futanexé à 

■'5^, son arméeen Tauride , prit l'Empire du Captcliak. Lorsque ' 

ti >accai^ea Théodosie , enleva les cet Empire se divisa, la Crimée 

^'■>*j sacrés et les ornemens des resta sous la dépendance des Ta- 
I ,• ... . __ . -_._*. 




"'<>) il fut baptisé à Kherson , et les Gotbs continuèrent à payer 

^ il épousa la sœur de Bazile , trib u t au x Ta tares, comme ils le fai- 

J*'[H»rear de Constantinople. Cet- soient auparavant aux Ongres, aux 

'' «ûîon fut la cause que Yladi- Kozares et aux Polovtzis. Le prin- 

^ r oe garda pas ses conquêtes en cipal commerce des Tatares dans ce 

«.riméect qu'il les céda à l'Empe- pays se faisant dans ville de Crim, 

f^iirsoa beao-frère* Les Kozares toute la prèsqulle en prit le nom, 

triaoi pas entièrement expulsés et le conserva pendant tout le temps 

^ li presqu'île , et y étant même de leur domination. Les Génois 

'^^>)re assez puissans, ce même ayant été libérés par un traité do 

-ïiperear Bazile joignant ses Ihr- commerce quils firent en 1261 

^ . enroi6, à celles du grand- avec l'Empereur Michel Paléolo- 

'''^^e Russie, Svialopolk, attaqua gue , de tout payage et douane 

''';c lui les Kozares y et les ex- dans les possessions Grecques , 

i'iUa entièrement de la Tauride ; obtinrent en même temps la libre 

"*' vainqueurs partagèrent entre navigation sur la mer Noire; ils 

''lii^lte conquête, stipulant que la s'en prévalurent pour exclure pres- 

r'^>*|u*Ue resteroit sous la dépen- qu'entièrement les Grecs et les Yé- 

*'''ce des Césars de Constanlino- nitiens du commerce delà Crimée, 

l*;et que le Taman ou Tmou- les derniers surtout , qui l'avoi^ns 

'*^<Un , appartiendroit à la Rns^ exclusivement entre les mains de- 

•"• eiïcctivement , on y érigea puirf la domination des Latins k 

i'"' principauté qui fut long-temps Constantinople; cette rivalité fut 

^'fuiiagc des PrmcesKusses, jus- la source de Combats sanglans , 

^^i ce quelle leur fût enlevée presque tous a Tavântage des Gé- 

I^'" le» Polovtzis. Pendant un long nois, PemLant la domination des 

^pace de temps, la Crimée fut le Tatares^ ils obtinrent d'eui^ la pe^*- 



'ï48 cm CRI 

mission Ae h^tlr deç magasins poar rFurope, Enfin en 1785 , la Rdi 
leurs iDarcliaudij^es , et sous ce sie B\ant réuni la Crimée à soi 
prétexte, ils bâtirent ia ville Ënipire, a acquis cç délicieux pa>j 
de Cai'ia , sur l'einplaceinenl de ijui pourrai un .jour voir jfvivij 
l'ancienne Tbéodosie ; peu à peii son commerce , par la libre navi 
cette nouvelle ville lut lortiiîée , cation de la mer Noire, que l 
etd?;vint Venlrepôtd'up qoinmprcç nussic s'est acqnise , par les (rai^ 
très - considérable ; ils s'aura qdi- tés de pai:^ | qu'elle a conclus! 
rent an point de dicter des lois d i fie rep tes époques , aveclalurv 
aux l'rincês Tatares ^ qui j étoient quie* Actuellement la Crimée iar 
erivpjés du HL^ptchak , de les de* partie dti gpur. de la Tauride.Iu^ 
poser et d'eu taire élire d'autres à dépendapiment de sa situation^ 
leur volonté ; en un mot , ils fu- cette presqn*tle est très-remar' 
rent les véritables maUres de la quable par les avantages donl U 
' Tauride. Avaut bit de CafTa le nature la comblés» Klle s'araDce 
centre de leur domination , ils vers le sud y dans une mt^r san^ 
s'emparèrent de Soldaia (^oudac) ^cueils, elle est entourée des meil^ 
^t de T^mbalp (l^alaclava). Us leurs ports de TKurope et de l'A^e 
continuèrent à y léguer pendant elle attiré dans les siens Ucorni 
tout le temps des dissentions qui merce des deux nations et elle eu i 
eurent lieu a cette époque parmi un (Sé%astopol) assez bon eta$»ei 
les bordes tatares ; mais k la tin grand ^ pour que tous les vail- 
les Tatares^ réunis aux Turcs , seaux de l'Angleterre puis«eat 1 
{larvinrent à leur reprendre , vers mouiller en sûreté": elleaencon 
a fin du Xyêiue siècle, Çafia ;, l'avautij^o de pouvoir alimeiile 
feoblaia , Tzeubala et Tano , sur une armée , avec les production 
lei^on^ ils ruinèrent entièrenjent dé son territoire ^ plus icrtiieto 
et uiirc-nt fi^i à leur domination core que celui de llkrainc. Oo^ 

dans ce pa> s. En. f 47^9^^^^^^"^^^" envoie paître les trou|»ean\ n 

profitant des troubles qui ré* toute saison : les forets se n eut d 

gnoieul en Crimée , y envoya une rétraite à une quanti te* prodî{^i«•u^ 

llotte considérable avec des trou- de gibier , les jardins y sont pl^'» 

pes, qui ayant vaincu les Tatares de fruits délicieux ,' et les vi^oo- 

Ê rirent CalTa et mirent tonte la blés y- sont très-aboudans. Crtu 

rimée sous sa dépendance. De* fertilité n'est pas seulement ^ii< 

puis ce temps la Crimée resta peu- k la bonté du sol , mqis à flicu 

dant trois siècles en quelque façon rense température du climat , qo 

soumise à la Horte Ottopfiane , qui pcrniet de cultiver en plein cliani 

contirmoit les* ^bans , quelque- plusieurs productions excln&i^c 

fois les déposoit , avoit des ports ment propres aux pays chauil^ 

dans la presqu lie oùelle eptrete- Iol Tauride jouit dé cette faveu 

lioit des garnisons,. faisoit mar- pendant neuf mois de l'apnée; I 

cberles troupes ^^s Tatares, souk printefnps y coipœence de lion 

)es ordres du Kban, dans les ne beur^; les ardeurs de IVte 

guerres qu'elle a^oit ; laissant ton- depuis le mois de Mai , \n^^ 

]ours le pouvoir exécutif aux sou- vers la fin d'Août, sont tempe 

Verains au pays , el\e en ëtoit pro- rèea par des pluies fréquentes , ( 

. prement b suzeraine. C'est depuis • par les vents de Nord alises jqv 

te momei^t que le oonimerce de la durent depuis dix heures da ui» 

Crimée a été enti^reqient ruiné , tin jusqu à six beurcs da 5o:( 

rentrée de la mer Noire n'éta^it (jCS deux mois su ivans sont beao^ 
jpermise à ^acpne puissance 4e le d^clia de Norembre amène de 



r 



CRI CRI 1 40 

frlnuts ; i la fin et aa coiHmea- sentent pas le mauvais efTet, parce 
pement de Tannée , il survient de qu il est continuellement rafraîchi 
petites gelées ^ qui ne durent guè- par le vent des mers qui l'entou- 
re t^ne trois jours ^ et foQt rare*- rentde trois eu lés , ou par celui 
Bint baisser le thermomètre de du continent. Les étrangers seuls 

Ht^omur au-dessous du huitième sont attaqués de la fièvre de 

.(in;rf. Cependant la mer gèle quel- Crimée, quand ils s'ohstluent à 

Gttciols dans le détroit , et on a continuer leur régime du nord. 

)Dk «lace tenir dix jours de suite. Les marais de Tacbl} k , à Forient 

In [784 et en 1789 le froid avoit deThéodosie, sont encore plus 

ijt descendre le thermomètre au malsains, de même que les cnvi- 

Ti( ^tlème degré ; mais c'étoit une rons des sources des rivières du 

r^ut'or momentanée, que la pro- grand Carassou et de Tunis , qui 

vtleoce laisoit s«*ntir à tous les traversent la ville de Carassou- 

)i iQÔridionaui. , comme pour hazar; ceux de Tembouchure de 

lurdouaer une plus hante idée TOuzeu, qui tombe dans le port 

ii<'^ douceurs habituelles de leur de Scvastopol, près d'Inkerman 

cliioat, Ln général ces écarts de et de la Cabarna , qui se jette 

1^ Udiure sont assex rares. Elle ne dans la mer Noire , près de Bel-* 

i<in.,uil en fauridc que pendant de hek, lieux aujourd'hui déserts, 

courts intervalles , et après le mois et qu'on appeloit le cimetière de 

<ie lévrier , qui ressemble à celui notre armée. Si on sort dans 

de novembre, elle commence à se Vautomne ^ après le couchrr du 

itvetir des riantes couleurs du soleil, on est exposé à des tour-» 

priQiemps, A- ^ reste on peut, pen- billous aussi incommodes que le 

^iQl prf^^que tonte Vannée, par^ Sirocco d'iialie, ou le Sonman 

fôorir avec délice les charmans de Perse. Il y a tel vent , qui amené 

passages de la Tauride. Si F habile des brouillards dont il faut se ca- 

irûste Ivaaow, que le prince Fo- rantir, sons peine d'avoir mal à 

^mkin y avoit envoyé , tait graver la gorge ou aux yeux: tel autre 

l^^oovaes qu*il y a dessinées, yent nuit encore davantage, en 

iaiu;^leur impartial, i^'liésitera arrêtant la transpiration, qui 

P>» à leur donner la préiéren ce , seule est évaluée aux clnq-hui- 

iur les glaciers et les sites fameux tièmes des autres sécrétions dans 

^U Suisse, qui doivent une par- l'état , de santé. Mais ces inconvé* 

^«^df leur célébrité au burin des nicns, qu'on trouve plus ou moins 

'^i^helu, des Alberti , des Hallef dans beaucoup de pays, sont laci- 

f'des Luc. Un yoyageur, qui con. les à prévenir ou à éviter, en 

^oltrolt ces deux contrés, pour- adoptant les précautions et la 

^il encore moins refuser son suf- manière de vivre des habilaus. 

frage à la Tauride, surtout dans la La Tauride est iiue presqu'île. 

Partie montagneuse , aux environs formée par deux élémens dont 

"^p CoiIqI et de Kertche , oii la sa- l'action se maures te aux "yeux de 

4riié des eaux \ jointe à celle du Tobservalear , le ïen et Teau» 

^nmat, prolonge souvent la vie des La partie méridionale, offre des 

^tnpaes jusqu'à cent ans. Il y a groupes de rochers brûlés , de» 

cependant des parties ma) saines cratères , de la lave, de la picore 

^i< certains temps , comme le 5i- ponce et l'argile vernissée. A 

^dcbe ^ qui répand une odeur in- chaque pas rinspecilon du sol 

•mesarles plaines occidentales^ indique aes volcans éteints, et c« 

luai^leôhabttaiu dupaysp^tn fes- quik ^voient épar^jiné^ a été 



i5o .CRI CRI 

ahyméclanslrs trcmhlenocnjtflelrr- a une rade spacîeuie oijTorle vert 

re (jne les tt.'ui souterrain) produt- le sud. Le rivage qui la forme j 

tirent trop souvent. Les grandis depuis la ville de Yén»calé, jasqu* 

]>ouleversen3ens sont attestés par ou cap Âk-hoiiroun^ est fortescar 

les débris imposans restés h la pé, et n'est abordable que dans U 

•urtacedela terre, par les masses voisinage de ces deux villes. Lu^ 

de rochers qui encombrent des val- tre elles et la mer d'Azov, îlyi 

lées prolbtides , et par les couches sur les montagnes des eaax sa uuiâ^ 

parallèles des montagnes. Celles très , à la soperfitie desquelles 

ne la Ta uride forment trois rangs surnage le pétrol, ou iiaphte,qQe 

irréguliers dans la direction de les habitans recueillent en grande 

Test à l'ouest. A l'entrée de l'ibdi- quantité. Au pied septentriooalde 

me de la i auride, nommée par les <^s montagnes, est un marais èont 

('*recs Tapbro , et par les Sarmates les exhalaisons Indiquent des uMliê' 
l^récop, les plaines s'étendent à' res sulfureuses , qui dans la saiie 

perle de^ue vers la mer Noire, produiront peut-ctre une érup- 

et vers les rivières boulganaque et ï'on, comme cela est arrivé de bo* 

deSalguir, à l'o'^cidenl, et le long jours dans THe de Taman. 1^ 

de la mer fonrru ,appeléeSivachej banc de sable qui s'avance du 

du côté de l'est, i^r golfe de l.vcès côté de celle île , resserre le 

ou i>ouges, qui re.s^e^re Tlsthme, Chenal , passage du Bospore, qui 

a été lorÉié par l' écoulement des est dél'eu<iu par la Ijatterte de S, 

eaux du Corèie et par le détroit de ^atil, prcs ii*Ak-bouroun: Takfl- 

Chnuu^ar; il nV&t pas éloigné de mythe ( autrefois JNymphcon, 

six iverstis du ^olle de Necropol, C>pricon ) est un promontoire 

Tanjïrarlif ou Careinite , qui l'or- escarpé au sortir du Bospore, 

Xne l'usthme à f Ouest. La presqu'- ^^^ la mer Noire. La partie 




qui 

etdecelied'Ator; (Palus Méotide, cipitentles unes vers le Sivacbc, 

nièrede la Mer Noire, Temerinda^ et les autres vers la mer Noire, 

C arpilong, mer bleue ); mais elle ^ti elles se jettent à la cote oc^ 

est unie depuis Théodosir, jusqu'à cidentale j les premières sont b 

six wers tes avant le Bospore. Elle Salguir , auquel se joignent i^ 

comitiunique avec la langue d* Ara- les deux Carasous, lioarantcld) 

bat (Verte, Zënisquée^ autrefois Zouia et beschtérek, a® le Boulga- 

Zénon), q,ui est longue d'un de- nakoriental, 3^^ les trois IndaU} 

jgré, large de trois "w, et fermée du 4° le ^oubache, 5^ le Tchourouk- 

côlé du continent, par le détroit sou, et 6° le Caragos. Les second» 

de Jënitschi, hlle u a d^autresbois sont : l^ le Boulganak occidental, 

que celpide ses vergers et point de 3^ FAIma, 3^ la Catcha et 4° ^ 

rivières; il y a plusieurs lacs salans, Cabarda. Les ruisseaux d'Alarsou 

et très-peu de sources d'eau douce, et de Ballasou, dont la ébute est 

Près de la ville de Kertclie , ' est très-forte, tombent auprès d'ialu, 

une plaine fbrt étendue, semée de sur la côte méridionale , et un 

petites éminences qui sont les peu plus loin vers TOrient le* 

tombeaux de ses anciens habitans. rivières d'Aloucli ta, d'Oustiooket 

Cette ville (autrefois Panticapée, de Soudak, ont leurs emboacho- 

)iospora$| Vospro, Aapromonte ) res : celle d*lstslané est près i^ 



CRI CRX ' i5i 



de 



;<Klo$ic Les prîncîpalen yiWcA la, plus loin, près de Sîméïs, 
la Cnméf,|lout nons parferons de grands éclaU de rwîllers éternî- 
léuréiacnt k leurs articles, sont sent Li mémoire des feux soûler- 
ie Pérékop, située sur l'Isthmé rains ; ensuite on voit Aeii\ caps , 
ntèffle, de là en suivant la cote oc- celui de S, TJiéodore ( Tasus Rîrr- 
c^ealale; a© Cozlof , actuellement kinos-Bouroun )' et de S. Nikite , 
l'^piiorie (en russe Kvpatoria) ; 3" près de Yalta. Les campa» nés voi- 
^kropol ( Akh-metcUed, sous sines de ce bour^ sont entourées 
èfaUres); 4» BakIi-tcUisaray , de montagnes assez ressemblantes 




Cliersoii, on la nommoit Akhtiar , «ont couverU d'orangers en pleine 
wus la domination des ïatares; 7° , terre ; des troupeaux nombreux 
Bàlaklara, port; 8° Carasou-ibazar; paissent au sommet, la pente «st 
^' Staroy-Crîm , ou vieux Crimj couvertes d'arbres en amphithéâ- 

II* 

n^ 

p; i3e Jenikol , tous les deux A 4 verstes ^ d Yalta^ est le nouvel 
prU fortifiés dans la presqu'- O^rsova ( Coursouv ) , bourg , 
îl« de Kertcbe ^ et 14** Arabat, fortifté par l'Empereur Justin ien 
iorla langue d'Arabat, qui s'a- !•' , et nommé Gor-zabita , qui 
nncede là au nord-ouest dans là veut dire en Slavon , montagne 
iiin'3'\zoiv» La chaîne de monta- brisée* Les ruines du viel Oursova 
^Dctqai s'élève depuis Théodosie y se présentent sur un rocher isolé, 
^qoi aboutit à la chersonèse fra- que la mer bat de toutes parts : à 
^1 que iorment les ports de la même distance et près du cap 
^<'tastopol et de Balaklava^ est rond , se trouve Parthénite, ville 

Î'tsqoe parallèle au rivage méri« autrefois commerçante , et patrie 
loaal de la mer Noire , et garan- de S. Jean évëque de Gôthie. 
lit lies vents du nord, une pe- Plus loin est^ le petit* Lambate 
^^oontréeqo^onpoarroit appel- ( Lampas ) , ancienne place de 
1er arec justice l'Italie Russienne : commerce , dont la rade porte les 
^ est composée de plusieurs marques d'un horrible tremble- 
^iooos , et fermée dans les in- ment de terre : ensuite le grand 
^tices, par d'autres montagnes Lambate , pr js d'Alout-chta , 
pios septentrionales qui s'étendent nom qui jignitie en Slavon , pe* 
^Tîère elles. A trois verstes vers tite Hélène 5 son ancien nom étoit 
le sud, près des ruines de Cher- Phourion , ce fut la seconde for- 
l^flj se trouve un petit port ^ et teresse bâtie par Justin ien !•« , 
* ïi verstes de là , «"élève le pro- sur la côte méridionale de la ïau- 
îûoaioire ' ' - •' " — -J- -- '- ^" — » 



oire de S, Georges , autre- ride. En cet endroit , le Sinal-' 

Pariliénion , Carlos , Cosa- dag s pplaoît^ mais cet interstice 

piiar/fcbifouros, Ourèt, iameux est abrité du c&té du nord, par 

^r le Umple de Diane célèbre deux grandes montagnes rangées 

*^Qs l'antiquité. C est là, que les sur la seconde l'île. La chaîne in- 

'^(^ntagues- très élevées conservent terrompue, recommence à Ous- 

^Ci empreintes volcaniques , et tiouk, où deux rocs coui(|ues lais- 




i52 CRI CM 

• 

quelques Géographes placent dans lînge. Elle est couverte d^line fol*! 

cette plage (lj« Â 9 werstes de couche déterre à ièulon, ans 

la , le promontoire d*A j-Oudag bonne podr les fabriques de drap 

( Ag}Pra ) ) présente les mines que celle d'Angleterre, A 10 w. 

d'une tour que les Tatares ont a Inkerman est la montagne de B^ 

nommée Tcbaban-Calé j parée que ba , isolée 5 couverte de bois i 

leurs bergers y fetiiH>ient leurs portant à la éime un rocher coup 

troupeaux dans les chaleurs du» k pic4 Une autre est près de la r 

jour. Vn autre promontoire ^ tière de Cabarda , et elle ibrme u 

nommé anciennement Corax 5 est triangle k peu près équilatëral av^ 

près de Soudac. Ce bourgi autrefois celles qui portent les villes ci lo 

ville très- llorissau te par son com<^ kerman et de Halaclava. Elle es 

tuerce , est situé sur une haute accessible d'un c6u^ par uuf" pent 

montagne* La chaîne d*OttStiouk y douce ^ mais partout ailleurs elJ^ 

interrompue ici , se relève de non- est OOupée d abjmès , dont i'a:lJ 

veau , se prolonge et s'aplatit ^ à ne peut pas mesurer la proiboj 

iS wersiea de Tliéodosie^ Cette deur. l/intérienr cmi tient de grau 

ville se nom moi t anciennement des cavernes (aillées dans le roc 

Ardavda^ ou la ville de Sept Dieux, la cime est Une vaste plaine tira 

Touâba ^ Toudosie et ensuite Caf- au cordeau et couverte dVbre 

ùl. a l'orient, au nord, oommen<- fruitiers , au centre de laqueU 

cent les plaines de la presqu'île de sont les ruines «i'ane grande Tille 

Kertche. La seconde lile clés mon- jadis la résidence des Gothl , qv 

tagnes qui côtoie la chai ne méri-< la nOmnioient Maugout , et qw 

dionale , et en couvre les intersti- les Grecs appeloient Castroo-O» 

ces, a moins d'élévation. On voit thicon. Deox autres montagnes fl 

au sommet d'une de ses monta-^ face d'Alout-chta ^ ont beaucoa 

gnes , les ruines de Doros ou In- d'élévation et garantissent levast 

kerman, ancienne capitale delà détilé qui est près de ce bourg 

principauté de 1 héodosie , c*étoît preir^ère , qu'on appelle Tcbatir 

la Ctcpos de Mrabon ^ car la situ* dag (Bérosus)^ eut isolée: ats" 

aiion est la même , à 6 ivors. de de passer la Salgair , en rena 

Cherson (i). Daiis rinlérieur de de Pérécop , on toit sa cime , q 

cette moutagne , au sud , il y a perce les nuages. Sur sa troQ 



peuies iirasses , taïuees aans le roc eaux , que if iroia ne iiuin»» 

à cinq étages, avec beaucoup d'arL fait condenser. Elles se I'odM 

À 6 wer. ver^ l'orient , éloit la for- insensiblement , par la chaleij 

tercsse de Néapolis. On trouve 4 deseai»xdepluiedertfrrière-aai>on 

wer. ^ plus loin, \tis ruines de Ce phénomène est la cause à 

Mangoui. \ers le sud-^st , à 6 w/ bruit commun j qiie la ^\^^ 

d'il! kerman , et près du village de abonde en été, et se perd penoas 

Beikerman , il y a une mine d'ar- T hiver. La montagne d AgnennTj 

gile savonneuse ^ que les Turcs ap*' cbe (los Kimmérios) termine » 

ptillen l^kii.iOn peut s*en servir pour seconde file des montagnes; ^< 

dégrais9(*r les étoiles , et la mêler est iWlée et longue de p^^^^^^ 

«vec la lessive , pour blanchir le wer. {. Anciennement la viUe ' 

^ : • ■ ■ 1 ^— -■ ^ 

(i^ Siiitier. mem. pop, Abrabiami ^ Orlalii, valus Geoyrapkiai i^^ ^^ 

uée 1624* ' 

fi) 4oSla^S9 V. âlral)»ii. livra Vit, pag. i, SoS .\ 3ix 



CM en i53 

ifmmi oa TÎeax Crîm ( Stai^ojr pays j qui naguère foamîssott an* 
cinjs ftendolt jasquà sa crou- iaot de combatuias. lia majeure 
K^îQJourd'htii elle n'est qa^à sa partie en est Tatare ; le reste est 
taie. Dû second ëlage du palais composé de Grecs, de Jaifs ,, 
'pUcopal, on découvre les trois d'Arnlénlens , de. Russes et d«t 
nm,IeStrache , la mer Noire et quelques négoclans de différens 
^^iled'^zof. 11 y a , sur le flanc pays de TEurope. Les Tatares sont 
■r^ul de la montagne ^ une Ca- bons, doux, tiospitaliers et mè-> 
'^f» nommée Inglotan-Kouioun,, tient une vie patriarchalc; peu ins- 
^AQi les Tatares n'osoient appro- truits , ils ignorent les viCes que 
^} erojant qde c'ëtoit Tentrée la civilisation amène malheareU- 
^lEofer. En allant de Pérécop sèment à sa suite« L'entretiendra 
iiQ(l,oa voit le terrain s'élever bestiaux a été de tout temps Foc-* 
iêuslblement , d'abord on arri- cupation prinoipale des Tatares , 
"i Simpheropol, snr le Salguir, et jusqu'ici n'a rien perdu de sa 
m s'avançanl on sYgare dans ibrce; c'est une branche de leur 
3 groupe de montagnes. On y richesse } voici k peu près ceux 
i^Qve les raines de la v'dle de Ca- qu'ib nourrissent : i» le chameau 
'Q'te) â i5 werstes de la mer , à deux bosses; 3* trois espèces dé 
fia rÎTe gauche de l'Aima ; plus moutons , parmi lesquels se trou<* 
^B) (loe longue et profonde vaU ve le mouton gris, qui donne ces 
^ divisant deux grandes mon-** peaux d'agneau grises de ta Cri-< 
'}^i ceint la ville de Baktchi- mée, qui sont si recherchées. Ilna 
'^S^ Ici t rémité occidentale du se passe guère d'année qu'il ne 
^'1; les Juifs Caraïtes , ou Ca- s'exporte au-delà de 3o,ooo de 
CBMi , ont un bon rg nommé ces peaux d agneaux grises , dont 
^lOQtoat-Calessi. Au haut du ro» la plus grande partie pour la Po-« 
'^'on volt le château de Kirkiel, logne , ou elles sont très-estimées 
^mûou des anciens lihans , et payées fort cher. Il s'exporte 
'^vonlenommoit K.hansde&ir- annuellenient au-delà de 60,000 
''I U montagne qui est à 4 wer. peaux d'agneau noir de la Crimée* 
^ Baktchisaray , offre un as4 L'Empire n'a point de province. 
^(imposant: elle s'appelle Ta* que la nature ait autant favorisée 
'^^inaan: elle est très-haute , que la Crimée pour l'entretien des 
^^^ueet couverte de bois au-des- brebis , et surtout pour les mou<^ 
^^ 'i(^ueb sVlève sa cime tou- tons errans > et où ces animaux 
' ^^] on prétend que Tinté- aient en été la plaine et les pâtura* 
'^^i divisé en grottes , taillées à ges frais des Alp€s , paissent en hi« 
''<Uge«, servoii de prison au Ter dans les vallons méridionaux 
'^^ncment Génois. La popn- et sans neige de la contrée^ ou suf 
^^ si nombreuse de la Crimée les plateaux situés près de la mer^ 
l^mps des Tatares est réduite et puissent, à cause de la douce 
^tllemeiu à très-peu de chose, température des hivers, passer cet- 
1^ 'migrations des Mahométans te saison entièrement ii l'air. L'en- 
' !*• gouvernement Russe , et tretien des chèvres , que l'on trou- 
^f Délation des Grecs etdesAr-* ve en quantité, surtout dans le* 
'^j>»ens de ce pays , que Catheri- 4 montagnes , et que la chcrlé deê 
*l ordonna, pour peupler les peaux lait rechercher, pour en 
WQifi de Marioupol et de Na- préparer le maroquin , est une 
''«^l'^vau en sont la tause. il branchedc revenu t'rès-prod active. 
''^ munlcnanl à peine 120,000 On voit dans la classe das chiens 
<"iaQ<î d^f deux êeikes dans «e de ia Crimée , une race de grands 

ToM« 1, 19 



i54 



CRI 



CRt 



lévriers, là plupart à oreilles pen- de ces mefs, est une espèce ielii 
* dan tes , recherchés et fort estimés mande ; on trouve ensuite les bj 

1>oor la.chasse du lièvre. Le bufle, tchkis , le rouget , six ou sept a 
t cheval et la vache , sont égaler pèccs de labres ei parmi cellei- 
ment entretenus par les Tatarcs. ci le perroquet de mer y le sparail 
La Crimée n'ahoude pas en bétes Ion à arête verte (Esox belone) 1 
sauvages. IjCS chevreuils se trou- perlon« diapré iTrygla cacuhs] 
veut dans les montagnes boisées , on prend aussi dans les'deui mer 
et les lièvres gris ^ qui sont très- la pastenaqîie {Rci;^ Pastinaca] 
nombreux dans toute la contrée, La Crimée n'offre pas en gt^nera 
fournissent plus de lôyooo peaux , une grande variété dans éti \nsm 
qui s>x portent par Pérecop. Oii tes ^ comme elles sont toutes dé^ 
ne trouve le cerf quautour du crites par plusieurs voyageurs,/! 
Tchatjrdag , et on u a jamais vu xenverrai mes lecteurs. La Crim^ 
d'autres ours dans le pays , que perdit à la translation des Anne- 
ceux qu'*y avoient amenés les bo- iliens et des Grecs en Rossie i 
kémiens. Les loups y sont nom- presque toute son industrie, qn 
breux , surtout dans les monta- s'étoit assez médiocrement soute 
gnes y ainsi que les renards et lés nue sous la domination des prafr 
blaireaux. La mer nourrit de peti- ces Tatares , et etfcore ^ujourd lia 
tes phoques fjyhoca) et des Dau- la contrée est dépourvfie du nomi 
phins.IiCS eaux douces de la Crimée- bre d'ôtivriers les plus nécessaij 
sont peu poissonneuses et la truite res , saiis faire mention des fabri^ 
est ce qu il y ade mieux dans les ques et manufactures ; cependas 
ruisseaux des montagnes qui nour^ les maroquins de la Crimée, vm 
rissent aussi une petite espèce de quels on ne donne ici que les co(^ 
barbeau , des lottes franches et leurs ronges et jauCnes ^ ne le ce 
bouvières. On trouve dans quel- dent en rien pour la bonté, à ced 
ques lacs, Vide {cyprinus ediip). de la Turquie; on n'einploici 
Lés mers Noire et d^Azof sont en fabrication des meilleures, q 
récompense très-poissonneuses ; des peaux de bouc ; pour les co 
on y prend une grande quantité munes on se sert égalemeDl 
d'esturgeons , des sandres et de celles de mouton. On fait aussi 
petites brèmes ^yimba.) Le Mu- Baktcbissarky toutes sortes décos 
let {moiigil cephaîus) , avec les teaux , sabres^ poignards , d« 
œuls duquel on prépare la bon tar- on vante beaucoup Texcellf'oj 
jgae , y est très-commun ; les ba- trempe. On trouve des Ibuirei 
rengs y sont gras et délicats. Il une savonnerie et plusieurs bonoi 
parolt ici sur les côtes au prin- fabriques de chandelles à Caraj 
temps ^ une espèce de sardine soubasar. Les objets d'exportatid 
(4Mtfrmo)' appelée parlesKusses actuelle les plus imporUiis , soi 
bélaïa Rybka (petit poi^«son blanc) i5o,ooo.Rl11o de sel chargés ai 
qui arrive d^n5 une telle profu- nuetlement du côté de la mer^j 
ston , qu'après les tempêtes de celui' du frometot , qui , dans q* 
TéQuinoxe , le rivage en est ceint ques années est de 80 à ioo,u<^ 
parfois comme d'un mur. On a îchétverts de 7 pouds | cbacsi 
tenté de les saler c*omme les an-' pris la majeure partie à Eapalori 
chois y et on s'est fort bien^trouvé L exportation de la soude , po 
Je Tessai. On prend en troupes <x)n- rbit; augmenter beaucoup par 
fiidérables les maquereaux (^co/ti- suitei 11 se vend du beurre pfl| 
her priamypjy qu'on sale dans des plus de So^ooo Roubles. Jo^s 
tûoneauXr Va poisson distingué autres ai^iicles d^exportatioo , 



v 



> ■*-' . 






i- 






. CRX CRO i55 

eic^ption d^one grosse toile étroi« entouré de fossés et de palissades* 

le et médiocre , qui peut faire un J\ contient lo églises, dont 5 de la 

objet de loo^ooo archines,,^ sont reliijion grecque et 5 de Grecs- 

msi^iiians. il j auroit beaucoup Unis , une Synagogue et une 

a pii^uer sur le fer , s'il y en avoit maison de poste. 

v^m Qoe quantité suffisante Croda-Kygue. (KpoAaHbuh,) 

Mirlesl,cux,pourles demandeurs. Grande riv. du Camtchatka. Les 

I^àrticles les plus considérables Russes l'appellent Listvénilchnaïa, 

.Bfwrlalion sont: le coton en ^^ rivière des mélèzes à cause de 

KarreetloulMSorlcsd'étolfesde 1^ ^jyantLté de ces arbres q^i 
rn, et celles de soie dans le croissent sur ses bords. Elle est 
, al des Orientaux , les vins de remarquable par la cascade qu elle 
llrciupel et ceux faits sur les forme en sortant du Lac Cronôtz, 
!-'Js du canal de Constantmople, ^j g^^g laquelle on peut se pro» 
:• ^bac de Turquie en feuilles , et mener sans se mouiller. 
.ai"»» sortes de fruits frais et secs. r< / * ^r-it 

1 M'orution qui se foît de Cri- . ÇaoLEVETz {flrpo^««^5.) V.Ile 
j.„ 1- n_--*. • * duGouv. de Ichernicow etcliet- 




..«u. , peaux de lièvres , maro- •«"•. \ P^"»« ""«/« »°"°»^ 
r^ns/cuir, tannés et tèinU en Dobrye-\ody, ou bonnes-eaux. 

».n. yjn, de Calcha, Aima, ^^^« ««"'"'" »"«!'» ^ 10,000 ha- 

, I L /v » .11 bitans des deux sexes, en comp- 

>ulalt, Coos et autres vallons "'^"^ -n • • • i • 

' . * j « tant les villaees Toisms qui lut 

' 'Cens , noix qm croissent dans . * . « r-.™« k. 

i '_ ^, , ^ ^ .• • appartiennent • et reiilçrme 5 

'-pre$(|uileet sonten partie im- .f^f. , ^ ^ 

^^-m d'Anatolie , et dont il se «g^/^es. 

«♦ „««-*^««rtoi;o« Cromy (Kppjuhi.) Ville dtt 




■ioges et autres fruits secs j des t^^^^^îf ilT. r^^^^riIJr Tn^.Tf 

., ' 1 ' /i. I 1 A ^ Nedna et de la Lroma, qui, a neut 

urgeons secbes (balykij , nar- "- . j i. «^ :^*»i i« ' ro^« 

«i« • • • A. «««o \3-..^i.«. werstesdelà, se jette dans 1 Uca. 

u ou raisiné . leutres* percries „ .„ 1 i «i: ^ j'^^—i . 

«.• ..• 1 u ««,!-* Cette ville est a56 wer. dOrei; 

oiwiuer, pour k» cabanes de ^j ^ fo„dée«.n. le règne du 

•^ r« de. Ta tares Noga.s, et quel- Iv.noyitch , ej . 694, 

* racine» de chou* marins sa*- ^^^ j^j.^^^^ j^^ frontières, oà 

r " ^ ,^ J \ /^ trouve actuellement 7 églises et 

CaiMEE (Taures <*«). (J^P-^; 4500 babitans des deui sexes, dont 

'Ritchef; (;rpu.e.60 bourg ^^ commerce , le re^te^uW 

' roav. de MobiWf, district dl ^^^'^ qui y est tres-produclive. 
' wovitcbî. On en parle souvent Cronebôîio , ( KponeSoptU ) 

^ as les guerres dés Russes et des /^oy^s Tavasthaus. 

•''loQois , dès le X\èmo siècle. . CaoNCHLOT , [^Kpoitmhomh^) 

^eiticiqueCbarlesXII, Roi de cbàteau-fort du gouv. de Péters- 

^«ciie, passa la Soja, eu 1708, bourg, situé dan» la mer', sur mi 

?>ur aller à Poltavji. Ce petit en- banc de sable , k «ne portée de 

«Iroil a actu'elkiûent un cbiteàu canon du port de Crdnstadt , >rers 



K^ 



K 



> 



à 



i56 CRO CRO 

rïngrîc. Il fut bàii par Pierre-le- Téglise catliédrale de St. An 

Grand, peudaut riiîvcr de ijo5et On y trouve en outre une ed 

et ijo4 9 pour flrrvir de dciense h protestante et une anglicane. 

la ville de Pétersbourg , et il fut liabitans de cette ville sont | 

mis dans la suite dans un état de la plupart des gens apparlraa 

défense si respectable , qu*il peut la tlottej.il s'y trouve dcsri'gini 

être regardé, aussi bien queCrons- de garnison et <le campagne, 

tadt, copime un rempart de Pé- artisans et des manœuvres^ la 

tersbourg. LesTaisseaux destinés part d'entre eux sont Russes; 

pour cette capitale passent entre il s*j trouve des Anglais , des 

ce cbàteau et le port de Crons- lemands , deê Bollandain, 

tadt , et sont à la portée du canon Américains et des Finnois. Leno 

des deux côtés, bre des babitans mâles, peut al 

' Cbonstadt ^ (^KpOHUimamd^) à 4ojOOo. Cronstadt a troispori 

tille, forteresse, port militaire et placés L'uii auprès de Tsulre; 

amirauté) dans le gpuv* de Fé^ sont grands , sûrs et conimod 

' lersbourg dont elle n'est distante Le port marcband est verslouel 

Sue de 29 werstes ; elle est bâtie il peut contenir un grand nom 

ans r Ile que le$ Russes nomment de vaisseaux. Celui destiné pi 

Cotline-Ostrov , et les Finnois Ré- les vaisseaux de guerre est t 

tou^ri. Cette île est située dans le Vorient ; il renferme la plus gr 

gollé de Finlande; elle a 8 werstes de partie de la flotte Russe, 

de long , sur une à peu près de voit tout près de là un magasi 

large ; elle fut déserte, jusqu'à ce poudre bâti sur Teau. Le p 

que Picrre-le-Grai^dyGt constrai^ du milieu est destiné à rece* 

re un port, et qu'il commença en tous les vaisseaux et bâtimensi 

' 17 10 « y faire bâtir une belle ville, partenans à la couronne ; c'est 

laquelle ne reçut le ppm de Crons- principalement qu on . équipe 

tadt qu'en ij2|. Cette ville est démonte les vaisseaux de t;uef^ 

défendue vers le sud, par les ior*- Ces trois ports sont pariaitem 

lilications du port , et de tous les défendus dn côté de la mer, 

autres côté.s par un rempart de des bastions garnis d*ane Loi 

terre et des bastions garnis d'une artillerie. Pierre-le-Grand m 

nombreuse artillerie. A Textrémi- Cronstadt en particulier pour fa 

té septentrionale de l'île, est le fort liter le radoubemont des vaissea 

Alexandre ^ et l'on volt dans celte de ligne , par le roô^en d'pn ç,n 

même partie la batterie de St. Jean canal construit de pierre de uil 

construite sur pilotis au milieu de dans lequel devoit être praliq 

,Veau. Le fort de Croncblot sert une Docke ou radouberie; n 

également à la défense de la ville ; cet ouvrage important et coûte 

)es rues de Cronstadt sont tirées qui commença en 1719?°^ 

«n cordeau, en suivant la direction conduit à sa fin , que sous le rè 

. de Tile; mais ejles sont mal pavées, de Tlmpératricc Elisabeth , 

.et les maisons ne sont que de cbav- le général baron de Loubrass. 

{lonte ; il faut excepter cependant panai forme une croii oLlod 

a grande place carrée , qui est de 2 verstes 5o toises djB long J 

▼ers le port des marchands et tra- avance dans la mer de 353 tois^ 

▼ersée par le grand canal , celle^i en comptant depuis les demie 

est bien pavée et entourée de écluses delà Z^ocA-^. Ses eauis^ 

grandes maisons bâties en pierres, conduites dans la mer par le moj 

Parmi les 5 églises russes , qui de deux grandes digues de pien 

iront à Cronstad^ la principale est dont la profondeur est à peu p| 



t 



CRO CRO t5^ 

de 24 pieds. Sa largeur au-dessus rly. , qui se jette dans la Msta , k 

ie la sorfaoe de Teau est de 100 la sortie des monta^^nes de Yaldai. 

ptnls, le fond entier 9 à mesurer Jîlle n'est remarquable que par la 

Arpais la sortiaicc de Veau , est grande quantité de charl>on de 

^ H jusqu'à 67 pieds. Les murs terre qu'on trouve sur ses bords. 

iolffieurs et extérieurs du ca- Crouto - ïabofka , ( Kpt^mO'» 

ulft des. digues, sont de pier- npoôKa») pet. colonie allemande , 

res de taille ; au bout du ca<- à 44 werstes de Saratof, non loin 

^\ est an profond bass/n , en- des bords du Caraman. KUc est 

)mé d'un mur de piorre ^ oe composée de 40 iamilles , .toutes 

iusâin a assez de capacité pour de la religion Catliolique romaine. 

wcevoir toutes les eaux du ca- Crukof , {KpKKOoh»)'^X,'v\\\e. 

Bal, au moven de quoi on peut du gouT. de 'Kb<*rson , district 

mettre les dockes à sec Ce grand d'Elisavetograd. Elle est située sur 

ottFrageest unique dans son genre, le Dnepr , vis-à-vis de Crémen- 

Le canal reçut en lyfïî , le 3o tcboug :, on y compte 200 maisons; 

laillet j jour auquel on Vouvrlt la ville ua pas d'église et les babi- 

pûor la première lois , le nom de tans vont à la messe à CrémC^n- 

Pierre -le -Grand ; et on érigea , tcboug. Elle est bâtie sur un sa- 

prèi de son emboucbure, deux ble mouvant, et plus on appro- 

pjramides carrées , avec des cbe des bords du tieuve ^ plus il 

iiiscriptions. Depuis le règne est profond. Ce lieu est remar- 

dfs Empereurs l'aul !•' et Aie- quable par une plantation de me- 

i^ndre actuellement régnant^ les Ions d'eau qui sont de la plus 

fortifications de Cronstadt ont srande beauté; et il n*y a pas 

^té considérablement augmentées d'endroits en Russie ^ ElisavetO' 

<*' améliorées , et on a établi un;? grad excepté , où. les espèces de 

l-ompe à feu , par le moyen de fruits soient plus variées et plus 

l^ijuelle , le canal de Pierre-le- nombreuses et surtout plus délin 

i'rand se vide plus facilement et cieuses qu ici. Cette plantation 

^Qcoop plus vite qu'auparavant, fournit des fruits à la cour de P^- 

CiODpiTZAj {^Kp^n^JLu,a') pet. tersbourg. 



D. 



Uabassoun-Nor, {/^aôac^Hb - dans plusieurs endroits il est trè»- 

jio;)I>,) lac salé du gouv. d'ir- blanc et pur; ce sel se trouve en 

''^uisk , district de Strétensk. Il se cristaux très-grands et d'une très- 

troure au milieu d'un s tep aride belle ibrmc. Lorsque les pluies 

«•leleve; sa circonférence est de surviennent il fond; mais quel* 

K werstes. Le terrein à Ventour ques jours après , il reparoit de 

<i'i lac est couvert d'une coucbc nouveau. Vers sa partie orientale, 

^sez épaisse de sel de Glauber^ el qui est plus profonde^ se trouve 



■ / • 

i58 DAG DAN 

mie source , qnî coulant au pr??!- en bois qui êont rempli» ie giLie 
temps ^ couvre l'ancienne couche, il s'y trouve même des loups 
et lorsque Fëvavoration s'en fait des renards. £n hi^er les née! 
pendant rëté, il laisse deux npn<«o sont très-productives, surlacô 
Telles coucLcs de sel ; l'^inféirieure qui regarde la pleine mer : od 
est sel amer de Glauber , et la su- tue aussi beaucoup de veaux m 
périeure , qui est toujours en cris<- rins. Les babitans de Dago soi 
taux cubes , d'uue blancheur tous Suédois, 
éblouissante, et souvent de deux Dagvida , (^aeu/^a.) {Wc^e 
▼erchokes d'épaisseur , se trouve Elle se trouve dans le Golfe ( 
être le plus beau sel commun qu'on Balkane , dans la mer Caspieonel 

Suisse voir j il j en a une si gran- à l'orient d'Asti^kban. 
c quantité, que les ouvriers de DaLaï-Nor , {^cui-au'Hoff' \ 
la couronne , qui y viennent Tex* C'est un lac du gouv. d'irkonlsk 
ploiter, et qui sont quelqueiois qui se trouve sur les frontièretd 
au nombre de 700, en «mettent la Tatarie chinoise. 11 donne naisj 
jusqu'à 20,000 ponds dans les ma- sauce à TArgounia ^ qui sépai^l< 
gasins , construits sur les bords deux Empires, 
du lac. De là on approvisionne Ker* Dalmatow , ( ^a^^ufÀamosô. 
tchinsk I lés mines d'argent et une pet. ville dugouv.de PenU; distru 
partie des frontières. de Chadrinsk, sur l'Issel. Elle es 

Daqo , (/^aeQ.) Dagden , île de sous le 5o° 16' de lat. sept.eil 
la mer Baltique, (en esthonien 80^ 5' de long, orient., à Siowei 
Hioma) , appartenante au gouv. de Perm. On y compte 1,600 b 
de Rerel ou d*£sthonie, district de bitans des deux sexes. Oo tronv 
HabsaL Elle se trouve sous le 69^ un beau couvent dans cette tHI 
de lat. sept., vis-à-vis de l'île et qui même lui a donné soo Dom 
d'Oesel , dont elle n'est séparée , Dalnik et le Pababoï, (^o-** 
que par ua canal d'uu mille de Huxb m IlapaGoû^ ce sont (Ipb 
large. Elle est à 5 milles de Hab- rivières du gouv. de Kherson ^y^ 
sal , a g milles de longueur , dans ce jettent dans des lacs , q""" 
sa plus grande étendue , sur 6 à 8 sont séparées de la mer Noire, i|b 
milles de largeur. Cette ile , qui a par des langues de sable tm 
un phare placé sur Ifi pointe occi- étroites. Ces deux rivières^ ^ 
dentale, et nommé Dagerprt, cop- sèchept eptifèrefnent pn été, w*' 
tient 3 paroisses , savoir : celle de lit se transforme alors en talloo* 
lieins ou de St. Martin , en Estho- qui oflrent des pâturages eif^w 
nien Keina-Kirk j celle de Pûha^ aux bestiaux. „. 

lep, ou Anne»Marie, en estho-^ Danilow, (4aHMA0tfM^l 
nien Poehalep-Kirk ; et celle de du gouv. de laroslaw , et «hcW 
Heiks, ou Jésus-Kirkhe , eues- d'un district, sur les deux bord 
thonien Pilla-Kirk. Le commerce de la Pélenda. Elle est entoure 
de cette île est fiivorisé par son ^e- de collines et de bois , et se tronf 
titport, qui s'appelle Tëven-Ua- sous le 58^ iV de lat, sept- et w 
ven ou Tohen-bolm , et qui est si- 58° 20' de long, orient. , à 00 j^ 
tuë' entre le Nord et le Nord-est delaroslaw. Pendant 1^*^^..* 
du promontoire. Le terroir n'y occasionnés par le second » 
est pas fertile, il consiste en sa*. Dmi tri , soutenu des Polonois^^ 
blc et pierre à chaux ; Jes pâtura- 4e nlusîeurs traîtres russe» , P^^ 
ges y sont bons, malgré cela le mi lesquels se trouvpit on no»"^^ 
bétail y est cîiétif et semble étre^ Fédor Plestchéiov , qpi y ▼'": * 
une raee dégénéréa : l^e abonde le polonpis Li{isovsky , \\^1^^ 



DEC ^ DEO i59 

taie hataHIe sanglante ^ o& les ré- le j qui êoiii presque tons cilltiT«-« 

Yohésfareatcompjettenicnt battu», teurs ; c'est an port, où la plu» 

dus la ville même j qnî alors n'é- grande partie des. barqnes , quî 

toit qaoaTiilage, par FedorCbé- descendent VOca avecdublé, se 

limielj que le Tzar Yasilei Cbou- cbargent. On y tronye deax églises. 

isk y avoit envoyé avec des DÉDILOW. {^^e^uAOôb*)Cètoït, 

tmpes. Cette délàite encouragea auparavant une petite ville de la 

ks peuples de Vologdii et d'Ous- province de Moscqu; actuellement 

Km qal se décidant alors k se cen'est plus qu'un bourg du gouy. 

jiiJKire au parti fidèle, maintin- de Toula', district de Hohorodsk , 

r^fli ainsi le. bon ordre -dans cette sur la rive gaucbe de la Cbivoro- 

)»nie du pays , qui ne fut plus at- na , qui se jette dans l'Oupa ^ il 

t^m par les révoltés. On cpmpte est à 33 werst. de Toula ; on y 

àDanilûw i3oo babitans ; ils font compte 8 églises et jusqu'à 3,5oo 

ta petit commerce daus Tintérieur babitans des deux se\eê , qui sont' 

^l'empire et principalement en originairement des soldats vétérans 

toile peinte. ^ qu'on y a établis* 

Oaoûbiquks (monts), {407/. Dbma ou Duma ) r4^jMa HAn 

^xecKi/t (sopM.) Oui nomm/s ain-» Aiqjua.) C'est une riv. considéra- 

ii cvtte branche du mont Altay , ble du gouv. d'Orenbourg. On 

dans laquelle se trouve les niines trouve sur ses bords beaucoup de 
^Nertchinsk , dans le gouv. d'Ir-, mines de cuivre. Elle se jette près 

loQisL C'est la partie de l'Empire d'Oufa , dans la Bélaïa , sur fa rive 

laploi riche en productions miné- gauche* 

i^iqaes de toutes espèces , on DéMianxa , {/lejuhAHKo^ tir* 

; trouve même des pierres pré- du gouv. de Tobobk ; elle coule 

ocsies. d'orient en occident et se jette 

Diitt A , {^apJUO') pet, riv. du dans Tlrtycbe, après avohr parcou« 

gOBF. d' Astrakhan. Elle se jette ru 3 5o werst. , et reçoit dans son 

éiûi ua des bras du Volga. cours les rivières suivantes: le Skr^ 

DiiTA , ÇAapma») i\e de la mer gat , lé Bestoukaïar ^lelLbioul , etc. 

Cdjpienne, kl'orient d'Astrakhan. DfioULiiVA (Ae^JiuHa.) Village 

l^ieettsituéerers legolfede Bal- dans le gouv. ae Âflosoou, à 4 

tta. wers. du couvent de^ Troitskoï** 




«191 werstes et demie deMinsk. en 161 8, entre la Russie et la 

ÛAVYDOVSKAÏA-CREPOST , (^c»- Pologne, traité par lequel le 

^^ofcKofi-xpinocms-) C'est un prince Yladislaw de Pologne , 

^rt construit dans le gouv. de Vi- renonçoit à la couronne-de Russie 

iktti^ entre cette vilfê eVVilman- et reconnoîssoit l'élection de 

^0^1 , sur la ci-devant froiitière Michel Féodorovitch , au trône 

loise. ^<. de cet Empire ; on y signa en 

I DechkinV , ( ^euiKUHh^y ville même temps la délivrance de son 

i'Bgoavé d'Orel, sur la rivegau-* père Philaret Nikititch, depuis 

[tliedeFOca, qui dans cet en- Patrtarclie de toutes lesRussiesy 

l^oit finx ié]k navigable. Elle est alors prisonnier en Pologne; cette 

•^4 lé 53° in' de latil. septentr. jiaîx quclnue peu glorieuse qu^elle 

<tle ^^ 5o' de long, orient.- ji 69 fût à la Russie , lui de\-enoit très- 

*f rat. d'Orel. On compte^lus de. avantageuse' dans ces momens de 

^ut DÙDe habiUns dans eetté vil^ troubles et, de guerre civiley.par 



V 



\ 

le rétablîssemétit d'an gonver* prise dans rallîance deariUes au* 

nement régulier et la cessation se atiques , et elle aroit un coai« 

du carnage et de Tanarchie qui nlerce considérable. Ses évéques k 

régnoient partout. Elle a été com- gouTemèrent jusqu'en i55B, épo- 

me un acheminement a Tentière que à laquelle la religion catholn 

délirranee du. pays, par le Tsar que fut abolie. Ils fortifièrentetem^ 

Alexis^Mikhaîloritch , et aux con** bellirent son château , constrnisi- 

qué tes glorieuses pa r lesquelles il rent uae superbe cathédrale, et don- 

a recouvert une grande partie des nèrent h la Tille de grands prîfilè-' 

provinces soustraites k Tempire. ges:onycompioitoutrecelle«làqaa<' 

DfLRBEts (^epôemu,) ( Voyez tre autres églises. En 1363 le graod' 

CalmoukS.) duc laroslaw lll et son nerea 

Derpt ou Dorpat. {^fl^tpnmb Dmitri Alelandrovitch| la prirent, 

vlXvi ^opnamb, ) Les Russes la mais ils ne la gardèrent presqne 

nnmmoit anciennement Jonrié- pas. En 1 558 le Trar f van Yasilié- 

vetz-Livonski ; les Esthohiens , vitcii eh fit la conquête et la garda 

Tartolinc ;l dans les anciennes jusqu'en 1 682 ; pendant ce temps, 

chroniques Tarbeten et en latin ses habitans allemands furent troii 

Derptttm^DerbatnmouTorpatum. fbis transportés en Russie. Lon 

Cette ville appartient au gouverne- de la paix avec la Pologne, elle 

mrnt de Riga , elle est sous le 58<> lui fut cédée et fut entièrement 

23' de la t. sept, et le 44° ^6' de repeuplée d'Allemands; on confir- 

long, orient, à 23o vers, de Riga ma à cette occasion ses anciens 

et à 3*22 de Pétersbourg , sur privilèges, et on lui en donna mè- 

l'Embakh, que les Esthoniens ap« de nouveaux» Elle fut prise en 1600 

pellent Emma-Jogui ^ c'est-à-dire par les Suédois ; pendant leur d(H 

ruisseau - mère , et qui sort du mination ^ les gouverneurs y fai-* 

lac de VourU , ou Vourtz-éré. soient quelquefois leur résidence, 

Le g.rand-<lùc laroslav - Yladimi-' et le conseil aulique , qa on y éu- 

rovitch ^ la fit bâtir en loio, et bliten i63o , y demeura jusqa'en 

lut donna le nom de Jouriey, qu'il 1700. Gustave- Adolphe y érigea 

avoit reçu lui-même au baptême ; une université en i632;mais ayant 

mais les Ruses cessèrent à la fin été supprimée en i656 , ie roi 

du onzième siècle , d'être en pos^ Charles XI , en la rétablissant es 

sessioA de cette ville et de son ter- 1690 , la transféra à Pemau > où 

rttoire. En 1191 le prince 4e No- elle se perdit entièrement en 17(0. 

vogorod laroslav, marcba contre Outre cela les habitans de Derpt 

les Tchouds, prit Jouriev , en em- étoient à leur aise , et la ville ren- 

mena les habitans en captivité , et fermoit des édifices remarqaa- 

rasa la ville. Les chevaliers por- blcs en pierre. Tous ces avantages 



perdirent en 1 22 1 , par une révolte par difFérens incendies, sans comp- 

des Ei5thoniens et des Lettoniens , ter les anciens sièges ; savoir de 1 58î 

qui la remirententrc les mains des de 1600, par les Suédois^ de i6o5, 

troupes russes. Après deux sièges par les Polonois } de 162 S, de 

inutiles du château , les chevaliers nouveau par les Suédois. LesRns- 

Vemporlèrent enfin d assaut, en ses la reprirent en i636 et le Tfar 

1223 , et peuplèrent la ville d'Al- Alexis - Mikhaïlovitch, en luicon- 

lemands. En 1224 elle devint le firmant ses privilèges, y ajouta des 

siège d un cvêcbé , elle éloit com- terres considérables. Elle fut en" 



DÊR DES ï6i 

iuiie rendue, par le traite de paix sont le quartier de la vîlle« celui de . 
de Kardies , aux Suédois , qui la Riga et celui de Péterabourg. Op y 
uardèrent jusqu'en 17049 où elle trouve près de 49O00 haliilans. Il 
(ul prise et dévastée par les Rus"- se tient quatre niarctiés annuels à 
^'s.Nur onsoupçon de trahison en Derpt: le i«' au 7 janvier, le 2 ème 
l'o;, les habitaus de cette yille à la St.-Pierre , celui-là dure trois 
turent tous emmenés prisonniers, jours; le 3 ème le 8 sopteuihrc, et. 
outil sauter les fortiti cations ; et le dernier le '26 soptonibre. lia no- 
siiepartie de la ville fut brûlée blesse livonienne dos environs est 
Ij permission de reiourner chez très-nombreuse et tort bienéLeyéc. 
(Jiéjint été accordée à ces p ri- Sous le règne de l'Empereur A le- 
.«onniers , en 17 1 8 , ils bâtirent xandre £•» , Tuniversité y a été re- 
lies maisons de bois' et s*établirent tablie, en 1802, et elle y jouit 
aussi bien que leur misère le leui* de beaucoup de privilèges. On 
innaetloit; et depuis la paix de trouve aussi à Derpt une iàhrique 
^nikAi, le nombre des habitans pour polir les glaces et le^ miroirs. 
* c»i beaucoup augmenté ; peu à Derviche ( ^epauiuh. ) On 
n ils se sont remis des pertes nomme ainsi une ile de la mer 
'lUe le grand incendie de 1763 leur Caspiçnne, qui se trouve à Toyient 
'^oit causées ; et dads la suite cet- d'Astrakhan. 

te ville a complé 370 maisons, dont DesKa (/lecna.) tl y a deux 
i;8daiisla ville et le reste dans les rWières de ce nom. La première, 
'itiiboar^s , indépendamment de qui est la plus grande de toutes cel- 
3ié(ii(ices considérables bj^tls en les qui se jc-ltent dans le Dnepr, 
pierre: elle coraptoit a peu près â sa source dans le gotiv, de 
joo hahitans. Mais en 177^, il Smolensk , district d'ielnin, et 
'catao second incendie , qui ne sou embouchure 7 werstes au- 
•i^saqae 5o maisons dans la ville, dessous de Kiow. Elle traverse des 
'l'jui en brÀla 60 dans les faux«- provinces p fertiles telles que cel- 
ij^'urgs, ce qui replongea les habi- les d'Orel , de Tchernigof et de 
U» dans la misère; en considéra-^ Kiow ; elle est poissonneuse, et 
'l'iode quoi l'Impératrice Cathe- ses eaux sont plus limpides et 
^'i<^ 11^ prêta sans intérêt à cet- meilleures que celles du Dnepr.^ 
I^Dialbeureuse ville, 100,000 ron- La Desna est navigable sur un 
Ws, pour la construction de ses espace de près de 800 werstes. 
^^^Mni incendiées, et lui en don- On transporte par Tchernigof / 

"''i'),ooo, pour celle d'un pont et Novogorod-Seversky, jusqu'à 
'^'pierre. Cette même princesse , Rriansk , des vivres de Brian sk à 
''^ni^t après son avènement au Kherson , des bois et des objets 
l'uQc^ Gt travailler aux fortifica- travaillés; et quelquefois même on 
I «ms de la montagne qui domine remonte avec le Unepr , jusque 
'^'Ue ville. C'est là qu est le siège Smolensk. Il sort annuellement 
^tt tribunal provinciaL La ville a plus de cent barques de celte 
fin magistrat et an consistoire, qui rivière , et il y en retourne quel- 
iiii soDi propres^ La ville propre* -quefois davantage de Crcm^nt- 
iii^niditea la forme d'un peu ta* choug , avec du sel. On flott» 
^ooe irrégnlier f elle a trois faux- sur cette rivière plus de 5o,ooo 
^urgs , qui sont ^ celui de Riga , pièces de bois , tant de chauiTage 
l^éiersbourgctde Jacob; et d'après que de construction. I^s princi* 
ladepuière division , ptfr laquelle pales rivières qui s'y jettent 
<)n réunit les iàuxbourgs à la ville^ ta Soja, la Souda et la Sn^ "^ 
OB la divise en trois quartiers , qui sur sa rive droite, et i% Se- ' 

TOM. I. 3Q *^*5 



i6a DÉV mli 

qui est très-oonsidërable , mr la elles perdent entièrement Ton < 

gatiche. Il existe un projet de Tautre , sont très-clairej , et pes 

réunir la Desna et FOca , par le vent être employées à tons le 

mojen de la Bolfa et delaJisdra, usages domestiques» 

de manière qu on réuniroit par-lii, DÉviataïa, (AesAman.) oi 

la mer Noire avec la Caspienne et Neuvième. C'est unforiin,qo 

arec la Baltique, ce qui seroil d'un appartenoit auparavant à U ligo 

grand avantage , surtout pour les militaire d'Ukraine, et qui » 

provinces dç 1 intérieur de 1 Empi- ^j,^^^.^ actuellement dans legow 

te^ en leur procurant un débou- d'EcatLerinoslav, sur U B(freslo 

cbé facile pour leurs blos et leurs ^^ au-dessus du fort S..Jfiin. 

autres productions. L autre rivie- ^^ ^ ^ 5 verses au-dessous ai 

fe de ce nom est beaucoup plus ççi^j de Ste- l'araskcva. 

«etite; elle coule dans le gouy. dÉviatoretsk , ( J^^ato. 

de Moscou, a sa source dans le 5 ^ q-^^^ ^^^ ancieaDCTilk 

dUtrictdeyeréa, puis traversant jes Yiatiches, non loin de Dêdo 

ceux de Svénigorod et de Serpouk- ^ig^j^ j^n^^ g^^^ souvent ciiée 

how , elle va se jeter dans ce der- ^^^^les les deux dans les CLroni. 

nier , dans k Pakhra. ^^^3 i^^,^^^^ 

Dksseetb Mec*pm5) Colonie Dé^itza, (Aierma,) Pet. n» 

étrangère, établie en 1763 dans le au gouv. de Voronei , diauicii 

gouv. de Saratof, sur le grand Nijné-Déviuk. Elle se jette a«i 

Caraman, composée de 44 lanul- i^ j^^^ 

les, qui professent la religion Di mLvsk, (Auju^uncKh)}^ 

Calbolique. ^îUe du gouv. flrkontsk , »ur 1 

Des^iataïa ou le Dixième bord oriental de l'irtjche. Od 

i/iêCHmaji.) Petit fort, qui étoit trouve une église etuiicceiiiatB 

lin de ceux qui oomposoit la li<» de maisons habitées pardcsKos 

gne militaire d'Ukraine. Il ap«- ses , qui vivent priiicipalemei^ 

partient actuellement au gouv. du produit de leurs troupeaux 
d'EcatherinosUw , et se trouve Dimitria-Rostofseago ci 

sur la Beroctovaia , à 2« wers. de posT, (AujuumpiA Pocmo^cK. 

Movaiaé Kp-bnocmb,) ou forteresse de 

DiVALKiRÉOAENG, {fleôoAhKU' Bimitri de Kostow. On ne las 

peteneh.) Village tatare des mon- me plus actuellement que Ros 

tagnards du C^aucase , au-delà Elle est dans le gouveroci 

du Térek. 11 est célèbre par les d'Ecatherinoslaw , sur U 

sources d'eaux chaudes qu'on slroite du Don , entre Asow | 

trouve tout} près de \h ; elles sont Tcherka^k , k une égale dista 

fis- à- vis* des bourgs cosAqnes des deux villes. Le Terne'' 

Gu^on nomme Novogladka, Stcbe- vient b'j jeter dans le Don. C 

drina, et Tchervlenovaïa , et sont petite ville a été bâtie et forti 

au nombre de quatre. Ces sour«^ en 176 1 ; ses liabitans sont 

ces portent le nom de S. Pierre, Cosaques du Don , quelques R 

Sainte £catherinè , S. Paul et ^$te. ses et quelques Grecs , qui v ' 

l^arie. Leur cbaleur fait monter un' commerce assez considei 

le thermomètre- de Réaumur de La ville et la garnison sont 

5o à 60 degrés au-dessus de zéro., les ordres d'un commandant 

L'odeur et le goût de ces eaux litaire; "bn y trouve une do 

sont ceux du foie dv soufre :mais et un chantier. XUe est à 
aussitôt quelles sont refroidies, > wers. de distance d'Ecatfaerinos 



DJA 

DlSlVA ou DNISNA , ( AuCHa.) 

ttl ville du gour. de Miask, chel- 
Ks d'un district , à 'j33 itérâtes 
k Miosi. 

Diirii-CAMENy(4utf /li Kojuetu.) 
W montagne du go ut • de Pcrm, 
m la rive occidentale de la CoU 
n,(}ai se jette dan> la Cama. 
Cf(k roche, d'une hauteur ex- 
Ininiiiuire , représente de loin 
fa mlaei d'un bâtiment : on 
troaTe sur son somq^ét, les restes 
foae fortification en terre dont 
il j a encore une porte d'entrée 
iiu le rempart , assez bien con- 
KTTff. Oa ignore par qui et 
pAi) elle été construite. 

Divii-Goar, {Auohu eophi.) 
Test uae petite cliaine de monta- 
is qui court le long de la Cama^ 
«suivant son cours depuis Goro- 
wché , dans le gour. de Pe'rm j 
tt le termine par une vallée 
Knplie de bois après laquelle 
jMoiaieace une nouvolle chaîne 
k nooUgnes plus hantes et plus 
pBfpées que les premières. Dans 
patau^ues nommées Divii-Gory^ 
p trouvent deux mines de cuivre 

^teointes à la famille Strogo- 

iof. 

BjiXBOULATSKAÎA, (AjKOJUÔU'- 

I>«CK(M.} Orda ou horde ae 
^IttalaU C'est une des quatre 
l^pales hordes des TataresNo- 
P^ Urs des troubles qui eurent 
P^ parmi les Calmouks y après 
P^Bortd'A'touk-khan, les hordes 
N'Nogaisy les plus voisines de 
^ Pf<iple 9 en souffrirent une 
oppression; c'est poun(uoi 
'i avec celle de Djisan émi- 
>t de Tautre côté du Dnepr 
(usèrent sous la domination 
^ Turcs. Mais pendant la guerre 
njyo entre cette puissance et 
l^^ssie y elles retournèrent sous 
I^LSsaace de cette dernière, 
ws campent et errent actuelle* 
l^at aai enr Irons de la mor 
^^ entre le Don et le Cou- 
feK , ainsi qi^e sur les bords du 



PMI 



i6S 



Calaons , dans le gouv. d'Astra- 
khan. ( Voyez NoOAiS. ^ 

Djizna , {J^HiU3Ha. ) pcl. rî- 
Tière qui se jette dans la Dvina 
occidentale et dont la source est 
dans un marais de la Livonie. 
Elle est remplie de pierres et de 
cascades. 

Dmitriew , ( fljuumpieeh. ) 
sur la Svapa , petite ville du gouv. " 
de Coursk| et chef- lieu d'un dis^ 
trict. Elle est située sous le b^^ f 
de lat. sept, et le 53o 3o' de long, 
orient. , sur une montague très- 
haute et fort escarpée; à 99 
werstes de Coursk. On y trouve 
une église et tout au .plus 400 
hab'itans des deux sexes. 

DlUITRIEVSK,^JUU/np{e«C«&.) 

petite ville du gouv. de Saratov , 
sur la rive droite du Volga « et è 
l'embouchure de la Camjchinka. 
Elle fut bAtie en cet endroit ei| 
1696 9 pour la construction du ca- 
nal qui devoit joindre le Don. Qa 
changea son nom ea celui de Ca<^ 
my chine. {J^oyet cet article A 

Ï)M1TRDW, {^mumpQâb.) pe^ 
tite ville du gouv. de Moscou , k 
60 werstes de cette capitale , sur 
les deux bords de la lakhroma et 
de la Météka, qui sortant de b 
lakhroma , à une denii - werste 
au-dessus de b ville, y retota* 
bcnt au-dessous. Elle aoit sa fon«- 
dation au grand-duc Oeorge-Yla- 
diniirovitch I fils du graqd Mo-- 
nomakh y qui après avoir été chas- 
sé en I i5o du tr^i^e de K.iow^ se 
trouvoit dans cet endroit avec ses 
troupes et sa fcnime. En 11&4 
cette princesse y étant accouchée 
d'un iils y qu'on nomma Dmiirl 
au baptême, on y bâtit cette ville 
à laquelle oi| donna le nom dt| 

{'cane prince , connu depuis dans 
'histoire de Russie sous le nom dm 
Ysévolod-Geqrgievitch y et qui ^ 
régné à YLadiniir. Dmitrow a été 
h plusieurs époques Tapanage de 
quelqaes princes Russes ; prise et 
reprise dans les euerres qu'ils se 



1(54 DNE DNE 



firent enlr*eu% , elle ne put ja*- habitat sur ses 
mais s'élever à un degré de pros* il n'ôat jamais 



deux r'iveâ ; va 
occupé sa pai 

{»énté assez considérable. F.n 1237, méridionale. TerssenemboDcii 
efameax Batou-Rban la saccagea; re ^ depuis la rivière Bosse , 
en 1293 un prince Tatare nonfimé sa droite , et la Vorskla , et ens 
Dédène la ruina de ùmd en com- la Soula^sursa gaucbe, le pays 
ble. Depuis elle fut encore une toit qu'un stop iubabité, oùd 
foi^dépeupléc par la peste qui ré- bord les Pétcbenèg nés el ensuite 
gna en ip56. A compter de cette Polovtzis ont erré et fait pàta 
époque, il ne s'est rien passé de leurs nombreux tronpeaax. l{ 
remarquable dans cet endroit, puis le dernier traité de pali a^ 
Dmttrow a actuellement une égli-> la Turquie , et la réunion des a 
se calbédrale fort ancienne (on cien nés provinces russes à o'tEi 
ignore l'époque de sa construo pire , par le dernier partage de 
tion) ; un couvent de moines et y Pologne , 6e$ denx rives apfu 
llglises ; on y trouve quatre manu- tiennent à la Russie, le Dnep 
factures dé drap , trois fabriques sa source dans le gouv. de Siv 
de faux galons et quelques taneries. lensk , district de Belsk , non 1 
On peut porter le nombre de ses d'un petit village nommé Gorod 
habitans à 3,2oo personnes en y dans des marais couverts de bo 
comptant les denx sexes. qui se trouvent entre des coUi 

DmiTROvsk , (/iMumpoûCKh,"^ que les géograpbes anciens no 
pet. ville du gouv. d^Orel et cbet- moieiit montagnes d'Âlansk 
lieu d*nn district , sur la petite riv. d'Alaounsk : ses sources sonttr 
pbtcbéritza, qui se jette dans la procbes de celles du Volga et 
Néroussa , et sur la grande roule la Dvina ; il commence son co 
qui conduit de Moscou à Kiow: à au sud-est, et parcourt le go 
85 wers. d'Orel. Cette petite ville de Smolensk , où II reçoit dê|â 
a été uYie des premières à lever eaux do plusieurs rivières peu c 
rétendart lie la révolte, contre le sidérables ; il entre ensuite d^ 
TsarVassilei IvanOvitcbCbouïskoi, celui de Mobilef et le sépare de 
en faveur du faux Dmitri ; elle a lui de Minsk; là, il reunit à 
été donnée ensuite par Pierre-le- eaux celles du Dronétz^ de laS( 
Grand au bospodarde Moldavie^ delà Derezina , de la Mena, 
Dmitri Cantéinir j qui devoit en la Bassite et de la Griaza. Il H 
jouir jusqu'à sa mort après laquelle après dans le gouv, de Tcher 
elle est retournée à la couronne, gof , où le Pripetz , la Desna , 
On y trouve actuellement trois Troubéje , le Sonpoï , la ZoW 
églises. Il y a voit anciennement nocba et la Sou la viennent 
une autre ville de ce nom , sur la jeter ; passant alors devant Kic 
Protva ; il enpst fait mention dans il entre dans la gouv. d'Kcath< 
Jje testament du grand-duc Yassi- noslaw , puis dans celui de Kl 
lei y. Ce n'est actuellement qu'un sot), où les rivières Rosse, Bai 
yillage peu considérable , dans le iouk ^ ingouletc ^ Psiol , Vors 
gouv. de Calouga , district de Bp^ Qrel , Samara s y jettent ; caft 
rovsk. tombe entre Otcbakovr et K 

Dneph, [Anenpd,) C'est nn boum , dans la mer Noire , »[ 
(des plus grands fleuves de l'Euro- avoir formé auparavant on 
pe ; les anciens le oommoient i?p- man (Lac marécageux] de la * 
risthène , les Tatares Ousi^ et Z?£i- gueur de 60 wersles ~ , dansbe 
jiaprès en latin. Dès la plus baute coup d'endroits de 3, 4 ^^ i°^« 
antiquité , le# peuples Slaves otit 10 ^«rstes d« largeur. Ce flel 

* 1 # . _ 



DNÉ DNE i65 

rrconrt do Nord aa imdi plus de tout Tembarraft de se procurer àeê ' 
degrés 9 depuis sa source jusqu'à barques au-dessous des Catarao-: 
m embouchure. On trouve une tes, tu La rareté et l'excessive 
grdOile diflereuce de climat dans cliertë du bois dans cette cou* 
bcûQtrées qu'il baigne ^ de sorte trée. Les vues bieu taisantes du 
r|.àSiuoIeDsk le Duepr gèle en gouvernement, n'ontr^pas laissé 
itôTciobre et reste sous la glace échapper cette circonstance et on 
j'-^^u'ea Avril , tanjdis qu'à fcLÎow, s'occupe actuellement des moyens 
:jj est couvert de glace que depuis de laire sauter les cascades , ou de 
Jij\ier jusqu'à Murs. Ce tleuve remédier de quelqu'autre manière 
ûi plus large, plus profoud et à cet iuconvénieut. Au -dessons 
|arujut beaucoup plus rapide que des Cataractes , le Duepr est cou-» 
i^Doa; son rivage est des deux vert d'îles jusquau Ijiman , au 
Claies presque partout élevé et d'un point qu'on n'y trouve pas l'eau 
(êrroir excellent, mais ses eaux libre dans un espace de 7 milles , 
^iii troubles , à cause du sable son cours y est beaucoup moins 
QQiientraiae par sa rapidité. On rapide Ce fleuve quoique très- 
(Mi considérer le Dnepr comme poissonneux , le cè^e cependant 
B^M^able depuis Smolensk , ou de ce côté au Volga ; ses meilleur 
ïûçme Dorogobouge ; on y voit res pêcheries sont entre Kherson 
«ûil^ré cela, dans un espace de et son embouchure. îl fournit en 
^1 werstes treize cascades au- grande abondance des esturgeons^ 
<ieisoas de Ktow ; on les nom- des bises , des sandres , des car-r 
ue communément Coudak , pes , des brochets , des ables , del 
^arskoî, Lakhan, Zvénetz, Knia- carassins et encore d'autres pois-j» 
f^eti, Néaasytelz , Voronof - sons. On ne rencontre sur tout le 
^r , Verkbneï - Voluoï , Bon- fleuve que le seul pont de Kiow ^ 
ji'Iskoï , Lichnoi' , Tavalchans- construit de radeaux , ayant en 
ît'ij Nijnei - l^snoï et Nijneii- longueur i638 pas. Où e 11 lève ce 
Hlnoï, On peut cependant du- pont vers la lin d'Octobre , avant 
ï^nl le printemps , lorsque les que le fleuve charie , et on le ré- 
^^^\ sont hautes ou de moyenne tablit au printemps. On voit sur 
^'«^aiion , passer sur ces cascades le Dnepr beaucoup de moulint 
'^ec des barques qui ne prennent construits sur des- pontons, 
^ibeaucoup d'eau: cet obstacle d^éprovsk , ( 4«.npo5c/c5. ) 
L ."^^«fat^on est cause que les -^ ^^^^^.^ ^^ ^^^^^^ je la Tau- 

^rtbandises qui descendent ce ^-^ ^^^ ,^ ,,1^^ Xie du Dnepr. 

r' P""*"" Jr'^:^^'''^ V^. ^* ""^^ On y trouve une seule église. Il est 
•^o.re sont obligées de débarquer . 3^ ^^^^^^^ j^ Simpheropoï. 

P'^^dcja Samara-Vieille, etsont , . ^ . 

portées de là sur des chariots , DnÉphovskaia linia , (^h*- 

^espace de 70 werstes , jusqu'au npotfCKa;i^/miA.) Ligne militaire 

tort d'Alexandrovsk , qui est à du Dnepr. On la établie en 1770, 

l embouchure de k Moscovka , là avant que la Crimée appartint a 



*lles se rembarquent et continuent la Russie , pour protéger le midi 

^urnavigation sans obstacle, K1S- de 1 Empire des incursions des 

quà l'embonchure du tleiive , '^^^^^f crimeens. Elle com- 

Dembini *y1.,- a^ /^^ «.r»...»«» «« mencoil à i embouchure de » 



pendant plus de 400 werstes en^ ™«"ÇQ'Î à i embouchure t 

fore, Si on joignoit par un canal , Moscovka dans le Dnepr , pM- 

i> &imara et U Moscovka , on évi- ^ ^^f' d Alexandrovsk et coa- 

teroit cet inconvénient et une per- *\7»o^V P«q« ^ ,> ^^"*f J ^ 

tedet«mps oonsiàérable , et sur- eUe finissoii , à l embouchure de 



i^ 



DNE DOK 



cette rivière dans U mer cl*Azof , «ont à Vemboaclinre da Lîmii 
par le fort de Pëlrovak. On trou- On trouve sur le Dtieslr* quaf 

ToU sur celte étendue de pavs 7 end|roitsd'eniharaition remarqi^ 

forts, y compris les dcul que nous blés: ,ce sont Stria et Salotcbi , | 

venons de nommer^ et ils se trou- Autriche, et Zvanetzet DoubossJ 
▼oient à 3o wers tes el moins de dis^ en Russie. Le Dnestr est très-po 

tance les uns des autres. Après Son neux , on y pèche entre autr 

Alexandrovsk venoit Nikitinsk , poissons , hcsaucoup de slerleq 

ensuite ceux de Grigoriévsk , Les principales rivières qai s 

. Kirilovsk , Alexéevsk , Zakha- jettent sont le Cou tchocourgan, | 

rievsk et en tin eelni de Pet- Botna, la Comorofka, la BiouU, 

rovsk. Celte ligne a été le principe Revta , le Tachlyk la Tchernaii 

de grands établissemens « et de la le Tamachlyk et la larlika. 

population du gouy. d Ecatheri- Boblehn , (AoÔAeKl.) bon 

HOslav , qui sans elle n auroient ^53^^ considérable du gouv. 

pa se iormer avec assurance. Courlandc, district de MilUu. 

Dnestr , ^necmph.) C'est le 7, 7^^* '^^ ^^^ux château et ui 

Tyras des anciens , Danastris en ^8"*®* 

latin. Ce fleuve a sa source dans le Dobraïa - yod a , (^oôpoAs 

mont Carpath , en Galicie ^ où il ^a. } petite rivière nu gouv. ( 

•ort d'un lac et coule de là vers le Tchernigow , qui se jette dans 

n%iàl , pour se jeter dans la mer Kette , et celle-ci dans la De^na. 

Noire. Par le traité de 1795 entre Dobrinka , ( 4o6puHKa.)p 

la Russie et les lurcs, ce fleuve ^^^ ^^^^^^ ^u gonv. de Sarato 

fait la frontière des deux eippires, ^y^ ^ -^^^^ j^^^^ le Volga , el a 

en séparant la Moldavie des pro- a deux colonies allemandes sitaé^ 

Vinces russes. Il est assez navigable gn^jes bords. 

jBt pourroit l'ôire davantage si les ^ '.. -, , , 

Turcs ny étoient encore un obi^ Dobrins^aia Stanitza, U© 

fade. Avant que les Russes aiem puncKOA CmaHu^a. ) bourg di 

possédé sa rive gaucho , les Tata- Cosaques du Don , «Hue sur 1 

res et les Turcs , par leurs dem rives du K hoper. 

X>rigandages ^ erapéchoient la sù« DôBRO au Dobroé ifésTÉTa 

reté du commerce et entravoient KO) {AoÔpo hah ^o6poe mU 

la navigation du Dnestr ; mais m»cKo«; petit bourg da gour. t 

actuellenient il forme nn débouché Mohileiv , district de MstislaTl, 

sûr pour les marchandises, et sur- 3 milles de cette dernière ville, si 

tout les blés et les bois , que les la petite rivière Tchernsiii'K^P^ 

provinces qui ravoîsiuenl trans- qui se Jette dans la Seja. Il e*' H 

E orient par son moyen dans la mer marquable par une victoire reii 

oirCé 1^ Dnestr comme le Dnepr, portée dans cet endroit , f^ j 

formeunlimanonlacmarécageu'x; prince Michel Galitzin , i^ur r 

ce Liman se décharge par deux corps de l'armée de Charles XI 

bras dans la mer , il est pen pro-* en 1708 , le 29 août, 

fond, cependant de petiu vais- Doechiszy , {4oKUlu^b^.) pj 

•eaux , venant de Constantinople, i{x^ ^i\\ç au gouv, de Minsk , pij 

0t ne prenant pas plus de 5 a 6 j^ la source de la rivière de BéH 

fifdsd^eau, le remontent jusqu'à zinn , à iSowerstcs { de Minsk 

*^kerman , da côté des Turcs, et DoLOoÊ , (Aojisoe.) C'est iJ 

Olviopol que la Russie vient de i^e du gouv. de Moscou , dist"^ 

instruire Tis-^-via.Çei4eaxporU de Serppukhow 9 qui donne Jiai^ 



DOM DON 167 

kûce à 11 petite rÎTière Mikliaï^ Tout -près de ce banc ,• en tirant 

iria, elqai de là coule à travers ver» rOrient ^ est un gouffre sans 

10 autre tac nommé Lutets , avant fond j mais tranquille. Or , aiin 
leiejete^dans la Récbma* 11 y a qoe les navires qui font voile vers 
èen autres lacs de ce nom^ l'un la lâvonie s<^nt avertis qu'ils ap* 
4» le même gouv, , non loin de proclient de ce gouffre, on a cons« 
l&uL, et l'sutre dans le gouv, de trnit sur le bord du rivage , près 
èldwlsk, districtjde Courganc. de IVglise de Domcness etdujcôt<^ 

Ddlgooorskoï ^ BOUDNis: 9 du banc de sable, 2 fananx qua* 

{f^totopcKoà'Pi^flHUKb. ) C'est drangulaires , vis-à^vis Tun de 

Uf mine de fer , qui abonde en l'autre , dont l'un a 12 toises de 

iiaiDt, dans legouv#dePerm« bauteur ei Tatitre huit et demie , 

DoLGOif , ( /loA€oû' ) C'est le et snr lesquels on entretient nn 

Km de trois îles , et ce nom veut grand feu, a commencer du i«r 

treloDgoulongue* La première se août jusqu'au i«r janvier de l'an* 

tnare dans le Volga, àsowerstes cien style : on Tallume d.ès qne la 

ifrdessosd^AstralLhan. La seconde crépuscule du soir paroi t et il du« 

ntàrpmboachure de la Neva., et re jusqu'au lever de Fanrore* 

11 commencement du golfe de Fin- Dès que les navigateurs n'apper- 
lanie. La troisième est dans la mer çoivent qu un feu , c est une mar* 
iihciale , près da détroit de Yaï- que qu'ils ftnt at^ boutdugouf« 
|U : elle appartient au gouv. fre et bors de danger ; s'ils en ap- 
iÂrkhiogel , et ae trouve sous le perçoivent deux, le danger dnre 
ff' de Ut. sept, et le 70^ de Ion* encore. On brûle sur ces fanaux 
|H< orientale. annuellement 8 à 900 cordes de 
; BoLooYiNSKOS , {AajieoauH* bois ordinaire , et 1 00 cordes de 
\0SH') C'est un lac du gouv. de bois résineux* Ces (anaux appar* 
iBnèf , district de Mologa. Il a tiennent à la terre noble de Don* 
fîmtesde éirbonférence , et se daugben , dont ils sont éloignés 
^t près des bords de la Molo- de 6 milles , et qui reçoit de la vil* 
^)i]ai en se débordant au prtn<- le de Riga sSoo Reicbs tballers 
t^ps , le couvre de ses eaux. par an , eu grosse monnoie , pour 
.i)o«ANToW , ( ^oJuaKmoab. ) leur entretieué Les possesseurs 
Cttt sa petit endroit du gouv. dé ont la liberté de commercer avec 
t^migow , dans le district de les Hollandois, et la cÂte de la terr 
i^Isw, qui ^ 1600 babitans. re noble de Dondaugben^ h 11 
Ij avoit auparavant ttne douane lienes détendue. 

^oelien« DoN ^ (4oHb.)he9j:sLlaresVaip*- 

IbHBROTiTZT , {/^ojuôpoaU' pcUent Tuna ou Donna. Les an- 

|N*) pet. ville du gouv. de Yoli*^ ciens le nommoient Tanaïs; ils le 

N^)à225 werstes de Jitomir. comptoient parmi les fleuves les 

I l^MiNES ou DoMESNESS, (^o* P^^s famcux,etle rc^ardoientoom* 

<cb HjiH fiojuecnech*) (pro- nac marquant une partie des limi*- 

toirt de). (Les matelots nol- tes entre l'Lurope et d'Asie. H sort 

m\è lïoviïa'ùni Cursche Vorsl du lac f van-Oaero , c'est^-dire, 

r<« de Blanc Berg : Le Prince lac de St.-J(5an , dans le gouv. de 

pi» montagne bleue), ils'avan- Touk , prend d'abord son cours 

^Ten le nord dans le golfe de du nord au sud , et après s 'être 

(•noaie. Près de ce promontoire 5 réuni avec la Sosiia , prèsde^ovo- 

l^nnieiice nn banc de sable, qui pavlofsk , dans le gouv. de Vbiy»- 

'avance à 4 lieues dans la mer , et nej , et avoir parcouru une grande 

UtUmoilié est cacbé sous l'eau, étendue de pays d'occident eu 



i68 DOH DOîf 

orient , îl prend de nourcan sa en f«cilitefoîent lexécation. Cà 
direction du nord an sud, en for- pendant Pierre^k-Grand a réuni I 
mant beaucoup de sinuosités, et se le Yoronej , qui se jette dans I 
partage enfin en trois bras , les- Don, avec la Riaza ,par un cai:; 

auels conimenoent à s'étendre au- construit à cet effet ; et ooma) 
essons de TcberkasV> et se jettent cette dernière se décharge dans ' 
dans la mer d'Azow , aunlessous BacoTna , et celle-ci dans TOai 
d*4zow et de Lutik ; inais ses em- on peut par ce moyco navigat 
bouchures fiant tellement embar- de Moscou dans TOca , et c 
rassres par les sables , qu^aujour* l'Oca dans le Don. Les principi 
d*hui les seuls bateaux plats sont les riTÎèrcs qui se jettt'nt dans c 
en état de le passer, pour entrer fleuve, en commençant vm s 
dans la mer. Les eaux de ce fleu- source sont la Metcha et la Sosna 
Tes sont calcaires, troubles et mal- sur sa droite, et la Yoronej suri 
saines, pour les personnes qui gaucbe ; plus bas , du mèmecot 
n'y sont pas babi tuées : il est fort la Touloustcbéeta et la Cazani 
bas en été , et o(Tre beaucoup de mineure ; c'est de cette denuéi 
bancs de sable. On j péohe en que commencent les habitatioi 
abondance de grands et de petits des Cosaques. Viennent après 
poissons, cependant infiniment Kboper, la MedTédîtsliaetl'llaTli 
moins que dans leYolga , dont il Ensuite, sur sa droite, elle mt 
approche tellement , que le moin- les eaux de la Tcimlia et du Sève 
dre éloignement n^est que de 60 noï^Donetz , on le petit Don e 
werstes , et si Ton reudoit naviga- Nord; cette dernière est la pli 
ble niaylia , qui se jette dans le considérable de toutes lesrmèr 
Don , et la Camycbinka , qui se qui se jette dans le Don. Yienici 
jette dans k Volga , cet éloigne- suite le Mant tohe , quiestlarivi 
ment ne seroit plus que de 4 wers- re la plus méridionale , et se ré 
tes, de manière que pratiquant ni t à lui sur sa rive gauche, 
un canal dans ce petit espace ,' on Dondakghen , Ç^oHÀautfH 
réuniroit ces deux lleuves. Pierre- Château qui apparteùoit autrcf» 
lo-grand a trouvé ce projet dediffi«- à la MensedeTarchevéque dcltù 
cile exécution^ à cause que le Don et qui dans la suitea été acbftéf 
eoule beaucoup plus haut que leVol- un évéque de Pilten , puis estpi 
ga , et l'académicien Lovite, ayant venu en i56t au duc Magofli < 
mesuré cette hauteur a trouvé qu'el* Holstein, qui l'hypothéqua ft^ 
le étoit de 5o sagènes au-dessus de d'autres biens : enfin après bi 
ce Hcuve. Le célèbre Pallas trou- des changemens , il a passé dû 
Te plus convenable de fia ire cette les derniers temps à la laroi 

I 'onction au-destous de Vllavlia , - noble des Saken. Dix villages ^ 
à le Don formant un coude , se pendent de ce cbâteau, enir'i 
rapprocbe du Volga k 5o werstes , très Anstrouppen , oit il y a 
et le terrain qui les sépare est très-bonnes eaux minérales. 
. une couche de pierre de gré qu'où Donetz , (/lonetfi.) pet. ville 

Ï>eut facilement travailler , d'ail- gonv. d'£catberinoslaw , anr 
eurs la Carpovka , se rapprochant rive droite du Donets , et à 
beaucoup de la rive gaucbe du Don, werstes d'Ecatberinoslaw. Elle 
et laSarpa du Volga , on pourroit sous le. 48^ 4^' de lat. sept, t 
les joindre par un canal, et cela d'à- .56° V de long, orient, 
tant plus aisément , que des ravins Donetz Severnoï , ( fion 
et des vallées assez profondes, C-bûcpHoU.) Rivière considé 
qui se trouvent dans cet endroit, Ou la nomme ausei simplt 



DON DOU 169 

ODcU^etonlatroaTemémesoifr- composëc des forts suîrans , y 

Ht citée dans nos anciennes chro- compris celui dont nous parlons : 

iques sous le nom de Don. C'est i» Metchënaïa, 2° Gratchéfska'ia , 

iplas considérable de toutes cel* 3<> Calttbanskaïa et 4*^ Osokor. - 

B^l se jettent dans k Don , au- Dorooobouj , {4opoeu6^mb*) 

(odellene le cède ni en largeur Ville du gonv. de Smoiensk , et 

al es profoiideur. C*est vers sa chef-lieu d'un district sur les deux 



at éteint ensuite par les guer- $es et 3ooo*liabitans des deux se- 
cs des Pok^tzis et desPétchenè- xes. Le Dnepr y a déjà 3o toises 
ties, ou autrement; enfin on de large. Il y avoit anciennement 
9ore absolument ce qu*il est deux autres ri Ues de ce nom ^ l'une 
beoa. LeDonetzasasourcedans en YoliDie, sur la Gorynia , près 
e^oar. de Conrsk , district de Co- de Loutzk : elle appartenoit k la 
Dtehea, à 5o wers. de Belgorod ; principauté de Tourow, et son 
Iprcourt un pays fertile, et ayant premier prince ëtoit David-Igoré* 
utplas de 6oo wers. dans ses dif- vîtch ; ce n'est actuellemt^Qt qu'un 
mus détours , il rient se jeter chétif yillage. L'autre étoitsurla 
lus le Don, sur sa rive droite^ Cltazma , bâtie après la première 
rès du boui^ Cosaque, nommé en ii5îi, par le prince George, 
ioicbétofskaîa Stanitza. Il reçoit surnommé Dolgorouki : elle u e« 
■Bs son lit beaucoup de ririères , xiste plus. 

telles plus considérables sont Doroninsk , {^opoHuncKb.) 
rOibl , le Bakhmout , le Tor , la Ville du Gouv. dlrkouuk, et chef- 
C^lcba , TAydar, etc. lieu d'un district, sur Tlngoda. Elle 

tto5GousLA , {/loHei^cAa») pet. est sous le Si^delat. sept, et le 1 3o° 
riv.dagoav. du Cauease, qui se 7' de long, orient., à 871 wer&t. 
dedans la Conma. d^Irkoutsk vers l'orient. On y trou- 

DoMow,(^9HKOtf5-) pet. ville ye une seule église: le climat y est 
t^goar. de Rézan et cbei-lien d'un tempéré , le blé y réussit très-bien, 
lû^ot,au contlaentdelaVésovaïa ainsi que toutes sortes de légumes; 
^à\i Don ; sur la rire droite de ce c'est pourquoi les babitans y^jouis- 
^ier.CettevîUeestsous le 53^59' sent d'un bien être que n'ont pas ' 
klïi.«epf. et le 56® i5' de long, tous ceux de la Sibérie. 
•^i., à i58 wcrs. de Rezan. On DoUbi nka , ( Âi^ôunkfu ) pet. 
f tfoQve 5 églises et a5oo habi- yiUedugouv. deVilna, appartc^ 
*s$des deux sexes : le terroir y nantc au prince Radzivil. 
ït très-fertile. Doubitza , {A^6uti,a') rivière 

l^i^SKAÎfA CEEPOST , (^OHCKCM du gouv. de Groduo , un peu plus , 
pnocnih.) C'est un fort qui est grande que la Nova. Elle est navi- 
ps le gouv. du Caucase , district gable pour des bateaux de mojen* 
pWropol , sur le lagorlik , et ne grandeur. Ou a eu le projet de 

t appartient à la ligne du Cau- la réunir à la Yindo, par un ca- 
' U y a un autre fort de ce nom nal ; mais les cascades qui se trou- 
l^fleDon, et qui appartient à la vent près de Holdiogen y, mirent 
i^edelzaritzjn, éublieen 17179 pbsUcle. 

^ 4«i commençant de là conti* Doubkow , (^i^ÔKoeb.) ancien- 
(&e josquau \olga , sur un es* ne ville. Elle appartrnoit aupara- 
px de 60 wers. Cette ligne est vant , à la principauté de Kiow , 
TOM. I. 21 



170 DOU DOU 



/ 



et se trouvoit sur la rîvc gaaclie y a anssî dans le gouv. deSarâl 

du Dncpr ^ actuellement ce n'est entre Camycbîne et Tzaritii 

plus qu*un chêtif endroit: il se un endroit de ce nom , conDUf 

trouve dans le gouv. de Tcberni- leroent sous celui de DouWsks 

gow. Sianitza ) il est sur la rî?edn 

DouBNA 9 (^^ôna») CVst le nom du Volga , et habité par des Co 

de deux rivières , dont Tune a sa ques du Volga, 

source dans le gony. de Moscou; Doubovskof. ozero^ (^y^, 

elle coule ensuite entre ce gouv. cKoe osepo.) Ce lac se troi 

et cehfi de Vladimir, et sert de li« dans le gouv. de faroslav, disti 

mite de ce côté aux deux gouv. , deMoIoga. Il seréunitparDnra 

puis va se jeter dans la Cliazma. scauau lacd'llovisk. La mière 

L'autre commence dans le gôuv. Tdologa , en sedc'bordantaupri 

de Vladimir, près de la ville d'Alc- temps , les couvre de ses eaui. 

X and rovsk; elle entre ensuite dans Doubrovna , (A^ôpoeHa*)^ 

celui de T ver , où sVtant réuni à droit assez consioérable du goi 

la Sestra, elle se jette dans le deMobilef, dans le district d'( 

Volga. ^ cba, à I7werst. de cette tHIc 

DouBNO , (4y5iio. ) Ville du sur la rive gaucbe du DneprJ 

gouv, de Volinie, et cbcf-lieu d'un y trouve 4 «^gliseti du rit grec 

district sur Tlrva. Depuis 1774 ^^^ du romain. Il se tient tr 

et jusqu'à sa réunion à la Russie, grands marcbés par an k Jh 

les assemblées de la Noblesse s'y te- brovna. 

noient ; elles a voient lieu à la Pen- DoubtchÉss , ( ^^6t,êch ] 

tecôte , jour d^une grande foire à vière de Sibérie. hAle parcourt 

Doubno. Cette ville est à 233 w. Toccident à l'orient un espace 

de Jitorair, on y trouve une ab- 2oowerstes, à travers les disiri 

baye Grecque de l'ordre de St. de leuiseïsketde Touroakliansk 

liazile. se réunit au Ienisseï , dans lep 

DouBOSSAR, (4^5occap5.) pet. mier de ces districts, 

ville du gouv. de Cberson, district Douchete, (4(^tixem5*)crs< 

de Tyraspol, sur la rive gaucbe du endroit du gouv. de Géoi^ie (|U 

Dnestr et à i5 wers. de Grigorio- a érigé en ville en 1801. £H^ 

pol. Llle est composée de 5 à /{oo trouve dans la ci-devant CartLj 

maisons, habitée par des Vala- nie, sur la rive droite duCo( 

quei , des Grecs et des Arméniens, (ou Cyrus), On y trouve acluf] 

Cette petite ville , située au pied mentuntribunald'arrondisseoi 

d'une luontagnc , et entourée de et un autre de police , sous H 

jardins 5 oiirc un site trt s-agréa- pcction d'un oficier russe. liCS cl 

ble. liCs beaux peupliers de Lom- seiilers sont cboisis parmi la ! 

bardie qui y croissent en quantité, blesse du pays, 

ajoutent à la beauté du tableau. Doukhovstghina , ( 4V^ 

Ses liabitans font un commerce le^uHa.j Ville du gouv. de Smol^ 

assez considérable ^ on y trouve et chef - lieu d'un district ; ^ 

une douane , un bureau de poste le ô5^ 3' de lat. sept, et le 5o ; 

cl une quarantaine. de ^^^ë» orient, au contloen^ 

DoUEOV KA , {4y6o6Ka») pet. deux petits ruisseaux , le Khi 

endroit dos Cosaqiu'S Seyniens , têts et le Tzarevitcb , à 5o w« 

dans le gouv. ,du Caucase, sur le Snioleusk. On y trouve 3 églisj 

Térek , au-dessus de Iviziar. Il est à peu près 1,000 babitansdis^^ 

fortifié et muni d'une bonne artil- sexes , qui font un commerce ^ 

lorie. On y trouve ui^e église. Il considérable. ^ I 



DRE DM 171 

DovLEBS , (4yji65bi.) c*est un dans le gouv. de Tolînie. Nestor 

^uple Slave ^ qui habitoit ancien- dans sa Chronique leur alrîbue des 

ipmeot sur le^ bords du Danube y mœurs barbares y peu difTërentes 

tau la Valachie actuelle. Nos cbro- de celles' des Sa uvages. et Les Drev- 

iNjoes , ainsi que celles des Polo- «(liens, dit-il ^ vÎToient comme 

uni, CD parlent en citant les Jat*- u d^s bètes féroces, s'entretuant 

ras^ct JazTgues. Le grand -duc (c pour la moindre chose , sans re- 

\liilimir l^r ; marchant contre les u ligion , sans lois, la vengeance 

Ssiies les vainquit* Nestor dit que « seule en ëloit une chez eux ; ils 

dsDoulebs habitoient aussi avec (c se nourrissoient de tout ce qu'ils 

lu Lntitches et les Tivers, sur le u trouvaient et inéme de clioscs im- 

Boo^et le Dnestr, et que ceux, qui a mondes ; ils ne connoissoient pas 

rtoieotToisins des Jatviags étoient u le mariage ; mais ils preuoient des 

iiarmates. v femmes parmi eux et les gar- 

DouLEBsxoi - OzERO, f^^i^Acô- « doîent tant qu'ils vouloient, » Ils 

riror Ojfpo*) -ce la^c se trouve près furent souvent vaincus et soumis 

^Kiow, On le nomme souvent par les Roussy ou les Russes; mais 

iuules anciennes Chroniques. ils se révoltèrent fréquemment; ils 

Boi'tNA, fy^ypKa») pet. rivière avoient aussi leur propre souvr- 

ki^ottv.de Vitebsk ^ qui se jette rain ; mais enfin vamcus par Ol- 

In» U Dvina, dans le district de sa, qui vengeoit sur eux la mort 

Dvnaboarg, de son époux Igor , qu ils avoient 

DocaNovSKAiÎA Stanitza , tué, ils furent entièrementi«oumîs, 

^MP^^ckoa CmaHuij,a* } ou leur pays fut partagé, en pro-> 

lonrg des Cosaques. U y en a deux vinces et gouverné par des Rus- 

fc « aom , l'un dans le gouv. ses , et les lois de Kiow éla- 



fAitrakhan. Le second est sur les fils , fut leur priuce. Celui - ci 
kn rives du Bottzoulouketappar* ayant été tué , ils n'eurent plus 
iKDtiaxCosaqncsdaDon. de princes particuliers, tout leur 

DocTCHÉRSitoï , ( AuzepcKQÛ. ) Pay« f«t annexé à la principauté de 
fta nomme ainsi une mine dar- Kiow , Tourow ei^cpte , dont on 
Ndaos legou^. dlrkouuk, can- 6^ "«e principauté à part. 
l"*de Nertdiinsk. EUe est d'un Driasna , ( 4p>iÇHa. ) On ap- 
P*id produit à la couronne. pelle ainsi trois petites rivières , 

Dhagounka, (ApatUHKa.)yeU dont Tune coule non loin de Co- 

&»ière du gouv. de Calouga , qui kmna, et se jette dans la Cliazma ; 

tofflbcdans la Jizdra et sur l'cm- l'autre dans le gouv. de Vitebsket 

ioachure de bnuclle est bâtie la «e jette dans la Dvma , et la troi- 

Plede Cozelsk. «»ème dans legouv. de Rezan , dis- 

1 ,v . , • ^ triêf de Zaraisk : on les nomme 

[Drevuens, UpeejL^HeAOn ^^^^. ^^^^^^ 

Pûûoilcenoni a un peapie 51a- . . ., 

kd après le pays rempli de bois Drissa , ( Apucca. ) nviere 
Nlwbitoit : car cétoit sur les assez considérable du gouv. deYi- 
'or(lsdelaPripet,oùLlexisteen. tebsk. EUe se jette dans la Dvina 
»re de» villes fondées par lui ; tel- occidentale. 
BssontOvroutcb , Jilomir, Isco- Drissa omDriziî^, ( fljiucca 



ftche (l'ancienne Corostène) etc.. hjim 4/ji*j«k5. ) ville du gouv. de 
« pays est renfermé maintenant Yitebsk , et chef-lieu d'un district 



-k ♦ 



173 DUN DUK 

•urVemboachure delà Drissa dans quoique allemande d*ortgine; ( 

la DTÎna , au-deesous de Polotsk. quitte sous le gony. de Pologne si 

tlie est sous le 5!)^ 44' ^^ ^^^* ^^P^ langue maternelle., pour adoplei 

et le 4^^ 3o' de long, orient. Un le polonois. Dnnabonrg a été Ion- 

y trouve une église de Grecs-Unis, dée en 1277, par les chevalier 

et 1^600 babitaus des deux scx«s« porte-glaiye, et a été la résideno 

DaoHiTCHiNE y ( ApoeuzuHb. ) d'un bailli de l'ordre. En iS;Gel 

pou ville du gouT. ae Grodno , le fut prise et ruinée , parle'iza 

district de Cobrine , sur le Boug , Ivan Vassiliévitcb, ensuite repri» 

non ioin de Breste. C'étoit une an- par le Roi Etienne Batorj , qu 

cienne principauté russe , qui se ajouta à ses fortilications il i. 

dounoit en apanage aux cadets de transporta à deux milles plus bas. 

KioM' et ensuite de Galitcb. Le I^ Tzar Alexis Mikbaïlovitdi b 

grand-duc Jaropolk II, Tavoitdon- prit en i656 et la nomma Boriso^- 

né avec Peusk , on la donnoit aussi lebsk ; mais bientôt après, elle lui 

avec hogatcbei', Breste et Kletsk. arracïiée à la Russie et resUsou 

Après la mort de son dernier prin- la domination polonoise , jvsqu< 

ce ilasile les ducs de Lithuanîe en la réunion de la Russie blanche 

hértlèrent^ depuis elle fut réunie TEmpire. Pendant le gonv. polo 

k la Pologne , sous le gouverne- nois > il 7 aroit à Dnnaboarg ui 

xnrnt de laquelle elle devint cbef- évéque , un voevode et un castfl 

lieu du pays et le siège d^une Dio- lan égaux en dignité } ils ëtoien 

tiue et d'une Staroslie. aussi sénateurs de la conronof ( 

Drouetz o{/ Drouzâ, (fipj^eufi de la Litbuanie, sans appartroii 

tiJiM AVH'^') ''ivière quia sa sour- ni aiix uns , ni aux autres, van 

ce dans le gouv. de Minsk ^ et qui formant une classe à part pour 1 

coulant v^rs Toricnt , l'ait pendant Livonie polonoise. On trouve ac 

un assez loug espace la frontière tuellement dans cette ville, uo 

de ce gouvernement et de celui de église grecque, un beau couvenld 

Mohilcir dans lequel elle entre jésuites , deux églises catholiques 

Eour se jeter dans le Dnepr. ^vs une synagogue: sa population mol 

ords sont couverts de bois dont te à près de 4^00 personnes ^ 

une partie est flotté chaque année deux se:xes* Il se tient trois maij 

pour Higa. cbés annuels dans cette ville, i 

Droijtzk , ( 4p VI4K&. ) ville du Dunamunde , ( /^10HaMm^A 

gouv. de Minsk, sur la Dronia , c*est une petite forteresse à M 

qui se jette dans la Réréza : elle boucbure de la Dvina : W K"H 

appartenoit anciennenient à la lanommoient anciennPuientZU' 
principauté de Smolensk et quel- -tokryl. (/é toit auparavant un cru 

qucfois à celle Polotzk. vont de l'ordre de Citeaoi, Ibndét 

'Dv^A^{/(joJua<){yoyezT)t^K). 1201 par Albert , évequedeLiri 

DuNABOURG , { ^KHaôt^peh.) nie; Revenue forteresse #lle f' 

Ville du gouT de "Vitebsk et cbef- prise en ibiS et 1619 parles Sui 

lieu d^un district^ sur la rive droi- dois \ en i;^o3 par les ^a ions > qj 

te de la Dvina et les deux bords de la nommèrent Angustusboar^; | 

de la Cbounitza qui s'y jette. Elle 1701 encore par les Suédois , (] 

est sous le 56° 9' de lat, sept, et le en enlevèrent la lielle artille 
44^19' de longit. orient., à 194 saxonne; entin en 1710 pr 
werstes de Vitebsk. La contrée où Russes qui la gardèrent psr le tr 
elle est située s'appelloit ancien- té de paix de 1731. On y trou' 
dément Livonie polonoise ; ses ba- une église pour la garnison , ^^ 
bitans sont des Lettons, la neblcsse ques ouvriers allemands y babitci 



D VI D VI 1 73 

tvec lei préposas de la cloaaue , se jeter dans le golfe de Bîga > près 

poar les marchandises qui vont et de Danamunde. Au printemps ce 

tlraoent «le Riga^ et des pilotes, fleuve est tout couvert de radeaux^ 

DvA - BBATA , ( ^oà^ôpama» ) de poutres et de planches , qui ar-* 
Aulesdeux frères. On nomme a in* rivent à Riga de Tintërieurde la 
Si Jeax rochers dans la partit oc- Russie^de la Livonie^delaLithna- 
^èauledela mer Caspienne, qui nie et de la Semigalle. . Les bois 
Ktroave sous le 4<>° 4^S ^^ ^^^ de construction , qui croissent suc 
mvmblent de loin à deux vais- ses bords dans les gouv. de la Rus-» 
leiux renversés; on peut les appro- sie blanche , fournissent le pori de 
^r de irèjs-près , à cause de la Riga, et sont même exportés^ 
ç^nde profondeur de la mer dans ainsi que des mâts ^ pour rétrani> 
œt endroit. ger. Ce fleuve cause quelquefois 

Dvina , {/launa») C'est le nom de grands dommages aux habitans 
<!« deux fleuves , dont le premier de Riga pendant le printemps par 
i^* jette dans la mer Baltique et le ses inondations; après la naisse 
'^ond dans la mer Blanche ou des eaux sa navigation n*est pas 
Océan Glacial. Le premier ou la très-sure^ à cause des cataractes 
Dvina occidentale , que les Letto- et des cascades , qui sont asses 
Mfi appellent Da-Ougava , est multipliées dans son liu A son em»- 
QD grand fleuve qui a sa source bouchure ou trouve des bancs de 
tlîDs un marais du gouv. de Tver; sable , qui empêchent les vais- 
^Dest an commencement qu'un seaux d'un port un peu considéra- 
^i^seau, qui se jette dans le lac ble de remonter jusqu'à Riga. La 
OkIiTal , et qui en sortant de ce Dvina reçoit dans son sein, excep- 
^^^({^i a plus de 2overstesde té les rivières dont nous avons 
^rwnlérence , et qui est très-pro- déjà parlé , TEwst , le Pers ^ 
^8il, peut spulement se considé- TOguèrc et VlUant. Elle est fort 
^coQime un lleuve. il seroit de- poissonneuse , et forme çà et la 
H Qavigable avec des bateaux des lies. L'autre Dvina, qu'on dis- 
P'^ïSj si des cascades qui se trou- tingue de la première par le nom 
^^^1 werstes plus bas , ny met- de Dviua du Nord , est un des plus 
^sm obstacle. A i3 wers tes du lac grands fleuves de l'Earopej ce 
^t un terrain couvert de petites fut long-temps et mémo jusqu'au 
«KTUions et sur lequel se trouve iSème siècle le seul débouché des 
'^lâcSobla, un peu au-delà est productions de TËnipire pour 
•^iîidePén, que traverse le Vol- leur exportation dans l'étranger, 
?^j c'est donc là, que ces deux moyennant le port d'Arkhanj;eU 
«'STeSj qui ont nn cours près- Il se forme près ,d'Ousliong-Ve- 
<jQediamétralement opposé, se rap- likij par la jonction de deus. rivlè- 
Focbenl le plus. La Dvina occi- res , la Soukhonia , et le long. wSa 
totale au commencement de son navigation est partout sure : il se 
fûors reçoit plusieurs rivières na- déborde au printemps à une élen- 
^'ables dans son sein : ce sont la due trcs-considérable , sans cuu- 
^^iaetlaCasplia.sur sarivegau- ser de grands dommages. Il est 
•"^j etlaToropa sur sa droite, partout très-large, et sa largeur 
^ première lui apporte les pro- augmente à mesure qu'il s'appro« 
Wions du gouv de Smolensk , et che de son embouchure , où il se 
"dernière celles de Pskow. Elle partage en cinq bras, dont deux 
Parcourt le gouv. de Vitebsk , une seulement sont navigables , avant 
partie de celui de Pskow ^ sépare de se jeter dans la mer. I,;i Dvina 
■'UToaic et la Courlande^ et va du Nord, qui commence dans 



170 EGA ECA 

ECATHÉRINOSLAW , ( EKome» le Calmîus, près de k mer d'Azov^ 

putiocJtaâb.) (jgouT. a). Ce gou- des lacs salins et des sonrces ni 

Ternemeût est Dorné au nord par lëes , qui font un rerenu consiJ 

ceuY de Kharkof et de Voronej , dérable. On y compte 55o,ooo hi* 

à Torient par les terres des Cosa-> bitans des deux sexes ; ce sont 

quesduDon et legouy. duCauca- excepte les Russes > des Grecs 

se; à Toccident par le gou?« de des Armënions, des Joifis 9 des os 

Kherson et au-midi par celui de Ions Allemands , des Calmoukst 

la Taurîcle et la mer d*Azow ; il des Tatares Nogais. Le gouv. a 

est situé entre le 46^ et le 4^^ ^^ divisé en 6 districts , qnî portes 

lat. sept, et ie 5i^ et 58^ de long, chacun le nom de leur die^Iiec 

orient. Les principales rivières ce sont ; i^ EcatlierinosW, a^ 

qui s'y trouvent sont : le Dnepr , Movomoscovsk , a® Pavlognd, ^^ 

la Samara , le Sévernoï-Donetz e\ Bakhmout , 5^ Marioupoi et 9 

Tembouchure du Don même, ain- Rostow. On y trouve d*ai|tres tï 

si que le Calraius et le Miouss. les dont les plus considérables s(m 

La partie sept, de cegouv* est d'un Azow , et Taganrok , ports sur) 

terroir excessivement fertile et mer d'Azow , Nicopol et NakhI 

gras et possédant de riches pitu- chevan. 

rages ; la méridien, an contraire, £catherinoslav , ( EKam^ 

et surtout la partie voisine delà puKocAatf&.} ville capitale dagoli 

mer d'Azow, est sèche, aride et vernement de ce nom. Elle i\ 

stérile; le terrain n*est composé sons le ^8^ 4' de lat. sept, elle d 

que d'un gravier rempli de pierres; 20' de long, orient. Sa situallli 

en outre ce gouv. est très^panvre sur la rive droite do Dveprf 

en bois; le peu qu'il y en a se fort avantageuse: on compte jusa 

trouve sur les bords delà Samara Moscou 868^ werstes. Cette tu 

et du Calmius : on trouve même été fondée en cet endroit, en i;l 

sur ce dernier , des chênes assez par Catherine II elle-même , ett 

beaux pour pouvoir être propres présence de l'empereur d^AUema 

à la construction des vaisseaux* gne Joesph II , qui accompa^no 

Dans plusieurs districtsde ce gouv. Tlmpératrice dans son voyage d 

les habitans emploient pour se Crimée : c*est alors q^u'clle poi 

ohaufïer , des joncs et du fumier : la première pierre de iVgllse U 

on trouve aussi dans quelques en- thédrale , dont on jeta les ktk\ 

droits du charbon de terre. Le mû- mens en sa présence. Ecatlierinoii 

rier et la vigne réussissent dans law possède déjà un G jmnase^ ai| 

une partie de ce gouv. On com- fabrique de drap , une de bas ri 

mence aussi à y semer le sésame; soie, et il s'y tient cinq grands ma 

mais la principale richesse de ce chés annuellement. C*est ici q 

pays consiste en troupeaux. Les commencent les cataractes < 

brebis s'y multiplient prodigieuse- Dnepr, qui s'étendent sur une 

ment , on y en élève plusieurs ra- pace de 76 werstes. La rille ( 

ces , mais celles des Calmouks et trop nouvelle pour être fort pe 

de Yalachic sont préférées pour la plée ; mais elle s^agrandit toas ' 

finesse de leur laine. Les haras de jours, et promet de Têtre ooDsi 

chevaux y sont très - nombreux , rablement. 
leur entretien ne coûte presque Ecatherinstad j ( EKam\ 

rien aux propriétaires , vu quils puncma/^h,) Colonie allemaii' 

pâturent en été comme en hiver , dans le gouv. de Saratow , disti 

sans qu'on en prenne beaucoup de de Yoljsk à 5a werstes deSarato 

soin. On trouve entre la Berda et et sur la rive gauche du Vo' 



EFR EGI ,177 

Lie est composée de i63 familles , d'Ukraine ; ils se tronve actiiellev 

qui 6oni presque toates darti- ment dans le gouvernement d*Fca-v 

»Q^ Oa T trouve une église Lu- therinoslav , sur rcmbonchurc de 

\yricuoe, Due Catholique, desser-» la Héresta dans le Donetz, entre le 

Vif lie temps en temps par le curé fort d' Alexicv et celui d'Orlov • k 

de b colonie de Paninc , Toisine 5o w. de Constantinograd, 

(le «Uenri. Les terres de celle co- Eoochtnskoï , (EeouiHHCKoû.) 

ïm ne sont pas productives , à Qq donne ce nom à une riche mine 

aii«! des sécheresse» fréquentes de cuivre du gouvernement de 

eiileUndae du sol. Perm , sur les hords de l'Egochi- 

teEN, (Efienb.) petit endroit ^1^^. Sa situation avantageuse pour 

«;Dgonv. de Courlande, dans le U navigation sur la Cama, fit que 

'i^>incl de lloldinguon, remarqua- non-seulement les ouvriers néces- 

Me par une usjue de fer qui s y g^ires pour exploiter la mine s y 

!^*^* \ /r établirent, mais encore un ^rand 

biZAWS , (E^^i^oH-^M.) (tata- nombre de marchands et d'arti- 

tàà). C'est le nom d'une des 4 g^ns choisirent cet endroit pour 

Wes de Taures Nogais, qui i^^^ habitation. Cela forma avec 

fioienl éubhs près d'Ackermen , j^ ^^ „„e petite ville , qu'on 

«o'is la protection de la Porte Ot- choisit ensuite pour y établir le 

tooane. IlsHj»nt passé en 1771, siège du gouvernement. On chan^ 

"ecleiTatares du Budjak, sous gea alors son nom en celui de 

Mom.nalion de la Russie, qui p^rm. (^oyez cef article.) 

^ a tait passer dans les steps qui , . ^ .1 

«oiMnenl la mer d'Aiow , entre . Egoriefsk , fEeop*edCK5.) viU 

t Don et le Coubane , où ils cam- ? du gouvern. de Hezan , et clief. 

Ml soldes tentes de feutres. Ils ^^«^ ^ ^i" ^'^*'•î^^' ^"« ^^^ V'^^ 

^^Moas mahométans, et on en f'ZH ^^" ^''. ^^^ 1«^- «fP^'/^* ^ ^.^'^ 

ton.pie iu..qn'â 70,000 qui sont ca. f de long orient., sur la r.vedro.te 

P'bU aé manier l'arc. ^^ '^ Gouslenka , à 1 23 w. de Re- 

zan. On y trouve 'à églises et près 




'•^ielaCrasivaïa-Metcha, à 294 P**'^* 

^«ie Toula, vers le midi. La ville Egoelyk , [Eeopxhi^h.) il y 

f 'freinent dite , a été ancienne- a dWux rivières de ce nom qu'où 

^^Ql entourée d'un rempart de distingue par la nom de grai|d eX 

^''^iij dont on voit eucore les tra-r de mo}cn ; Vune et l'autre pren-» 

^) clqueles habltans appellent neut îenrs sources dans les terre« 

^'îii'usraient Cremh Elle ren fer- des CoSaques du Don, et coulant - 

^') avec ses faubourgs , qui sont ensuite dans ;le gouv. du Caucase , 

*" nombre de cinq , 6 églises et t'^avcrsent le district de Stavropo} 

VQ-près 3ooo habitans des deux pour se jeter dans le Manytche. 

"i^s* Il s'y tiei>t annuellement EoiTni, (Eeumnii*) C'est uno 

J'i tre grands marchés. Tout le petite île qui appartient à rarchi-r 

^•^ii Ici est d'une fertilité extraor- p*îl des Aléoutes. Elle est à 3 w. de 

»'irs. Tahaiak , vers l'ouest 5 on n'y 

1 fremovska'û CrÉpost , (E0^ trouve ni bols , ni port ; c'est une 

'fiocoiofi KfJt no cmh.) ce fort des plus insignifiantes de toutes 

Ppiiilenoit à la ligne militaire celles qui forment ce groupe, 



178 Ehk ELE 

£ÏA , (Ea-) C'est an fleuve assez sont décidés à le laisser incvlle 
considérable , il a sa source dans l^s oignons seuls y Tieonent t^ 
le gotiY. du Caucase dlittrict de quantité et sont fort beaux; m 
Stavropolyd'où il dirige son cours en fournissent toutes les contrfti 
▼ers le midi j et sépare les domai- voisines* Elabonga a trois égliscse 
nés des Cosaques Tchcrnomors , près de 600 maisons* 
d^avec le gouv. d*£catherinoslaw , Elanka , {EJuiuKa») P- rlv. di 
et forme par conséquent les limites gouvernement et du district d 
de ce gouv* et de celui du Caucase; Pcnza , elle se jette , après in 
il va se jeter ensuite près du fort cours de 7 w*, dans une aalre ri- 
d'£isk , dans un golîe de la mer vière qu'on nomme Ëlanpenta. 
d'Azow, après avoir reçu plu- Elanpenza, {EJiaHnensa-} p* 
sieurs rivières dans son sein* riv. du même gouv. qui se jetti 

EïsKoi' - GORODOK , ( EùcKOH - daus la Pensa. 
ropo^oKh») Endroit neu cons'.dé- Elanskaïa stanitza, (£UfiH* 
rable du gouv. d*Ekat lier inoslaw , cKajt") Ce bourg des Cosaques di 
sur le fleuve Eï qui se jette dans Don se trouve entre ceux de Oustk 
la mer d'Azow. C'est jusqu'à cet bopersk et de 'Vécbénskaia) sor 11 
endroit que s'étendent les; terres rive gaucbe du Don. 
des Cosaques de la mer Noire^ ou Elatma , {Ejiamjutu) VîO^^ 
Tcbcrnomorskié. gouv. de Tambow , et chet-lki 

EkknÉS j (jEKtfKtfc5.) [guercum d'un district ; elle se troufc »■ 
penirisula, ) Petite ville maritime le 55° 5' de laU sept, et le59^îê 
de la Finlande , dans la province de long, orient., sur la rivegavck 
de Nyland. Elle a un mauvais de VOca , à 264 w. de TsmbM 
port y mais elle est située dans une On y trouve 10 églises , une fift 
contrée agréable ; et il est proba- nufacture de bonnes toilfs, di 
ble quVlle a tiré son nom d'un pe- fabrique de soufre et unederllridi 
lit bois de cbéne qui est près de elle a 4000 babi tans des deux m 
là* xes. Cette ville fait un commfro 

Ekeroe 9 {EKepe.) pet* île du considérable en aclietant da suifj 

Îolfe de Botbnie , tout près et à du cbanvre , du bled , de la cif 
'orient de celle d'Âland ; il y a un et du miel , qu'elle porte cnsvit 
bureau de poste. (Fby^z Aland.) sur des bateaux, en descendu 

Ekholm , (Ejtoajc/*-) c'est une TOca , dans les provinces an'an* 
tle du golfe de Finlande , qui ap— se le Tolga , où elle reveoa ionV 
partient au gouvernement de Re- ces. marchandises avec un gT>B 
val ; elle se trouve procbe de celle ' profit. 11 se tient ici une foire 1 
de Yrangel , et è 65 w. vers Toc- mois de juin, 
cident de celle de UbkbLind. Eldiatsk , (E^^AmcK5.)c^^ 

£la ou Ioula, (EJianAK JOJia*) un petit Ibrt construit dans le goH 
rivière du gouv. d Arkhangel , qui d*Orenbourg, sur TOufigi, dansl 
se jette dans la Pinéga* montagnes. On y trouve une égli 

ElaBOUGa 9 ( Ejiaôt^ea» ) Ville et une centaine de maisons. Sa ^t 
du gouvernement de \iatka et n i son consiste en une demi - coii 
clief-lieu d'un district Elle est pagnie d'infanterie et une ceuuii 
sous le 56^ 1 3' de lat. sept, et le 6g° de Coisaques* 
54' de long, orient., sur la rive Elenka , (EjteHKa») p- riv 
droite delà Cama , à SjB w. de gouv. de Calouga , district de J 
Tiatka* Cette ville est entourée de drin. 

forêts de sapins ; son terroir est Eleksk , (EjieKCK5.)P- V^^ 
si mauvais , que ses babitans se gouv. de i'odolie , qui a elé 



ELE ELO 179 




Nolie. £ile est bâtie sur lu Codv- prince 8tclierbatof<laps les leurs. 

■a, FÎs-à-vis de ikilta qui est sur C'étoit , disent ces historiens , un 

kiéfflerÎTièrc^sur sa rîve droite, dépôt de toutes les marchandises 

EiETZ j {Ejie^b») ville ancien* qui descendoient le Dnepr pour 

Ket asiez considérable du gouT. être embarquées sur la mer ISoire, 

iOKÏ'^ elle est le chef- lieu d'un ainsi que de toutes celles qui arri- 

iitMj située sous le 53^ 3o' de voient par la mer pour remonter 

k sept, et le 66^ !à' de long, le même flfiiiFe. 

•rieot. , sur la Sosna, dans laquel- 'ËLISabetgrao , ( EAucaâûm' 

le 2 p. ri?. , la Loutchka , et l'E- tpa/(b. ) Ville fortifiée du gouver- 

ku Tiennent se jeter dans la ville nement de Kherson , et chef-lieu 

Béne. Elets est à i85 w. d'Orel. d^un district; elle est sous le 48^ 

(ta ignore par qui et quand elle a 3o' 17" de lat* sept, et le 3o° 7'3o" 

ifioodée ; on sait seulement que de long, or., ^ur l'Ingoul. Elle a 

loog. temps avant l'invasion de étë bAtie en 1754- Ses fortifications 

bioa - khan I cVtoit. déjà un consistent en un hexagone régu- 

tpaoage des princes de Rézan. On lier , entonre d^un fossé sec et 

î0itdans les chroniques russes , à muni d'une bonne artillerie , et nu 

rttQéeii44> V^^ le grand -duc retranchement carré qui les joint 

Tserolod maria sa fille àVladimir la- à la rivière. Elles sont bien enlre- 

tisliritcb, prince cTEletz. En 1392, tenues et pourvues d'un arsenal 

kiuneax Timour-Leng ruina cet- considérable. La ville a quatre fau« 

J( Tille et en fit le souverain pri- bourgs , et contient avec cTux 2400 

taier. Mais comme elle brûla eu habitans , sans compter les mili- 

1 1/{) ) toutes ses archives devin- taires qui demeurent seuls dans le 

iltat la proie des flammes ; c'est fort. On trouve k Elisabetgrad un 

foonjQoi il est impossible de iiier grand hôpital , des magasins et 5 

*« juste comment elle s'est gou- églises, dont une bâtie par le prin- 

^o«e depuis, et quand elle est ce Potemkin pour les Séparistes 

feitrée sous Tobéissance des sou ve- ou Rascolnikis , qui forment la 

Murasses. Ou sait aussi que les majeure partie de la population 

.lucres de Crimée lui ont lait de cette ville. 

knoonp Je tort parles incursion^ . ELOHOUi', (Kjioti^w) riv. assez 

'^sentes qu'ils laisoient sur son considérable du gouvernement dé 

^toire. Cette ville est réguliè- TobolskydistrictdeTouroukhansk. 

tnsettt bâtie; on y trouve 14 Elle coule d'occident en ori^l 

^lises, et jusqu'à 8000 habitans l'espace de 260 w., puis se jette 

fin deux scies dont le principal dans le Ienisseï. Ou peut , par le 

tmerce consiste en blé , le ter- mojen de cette rivière et^ d'une 

delà ville et de tout le district autre nommée Vokh, passer du 

:*>«Umgulièrement fertile. Il ya Ienisseï dans l'Ob. 

|ftide la ville' une usine de fer et Elovka , {EjiooKa.) CVst la 

^ labrique de savon. plus grande de toutes les rivlèreg 

tiEVFÉRiE , ( EjLeê{pepiJi» ) qui se jettent dans le fleuve Cam. 
C'est probablement Tilequ on nom- tdiatka , sur la presqu'île du mé.« 
^aujourd'hui Olechki. Elle est me nom; les naturels du pays \^ 
*itQfe à lembouchure même du nomment Ko-otche. Elle est navl 
l^nepr. Les Grecs y avoieut bâti gable presque jusqu'à sa source 



te peuple qui habite sur ses borJs qui y viennent annuellement dWj» 

Jpassoit pour ' le plus guerrier et le truUian , sUr mille batcaaX; u« 

plus courageux de toute la prcs- prennent que les pltis gros , tant 

qu'île; il avoit pris le nom de la ils sont embarrassés du nombre. 

rivière pour se distinguer des Co- 1/Einba et rapide , son fond » 

riaks et des Camtcbadals^i et se seux, et ses bords sont fertiles. Oa 

nommoit Co*olcb-aj. n'y trotive pas d'habitations. Lts 

Elton o« EltonskoÏe ozF.RO , Kirguiss - Caïsboks de la pciiU' 

{EjimoHCKoc ôsepo) Ce lac salé, ^^o^dc campent sur sa rivegaucLe^ 

l'un des plus considérables de la ^' ^^^^ soumis à la Russie. 
Bus^ie , se trbuvc dans le gouver- Embakh , (E^^^aarô.) riv. 

nement de Saratof j 1^65 w. sud- S^^^- ^eRiga. LeshsthoniensTu, 

est de cette ville. Le sel se forme' à Pillent Emma - Jougui ^ ce m 

sa superficie en beau cristal , sou- ^^"* ^'^ Ruisseau -iVière, cl U 

vent d'une deini-arcbinc d'épais-^ ^^sses Amog\a. { Toyez cv dernier 

^eur et semblable k des glaçons, '^^^j* ^ 

On le dépose dans des magasins EmenKa^ f^E^/cH/cor.) p. m. (la 

sur le Volga , et de là on le trans- 6^"^* ^^ Vitebsk. Elle sort du lac 

porte, nar ce fleuve, à ^ijnl- Eménet£,dans le dislricl de Nf- 

Wovgorod et ensuite plus loin* ^^^ 5 ^* «« i^^^^ «^a"* <*!"» ^^ ^^' 

vel, dans le même district. 



éa 



♦a«i ..^^«„; A^ ^1 -^ /•. • ^c poste sur le chemin de Woi-coti 

tant grossi de plusieurs petites ri-. . « »» ^i ^. ll,«„ 

vicn-, qu'elle Vecoit dan, son lit , * P«ler»bourç,et remarqaabepa. 

traverse, Ja grande roule de Pëi J^«« Perks qa on y péchc quelque 

.) riv. du gooT. 

I ^ ^»aj..»a«u^^K , v..«».'ict'de Khobo- 

prend g^^,^ remarquable par la grande 



tersbourg , et va se jeter dans un p^-,, , frr . ^ 

pçtU lac non.n,é KérL Elle ressort d'ArïCng'e f^Xt'dc KhC 

de la en petit ruisseau qui prend „ i u 



«n*>\ nW».^!! ^^ ^ • 1 V^ylUe dugouv. d'Astrakhan , el 

que a cliaquevilla;;e ou il traverse, i * ^' j- j* . ■ . tmi . , 

^ ^ o l»* " Ma»cf »r. chcf-iicu d uu district. Elle c*i i- 

Emba , (Ejuôu.j C'est un fleuve tie sur le Lord très-élrvé d'unbr*; 

considérable qui a sa jjouixe dans du Volga , qui a donné son nom i 

les montagnes nommées Mo-oul- la ville, tnotaévsk est sous le >• 

char , au . delà du step des Kir- 3i' de lat. sept, et le64o45' delon:. 

guiss - Caissaks. Il traverse ces orient» C'étoit originaireiueiit tin 

«teps en coulant sud-ouest , et se- foft construit en 174 , pour raniii- 

pare cette conhrée d'avec le gou- tenir les Calniouks dans Tobéis- 

yemement d'Orenbotirg 5 puis se sance ^ et pour les babi tuer à uo 

jette dans la mer Caspienne. Son genre de vie plus sédenUire. C'esl 

cours est à-peu-près de6oo iv* Les même la raison pobr laqmllc oa 

eaux de TEmba , dans sa partie y avoit bàli un palais pour le Kl)« 

'Supérieure , sont mauvaises , et Dondouk-Dacbi , qui^ le ainsiilê- 

on y trouve peu de poissons ; vers rant comme une prison , s'en esl 

«on embouchure , au contraire , trouvé très-oflènsé , et n'a jamais 

elles sont bonnes et le poisson y voulu l'habiter. Le lort existe fn- 

«bonde, au point que les pécheurs core «ctuellement. C'est un car» 



ÊPI / ESK f 181 

fiîfaity flanqné de 4 baitîons, toa-* de Toula , et soas le 5^^ 1 3' de lat. 
|0âes ibrtliicatioas sont de sable , sept, et le 66^ 5.' de long. oriçHt, 
pr coaséqaent très-pca solides, EreheYskie gorv , (Epejrieû" 
Ua T entreCteat uoe gartiison; il cnle eopu.j C'est une pcti le chai- 
resirrme en ooLre la maison du ne de montagnes qui se trouve 
asmuadant 9 ci-devant paiais du dans le step entre l'irtich et l'Ou* 
&i»D, une église j de% caserues et rail; elle a 5o w* en longueur, sur 
t]kli|ttes magasins. Les bourgeois 6 à 7 dt* largeur* Ses montagnes ^ 
TiTffitdans le lauboorg, et sont au sont tres-liauLes et couvertes de 
hiàn de 5oo , tant bonunes que superbes toréls , dans lesquelles on 
kama. Les environs de la ville trouve une graude variété d'ani-* 
it produisent presque rien , le maux sauvages» Les ivirguiss de la 
terrain a étant partout qu'un sa-; borde moyenne campent dans cet 
i))e lia et mouvant ; ce qui rend éhdroit. 

le séjour de la ville très-incom« £remcha , (Epejftuua.) p- rir. 
tiwJe, car au moindre vent, ils ë«- du gouv. de iambow, district 
lef? ie$ tourbillons de poussière d'Elatom. Elle est remarquable par 
)&i obligent à fermer les yeux , et des usines de 1er très-cous idérables, 
empédient quelquefois la respira- bàtie« sur ses bords , à 25 w. de la 
boQjdoa autre ci^té , lorsque le ville de Cadom , dans lesquelles il 
^ffips est calme, des nuées de cou- se fabrique jusqu à 5,ooo pouds 
Âos et de mosqultes- deviennent de Ter par an. Ces usines appar- 
oeore plus insupportables que la Uennent à un particulier. 
jottâsière. On est obligé alors de Lrguêm ^ ^^Epee^^b•) rlv. du 
iBfUre on voile quon ne quitte gouv. de Riga , district Tte VàlL. 
F^ même eo dormant. Quelques Elle a sa source dans un lac maré- 
Mniade Calmouks campent bi- cageux , près d'un vieux château 
v^ et été autour de la ville ; ils y nommé Er mess , quelle entoure ; 
tttretleonent une espèce d'abon- puis se réunissant un peu plus loin 
^ par le produit de leurs trou- avec la Stinté ^ elle se jette dans la 
F^Qi. Âa reste > toutes les cbo- Zeddé. 

«^>aéce^saires à la vie s app<frtent - EaziANA , (£p j/tna.) C'est une . 
^'Urakban, dont Enoiaévsk n'est des deux races ' du peuple Mor- , 
^^t^wt'que de i57 w. duan ; Tautrc s'appelle Makchan. ^ 

^^rcA , (EHm^pb,) colonie aile* Quoique leur langage diffère beau- 

,Vr(ie oublie eu ijGS dans le coup, ils se comprennent cèpe n- 

*P"- (J'Astrakban , sur le Volga, dant, et depuis Tin troduction du 

!'<€ est composée de ^o familles cbristianisme , ils commencent k 

«D^iiêrieunes. Be mêler ensemble , conservant 

^HPHANK , (EnufpaHù.) Ville néanmoins cliacun leurs usages 
^^ qOut. de Toula , et chef-lieu particuliers et une ditlercuce dans 
^anJbtrict. Elle est bâtie à Tcm- leurcosluiae (Kt>y^^ MordUa'NS]» 
JKucLiire de la Télouskâ dans le Esaoulof skaïa stanitsa , 

^j qui dans cet endroit n'est (Ecat^JioôCKan cmaHuri,a.) bourg 
^ minable , à cause du peu de des Cosaques , sur la rive droito 
li^oQdt^a]- de ses eaux. Celte vil- du Don|.,.,«ntre les bourgs de Tsim*' 
')été fondée en 1679. Elle étoit liansk au-dessous , et celui de Co- 
^toarée d'un mur de bois qui bylinsk au-dessus. 
tombe en ruine , et de 9 tours qui . Eski-Krym , '.Ei:Ku^KphtJtib, ) 
•i^'xUicat plus. On y oompte ançif ane Crimée, en russe S/arni' 
*iiuellenient 1700 habitans de& Krym, C'est uue p<»li le et cbétive 
«;iiiicxes. Epipbane est à ào w. ville de la presqu'île de Crimée J 



182 EST EST 

elle est bâtie aa pîed de la mon» a deux dlfférens dialectes : cdai 

tague nommée Aguermych) et a de Derpt et celui de Reral ; on ni 

probablement ëté le Cimmérium parle le premier qoe dans ledits 

des anciens. Les restes peu consi- trict de Derpt et aux enyirons , k 

dërablcs et presque totalement second se parle dans tous les ao- 

dëtruits de cette Tille n'offrent pins très cantons. Les Esthonians sonl 

que les ruines d'un bain lurc , de hardis | dissimulés , Tindicatllii« 

deux mosquées^ d'aune église grec- sans compassion, mais, par osteo«i 

que , et le vieux palais des Khans tation , làisant du bien auipao- 

qui ont jadis résidé en ce' lieu ; et vres ; ils sont moqueurs, trèi* 

ce palais peu grand es t. encore as-' enclins à rivi*egn^ie , paressesz 

aez bien conservé. L'évéque russe et mal-propres. Leurs habitations 

qui y avoit eusa résidence jusqu'en sont petites , enfumées , et ils s j 

1800, aune maison neuve. Cette entassent péle-méle avec iconbr^ 

ville au tretois si peuplée , et située bi# ^ leurs cochons et leurs pou* 

dans une des plus fertiles con- les. Presque toujours la porte de 

trécs dupais, reprend de T ex i s- leur hutte leur sert de fenêtre et 

tcnce par les Arméniens auxquels de c^ieminée pour faire sortir k 

on vieul de la concéder, avec 1200 fumée. Le costume àe9 homoM 

detiialioes ( ou arpens ) de terre, est presque celui des femmes^ aussi 

On a changé sou ancien nom en le mari porte le surtout de sa fei» 

celui de Levcopol , cependant l'an- me , et cette dernière celui desott 

cicn prévaut toujours dans le pays, mari indistinctement. L'hirerils 

EsTHONiK , ^ Ecm.iHHA'i/i. ) Le en mettent deux l'un sur l'aîiirtf 

nom de ce duché s*écril Ehstland^ et une pelisse de peau de moatei 

en latin Eslia et jEsthonia, lies par-dessus* Les femmes porienti 

licttôniens nomment cette contrée comme celles des Morduans , da 

Iggaum-Senime. Tout son terriioi' nionnoies. et toutes sortes de b» 

re est compris actuellement dans h io les .de métal sf^r le cou et soi 

le gouv. de l\eval. VoyeÉ RevaL la tête ; et en général , les Esili»' 

pour tout ce qui regarde' la partie niens ressemblent beaucoup à ce, 



géographique \ quïint à Thistoire de peuple pa r leurs inclinations mon* 

môme que les, leurs habitudes et le soûl qow 
celle 'de Livonie, ainsi voyez de ont pour l'agriculture, léducatjofl 



oe pays , elle est la 



même ce dernier article. des abeilles et la chasse; eomo^ 

I.STHONIENS ^ ( Ecnthi. ) Les eux , ils rassemblent, sous Tespèc^ 

Esthoniehs habitent pour la plu- de vestibule qui se trouve à UA" 

part dans le gouv. de RevaL Ils trée de leur i maison ^ des herb^ 

occupent les districts de Derpt, de sèches ; ,ils laissent long-tem 

Fellin , Pernau el-Arensbourg ; il fermenter leur pâle , construise! 

s'en trouve de même une partie le;, poole toujours dans le coin di 

danf celui de Valk. Ils ont la mê- la maison , et tournent la forli 

me origine que les Finnois , eom- vers T orient. Les Ësthonions a» 

me on le voit par le rapport des ment la musique \ leur instrnmea 

deux langues qui ne ditfèrent pas par excellence est la corneniuf^ 

•plus -entr elles que le suédois et Ils sont très-superstitieux, croi^ 

le danois. Ce peuple .est le même à la magie , et admettent Icxiste» 

que celui qui se trouve dans les ce d'esprits intermédiaires et 1* 

chroniques russes sous le nom de connus ^ auxquels ils offrent di^ 

Tchoudy. Ils sonl communément féren tes bagatelles , comme de p^ 

vêtus de bruji , comme Ics.Lclto- tits morceaux de cire , de la lai»^ 

niens le sont de gris. Leur langue des monuoies qu'ils mettent at 



»v 



ETK EUP 183 

jkà de qnelqae arbre oa d: as des Etorpou, (Emopni^.) C'est la 

trottes, sur une pierre ou auprès 19*' dos îles Cour i Us ; elle est à 

Uo raisscan. Les filles ne por- 3o w. de celle d'Ouroapa. Elle a 

Intrien sur la tète , et attaclient 3oo w. de loog et autant de large. 

Inrs cheveux au mojen d'une Etorpcm est remplie do montagnes, 

tRw on d'un simple ruban. Ils parmi lesquelles se trouvent beau- 

lostcn général petits , les femmes coup de volcans éteints, et un vers 

nrtoat. \j^ Esthoniens, comme le nord qui fume sans internrptlon. 

bLettoaiens^ sont serfs , et ils Ses vallées sont fertiles et arrosées 

Hprlicnnent à leurs seigneurs , de rivières poîsvsonneuses et de 

^vipeaveat exercer sur eux toute ruisseaux limpides. Toute espèce 

wrle de pouvoir ; mais ils n ont de blé y réussiroit bien ; on y 

|Jas le droit de les punir de mort, trouve assez de bois, et vers le 

^ qoe la noblesse a cessé d'e- midi, en commençant depuis le 

ifpcer la jaridiclion criminelle, milieu de l'île, les forêts sont très- 

bi;65, à la diète de Riga , là grandes et contiennent beaucoup 

Mblesse a amélioré la -^condition de bois de construction; en un 

li!*pây»ans,ct ^ons le règne de mot, partout la végétation est 

ïmperear actuel , on leur a ac- très - riclie et très - variée. On 

aniê quelques privilèges, et on y trouve aussi des ours noirs , des 

t filé invariablement les droits zobls et des renards ; la mer jette 

«peclifs du paysan et de son sei- souvent sur ses bords des baleines, 

inear réciproquement ; ce qui a oui compensent le manque total 

nncottp allégé leur sort. La reli- des autres animaux marins autour 

i»ft dominante est la luthérienne de cette île. liCs bords d*Etorpoa 

fe»§élique. sont remplis de caps et de golfes ; 

Btekevskaia STANITZ A, (Eme- CCS derniers forment plusieurs 

?«CKa% cmaHut^a») bourg des ports assez sûrs. Enfin , l'île pour- 

bsaquesdu Don, sur la rivedroi- roit devenir un séjour agréable 

làïla Medveditsa , entre l'Ar- pour une cinquantaine de mille 

Aadinskoï , dont il est à 60 w. , liabitans , et suffiroit à leurs be- 

<Hlessiis,etrOrlovskok, à 18 w., soins. On y compte actuellement 

dessous. Ses liabitans sont agri- 1 20 babitans mâles , de ceux qn'ou 

iheurs, et élèveat beaucoup de appelle Courills velus, et 189 fem- 

wtlaax. On trouve des ours en mes. 

pa4 nombre dans lés forêts voi- Eupator te, ( 'Eanamopiji. ) 

^ - ^ C'est une des villes les plus im- 

^O0LSKAÏA-CRÉPosT,(£/nKy^*- portantes de la Crimée, sous la 

[5^ • Kp-hnocmh.) ou lorteresse domination des Tatares. Les Rus- 

^^oalskellea été bâtie en 1738, ses la nommoient Cozlow , et les 

■"* le gouv. d'Orenboorg , sur Turcs Guizlevé. On lui a reuda 

M>c Itkoul , ce qui vent dire en son ancien nom d'Eupàtorie, 

■Me Lac du chien. Elle se trou- de Mitbridate Eupator , roF do 

*^f la grande route de Tcbilia* Pont, sous le règne duquel elle a 

*i Troifts, presque à égale été bâtie. Elle est située sur la 

*>na de Tune et de l'autre, et côte occidentale delà presqu'île, 

^"w. d'Orcnbourg. On yen- et sur un golfe de la mer Noi- 

Wtenl une garnison de 55o Co- re , qui lui forme une baie avec 

iS^es, sous le commandement de un petit port, si pen profond, 

!vr propre isaoul ou second cbef. qu*il ne peut recevoir que des 

'o trouve à Etkoulsk nue église barques, ce qui n*empécbe pas 

' euTÎroQ 3oo maisons. qu'il ne s*y fasse u;i 'bon oom- 



ir>4 EUP Evs 

merci*. Eupatorîe est sons le 45® Elle jouît du prlvîl^e d'an port 
1^' de la lit. sept, et le 5i^ i5' de frape , el jusqu'à ce moment près* 
long, orient. , à 62 wer«. de Sym- que tout le commerce de la prcW 
phéropol. Elle a été entourée de qu'îley estconceatré.On jaébbR 
mura , et cVst la première ville de une quarantaine pour tous les bi- 
la presqu'île dont les Ta lares ae tlmens qui viennent du Levant, 
sont emparés lors de leur invasion et on j compte encore prèsdeSood 
dans le pays. Elle étoit très-floris- habiuqs , la plupart Tatares. 1\h 
saut à cause du commerce considé-* trouve parmi eux. quelques Greci, 
rable qu'y faîsoient les Turcs et des A^rméniens, et des Juifs Carai* 
les habitans des rives du Danube, mes. On y voit encore 20 KImos 
qui desceqdoient ce fleuve sur des pour les marchandises , avec de» 
barques avec lesquelles ils venoient maisons de café , plusieurs ims* 
commercer à Cozlow ; cette ville quées , dont une est fort belle ^ et 
c'toit beaucoup plus peuplée qu'- ne le eède presque pas à la grande 
file ne' Test maintenant, à cause mosquée de Tbéodosie. Un grand 
des guerres que les Russes ont fait inconvénient de cette ville, esl 
dans ce povs; C'est là que les qu'elle manque absolument dVao; 
vaisseaux d Anatolie , de Homélie le peu de puits qu'on y a creoiéi 




igé 

très marchandises , contre du blé vr. hors de la ville, oudeTaciia» 
çt des esclaves que les Nogaisorien-'. ter des Bohémiens quiVapportei 

iiiuj. y amenoient pour cela. Les dans des outres à dos d anss. U 
marchands russes y apportoient gouvernement pourroit ct]?Ddaa 

aussi eu temps de paix leurs mar- facilement , et à très- peu de irait 

cliaudises. La rade y est peu sûre , remédier à cela, en réparant dafr 

ouverte de tout côté } c'est pour^ ciens aqueducs qui existent cocon 

cruoi, en hiver , les vaisseaux cher- et dont les tuyaux ne sont brisé 

chent un abri dans quelques autres que dans tr^s-peu d'endroits: tf 

ports. Elle fut prise par les Russ^'S seroit le plus grand bienfait qu'il 

eu 1736 sans aucune résistance de pourroit accorder à cette ville Os 

-la part des Tatares, dont la gar- trouve à 3o w. d'Eopatorie , «rt 

iiison Tabandonna } mais elle leur le sud , et près de la mer , dent 

fut bientôt n-ndue. En 1771 , les lacs salins, d'où l'on lire W 

Russes s'en rendirent maîtres une quantité prodigieuse de selqais} 

seconde fois , et entin elle pacisa , forme pendant les mois d'été* 

^ avec toute la Crimée sous la do- ^y^^j^j,^ (K.J^aAKa.) f. " 

nnnatioa de U Russie, en 178J. j„ deSiuibirsk, district A 

• F,apator.e a beaucoup soufti-rt de jj^ra.isk: eUe se jette dans la Roui 

toutes ces diUerenles guerres. On „„•• ' ' • 

> Oit encore ca et la quelques restes > • l 

de murs et' de tours de maisons Kvoeny , ( B;foeHhi. J eesl ï 

rasées , et des mosquées , ces res- ''om que IcsToungouss se dounen 

tes témoignent sort ancienne splen- eux-mêmes, {p'oyez TouNGOi^. 

dcur. La translation dans d'autres FvsT , {Eocmh') riv. asseicoa 

endroits des Grecs et des Armé- sidérable de la lÂvonie. Elle a s 

niens qui Vhabitoient , eu a aussi source) danslcgouv. de Riga, di^ 

considérablenieul diminué la po- trictde Vcndcn, dans le lacdeLâU 

pulation ^ malgré cela , c'est en- bnu , et va s^ jeter dans la Dtid 

Gore une ville assez considérable, sur sa rive droite , dans le distr*c 



FEL FEL i35 

leRiga.Aa printemps, quand lés cataractes et les rocliers qai soBt 

MDisont hautes, on fait tlotter au fond. 

ks radeaux de bois de chauffage Kzoutchë , (£jye5. } rîv. da 

wr celle rivière} et elle seroit gottv. de Tchernigow, sur la- 

mVfable en tout temps ,, sans ses. quelle est bâtie la ville de Conotop. 



F. 



f ATU« • ( i^ame^h^ ) p* rit. sait pas 1 epôqtie précise Je sa 

IttgoQT. de Coursk , district de iondation , mais elle doit être fort 

^ii^je; elle a près de 3 w. de ancienne, car l'histoire nous ap- 

»Qr«, et se j<*tte dans FOusoja , prend qu'en laoQ, les Allemands 

Ira» U ville de son nom* aidés des Livoniens t\ des Lettes 

Fatéje, ((pamemh.) ▼. da voulurent l'assiéger , et la prirent 

NT. de Coursk , et chef-lieu d'un effectivement en 1 2iOé En j a24> ils 

iairicl ; elle est située sous le 5a° la ihirent dans un éut de défense 

w* Je lat. sept, et le 54^28' de respectable, ce qui engagea beau- 

k long, orient., sur une hauteur coup d'Allemands à venir s'y éta- 

» confluent de deux petites riv,, la blir. Ce château a toujours été la 

fatéje et TOnsoja , à 45 w. de résidence des comiours ou baillis 

[««rsk. On y compte 700 h'abitans de Tordre, parmi lesquels plusieurs 

^ deni 9e^cs. Les environs de parvinrent ensuite à la grande 

Wle petite ville sont charmans. maUrise, tols que Conrad Vieling- 

Q»Tsèine en plein champ quan- hoff, Guillaume de Firstenberg , 

^'fc melons d'eau. et Gotgard Ketllcr. En 1482, le 

^UiN^ ((l)ejiAunh.)V' ^^^''^' château de Fellin fut pris parle 

'«i;oav. de fti'^a; il a sa sourcJc grand - duc Ivart - Vassiliévitch , 

^«M le lac de vîru - Ervé , et se et en 1S60 , il le fut encore par le 

'pi dans le golfe de Riga. Tzar Ivan - Vassiliévitch. Il arriva 

F£LLi!f (Cl>eAJiuHb^ Ville du à cette occasion un incendie si ter- 

Ea». de Riga*, district de PcrnaU. rible dans la ville, qu'il resU à 

leeit située sons le 58°22' de lat, peine 5 maisons , mais le château 

kV et le 430 16' de long, orient., dans lequel le grand - maître Fir- 

^le bord sept, du fleuve Fellin sienbcrg s étoit renferme ne se 

psorl nonloirt de là du laC VirU- rendit qu'un mois après- Le grand. 

tr»p. Elle est à 241 w, de Riga, maître fut fait prisonnier et envoyé 

*o'Mtaniourd'hniquunechétive à Moscou. Depuis celle époque, 

feliie ville qui n'a quunesoixan- Fellin resta 22 ans sons la puissan- 

^ine de maisons, et une seule ce des Russes ; ensuite , cette ville 

Spliw, l'ancien chàteauest détruit, passa altornalivement au jpouvoir 

ton en voie que les raines* On ne dea Polonoif et des Suédois j et 

TOM. I. ^3 



86 



FIN 



pendant ]t siège qu eu (aîtoîent lea 
premiers en i6oi 9 le feu prit à 
un magasin à poudre qui fit sau- 
ter tout Le château ; depuis ce 
temps il est resié entièrement rui^ 
né. 

Ficher 9 ( 0umepl). ) colonie 
allemande dans le gouv, de ^aratof; 
elle consiste en 70 familles luthé- 
riennes. 

Finlande, (Golfe de). ( 0uh^ 
CKOÛ SoJiuôh.) il appartient à la 
mer Paltique , il a 400 w. de long 
id'occident en orient , et loo w. 
de large du midi au nord. (Foyers 
Mer lULTiQUÈ.) 

Finlande, {(J)uhji/ihaî/1') Ce 
pays ^ dont uue partie ëtoit déjà 
•oumîse à la Russie , et assurée à 
cette puissance par les paix de 
Nystadt , Abo et Véréla , vient 
d être entièrement réuni à cet em- 
pire , sous le règne de rilmpcreur 
Alexandre !•'• l^s armées russes 
en ayant fait la conquête , ce sou- 
verain fit déclarer au uiois de mars 
de l'pnnée 1808 , à toutes les puis- 
sances de TKurope , qu'il réunis- 
Sftit à jamais la Finlande à ses au- 
tres états. Celte déclaration fut con- 
solidée l'année suivante par la 
{»aix de Frédériksham. L'origine et 
a signification de' son nom est in- 
certaine : quelques - uns pensent 
qu'il vient de Vénédes [Venden) 
qni ont habité les deux rives du 
golfe de Finlande ; d'autres le re- 
gardent comme dérivé des mots 
gothiques Jin et,j&« qui'sîgnifient 
terrain marécageux^ marais, dont 
'ily a grande quantité dans ce pays, 
•ans compter différentes autres 
opinions. En langue linlandoise , 
cette province est appelée Suomi ; 
Suomenma et Suomen - Saari. Elle 
est située à Vorientde la Suède, 
dans renfoncement où les golfes de 
Bothnie et de Finlande se séparent. 
La Finlande avoit autrelbis ses rois 
particuliers ; elle a aujourd'hui le 
titre de grand - duché. On se don- 
na beaucoup de peine au ta* siècle 



ponr convertir les Finlandoli à 1| 
religion chrétienne j et c est i ceti 
te occasion que levéquë dXpsalj 
Henri, fut assassiné en ii58 cr 
mis au nombre des martyrs. Cet 
le même qui avoit fait bitir à Rœ* 
dœmœki , dès 1 1 56 , la premièn 
église cathédrale en Finlande, I» 
quelle fut dans la suite transféréi 
à Abo. I^es premiers promotfon 
de la doctrine de Luther dioi ee 
:pays, furent Martin SàytledPicN 
re Serkalax. 1^ partie derDiè»- 
ment réunie à la Russie a 58.ooo 
milles carrés de superficie; ellefH 
habitée par un peuple courageoi. 
fort et laborieux , dont od porte k 
nombre à 65o^ooo. Elle est part» 
gée en j prov. ou grands caotou. 
qui sont i» celle de Finlande pr» 
prement dite , ou d'Abo , donlk 
principaux endroits soDt Àbo^ 
î^yslad Tamerfors et Biomeborg> 
2^ de Bothnie orientale on dO» 
tro - Bothnie, dont les principak, 
villes sont U/éa , Vasa , Carlek 
3^ celle deSavolaka qui enloarel^ 
lac de Saîma , elle est remplie i 
marais et de lacs , et ne oonties 
aucun endroit considérable, amoia 
qu'on ne veuille compter ISischlst 
depuis long -temps séparée appa^, 
tenant à la Russie,' Lovisa et Abfl^ 
iors , petits forts près du Kuma} 
4^ celle de Tavastland , oal e^, 
la plus fertile , dont renarnit 1^ 
plus considérable e^t Tavasthous, 
5^ le Kimengoerd, petit caa 
voisin du Kumen , et faisant 11 
petite partie de la Caréliej 6^ 
province de I<jylland. qui est 
plus commerçante , on y tronv 
Hehingfors , Sçeaborg et Borf^ 
enfin ^<^riled*Alland ouOaUod 
qui n a pas de ville et dont le pris 
ciblai endroit est CaéMholm. X,i 
très -petite partie delà Fiiiland<j 
en raison de son étendue , est col 
tivée et peut l'être; il semble q< 
la nature même a voulu la reudi 
inaccessible aux ennemis: p<f 
tout des rochers qui-défendent fi^ 



krii j des lacs , des marais ci des 

kfU impracticables remplissent 

loa territoire. Malgré cela , la 

lissie la soumise en très-peu de 

tapf , et on peut la considérer 

coBiaeraoquisiliou la plus précieu- 

Refile ait faite depuis ie règne 

oaortel de Pierre - le - Grand* 

Ob iroare en Finlande de grandes 

ârifUde pins , an moyen deaqnel- 

IhIm babitans fournissent à la 

îilie de Stockholm une quantité 

cHuidérable de bois et de charbon, 

H m autres pays étrangers des 

ratrn et des planches. Le gibier et 
poisson $y trouvent en abonda n- 
V. Lei pêcheries de perles de Fin- 
kihie OQt fourni des perles très - 

Jffcifnses.^On y trouve des mines 
Bcoirre^ de fer et de plomb. La 
firtje depuis long - temps acquise 
^la Russie est toute comprise dans 
lKgottT.de Vibourg, IMous ren- 
^ou à cet article pour tout ce qui 
SQoftirue. 

^w.'fois , (0uHbi.) OU Ftnlan- 
*ii« lisse nomment eux-mdmes 
^^"le Ofk Suomaiecneu. Fiune et 
I^^ASont une traduction got« 
«(ne du nain propre de eu peuple. 
^ Rosses appellent les Fiulan- 
■» rchoukhontsys. ils habitent la 
1*^06 totalité de la Finlandci le 
(^. de Pétersbourg , et on en 
'■Hreméme une petite partie dans 
^i> NoTogorod, du côté de Val- 
^ ili sont presque tous de la reli» 
NlotlSérienne^ Les FinnoiS|dont 
iP^Qpartdes peuples du nord pro- 
^>^at, sont eux-mêmes origi-* 
^<i'Âsie. Le temps de leurémi* 
NoQ d orient en occident est 
^au. On voit encore une si 
Ne ressemblance entre les Per* 
*^ ) les Lapoos et eux , qu on 
^ttt pas balancer de les oonsi* 
^f Gomme le même peuple , et 
^ probable qu'ils ne se sont se-» 
"^s des Lapons , et fixée dans 
I* demeures subies qu'au XIU« 
?^» après rinlroductlon par- 
teax du christianisme. On trou- 



FIN 



18; 



re de même beaucoup de monta- 
gnes et de lacs en Finlande qui por- 
tont Aes noms Lapons. D'ailleurs, 
on ?oit par un règl(*ment donne 
en i335 par le roi de huède, Smék, 
que les Finnois d'alors éloient un 
peuple errant comme eux y possé- 
dant des troupeaux de rennes , et 
s'ocoupant uniquement de pécha 
et de chasse. Le genre de vie de 
ceux de Livonte et.de Courlando 
nti dilïéroit guère de celui-là , ils 
aToient leurs propres chefs ; mais 
au commencement du Xill* siè- 
cle ils furent soumis par les Su^ 
dois. Los Finnois sont presque 
tous d'une taille moyenne. Ils ba^ 
bitent dans des villes et des villa* 
ges, parlent une langue qui leur est 

{)ropre , et emploienten écrivant 
es caractères gothiques. Us jouis* 
sent de plusieurs privilèges , et sa 
gouvernent (même sous la domi- 
nation des Russes) par les lois do 
Suède. Jl fl*existé aucun corps 
de noblesse parmi eux , cepen- 
dant le paysan cède toujours le pas 
au bourgepis on au marchand ^ et 
respecte singulièrement les em- 
ployés du gouvernement. Leurs 
villes ressem oient beaucoop^ à tou- 
tes celles qu'on trouve en Suède, 
IjCS paysans sont cuhivateurs ^ 
chasseurs et pêcheurs. Leur prin- 
cipale industrie consiste à £sire des 
bateaux , des barques et k distiller 
le goudron. Leurs habitations sont 

Sresque toujours éloignées les unes 
es autres ; chaque maison est 
isolée. L'habitation d'un paysan 
consiste en trois maisonnettes | 
dont Tune pour Thiver , l'autre 
pour Télé • et la troisième sert de 
cuisine. Elles sont réunies par une 
cour dans laquelle on trouve leurs 
magasins de bled, le grenier à 
foin ) les écuries , les établcs , la 
grange et le bain. La constrnction 
de tous Cf^ héliniens de bois est la 
même qu'en Russie , mais ils se 
conforment pour Téconomie et la 
manière ^aux coutumes suédoises. 



iSS FIN riN 

La rigueur du climat et la stérilité et Thiver ils se préserrent du iroi 
de la terre daiis pluslears canlous, avec des pelisses d^ peaux de mou- 
soat cause que souvent le blé mau- ton ou d'autres fourrures. Lesfeift' 
que chez eux^ alors ils chercheut ipes s'habillent en hiver à*pea- 
à y suppléer , pour se préserver près comme les hommes , elle 
de la faim ^ en mettant del'écor- pàftent des culottes et se chaul- 
ée de sapin et des racines de quel- seiit comme eux. Elles se pare«i 
ques plantes dans leur farine. Les beaucoup en se couvrant U lélti 
Finnois du nord ont encore des d une espèce de voile ^ et la poii 
rennes, mais les antres élèvent trine et le cou de grains de verre, 
les animaux domestiques ordinai- de petite mounoie , et de corao) 
res parmi les paysans russes. Leur sur leurs habits qui sont presque 
bétail est fort, mais d'une très-pe- toujours d'une toile de cooiilou. 
titc taille. Les femmes parmi ^ox d'une toile hlene et sans manches, 
•ont lal>orieuscs et bonnes mena- Elles portent une espèce de dalmi- 
fières } elles ibnt du giros drap et tique qu'elles brodent richemea 
la grosse toile pour s'habiller ) et par-devant et par-derrière , et l 
souvept les teignent elles-mêmes, iixent autour du corps avec a» 
Ce peuple en général mange beau- bande de cuir on de drap ^ qo 
coup, aussi font->iU ordinaire- fait deux ibis le tour delatailke 
ment cinq repas par jour. Ils sont se noue sur le c6té ; les bords a 
singulièremeat passionnés pour sont aussi brodés et garnis i 
l'eau-de-fvie de grains distillée. Le grains de ve|*re , ou d'autres or» 
costume des habitaus des villes ne mens semblables ; elles portii 
diffère eu rien de celui des Sué- de grosses boucles d'oreilles. U 
dois ; les paysans même de la Fin- riches s'habillcfit ^n soie , broda 
lande ont imité en cela ceux de la richement tout le devant de les 
Suède. Ils laissent cependant croî- robe , et ornent leur dalmaiiqs, 
treleur barbe, porteat de larges de petits morceaux dftainqud 
culottes et s'enveloppent la jambe les' arrangent en différens dessin 
d'tùic bande de gros drap» Leur sur la poitrine ou sur le dos; pis 
chaussure consiste dans one es- sieurs espèces de rubans p^s4^< 
pèce de souliers faits avec desécor- travers l auneau de leurs boude 
ces d'arbres ou du cuir. Leurs d^oreilles , leur pendent sur h 
chemises quils fout entrée dans manches larges, courtes et^nonp^ 
leurs p^p talons , sont recouvertes sées de leurs chemises ; elles k, 
d^un gilet ouvert sur le côté ou brodent aussi en laîne de coaleurj 
par-derrière > ensuite une espèce elles ont une espèce de toque à 
de casaquin par-dessus ; ils bou- quelle elles fixent un voile qui d( 
tonnent le tout, mais plua sou- cend par-derrière, et passaut soi 
vent ils le ferment avec un ceintu- le ceinturon de drap retombe ji 
ron de cuir. Ils portent les che- qu'ati mollet ; elles ont encore ui 
yeux plats et longs , ne les tressent large bande de cuir brodé , égs 
ni attachent jamais, se couvrent lement attaché ^ la toque , etqi 
d'un large chsipeau ou d'un bon- passant sous le voile, couvre leu^ 
net. Ils portent presque toujours cheveux par-derrière. A. IVpoqi 
un couteau attaché à leur ceintu- de leur mariage , les jeunes pi 
ron, et fort souvent les clefs du mé- mises sont obligées de donner 
nage et le briquet j sont joints, chacun des convives un présf 
Leurs habits sont ordinairement qui consiste en trois ou quai 
faits de drap ; Tété ils en portent archines de toile , et une paire 
quelquefois de çnir «t de toilç ^ b^s j à son tour , \e convive dol 



FIN FRl 189 

lor-le-cliamp lai rendre son pré^ eux-mêmes ainsi ; les Tcbër^mit 

leiit en aident ^ ce qui ne laisse les appellent Kourmari ( lioramea 

pasd elretrès-onëreux aux parens, de montagnes) ; ils habitent le mé-« 

ur l'argent reste à la tille. Les me pays que les précddens. S*'. Lf a 

Fianois vivent assea^ long-temps. M^/r^^a^ouMardvinj sur les bords 

Ooen voit mén^e qui parviennent de l'Oca et du Volga dans lesgouv. 

i Due grande vieillesse. IjCS mala- de Nijegorod de Tambow, Penza^ 

db auxquelles ik sont le plus Cazan et Orenbourg ; ils se don- 

s&jebdaos leurs villages , sont le nent le nom de Mokchad , au sin-« 

iforbuti l'bjdropisie 9 lemaloa« gulier , d'une rivière qui se rëu-^ 

dac,plas particulièrement l'hipo- nit à l'Oca ; ils forment deux ra- 

Gondrie , ou une espèce de Splin , ces qui se distinguent par leur 

comme la nomme les Anglais , qui langage. 90. Les Perwiens on Per^ 

1rs read très - malheureux. Ils rniaky , comme on les nomme en 

iioieni très-attachés à Tidolàtrie , russe , et les Sirjanes , dans le 

aa point que lorsque au milieu du gouv. de ce nom et une partie de 

lil' siècle, et sous le règne d'hric, celui d' Orenbourg. lo». Les Os^ 

roi de Saede , on ne put y intro* tiaks, dans le gouv, de Tobolsk ; 

<iuire le Christian îsuie qu'en joi- ils ont re^u ce nom des Tatarea 

^aaut la force à la persuasion. IVial- qui les appellent ainsi, c*est--â<* 

$ré les soins d'L tien ne, et de Henri dire, hommes féroces et sauva* 

«tlieréqoe d*Upsal, vers le mi* ges; ils se nomment eux-^mèmes 

lieu du XVI» siècle , ils em-» KhotiiieX Konnijoung^ Kho ^ si- 

brassèrent la religion luthérienne, gnifie homme en leur langue \ les 

avec toute la Suède \ ce qui ne les Sémoiades les appellent Lahhe^ c,-> 

empéclie pas d'être extrêmement à-d. hommes , et les Vogouls leur 

<Qperstitieux , et de garder des donnent le nom de Mansy qu'ils 

coutumes et des idées fausses qui portent eux-mêmes. 1 1^. Les Vo-t 

Kor sont venues par traditions goulitchi ou Vogouls, dans le gouv^ 

^^s les temps du culte de leurs de Perm et de celui de Tobolsk, 

)<ioles. Le^ autres peuples de race 12^. Les Teptiaris , c-à-d. pi^u- 

lionoise qui habitent en Russie , pies qui pe paient point de tribut; 

loitt: 10. Les Lapons, que les Hus^ ceux-là descendent des Tchérémis, 

^ appellent Loparù 2^. Les Ij'on- des Tchouvasses , des Votiaks et 

^J) ou Finlandois d'Ingrie ; ils des Tatares qui tous ensemble vin* 

^treçu leur nom de la riv. Ijora. rent s'établir dans les montagnes 

^'\ji%Esthes en Ësthonie et partie d'Oral , et principalement dans la 

"^la Livonie ; un Esthe est appelé partie qui forme le pays des Bach-* 

Ichoad par les Russes , Virolain kirs; ils payent actuellement une 

p^r les Finnois , et Jggaunis par légère capitatioo. 

^^â Luttes. 4**. Les , Xi>j^^^ dans la Fridensbero , ( ^pu/^enc^ 

l'iTooie. 50. Les Votiaks y habi- ôepeb. ) (montagne de la paix). 

Nulles hors du fleuve Viatka, dans Cette montagne se trouve dans le 

^•louvernemcnt du même nom ; gouv. de \ ilna , à un mille etde- 

'u se donnent à eux - mêmes le mi de Covno , dans une forêt et 

<^i» 4* Oiiify ; les Tatares les nom- sur les bords de la Vilia. On trou- 

<&^at Ari , ç'est-à-dire , peuples v« à son sommet un couvent de 

^rw-éloignés. 6®. Les Tchérémis vingt--quatre hcrmites de Tordre 

«Uasle gouv. de Mijégorod et de des Camaldules, bâti en 1674 > et 

Uun , la plupart le long du Vol-p oélèbre par les huit tonnes d*or 

5^9 jusqu'en Permie. 7 ">. Les qu'il a coûté à son fondateur Chri* 

^choupochcs ^ qui se nomment stophor Patz^ grand « chauccUer 



igo CAD GAL 

de Litlittanle : le marbre j eat derîkhshatnm qae fot aiffn^e k! 

Srodigué ; les voatcs et la coupole paix de rSog , par laquelle lôutJ 

e l'église sont oroées d*eiceUcn- la Finlande est à jamais réunie i 

tes peintures à fresque, et de ta- l'empire de Rossie. Cette vîUe 

bleaux originaux des plus grands fait un assez bon commerce ea 

inaitres. Le fondateur j est entcr<- bois de construction, planches, 

ré avec son épouse. potasse et goudron. 'On y importe 

FaiDERiXHSHAMM , ( 0pu/^e<» de l'étranger du sel , du tabac, deii 

£ujcc€ajfAb.) Friderici portus y v\\* Tins , etc. Il %'j tient deui foireii 

' fortifiée et port sur le golfe de annuelles. Le clergé russe rrlèTe 

F&nbnde y dans le gourer nement de Tarchevèque de Pétersboui^, 

de Yibourg , district de Cumen. et les Luthériens j ont un confîi- 

Elle est sous le ôo*» 35' de la t. sept« toire. 

et le 44^ 4^' ^^ long, orient., à FRfDCTMTfrsTAD, («(l^pu^fpuf* 

Iio w. vers roccidf*nt de Vibourg. cnta,>(b.) TÎtte du gouv. deConr- 

On y trouve une douane et une lanile, sur le bord occidental de U 

écolo. C etoit l'ancienne Wékélax l>rina , à gi w. ^e Miltaa« Oq 

queles Rusaes brèlcrenten 171'ij Ta p pelle aussi NenstœdtcAien , et 

par kl paix deNystad, en 1721 y en lettonien Jauna-Rybda. Mlefot 

cet endroit avant été rendu aux bâtie par le duc Friderieb , et à 

Suédois, Fridéric l»' y bâtit une veuve la Gt rebâtir en 1647* OoT 

TÎlle à laquelle il donna son nom trouve une église luthérienne, û 

et des privilèges considérables, partie du Sémigalle , à commen* 

Dans la guerre suivante , les Rus- cer de cet eticbH>it 'jasqu^à sa poin* 

ses prirent Fridçrikhshamm en te , se nomme OberUnd^ pajs la* 

I74'i le 29 juin et il leur resta par périeur. 
la paix d AiM> en 1745. Cest à Fri« 



G. 



vjrADiTCltE, (ra^uzh.) ▼. dttgout. GAÏvoRoffi , {T aûebpoiib) f 

de Poltavaet chef-lien d'un dis-* 'Hv. du gomr. d'Ukraine; elle ^ 

trict ; elle est située sotts le 5oo 23' jette dans la Vorsela. 

de, lat. sept et le 5|o 42' de long. GALtrcffS*, {VaMUth.) rille»»^ 

orient. , sur 4e PsioL Cette ville cienne et considérable , chef-liea 

a été bâtie en 1634 par le Polonais d'un district > dans le goav. (te 

Jelkowskj. On y trouve 7 églises Costroma. FUe est bâtie sar oa 

et prés de 800 maisons. lies habî* lac qui porte son nom ^ et <laB* 

tans iont un petit commerce de une plaine maréeagcuse, soas le 

iM j de circi de tabac et de Uine. 670 i5' de lat. sept, et le.6o» 56' ai 



GAM GAT 191 

Ipoi!, orint , à 1 1 7 w. de Co«tr«- moires âf f Académie des sciences 

M. Oo y trouve qd couvent de de Suède ^ Tom. IV, pag. 210 et 

tdigieose et 1 3 «églises. Cet te v ille a «air. 

tl^habiUDS des deux sexoa.Gali- Gaitoalfs , (jT aKtaji,biX C.'f%X 

tebM r\é bitie on 1 1 ft2 par le grand- qn ancien penpte slavon oni vîvoit 

Jk Gwi^e , sarnommé Dolgn- au-delà du Dnepr , vers IVroLoa- 

liÉkj, par conséquent après la chureduBoug, et qn'on cite-gou- 

tke (la même nom en Pologne , vent dans les chroniques russes. 



T ,' ""• -—•••--'-... — .«-w ce Deancoup dans la mer. Il est 

«dT, ou en Russie rouge ,. «u .-..n^ dans fe golfe de Finlande , à 

rile Bassie. {^le dont nous par- l'endroit presque où ce golfe com- 

m «tcitee dans les chroniques ^^nce , ie manièife à devenir un 

M» al année i ao8 ; lors de l m- ^^^^ imporUnt pendant uneguer- 

a». de. Taures en Russie en „ maritSne, car on peut obsirver 

»«, elfe n a nas eie pr.se par jg 1& les moùvemenî de lennemi 

», «..s quelque temps après j^nsles deux golfes, etjusquau. 

Mut brùlee. G.l.tche pendant prè, de Riga. Cet endroit elt ce- 

>«S-lemp, a eu se. propre, pr.n- \^y^_ „„e vic.oire qne Tempe- 

« , easttite elle appartml i la reur Pierre-le-Grand y remporta 

^rrï t». îi' 'K^\^ »arle.Suëdoislc-28juaietenÎ7i4. 

lort de Basile III , elle échut en ^ ' ' ' ^ 

irugiî à son fils Dmitri , et de- Oardoriki , ( rapAapwcu. ) 

iwellf n'a cessé d Wartonir au \ff} ^^ "®"? ^ "«« ^i'ic qui a été 

N duché de Moscou- célèbre chez les Russcsdans Tanti- 

GaLitskoê ozero , ( rojnm- T'^^' . * ^^ ^^^'^ dansl'en- 

Wi osepo.) lac de Galilche, dans ^Z*^*' ^** f *'^^^« acluellement le 

kjow. de Coslroma ; il a 1 5 w. ^^^'^ l^adoga. Son nom est sarma* 

iflong sur 5 de large. On y pèche ^ ^' «ignifie dans la langue de ce 

««coup de poissons. peuple ^ra/ii/^ x^ille. M. Tatischef, 

Gaula- Carleby, (FojttJia. ^an» «on dictionnaire bistorîoue- 

«pji«5u.) (Cfl/o/ôia a/i/iyiia) pe- géographique , nous apprend que 

te ville maritime de la Finlande, ^^^ ^^*^«» »c» étant emparés , y 

» le golfe de Bolhnie et dans la l^^^,^^ ^^» souverains bien avant 

Cîoce d'Cléaborg. Elle a été **nrik} mais les guerres fréquentes 

sous le règne de GnsUve- 9«'»1* avoient avec les peuples du 

Wpliedans une contrée agréa- "l'f.^ > «" d'autres raisons , les 



Won des Taisseaux lui rapport V^^}^ "* donnèrent le même nom,, 
>l*aucoap, et son commerce d^. en le traduisant seulement en sla- 
Mroa est considérable. Les pay- ^^"' *'• ^* nommèrent donc Grad- 
P <ie ces enviroqs cuisent au ^f!'^* > ^® ^*** J comme Gardo- 



neige 



lit qu'on a versé quelque peu ^"^^ commp un bourg de peu de 

fkiicaiUédans la chaudière où- conséquence. 

lie cbiritie. La manière de faire Gatchine, (ramriiii&.) pet. ville 

^^ ««i rapportée d<insles Ué^ du^9uv» de Pétersbourgj c'étoit* 



£ 



igj CAV GDO 

• 

une malsoil de pkîsande bÂtîe par de dlieranx de diffërentet races/ 

le prince Grégoire Orlof, qui appartenant à la conronne. 

.après sa mort a été achetée par Tim- 'Gavrilovskoï, ( ra«pttJio«- 

pëfatrice Catherine 11^ et donnée ckoû.) redoute construite sar lé 

en 17B4 y avec ton! le district et Coubane , entre les forts Mariin- 

les paysans qui en dépendoient, akoï ou de Marie ^ et le fort Âr- 

à l'Empereur Paul 1<", alors grand- kbanguelskoï 5 dans le gouT. du 

duc» Elle est à 4^ "^^ ^^ distance Caucase. 

de Pétersbourg : les bàtimens du Gazimoûb ^ {ra3UJU^ph.)T]f, 

)alais sont grands et magnifiques , considérable du go ut. dlrkoatsi, 

es jardins vastes et parfaitement district de Nertcbinsk ; elle 1 sa 

ordonnés; les eaux son t d'une tran's- source dans les montagnes , Pt 

parence surprenante ^ on y voit coule plus de sSo w. avant ^se 

Îartont le fond à 1 3 et 20 pieds jeter dans l'Argoun. On a troiné 

e profondeur. Gatchina est un des dans son lit des mines d*argeotet 

plus beaux palais impériaux qui de cuivre très«»riehea ; c'est poor- 

existcnt en Russie. Cet endroit a quoi on a bâti sur ses borasdes 

été érigé en ville par l'Empereur forges et des usines très-considé- 

Paul l*" ) en lygj* On y compte rabies , qui po^rjtent le nom de la 

plus de 3ooo habitans avec les riv. et rapportent beaucoap àb 

bpurgs qui ^n dépendent. Parmi couronne, 

les choses curieuses qui* s'y trou- Gdow j {r^oeh^) pet. tUle di 

vent , on doit remarquer y dans gouv. de Pétersbonrg , et cbef-Ilrt 

Téglise russe de Malte j un mor» d'un district ; elle est située sot 

Cean de la vraie croix, la maiii le bord oriental du lac Tchoadslof 

droite de St. Jean - Baptiste , et ouPeïpouss, et sur la petite rir. 

Timage mir^^culéusc dé Ndtre-Da- Gdovka . qui s'y jette ^ soas k 

me de Filerme. apportée de Khode 5%^ 43' ae la t. sept^ et le 46^ 1' d( 

à Malte , en 1 5a3 , par le grand - long. or. , à 216 w^ de Pétersboorg. 

maître de l'Isle-Adam. Totis ces Cette ville a été bâtie par les Psko* 

objets furent emportés , après la viens ^ en 14^4 9 et fortifiées pti 

prise de Malle en 179^^ le i3 juin, eux dans les années suivantes. £* 

Ïar le grand-mattre de l'ordre le 16 12 elle fut prise par les Suêdoif; 

aron ae Hompech ; ils furent 'mais Tannée suivante œs trovpet 

ofTerts k TEmpereUr Paul, qui ayant été subitement attaqua 

avoit pris le titre de grand-maître, par les Novogorodiens , elles fareot 

par le comte de Colovrat et les toutes taillées en pièces. En i64 

autres députés de Tordre, à une les Suédois s'en étant empsi^ 

audience publique àPétérhof, en pour la seconde fois, îb Tabao* 

1 799, le 3 août, et déposé le 12 donnèrent en 1617. Gdowactael- 

octobre de la même année « par lement ne renferme rien de 1^ 

son ordre , à Téglise de Gatchine, marqnable. On y trouve troii 

k Toccasion des cérémonies du ma- églises et quelques maisons assci 

rîage de Macl. la grande-duchesse chétives , dont les habitans foa* 

Hcnène Pavlovna , avec le prince un petit commerce des denrée 

héréditaire de Meklenbourg-Schvé-* qu* ils cultivent dans les environs 

•rîn. ^ Géorgie^ (rpyaÎA*) Ce rov- 

Gavrilova, ( raopujioôas ) anme que les Russes appelles 

liourg considérable du gouv. de Grouzia et les Persans Gourp 

Vladimir , district de Souzdal, sur stan , est une des plus nouvelle! 

les deux rives de Tirchesse* On y acquisitions de la Russie. Catben* 

trouve un haras très«-con9idérabte ne II Tavoit déclaré aoos sa prôteo* 



GEO GEO 193 

100 imiiiédiate^méine Ioog-^temp$ en Perse y espérant avec le secours 
nat elle , ks Uars et Pierre - de cette puissance pouTolr rentrer 
e- Grand y setoient îmcniscés à main armée dans les états de ses 
bfts les afiaires de ce pays, pères., et s'y aftermîr sur le tro- 
ll TÎmt d'être organisé en gou* ne; mais battu par les Russes^ 
iftnemeiit, à Tinsur des autres abondonné par les Persans, il sa 
pirmoes de la Russie* Sa posi- trouta trop heureux de profiter 
lia est entre la mer Caspienne du pardon que l'empereur voulut 
iforient , et la mer Noire à Toc- bien lui accorder, à condition 
cibt. Sur une étendue de 10 qu il suivroit le sort de ses frères, 
V» , c-à-d. depuis le 59^ jus- et rivroi^ tranquille en Russie, 
p'ao 69^ de<long. orient.^ et en- sans jama'û se mêler des affaires 
lie îe mont Caucase eiTArménie de la Géorgie. Il parut , en 1801 , 
iDoUgnease, depuis le ^o^ jus- le 18 janvier , un manifeste de 
|i'aa 45» de lai. sept. Avant sa la cour de Russie , par lequi»! on 
Mmusîon volontaire à l'empire déclaroit la Géorgie à jamais réu- 
è Rouie , il étOLl parUgé en 5 nie à Tempire. La même an- 
kOT. qui aroient chacune leur née , an mois de septembre Teai- 
trmce arec le titre de roi , perenr -Alexandre l" ordonna 
Ut deai vers Torient : la Car- qu'on organiseroit un g'ouv. en 
klinieet la Cakbétië: elles étoient Geoirgie , qui fut d'après cela par- 
iwmiies au Scbah de Perse; et tagé en 5 districts, dont 5 en Car- 
p trois latres vers Toocident , la thalimie, ce sont cens de Gorii, 
psgrélie^ l'Imirétie et le Gou- Loril et Doucbet , et 2 en Gakhé- 
lU, étoient sous Va domination de lie , qui sont ceux de Telavv et de 
p>plrc Ottoman. Ce malheureux Signakh. La ville de Tiâis , sur 
fe»idmstétant&tparlesPer«ins, le Coura (ranoien Cyrus) , est la 
ptôt par les Turcs et les mon- capiule dugouv ; elle n'est d'au- 
pçoards du Caucase, vit mettre le cun district et se compte à part, 

fible à 8es maux après la mort On 7 a établi les tribunaux , les 
«ou dernier roi , Géorgui ou magasins et le quartier - général 
îi»rge, fib d'Héraclius, par la de larmée. L'empereur a permis 
■Mintelligenoe de ses frères et de que les Géorgien* continuassent 
•»fik,qui ne parent jamais s'ar- à se gouverner par leurs propres 
ttigercntr'eux pour le choix d'un loisr ils suivent, pour leur légia- 
*ceueur« Ils se croyoient tous lation ^ le code de Vakhtuag , un 
fcdfoits éganx , si non au trône, do leurs souverains ; mais on a 

t moins an partage des éuts du joint aux officiers du pa^'S Aes 
nier roi. Celui-ci avoit solU- Russes pour la partie executive , 
Wéleiaperear de Russie Paul !•', et le gouverneur - général a te 
fc joiodre la Géorgie à ses vas- droit do concilier ces lois avec le 
►éiaU; il lavoit ordonné par son code pénal russe , et souvent à mi- 
fWament comme le seul moyen liger les sentences» La religion 
F«wufer la paix à cette fertile et chrétienne fut apportée en Geor- 
l^lbeopense contrée. Ces princes m sous le règne de Constantin^ 
%anl qu enfin cëtoit le seul Ïe-Grand, par oiie femme prison- 
•iyeu pour eux de conserver nière dans le pays, nommée iVb/i- 
IfttrsTie» et leurs propriétés, sup- na on sainte Nonne. LcsGeprgiens 
riicr«nt l'empereur de vouloir supposent que ce fut vers l'an 3 14 
&a les admettre au nombre île de Jésus-Christ; ils suivent stri- 
w» sujets. Le seul prince Alexan- ctemeut le rit grec. Ils relevoiept 
^ voulut s'y oppçser j il s'enfuit auparavant du patriarche de Cons* 

ToM. L ^4 



i94 GEO GEO 

tafitînople^ ««8iiîtedeceIard*Aii- langue géorgienne pare, il 

tioche ; mats Ters le milieu du employé dans les livres dVgl 

XI* siècle ils établirent ches eux et dans quelques ouvrages bis 

un vicaire du patriarche, sous le riquesqui se trouTentdanslep 

nom de Catholicos, Celui qui ré- le commun est la langue que U 

git leur église dans ce moment, leknonde parle, c'est la me 

a*appeUe Antoine, il est fils de que la sacrée pour le fond, m 

rayant-dernier roi Hé radins , et il sj est glissé quantité de mi 

membre du St. Synode en Russie, arméniens , persans et turcs. 

On compte dans la partie soumi- principal fleuve du pys fit 

ie à la Russie, qui est la Car- Coura (Cyrus) ; il reçoit dans 

thalimie et la Cakhétie, 3ooo églt- sein le Lîagyi , la Débéda, 

ses , là plupart très-pauyres ; oel- Ktsia , V Aragvi , le lori et l'à^ 

les pourtant qui sont dans les yi!*- zan. La Géorgie est un pavs u^ 

les sont assez bien entretenues, montagneux. Leclimat y est cba 

La plus belle , sans contredit , et mai9 sain , et la terre excessi 

^ la plus ancienne , car elle compte ment fertile. Il abonde en bols 

900 ans depuis Tépoque de sa fon- cbéne et de liétre ; le cbâtaigni 

dation {usqu à à nos jours , est Té- le maronnier et le noyer î 

glisc de Miklietî , petite ville à très-communs. On y cttltiTe 

18 w. de Tiflis. C'étoit rancienne yigne avec succès. I^e colon qui 

résidence des fois , et c'est là pour eux une branche de coma 

qu'ik étoicnt tous couronnés et ce considérable , y est d*anoql 

enterrés \ ce n'est encore que dans lité supérieure. Les mûriers y 

cette église que les archevêques cultives presque partout ; les 

imposent les mains "sur ceux d'en- lées proauisent du froment, 

treuxqui viennent d'être promus riz, du millet, de l'orge, de I' 

à cette dignité. On compte 6 cou- yoine , du lin et du chanvre 

yens en Carthalimie et 5 en Cakhé- quantité. Les montagnes ^ 

'lie, il s'y trouve aussi deux cou- tiennent des mines très-r 

▼ens de Grecs , mais pas un de d'or et d'argent , d^étain^ de 

femmes. Lefr Géorgiens ont encore yre et de fer ; on y trouve des 

deux couvens hors de leur pays ', bis , des cornalines , du jnspe 

Tun à Jérusalem et Tautre au mont de beaux cristaux de rocne, 

Athos. On compte dans ce gonv. marbre , du porphire , du U] 

3o8,ooo habitans > qui en général lazuli , de l'ambre noir, de lall 

ont adopté le genre de vieetles et du charbon de terre. On éU 

coutumes des Persans leurs vain- beaucoup de bestiaux en Geoif^ 

queurs. Le quart de cette popula- et ses rivières sont très-poisM| 

lion sont des Arméniens ; ce sont neusos. On évalue les revenus < 

eux qui font tout le commerce du ce pays à 3 millions de roubk 

pays: les Géorgiens', tous guer- Les principaux endroits de* 

riers, méprisent cet état et ne gouv. sont Tillis , capit.dapav 

8*en occupent jamais. On y trouve sur le Coura ; Gori , sur Temboi 

aussi des Juifs qui sont courtiers, chure de la Med jouda qui se jel 

usuriers , etc; Depuis 1625 on y dans le Co«ra ; Ananour, l 

trouve des miasionn;^ircs de l'égli- l'Aragvé; Télaw , Signag , etc. 

se romaine , ce sont des Théatins, Georoiefsk, { TeoftiescKl 

mais ik y font bien peu de prose» yille fortifiée du gouv. du Cauca: 

lytes. La lan&ue geçrgienne se di-. située sur la rive septentrion 

yise en 2 dialectes , le dialecte sa- du Podcoumok, ou petite Couin 

cré et le commun : le sac^é est la à 8 w. de Tendroit où elle se ré 



-lu' 



GJA GLA 1^5 

it à la grande Couma , ^t à tient un grand marcbé. 
)9}H« Moscou. Celle ibrteres- Gjatt , (r»amb.) riir. qnl a sa 
! tut constroile en 177 1 ; en 17B5 source dans le gouv. de Smolensk, 
le Jovial chef-lieu d*un district , et qui coule ensuite dans celui dû 
Uppartiul Unlôt au gouv. d*As- Tver , oà elle se jette dans la Ya- 
nUian , tantôt à celui du Cau-. zouza. Au printemps ^ lorsque ses* 
; eufin, eu 1802, TEmpereur eauL sont ibrt hautes , des barques 
Qa que le siège du gouv. de chargées de fer y de chanvre et 
province y i'ùl transporté , surtout de blé , partent de la villo 
'•«T)ttis ce lemps Georgiei'sk est de GjalRk^ se rendent par cetic 
ifleouc la capitale ;el U rôsidencc rivière et la Vazouza dans le YoU 
3 |;<fiiéral eu chef commandant ga , d'où elles vont les unes h Pé- 
âiw cesconlrccs. On y trouver tersbourg; les autres descendent 
-ti^ , dont Tune de la religion le fleuve plus loin , et font lé coin-* 
'<'^ae, et Tautre arménienne^ merce des provinces quil baigne 
<o Quisons , 6 Jiôpilaux ^ une vers TOrient» 
".'•nacie, des casernes et des Glaokoï , (rJta^KOu.) H y a 
i\j>iu$ de blé et de sel. Le mi- deux bourgs fortifiés ^es Cosaques 
'lire excepté, la plus grande par- Grébenskié qui portent ce nom« 
p (](') iiabitans sont des Cosaques Ils sont tous les deux dans le 
» Volga. On y trouve aussi quel- eouv. du Caucase', district de Kiz- 
Ks marchanÛs russes et armé- lar , sur le Térek j pour les distin- 
'^^^' guer entre eux , ou nomme l'un 

^MTSK , (rm.amcKb.) ville du le vieux , Tautre le nouveau -, en 
NiT. deSmolensk, et chef- lieu russe Slaro^Oladkoï y et Novom 
on (lislricl. Elle est située sous Gladkoï, 

î)^3o' dclat. sept, elle 52« 57' Glahis , (FJiapuch,) C'est le 
MoQ^, orient. ^ à 222 w. de Smo- nom d^une colonie allemande dans 
^^^; sur les deux bords de la le gouv. de Saratof , et à 90 w. ao^* 
P«. Pierre-le-Grand y a trans- dessus de cette ville sur le Yolga } 
^rif beaucoup de riches mar- on y compte plus 46 familles. 
'5ods de Mojaïsk , Yéréa , Bo- Glazounofskaïa - stanitza ^ 
";Ui la peupla par des colonies (^J^a3^HoocKa/l cmaHu^a.i Cest 
t il Âmeua des provinces voisines, un bourg des Cosaques du Don | 
"^tf ville fait un commerce con- bâti sur les deux rives de la Med«- 
^nble de fer , de chanvre et de véditza , et au milieu d^une forêt 
''Mju'on y apporte des provin- très-épaisse, de manière que lef 
^niêridionales en hiver , sur des maisons des habitans sont séparées 
ïiQeaai , et en été par le moyen par les arbres de la foret. Ce 
-l'Oca , de FOugra et de la Yo- bourg est entièrement inondé pen- 
'; d'ici elles sont embarquées dant le printemps > et les habitans 
^^r Péiersbonrg par la Gjatt , en sortent alors pour se réfugier 
^lua et le Yolga. Ce commerce dans des fermes assez éloignées de 
^ iaaiant plus avantageux. à la la rivière , qu'ils possèdent , et où 
^<^e Gjatsk *, qu'étant entourée ils passent une partie de l'été. . 
'^''^cu, toutes les. barques né- Glazow ,(r^ad 005.; pet^ ville 
^^lîres aux transports de ces du gouv, de Yiatka, et cUeMiea 
>f(handises sa construisent dans d*un district depuis 1781 J elle est 
^''Ic même. On y trouve 3 égli-* sous le 58^ 4' ^® ^^'« sept, et la 
S quelques fabriques de toiles 69^ 55' de long, orient., et ^ 214 
'm habitans des deux sexes j w. de Yiatka. On y trouve une 
I) les aiis ^ le 8 juillet| il s*y seule église et très-peu d'habitans* 



* * 



196 



GNl OOR 



Glebow > (rjieôoâd.) Il y ATolt te jetta dans le DoneU lar sa v^ 
anclenneineDl nne TiUe de ce nom gauche, 
en Hu88ie ; elle étott située sur le Gnilouchka y ( rnuJiyuiKa 
cliemin de Gorddôc k NoTgorod, coIodîc allemande du goût. |Se 
• Glinsk ^ (rJiuHCKh.) pet. ville ratof , à i05w. de celle fille , 
dugouT. de PoltaTa , district de rilavlia. On y compte 95 hmi 
Boméne, aitoée sous le 5o^ 36' 11 y aaassî unepet. rîv. deoei 
de lat- sept, et le Si ^ i5' de long, dans le &onv. de Toula ^ prèi 
orient» sur la rir. droite de la Sou- la ville de Boboroditsl. 
la ; eUe a ëlé fondée en 1 623 par ^^^^^ (roôsa.) pet. rir. 
le Polonois VichneTeUki. On y j^ Smolensk, sur le a 

trouve trois églises, jj„^„j de laquelle avec la Cas] 

OtOUBOKOÉ, crjt^dKoa.) (lacs). ^ ^^^„^e j^ ^jiie Je Porélcbie. 
Il y en a deux de ce noihi, qui veut 
dire eu russe ;wî/ônrf : le premier Gololobovka , ( roMJio6^'* 
ae trouve dans le gouv. de Moscou. *«»• ) colonie aUemaude àoM 
district de Rouaa , et donne nais- deSaralof, sur un petit ruiuiÉ 
aance à U petite Hvière nommée du même nom qui se icltedas»] 
Istritaa; le second est dans le gottv. Caramyclie. On compte loîi 
deTver, district de Bejetsk. JU milles luthériennes dans ce boÉ 
rat l'un et Vautre une grande élen- î»» «•' â 66 w. de Saralot I 
due et sont profonds et poisson- Goloubinskaïa - stanitza 
neux* (^0A^^6uHCKaM*rmaHu^€i,) 1m^ 

Glovkhow, (rAi^apoâd.) ville des Cosaques du Don ^ silaê si 
du gouv. de Tcliernigow y et chef- œ fleuve ; on n'j trouve qo ai 
lieu d*un district. Elle est située seule égMse ^ ses kabitans soat to 
aous le 5i^ 40' 3o" de lat. sept, cultivateurs, 
et le Sa de long, orient . à 173 w. Goltzovxa , (FoAliaeKa.) ^ 
de Tcbernigow, sur la Jesman qui coule dans le CamtcliatU 
qui se jette dans le Seym; elle se jette dans la Kolchaïa-rf 
comprend un millier de maisons^ fgrandc rivière). Ilyadanslcgoi 
et a 4 laubourgs qui en coniien- de Tobolsk , à 1 5 w. de la mo 
ncnteneore davantage. On y trou- tagne nommée Zméefskaia, 
Te 5 églises et deux couvens dont mine de cuivre très-riche qoipo 
un de religieuses. On ignore Té- tic ce même nom. 
poque précise de sa fondation, Gorbatow, (rop^ame«^.)T 
mais on roit par les chronîquai ville du gouv. de Nijui ; elle 
russes quelle fut prise en 11 53 sons le bb^ bi' de lat. sept, et 
par les Polovtzis venus au secours 60^ 5o' de long, orient, y sur 
du grand-duc Héorgui ou George five droite de TOca, à 70 w. 
Yladimirovitch If. Cette ville de- Nijni-Novgorod. CVtoit un till 
vint y après la ruine de Batonri* af^ses peu considérable qu*oo ai 
ne, la résidence des hetmans; gë en ville et en chef-iîeu de 
ensuite, pendant quelque temps , strict en 1779/ On y cnii] 
celle des gouverneurs - généraux actnellcment ^bohabitansd^sd 
de la petite Russie , et le siège du sexes , qui sont presque totu < 
collège de régence ; actuellement tivateurs, quelques-uns cepeoc 
elle u est plus que chef-lieu du sont cordiers, et d autres Ibni 
district de son nom. filets de pécheurs. 

Gnilitza, ( rnujtui^a. )p«*- Goreiïxa , (ropeKica) P^* 
riv. qui coule dans le gouv. d'iA- du gouv. de Simbirsk^ k Vcmt 
lainei district de Tohougouïef } elle chure do laquelle ^ dans la $0 



GOR GOR 197 

le trooToit la d-derant petite ville le Si* 48' ^^ ^^* ^*« ^ ^ 49^ 3o' 

deCotiakof. de long. or.,ii5ow. de Tchernî- 

GoAODETSS , ou. GoRODOK , gow , 8ur la pet. riv. Gorodnîaqai 

(^opo/^ei^h HjiM ropo^OKh.) peL se jette dans la Desna^On y tronTV 

Ytlkdagoof.de Vitebsk et chef- 3 églises et près de 3ooo liabi- 

bnd'un district , elle est située tans des deux sexes. 

iiule55^3o' de lat sept et le GoROKHoVAÏA-YiciféaA 9 (Fo- 

IjP de long, orient, sur le lac de poxoeaA - BumeycL) Qu noiiiine 

Ibtcliedra , et sur les deux rives ainsi une cascade très-considéra-* 

^ Il Gorodnia qui en découle. On ble sur FAngara. , datis legouv. 

jtn)afeaue église deGrecs*Unis^ d'Irkoutsk ; elle s'étend k une de- 

etaneécole de Juifs. Les habitans mi-verste. 

soQtpoar la plupart des Juifs : on Gorokhovstz 9 (ropoxoetvfi.) 

(Boompte 1000 des deux sexes et Ville du eour. de Vladiniir, et 

5oo chrétiens. cbef-^lieu d'un district , sur la rive 

GoRODETZ^ (ropo^eUfh.) Ost droite de la Cliasma , et ài57w. 

faocien nom de plusieurs villes , de Vladimir : elle se trouve sous 

comme p. ex. de Cassimof , de le 56» 17' de lat. sept» et le 6o<' V 

Joarief - Povolski , de Béjetsk de long, orient. On ignore Tépo- 

[Voyez ces articles). H 7 avoit que précise de sa fondation , mais 

loui une ville de ce nom dans la on voit par des restes de fcirtifica» 

priocipanté de Kiow, sar Tem- tiens en lerre qu'elle a dà être bâ- 

Wbare de FOsetr dans la Dé- tie au haut de U montagne , tandis 

ioa y c est dans cette ville que le qu'elle est actuellement presou'au 

|riQd-dac de Riow , laroslav et pied et sur le bord même de la 

^ frère Mstislav de Tmoutara- rivière ; elle est entourée de forêts; 

K partagèrent entre eux la Rus- on j trouve un couvent de moines 

fvjusqaauDnepr. Cette ville fut et 3 églises, une fabrique de toile 

' ^01 fois ruinée par les Pôlovuis^ et 5 tanneries. Lesbabitans sont au 

Il seconde fois en iiSs; elle é toit nombre de i5oo en oompUntlea 

iossl le siège d*un évéque jusqu'à deux wà\es ; les femmes v fout du 

tttie époque , mais alors il fut fil que Von juge aussi bon et aussi 

If^féré à Belgorod. fin que celui qu on apporte de U 

^'OioDiSTCBÉ ou Gradusk , Holfaudc. 

{fopoj^uvue HJIM rpa^uxcKb.) GORUTCHAÏA-RETCHKA , ( Fo* 

^lueda gouv. de Poltava , sur le pn>r:aM^p-ktKa.) ou petiie rivière 

Diepr ; elle est sous le L^^ V de brûlante. C'est un ruisseau qui 

^•ept.et le5o^ 4o'deiong. or. ; coule dans le Camtcbatka, et se 

es Dj trouve rien de remarquable» jette dans TOeéan orient.; il n*a 

^oâoDlTCHé^ { ropo/^ume. ) qu'une toi^e de largeur k son em- 

|>lle du gouv. de Penza, etcbef* bonchure et l'eau 7 e^ tiède; ou 

lî^ii d'un district ^elle est sous le voit même une végétation assez 

!^^ 34' de lat. sept, et le 94** '7^ hdUs sur ses bords ; le fond est 

JKloQg. or., sur les deux rives ae tapissé de mousse verte ; mais plus 

^^ k.itich«Keléïka j qui la sépare baut , l'eau devient plus cbaude , 

^ deux parties presque égales , à de manière qu'aux sour<5es mêmes, 

V^* de Penza. On y compte deux qui sont à 3 w. de son embouchu- 

^liies , i^o maisons , et 1800 lia« re, elle est bouillante , on n'y 

l>iUQsdes deux sexes. voit aucune vé(»ét9iion ; du petit 

OoRODHA , (ropo^na.) ville du plateau d'où jaitlissent les sources, 

SouT. de Tcheruigow , et chef*lieu uni est aride et nud , ainsi que 

« aa district ; eUe est située sous atu fentes des roçliers voisbt^ on 



igS GOU GRA 

entend un brait aouierraia pa- d*ua prince tatare ^ c.-2i.-d. long- 

reil à celui que produit Teau en temps avant que les Cosaques TÎns- 

ébullition. sent s'établir sur le ûeure Jail oa 

GoRYN , ( rophinh. ) riv. qui Ou rail , dont ils ont pris le nom. 

ooule dans le gouv. de YoUiinie j Cette forteresse appartenoit aa 

elle est remarquable , parce qu>n gouv. d'Astrakhan ; ce n'est qu'en 

Il 47 on a décidé qu'elle servi- ijSS qu'elle a été transférée dans 

roit de démarcation entre la prin- celui aOrenbourg. £lle est smis 

cipauté de Kiow et la Russie Kou- le 49^39' i5"de long. or. etle^f'j' 

ge ou belle, de manière qu'en- de lat. sepL, k 744 ^* d'Oreu- 

deçà les terres appartiendroient bourg. On n*y trouve qu'une seu- 

aux princes de Kiow , et au-delà le église et tout au plus 100 mai- 

k ceux de Vladimir en \olhinie. sons. La garnison consiste en un 

. GouBERLiNàKAiA CREPOST , régiment deCo^aques et une Gom- 

(rt^ôepjiuHCKojiKpfinocnib.) C'est pagnie d'infanterie. Il y a à 20 w. 

un Ibrtin construit dan» les mou- d'ici une redoute qu on appelle 

tagnes.du gouv. d'Oreubourg , à aussi Gourierskoï-Redout, ou re«' 

quelque distance du Ûeu^e Ourall^ doute de Gourief. 

au milieu d'une vallée qui s'étend GoucinaÏa REKA y ( FifcuHan 

d'un côté jusqu'à la Samara et de p-hxa ) ou rivière des Oie^. Elle 

l'autre jusqu'au fort de Kizyl. On coule dans l'ile de Calgouiéf quise 

ny trouve qu'une trentaine de trouvedans T Océan glacial, et ap- 

maisons habitées par les' Cosaques par tient au gouv. d'Arkhangel ; les 

qui y sont en garnison j la riv. vaisseaux n'y entrent pas. 

Gouberlia traverse ce fort et lui Gouslenka , (F 7/ cjk« fixa) pet. 

donne son nom , ainsi qu'aux riv. qui a sa source dans le 

montagnes., voisines, qui ne sont gouv. de Rezan , district de Ego- 

proprement que des rochers nus riefsk , et qui après un cours de 

appartenans aux monts Ouralls. 1 5 w. entre dans le gouv. de Mos- 

Ce fort est à 202 w. d'Oreubourg. cou , où elle se jetle dans la Ner- 

GOUNDOROFSKAIA STANITZA > ska. 

CryH^opotfG/ca/i cmaKu^o.; Bourg Gouss , (Ft^ch) C'est une m. 

des Cosaques du Don , sur la rive qui a sa source dans le gouv. de 

gauche du Doaetz , vis-à-vis de Yladimir, district de Soudogday 

de l'embouchure de la Camenka. et qui traversant ensuite ledis^ 

GouRiEF-GoaoDOKj Fj^phcoh- trtct de Mélenki , coule sur U 

topo/^onh.) pet. ville du gouv. frontière dû gouv. de Résan, ou fUe 

* d'Orenbourg , située sur les bords jse jette dans le Colp. 11 y a dfs 

de rOurall , à 10 w. de la mer forges magnifiques sur 1^ bords de 

Caspienne, sur un marais salé cette riv. qui appartiennent à un 

ioondé d'eau au printemps par les particulier qui y emploie plus de 

embouchures de l'Ourall ; de qui 900 ouvriers, on y travaille jusque 
rend l'air irès - mal sain depuis' 909000 pouds de foute, 

celte saison jusqu'à celle de Tau- Gr atch evsk aîa CrÉposT) 



tomne. Cette petite forteresse est f^rpezeêCKafiKptnocmh*)^*^^^^ 
de toutes celles situées sur ce UeuTJ fortin bâti depuis peu sur la rire 




russe , qui par rapport à la pèche Yolga. On y trouve une cinquan- 
en jeta les Ibndeinens lorsque Sa- taine de maisons toutes construi^^ 
ratchik éioit encore la résidence en osier et recouvertes d argile et 



/ 



GRI 

mnlic blanchies, ce qui lenr don- 
ne OD âir de propreté fort agréa- 
Uq la raison de cette constraction 
est le manque absolu de bois dans 
ente contrée. Il se trouve une re-> 
^ite da même nom dans le gour. 
lieTobolsk, district de Sëmipa- 
laimsL y sur le bord de Tlrlyclie ; 
elle fait partie de la ligne militaire 
^oi défend de ce côte , les fron- 
tières de l'incursion des Kirgniss. 

Gbetchina LoUKAy {rpezuHa 
jiyira.} colonie allemande do gouv. 
âeSaratof, à 83 w. de cette Tille, 
m h Medvéditza. Elle est compo- 
te de 100 familles luthériennes. 

GiMZA, {rpAcà') pet. riv du 
{OQT. de Mobilef ; elle se jette dans 
leDnepr. 

GaizNAÏA, ( rpASHaH* ) pet. 
rir.dugouv. et du district même 
<^Tambow. Elle est remarquable 
pria quantité d'alun qu en trou- 
ve dans ses bords , et qu on a com- 
mencé tout nourellement à ex- 
ploiter avec beaconp de succès. Le 
Doitt de cette petite riv. signiGe 

Ortaznovatka, (PpjiSHOâaTn» 
^1'] colonie allemande du gouv. 
i^<^Saratof , à go w. de cette ville , 
*w le bord élevé*du Volga. On y 
(<»upte 36 familles de la religion 
'aibollque. 

UuzovÉTZ,(rp/ijOdei45.) vil- 
Ha gouv. de Vologda et chet-lieu 
^ °& district , bâtie sur ub ruis- 
^a nommé Bjavétz, elle est à 
^f w, de Yologda. On n'y trouve 
î« «ne seule rue , des deux cô- 
^ de laquelle toutes les maisons 
^ ce petit endroit sont bdtics,. 
^ ville n a qu'une église qui est 
>'J bout de la rue. Ses habitans ga- 
^iieatienr vie en hébergeant les 
^ojagcuraet les rouliers, cet en- 
<i'oit étant sur la grande route de 
Moscou. 

^BIOORIEFSXAÏA STANITZA , 

J 'i deux bourg» des Cosaques du 



GRO 



»99 



pon qui portent ce nom. On les 
distingue entr'enx par les epithè- 
tes de vieux et nouv(*au. lls^ sont 
tous les deux sur la rive droite du 
Don. *- 

GrigoriopoL; (VpueopîonoJih,) 
pet. ville du gouv. de Kherson , 
dans le district de Tiraspol > à 4o 
w. seulement de cette dernière 
ville, sur la rive gauche du Dnestr j 
elle n'est peuplée que d'Arméniens 
émigrés de Kaouchan , Bender , 
Ismai'l, ALermann, etc., elle con- 
tient, ^oo maisons et i5o bouti- 
ques. Les habitans , malgré la 
quantité de terrain qui leur a été 
accordé pour la culture , ne s'oc- 
cupent que du commerce ; de ma- 
nière qu'une grande partie de 
leurs terres restent en iriche. Le 
nom de Grigoriopol lui vint de 
St. Grégoire , premier apôtre du 
Christianisme en Arménie. 

Griznouchka, (rpujH^iuKa*) 
pet. riv. dugopv. de Saratcif^ elle se 
jette dans la riv. nommée Souve*- 
raine. 

Grobovo - poti , (rpoCoeo - 
noAC' } petit fortin construit en 
bois , dans le gouv. de Perm , 
distrist d'Ecatherinbourg. Le but 
de sa construction, pendant la ré- 
volte des Bach kirs en 1733 , a été 
de protéger les mines et tous les 
établissemens de celte contrée , 
contre ces mutins. 

Grodno , (tpoAHo) (gouvem. 
de) il est situé en Lithuanie , il a 
au nord le gouv. de Yilna , k ï<y» 
rient celui de Minsk , au midi ce- 
lui de Yolhinie et une partie da 
la Gallicie, et h Toccident le cercle 
de Bialistog et une partie.du duché 
de Varsovie. Les principales riv. 
qui l'arrosent sont le Niémen , la 
Chara , le 13oug , la Moukhavitra 
et la Pina. La terre y est en géné- 
ral productive ; il abonde en fo- 
rêts , et on y trouve des mines de 
for. Les habitans s'ailonnont à l'a* 
gricullure et à l'éducation dea 



aoo GRO CRO 

abeilles. Ils ont des Uttoerles y des par Auguste IIÎ^ est grand , bnj 
distilleries d'eau— de -vie, des et régulier; il est à deux étages 
▼erreries , etc. Le principal com- la grande salle , la chambre d| 
merce de ce gouT. consiste en blé sénat et la chapelle , surpasse^ 
avec Dantsig et Konigsberg ; et en en beauté les autres appartemeni 
▼ente libre du sel de Crimée , et Sur la place qui fait face au châ^ 
d'eau- de-vie de grains* qui se dis- teau, est le bel édifice affecté kl 
tille chez eux. Ony compte 608^1 8a chancellerie* Il y a dans la ville 
babitans parmi lesquek il va 1075 églises catholiques romaines e 
Tatarcs* Ce gouv. se divise en 8 deux grecques. Les Juifs vont a\u 
districts , dont chacun porte le si une synagogue constraite ti 
nom de la ville qui en ^est le pierres. Le collège ci-dcvaatd« 
chef - lieu ; ce sotlt Ceux de Jésuites a une église superbe 
G rodno qui est en même temps la celle des religieuses Carmélites es 
cap. du gouv. y Lida , Novogrou- également digne de remarquepoo 
dek, Slonim , Proujane , Cobri- sa beauté. L'abbaye grecque d 
ne, Breste, et Voikhovisk. Il y a Tordre de Saint Basile vient de 1 
en outre 89 bourgs, 585 1 Tiila- réunira l'église romaine. Lepa 
ges , et on y trouve 4^3 églises et lais que la maison de Radsi? ill 
jl couvens ; les babitans sont dans cette ville est très-grand; a 
presque tous de la religion romai- lui de la maison Sapîéba , hatisi 
ne ; u y a cependant des Catholi- le marché , est beau. Ce marcU 
ques-Grecs y des Grecs-TJnis, quel- la rue et la place du château km 
qùes luthériens et beaucoup de propres et pavés^lesautres rues soi 
Juifs. extrêmement sales. On convint^ 

Grôdno, (rpo^KO.) Cap. du 1673 que la 3« diète setiendrc 
gouv. de ce nom. Elle est située toujours dans cette Tjlle. Dura 
sous le 55^ 18' delat. sept, et le cette assemblée 4 chambres situé 
4^2^ 4^' ^® long, or., à 924 w. de dans un quartier oommoile , 
Pétersbourg. On ne sait rien de . compris les écuries, ont été loue 
positif sur sa fondation, on voit jusqu'à J^oo ducats pourTcspi 
seulement dans les chroniques de six semaines. Il a été ordonj 
qu'en 1 184 toute la yille a été brûlée par un OukazdeFemperearP' 
par un incendie*} en 1^83 elle a I«r, du 7 février 1797, que 
été prise par les clievaliers de L'or* tribunal suprême de Lithntn 
dre Teuton ique; en i3o6 les Prus- auroit k siéger à l'avenir 6 m 
siens l'ont assiégée sans succès , de l'année à Vilna , et six aoti 
etc. Actuellement c'est une ville mois à Grodno , et que c« 
assez médiocre , bâtie irrégulière- qui ne scroient pas contens de 
ment , quoiqu'elle soit , après Vil- sentence dndit tribunal, pov 
ua , la meilleure ville de Lithua- roient en appeler au sénat goar 
nie , ci-devant siège de la diétinc, nant. Le port qui se trouve sun 
du grôd et de la starostic, et chef- Niémen est le plus beau qu'il 
lieu d*un districL Elle est au bord ait daus tonte la contrée. Ou t 
du Niémen, en partie sur une mon- près de U ville une ferme ci-< 
tagne^ et en partie dans un fond vaut royale, bien bâtie, f^a pof 
et entourée d'autres montagnes, lat ion de Grodno n'est que de 3< 
L'ancien château qui est environ- âmes. 

né d'un fossé très -profond est Gbos-Rooo, {Tpoch^Pooi 
tellement tombé en ruine qu'il n'y C'est une île de la mer BaUiqi 
a ptiis qu'une aile que Ton puisse appartenante au gouT. de Re^ 
habiter; mais le nouveau, bâti elle est à i o wers. de dtatanœ 



GVI GZI ^ai 

.port Baltique , et babitëe par des dialrici de Për^^mychle ; elle se 

Danois qat sont Tenus s*y établir jette dans la Jizdra } on trouve 

il ja plosiears siècles. dans ses bords du cbarbon de ter- 

(jRoUDEK f {rptss^Kd*) pet. re d'une excellente qualité, il y 

tiOe oQTerte dans le gour. de Po- est en coocbes épaisses à une cer*- 

odie , elle n'a rien de remarqua- taine proiomieur. 
Ue. GziA ) (r^A*) pet. rîv. du gouv. 

G&ouifiA) ( Fpyiu* } Cest le de Vladimir ^ district de Jouriof; 

lom de deux pet. Ht. du gouv. de elle se jette dans la Colokcba ; elle 

PoltATâ, qu'on distingue entr elles n'est remarquable que par la ville 

jnr le samom de Tikhaia ( tran- de Jourief qui est bâtie sur son 

^i^le ] pour Tune et Soukhaïa embouchure, et deux batailles «an- 

(sèche) pour Tautre ; elles se jet- glantes qui se sont données sur 

ient toatcs les deux près de Gadit- ses bords, entre deux frèrps qui se 

titedansleTél. disputoient leurs états ; la pre- 

Gaozovo, (rpojotfo-) c'est un micre entre le prince Vscvoiod 

p^i bourg du gouv. de Minsk , de Vladimir et son frère iVlstisiaw 

^Ds lequel il y a une éfilise grec- de Hostof; le premier étant resté 

{dp; il s'^y tient annuellement un vainqueur , le second se retira dans 

Burché. ses états ; la seconde entre les fils 

GuEZLiW) (resJi«s2»*} Voyez de ce même Vsevolod , Constantin 

£cPAT0âis. et Jouri, qui se disputoient Thé- 

OviTA , ( Tewna* ) rîv. asse» ritage de leur père. ^ 
0>iut(iérable du gouv. de Calonga , 



H. 




^e presqu'île vis-à-vis Tlle de d'Oesel , laquelle étoit un supcr- 

TormsjàgSw. de Reval. Habsal be édifice, mais qui n'offre plus 

Mté bâtie vers l'année 1279 par aujourd'hui que des ruines. L an- 

lévéqae Herman. £n 1 559 , les cicn château épiscopal étoit situé 

l^anois en furent les maîtres; mais sur une hauteur. On y trouve 2 

kimtài après le duc de Uolstein , écoles , une église luthérienne et 

'^>Qus , la gouverna comme évé- 600 habitans des deux sexes. Il 

qoe d'Ctesçl et de Vick. Ensuite s'y tient deux grands marchés par 

TOM. 1. a5 



aoa HEI HER 

an , qui durent chacun deux jours. Hekeri kk , (reKepheK^b) eolo- 

Son port est annuellement frë- nie allemande , dans le goav. de 

quenté par lo à 20 vaisseaux qui 8aratof , sur le bord du Volga. 

importent du sel, du TÎn , des Helsingfors, (rejicuN«^op^5^ 

épiceries , etc. , et qui en expor- Ville d'étape dans la Finbotic 

tentdublé, du lin, de la cire et nouTellcment acquise, 8urlc{;ol< 

des grains dé genévrier. fe de Finlande. Mie a étélondff 

• Bacx, (raicô.; pet.riT. dugouv. par Gustave !•' ; c'est la ploi 

d^Oloneta. elle se jette dans le considérable du pavs ; elle est ii- 

Soir. . tuée datis une presqu'île. Sn 

Uadjibey ^ (F a/^mu6 eu,) y<>y^* port est un des meilleurs tifli 

Ojdkssa. Tallique. Mie fut rntièreoifDlbrù- 

Haoa , (Faea,) bien domanial Ire durant la seconde guiTre s^ec 

sur i'ileclAland. ^orez Ai.and. la ^uc•de; mais elle est fulièr^ 

'Haissing, < raucuHêb. ) pet. mrnt rélahlie actuellement ><l 

ville du ^ouv. de Podolie , située babitans commercent avec d a W, 

sur un ruisseau qui se jette dans des plancbes et du poisson. Oi 

le l.oug ; elle est à îj vr. de-C.a- v ti ou vr quelques écoles. Les >ué 

ménetz- Todolski. On uy trouve dois ont élevé plusieurs torts, sa* 

rieu de remarquable. voir , ceux tiLbricaborg et i 

UaLIko, rrtiAUKO) district de Kraberg , dans la ville, ptprèsi 

la province d*Abo en Finlande-, la ville celui de Svéabon; arec) 

dans lecjuel ou trouve l'île et la pa- fort extérieur de Gusiavc-STcrnl 

rolsse de Kimiro , qui sont à 6 aussi bien qn une écluse ponral 

milU*s d' Abo , dillérentes terres bassin à Galères, creusé dans le ro 

nobles, une forge et de bonnes sur b longueur de i3o pieds, 1 

carrières. largeur de 4^ ^^ U profondeur i 

Hahna , frajfina,) pet. lie du 12. Dans celui de Svéaborg ^tol 

golfe de l'otbnie , à 5 milles de un bâtimentdestinépour uneéroi 

celle d'Aland , % ers le sud-est; il decadets Finlandois. Svéabor|i.pa 

y a voit un couvent avant la ré- sa situation sur des rocberi» ini 

forme. bordables dans la mer , peut-étP 

HabksoÉ , (VapKCoe.) CVst un considéré comme imprenable: k 

grand lac qui se trouve li 6 w. de général russe Van-Sucbtelesfl 

Reval, sur la route de Hubsal ; il pris en 1808 par capitulation. 

a un mille de circonféreuce et il Henichti , (renummu,) Ct% 

est très*poissouneux. un fortin que les Russes aroica 

Hassenpote , {TaceHnomh.) bâti en ijSô sur un istbmedfj 

C'étoit avant une paroisse de la Oimée sur la mer Pourrie on I 

Courlandc qu'on a érigé en 1796 Sivacbe; il n'existe plus dans< 

m ville ; elle est à 1 38 w. de Mit- moment. 

tau. Il n'y a rien de remarquable HériaLE, frep/ojiS.) On d« 
qu'un cbàteau qui porte le même ne ce nom à tme banie oiontain 

nom 'que la ville , et les ruines du gouv. d'Orenbourg , au pi^ 
cl*un ancien couvent qui sont vis- de laquelle on a construit un p 

à-vis. ^ tit fort qui porte lemémeDOQ 

HeiLIGÉ-Zkb , (reuJLuee-See,) et qui est sur les bords de l'Ourt 

Il y a plusieurs lacs de Ce nom HermonaS5E, { Tepjuonac 

dans le gouv. de Riga, entr autres On nommoit ainsi dans Tan 

un prés de Volmar , et un autre qnité lile méridionale que fori 

près de lorpal, qui sont très-pro- le Coubane à son emboucliurt 
fond et très-poissonneux. . ce nom lui est venu d'une vills* 



HOL ÏIYS 5o5 

sème nom que les My tUéniens y da Pslol et de la Hollra , sous 1^ 
•Toifot biiic. ^9^ 2i' de la t. sept, et le 5i®'2o' 
Uc&siQDÉB) (fepcuKh} C*est ae long, orieot. On y trouve 3é^U'- 
1eIiOfU(l'uae▼iUe qui a existé (m ses et i5,ooo habitans, en j 
lifouieprès de Riga. Les Kusses comptant ceux, des Tilla^es Toisiiis 
liaoRtmoient \nrobine, ils en qui en dépendent, 
bmeientun appana^e pourVse- UoST-iioLMeN , (Focm'-roji* 
MDdy prince do Poiolsk ; mais juânb j C'est une pei. lie de b mer 
a 1209 elle tut prise et détruite Baltique , appartenante au gouv. 
ff Albert évéque de Riga. de Keval y non loin de liabsal , et 
Borland, (:rojr^aH^û.; pet ile à 12 w. seulement de la terre 
^«foll'ede Finlande y à 160 w. de ferme. 

frtn^bourg y elle a io w. de long HoTlflA 9 rToniHji) pet rt7« da 

tir 10 de large. Comme elle n'est gouv. de IL ha r Loi', district de 

bméequepar des rochers , pres« Kbotmych , qui, après un coura 

fifuus, elle n'a pas d'habitans , de 20 w. se jette dans la Vorscla. 
{Del^ues pécheurs cependant 7 Hourzouv-CazTLTacHC, (^'yp* 

^i^uraent souvent très- long -« #ytfô*irajM^inaui5) colonie greo* 

^ps. L amirauté y entretient que du gouv. d'tlcaterinoslaw^ 

ta naai à cause de ses bords ex- Ibndée ea 1779 au mois de mai ^ 

iQ( iQcnt dangereux aux navi- aux sources de la MoLriL-Ialov , et 

^nrs, surtout pendant les nuit^ k 192 w. d*£caten40slav« On y 

liirrs de Tautomne. trouve aoo maisons^ 

IloKEBBERG, ( raKtpSepth^ ) HOVINSKOI-MYS, (ratf «MCKaiT- 

f allemande du gouvern. de juMcà») ou cap Hoven ; il se trou-» 

•iiof, à 67 w. au-dessus de vedans TOcéan oriental, et ap« 

«ille, sur le Volga} elle est partient augouv. d'IrLoutsli., dis« 

pi)>ée de 2^ i'amilles. trîct d'Aclansk ; il a 3o w^ de larr 

iioLDiNGE , ( FoAAuH^h. ) ^B ge et s'étend à plus de 6q w. dans 

•oBJeu Couldiga, pet. ville du la mer 9 qui 9 entre ce cap et celui 

de Courlande, et rhel-lieu d'Olutor , prend le nom de mer 

>D district, située sur la Win* d'Olutor. 

^Q qui V forme une cascade. Uol- HçbiaCHB^ (rioÔAmcffOu pi^^ 

^^ a été bâtie par Thierri de zeù») pet. ruisseau qui sort d ua 

firroio^eo , 3* grand-mailre de marais , dans l« gouv. de Riga , 

Ve Teutoniqne« h lies sont avrc district d'Ârensbnurt;, et qui après 

lodau les villes les plus ancien* avoir reçu dans son sein de petites 

i<lo la Courlande. l)aos un pri- riv«, va se jeter dans la mer halti- 

'^h^ accordé à cette ville en que. 

ï3, on trouve les noms de ses Hysis -ScHOLSS , ( FMJurft • 

'n^ils et de ses bourgeois^ Son IIIo,^cb.) pet. endroit ruiné de la, 

liUauétoit jadis la résidence d'un Finlande, dans la province d'Uléa* 

mandeur. C'étoit autrefois une bérg. CVloit autrefois un château 

importante par son commer d une hauteur ei^traordlnalre, taiU 

^f et les ducs y séjourne Lent lé entièrement dans le roc ^ ayant 

|elqaefois. Il y a une église lut- deux portes et un escalier d'une 

^neoae et une église catholique, structure singulière ^ car entre 

HoLTVA, (rojimêa.)gT^oshovLrg chaque degré il y avoit la distance 

h gOQv. de Poltava , district de d'une toise. Ce cbiteau eslab^u**,, 

ICtémeatckoug ^ situé au confluent ment tombé en rnîne« 



♦ * 



3o4 TAL lAM 



I.(i) 



Iacobstad, (yT7fo5wnttt^5.)p^** ▼« auisî un bourg de ce nom jor 

Tiliede la Finlande, province de la presqu'île de Crimée , ^ta 

Tasa ; sa partie sepU est bâtie sur lequel on voit dci ruines de^ii$es et 

la terre ternie , et la pairtie méri- de maisons qui attestent son n* 

dionale sur la petite île de Bo- cîenne splendeur. Il est habité ao- 

cbolm. Elle a un port commode, tuellement par des Arn^ootes et se 

Sa fondatrice est £bba , comtesse trouve dans une vaUëe délicieuse» 

de Lrabé , qui la lit bâtir en 1653) ^ Iahboueo , ÇflM,6^pel.) ^ 

et qui lui donna le nom de son dé* ville du gonv. de Pëlerst)oorg , d 

funtmari, le i'eld - maréchal J»- cbef-lieu d'tin district; elle est $»• 

cob y comte de la Gardi e. tuée sons le &9^ aa' de lat sept fi 

Iacodbstad, ( Hx^ôuimaA^.) le 46^ W de lonç. or., sur leâeiH 

pet. ville du gouv. de Courlande , ve Louga qui se jette dans legoUi 

sur la rive gauche de la Dvina, à de Finbnde , et à 1,1 3^ w. dePé* 

145 V7. de Mittau. On trouve 3 églî* tersbourg. Dana les anciennei 

9es dont une de la religion grec- chroniques russes , cette ville se 

que , une romaine et une de Grecs- nommoit Jama • nom qn*on àoit 

Unis. LeshabiUns sont pauvres } noit k toute 1 Ingrie occidentale 

beaucoup, parmi le peuple, ga-- dans le XI* siècle. On prétend ou 

gneiit leur vie k mener des ours Vladimir , fils aine de larosun 

quMë apprivoisent et font danser étant devenu en io36 prince à 

aux foires de l'Allemagne et de la Novgorod, conquît six ans aprèi 

Pologue. tout le pays uonimé lama. LanDe 

Iamsé , ( Hjuêû. ) bourg assez f«t bâtie en pierres et en aSjowi 

considérable de ia Finlande, prov. ^^ temps par les Novgorodiens,a 

deTavastbous. Ilsy tientunmar- '^*^- En ^444 elle fut assiégé 

elle où l'on fait commerce de blé. P*** ^f * chevaliers de la Livonie 

1 ^^«T*. ^ 1 :.,,^ fcT ^^ prise par les Suédois en 161 3 

lAGOELlE o« lAELlK, [Htop^ Ule rev'mi k la Russie conqoi. 

W H^H ^p^««5. ) ppt. riv. qui par Pierre . le - Grand en i;oJ 

coule sur lairontieredugouv.de ^.^^^ ^ Uitherine II quelle doi 

Kherson, et entre ensuite dans ($t>- r^i«* j« •..^.^^^•â^ ^ „. 1. 

1 • j li j I- . j^ ' é^^ 1 état de prospérité ou non$ U 

^1 de Podolie avant de se jeter , aufourâ'hui ; car elle l'i 

dans le Dnestr } son cours est très- j^^pj^^ de colons étingers, Té|»; 

^P^°^' rée, agrandie en 1766. On y iroBi 

Ialta, (^^ma.) colonie grecque re une manufacture de draps, nue 

établie en 1779 sur la \oltchia, k de battis te et une de bas de soi^ 

192 w. d'Ëcatbérinoslav. On trou- La principale rue est fort belle] 

■ ■ . .. ' .. - 
(i> Voyes auMi la -lettre Y. 



eDeabonltt â ane place octogone Tiaznîlof, dont elle est devenao 

qui est aa miiîea de la ville et comme le faubourg. (Fr)y^^ Viaz* 

nr laçuelie est un obélisque. Cet- iiikof}. 

tiTilIp est aMez bien penplëe. Iaroslavetz ^ MALoi' , (flpoc* 

\iU?ol^ (Hjuaoju ) peX.\i\\e Aaâe^b^) Voyez Maloï-iaROS- 

la .(OU?, de Podoiie, sur le Dnestr; Lav etz. 

(&* est l(>cbef-iica d'un district, IakoslavL, ( HpocJia»Ah» ) 

retrouve à i6ft w. de Caménetz- (Gouv - de) il est situé entre le 

h'oUkv. 570 et 58® 35' et 57' de lat. sept. 

\K'iiiovLJHHuxi^jib.)ou Janl* et le 56® et 58® la' et 5o' de long. 

Xijoi) , c-à-d. nouvelle forteres* or., sur une étendue de 200 w. eu 

fe, [K*t rillc qui se trouve dans la longueur et 1 3o en largeur. Il est 

pn*iqa lie de Crimée , sous le 45® borné au nord par les gouv. de Yo- 

}'ii«*lai. sept, et le 54® 6' 3o" de logda et de Novgorod , à l'onent 

k8;.or.y sur le Bospore cimmé- par celui de Castroma , au midi 

ftt»; eile est manie d'un fort sur par celui de Vladimir , et ii Toc- 

lirQatpdeTliéodosie,où le détroit cident par ceux deXver et de Nov* 

û pas plus de iS w. de largeur, gorod. On le divise en 10 districts: 

bi Urcs la bâtirent en 1 joi pour ce sont c<>nx de laroslavl , Rostof, 

icraieraax Russes Feutrée de la Ouglitcb ^ Mychkine , Rybinsk , 

Aer Noire , et elle lut achevée en Motoga , Focbékonié , Lubime, 

l/fi6. SoQ port aeroi tassez com- Danilof et Romanof. Le Volga tra- 

Bdiie, mais il est rarement ou vorse ce gouv. dans toute salon* 

fftsqoe jamais visité par les vais» gueur. Les principales riv. qn*on y 
Kui qai viennent de la mer Noi— trouve après celle-là sontlaCheks- 

ft) ^t qai vont tous à Taganrok. na et la Mologa , qui se jettent 

biKusses prirent cette pet. ville dans le Volga sur sa rive gaucbe. 

«1771 , et Tout gardée a la paix Le terrain de ce gouv. est en gé- 

'^Koutchouk - Caïnardji. Elle est néral bas 9 on j trouve fort peu de 

kbiiée dan» ce moment par quel- collines. Il est dans quelques en«- 

fH^'stiimiUesgrecciues.Uny trouve droits marécageux , et générale* 

3p;;ii$eset une centaine de mai* ment très * peu fertile; ce qui 

ID». La principale industrie des fisit que son produit ne suffit pi* 

b.)itaose8t la p^chequi leur pro- mais à Veniretien de ses babitans^ 

ttr<» des hénéHces considérables, qui font venir le blé qui leur man-« 

Oi rojt près d*ici des puits de que des provinces voisines, en quoi 

>*pl)tpqtti fournissent abondam* le Volga les aide beaucoup, par la 

s^t de cette matière. facilité qu'il leur présente pour les 

iA?ro0CHPOL , ( Jtniiuinojib» ) transports. Quelques districts, tels 

pM bourg du gouv. de Volbinie , que ceux de Mologa^ Focbékonié 

«itrict de J itomir, à 56 w. de cet- et Lubime sont As%e% ricbes en bois, 

:^Wlleetsur la Teterev. c'^st pour la plupart du sapin, 

) UnoV , (HfiOôh,) bourg consi- du tremble , de Taune et du bou* 

vrable du gonv. de Grodoo , dis* Icau. On compte dans ce gouv. 

^^tdeCobrjn , non loin du ca- 800,400 babilans des deux sexes, 

^1 nommé ci*devant royal, et k qui malgré l'infertilité de leurs ter* 

«w. de Cobryn. Il s *y tient un res vivent fort bien; ils sont très* 

(rand marché annuel. laborieux , cultivent des potagers ' 

^UaoPOLTGHK , ( EponoJizjb.^ qui leur raportent beaucoup , el 

<^ftoit une ancienne ville sur U^ dont ils vendent les produits dant< 

CliâEma , attenante à la ville de les provinces voisines. Us vonl. 



4o6 1E5 lE^ 

.vcat Aire le grand fleoTe ; celui etd'Abakan , celles de Tooba , J 
'de Ienisseï lai TÎeot des Toan- ^ Maua , de Can, de ¥a et de Toa 

j;oQtse8 qui le prononcent plutât gouska supérienre à sa dro 

loanéiijL il couie au centre de la celles de Cass , de S\m et 

Sibërie ^ se dirigeant du midi an ) ioubtehéss à sa gauche ; a4i{ 

nord \ il traverse les districts de de i oungoaska-PodkameDnaia; 

CoijTanjCouznetskelCrasnoiarsk, au-^ela des rochers , et la tarHi 

après qnoi il entre dans le gonver- à sa droite, le Yélohonie 

nement de Tobolsk là il parcourt gaadie , la Tonngonska intérieu 

les districts d Atchinsk , d*ienis- à sa droite, et enfin celle de Tu 

seisk et deTonronkansk, Son ceurs roukhan à sa gauche. J'ai pt 

^en Sibérie est plus de 4ooo ^^ ^^^ silew^e les autres t\\. 

Ce fleuve est formé par le cpn» moindre impor^nce dont le Icn 

fluent de deux grosses rivières de reçoit les eaux en approciiant 

ja Bukharîe , rOulon*kem et le son embouchure ; par ie dètaj 

Bej-kem , sons le b\^ 3o' de lat. que j'ai donné on remarque qu 

sept, et le iii<> de long. or. ; de là y a trois rivières qui portent 

il prend sa direction , presqu'en nom de 'l^oungonska, et cjq elles 

ligne droite vers le nord ; il forme jettent tontes les trois daos le 1 

sous le 70^ de lat. et le loS» 3o' nisséï. La première , la plusvo 

de long. I un golfe qui renferme sine de la source de oc fleuve, sa 

plusieurs Ues , et qui s'étendent pelle improprement ToongomL 

' en longueur l'espace de 3<> io', et et ne reçoit ce nom qu'après i»'ci 

se jette enfin sons le même degré réunie avec rilim* Elle poi'tepl 

de long* dans la mer Glaciale. l'U haut celui d* Angara et prend 

automne 9 lorsque les eaux de ce source dans le lac Baikal. ( 

fleuve ont le moins de profon- trouve sur les bords du léni&i 

deur y sa laideur , près de la des mines de charbons de ter 

ville de lénissei'sk^ est de 670 bras-> très <- riches, 
ses; et an printemps, lorsqu'el- Ienisséisk, (Ehuc^ûck^.) n 

les sont hautes , elle est de 795. du gouv. Tobolsk et chel-lieo d'i 

Son fond est pierreux et sablon- district; elle est située dans a 

neux. Les rives , surtout la rive plaine agréable et fertile , an boi 

orientale , sont hérissées de mon- du fleuve léniss^i , qui a dans c 

tagnes et de rochers , presque par- endroit plus d'une wer:»te de Uj 

tout son cours est rapide; mais à geur, sous le 58^27' I7''deb 

mesure qu'il approche de son em- sept, et le 89^ 38' 3o" de Ion 

'bonchnre , sa rapidité diminue orient. , à 2147 w. ^® ToboUk. 1 

tellement , qu'à la fin son cours ville est bâtie le long du ileav 

est à peine remarquable. Les pois- et a environ fi w. de circuit. ^ 

.sons qu'il nourrit sont d'un bon avoil commencé par élever en 16 

![OÛt. 11 forme beanooup d'îles dans dans ce même emplacement , < 

es environs des rivières Doub- ostrog qui dépendoit d'abord de 

tchéss et de Touroukhan ^ et plu- ville de Tobolsk , ensuite àt ce 

sieurs cataractes entre les villes de de Tomsk , et qui dans la suite 1 

lénisseisk et de Crasnpjarsk | et éri^é en ville et devint le che^l» 

au-dessous de la riv. de Donl)- de la province ; enfin lorsque t 

tchéss. Il est navigable depuis son les gouv. furent réorganisés , 

embouchure jusqu'à TAbakan et fut annexée en i^8a au gouv. 

même plus haut. Des les commen- l'obolsk, et devint lechef-Ueu d' 

cemens de son cours , il reçoit , à district de son nom^ Il s'y iro 

sa fauche ^ Tes riv. de Keintcboug 4 ^gU^cs , nn couvent de moin 



lES IGU ao9 

« on aalre de réligieas«s . une d"on autre. Ou lai donne 3 w. de , 

dooanc , an magasin à poudre Cl long , »ur /joo toise» de large. 

MmafîasindcTiTres , çutre plus Igaian-Oïa, (ifea^aHÔ-O*.) 

à- 8.10 maisons particulières. Les rir. de la Finlande dans le gouv. 

Iwkunssont an nombre de plus de Vibonrg, district de Kexholm} 

fctiooo , en y comptant les deux elle se jette dans le lac de Ladoga, 

Kw l/archimandriteda «ouvent et est remarquable par les belles 

imoine» a en même temps Tins- perles qu'on y péchoit autreloi» , 

pwion sur le courent de Troits- «» qui s y trouvent encore, mais en 

l«->laD§azeiskoïe, situé à l'em» petite quantité. 

Wliure de la Toungouska in- Iodyoue , ( ffe^weî. ) H y a 

Ineure. U situation de la ville deux BenTes de cfr nom dans la 

Kcd son commerce très -floris- presq" »« du Camtchalka : le pre-^ 

wt. C'est ici que se rencontrent mieresl nommé Oxemaia jf^r les 

o Clé les marchands Tenant de Rnwes , ou la ririere du lac , a 

loboUk et d'autres endroits éloi- cause qu elle sort du grand lac des 

P^s, et font entreux l'écbange Courills et va se ]eler ensu.Uî dan. 

* Icars marchandises. Cet 1 Océan oriental ; l autre Igdy^ne, 

Wange est même l'obj-n unique beaucoup plu» petit , est aomoié 

iiTojagede la plupart des négo- pa»" eus. Kniagénichnaia et £.ol 

»u;'etccuxnmsontdansceca' par les Cosaques, 

"prennent, aussit&t après avoir looOMEN , {MetfMe»h. ) pet. 

«ncin leur marché , la route par ^.iHe du gowv. de Min«k et chef - 

tqMlle ils étoicnt venus. Il s'y l'O d un district; elle est a 63^ de 

?™t ane foire annuelle qui comi Minsk. Ce petit endroit n a nen de 

îknce le ," août ^t dure jusqu'aii remarquable que deux lorge. et 

•«ctouelqucfois jusqu'au 25 du nue verrerrie , qui se trouve dans 

Vne mois. Les marchands de s»» arrondissement. 

loaroulhansk et de Yakoutsk y Iooores , (Jfe«pHW.) Cesl un 

>portenlles plus riches fourrures, F"*'» peupe qui habite vers les 

««I de ToboUk les marchandises ««wces de 1 Irtyche, et auquel les 

«'Europe, et ceux d'Irkouts^ les moines de la vSy ne ont apporte la 

jrodoil» de la Chine. Il y vient »*l!s««« chrétienne et la conuo.s- 

•«si DO grand nombre <fe mar- sancedes leUrcs dans le XUh s>e- 

4»wls de Yologda , d'Onstioug , clo. Ils peneirprent aussi chez k. 

fcîoropéu, deCa«n, de Solil Mongols, à la même ^époque-, 

.Wk,des Grecs et des Arméniens, m»»» ^ conquêtes de rchinguis - 

1«i » font un cpmmerce très-avan- Khan mirent obstacle aux progrès 

.V«. On trouve dans ces envi- que la r«el.g.on et 1 instruction pou- 



•015 an blé, de la viande et de la voient y laire. , , ^'„., 

;»okille en abondance ; mais les 1»°"""^ », (««^«'^f ) « «» 

' rWc, fruitiers manquent , et il une tle de l'Océan oriental ou p.- 

1 ^ -\, A^ cifiaue* aui se trouve entre le cap 

jcroit que quelque, espèces de SouVoUboiet l'Amérique sepl 

^ ' . tenlrîonale, à-peu-près à égale Uu- 

* Iesinoozero,(£5Uko osepo.) ^^^^ j^ y^^^ e^ tle Taratre conti- 



i 



•\^ (le Je«lno. H «e trouve dans le ^^^^ ^^ ^^^ ^^^ ài 40 w, du pavt 

iouv de laroslavl , non loin de la ^^ Xchouklchis , et l'on suppose à 

•iloioga , qui , au printemps, le ^^^^^ côles,i de 1 Amérique. tUe 

couvre de ses eaux; il ae réunit jp^^ découverte en 1779 par nncen- 

par dpux petits canaux au kc Bo- ^^^.^^ cosaque n»>nimé Ivan Cobé- 

rovjk d'un côté, et au lacSolotsk j^^^ ç^^^^ [y ^.^ j,^;^^ de bois , 

TOM. L ^^ 



aïo 



lOU 



«lie a 3o w. de long et une et demie 
de large ; elle cootîent 85 liabi- 
tant m Aies et 79 iémmes. Le laDr- 
gage de ces înaalaîres est le même 
que œlaî des Tchoaktchis. Ils se 
noarrissent de baleines , de veanx 
marins , et d*aatres poissons, ainsi 
que d*herbes marines qui crois- 
sent sur rUe ; ils se serrent des os 
de la baleine , qu'ils enduisent de 
graisse en gnise de bois , pour 
cuire leur^ alimens. Le seul ani* 
mal quon y trouTe est Tisatis , 
encore y est-il en petite quantîti^. 
Le centcnier Cobëlëv pi-ëtend que 
pendant une journée claire , on 
aperçoit facilement de cette Ile le 
continent de l'Asie et celui de TA- 
mëriqne en même temps. l'An- 
cien ne cette ile nommi^ Kaïgounu- 
Iftamakbonnin , lui d<^ciara qu'il 
ëtoit natif de TAmërique et qu'il 
y connoissoit des gens qui TÎvoient 
aur la rir. de Kbëvrënë dans un 
fcrtin construit par eux, qui par- 
loient russe » qui lisoirnt des li- 
Tres et adoroient les images ; que 
ces gens difîëroient des naturels 
dn pava par leurs barbes longues 
et épaisses, tandis que ks Améri- 
cains 1 aroient petite et très - peu 
loumie. encore la plupart den* 
tr'eux 1 épiloient, Cobélcv voulut 
a'j taire conduire sur-le-cbamp , 
mais le chef des insulaires n j 
▼oulut point consentir, disant que 
cela lui ëtoit détendu par les 
Tcbouktchis qui s'étoicnt chargés 
•de répondre de Cobélér ; mais il 
youlut bien y envoyer une lettre 
que ce dernier écrivit à ces ha- 
kitans de TAmérique. Cobélév 
observe encore que le flux et It re- 
flux n'existe sur les côtes de cette 
tle non plus que sur les oontiuens 
d'Amérique et de TAsie qui lui 
«ont opposés, mais qu'il existe des 
courans qui ne sont pas très-torts, 
et qui partent pendant tout Tété 
de rOcéan orîenUl dans l'Océan 
glacial, qu'ils changent subite- 
aaent an mois d*ao&t } et soufflent 



IJO 

de rOcéan glacial dans le Pscil 
^ue ; il s'amasse alors onc qoai 
tité de glaces dans le détroit 
Bering. 

IJIGUINA, ( HjKUêUHa. ) 

fleuve du gouv. d'Irkoutsk , il 
jette dans le golfe de PeDJio , 
n'est remarquable que parce qui 
donne son nom k la ville dli 
gtiinsk bâtie sur ses bords. 

IjIOUIKSX, (iÎJKUêUHCKh.) . 

ville du gouv. d'lrkouts1i,etciiêf] 
lieu d'un district. Elle esiM 
sur l'ijiguina , à 5 w. de son 
boucliure , et sous le 63» 6' de 
sept, et le 177^ 10' de lonc. orj 
k 4960 w. d irkouti^kj vers 1 oriesl 
Cet endroit est tortifié : c'est 
carré régulier a^ec 4 h^^^i^i^s; 
batteries sont armées de cane 
et la garnison est toujours lar 
qui^vivfî, à cause de% Coriaks a 
'cesse reuiuans ,-* qui vivent ds 
les environs , et qui sont tonjoaf 
prêts à tomber sur la ville , sa 
s'aperçoivent qu'elle cstmalgafe 
dée. On y trouve une église etj 
k 6ro babitans. Le commerce q 
celte ville consiste en fourrarrii 
et particulièrement peaux j| 
cerfs. 

Ijoba , {MMopa.) pet. riv. 
gonv. de Pélersbours} on la doi 
me aussi Ingra , de Ik infçrie ql 
les Busses appellent Ijorskaîa, 
lia , et les peuples de Tli 
IjortxYS. Cette pet. riv. se j< 
dans fa Neva , 10 w. an-dessii» 
Pétersbourg. Elle est remarqua 
par la victoire célèbre que 
grand-duc Alexandre larosisvit 
* remporta en laSi sur les Saé< 
commandés par leur roi Maga^ 
qui y fut blessé ; ce grand - * 
tut surnommé JNevsky k cause 
cette victoire , car elle eut Ik 
l'embouchure de Tljora dans 
Neva. 

IjORSXAÏA - ZSHLIA , (KxiOf 

CKQA - 3*JUJiA' ) Voyez inghjI 

Ik , (MKd.) riv. eonsidërable d 

gouv* dOrenbourg, dans lequ< 



IL A ILE '311 

die commence et finît son conrs projet de r^anir le Doil et le Volga 

en se jetant dans la Cama , après par le mo've'a de cette rWîère et de 

voir parconru un espace de plus la Camycliînka. On aroit coni- 

^Moir. , etaToIr reçndans son mencé les travaux, qoî même 

«il plasieur$ grandes r\r* , telles ayoient été continués après sa mort; 

qttteMagrjche^ leChîchimache, mais quelque temps après Ils fa-« 

bfcW et Je Chëlantclion ; ses rent abandonnes. Lorsque sous h 

Ms sont montagneux* d*un côté règne de Catherine II on voulut 

itphts de Fautre. Cette riv. n^est les reprendre , 1* Académicien I>o- 

fstrès-large, mais elle est pro-> vîtz trouva que le Don avoit dans* 

Ibdeet partout navigable ; ce qui cet endroit une* élévation de plus 

Mt d'un avantage inappréciable de 5o toises au-^dessos du Voïsa j 

jtir cette contrée , si ses bords par conséquent ses eaux étant déjà 

tVioi^Qt habités par nn peuple très-basses pendant l'été il anroit 

t»M indolent et paresseux que fini par être tout-à-fait à sec si on 

)tm{ les Bachkirs. On trouve avoit creusé le canal qui Taurolt 

iiJili*l»oQf, deTobolskungrand fait entièrement couler dans le 

sequ; porte ce nom. Volga. Des écluses même qu'on 

Ikirma, ou ExAnM a y flf xap« ànroit construit pour retenir see 

ti (UH EKapjua}* C'est une des eaux , eussent été d*un bien foible 

sCoarili; elle est à 12 w. de secours. 
felteqQoa nomme Sjasooaune , Ildikait , ( Has^ukokSI. rlr.- 

tï 3odi celle de Tchirinoontane ; qui coule dans le gouv. d'iraoulsk, 

|lea 8w.de long; on n> trouve au-delà du Bailial; elle se jette 

i lacs ni rivières , mais il y a un dans la moyenne Eorxe 9 et n>st 

Uqq qui brûle de temps en remarquable que par une mon- 

kps ; il y a cependant quelques tagne de souflre que Ton troure 

nrces d'eau pare et beaucoup sur ses bords. 
k sources sulpbariques. Lesba- iLDiifSKoihiZAVOD ; (J^ji^^uk-^ 

Ni ne peuvent aborder que ckqu 3a504&}* Mines de enivre et* 

k la côte sablonneuse de l'île, de ïer dans le gouv. d^Orenbourg 9 

«tre est couyerte de rochers et district de Birsk. On les exploite 

^ inabordable. depuis 1766 sans rien diminuer de 

kflà , {Htua). pet riy. du gouv. leur richesse ; elles appartiennent 

■tMoiooa y district de Zyénigorod. à un particulier. 
, boKETz , (îtKoptUi^* >*î^* du ItKK. { lf^sic&}- tIt. qui a se 

N*- de Voronéj , district de Bo- source dans le gony. d'Orenbonrg , 

1^^^\ elle se jette dans le Don et qui traverse le çrand step des 

jr M rivegancbe. Cette riv. et Kirguis , où il se jette dans rOa* 

w de Bitiong ont lông*temos ralLLesdeux bords de cette riyière 

f*i de frontières aux terres de la ne sont formés que de superbes 

l^sie , en les séparant des steps cristaux de sel|»emme le plus pur 

p Tatares Nogais. ^ et le plus beau qu'il soit possible 

FAVtA , {Jdj^aêjia). riv. du' de'yoîr; c'est une source de ri- 

F' de Saratof , elle prend sa chesse inépuisable. On casse ce sek 

■r^v dans le district de Camy- pendant 1 été , et l'hiver il est 

^ae et coule du nord au midi transporté sur des traîneaux acuc 

*P«ce de 1 60 w. avant de se jeter bords de la Bélaïa , pour j é tre em* 

Ds U Don. On a établi plu- barque au printemps suivant ^ 

Br& colonies allemandes sur 9eê et porté dans les proyinces de 

^<is , dont ane porte le nom de l'empire par le mojen de bt Gtma^ 

^ rlr. Pierre-le-Crand a eik le da Volga • eto. 



^ 



1 la 



ILM îMà 



Ii.etskaïa-Cr£postzA)(Hj1«{^ Bulgares toas les lacs se nomment 

KaAKptnûcmij,ay on petit l'orlïa de même j très-anciennemcnl on k 

dllelsk ; il est situé daus le gouv. nommoît aussi Moïsk ; c'est poor- 

d'Orenbourg, à Tendroit où i ilek quoi je présume que Jornandes, 

se réunit k l'Ourall. Il renferme de rébus Geticis , l'appelle lam 

plus de 4oo maisons et des maga- Musiairus. Il reçoit la Sis ta, la Lo- 

«lus de sel très-considérables. 1 1 y vat et la Chélone , et il donne uai»- 

a aussi un bourg de Cosaques d'Où- sance au Yolibow. On troufe en- 

rail situé sur l'ilek , et non loin core dans le gouv. d'Âstrakhac 

de 6e fortin , qui porte ce nom. entre le Manjtche et TOurall ; 

Iliu , [liJiujuh)' rit. assez con- beaucoup plus près à^ ce dernier, 

sidérable du gouv. d'irkoutsk 3 un lac qui porte aussi le nom d 11- 

elle se jette dana la Tongooska. meu , il a 3 ou 4^w. de long, et 

Ilimsx.^ {^M.iujucxh). ville du sou eau est salée, 

gouv. d'Irkouisk, forteresse ci-de- Ilpinskoi-Mys , (ifjinuNCxoù* 

Tant cbei-lieu d'un district , ap- AImc^}- ou cap Ilpin. H se troavt 

partenante actnellement à celui de dans TOcéan oriental , dans leqoc 

-ILercusk. LUe est située sur la il s avance sur an moins 10 v.è 

Touugonska qui porte encore dans longueur: il appartient an goof 

cet endroit le nom d'Angara; d'irkoutsk, district d'Oklan»k;j 

elle est sous le 55^ 33' de lat. l'endroit où il touche à la trrn 

fept. y à 668 w. d'Irkoutsk; ses ferme , il est sablonneux et si bai 

fortiiications sont en bois ^ et on y que les eaux de la mer le coavrei 

compte 5 églises et 110 maisons; quelque/ois; mais à sa pointe qi 

les liabitanstle cet endroit ne font avance dans la mer ^ il est irèf 

presqu'aucun commerce» élevé , et composé de roc très-dur 

Ilir, {Mjiuph)* pet. fleuve du vis-à-vis de ce cap setronveno 

gouv. d'Irkoutsk, district d'O- petite île qu'on nomme \erkbs 

àlans. C'est k son cmboucbure que tourof. Steller, dans sa descripûo 

commence le grand cap nommé de laSibérie,dituqu'ontronvr<iii 

Atvalyk ou d'Olutor, qui avance <i legolied'Olutor, à Torient^età 

plus de 80 w. en pointe dans la u milles dans la mer/ une ile ou si 

mer , et qui se recourbant vers le a pe trouve d'autres animaui ^ 

cap Hoven , £ait donner à Tespace a des renards noirs, n Cela ne pei 

d*eatt qui se trouve entre ces deux être que l'ile Verkbo tourof qv 

caps , le nom de mer d*Olutor. nous venons de nommer pbi 

. iLLiMSKAÏA-CaiposT, (If^6u»- haut, car excepté celle-ci et TU 

CKtfiA nptnocmh)* Ce petit fort se Caraguine , personne encore a^ 

trouve dans le gouv. d'Orenbourg , a découvert d'autres. 

àiSlw. de cette ville , sur le bord ]MACHXOU,(Ifjei^a{uYyO'''^'4^ 

de l'Ourall; il a été bâti en 174^ coule dans la presqu'île du Caoi 

le jour de St. Elie ^ c*est pourquoi tcbatka , et qui se jette dans 1 A 

il porte le nom de oe saint. vatcba. 

ILHEN, {VlMAienh.^ lac. très- Imanora , {ï/lJU€ai/^pa>) Ç^ 

considérable dans le gouv. de Nov- un lac considérable du gouv.d Ar 

gorod, tout près de cette ville; khaogel, district de Cala. Il serf 

Il a 40 w. de longueur sur 3o de unit par un canal a lamcrblas 

largeur. Son nom est Sarmate et ohe. j 

signifie dans la langue de ce peuple, Imath a , ( Wjuamvm. ) ^^ 

«insi qu^en finnois y plein , ou bien très-remarquable de la Finlande 

ouperi. M. Tatischef ^ dans son di- daiïs la Carélie y par une cascadi 

ctioanaire y préiend que chea les magnifique oiii le fleuve se prccr 



/ 



IMI IMO ir» 

pile tout eotîer. Voyez Ttro- autant de petits ibrta^ sont Scan- 

xiVA et VuoxA. dfir , la capitale da royaume , llou- 

Imirétîb, {HJuupêmÎA') Ce dia , Sorgia et Cotatys on Cou-* 

petit rovanme ii peine composé de tctiétsa. Ce dernier endroit est on* 

30 à 25,000 familles , étoit jadis vert et se trouve à jo w. de lem- 

mèes 5 provinces qui formoil le bouchure du Phase. Non loin de là 

niaonie de Gourii ou Géorgie ; il réside le souverain de ce petitpays, 

letroQfe dans ce moment non- et la plupart des grands y ont cons- 

seoiement sous la protection de truit leurs maisons ; de Tautrc 

leu.pire de Russie ^ mais encore côté du fleuve , on a bâti une for- 

il c»t occupé par ses troupes. Il teresse où les Turcs avoient une 

tit situé sur. les bords de la mer garnison , ainsi qu^à Potl sur le 

kire,an-delà du phase ^ et s'étend bord de la mer , et que les Russes 

)(T$ ir uord jusqu'aux, montagnes viennent d'emporter d'assaut. Le 

inUucase, c.-à-d. qu'il occupe Phase est Irès-i^apide jusqu'à Co- 

ine partie de l'ancienne Ibérie. Ce tatys , et n*cst pas navigable , mais 

ptit état s*est séparé de la Geor- plus bas son cours devient plus 

{le pendant l'invasion de Tchin-. tranquille et permet aux barques 

gQi9«Khao9 et a formé un royaume de le remonter.' Il est assez pois-' 

âpiirtj il est constamment resté sonncux , mais les babitans de ce 

»ai la protection de la Porte Otto- pays nVn profitent pas , n'ayant^ 

oune , à laquelle il payoit un tri- ni filet , ni aucun autre iustru- 

-kt de ^0 jeunes filles et autant de ment propre à la pèche. La reli-* / 

farçotts chaque année ^ mais eu gion dominante du pays est la 

];8i , son roi Salomon n'a plus grecque. Long*temps ils reconnu- 

voala rester sous la domination rent la suprématie du patriarche 

^la Turquie, et bientôt après de Constantinoplc , mais dans le. 

MO Ois David étant monté sur le dernier siècle ils ont élu leur pro« 

trÔDe en 1785 y s'est soumis à la prc primat^ qu ils nomment Cà- 

fi Dssie ; le prince qui règne, dans tholicos et qui sacre leur clergé ; 

c^ moment se nomni^ Salomon Ar- c'est le même Antoine qui est en 

icIiiloTitcb. Toute cette contrée est Géorgie et qui est le fils du dernier 

n^'Qplie de montagnes dont les roi Héraclius. Les églises y sont 

Mijimeis sont toujours couverts de petites et pauvres ainsi que le 

^k^. Ce n'est pour ainsi dire , clergé, 

«ame la IVIingrélie , qu une im- I111MAK9 {ifjrdJuaKO.) Cette île 9 
^nse forêt , dans laquelle Ccpen- avec 'ccllff de Tchagoulac , de ILha- 
^lii on trouve quelques petites via , d'Amtchigda et quelques au- 
f tines par-ci par-là , et quelcfues très , forment un grouppe que les 
! vallées fertiles dans les montagnes, insulaires nomnieut Khao ,* elles 
iOn y trouve des vignobles, des sont encore fort peu connues et 
Tergers remplis d'excellens fruits, appartiennent à T Archipel des 
tt des mines de fer ; ceux, de ses Aléoulcs. 

^labiians qui vivent sur les bords Imogline , {HAioeAUHO») C'est 
'^Q Phase, sont bons cultivateurs , une île de l'Océan du nord qui et 
firent dans des bourgs , et ont les- trouve dans le détroit qui sépare 
■iQËQrs assez douces, ils différent le cap Tchoukotsk de l'Amérique 
Ibrtpeu des Mingréliens. Le Phase, seplentrionaie ; elle est à 4® w. 
'^ue les Géorgiens appellent Rion , à peu près du continent , et à5 de . 
traverse ce pays et s'y jette dans file d'iguelline , elle a 5^ w. de 
h mer Noire. Les principaux en- long sur deux de largeur ^ on y- 
^oits qu'on j trouve ,* et qui sont trouve prè$ de ^oo babitans qui vi*' 



/ 



1 16 IW »-K 

laouellc sejronToit leur principale dans le gotiv. de ToboUk , dislrlct 

▼lue; aussi le nom de Slarianska de Couzn^tzk.; elle est d* une rapl* 

donné a une rlv. à un bourg , dite étonnante ^ coulant eatre des 

atie$tent*î1s sans réplique leur an- moutagnes très ^ escarpéfs. Setl 

cienne domination dans ce pays J bords sont formés de rocher pra* 

mais d'après le congrès qui eut nitîques et calcaires ; dans ceru.ns 

lieu «n i594; ^ous le règne du tzar endroits on y trouve uûe grande 

Feodor iTanovltch , plusieurs vil-' variété des plus' beani marbres ^ 

les en furent cédées aux Suédois, du phorphvre verd et du spaili 

de même qu'en Lîvonle e^ en Es- feuilleté blanc. File se jrtUidaDsle 

tbonle^ comme Narva, Réval^ avec Tcliarvche , après avoir reçadaos 

leurs districts, etc. Sous le règne son sein plusieurs rlv. dont Irsplas 

maUienrcux de Vassllei-lvanovitcb considérables sont l'Inénvclie,!» 

Cbouiskov , pendant les guerres Gramatonkha , l'Erovkou et U 

civiles , et ensuite Tintérrègne qui Tcliinéiou sur sa rive droite ,elU 

eut Heu , les Suédois sous prétexte Tclicrnaïa et le Tiguiriak sor sa 

devenir au secours delà Russie , ivegauclie. • 

envoyèrent Jacques de la Gardie Inkermanx, ( HHKepManh] 

en 1609, qui s'empara sans résis- pet. bourg à demi^ruiné de li 

tance non-seulement de la Ca relie prequ'île de Crimée. C'élo'it anUrt 

rt de toute Tlngrie, mais qui entra lois une ville célèbre, riclif e 

il INovgorod qu'il ruina ; c'est ainsi tiorissanle. Actuellement ce nVt 

que ces anciennes provinces russes qu'un petit port qui se trouve, 

furent détachées et restèrent sous 1 extrémité la plus éloigné** <^el; 

la puissance des Suédois depuis baie d'A.cllar. CVtolt raDci<*im- 

1594 et 1609, jusqu'à l'année l^oi, Doros , bâtie par DiopbantP, l'a^ 




temps que Flngrie étoit Strabonet Fofnialeoni (i) 

sous la domination Suédoise , &es Kbozares la prirent en 679 a^ 

bahitans étoient presque tous lu- Gotbs qui la reprirent k la fin d 

thcriens ; les anciens Slaves avoient Vlll« siècle , mais la reperdireu 

émigré vers Vologda et la Permie , " encore. Depuis 1204 ell« ^"^ *" 

et il n'y éloit resté que les Finnois, princes particuliers , entre Icçqtfl] 

aujourd'hui on y trouve beaucoup il faut mettro^ Constantin dersin 

de Russes amenés des autrei^ pro- empereur d'Orient , avant son t^t 

vinces de l'empire et établis en co- nemcnt au trône. Les Turcs la pr 

lonies. Cette province forme au- rent en 1 475, et y mirent une §11 

jourd'bui le gouv. 'de Pétcrsbonrg. nison ; mais après qu'elle eut \t 

( Voyez cet article. J fîniment perdu sous lear doniiiw 

Inia , ( Hh/i. ) Il y a un deuTC tion , ils i abandonnèrent auiT 

et une rlv. de ce nom. liC premier tares. Sa position sur une ban 

«'bulc dans le gouv. d'Irkoutsk, montagne devoit la rendre trc 

district d'Okotsk, On a établi des forte. On volt encore dans cet 

signaux à son emliouchure pour montagne des cavernes et àes ce 

les bâtimens qui reviennent- du Iules taillées de main d'hommes 

Camtcbatka , pour reconnoître le qui sont très-curieuses; elles sofl 

port d'Okotsk, car vers cet endroit à ce qu'on présume ^ uu ouv 

il s'approche très-près de la terre* des moines sous les empereur: 

La rlv. du même nom se trouve moyen âge ou d'un plus mode 

• 

(1) FORMALEONI , Liai. pLilos.et polit, du commerce, de la navi^iion 
des colonies de» aucicu« dau« la mer Noire. f^r/»rir , i^Bq, iu-o. Tom. li, p«i * 



INO INS 217 

Comme les Rfaersonltes , ainsi Ju nord-oaest d^a 8i\d-est^ elle 
qa'il e5t coanu par le$ historiens entre dans celai de ^Jojaïsk , où 
ic By<:ance , ^loîeni: de la secte des elle se jette dans la M oskva. 
Xriens , et que ceile secte si nom- Inra ,{JÎ/ipa.) pet. rîv. da,qpnv. 
lirruje en Orient eut à souflrîr par de Penza , district de Gorodis* 
lisaite beaucoup de persécutions tchen$k ; elle se iette dans le Yade. 
tbasIeJws Empire, il est Irès-pro- Insa , {Unsa!) rir. considérable 
I^^blcqne lieaucoup' de moines et qui coule sur les frontières des 
df^cttj attachés à cette secte se re- gouv. de Penza et de Simblrsk , ef 
liraient à ILhorsoun^où n*a):ant pu qui se jette dans la Sou ra« 
troQTer un asile, ils commencèrent Insara y {iJucapa.) riv. du gouT. 
îi >c pratiquer des cellules , et bâtir de Penza , qui, après avoir par- 
dès chapelles en plusieurs endroits couru plusieurs districts , entre 
(i^* U Crimée , dans la roche cal- dans le gouv. de Nijégorod , où 
Caire molle de la contrée y où ils elle tombe dans TÂlatjr. 
coDtiiiucrent les eiercices de leur Insara^ {Mncapa.) Ville du 
^irréligieuse dans les principes de gouv. de Penza , et cbef-lieu d'un 
Ifur secte. JLa quantité de ces cel- district; elle est sltuée^ous le 53^ 
iules qu'ils creusèrent à Clenos , 4^' ^c lat. sept, et le 62° 22' de 
tit donner à la ville le nom d*lu- long, orient., sur les bords de deux 
Keraan ( villes des cavernes , d'à- petites riv., T Insara et Tissa. Cette 
frès une traduction littérale ) ^ et petite ville a été bâtie sous le règne 
par corruption Inkcrmann. La de Piexre- le- Grand , par des 
lUAutité de ces cavernes qui sont Streltzis qu'il y fît transporter. On 
par étages les unes au^essus des y trouve 5 églises, nu magasin de 
âtitresdans cette mon ta^e,lui don- sel et 3oo maisons de cbélive ap- 
AcQi de loin Taspect d^iine ruche, parence ; on y compte à peu près 
Oaj trouve des sarcophages, des 2 5oo personnes des deux, sc^es, 
inscriptions et d'autres restes de Les habitans font Ici un petit com- 
J'tinliquiié (^ f^oyez les di£férens merce eii cuirs, et il s'y tient deux 
^'•yages de la Crimée). L'air de grands marchés par an. La plus 
<^'tte contrée est excessivement mal grande partie de la rive de \ fn^a ra 
^ia, à cause des marais fétides étant composée d*une terre ar:^'i- 
T^e forme le ruisseau de Biouk- leuse , contenant en plu.iiciir> (?n- 
0(tzén,dansle vallon an-dessus du- droits de la mine de fer d'uni^ 
^vl est Inkermann , et dans lequel mauvaise qualité , un particulier a 
^ ^ jette dans te port« Les gens établi à l'extrémité de la ville une 
^aroyés ici eu été pour un court fonderie , à côté de laquelle il a 
fcspaoe de temps , pour la récolte bâti une maison commode et une 
^t% foins ou la garae des hestiaux , église en pierres , qui sont les 
ne peuvent se soustraire k la ma- seuls bons édifices de cet endroit. 
^'3ne fièvre intermittente ; les per- La fonderie n'a qu'un seul four- 
sonoes mêmes qui n'y viennent neau , qui sert à fondre le fer pour 
<IQ'one seule fois la gagnent sou- fabriquer des pots, des cliandières, 
vent en respirant l'air du matin ou et ces larges chaudrons , principal 
^n soir. ustensile des Calmouks et d(?s Ta- 

Inotcba, ( IfHota. ) rivière, tares. Il s'en fait un débit con^I- 
^Ic a sa source dans un marais dérable. On y fond annuellement 
^^ gouv, de Smolensk, district de 3o,ooo pouds de ce genre de va is- 
^atsk ; delà elle coule dans- le selle qui se transporte sur les bords 
goav. de Moscou, district de Ydok" du Volga , et aux marches de î-* 
ï*msk, et se dirigeant toujours petite Russie. 
TOM. I. ;i7. 



si8 IRB IRG 

• * 

Ikskb , (ifHseph.) rW, quî coulé marcTiands yapportcnt ^n quantité 

clans le gouv. a'Orenbourg , où des marcliandiaos d'foropectd'Â- 

•Vtant réunie h la Siroa, elles se sie. Le commerre sy fait en g(>- 

CtV*nt conjointement 'dans la fié* néral par échange, et onévaluoà 

ia. I/Inser et la 8ima coulent plusieurs millions de roubles la ta* 

continoeliement dans des monta- leur des marchandises qu'on j ap» 

gnes; leurs bords sont peu habiles, porte. On »-bati, pour la coiqido- 

Les montagnes qui bordent laSima dite des marchands, un marchr oè 

sont crayeuses et remplies de grot- Fou trouve plus de 2y5 boatiqnes; 

les , Tune desqnelles reçoit la Sima la Tille est entourée de palissades; 

toute entière , puis on la voit re- elle a deux portes qui se leriDrDt 

paroitre de Fautre côté de la mon- pendant la nuit ; on y trouve ea 

tagne. outre n églises et à peo-prcsiooo 

InVA 1 (Mnea.) ^î^- <!" 8^°^* ^^ babilans. 

Perm^elle se jette dans la €araa IbÈnne, (Mpenh.) riT.qm.a&i 

sur sa rire droite, et au-dessous source dnns le gouv. d'Orenboarg, 

de la Cosva. et qui coule -de là dans œloi da 

IpoUT , {Hnt^mh,) riv. assez con- Perm;après avoir parcouru aoow., 

sidérable,elle prend sa sourcedans elle se jette dans la Sylva près de la 

le gouv. de ^ molensk , noil loin de ville de Coungour. I^es eani de 

la ville de Raslavl, dirige son cours cette riv. ,' quoique trèf^limpides , 

du nord-est au sud-ouest, et entre sont cependant si snrchai^éea de 

dans le gouv. de Tchernigof dont cbaui , que peu de personnes peo- 

elle arrose les districts de Mglin et vent en boire ; les poissons même 

de NoTomést ; elle entre ensuite y sont très- rares & cause décela, 

dans le gouv. de Mobile V , où vis* Irguis, {HptucbJ) Il y a deux 

ii-vî« de Homel elle se jette dans la riv. de ce nom , qu'on distingae 

fo]a ; les bords de cette riv. abon- enlr'elles par l'épitbète de grand et 

dent en Ibré ts qui fournissent des de petit Irguis : le grand Irfjais 

bois de construction pour Riga , coule dans le gouv. de Saratof , il a 

ainsi que pour le^poris russes le sa source non loin de l'Ourall et 

long du hnepr, des «iront ières des gouv. d'Oren* 

iRBiT, (iTp^umS.) P^*' ^*^' ^^ bourg et d'Astrakhan ; il parconri 

gOMV. de Perm ^ district d'Ecatf^- les sttps qui sVtendent depnil 

rinbourg;elle se jettedanslaMitsa. TOurall jusqu'au \olga dana le- 

Irbit , (MiJôumb) pet. ville du ouel i| se jette , vis-à-vis la ville 
gouv. de Ferm , à une w. de lem- ae \olsk, 1 espace de ajo w.j sot 
houcbure de là riv. d'irbit dans la cours est tranquille , il reçoit plu- 
Ni Isa; c'éioit autraiois un bourg sieurs riv. , parmi lesqne Iles deux 
bâti en i633 , ensuite érigé en ville qu*on .nomme Tcbalyklami , sont 
en 1775 ; elle se trouve sous le 57° remarquables par leurs leaux «»- 
85' delat. sept, et le 8^ 3o' de long. lées. Les plaines qu'il parcoort 
à 572 w. , vers Vorient de Perm. sont susceptibles d*etre bien cal- 
Cette pet. ville est renommée pour tivées , et oflrent surtout il'cxccl- 
one tblre qui s'y tient tous les ans; lens pâturages aux brebis ; on voit 
elle commence vers le milieu de près delà Metcbétnaia beaucoup de 
février et dure un mois. Elle est ruines en pierres , qui semblfol 
fréquentée non-seulement par les avoir appartenu à une grande villa 
marchands russes et Sibériens, ta tare. Depuis quelque temps pi a* 
mais aussi par ctux de la Bukhane sieurs- colonies d'émigrés polonoi) 
et de Tatarie, par les Persans , les se sont établis sur les bords de 
Grecs et les Arménien^. 1 otis ocs cette riv. | ils y vivent dans rabou- 



IRK , IRK a 19 

imct et s'adonneat particori^nv- NerIcInnsV , de BargonsînsV , d'O* 
ueat à l'éducation «les bestiaux. leLminsk , Yakoutsk , Olénsk , Jî- 
Les Schismatiques , cx>anus en çansk , Zachiversk , Aclansk , In- 
Ra«siesous le nom de Kaskointks , jifiiiiusk , Okhotsk .et Nijni-Cam* 
ToatqoatrecoaTeiis ou confréries; tchatsk. Ou y trouve en outre les 
ils soDt également cultivateurs, villes de Bala;;an8k , Sélcn^uinsk y 
Cetle ri?, n'est navigable qu'à 70 lliiask , Domtiînsk et Strelensk j 
V. de son embouchure. Le petit les ostroj^s ou postes palissades de 
^r:m se trouve dans le mémo Verkhoiensk , Touukiiiîik , lirai- 
?*^aT., dans le pays 1 le plaine (pii skoy Ct Klakhu , où se fait tout 
^itsorlarive gauche du Volga, le commerce avec là (>hine. Les 
V^on nomme le siep des Cal- îles Lourills et Alëoules lui appar- 
Bi'ïu^. Il coule d'Orient en oc- tiennent aussi. Ce gouv. est très- 

Client l'espace de 9 \v. , et se jette montagneu\ ; l'immense chaîne 

u^Qi le Volga; il appartient au dis-* dos monts connus sous le nom de 

jrict de Ikhvalynsk. On trouve Yablonoy-Khrebet le traverse , ct 

w'^acoupdedeotscréléphans et de forme des ramifications en tous 

riiiiiocëros au ibnd de cette rivière, sens qui rendent presque tout le 

lUoUT, {pTi^K^mh») Cette riv. territoire de ce gouv, comme une 

S^i Adonné son nom à la princi- suite continuelle de montagnes , 

}^^ Ville de la Sibérie , prend sa entre lesquelles on trouve des va* 

«oirce dans lelacltchir près des lées agréables , et dans beaucoup 

l&^nrs Saians qui se trouvent sur d'endroits susceptibles de culture 

^ Crootière de la Chine. £llc par* et très-fertiles. Les montagnes 

CQBrtprès de 400 w. et sépare les sont très-baules et presque partout 

^>$ ricts de Verkfané-Oudinsk et très-riches en mines et pierres pré- 

^ irkoaisk , et va tomber vis-à-vîs cicuses ; les forêts y sont immenses 

^ la ville de ce nom, dans l'AU"* et contiennent une variété très*» 

t^isuT sa rive méridionale. considérable de plus belles^espèces 

Ukoutsk , { iïpKi^mcKb, ) de bois de construction et d'autres. 
(Goar. d')Il est situé entre le 5i" On y trouve des lacs salans qui 
«le 7^0 de lat. sept, et le 112*» et fournissent du sel excellent' et en 
^ 208^ de long, orient ; il s'étend abondance. Les principaux, tleuves 
^ ligne droite depuis la frontière qui farrosent sont TOlenek y la 
^Uouv, de Tobolsk jusqu'au port Lena , qui est un des plus grands 
^ Petro-Pavlovsk , c'est-à-dire fleuves connus , l'indiguirka , la 
^ <^%identeaorient il a J6l 0'>^ cr.^., Coly ma, TA nadvr , le Camtchatka, 
^^ (^u midi au nord , dt^puis le l'Okhota et la Cliilka. lia Lena re- 
paie de Kiatcbka ju>nu*à Textré- çojt dans son sein la ILiren^a , le 
«ite de la dernière îl^ de Ton- Vitim , 1 Olekma et l'Ahlaoc sui 
^^^ski , daos rOcéau glacial, sa rive droite , et le Yiluï sur sa 
S|>^o w, il a an nord l'Océan gla- gauche. C'est dans ce gouv. que se 
ciaI, à r Orient le pays des T chou k- trouve rimm^*nse lac deUâïkal^ 
^his ; rOcéan Pacitiquc et les lies connu dans le pays sous le nom 
M'^outes , au midi la Mongolie et de ïa^r de Baïkal et de nier sainte. 
^Daourie chinoise, et à l'occident 11 reçoit la grande rivière de Se* 
■^^goav. de Tomsk et de Tobolsk. lenga et donne naissance à VAn» 
On le divise en i5 districts qui gara. La partie de ce gouv. qui se 
l^rteot chacun le nom de leurs trouve près du Haïkai au midi ct 
chefs-lieui : Ce sont ceux d'ir- à l'occident du lac, contient les or- 
^Msk, de Verkhné-Oudinsk , de droits les plus fertiles et les mieux 
>^i]ai. Oudlnsk ^ de Kirénsk • de cultivés j il se trouve aussi vers le 



3ao IKK. IRK 

sad-est du lac qiielr|ucs terres qui aussi les morts qu*on j enterre res- 

produisent beaucoup deblë ; on en tent des siècles entiers sans se Hê- 

cuhÎTe sur les bords de la Lena , Composer. On évalue la popolatioa 

seulement jnsqu\i Vemboucbure de cegonr* k 4^79758 âmes; la 

de rOlokma ; de là , vers l'orient, plupart sont des Russes professant 

sur les bords de TAroga, de TOnda la religion grecque y îlj^ cepon- 

et d autres rivières quoique les co« dant parmi eux d'autres peaple» 

Ions russes en cultivent encore , il sujets ou tributaires de TEmpire: 

rapporte beaucoup moins , à cause ce sont des Polouais, des Mongols* 

du territoire pierreux. , maréca- ceux qui payent tribut sont les 

geux et froid qu'on y trouve ; et Bouriats , au nombre de 58^;; 

vers les bords de la mer d*0- les Toungooss, 14)4^9 lesYa- 

khotsk , les brouillards froids et kouts y 5o,oo8 ; les Yonka^airs , 

les vents rendent toutes les peines 5o5 ; les Olulors , ^6 ; les Corials^ 

qu'on prend pour cultiver la terre 1,224 9 1^^ Camtcbadals, 1,781; l^» 

tout^à-fait inutiles. Toute la partie Courills , looj les Caragass, 5/p 

septentrionale ou polaire de ce maies. 

gouv. est inculte et sauvage; là, Irkoutsk , {MpK^mcKbJ) Tille 

non-seulement toute culture est cap. du gouv. de son nom, K 

impossible , niais les arbres même cbef-lieu d'un district ; elle esui* 

n'y croissent plus. £n descendant tué sous l» 52^ 1 8' de la t. sept, ri 

de Ln , au midi , vers le milieu du le 122^1 3^ 3o" de long, orient. 

gouv. , d'immenses et impénétra- Elle est bâtie sur un terrain en- 

blés forêts couvrent toute la sur» en Ibncé vis-à-vis du continent de 

face de la terre. On n'élève des beé- Tlrkout et de TAngara , et baif'nM 

tiaux qu'autour du Baïkal , en du côlë de l'ouest par cette (l?^ 

Daouri», et au nord jusqu'au nière riv. et dans 1 est et le nord* 

Yakoutsk. Ce gouv. fournit les plus est par VOucbakofLa. 'Aa sud 

ricbes fourrures de zobles , de r^- s'étend un terrain élevé , fertile et 

Dards , de pelil-gris et d*aotres dont Taspect est très-agréable. 

animaux rares. Les montagnes de Cette ville est le siège du goaTe^ 

Nertcbinsk sont ricbes eu mines neuret de l'évéque; elle tsii 

d'argent et de plomb ; on y trouvée 5821 w. de Pétersbourj» , 5o93 de 

aussi quelques pierres de couleurs. Moscou, et 2969 deToboULU 

On trouve près de Sélenguinsk de premier ostrog , qui n*a en aucTine 

la rbubarbe en quantité. Le règne consistance , a été bdti en i6S^ 

végétal est florissant dans le midi En 166 c on en construisit un noé 

de ce gotiv. , et offre beaucoup de , veau qui , en 1669 , fut converti « 

genres et d'espèces encore inconnus un fort de bois , quia donné lift 

aux botanistes. En général, les à la construction entière <1 Ii** 

trois règnes de la nature y sont koutsk. Les rues de cette ville sos 

très-ricbes en genres et en variétés droites çt larges ; les marclwo* 

dont plusieurs n'ont jamais été dé- sont rcuifHs^ au centre de la ville^ 

crits par les naturalistes. Lecli- dans un grend et lielédîBce carré; 

mat y est assez tempéré dans le bdti en briques ; les boutiques soi 

midi , " ^ ' ' * ' * * '" 
prouv 

jamais 1 ardeur du soleil en été qui ooucnenes soni a i cxiremiM: »^- 

y est excessivement cbaud , quoi- cidentale de la ville, où l'on a coiti\ 

Sue court , n'y dégèle la terre au- truit des tueries sur le bord dfl 

elà d'une archine de profondeur. l'Oucbakofka. Près des bouchnirt 

Plus loiu,lcs glaces sont éterntllcs, se trouve le marclié aux pois^^'os. 



IRK IRÏ 221 

ainsi qa an baiar où Toa Tend les Tons , des dUllUerlcs d*eail-de-Tley 

Ic^ames^ le blë, la Êirine, le pai|iy etc. On évalue le commerce qai se 

le beurre y ia petite mercerie , et &it annuellement dans cette ville à 

les ustensiles de bois. Ce bazar est plus de 4 millions de roubles ; les 

le readex - vous des Bouriats -^jui douannes y rapportent plus' de 

foDt ie commerce de peaux demar- 700,000 R. à la couronne. Les vî- 

tTFi^ de xobles ou zibelines , de vres y sont à très-bon marché, 

toQtres et des autres fourrures. Les On j compte plus de ao,ooo ba- 

urchands sont en général très-> bitans des deux sexes. L'archevé- 

riches à irkoatsk ; ils font un oom- que se qualifie cVarchevéque d'ir- 

merce très- considérable avec les koutsk et de Cadiak, il a un vicaire 

('Minois. C^cst ici que se font les qui prend ce derniçr titre et qui 

'i^riiinens de pelleteries qu*on réside actuellement dans cette lie. 
lire de la côte nord-ouest de l'A- Irmess , (Upjuecd.) pet. riv. 

wfrlque et des provinces septen- du gouv. dé Vladimir ; elle sépare 

[rionalcs delà liussie. Les zibelines les districts de Souzdal et de You* 

k'prieures et d'une mauvaise cou- rief, et va se jeter dans le Né ri. 
W , les peaux de renards des îles Irodate , {^Mpo^amh») pet. riv. 

Aléouies, la seconde qualité des du gouv. de Saratof, district de 

loatres de mer et des loutres de ri- Gouznetsk ^ après un cours dé 

V'tre, et quelques autres fourrures lo w. elle se jette dans l'Inza. 
>ont expédiées pour la Chine (1) ; lapÉN , (Mpnenb.) riv. du gouv. 

celles dont le poil est gâté ou trop et du district de Kiow ; elle coule 

^^f et les qualités inférieures^ du midi au nord et vient se jeter 

^eoToicnt à la foire d*lrbit , et les dans le Dncpr sur sa rive droite. 
plus belles sont rësorrées pour Mo- Irtych b , (Hpntbiiub,) Cette 
Mjoaetpour la foire de Macarief , ' grande riv. de la Sibérie, sort de la 

^ les marchands Grecs et Armé- Zungorie , ou pays des Mongols^ 

oieas s'empressent de les acheter habitéecindevantparlesCalmouks, 

pour Coustantinople. On trouve à et actuellement par les liirguiss- 

HoQtsk S églises y 2 couvens ^ un Caissaks y traverse environ à 4^^ 

^mioaire , un gymnase , une é- 3o' de lat. sept, et 10 3^ de long. 

^oie de navigation y une école japo- or. le lac Zaïssan ou Nor-Zui'ssans, 

luise , où des maîtres de cette na- que les Calmouks et les Tatares ap' 

^0(1 enseignent la langue de leur peloient auparavant Kiza/pon^ 

l^ys , et deux autres écoles pour A?ant d'entrer dans ce lac y elle 

H en fans de la bourgeoisie et des s'appelle Irtjche supérieure , lors- 

^Iflats de la ville. La compagnie nu*elle en sort, elle prend le nom 

d Amérique y a un comptoir cou- a Irtiche inférieure, et après avoir 

ii'lêrable et des magasins. On y arrosé, toujours eu serpentant, une 



^^ lotie , ae chapeaux , de ciian- de Xobtoisk , eiie se jette dans i un, 

"elles, de nmroquins , une ver- àbi^delat. sept, et 86^ de long. 

^f'w. une manulacture de glaces , or, L'Irtycbe for (hé beaucoup 

^s laancries , des labriques de sa- d'iles , dont plusieurs sont plus 

» 

[0 Les Chinoli teignent ai bien les peaux de zibelines et les autres fourrures « 
4'^ucsl impossible do les distinguer de celles qui ne sont pas teintes; eu 
^()Q&«queQce ils ne mettent Jamais qu*un prix médiocre sux pelleteries qu'ils 
*^«eitem, et iU prélercQti & cause du priX| colles qui sont d'uije qualité in* 



â'>d ISA ISB 

Tîsiblet en été lorsqnc les eaax nomme AViaaka , et Ttle d'Oani- 
•ODt bassf'S , qu'au printemps lors- mak , sa largeur du côté du uord 
qu'elles sout hautes. Plusieurs de a près de 3 w.,ei la profoodeor de 
ces lies disparoissent et sont rem- la mer j est de 9 , lo, 14 et iS 
plaèées par d'autres. Le cours pieds. Le flux et le i^Éiux v est ex* 
même de cet te ri V, change souvent: trémement violent, l'endaoïrhi* 
tel endroit qui porloit dt*s bateaux ver , lorsqu'il survient un vent de 
n'est pi us navigable , et tel autre sod-est, et qu'il amène de la plnip, 
qui ëtoit un* bas-fond porte main- les places y sont rompues, et alors 
tenant des bateaux, i/eau de cette elles sout portées pendant long* 
riv. est blanche et très-légère ; elle temps avec violence de côté et 
nourrit qcNintité de beaux pois- d'autre par la marée ; ce quiin- 
aons , parmi Iftquols les estur- terrompt pendant quelque tempi 
geous sont très-rnchercliés , par toute conimnnicattou entre L'ile 
rapport à la délicatesse de leur d'Ounimak et le continent, 
graisse, dont les peuplés voisins ISBOBSK, (HcôopcKb.) Uneiei 
des bnrds de cette riv. font un pins anciennes ville delaUusiic, 
grand usage dans leur cuisine. £Uc c'étoit pendant très-long- temps li 
reyoit par ses deux rives un^très» cap, d une principauté parucu<* 
grande quantité d'autres rivières , litre, assignée aux princes ap- 
dont les principales sont les sui- panagés de Novgorod , ensuite de 
vantes: rOulba, bi Choulba^ l'Ou- Fs<ior* Elle est située à 36w.d6 
ba à droite , Zagourban à gauche , cette dernière ville, sur des soorcrs 
la Tcheruaïa , l'Om à droite , la qui se nommoient auciennemeiit 
Camychlovka à gauche , la Tara , les sources Slavonnes ^ et qui for- 
la Chiche à <iroite, l'Ichime , le ment actuellement la petite rly, 
Tobol et la Conda à gauche ; les Orlovka. Cette ville existoit déjà 

{>lus grandes de toutes ces riv« sont dès les oommenoemens de lamo- 

es trois dernières. On a établi une narchie Kusse; car lorsque Rarik 

ligne do défense le long de la rive fut appelé pour régner k Notgo- 

droite de Tlrtjche , pour proléger rod, en 863 , cette ville fut doDoèe 

I s frontières de rÈuipire de ce en appanagc à son frère cadet 
côté'là contre les Kirguiss ; cette Trouvor. Elle a été bâtie bien an- 
li^ie , qui porte Icjiom de ligne • té rieu rement à cette époque par les 
d'^t^'iychc , commence au Ibrt Slavrs et nommée Isborsk, du nom 
d*Ousl-liauiénojar>k , et continue d'Isbor (ils de Vladimir, prince de 
sur un espace de 878I tv. , jusqu'au ^ioTgorod, comme la chronique de 
tort d'Omsk ou l'emljouclinre de Joachim le prouve bien avant Ru 
l'Om. Elle est ibrmée de forts et rik. Parmi ses princes on compt 
de postes fortifiés qui se suivent de aussi le père d'Olga. liOrsque cetl 
l5, 20, et 2 5 w. de distance les uns princesse bâtit ensuite Pskow )» 1^ 
des autres , et qui sout tous en- borsk lut suborclonné à cette ville; 
tourés de iortidcalious de terre et ci-pendaut elle redevint plusieur^ 
munis d'artillerie, ils ont pour fois la capit. d'une principauté se- 
garnison des Cosaques qui y sont parée. En ri58 , le prince borit 
établis avec leur famille y^ et- qui Egorovitch , chassé de Fleskov >' s^ 
sont obligés de veiller à la sûreté retira chcx les Allemande » et les 
de Cfs frontières. avant engagé à le suivre, il tomba à 

ISANOR, (|fcaKO?c5.)(nélroltd') 1 improviste .sur Ishorsk doni il 

II se trouve dans l'Océan oriental , s'erapara^niais les habitans de Pk^' 
•ntre la pointe du continent de kovr en expulsèrent les Allemaocis 
l'Amérique septentrionale qu'on et reprirent la ville. Cette viilectoil 

V 



f 



ISM IVA aa5 

aficiranfmmt très - renotfini<<é t coafi^rence. On iroure clans ce 

quelques c*crivams Tont nommée Tillage 3 églises et près de 4oo Ija-. 

Oiû^iaboarg , ce qui paroit pro- bttans maies. 
?enira'Olf»a qui y est née ; d au- Ispow , {McnoôZ.) nV. de U 

tre» £L)lbDni|;ard , Cbouïa , Stari- Russie mineure, qui se jette dana 

|nd (ancienne Tille) , et Oldeu- la Desna. 

Wj;, au lieu d'Olgnin-grad (ville Isumb, {lïaiojfih.) ville do gonv. 
d'Ok,^) ; mais en ^«^nér^l , les an- de Klt:irkoi' et cbef-lieu d'un dis- 
cifQnes chroniques^ assignent à tricl , bâtie sur les deux rives du 
iwini|îrad cet emplacement près Sévernoï-!)onrtz ,• sous le 5f>o 48' 
d'' PeipoDSs, et en t'oiU la résidence de lat, sept, et le 52° i' de Ion'». 
«UroDTor. Actuellement ce n esi orient. , à j34 w. de tiborkoP. Llîe 
plai qu'un bouri; dépendant de la a été fondée sous le règne du tzar 
TiltedePskow j on mit encore les Ffeodor Aleiievitcb en ï68i , et 
niioes de son château et de quel- fortiHée convenablement pour dé- 
çues tours. On y trouve 3 églises fendre la ligne d'Ukraine then in« 
« qoHques cenu babltans qui cursions des Taures de Crimée; elle 
loot tous cultivateurs. a en outre une ci Udelle située sur 

IsET, [lîcemî).) C'est une riv. une montagne dont les ouvrages 

bVH^Qsidérable qnl sort d'un lac sont en terre et entourés d'un 

bm le gouv. de Pérm , à 2 w. fossé sec. On trouve dans la ville 

rtcaiberinbourg , et qui après 4 «églises , 24 boutiques et 45oo 

iToir parconru une distance de babit^ins des deux S9xe9^ ; elle est 

ioo ir., et réuni à elles les eaux du assez bien bitie ; son principal 

^«>rte, de la Snîara Çde la Tétcba commerce consiste en blé et sur* 

nduMtass, entre dans le gouv. tout en bc*stiaux , que les habilans 
1^ Tobolsk , et Ta se jeter sous le de la ville et des villages voisina 

i;'^ de lat. sept, dans le 'i obol. élèvpni en grande quantité , par- 

ISETSKoi-OSTRoo , {i4ceu,^oû^ ticulieremeut des cbevanx et des 

'i^ïïipoMb.)Ce petit endroit palis* moutons, dont l'espècf! produit 

^ <>loit ci-devant le chef- lieu une laine très-bonne pour les ma» 

laaeproTÎnce considérable, et qui nufactures. 

^rtoitle nom de province d'Iset^ Isveria, (lfctf#pyï.) pet. rir. 

"i» qai sous le règne de l'impé- du gouv. de Calouga , district de 

«rice Catherine y a été divisé" Medyn; elle se jette dans l'Ongrv 
^« les gouv. dePerm, Oren- IsVeskovoï-Redoute, (^j*^* 

"«fgetXobolsk. Il est situé sur ckoooù Pe/^i^fnb) Ccst un fortin 

't^'ldans le gouv, de Tobolsk , et qui se trouve dans le gouv. ^e To- 

^'tê hàti en i65o. H est sous le bolsk , district de Semipalatinsk. 

6* 19' de lat. sept., à 412 w. de llestbàli sur le bord deTlrtvche; 

olM>lsk. Ses fortilicatious sont eu et lait partie de la ligne de défense 

^'S et il renterme peu d'babi- construite sur ce Heiive. 
**• IVA, (ll;a.) pet. riv. du gouT. 

UmaïloVO y {HjJfiaûJioôo. ) de Penza, district de Narovtchat , 

'ni un villagf^ à 7 w. de Moscou , elle se jetti^ déins la Mokcha ^ aprèa 

ti est remarquable par un an- ^un cours de i5 w, 
ra palais du tzar Alexis - Mi- Ivingorod , [U6aHtopo/(b!) 

^ailovitch , qui y taisoit un se- château- i'ort du gouv. de Péters* 

'ttr habituel pendant Tété \ par buurg ^ sur la Narova, vis-à-vis de 

s jardins fruitiers qui dépendent Narva et de son château. Il a éttf 

'Oc palais, et par un parc magni- construit en i4[)';t, sur un rocher 

{Uc qui a près àià 23 w» de cir- élevé par le grand-duc Iviin Ya^ 



aa4 IVA m 

8tlî^vitc)i , qui le fit entourer d'un dans le gouv. de Toula, district i 
triple mur et de plusieurs tourel- VenioT. Ce lac donne naissance a 
les , et qui lui donna son nom. Il Don qui v a sa source , et à 1 
a été cédé à la Suède par la paix rîyière Cibatc qui coule d'an aair 
de Stolbow , en 1612 ; mais de e^tè pour se jeter dans l'Onpa, < 
nouveau rëoni à Tempire par celle celle-ci dans le Yolga. Pierre-lf 
de 1721 y il n'a cesse 4'appartentr Grand ayant obserré la possibilit 
h la Russie. On v trouve une église de r<^nnir le Vàn et le \'ol^ pa 
et quelques casernes; au. reste il ce moyen, et par consëqaralle 
est dans un état d^abandon , et trois merM., la Caspienne, la me 
paroit faire partie de la ville de Noire et la Baltique , T fit faire Jei 
tfarva^i laquelle il est jc^nt par travaux. On avoit déjàcreoséno 
un pont. canal et construit a4 écluses , brs- 

ItaniÉ, (lîaaHhe) pet. rîv. du qu'on les fit interrompre. iHwt 
gouv. de Kharkof^ district de Bo- espérer qu^on les reprendra, ^ 
bodoukhof j elle se jette dans la qu'on verra achever un proje 
Yorskia. aussi grand qu^il pourra derenii 

ÏVANovo, .(iftfaKOtfo.) Gros- utile. 
lx)urg du gouv. de \ladimir dis-^ , . . 

trictdeChonïa; U appartient au ^ ^'^^^^^"^rl^V'T^f^.'MX 
Comte Cberemetief. On y trouve iVfiT\f ^*^1''^''^ ^ i*'!;^^^^^^ 
4 églises et plus de mille maisons, Jobodoukhof } elle se jette danil 

ses rues sont bien alignées , les fa- Soura. 

briques de toiles fines et de toiles IziAStAVL, (MMACAaâM.) ^ 

Ïeintes sont très-comsidérables. cienne ville appartenante à I 

iCS babîtans en sont presque tous principauté de Polotsk. Elle a el 

fabricans ; quoique appartenans bâtie par Vladimir-le-Grand , <Pf 

h un Seigneur , ils s'occupent peu lui a donné le nom de son 0) 

d'agriculture. Isiaslav , né de Rognéda princeij 

lyAVOVSM.A\A y (Maano 6 CKOA.) dePolouk. Ce prince, après I 

Crépost. C'est un fort qui se mort de son père eut celte pns 

trouve dans le gouv. d'EMtherino- cipauté en partage, et l'on vitIo«! 

slav, sur rOrli, entre les forts Bé- temps des guerres cruelles este 

levskoï Orlovskoï, à la^ w. du pre- les desccndans de Rogneda Jj 

mîer et à la même distance du ceux des autres femmes de Via* 

second. mîr. Cette ville se nomme tcMé 

IVAN-OzEBO , r Hâonh^Osep:) Icment Zaslav. {yojrez cet article 
QU lac de St. Jean} il se trouve 



J. 



JaT5a , (SKaeHo.) pet. rW. qui dTalionUk y et à 33o2 werst, d'Ir- 

coule auprès de la ville de Colia* kouuk, 

line, dans le goar. de Tver , et Jjloi-ostrov > (IKiuioû''Oc» 

jtti se jette dans le Velga. mpooh.) ou Isie habitée. Celte pe- 

JÉLÉZEifKA, r/Ktf^ijtfM/caO P^^ ^^^' ^^^ ^^ ^ ™^r Caspienne sa 

rlr. du gouY* d'irkoatsk , qui se trouve tout près d'Astrakhan , et 

icuedansrirtjche sur sa gauche, appartient à ce gouv. Elle a été 

JÉzÉsfiNSKAIA-caEPosT, iHie» nommée ainsi, parce que le fa- 
J^UtHCKtiK Kptnocmh,) Ce pet. meux brigand nommé St«nka-Ra- 
/on est dans legouv.'deTobolsk^ sine y a demeuré quelque temps 
district de Sémipalateosk. Il fait avec sa troupe, 
prtiedela ligne d'frtyche y et se Jitnoi-ostrov, ( Hiumnnû • 
trouve sous le53^5i' 5a'' delat. ocmpoûh,) pet» lie de la mer Cas- 
tept. ,8ttr la rive droite et très^ pienne , dépendante du gouv. 
êlerée de Tlrtyche. Il a été bâti d'Astrakhan, elle a 600 toises de 
en 171 y çn bois , ensuite en 1766 long sur i5o de large. On j tron- 
on 1 4 reconstruit plus régulière* ve un petit village composé de fyï 
wniy et les fortifications ont été maisons et une église ; elle appar» 
fiites en terre. Elles consistent tient à un particulier. Cette ilea 
<n quelques bastions et un clie- on petit port, 
miocouvert bien palissade. Ce Jitoaiir , OHumoAiuph.) ville 
iort se trouve entre celui d*Omsk capitale du gouv. de Volhiuie , et 
elcelui de Yamjchefsk ^ àaSow. chel-lieu d'un district; elle esta 
<}« chacun. On y trouve une église 14^3 w. de Pétersbourg , et & to7.8 
eti3o maisons ; les casernes , la de Moscou, sur la Tétéref. Pendant 
cuison du commandant et les ma- le gouvernement polonais ,^ elle 
^ifios sont en briques. Le terroir étoit capitale du district , siège du 
<K environs est très - fertile ; on grod et de la starostie , de même 
commence à y cultiver la terre que des diétines. Le palatinat de 
>Tec beaucoup de succès. La plat*. Kiow , dentelle fàisott alors par- 
ne da côté des Kirguiss abonde en tie étoit composé de deux districts, 
pâturages. celui de Jitomir et Celui d'Ovroul- 

Jernovca^ QKepnoôKa^) pet. cbe. Ce palatinat a été réuni à la^ 

riv. du gouv. de Moscou , district couronnç -de Pdleg^ne en 1669, par 

de Zvenigorod ; elle se jette non lé trai>é^d*Andrott$sovo. En 1667, 

loin de cette ville dans la Moskva, la partie de ce palatinat située sur 

^ JiOANSt , (^utancnh^) P- *ille la rive gatidbè du Dnepr , fut ren- 

iQsigBiâante et qui compte à peine due à la Russie avec les Cosaques 

VBc centaine dnabiuns, dans le' qui y babitoicnt , et eet te cession 

gooT, d^lrkontsk, sons le 66^4^' ^^^ confirmée eu i6g3; alors la 

^e bt sept, et 140^ 3' de long, or., ville de Kiow fut également ren- 

>urles bords de la Lena ^ à 819 w. due aux Russes. Le siège du gour 



2a8 KEM \ KER 

fttt'^rig^ en Tille et annei^Aii KiMJA, {Kejuma,) m. 'asseï 

Sottf. de Vologda } enfin en 1785^ cdbsîdërable dugouv. d'IrLontsk, 

'après la nouvelle organtsalion dans le district deKirënsk; elle 

de toaa les gouv. de l'empire ^ cxiule du nord-est et se jette dani 

elle lit partie de celui d'Olonetz* la Toungonska. 
On y trouve 3 églises, 2 maga- Kéucka rir BiaizAïKA , (jrejuxa 

sins , Vun pour le sel et l'autre h Bepe sauna.) deux pet. liv. du 

Iiour la farine , une école et 1400 gouy. de Tver^ qui se jettent dans 

labîtans des deux sexes ; la pèche la Msta. Elles, sont remarquables 

dans la mer Blanche et rOcéan parce qu'on a construit par leur 

glacial , le long des c6tes de la uioven des réservoirs d'eau pour 

Laponie 9 et la chasse j sont les fournir aux écluses du grand ca- 

Îrincipalcs occupations de ses ha- nal de communication qai te 
itans. Ils s'embarquent au com« trouve près de là. 
mehcement du printemps , et KÉMTENDoi' ou K^ptendoî < 
quand leur chasse et leur pèche (Ke,XAnieH^où hah KenmeHfioù») 
sont finies ^ ils en portent les pro- pet. riv. du gouv. d*Irkouuk , dis- 
duits À Arkhangel où ils les yen- trlct d'Olekminsk ; elle se jette 
dent et s'y fournissent de toutes dans le Yiioui } elle est remar- 
ies choses nécessaires k 1* y ie, ayec qnable par les sources salées qui m 
lesquelles ils reviennent chex eux trouvent sur ses bords ^ et par une 
▼ers la fin de septeÉnbre On en 00- montagne de séléuite et desd 
tobre. D^antres s'occupent chez gemme qui l'ayoiainent. 
eux de la pèche du hareng , et Kencha y (Kenuia*) pet. rtv. du 
d'une espèce de saumon nommé gouv. de Penza } elle se jette dam 
en russe Semga , qu'ils portent en Huza. 

biycrà Pélersbourg. Les fruits et Ken je , {Kenh*) rir. du gonr. 

les légumes ne réussissent pas ici d'Olonet* , qui , après avoir réuai 

à cause de lapretè du climat. plusieurs grands lacs entr'euX; va 

KÉMA, iKcjua) gros, bourg »« F«; d»-" l'<>««'8»- ,, 



qai tormoit un apiinage particu- „„_ ^ • . ' • i.»-. u. 

^ de la priDcipawé de B«llowrsk, Hif f"P' 'f '*'" "'î'^. « 
.^; \^ „^^ i^^ ._' naoïtans i se réfugier pendant ce 



et qui avoit ses prppres souverams *^_ 1 1 1. ° ^- • ^ «„: 

quf «e qualifioient de prince» de î*™?' ''"•*>» *=•""» ^'"*"*'* '" 

Kém , 5on dernier prince se leu' apP«'-t'ennent. 

nommôit André , et fut »n des ^^Y V^**''"). ^\, T .t 

douze princes russes tués à la ba- f?""',*** ^^'^ l"' « )«"* '*'"" "• 

« 'Il «Tfc^'.-- ' i> Mokcha. 

taille que Dmitn surnomme Don- ^ •• r» . ,«. 

ako. , ou du Don , l.yra au Khan K-BaDEtiNSKOH-ZAllV, (Km'- 

taure Marnai ; en lui Gnit la tige *»>*c'cou~3a^utb) on golfe de 

j • • j ir • * ^ ^ Rerdeline. 11 se trouve dans la mer 

des princes de Kern , et après sa ^. . 1 1 • ' u\» 

\ ,, . . l' c ^^ ' Ca8pieniio. 11 u est remarquable 

mort cette principauté fut reunie '^ l . . . A »•.:,- 

à celle de Mojaîsk, et ensuite à q«e por l^suppos.l.on qu ont «a.« 

i celle de Mosc!>u. quelquesanc.ens que le fleme A- 

mou avoit sa naissance dans ce 

XÉ.ifA, (Kejua.) Tir. assez golfe, et qu'il coulott sous terre 

considérable du gouv. de ISov- pour le réunir à la mer d*Aral. 

goroci; elle se jette dans le grand Kerensk, (ATcpciicKÔ.) ville da 

lac de Lélo-Ozéro. gouv.de Penza et chei-lieu d*un di»- 



KER KER 329 

trict; elle est titane far les tleax arant J. C. ; elle fut libre d abord , 
rites (1q Vade et à son confluent mais l'an 4S0 av. J. C, elle tomba 
avecla Kerenda 9 sous le 53^ 5 1' sous la domination dosArchxa» 
d«lat. lept et le 60^ 4^' ^^ ^ov'S' Niktidcs. Du temps de l3éraos-i 
or. ài35 werstes de Pensa. On y thènes, elle 9' appeWil Bosporus ^ 
compte 33oo habîtans. Cette ville . ëtoit grande et opulente , et faisoit 
tttdaos une contrée très-^fcrtile et un vaste commerce. Jusqu'à la iin 
sboodanteenbois. Il B*j tient deux du IV • siècle , elle fût la réHidence 
{rsods marcbés par an* dos rois du pays ; ci^peudant elle 
iiiJE5£Tz , ( KepJîieHCUfi ) rîv. fui prise en 276 par les Kliersooi- 
f^'2 considérable du gbuv. de Ni-' tes , ensuite elle le fut par les Oi.«- 
l^'ofod , qui après avoir traversé grès vj^-rs Tan 465 , et de nouveau 
les districts de SemenofNk et de en 5-28 ; mais les empereurs de 
Makariei'y se jette dansleTolga, Conslantinople ne la leur laisse-- 
an-dfssus de cette dernière ville, rent pas long-temps. Depuis Tan 
^mAZ}iTCmKf{K€ pjtieHCUKO,) 679 elle fut sous la suprématie des 
colonie grecque composée de 200 Kliozarcs, qui v avoicnt nn licni* 
i^niilipSy dans le gouv. d'Ecatheri- tenant , quoiqu*elle demeurât liée 
l'Hlav^sar les bords de la \ol- à Tempire d'Orient. Au temps da 
^^^)'* concile deKicée, elle avoit aocr* 
kERPELi^jTepn^jtu*) pet. fleuve seulement un évéoue , mais elle 
auijoa?. du Caucase , çui sort du éloit encore la résidence de l'éve- 
tUp , non loin de la redoute nom- que des Gotbs de Crimée. £n 84o 
niée Ladogsioï , et qui après avoir' elle fut érigée en arcbevéclié ^ et 
parcouru un espace peu consid^ au XI1£« siècle en métropolitaine. 
i^ljle de terrain appartenant aux En i333 y elle reçut un arcbevéqne 
Çoxaqaes de la mer Noire , va se latin, dont le diocèse s'étcndo.t 
rler dans un petit golfe de la mer aussi sur la Géorgie. Elle élr it 
^^^'of. alors sons la domination dn prinre 
Kehtchs, (Jfepc*.) ville et Milien , Alane ou Tcberkassr; 
^terpsse de la Crimée , sur la mais déjà beaucoup déchue, et eue 
presqnlle de Kertche ^ elle est si- n 41 fait que tomber de plus en plus 
^^^t dans la partie élargie du Bos7> en décadence. Vincent de Beauvais 
^'nre Cimmërîen , verb la mer n*en fait pas mention avant 1237 ^ 
^<)ire , dans une baie sûre , de la et Aboul-Féda , en 1344) l<^t donne 
profondeur de 1 1 jusqu'à 1 5 toises, le nom qu'elle porte aujourd'hui ; 
'<•'! ancre trouve nn bon fonds , mais les Génois , qui y tenolent un 
'^'' une langue de terre un peu consul ; la nora\uoieut toujours 
^'^iiicëe, à bords vaseux et fétides ; Vospro , et même Aspromonten 
^^\f^\ k 102 w. de Théodosie. I^a Lorsque la Crimée fut sous la puis* 
"i^di'lle , d*une vieille conslruc- sance des Turcs, ils y entrete- 
'">n , et bâtie en moellons de pier* noient une forte garnison , et le 
''''^) dans une lorme ronde et assez pacha y avoit sa résidence. En 
élevée, avec des angles, et les Rus- X774 9 lors de la paix cn're la Rus- 
^^ y ont joint un ouvrage de dé- sic et 1 1 Porte Ouomane , Kertche 
[^t^^e en forme dVtoile ; revélu et Janikoul , restèrent seuls \\ la 
vilement en pierres par devant, Russie de toute la prî^squ'île de 
pf>ur pourvoir à la sûreté du port. Crimée. C'est a'ori que tous les 
^ancien nom de cette ville étoit Ta tares en sortir^^'nt , et celte ville 
^'^nticapŒum , Bospor , Vospro , presque déserle,ne vil plus que quel- 
^^fpromonir. Les Mi lésions la bà-^ques Grecs qui voulurent s'y é Li- 
vrent vers le milieu du Vl« siècle blir pour remplacer la presque to- 



aSo KET KËX 

talîtë de set anciens babitanaqol . Ketoïk 9 (Kemoû.) c'est la i5* 

avoient ëmîgrc. ÂctneUemcnt les lie de larchipel des Coarilli \ on 

babîtaiia sont en sî petit nombre, compte 36 w. de la i4* ^ oelle-ei; 

qu'on ne compte qnc quelqaes elle a 3o w. de long sur 10 de 

centaines de mâles dont Li majeure large. Cette ile est couterte de 

Crtie sont ides Grecs qui n*ontque montagnes. On .y th>aTeda bois 

pécbe pour moyen d'eiListence. en abondance , le renard blanc et 

OnToit dans la ville une église i cou cendre y est très-eommu; 

grecque de la plus haute antiquité: le rouge l'est moins ; on cbasiekf 

c*est une Toute croisée qui repose loutres de mer et les veaux mariât 

avec sa coupole sur quatre colonnes sur ses côtes, 
de marbre gris ; et qui paroi t avoir Kevda , (Kes^a.) f^i* rir.da 

dans sa voûte une élévation de cinq gouvernement de Pensa; elleptend 

toises. La batterie de Pavlovskoï ^ sa source dans le districtdeTcka* 

placée sur le bord de la mer , à bar , d*oii elle entre dans celui de 

quelques w. de la forteresse an Nijne - Lomovsk , où. elle se jette 

aud, est avec celle d'Alexandrof- dans FAtmis , après un cours de 
akoï , dans sa proximité , la clef 49 ^" ^ 

proprement dite du Bospore et de KivtiOVE ,y(Ke^poJU.) bourg 

la mer d' Azovr , parce que le ca- considérable dans le gouv. d*Ar- 

nal de la mer , resserré déjà en ce khangel. Il a été pendant quelqul { 

lieu dans une longueur de moins temps ville et cbef-lîeu d'un dis-, 

de 4 V* P^i* 1a Youjnaïa Kossa trict , mais actuellemetit il dcpeoA 

(pointe de terre méridionalc),avan-< de celui d'Àrkhaagel ; il est sitoi 

Îiant de la terre opposée , et par les sur la Kévrole qui ae jette dans It 

les et bancs étroits qui en parlant Pin^a. Son principal oommeros 

de cette pointe se prolongent au consiste en bestiaux dont ouélère 

nord-ouest, Test encore davantage ici une qaantlté et qui a la répu^l 

par les bancs de sable, tcUcm^ent tation d être le plus beau de U 

que le chenal d'une largeur de la province; ils en transportent beaiH 

à 96 pieds passe sons lé canon coup cbaque été sur des radeaux 

même de ces batteries. Une frégate è Arkbangel , oii ils le vendent, 
de garde stationne tout Tété ici Kexholsi, {ieKc%oAhjuh\ ou 

dans le Dospore , et ne fait voile Corcl-Gorod > comme les Rnss«^ 

communément pour Akhtiar qu'au la nommoient anciennement, e4 

commencement de Thiver, lorsque une ville du gouv. de Vibourg^fli 

la mer commence à se couvrir de le chef-lien d'un district ; elle est 

glaces. On voit non loin de là, avec sous le 61^ i' de lat. sc^t. et le l^ 

quelques maisons et un vignoble 4' de long. or. , bâtie sar <lea£ 

51a n té ci- devant par des esclaves petites îles àTeudroit oùlaVou 

e Géorgie, la quarantaine de Ker- se jette dans le lac de Ladoga , ài 

tche qui n'a point offert beaucoup i3o w. de Yibourg vers TorlenU 

d'avantages aux navigateurs. C'est une place forte, la ville est 

£j:t , {Ktmb,) riv, considéra- dans une de ces deux Iles, et Ivi 

ble de la Sibérie i, elle a sa source château dans l'antre. Celte ilesap*' 

dans les montagnes du gouv. de peloit jadis Kekisari, c.-à-d. Hmi 

Tomsk^ traverse les districts d' A- du coucou. lia ville a été bitie es 

tchinsk , de lénisséisk , el tombe 1295 par le Suédois Torqqel-Km(- 

dans rOb dans celui de Naryrask , sou , mais à la paix oonclne en 

non loin de Narjm. iSes bords sont 1 695, près defïarwa dans le village* 

couverts de forêts dans lesquelles de Téouxia ^. entre ces derniers et 

la chasse est très-productive. la Russie , et la démarcation des 



KHA 

froatierei faîies en 1 698 ^ aotis le 
ftnr Boris - Godoanow , elle fat 
rendoe à cette ck^mière puissance.' 
En 16 II elle fut de nouveau prise 
pr les Suédois , enfin en 1 7 1 o, re- 
«QUjaise par Pierre-le-Grand, elle 
te&b definitlyement à la Hussie 
fariapaixdeNjstad. 

Kmow, fJTejjiodô.) on Koz- 
l»f , Voyez EUPATOHIK. 

ipooBA , (Kesoflpa) ^^^ «ssez 
coBsldërable du gouy. de Tver , 
(iislrict de V jchnivolotbliok ; il 
«bmienaissaBce à la Vorojba, rir. 
^Di se jeue dans la Tiklivina. 

Khalciwitza, ( XoJiuHUJja. ) 
Ht. da goQT. de Viatka , elle côulc 
hsord pour se jeter dans la Yiat« 
^ Ses bords sont si élevés des 
kn c6tés qu'il est impossible 
bperceTohr ses eaux , à Inoins 
fc len approcher de très-près ; 
le est comme encaissée et mal- 
in f> profondeur et la crue con-> 
ji^nbie de ses eaux an printemps, 
Vue se déborde jamais* 

tir. du gouv. ' de Trer , qui se 

Fie dans le Yolça , et sur laqtiel- 
^ TÎlle de B jeY-Vladimirow est 

Éîe. 

iiTAiorA, fXojiOtfa) jpet. r'nr. 
•gouT, de NoTgorod , qui se iette 
^ la Msta y et sur laquelle la 
itkdeCresUy est située. . Cette 
^•m navigable pendant Les hau- 
^ eiQx du printemps. 

*HANGOUT, (Xane^mh.) Cest 
i cap de Ja Finlande , qui s'avau- 
'ksaucoup dans le golfe, et qui 

tonjoors été considéré comme 
^ point de défense très^impor^ 
P^ par les Suédois , qui avoient 
bmencë à le fortifier avant la 
**ière guerre. Ce sontpropre- 
'ni deux rochers de granit en- 
e lesquels est une baie formant 
\ port très-9ùr , et dont Ten- 
^nteouverte et défendue par 

petites Iles. Cest ici que Pierre- 
■^rand a remporté une victoire 

personne , et qu'il s'empara 



KHA 



s3i 



des galères suédoises en 1^14 le 
^7 juillet. 

Éhâratzaïa cnéposT , (Xapa* 
Uaji topénocmh,) C'est un petit 
fort qui se trouve dans le gouv. 
d^rkoutsk , k 488 w. de cette ville» 

KhariuÀkotane ou ârahia* 
SOUTANE , (XapuJuaKomanb njiH 
ÀpcutiaKi^maHb,) C'est le nom 
d une des fies Courills ; elle a 20 
iv. de long, sur dix de large, et se 
trouve k six werstt^s de distance de 
bi 5* qui est Anakoutane. On j 
trouve deux petites rivières , quel- 
ques volcans éteints , suf l'un des« 
quels est un lac dont les eaux amè- 
res ne permettent point qu aucun 

Soisson puissey vivre. Leshabitans 
es autres iles viennent ici pour la 
chasse des renards et des castors. 
KhaakoF , (XaphKoed.) (çouv. 
de) oe gouv. se nomme au)onr« 
d'hui Slobodskaia - Oncrainskai^ 
^^f^oyez cei article.) 

Kharxof, (XaphKoâh.) Capî«* 
taie du gouv. des Slobodes-Ukraî- 
niennes et chef-lieu du distrit de. 
son nom , c'est une grande ville 
située sur deux petites rivières , le 
Kharkdw et la Lopan, sous le 5o^ 
17' de lat. sept, et e 53^ 53' de 
long, orient. , à 1460 vr. de Péter« 
sbourg et 732 y de Moscou ; elle 
renferme 10 églises etscouvens^ 
dont un dé moines dans lequel il j 
a un Collège où Ton enseigne la 
théologie , la philosophie et Télo- 
quence , les langues latine et alle* 
mande. Le recteur de ce Collège 
est en même temps Archimandri- 
te du couvent. L Université fon- 
dée en f 8o3 , un gjmnase , deux 
imprimeries * une maison de Cha- 
rité et un hôpital. Kharkow a 
été bâtie par les ordres du Tzar 
Alexis Mikhailovitch en i65o pour 
servir de rempart a TEmpire de ce 
côté, contre les incursions desTa- 
taresi de Crimée^ elle a été peuplée 
par les Cosaques émigrés de la 
rive droite du Dncpr j 00 jcompte 
acluelleiueut plus de lo^ooo habi- 



33a KHE KHB 

■ t 

Uns des deax jiexe«. Cette ville . d'EcatérmosUw^prodalt du Uffv 
jouit d'un climat tempëré et abondance ; maïs rers les EmboU' 
d* une situation agréable ; le mû- cbures du Boug je l'in^oul^da 
rîer dont la culture vient d'y Dnepr et surtout sur les bords <U 
être introduite y réussit parfaite* la mer Noire , il est aride , saUon* 
menC bien ; les habitans de Khar- neux et peu propre k la coltare: 
kow font nn commerce assez con- ou ne trouve nul part de bois; la 
àldérabie en savon ^ cliandelles , district d'ilisabetgrad excepté o> 
et cuirs , ayant^our ces trois ob- il y eu a quelaue peu ; on cnanBe 
jets des fabriques dans leur ville, partout avec les joncs et la paille; 

KhaRkow , {XaphKOôh. ) p. celui qui est indispensable pour 
rivière sur laquelle est située la la construction est amené de très- 
Tiiic de ce nom ; elle coule dans loin sur les rivières ; les inunVn 
> son district Tespace de 55 w. , et et la vignt rëossitfsent bien ici. On 
va se jeter dai» l'Onda sur sa rive fait des eauxp>de-vîe de cette dfN 
gauche. nière qui le cèdent très-peu à ceW 

ILhatanoa, (XamaHsa.) flen- les de France; mais la principie et 
Te considérable de la Sibérie ; il pour ainssî dire la seule bnn- 
prend sa source dans un lac. du che économique des babitaas de 
gouT. de Tomsk , district de Tou- oe gouv, consiste dans le nombrt 
roukhansL, et coule plus de jeo w« de Teura troupeaux , #n compie 
du sud au nord, avant de se je« loo^ooo habitans dana le goorer. de 
ter dans l'Océan Glacial, dans Kberson , cesoat des &asses,da 
tin golfe qui porte son nom ce Armënieiu , des Juifs et beaocoop 
fleuve parcourt une contrée bas» d'Allenouiada et de Bu^arei. CÂ 
se^ et marécageuse; il reçoit dans deux derniers penplea forment dei 
son sein plusieurs rivières consi- Colonies qui augmentent etproi- 
dérables. ' pèrent tous les joora davantage par 

Khava , (Xa<9a) riv. du gonv. les soins du gouvernement et la 
de Tambow , distrit d'Ousmane ,' sage administration du duc dft 
elle entre danslegouv. et le dis- Richelieu, gouverneur-général d^ 
trlt de Voronej où elle se jette cette province. Ce gouv. est partigj 
dans rOusmane sur sa rive gauche, eu quatre districts ; dont les cb 
ikhava veut dire vierge en Tatare, lieux sont i^ Kherson^ capitaledl 
et on^ prétend que ce noto est venu tout le gonv.; iP Elisabétgrad ; % 
Il la rivière d'une Princesse Ta* Olriopol ,e\fy* TyraspoL J-ese»» 
tare (ille d*un Khan Nogais , qui y droits les plus remarquables quoi 
a long- temps campé avec la horde y trouve encore sont fiikolaéff^ 
qu'elle comniandoit, et avec la- Otchakof^ Bérislav , Notodi^* 
quelle ellesVsl distinguée dans gorod, Odessa, Ovidiopol , Gri^ 
plusieurs combats. goriopol , Doubossary , e' Alexaai 

Khebson , {XepcoH^.) (gouv. dric. Le clergé y est soumis à l'^H 
de)Cegouv est borné par ceux de cbevéque, d'Ecatherinoslav qui 
Tauride d*h'calérinoslav, de Kiow prend aussi le titre d'arcbevè- 
et de Podolie , ainsi que par la que de Kberson et de Ta aride. 
Moldavie, la Bessarabie et la mer Kherson y[XepcoH^) VilleO 
Noire. Ses principaux fleuves sont pitale du gouv. de son nom , forlH 




tile. La partie uui% avoisine la Li ma n ou embouchure du Doepr|| 
PodoUcp le gouv. oe Kiew et celui qui a dans cet endroit i5 n* ^\ 



ar^pufjmais quî cependant est Juifs i Klerson, maïs II y vivent 
rempli (Hleé très-basses que les misérablcment.Le commerce lîe 
raax contrent quelquefois , de bols ilc construction v est un objnt 
manière que le rérilable cours du împorlant \ on voit âe grands dé- 
lime qui est dégagé de tous ces pot de ce l:l^!S sur un quai qui a 
çmbarrasjnapas plusd'«newerste une lieue de longueur. Depuis 
dfUrgeur. Celle ville est à 1800 w. la fondalioa d'Odessa , Khcriou 
dediitancede Pétersbourg, à iSji ' tombe en drcidonre , clb ne peut 
<le31oscou et à 70 w.dc la mer, sur soutenir la concurrence a^ec ceUe 
)â rive droile et assez élevée du nouvelle vrllc, beaucoup plus aran- 
iWe. 8a "fondation date de 1778, tageusemenl iliuce pour le corn- 
niaisen 1780 elle aéléconsidérablc- merce; malgré cola ou j comple 
ment agrandie et fortifiée. En peu encore près de dix mille babilans 
de temps on vit s'élever la villo flo- des deux sexes.* 
rissaale et considéra'^ le à Tendroît Rhersox , (x<rpco«k.) il v avoit 
où Mguère on napercevoit qu'un anciennement ei ïauUde une viiio 
«icp et an désert aride. Les vaisse- grecque de ce nom , on en voit en- 
ini marchands 7 arrivoient de tous core les ruines en Crimée entre Ba- 
ies pays de l'Europe, le commerce laclava et Sévaslopol , à deux tt . 
commençoit à y fleurir, et on seulement de cette dernière. Cette 
approut avec élonnementet pour la ville, que les cbroniques Russes 
première fois le pavillon Russe nomment Kboritoune , est célèbre 
îioiter jusque daûs le port de Mar- dans riiistoire de ce pajs par le 
Jeille. Cette ville est asse2 grande baptêuie de Vladimir !«', qui de là 
ftrôoalièrement bâtie; elle est par- introduisit la religion cbrétienne 
'^;;ée en quatre quartiers, entière^ dans tout son Empire. Celle Kber- 
:iJpMt séparés cntreeuxjqui sont: 10 son fondée parles Ilcrcicléoles , 
b forteresse 5 ô.o ramirattlé, 5<^ le a été long-temps flo^l8^anle * et 
fiaboorg grec, et 4" le fauboufg Aqs très-puissante , comme j'en ai déjà 
i^ilitaires. On trouve dans la prc- parlé sous le mot Crimée. (Voyee 
nière tous les bâtimens du gonv., cet ar/lc/e.) 

' rnme larsenal, les tribunaux, Khersoîiese Taurtqtte, (Xepm 
\ti maisons des Gouverneurs mili- conech TaaputecKiù-) Cet le noiu 
Jjîrc et civil, la Cathédrale, les <mi- que porle acttdlcment la presq'u*îlc 
»'rnes , etc.; dans le second quar- de Crimée, c'éloil aussi son ancien 
licrijai sert de citadelle. à la forte- nom* dès le temps des Argonautes. 
^•^se, se trouvent les chantiers sur (Voyez Crimke). 
^qoels se- construisent les vais- K^HitONE , (x^ciJiOH».) riv. con- 
•^'îîx de guerre, et en général sidérable de la Sibérie, dans le 
'>us ceux qui sont employés dans gouy. d'frkoulsk ; après s'être ré- 
•3 mer Noire, les mac^asins de vivre, uni au Coungo elle se jette dans la 
te. Le faubourg Grec est habité Sélenga. 

>ir la bonrgeoisie,onj trouve trois Khltnoy , (X;iwm(J#3.) C'est le 
slises dont une Grecque, aneCa- nom qu'avoit la ville de Yiatka ; ^ 
l>oliqae romaine et une Russe, nn avant d'avoir été érigée en capitale 
Tdnd marché bâti en briques , et du Gouvernement. Ce nom est ce- 
^^Qi auberges. Le faubourg des lui que lui ont donné ses fonda- 
ailitaires ne contient que trois teurs, les Novgorod iens qui la bâ- 
lies, on j trouvé une seule église; tirent dans le douzième siècle et y 
w maisons j sont chétives et près- envoyèrent des colonies ; cette 
ne toutes habitées par des matelots nouvelle république slavonne s'a« 
^ des artisans. Il y a beaucoup dp grandit «onsidérablement par ses 

ToM. L * aij 



2^ KHO KHO ' 

conquêtes sur les peuples Tchou-- temiis. Kfaokn est à a75w.QorJ- 

(les et Otiaks , qui Isbitoient ce est de Pskow; on y trouTe a rgli- 

pajs, et se gouYerna toujours par ses et près de aooo habit, des de\u 

SCS propres lois qui éloient les ae\e$, 

mêmes que celles de Novgorod. Kiïolmogort , (XojucioeopM'! 

Souvent elle fit la^gurrre à sa mère Ville du gouv.d'Arkbangelet cLd 

] alrle , jalouse de sa prospérité , de lieu d'i^n district j bâtie sur un 

même qu'aux princes Russes qui ilc de la Dvina, à 72 w. d'Ârkban- 

voaloient la soumettre , et aux Ta- gel. Elle est aussi ancienne qa* 

tares de Cazau , qui ne cessaient Novgorod ; on prétend que c etoi 

de commettre des brigandages snr Tanlique capitale d a rovauntfd 

SOS terres et k enlever les habitans Biarmie, babité par les TcbooJi, 

pour les réduire, eu captivité ;mais peuple puissant et riche du M ; 

toujours elle sut maintenir son in* ils adoroient YoamAla, doit k 

dépendance» Cette république et ce temple et l'idole étoîent trèi-rv 

peuple sou t connus dans Tbistoirc cbes et en grande réputation du 

Russe sous le nom de Viat-Chané, tout le nord. Les Danois j faisoien 

ou habitans des bords de la Tiatka. un grand commerce de peUeie» 

Us furent enfin soumis par le bien avant le règne de Rnrik à Nof 

graud-ducde Moscou VassiléiDmi- gorod , et on croit que ce sont es 

trJevilcb qui mit fin à leur gouver- qui ont donné ce nom k la viUe U 

nemcut populaire sous lequel ils Tant nommée Ilolmgoard, ainsi qt 

vécurent heureux et libres pendant Novgorod, d'où est provenu p 

l'espace de 278 ans. ( royez la corruption Kholmogorj. Ce fv 

ehnm. de Viatka et article Y i AT Ji A fnt dans la suite soumis à la rép 

de ce Diction.) bliqne de Novgorod qui y ^^ 

* KHLTNOVI7ZA 9 .{XjiUHO ûw^a*) dcs colonies , et lorsque la reli|| 

pet. riv. dugouv. deViaika qui se chrétienne y fut introduite^pl 

|ette dans la Viatka, tout près de la dant le règne de Vladimir*/ 

ville de ce nom. C'est d'après cette Grand ^ on ne connut plui^ 

rivière que V ancien nom de kblj- peuple eu Russie quesooslei 

now fut donné a la ville. ; de Dviniany (ceux de la Di 

Khbielnix , (>Cjrie.tftMuic&.}pet. quelaue temps après le règw 

ville dn gojuv. de Podolie , district larosJav VladimiroTÎtch ilsitd 

deLitinskà i65 w. deCamenélz- rent le tribut k Norgorod 

Fodolskoï. soumirent au prince And 

Khochotxs {Xomomhi/) Cest Souzdal et à son fila Roman 
tme des quatre principales bran- . dépendirent ensuite des Gra 

clies des Calmouks^ elle est restée ducdeMescouquiyenvoyoien 

dansle Thibet^etreconnohk^ lois Gouverneurs ou voevooescb 

du Dalaï-Lama. ( Voyez pojAce qui parmi lesprinces de leurs fam 

concerne leur histoire tarucie CaL- ou les principaux Boyards de 

HOUKs). cour, La ville de &hohnogorja1 

K.HOLII , {XoJiJU^») ville du temps été la capitale du pays ; 

50UV. de Pskov , et chef-lieu d'un étoit entourée de hautes mnn 

istriet; elle est située sous le 5j° de bois , flanquée de douze 

xi' de lat. sçp. elle 49^ 3^' dclong. actuellement on y trouve à 

or.9 snr les deux bords de la Lovât 3oo maisons j comme elle a< 

qui se jette dans le lac Ilmen ^ et la de fréquens incendies et que 

(onnia qui tombe dans la 'Lovât* à -peu ses habitans ont été 

Ces deux rivières sont très-pois- .tablir à Arkhangel ^ elle n' 

sotee.uscs et navigables au prln- plus à la vue qu'un misérable vi' 



KHO KOU a55 

Kbolmograd, (Xojuuo€pa,^o,) Psiolprès de Holtra, elle est re« 

(royez Broknitzy, village}* marquable dans l'histoire de Ras- 

Khoiounitza , (XoJi^Huna,) sie, parce qu'elle servoit de limites 

rÎT. considérable du gonv. de Via- aux. terres dos Polovtzis et que sou* 

tbqui se jette dans la Vialka ;'elle vent ce peuple et les Russes se sont 

coale à travers des forets immen- rassemblés sur ses bords pour trai* 

ses^qui se trouvent dans le nord ter de rauç'on , de trêves , d'é- 

deœgonv.jCe qui la rend d'une change de prlsonulers ou de paix 

grande utilité par le bois qu'elle entre eux. 

procure , et que sans elle ou n'au-^ Kborolr , (Xopoju.) pet. ville 

m jamais pu transporter de*Tù, du gouv. de Poltava et chef-lien 

dnit de chemins pour y parvenir, d'un district, située sur la rivière 

K.HOPER , (Xonepb*) grande rlv. du même nom à loi w, de Poltava; 

i]ui a sa source dans des marais qui il s'jr tient quatre grands marchés 

K Iroafent dans la partie septen- par an, au restc^lle n'a rien de re- 

irionale du gouv. de Saratof , elle marquable. 

coale de là vers le sud, après avoir Khotbiyçhsk, (XomjubiuicKbJ) 

traversé les districts de Serdobsk et Tille du gouv. de Coursk sous le 

Bdachëfsk, elle entre dans le gouv. 5o^ 5o' de lat. sept, et le 53° 1 5' 

deVoronej , où elle parcourt , le de long, orient. , sur la Yorskla, k 

diitrict de Khopersk ; eu tout elle 170 v,\ de Koupsk, vers le sud ; elle 

&it36ow., avant d'entrer sur les a été bAtie sous le règne du tzar 

^re% des Cosaques du Don. Là Michel Féodorovltch en i65o. On 

rl)e coule encore 100 Tr« avant de J ▼oit encore uu vieux rempart de 

K jcier dans le Don. ; cette belle terre , 3 églises et près de deux 

rivière fertilise les pays qu'elle par« mille habitans des deux scxe^« 

roDrU Ses bords sont couverts de Cette viUe est pauvre n'ayant aa« 

Hclies piturages et de belles Ibréts^ cun commerce. Ces hal^itans s'a* 

»n trouve la ville de Khopersk et donnent tous à l'agriculture, 
josianiuisjon bourgs des Cosaques Khotomla , (Xomojrix/i.) pe*- 

lui Don bâtis sur ses bords. rlv. du gouv. des Slobodes d'il* 

^HOPERSK^, {XonepcKh) p'il. kraine, dans le district de Zmiéfsk? 

|illedngouv. de Yoronej et chef- elle se jette dans le Donetz. 
^tt d'un district , elle s'appeloit k„otovT2IS , ( Xomo.^M- ) 

«^paraTant forteresse deNovo-kho- pe„piede lafamilîe àes Sémoyades. 

^rsk elle est bâtie sur la nve oc ft tibite en Sibérie dans-le go«^. 

crotale et tres-elevée de Khoper, de Tomsk , sur les bords le la 

2uw.de Vorone,. Ses fortitica- ^apa ; ils sont tous idolâtres et 

«ons consistent en un rempart de L^l^ i« ^ 




'^6^00, ils vivent pauvrement et Koupta , (iT^ «ma.) pet. rlv. du 

loiit presque tous cultivateurs. gouv. de Kézau ; elle prend sa 

IvHORBSTA , {Xoptcma») riv. source dans le district deRLiJAk. 

"'» {{onv, de Novgorod, elle se jette li'Empereur Pierre-lc-Graud a ctj 

'^nsla Volkhow. ^ l'iutenlion de la réunir par un ca- 

KhoroLe , ( Xopojih, ) assez nal au Lcsnoï-Voronéj , qui se 

S''3nde riv. du gouv. de Poltava ; jette dans leDou, etd'ouvrir par-la 

*'l« prend sa source entre Hadia- une communication entre celleuve 

^che etGhnsk et va se jeter dans le et le Volga. 



a36 KIA KIA 

Khvaltnïîk , ( 7LôaAMHCKd.) qu'il a «ur les autres branclics de 

pet. riv. du gouT. de Sara lof sur commerce de la SlWrie ; il est pu- 

Ics bords du Voî^n à 180 w, nord- rcment d'échange avec les Chinois, 

• jestdo cette ville. On y compte 1000 et il s'y fait chaque année pour 
babilaus des deux, sexes. Us s'adon- plusieurs millions de roubles dal- 
nenl au commerce , particulière- faires. Les Russes donnent des 

- ment en achetaut du blé qu'ils draps , des fourrures, nommé- 

vont revendre à Astrakhan , et pro- ment du potit-gris , des castor*, 

fîtcnt encore beaucoup par la pô- des pattes de renards et des ir- 

• cbe , qui ordinairement est très- nards , etc. , d«\s cuirs de Russie 
lucrative dans leur ville. et des maroquins 5 ils prennent 

KrtVAtyîfSKOÊ MORE , (Xtfo- *eu échange des n a «qui ns , «lei 

^Abi^HCKoe jrj,ope )C'est le nom que éloHes de sole, du thé , de la RLa- 

lesSlavons dounoient k la q&er Cas- barbe , etc. Kiukhta se trouve sur 

pieune ( Voyez cet article). la frontière de la Chine, dans une 

JLhvostghovka , (Xffoa(ô<JKa.) plaine unie et assex éleTcequela 

pet, riv. du gouv. deNijni-Novgorod pet. riv. Kîakiita traverse. Elle est 

sur laquelle la ville de Loukoianov partout entourée de hautes mon- 

est-bàtie; elle se jette dans la Técha. tagnes granitiques et couvertes h 

Rhvostetz , {Xôàcmeuf).) pet. bois , parmi lesquelles la pîw 

riv. dn gouv. de Smolensk , qui se considérable est appelée Ftour- 

jette clans leDnepr et sur laquelle la boultey par les Mongols (nionla- 

pet. ville d'Oukbvotchina est bâtie, gne aigle) , auprès de laquelle se 

Kl , {Ku.) Il y a deux riv. de ce trouve le fort nommé Troiisko- 

nom en Sibérie; la première sort Savskaifa ou Kiakbtinskaia Cre* 

du t;oiiv. de Tomsk et vient se^je- post , d'où Ton voit pai'faitement 

ter dans celui de Jobolsk 9 dans les rues et les boutiques du botir^, 

l'irtvche î l'autre se jette dans le et ainsi que le bourg Chinois. Sur 

Tcbouleis ,. et 'cette dernière a- une autre montagne on voit l^ 

bonde en excellent poisson. barrières des deux Empires po.^^*'^ 

KiAKBTA , {KnocmcL) bourg vis-à-vis l'une de l'autre; du côifi 

considérable 9 et surtout fort im- de la Russie, est une monticule 

po: tan t , comme étant le seul point en pierre au baut de laquelle e<t 

de réunion pour tout le commerce une croix ; du côté des Chino:5, 

que la Russie fait avec la Cbine. 11 c'est une espèce de cône oa da 

se trouve dans le gouvernement pyramide. Le foht de Riakhta ; est 

d'Irkonlsk, district dé Verkbné- un carré régulier entoruré de pa- 

Oudinsk, sous le Oo*^ iV de la t. lissades , on^oit à chaque augle 

sept. , surxla Kiakbtaà 49^ w. d'Ir- un bastion armé de bonnes bat* 

koutsk. Il fut fondé en 1728 à la teries > et trois portes dontlW 

suite du traité de commerce conclu du côté de Sélinginsk , l'autre rers 

avec les Chinois , par Savva Vladi- le.fort Chinois, et la troisième du 

slavitcb , comte lllîrien-, pour la côté de la rivière; on y trouve utt« 

Russie , et les ministres de l'Ëm- église et des houtiques , la ma !>oo 

pereur de la Chine pour la Chine, .du commandant, les casernes, etc. Il 

' La principale foire s'y tient au y a dans le faubourg i2omaison« 

.mois de décembre , et on peut dire assez mal et irrégulièrement b.i' 

qcc ce commerce vivîlie presque ties; les habitans manquent <'« 

•toute la Sibérie , par la grande af- bonne eau, car celle de la petts 

fluence de marchands de toutes les rivière est souvent très-basse , e: 

autres provinces de l'empire qui alors boueuse , et les puits qu <»'> 

s'y rendent , et par Tiniluençe , a creusé n'ont donné qu'une can 



KIE KIE 237 

sanmltreet amère. Le boni^ Chî- Pologne. Le gour.de Kîew et -di* 
nois n'est qu'à 60 toises de dis-> visé en la districts qui portent 
tiiice da fort rasse y il s'appelle chaenns le nom^ «de leurs cliefs- 
^aialatchIne ^ et a près de 200 lieux; voici leurs noms : \^ Ki'ew 
maisons. qui est en même temps la capitale 
KiDEL , (jTu^tfji*. ) paroisse ae tout legoav.; 2<>'Vasilkof; 5<>Bo- 
wsie dans le gouv. de Vibourg , houslavr; .^ûSkrira ; So^Tcherkassy; 
dijiriclde Serdobol ; cet endroit 6» Tchiguirine ; 7» Lipovelz ; o« 
eit remarquable par la quantité de Houmane ; 90 Makbnovka ; 10* 
îirenats qu'on y trouve : les pay- Zvënigorod ; ii® Radomysle ^ et 
«ans en labourant leurs champs en 1 1^ Tarastcha. Les principales riv. 
dpierrent d'assez gros,raais lamine sont le Tëtcref , l'irpen, la Kho- 
OQ plutôt la matrice de ces pierres robra et- le Tiasminc ^ qui se -jet- 
précieoses se trouvent dans nne tent toutes dans le Dnepr. On 
carrière de talc qu'on trouve dans commence dans plusieurs endroits 
uaeforèt voisine du village ; on de ce ganv. à- cultiver avec succès 
en rencontre d'an très-beau ronge . les mûriers et le sésame. La po- 
et presque iransparant : on voit pulation est évaluée à r^oGô^igS 
()'!s traces de quelques tiravaux que âmes. Elle est composée de Rus- 
in Suédois avoicnt fait pour ex* ses, dePolonoîs, de Juifs et de 
ploiter cette mine. - Ménonites. Ija Métropolitain de 
KiEW, (KieacKa/i ^i^ôepuiR*) Kiewse qualifîoit autrefois de Mé- 
CeçouT. est borné an nord par tropolitain détentes les Russies , 
eelui de Minsk , à l'onent -par le actuellement il porte le titre de 
I>nepr et le gonv. de ï cher ni 50 w Kiew et de Galitchc ; il a un vi- 
ftdePoltava, au midi par ceux caire qui est évéque de Tcbigni- 
ii Ecatlierinoslav et de Podolie, et rine; tous les deux résident à Kiew. 
il occident par ceux de Podolie Kiew o« Kiow , {Kiesh.) an- 
^ttleVolbinie. C'est un des pins cien ne capitale de la Russie sous 
tiiiîes de l'empiré : il abonde en ses grands-ducs (ou grands princes 
ncelieos arbres fruitiers , en pà- selon les Russes) actuellemont ca* 
luragc , en blé , eu bestiaux , en pitale du gouv. de son nom , bâtie 
"J"<?1 , cire et tabac , et il » ex- sur le Dnepr , elle est sous le 5o® 
porte une quantité prodigieuse de 27' de lat. sept, et le ifiP 7' 3o" de 
tons ces difi'érens articles: mais long, orient, à 1 582 wl de Péters- 
'»5si ce pays est très-pauvre en bourg et 852 de Moscou. On n'a 
^is; c'est pourquoi la plupiirt rîeu de bien positif sur l'époque 
""^s babitans emploient pour de sa fondation malgré cela , on 
^j'-^ufler leurs maisohs les roseaux peut croire avec quelque rraisem- 
'•' pûlie , le fumier. Le gonv. ac- blance , qu'elle est antérieure à 
W de Rief n'existe tel qu'il est l'ère cb ré tienne. D'après Mr. Ta- 
Çtic depuis Tannée 1796,1e 3o no- tischof , elle auroit été bâtie par 
'tVûbre. Autrefois cette province les Saf mates , les plus anciens bâ- 
te trouvoit toute ( la ville capitale bttans de cette contrée , et nom- 
^ule exceptée) sur la rive gaudie mée Kiew de Kiovi ou Kii {fiaut, 
îi Onepr , mais d'après la nou- monfag/ies , en leur langue ) et 
^>'lle organisation ,- on a distribué sos babitans même se nommoient. 
l'hâte cette partie entre les gouver. Kivi ou montagnards. Les Slaves 
^<-' Pollavay Tchernigof, etc., et on qui babiloient sur le Danube ayant 
' réformé Le Bonveau *, des villes et été cbassés par les Romains , s'é- 
><iroisses prises dans les provin- tablireut ailleurs j quelques-uns 
'^s nouvcUeiacat acquises delà vinreu |usqu as Dnepr, où ayant 



a38 Kl£ KIE 

«omnis les Sarmates qui TÎvotcut nomma Russie et Kie^ derintla 
sur SCS bords») ils s'y établirent et capitale de la Russie méridionsie. 
adoptèreut leurs déudminattons En S8o la grande principauté dont 
qu'ils traduisirent seulement dans le siège étoit ju.<;qu*alors à Nor- 
Icur lauj^ue. C*est pourquoi les gorod fut transféré à Riew ; en 
Kiri s'appelèrent Goriany^ mon- 1087 , elle fut déclarée capitale de 
tagnards, ceux de la plaine /'o/ZiT/zy toute la Russie par le grand-dac 
(csirpoieYeni dire champ,, plaine) laroslaw , et devint la demeure 
et ceux qui allèrei^t plus au nora des grands-ducs, jusqu'en libj, 
Sét^criani ( ou ôxinora.) D'autres Kn iioo^ 1116, 112I9 11 3o, 
bistoriensattribuentà trois princes 1 737 , 1 790 et 1 798, on j resseo- 
SlaTonS) Kii Sfehek et KhortMf et à tit de fortes secousses de trem- 
leur sœur L>bed , la fondation de blcment de terre , et en 1 1 14 ^ 
liieTr. Il ne reste aucun monument fut réduite en cendres par ao In- 
de leur règne ni de la forme du cendie qui dura deux jours eo- 
gouv, d'alors. Selon les écrira in s tiers; en 1169, elle fut prise, 
Polonais , Kièw auroit été fondée brûlée et saccagée par les tronpes 
Tan 43o de J. C. Elle appartenolt du prince André Boholulisky et 
aux Khozares, qui s'étoient rendus de ses alliés» Vers la fin du XII* 
lei Polyanys et les Gorianys tribn- siècle , le grand-^duc André Bobo- 
laires \ deux princes fameux par lubskj ayant transféré le siège de 
leurs exploits^ Oskold et Dir ayant la grande principauté de Kiew à 
secoué le joug des Kbosares y ré- Vladimir ^ Kiew déchut entière- 
gnèrcnt ensuite. Les chroniques ment de sa çrandeur^ s'affoiblit 
Russes ne commencent à donner tous les jours dayantage, et changea 
des notices justes de l'histoire de si souvent de maîtres pendant les 
cette contrée que depuis le milieu guerres intestines «de la Russie ) 
du IX* siècle : on roit que ses ha- qu'à la fin les princes Ae Lithua- 
bitans , fatigués et épuisés par les nie et les Polonois finirent par t*en 
guerres toujours renaissantes arec etnparer en i;io5 , après la mort 
les Kbozares et leurs autres voi- de Romane prince de Gallicle. Eu 
sins, députèrent à Novgorod vers Russie rouge, les princes Russes 
Rurik , pour lui demander des se- choisirent Coloman , fils du roi de 
cours.. Ce prince leur envoya Os- Hongrie pour régner à Kiew; 
lold , guerier renommé , et selon mais il n'y resta pas Ions- temps ^ 
d'autres neveu de Rurik, a%'ec des car Mstislaw prince héréotitaire de 
troupes nombreuses. Ce héros les Gallicie, s'empara de la ville et fit 
délivra dç joug des Khosares qu^il Coloman prisonier; ifle fit enfer- 
vainquit et obligea les peuplés voi- mer avec toute sa famille en lin» 
sinsàleur payer un tribut. Il resta Après la mort de Mstislaw, Colo* 
lui-même à Kiew pour les gouvcr- man obtint , avec la liberté , sesj 
ner. Oleg, tuteur d*lgor fi>s de états , et il gouverna Kiew. £al 
Rurik, ayant reçu desplaîntei; con- 1235 9 la ville fut prise par Isi'* 



rassembla àe» troupes et marcha entièrement cette ancienne cspi- 

oontre lui, et Tayaut tué affermit taie de leur père. En ia39 , le fa*, 

sa propre puissance ddus Kiew meux Uatou-Khan des MongoM 

dont il soumit les peuples voisins , prit Kiew , et elle resta 80 sas 

et sb les rendit tributaires. Depuis sous la domination des Talares* 

oette . époque , celte conti^éc se En i3ao , eUe fut prise psfl^i^ 



KIK KIE 339 

L'ihuaalens , et. en .1481 , non- k» mafasint , les maUont des em<- 
ieulem«Dt prise par McnghS-Hirer, vlojes et plasieUrs égliseï parmi 
Khan de Crimée , mais sacc^igée y lescjuelles on doit remarquer celle ' 
pillée , tes fortiGcatîons détruites, de saint Nicolas le Thaumaturge , 
et ses habita na amenés eu capti- qui est bâtie en hois, à Tend roi t 
vite avec leur Yoevode Lithuanien, où étoit le tomheau du célèbre \ 
Pendant le gouvernement polo* Oskold y sur uue hauteur , près 
Bals, les catlvoliques Romams j des bords 4a Dnepr. Ce monu- 
aTolent un évêque ^ un collège de ment lui fut élevé par la princesse 
Jésuites et un couvent de Dondini- Olga lors de son baptême. Plu* 
cains j ainsi que plusieurs églises sieurs personnes croient qu*Oskold 
de leur rite , qni dans la suite fu- lui-même avoit reçu le christi«« 
rent abolis et changés en églises nisme en Grèce. On y trouve en<« 
grecques. En 1667, F^ ^^ P*^^ core le superbe couvent de moi- 
d'Ândronssow , Kiew fut laissé nés j fondé dans le XI* siècle , et 
pour un certain temps aux Rus-* appelé Pefcherskoï ^ parce que 
6es , mais en 1686 elle leur fut en- ces moines habitoieut d'abord 
tièrement assurée. En 1710 , lors une caverne ^Pestchera) qui se 
de la division de l'empire en gou- trouvoit dans la montagne où co 
Tememens , Kiew en fut un , et monastère fut bâti depuis. Cette 
ses eouTerneurs-généraux com- caverne a été creusée par St. 
mandoienl les régimens établis à Antoine 9 oui après avoir com^ 
Tcbcmigof 9 Nejine y Péré^slavl , mencé par i habiter seul , y réunit " 
ainsi que toute la frontière de par la suite 12 disciples. On j 
l'empire f du coté de la Pologne , voit des souterrains voûtés qui^ 
<le la Turquie ^ et de la Crimée, ont Tair d'un labyrinthe. Ces sou- 
D'après la nouvelle division de terrains sont remplis d'apparte* 
1796 , Kiew resta clief-lieu d'un mens , de chapelles , etc. , dans 
gouvernement , mais les rilles qui lesquelles on trouve des corps en- 
furent annexées à sa jurisdiction , tiers de saints Martyrs. On trouve 
furent presque toutes sur la rive des desseins tant du grand souter^ 
droite du Dnepr , et prises parmi rain appelé Crypta Antonia ^ du 
celles nouvellement acquises de la nom de son premier abbé Antoine^ 
Pologne. Kiew est proprement mort en 1073 , que du petit aïK* 
composée de trois villes, savoir: pelé Ciypta Théodosia , de celui 
de la forteresse de Pétchérsk, qui de son second abbé décédé eu 
a un faubourg; de Tancienne 1074^ dans le petit recueil in-3* 
Kiew ^ et de la ville de Podol , de Jean Herbinius y qui s pour 
bâtie au-dessous de la précédente, titre Religiosœ Kijoçiense CiyptoPy 
Ces trois villes ont chacune leurs Jenae^ 1675. Ce couvent possède 
fortiScations particulières ; elles une bibliothèque très-riche eu 
&ont en outre environnées toutes ' manuscrits grecs et autres, et uue 
ensemble d'un. vaste retrancha- imprimerie pour ' les livres de 
inent , qui est tracé conformément piété ; le métropolitain de Kiew y a 
aux mentuosités du terrain qu il aa résidence. La forteresse de Pe- 
eocupe; elles ont une garnison tscherskest régulière et comprend 
qui est sous les ordres d'un com- un rempart et 9 bastions y les ou- 
mandant en chef. La forteresse de . Vrages extérieurs sont en bon état. 
Pétchérsk se nomme ausisi le NoQ^ Le commandant y fait sa rési- 
tcao-Eort. Elle est bâtie sur une dence. Le faubourg de cette forte- 
montagne vers le sud. Elle ren- resse est trcs^raste ; toutes les 
ferms^îes casernes de la garnison , maisons qui le composent ^ appar-« 



a4o KIK KIE 

tiennent en propre où convcnt de de celle église nouvellement re- 
Pétschérsk. On y renconlre plu- coustrnîte , Tancienne ruinée pfo- 
sieurs églises et couTens, dont ce- dant les guerres et les incendirs, 
lui de St. Nicolas est le principal ; étottv»6te et magnifique; S^l'é- 
on j trouve aussi le palais impé- glise de St. André , construite à ce 
'rial, grand bâtiment en bois, et qu'on prétend à Tendroit où cf t 
qui n*arlpn de remarquable. L'an- Apôtre planta 'une croix , lorsque 
cienne TÏlIe de Kiew est située sur dans les aiftiées 34 et 35 après 
une autre hauteur vers le nord , J. C. , venant de Syuope k Kher- 
elle est forliiiée conformément 'à ' son , de \h aux bouches du Dnepr, 
la nature mohtuense de son ter- il remonta jusqu^îcl' pour précbfr 
rain , et munie de quelques ou- l'Evangile aux Slaves. La yille 
vrages à corne et à couronne. L'c- hrL$se( Podoi) est située au pied in 
glise cathédrale dé Stc Sophie fon- vieuxiiioAV , dans la plaine^ qoî 
dée en 1037 par le{^rand-doc laro- borde le Dnépr ; elle ne compreml 
slaw TladimLroTitch , à Tendroit que des maisons bourgeoises et 
même où il remporta une victoire marchandes^ h rcxcepllon déplu- 
sur les Pétchenègties , est rcmar- sieurs églises et couvens ;. elle a 
qnable par sa construction , sa obtenu des rois de Pologne, corn- 
.magnificence, la richesse des va- mo ville libre royale, lepriTilége 
SCS sacrés et des habits saserdo* d'avoir un magistrat ; en effet son 
taux qui s'y trouvent ; et surtout prévôt et son magistrat sont en- 
par le toml)eau cxi marbre de son core aujourd'hui ou quelque sorte 
ibndateur, qui est le seul mo- indëpendans des gouverneurs de 
nument de cette espèce qu'on là ville. Le Collège académique 
connoisse en Russie ,' et qui fondé en j63i par Pierre MohiU 
puisse donner une idée, des arts métropolitain de Kicvsr , est le M' 
dans ce pays , dans le XI^ siè- timcnt le plus remarquable et le 
cle. La plupart des maisons de meilleur de la ville. Il est fort raste 
Tancienne Kiew appartiennent à et bien bâti en pierres ; il n'estpas 
«elle église et au couvent de Mi- éloig[né de Thôtèl dtf ville et tonde 
chel qui n'en est point éloigné , au Bratskoi-Monastir. L'Univer- 
et dans lequel reposent les reliques <ité de Kiow est appelé par ses foo* 
de Ste Barbe ; on y trouve en outre dateurs AcaJentia orthodoxa^ Ki' 
dix églises ^ parmi lesqnelles sont oço - wv/iilœna , ou Kioçomo^ 
remarquables. i<> S tBazile, fondée hilaenoza , Borou^skiana. L'in- 
par Yladimir-ie-Grand sur les fon- spcction et la direction en chef ap 
démens du Temple de Péronne^ le par tiennent à Tarchevcquede KiovV) 
Jupiter des anciens Slaves ; a® qui a sous lui deux autres iospec- 
celle delà nativité de la Stc Vierge, leurs pour veiller sur la coudalte 
surnommée des dixmes, parce que, des' étudians. L'Archimandrite du 
selon Nestor , lorsque Vladimir couvent de Bratskoit est toujours 
la fit commeucer en 989, et qu'elle Recteqr de cette université, e' 
fut achevée en 996 , sous la direc- professeur de théologie. lies neoi 
tion de plusieurs architectes grecs auti*es professeurs qu*il a sous lai 

au 'on fît venir de Constanlinople, sont pour la plupart du temps dH 
lui accorda une dixme non^^seu- moines; ils demeurent dans un hà" 
lement sur toul son bien , mais timent construit de bois et accom- 
aussi sur les revenus de son em- pagné d'un vaste et beau jardin; ie 
pire. Il y fit déposer le corps nombre des étudians moule à plo* 
de sa grand mère Olga. Il ne reste de i5oo. On leur enseigne en pin 
actuellement qu'une petite partie blic *ot en particVUicr les hoi&as^ 



KIL 

tés et les aciencea. On pratique ait 
reste dans runîversité de Kiew 
loos les exercices publics et aolen- 
neUy qai sont en usage en ^tl0- 
ma^'iie et dans les autres colle|2;/CS 
etaoirersiiés ^ tels que les soutd- 
nïBœs, auxquels ou en ajoute 
kaacoop d'autres inconnus ^îl- 
hun. Eu général y l'on compte 
hus la ville de ILiew actuelle 32 
f;\\scs (sans compter les couvens) ^ 
pios de 600 boutiques . et jusqu'à 
|ooo maisons» On y trouve 27 ia- 
briques de cuira, 6 de cbandellçs, 
3 fonderies de cloches^ et tout près 
de la Yille une superbe fajreucerie. 
liC nombre des habitans peut y 
être évalué ai 3o,ooo ; ^s font un 
commerce assez g ra nd avec F i n té- 
rieur de TEmpire et depuis que 
la ville d'Odessa existe, ils on 
iont un d'exportation très-consi- 
dérable. 

^ity KAy(KieoKa») pet. riv. qui 
roule sous les murs de la ville de 
CâloQga, on a ëlabli sur ses bords 
(le) papeteries et des fabriques de 
toiles il voiles. 

K1GAL6A, (KueaAAa.) C'est le 
nom d'une des iles dos H Aiards, de 
1 Archipel des Aléoutes^ elle a 20 
w. de long sur 5 à 7 de large. On 
T trouve quelques petites rivières 
5<ins poissons, il n'y a qu*un seul 
pt. port, encore assez incommode^ 
Ks babitans sont au nombre de 4o. 
^n 5 (Kiû.) C'est une petite île 
de k mer Blancbe, elle appartient 
an gouv. d'ArkhaUgel , district 
(1 Onega; elle est située à 8 vv. de 
l«i terre ferme et à 2 w. sur i\ d'é- 
tendue. On y trouve un couvent 
(îp moines et des magasins de bois 
^t de planches très-considerables* 
C est ici que les vaisseaux étrangers 
vienueut se radouber et se four- 
i^ir. r/est pourquoi pendant toute 
là belle saison , il se trouve quan* 
tité de monde sur cette ile. 

Kili-Saari, {KuAu-Caapu*) 
pet. ile du lac de Ladoga , près 
^<?8 bords qui appartiennent au 

TOM. L 



XIM 



2^1 



gonv. deVibourg; cette petite lie 
que les Russes nomment Kozéî- 
.Ostrow, ou l'ile des cbèvres, n^esst 
^qu'.une carrière oti une mine de 
- pjri;es mêlée de mine de fer. On 
y trouve en quantité la belle espè- 
ce de papillons qu'on nomme 
' Apollon. 

KiLKMA > (KuMKxia^ C'est le 
Qom de deux rivières , qui ont 
une source., commune dans un 

Srand mirais du gouv» de Yolog- 
a., avec celte diÛérence pourtant 
que Tune coule vers le nord et va 
se jeter dans la Vytcbegda , et 
l'autre vers le midi y celle-ci entre 
dans le gouv. de Perm et se jette 
dans la Cama de manière que pcn« 
dant les hautes eaux du prin- 
temps , lorsque le marais est en- 
tièrement inondé , les habitans 
d'Oustsysolsk , naviguent facile- 
ment de Tune de ces rivières dans 
l'autre , et transportent chez eux 
le blé qu'il achettent dans le gouv. 
de Perm. L'impératrice Catheri- 
ne II vit d'abord la possibilité de 
joindre par ce moyen la mer Cas«^ 
picnne à la mer Blanche et ouvrir 
un nouveau débouché au com- 
merce intérieur de son Empire ; il 
ne falloit pour cela que creuser un 
canal de 5 werstes à travers ce ma- 
rais f ce qui présentoit une exé- 
cution très-facile , et alors la na- 
vigation y auroit été commode 
dans tous les temps de Tannée. 
On a commencé ces travaux , et 
lorsqu'ils seront 6nis , on réunira 
les deux mers par le moyen de 
la Dvina , la Vytcbegda 9 les deux 
Kilkma, la Cama et le Volga. 

KiMERA, (KujrjLepa.)Oiï don- 
noit ce nom anciennement h un 
petit pays Kusse , qui se trouvoit 
non loin de Kiew et au commen- 
cement des rivières Osier et Son- 
poi } les villes qui appartenoient à 
ce pays et dont l'emplacement de 
plusieurs est actuellement inconnu 
etoient Bekhan,Potche, Ouoaène, 
Vsévoloie, Béloveje et Coudow. 

5o 



3 44 i^t^- KIR 

et des ravages daas les prÔYÎa^ liôrdes , dont la dierniece campe à 
ces de la Sibérie qui pesoil' sur-" Torient du gouv. d'Astrakhan, el 
tout sur les Ta ta t'es dé Crasuo^- en est séparé par les fieaves Emba 
iarsk , de Tcholuumsk: yd' Altajsk et Oural , amcuent en hiver leurs 
et Barabincs , leurs- voisins. £n troupeaux dans lés steps qui se 
1652, quelques Kirguis s'étant trouvent entre l'Oural et le Volî^a, 
joints aujL Turcostans , élurent en et y restent jusqu'à la fin deVhi- 
commun un Khan , et' se mêlèrent ver. On observera seulement que 
ensuite avec ce peuple sous la ceux de la moyenne jiorde se tiea- 
même dénomination , et Us devin- nent plus vers l'orient, entre TOq- 
roiU formidables en i636 parla rai et TEmba ; depuis ijB^ et 39 
pPAtoction que leur aecordoient les ils prêtent serment d'obéissance à 
Soongars , ou la horde d'or , mais la nyssie et se considèrent comme 
ensuite ils furent battus par lès sujets de Fempire sans lui pycr 
Calmouks et leurs déiattes devc- cepcqda ni aucun tribut ; ils don- 
nant plus fréquentes, ils com- nent des otaries qui sont pris parmi 
meneèrent ,à se retirer des bords les (ils des knans ou sultans, éten- 
du Jénisséï ' sur ceux deTObjCt voyésdans les villes frontières de 
ainsi toujours àavdntagc vers le Fempire , où on les entretienlcon- 
midi et l'oecident. Actuellement venablement ; malgré cela on ne 
ce peuple habite des steps fort peut guère se fier à eux , et les ca- 
éteudns , qui sont séparés de l'em* ravanes de marchands , qui soDt 

Ï)tre de Russie par une chaîne de obligées de traverser leurs step , 

brtifications qui commencent le doivent être sur leur garde, car 

long des bords de TOural , de ils sont pour le moins aussi dain 

rOua et du Tobol ; et depuis cette gereux que les Troukhmens cl les 

dernière rivière , cette ligne de Usbeks de Khi va leurs voisins. 

forteresse , passant de l'autre câté Lorsque leur Khan arrive à Orcn- 

de richime , va jusqu'à Tirtyche bour^ , ce qu'il ne peut cependant 

âu'ellc remonte. Ils errent aussi faire sans une permission expresse 

ans l'immense plaine au midi dugouv^neur de cette province, 

de rOural ^ jusqu'au Volga , et se on lui rend les honiieurs dus ani 

partagent en trois hordes dont Souverains : on tire le canon , ou le 

chacune a son Khan particulier et salue du drapeau, la musique joue, 

ses sultans. Ces hordes se dis- et on lui présente les armes ; eiH 

tingnent entr'clles par la déiiomi* suite on lui donne o ne garde 

nation de petite , moyenne , et d'honneur ; presque tous leurs 

grande ; et elles se trouvent dans grands reçoivent des présens da 

eet ordre d'occident en orient. On gouv, russe ; ils consistent en ar- 

ignore à quelle époque les Kir- gent, en étotVes , en farine, etc.; ie 

Suis se sont partagés en trois hor- . Khan lui même reçoit chaque ac- 
es , dont la grande est la moins née une pension de 600 roubles et 
nombreuse et la moins puissante , la charge de 20 chameaux en dilTé- 
peat-étre Ta-t-elle été davantage rentes provisions de bouche, clia* 
avant sa soumission aux Cal- que grand de la horde 3oo roubles 
mouks ; cette horde se trouvant et le moindre des chefs jusqu'à 20 
entre la grande Bucharie et le pays roubles de pension. Pour encou- 
des Calmouks , n*a jamais eu de rager les peuples au commerce 
relation directe avec la Russie. Ses d'échange qui est tout h Tavantage 
peuples sont nomades et ne s'oc- de la Russie , on les a libcro de 
capent que du soiil de leurs trou- tout payage aux douanes, et il leur 
peaex j la moyenne et la petite* est permis de prendre sans paver 



KIR 

tootes les drogues dont Us peuvent 
aroîr besoio pour leors malades , 
perioissioa dont ils pro6tent bien 
raremeat, et bienfiaiits dont ils sen- 
tent très-pea le prix. Les Kirguis 
oti toujoars été les ennemis irré- 
coBciliabie des CalmouLs , et sont 
n gaerre presque continuelle 
VK eai. Ce ' peuple , ainsi quç 
^ \vs nomades iLsia tiques , loge 
199$ des tentes de feutre , sçm- 
lîibies à celles des Caimouks': 
cilesioQt plus grandes, mieux dis- 
triliaéps , et plus propres. Une de 
Cl lentes est quelquefois occupée, 
par plus de ringt personnes , qui 
i^otméme très-cotnmodémeut. 
i^ Klrguis sont }>eaucoup plus 
propres que les Calmouks ; ils vi- 
vnt même fort bien j puisqu'ils 
|fi^deQt beaucoup de bétail et 

Îi'tl» sont fort bien ▼étus. Les 
uses et les Caravannes Asiatiques 
nr foarnissent les étoffes et tou- 
JBt lot choses nécessaire à leurs 
hkJiemeaSjOn bien ils se les pro* 
f^il par leurs brigandages. Lis y 
Kaoacent cependant de plus en 
(liiseï ils prêtèrent aujourd'hui le 
taoïerce d'échange, ils ne fobri- 

CBt elles eux que des fourrures, 
cuirs, un camelot appelé Ar- 
<^l; dés couvertures de feutre 
tttfi de laine démontons, qu'ils 
J^Beot avec des laines de couleurs, 
•Tases de cuir , et plusieurs pe- 
^ objets ordinaires et grossiers, 
«ibnlpour Tété trois diflérentes 
9^ces d'habits courts. L'habit 
^^^ des pauvres Kirguts et des 
«clives est de peau de gazelles ; ils 
lortent le poil de ces fourrures en 
«jon. Cet habit se nomvoLelrgak. 
^ Kirguis d'une classe supérieure 
(tteat des habits de peaux de 
Nlalns de différentes couleurs ; 
ws sont cousues et apprêtées 
< manière que les crinières se 
(auvent dans les coutures du dos 
1 des épaules , et forment un 
'niemenl ; cet habit s'appelle 
^oka. Plusieurs Kirguis portent 



KIR 345 

des habits d*été de peaux dechè- 
v|*es apprêtées , et sans poils ; on 
les nomme Cachane. Les Kirguis 
ont quelques serruriers parmi eux; 
mais il font grossièrement un 
très-petit nombre de choses ; ils 
ne peuvent se fiiire une idée de la 
perfection des Européens dans les 
arts ; ils achettent les dés à coudre, 
les aiguilles et beaucoup de mar- 
chandises et de colifichets à Oren- 
bourg , ou dans les villes frontiè- 
res ; mais comme ils n'ont point 
d'argent monnojé ils payent tout 
ce qu'ils achettent en chevaux et 
moutons. Leur petite monnoie 
consiste en corsais , en loups , et 
en peaux d'agneaux. Les Kirguis 
portent des culottes d« toile de 
coton et des chemises de toile- 
bleue appelée kitaïka , elles sont 
<iuverles par-devant comme les 
robes de chambre , et plissêe^ 
de même; ils les lient autour 
du. corps; ils portent par-dessus 
rhabit une ceinture de cuir , une 
poire à poudre et un sac à balles 
de plomp y pendent communé- 
ment. La plupart des Kirguis un 
peu riches ont des fusils. Leur 
bonnets d'été sont faits de feutre 
en partie , quelquefois couverts 
d'étotTes , brodée en couleur et 
doublés de velours ; ils sont taillés 
en cône , et ont deux ailes , dont 
l'une est communément abattue; 
leurs bonnets d'hiver sont doublés 
de fourrures , et garnis do quatre 
ailes , deux rondes sur le devant et 
le derrière et deux en pointes qui 

Î>endent sur les côtés. Ainsi que 
es Tatares,les Kirguis portent sur 
leurs tètes , qui est rasée , une ca- 
lotte noire , ornée de broderies de 
couleurs ; les riches ont des bottes 

Îrue les tioukhares leur vendent 
ort cher , elles sont faites de cuir 
d'Âne graine ; elles sont mal la- 
çonuées , et d'un modèle fort sin- 
gulier , les talons sont hauts et 
étroits , \iiS semelles garnies de 
clous ou entourées de plaques de 



34^ 



KIR KIR 



nèê en même temps ; ils potistent ils rabandoniieiit et lai portent de 
rintérét si loin, que lorsqu'ils loin la nourriture et la boisson qui 
vont dans les villes Russes, ils In i est nécessaire. Si un de ces m»< 
font présent de plusieurs baga* lades ose approcher de leurs ten- 
telles aux personnes qui les log( nt, les y Us tirent aussitôt sur Ini à 
«fin d'être en droit de Irurdeman- coups de flèches; ils nommfnt 
éer un cadeau beaucoup plus cou- celte maladie Tchitchaïc. Dans ce 
jsidc^rable. Ils saluent k la manière rooment-<ii plus de lo mille tentes 
tatare, qui crmsiste à prendre la de Kirguis demandent a laB nssie 
main de celui à qui. Ton fait Thon* la permission de s'ëtablir à dfr- 
aéteté , et & la mettre entre les meure fixe dans le step qui se 
tiennes. Lorsqu'ils sont anciens troure entre TOural et le > olga. 
amis d'une personne , ils la èot- Le commerce de ce peuple arec la 
rent dans leurs bras , et Tembras- Russie consiste uniquement dans 
•ent Lenr langagi* dilîère peu du les troupeaux de brebis et les olie- 
4a tare ; la prononciation est plus Taux qu'ils amènent an marctw 
forte , et le Langage plus allégori- d'Orenbpurg, où ils les échangent 
que. Leur richesse consistent dans contre les marchandises dont Ib 
le bétail , et surtout en chevaux et ont besoin, 
en moutons, ils ont peu de cha- KiRiLOV , lKupxuiï>6'h.) pet. 
xneaux et encore moins de bétes à ville du gouv. de Novgorod et cLeP 
corne , parce que ces animaux ne lieu d'un district ; elle est située 
4rouveroient point d^e nourriture près de trois grands lacs ; et sur 
dans leurs landes en hiver. Ils em*- les bords d'une petite rivière nonn 
.ploient les bétes k cornes, ainsi que mée (lopannc. Cet endroit n'a été 
Jes chameaux , aul -transports de érige en ville que depuis I77^',^|^ 
leurs équipages lorsqu'ils passent y trouve un couvent très^considé- 
d'une contrée à Tautre. Les Kir* rable de moines , 5 églises et iBooi 
^uis mènent une vie pastorale et habi tans des deux sexes. Celte pet. 
très-frugale ; la chasse qui fait ville est à 62a w* nord-est de^or« 
leur principale occopation , leur gorod. 

est très-avantageuse; ils préser- KiRit0VSKAi'A-C»EP0$T,ffir* 
veut par ce moyen leurs troupeaux puA^oâcnaji Kpinoc m ft.;peti te 'or 
des loups et des renards qui fe^ teresse du gouv. d'KcathérinosIa^* 
xoicnt de terribles ravages, s'ils C'est ube des 7 -qui forment Is 
n'y iaisoient pas attention. Ils de- ligne militaire du Dnepr. 
Tiennent très-vieux, et conservent &irjatghb , {KupjKath,) g>^ 
leurs forces et leur vigueur dans bourg du gouv. de Vkdiiuir, à 
Tùge le plus avancé ; leurs ma- 1 1 2 w. de cette ville , ters Tocci^ 
Jadies ordinaires sont les fièvres dent ; on y compte 3 églises et 
jntcrm i^: entes , les rhumes , l'as» 800 habitans des deux seses; il 
thmc et les palpitations du cœur ; est bâti sur les bords de la grande 
•les maladies vénériennes sont fort Kirjatche , sur laquelle est un 
répandues parmi eux , ils les ap« moulin dans le bourg même. Cet 
pellent courous asian* La petite endroit a été fondé dès le temps 
vérole fait quelquefois de grands de Saint Serge le Thaumaturge, et 
ravages \ ils gagnent cette conta- se nommoit Selivanova-gora , naif 
gion par leur commerce avec les ajant été érigé en ville en i;8S| 
El " " " ' ... . . t . ^ -ti- 

reur 

q 

9 




KIS KIS a49 

PokroWi Ce bourg est remarquable à la rl^îère Yalisane où S9 tronve 
par cinq grands marchés qui s'y le chef^llea de la race des MIsos- 
tiennent annaellement. tes ^ et où on à le projet de 

HiRJATCHK ^ {Kup math») C*est construire une petite forteresse; 
leDom dcdeoiL petites rÎTières du de sorte qne ce cordon joindra le 
çoar. de Vladimir ; elles se dis tin- chemin qui mène de Mosdoc en 
gufot entre elles par le surnom Géorgie, et se trouvera seulement 
demande et de petite; la grande i 60 w. du fort dcVladicavcase; de 
prpnd sa source dans le district de cette manière j le passage à ces 
dAlnandroTsk; le sépare de celui fameuses eaux sera entièrement 
de Pokrow ) dans lequel elle entre, sûr; on entretient deux compa- 
ct; après un cours de 67 w., s'y gnics d'infanterie dans cette re-- 
ji*tte dans la Cliacma. La Petite doute. Je ne crois pas hors de 
Kirjitche a également sa source propos de dire quelque chose ici 
dans le district d'Alexandrovsk , touchant ces eaux acidulées. La 
mais après Un cours de 12 w. se u* source d'eau minérale d'Ale* 
lement , elle vient se jeter dans la xandre , en dialecte Aba2e et 
grande. Tcherkesse, Nar^Zana , c.-à.-d. 

KiasHENÉTZ , ( Kupscenenfis } (boisson desGéants ou des esprits) 
rÏTlèreassez con sidéra bled u go uv. est située à-peu-près à qnatre w. 
dt: Coslroma; elle se jette dans le des villages Abazes , et à cinq du 
Yolj^a sur sa rive gauche. passage du Podkouma , où âc sé- 

K!Rs\Noy , (Kupcanosb,) p. pare le chemin pour aller ver» 
TiUe (ia gottv. de Tambof , et chef- le Coubane et dans les hautes mon- 
lieu (l'on district sur la Poursolka, tagnes , dans Une petite plaine un 
à 8S w. de Tambof, vers l'orient, peu marécageuse qui occupe l'a ♦!- 
Cette ville est entourée de stcps , gle entre les ruisseaux Cosada et 
On y compte plus de 3oof» habitant Klkochiu Cette source minérale 
(^«'wienx sexes; ils ne font presque est coupée par ces ruisseaux qui 
turun métier ni commerce , mais serpentent tout autour d'elle ; dos 
(ont tons cultivateurs. deux diontagnes qu*ellc a à sa pro< 

KisLovoDSKOÏ-REDOtTTE , (/T//* ximité , et bien davantage de la 
^^osoACKou'pe/^t^mb.) (ou re- montagne plus élevée et plat te , 
^oute des eaux acidulées}, elle se située imniédiatement devant elle « 
liYiurc dans le gouv. du Caucase et et dans le vallon au-dessus. Les 
i^^^pend du district de Géorgiefsk ; vallons resserrés, desquels sortent 
kHp a été nouvellement construite les ruisseaux ci-dessus nommés, 
Buiqnement poUr protéger le se- coulant dans leurs rigoles pro- 
«ar des malades qui viennent afix fondement creusées d'une pierre 
lonrces minérales acidulées , qui calcaire dure', coupent cette mon- 
*ctroQrent ici ; pour rendre plus tagne des d'^ux côtés, et l'envelop- 
ûrle passage à ces eaux on a avan- pect eu quelque l*a^*on entièrement 
^toQtela lignedefortificatiouy en le petit ruisseau bien fourni qui 
Ommençant depuis les habitations fait à lui la source dcau minérale 
l^U petite Abaza , ou du passage se réunit après un cours tortueux 
le HaïaUpacha ; où se trouve un et vagabond de tout au plu< 89 
^^iment Cosaque sur le Coubane, pieds , avec le ruisseau Cosadk , 
^^nk la redoute dont nous par- coulant tout auprès à lest, au^ 
^1$ jet delà on rejoint l'ancienne quel se joint et im;uédiatement 
'rioepar un cordon /le postes ren- après h l'ouest celui d'Elkochu. 
>rcé9 , et de redoutes qui passant Cr*s Li*ois rtiisseaul forment en 
ar la grande Cabarda s'nppuve Commua coiui au(]uel , daprès la 
ToM, I. ' 3x 



25o KIT KlZ , 

source da mîlien ou celle deau 'K.iTCïiKÈLEÏKA^(KiccKeAeÛKa.) 
minérale, on donne le nom de pet. rlv. du gouT. de Penza-, dans 
Narssau ou Nar-zana. Je ne m'é- le dislrict <îe Gorodîschtche; elle 
tendrai pas beaucoup sur les pro- se jette dans la Youlow. 
priëtés de cette eau merveilleuse : Kizikermen, ( KusuKepjueié) 
ce sujet appartenant da\antage aux pet. ville du gouv. de KLerson, à 
voyageurs et aux -naturalistes , je 6S w. de cette ville sur une très- 
dirai seulement qn elle est lim- haute monUgne sur le bord da 
pide comme le crisul, puisée dans Dnepr ; elle est bâtie sur les rui- 
le moment, j^^^^^i aussitôt que son nés de Tancienne Kizikermen , où 
sable brun s^est précipite, une les Turcs avoient une garniton, 
quantité de petites bulles, comme dont on voit encore les miaes. 
1^ meilleur vin de Champagne, pi- Celte ville s'appelle actueUemrat 
cote de même la langue avec un Bcrislavl. {Voyez cet article,) 
acide agréable, et porte aussi for- Kizilbaçhes , {KusujiSauiu] 
lement an nez. Cette eau est si peuple Tatare qui se trouve dans 
pleined*air que des bouteilles rem- le midi du gouv. d*Orenboui^, 
plies et bien bouchées éclatent ils sont en petit nombre, ce 
dans l'intervalle qu'il faut pour sont pour la plupart des Perses 
les porter au lien élevé où l'on qui sont sortis des 'prisons des 
campe d^ordinaire. Elle perd su- Kirguis , ceux , qui .se sont ti- 
bitement à la vérité une grande x es dans le territoire de Su»ropol 
partiedecet acide carbonique dont se sont faits baptiser, les aairfs 
elle est surchargée; il reste cepen- sont restés atuchés au mahout»- 
dant, quand après lavoir laissé re- tisme de la secte d'Ali. liC nom de 
poser, on la met dans de fortes bon- Kizilbaches est un mot blare 
■teilles bien bouchées et bien gou- composé qui signifie tête rou^e ^ 
dronnées, une suffisante quantité c'est le nom sous lequel les Tares 
d'air, pour lui donner toute la désignent les Persans par dérision, 
force delà meilleure eau de Sel- parce q ne ceux-ci portent des bon- 
ter. Cette eau , reconnue certai- nets rouges enveloppés d'une 
neméut pour être du plus grand étoffe qui forme douze plis ea 
secours dans un nombre iudéfî- mémoire de leurs douze imâmes 
ni de maladies , sera mieux apré- méconnus par les Turcs, 
ciée quand on en aura fait un Kizilskaïa-Crepost, A'Bjetîi- 
plus grand usage et quelle aura cxoa /cpinocms.) ou forteresse de 
plus de réputation. Kîzil , elle se trouve dans le go«T. 

RiTCHiGUiNSKAÏA - CHÉPOST , d'Oreubourg, au confluent duK 



une 



(KuTMeuHCKaA Kpinocm^.) ou fort zil et de TOural > on y trouve 
de Ivitchigninsk; il se trouve dans église quelques casernes, unegar* 
le gouv. d'Orenbourg, sur les vison de deux escadrons de àra- 
bords très-escarpés de l'Ouvelka, gons , et une déni i-compeni' 
que les raohkirs nomment Ouviel, d'infanterie J elle est à 4a8 w. à'O' 
et dans le district de Tchéliabinsk, renbourg. 

dont il est éloigné du chef-lieu de Kizlar , (KuaAnpl.) tîIIc d« 
68 'W. ; on trouve une église et gouv. du Caucase, forteresse et 
iine centaine de maisons dans ce chef-lieu d'un district ^ elle est &^ 
fort , dont les habitans sont près- tuée sur un des bras du Térckf 
que tous de vieux soldats réformés près de sou embouchure dans l» 
et quelques Cosaques pour les mer^Caspienne, sous le 43*^ 5i'd« 
commissions et le service de la lat. sept, et Je 64° 10' de Ion?' 
poste. 'Orient. , à 400 w. d'Astrakhan. 



KIZ 



KYK 



a5 



ff'Ke ville a èié hâlîc en ijSô , et ponr celles qui viennent de ces 
pour remplacer la forteresse de pays ; une branche nouvelle de 
StfCroix qii*on avoît abandonnée, commerce, etqnitons Irs jonrs 
Ij l^arnisoD de cette forteresse est devient" plus considérable, c'est 
tnojoars composée d'un régimdkit riiuile de sésame. Le^ouverne- 
^.'inlanterie de deux bataillons et ment ayant encourn^^é la culture 
tie troupes léfijères prises parmi de cette plante , on en extrait une 
lesditférens peuples Mabométaiis huile qui s'emploie avec succès 
des iDontagnes qui Tavoisinent, au même usage que l'huile d'oli- 
rotreKizIar et Astrakhan. Dans ves ; le colon, le riz y réus- 
rianDense step qui sépare ces deux sissent également bien, mais 
tilles, on voit diflérens peuples c'est surtout la culture du raisin 
nomades y tels que les M ogais , les et du mûrier qui y prospère le 
'Irnakhmcns , et surtout les Cal- plus ; on commence à en exporter 
mouU ^ errer continuellement jnsqu'h 3oo pouds de soie. Ija po- 
sons la conduite des chefs qui re- pulation de cette ville peut monter 
Inpnt poar la plupart du coni- à 600 habitans des deux sexos^ elle 
maDdant de Kîzlar. On trouve est composée de Russes, d'Armé- 
dans la ville un couvent, deux égli- niens et d'autres peuples des mon- 
tes Rasses , deux arméniennes , tagnes ; les Arméniens en forment 
<f mosquées tatares, des casernes et cependant la majorité , ils sont 
des magasins considérables , des tous commerçans. 
Iwutiques et plus de 4^0 maisons. Kuppis , (A'ionuc&O C'est une 
lecommerce que fait cette ville est belle source dVau minérale qui se 
très-riche , tant par les vins et trouve en Finlande près de la ville 
les eaux-de-vîe qu'on y fabrique et d'Abo* 

qa'on exporte dans l'intérieur de Kygagetou , (/ru«rt;Kmy.)pet. 

1 empire , que parce que Kizlar est riv. qui coule dans la presqu'île 

On entrepôt de la plupart des mar- du Camtchatka. 

chandises qui viennent d'Aslra- Kykcha , (KuKnia») ( T^'oyeç 

khan pour aller en Perse , chez les Bolchaïa reka). 
peuples des mon tagnes du Caucase ^ 



1232 



LAD tAD 



L. 




embouchure qu est bâti le fort ville est bâtie sur le \ olkhof enlre 

d'Oustlabinsk , 3pparlenant au le lac de I^cloga et le caual qui 

gouv. dir Caucase , district de coniinence ici pour aller se réunir 

StavropoL à la Newa. Celle Tille a élé com- 

T X- / . ^ \ -.«* «Il mencéc en i7o4 et peuplée en par- 

liABOUXl; • (Jla6i/Hh.) pet. Tille *• i i ^-l^^z a,, «•-«,!« 

1 1 -îriii^.» ^r. •^» j tie par les liahitans du vieux U- 

du eouv, de Volhmie , difilrict de i *^ ,^ ^ ^ . " j:^* 

„ Y 1 i; i • .. doûa fim ne se irotive qu a du w. 

Zaslav 5 sur la Kboryni qui ^e i«tte j **,. i r% . IL -« ^ i., 

j^ 1 Cl . 1 -. . J^u aÏ .-f «• I «c distance. On y trouve lîoo ha- 

ddns le Moulche ; elle eloit ci-de- i- j j ^- ««-.««« 

vant elle-u,èrt,e chef-lieu dnn di,- J"»"« *'«'» .<*«."*., »f*" ' f*^"" 

trict , dont dépendoit le. pm. y il- *«"!» «f upe. a P/loter le. b.r,«« 

1 j u n Tu« ^r. f> qui enlretit ICI tfuVolkhof dans w 

les de Barinotla « Miropolie , Po- ^ , n x « s ^u^ .-« 

T T. i- »1 •« -.4 i\-. canal pour aller a Pelersboun;, 

lonnoe , Icherlona • et Ostropo* ^. . *^ • i i ^ ,» „I 

,. ,,' , , 31 j 1- , * et a naviguer sur le lac pouf 

lie ; elle est a loi^ w. de-dtstanoe . . ^j i i .j^.«.«. 

, '.. . ♦ transporter du charbon et despier- 

^ * ^* '/ ^ res dans cette capitale. 

LaC4 5 " (Aana) pet. rîv. d^i Ladoga VI eux, {Aa^ota cmo- 

gouv. de Peoza ; dans le district paji.) Ce bourg , sur leVolUiof, 

deKerensk. qui n'est qu'à lo w, de disuoce 

LadeinoÉ-polÉ , ( Aa^eîmoe «" nouveau Ladoga , éloil ancien- 
7i^.\e.) pet. ville du ^ouv. d'Olo- nement une grande ville, Qo«îlqne$ 
^éU , sur la rrvo |;auchp de la Svir- liistoricns croycnl que c'étoil lAl- 
lia , à 2l5 w. de Petrozavodsk. On dejgobord , cfté par les écrivains 
T trouve une seule église. Celle du nord, et dont le 4iom venoilJu 
petite ville a un chantier établi bic qui s'appeloit auparavant A l- 
par Pierre-le-Grand pour la cous- doga , cl que par une trauposilion 
truction des vaisseaux, et elle des deux premières lettres, nous 
porte dans ses armes le pavillon nommons Ladoga dans ce temps- 
impérial , pour désigner Thon- ci. Cette ville est très- t^onnac dans 
neur qu'elle a eu de construire les nos chroniques , comme la i-éii- 
pi*emiers vaisseaux Russes qui dence de Rnrik , premier souve- 
parurent dans la Baltique sous ce rain des Russes , avant qu'il uela 
pavillon. Presque tous &e% habi- transportât à Novgorod. l^sMaves 
tans sont charpentiers ou forge- Tappeloient Fi/fe-'f^ieH/e , et l« 
rons, employés à la construction de Rousses la nomnioient jàlleftc- 
différens navires. bourgs ce qui signilic la piéjne 

Ladoga Nouveau, (Aa^o^a chose. M. Tatischef pense qu'on 

-Hoean,) p. ville du gouv. de Pélers* Vappeloit aussi Gardorika. En 

bourg, et chel'4ieu d'un dislrictj iii4) l^<loga fut transporté un 



LAD LAD. a53 

QD peu plas bas , et entonr^e de plusieurs coudes et stnnosîirs , de* 

manilles de pierres, par les or«» puis Schlusselbonrg jusqu'à ISou* 

dres du graud-duc Mstîslaw de veau-Ladoga i^ans le \olkIiof , et 

îioTgorod. Go en voit encore dans l'ouvrage tut porte à sa (in sous le 

tt moment les ruines. L'ancien règne de Timpëratrice Anne en 

nvétoitde bcîs. Ijaméme année I73a; ce canal n^alloit d'abord que 

01 y construisit une église. En jusqu'au village de Cabona situé 

ii6{, tes Suédois vinrent avec 60 sur une rivière de même nom à 

$n» bateaux, et après avoir ra- 44 w. de Scblusselbonrg , et delà 

T^é les euv irons ils brûlèrent une au lac moyennant une écluse qui 

firtiedcla ville, et se retirèrent existe encore aujourd'bui. I^e 

^sleYoronai, rivière oui tombe comte de Municb a fait publie^ en 

ilaos le Yolkbof ; mais le grand- 17^49 qu'après une expérience 

duc S?iatoslav Rostislavitcb eu exacte faite à trois différentes re- 

iTant été informé , accourut avec prises , IVinboucbure de ce canal 

ks NoTgorodiens ; d^un autre c6té dans le fleuve Volkhof est plus 

inr maire Azarius étant entré élevée d'un pied que son embou- 

iiai le Vorouai pour y attatf|uer cbure dans la Neva ; près de 

kSaédois, les y battit complet- Scblusselbourg , il a 32 écluses, 

tefflcnt; il prit 4^ bateaux , en savoir: 16 au nord qui servent an 

cdbL) plusieurs à fond ; quelques- printemps a détourner dans le 

tBiseulement acMauvèrent par la lac la surabondance des eaux, et 

bilp. Dans les temps plus mo- . 16 au sud destinées à conduire au 

itrws, cette ville commença à canal les petites rivières de Lipka 

^oir de son ancienne splen- Nazia-, Cheldikba , Lava et Ca- 

J^f) et depuis qu* une partie de bona , qui lomboient auparavant 

i^habitans ont passé dans le non- dans le lac et qui augmentent 

fna Ladoga , elle fst e^ièrcment maintenant les eaux du canal sans 

k&ijjfc en décadence^ Dans ce j mêler seur sable et leur limon. ^ 

feonent-ci , ce n'est plus qu'un En été ce canal est couvert de ra- 

tkéiif bourg dans lequel il y a à deaux et de barques venant du 

leioe 5o maisons. Yolkbof ^ pour entrer dans la Neva 

Udoga , {Aa^oea^ (lac de), et approvisionner Pétersboorg en 

Int situé entre le golfe de Fin- lui apportant les productioiis de 

me et le lac d'Onega. Sa Ion* tout 1 empire , depuis la mer Cas- 

IfWirest d'environ 175 et sa lar- pienne , qui par ce moyen et le ca- 

|P»r de io5 tv. Tl est regardé nal de 'Vicbui'Volotcbob,commu«« 

ftfflinele plus grand lac et le plus nique à la mer Baltique. On ap-- 

foi&sonneux de TËuropc : on y perçoit depuis le canal plusieurs 

bf^QTedescbiens marins. La qunu- îles situées dans le lac , habitées 

^ àe sable qu'on y rencontre , par qiicl([ues pécheurs , savoir , 

tt que de fréquentes bourrasques Sarkot , Zélcmtzy Kirse, et Tinow, 

n^scQt cà et là , rend le rivage Le lac de liadoga communique à L| 

'^yei est cause que ])eauconp mer Balticjue par le moyen delà 

■baiéaax plats y ont péri. Pour Kéva , qui est la seule rivière qui 

•tmédier à ces inconvcniens , en sort ; au lac d\)néga , par Li 

rierre-le-Grand jugea à propos Svir , et celui d*Ilmen par le VoU 

o^'labllr au sud-ouest du lac , un Uiof. Il reçoit daas son sein plu- 

f*nal de la lenteur de 104 w. , sieurs rivières, Joui les plus con- 

^O'jo pieds de largeur , et do 7 sidcrablcs sont -la Paclia, le Siassa 

^ 9 <le profondeur. On commença etTOial j les Finnois appellent ce 

% creuser eu 1718, au moyeu de lac Kew ou Tiicvo, c.-à.-il. mer 



a54 • LAM LiP 

LaÏghI^F Ç/tauiueôb,) p. ville dernier endroit qn'on le nomme 

da gouv. de Cazan et clief-lieù lia mou t tes, c- à- d. faabîtans des 

d-uu district , sur la Cama, à 3o côtes de la mer. 1[ ployez Ton- 

w. de son embouchure dans le gouzes.) 

Volga, et à 68 w. de distance de liAPOME, (AanjiàHAtJt') ï» 

Cazan. On y* trouve une seule Laponie Russe app.'.r lient au gonv. 

église. .C'est dans cette petite vil- d'Ârkliangel, et forme le district 

le que les barques qui descendent de Cola qui est situé entre VOcéan 

la Cama se fournissent des cli&i» glacial et la mer Blanche , qui 

▼aux et des ouvriers nécessaires elle-même n'en est proprement 

pour se faire traîner en remon- qu'un grand golfe. Le climat r 

tan U le Volga. Il se tient ici utie est excessivement froid et la terre 

Ibire lei»» de juin pour les ba- aride; on y a en bivcr trois 

teliers* qui s'y assemblent en mois de nuit, de même qn'ea 

quantité , la population de celte été trois mois de jour ; le pria- 

pet. ville n'est pas considérable. temps et l'automne y sont iooon- 

hXL^K j ( AaA,ècKbf ) ville da nus; il y pleut rarement en été, et 

gouv. de Vologda , et cbef -* lieu Thiver tout est couvert d'noe 

d'un district. Elle est sous le 60^ neige profonde ; l'ai r y est cepen- 

57' de la t. sept, et le 64^ 3g* dé dan t très-sain. Les babitans ne se- 

long, orient, sur la Lia qui se jet- ment rien , mais se nourrissent ^e 

te dans la Louza sur sa rive droi- cbasse et surtout de pèche , les 

te. Lalsk est à 535 w. au nord -» est r ivières y étant excessivement pois- 

de Vologda. On y trouve un cou- sonneuses; ils sont presque tons de 

vent de moines et 4 églises de la religion grecque , cependant 

pierres; sa population monte à il y en a encore quelques-uns par- 

!t5oo personnes des deux sexes, m 1 eux qui sont idolâtres. Ce paj-s 

Les marchands de cette ville font couvert de bautes montagnes j 

un commerce considérable en Si- offre dans ses vallées une nourritn* 

béric, en y portant les marcban- resaiûe.et abondante au bétail j 

dises de Moscou ; à Â.rkhangel , qui en général y est très - gras ; 

en graines de lin et en blé , et particulièrement les rennes. Oa 

à Moscou en y apportant les mar- y trouve des ours, des élans j 

cbandises de Sibérie. ^es rennes, des loups , des glou* 

Lama , {Aajua*) le peuple do tons, des castors et des bermines, 

Sibérie nomme ainsi le port d'O- L'animal le plus utile k ïhommt 

Ihotsk ( /^o>T^ ce dernier article,) y est lé renne., car on se nonr- 

Il y a aussi uiie rivière de ce nom rit de son lait , dont on fait me- 

dans le gouv. de Moscou , elle a me du beurre et du fromage , ott 1 

sa source dans le district de Volok- mange sa cbair et l'on se vèiit àt 

lamskoi , traverse celui de Cline sa peau. Les Lapons les attellent 

sur les limites duquel et celui de à leurs traîneaux , et fls coorçi^^ 

Cortchéva , elle se jette dans la comme cela avec une vitesse in- 

Cbocba. croyable, il y a une grande qoanU- 

Lamouttes , (.^ajf«r/mM.)pet. té et une variété d'espèces consi- 
peuple errant de la Sibérie , de , d érable- de moucbes en Laponif* 

la race des Toungoores. Il se trou- Ce pays confine à roccidcnt a 

ve en Daourie sur les bords oricn«- la Laponie suédoise et danoise, 

tal et septentrional du Baïkal. et Lapons, {Aonapu*) Ce f^^ 
«ur les côtes de la mer du côté* pie babite en Russie dans legoo^ 

d'Okbolsk, jusqu'aux peuples Co« d'Arkbangel , district de Coh* 

riaks, et ce n'e«l que vers ee Les Lapons s'appellent eni-io^ 



ÎAV LES a55 

mes Sam on Soms , et le or pajA tion de ce peuple dont les voya- 

Saméaudiî ou Somellada. Sur un geurs , surtout dans ces derniers 

espace de plus de mille w» qu'ils temps , ont parlé ^ d'ailleurs il 

ucuperit en Russie, à peine v a-t-il appartient proprement à la Suède} 

noo familles de Lapons. Ce peu- ceux qui sont en Rnssie nVn ior- 

plepafoit être de la race des Fin- ment qu'une petite partie. Les l^a- 

Ddis; iUIes nommoient il y a 600 pons Russes sont presque tous 

m item/me (déserteurs Finnois,) chrétiens , cependant ils cntre- 

^lit paroît plus probable de croi- mêlent leurs cérémonies religied-* 

r^ qne les Finnois voulant vivre ses -de beaucoup de coutumes pa- 

plui commodément et dans un yennes; quelques-uns sont encore 

pvs plus abondant; quittèrent idolâtres. Ils payent leur tribut 

les Lapons^ que de supposer que à la Russie en fourrures, et souvent 

ces derniers les abaudoncreut en argent comptant dont ils se 

pour aller habiter, presque sous procurent suiisamment dans leur 

le polo , un pays aride et désert , commerce avec les Norvégiens. 

comme le leur : ils l'ont occupé , , . . ., , 

de tout temps , et se sout gouver- ^^^^A , ( Jlaea. ) nviere du 

nés par leurs propres lois, iusqu à gouv. de Petersbourg qui se jetu. 

ce (lunis fussent soumis W la dans le lac de Ladoga. D après le 



"3 oue» caves, les 'Veux cris, 7, " o-"- 1* ^n 

Fu de barbe ; 'les cheveux W ^ra^^ fit à Charles XII , cette 

Uins et irès-épais et plats et le ''*^»^''® ^*^^^ P«®^® P^'*^ ^*"*'^* 

Jeiiu jaunâtre  cause de la fn- ^"^^^^ 1«« «^^"^ états. 

niée dans laquelle ils vivent une LavLINSKOI-CanaI., (AaêJiuH» 

partie de l'année et de leur mal- ckoù KanaAh.) Ce canal l'ut com- 

p<*opreté habituelle ils sont fort , meucé par Pierre-le-Grand pour 

sgiies^ mais très-portés a la pares- réunir l'Ilavlia, qui se jette dans 

fe, assez intelligens , pacifiques le Don > avec la Camychinka , 

<^t soumis ; au reste gais, fidel- qui se jette dans le Volga , et pai* 

«^, point voleurs, mais soup- Conséquent la mer Noire avec la 

conneux, trompant volontiers dans mer Caspienne et la Baltique ; les 

les marchés Qu'ils font , se pré- travaux des deux canaux com- 

^<'rant à tons tes peuples du mon- menées dans cette intention fn* 

<■<*. Ils aiment leur pays avec reut poussés asssez loin , lors- 

P^^sion, et lorsqu'ils sont obligés qu'ils lurent interrompus; on sup- 

«e s'«n éloigner ils meurent ordi- pose avec vraisemblance qu'ils 

nairement de consomption occa- vont être repris dans ce moment* 

>»0Qnée par le mal du pays. Les Lesnaia re&a , {Aicnaji p*- 

«'luines chez ce peuple sont peti- 'fa) ou le fleuve boisé. Il coule 

^s , honnêtes . caressantes et ^^^^ns le gouv. de Tobolsk , et à 

n«èmes assez jolies j elles sont ex- travers le district de Beresow , 

trémement craintives, et elles ont du midi au nord pour aller se jet- 

^(\i de commun avec leurs maris, ter dans l'océan glacial ; il est 

I*ps Lapons ne savent ni lire ni extrêmement rapide, et ses ^aux 
(^crîrf^ ils emploient une espèce de sont si pures' qu'on apperçoit la 

biéroglyphes qu'ils découpent sur moindre petite pierre au fond de 

des petits bâtons qui leur servent l'eau qui dans plusieurs endroits 
de signature* Je ne m'étendrai a quelques toises de profondeur, 
pas davantaj^e sur la descrip- Sou nom lui vient At^s mélèzes 



a56 LGO LOS 

nains et cl*aatre8arbrlss<^aax qui Ltakhovitcht {^Ascoeuzu*)^ 

coUTrent s^s bords ^ tandis qae endroit fortifie da goa?. de Minks 
sons cette lattitode il est si rare il ayoitété érigé en comté sous le 

d'en voir un. régime Polorois ; non loin de là, 

Lesno, (^*rKO.) Tillage du Ic'f Cosaques essuyèrent une dé- 

gouv.de Mobiles, dans le district jaite en 1660 de la part des Po- 

de Starob^khovsk , sllué sur une '«^««f* «^«f »7p6 , il fut pnset 

petite rivière, il est célèbre par ruinés par les Suédois, 

ta desfruclion entière dun corps Liala , ( ^am. ) rivière du 

de Suédois commandés par le gêné- gouv. de Perm ; elle a sawu- 

rai l^enbaupt en i;o8 , le 28 ^ce dans le mont Ourall , et « 

septembre. réunissant h laLobva, elles se 

^ * / « ,, jettent ensemble dans la Sosw, 

LESNOi-CAÉAMYiHE, U^cHou. iue coule à travers des toréu m^ 

^apaju^^iub.) Colonie allemande g^jg es. 

du gouv. de 5aratof, à 67 w. de ^ ^ianga > (AjiHea.)^f. ririèrt. 

cette ville,, dans le district de a» gouv. dépensa, dlns le dis- 

Camych.ne.Onycomple i7i fa- ^^j^^^ ^^ Tchenbar, eUe se jelic 

milles toute de la religion lutbé- j^^^ ^^ Tcbenbar. 

rienne il s y trouve une église de Lokhvitza, ( AoTsuna^) pet 

^<^°™- Tille du gouv. de Poltava., et 

Lesnoï - voROHEJ , (^tcKoiï cbef-lieu d'un district; elle ut 

Boponemd.) ou le Vgroéj des située sou^ le do*» 18' delaUsept. 

bois ; c'est une ^rivière assez con- et le 5oo 69' de long, orient, sor 

sidérable qui a sa source dans le les bords d'une petite rivière da 

gouv. de Rezan , district de Kiajsk même nom qui se jette daos k 

et qui entre ensuite dans le Soula. Cette ville a été fondée par 

gouv. de TamboWJ traverse la le Polonois Vicliévsky, après le 

ville de Cozlow , h quelque dis- règne du faux Dmitri. On y trou- 

tance de laquelle elle se réunit au ve 3 églises et près de quatre mil- 

Polevoï-'Voronej ou \'oronej des le babitans des deux^ sexes. 

cbamps« Ces deux rivières en- Lopasnia , {AonacHA») p«t 

semble forment le Voronej pro- rivière du gouv. de Moscou ; el- 

premont dit. le traverse 1rs districts de PodoUk 

LÉTiTCHKV , ( Aimuzeôh. ) p* et de Serpoukbow , où elle se jette 

▼îlle du gouv. de Podolie et cbef- dans VOca. 

lieu d'un district sttr la Volna , LopatikIia , ( AonamuT(p) 

qui se jette dans le Boug; elle est pet. rivière du gouv. d'Ecalheri- 

à i35 w. nord -est de Camenétz- noslav qui après un cours de 3o 

Podolskoi ; on n y trouve rien de w. se jette dans le Dnepr. 

remarquable. Lopouxhotaia , ( Aoni^xo* 

Lgow, {Ahtoôl^) p. ville du eau.) p. rivière du gouv. des Sio- 
gouv. de Coursk et cbef-lieu d'un bodes d'Ucraine , elle se jeWC 
district, c'étoit auparavant un dftns la Cotelva. 
bermitage , dont on ignore Tori- Lossosinka , {Aococuhko^)^* 
eiuc, l'Ile est sous le 5i*»42'<le rivière du gouv* d'Oloaeu , «(!« 
kt.%epr. et sous le 55» If de n'est remarquable que par la vil- 
long, orient., sur la Sel m à 71 w. le de Petrozavodsk bâtie sur sei 
de distance nord-ouest de Cou rsk ; bords. 

on y trouve une seule é^^lise ^ et LosvA , {Aoçea*) grandef»- 

Il peine 600 Labitaus des deux vièredc la Sibérie , elle prends» 

sexes. source dans legouv^deTobol^i 



LOD LOU a57 

district de Béréxow , entre dans l'Oasoja et les deux berds de la 

le gouT. de Perm , puis re- YoînlLa , k i34 w. d'Ohcl , on y 

tourne dans celui de Tobolsk ; trouve une seule église et lao mai<- 

rilr ra se jeter dans la Sosva sons dont les habitans vivent as« 

iprét an cours de plus de 200 w. sez pauvrement , ne faisant aucun 

LouRNT , ( At^ôHhi- } ville du commerce. Us .sont tous labou- 

jooT. de Poltava et chel-lieu d'nn reurs. 

district, sous le 49° î>7' ^^ lat, LouganskaIia stanitza, (^//. 

ypl. et 60» 4*'*^clong. orient., eancKaji cmanu^a' ) bourg des 

flie est bâtie sur une montagne Cosaques du Don , sur la Lou« 

riorée sur les bords de la Soula, k gane , qui se jette dans le Donetz* 

l^ vr. de Poltava. I^s chroniques 11 est fameux par ollo foire qui s'y 

Russes parlent d'une déi'atle san- tient au mois d'août , et qui du* 

gUatedcs Polovtzis qui eUt lieu re i5 jours, et p^r les belles fo«- 

pres de cette ville, par les^raud-duc rets qui Tavoisinent. 

Sîiatopolk. Loubny actuellement LodooViiA - oriaznoUkha , 

^t assez bien bâtie. On jr trouve ^Ai^cooa/t" ep/isHi^x'a. ) colonie 

3t'glises et un couvent de moines allemande du gouv. et district de 

liusi qu'une pharmacie très>con- Saratow , sur le grand Caraman , 

sidérable appartenante à la cou^ on y compte 35 familles luthé- 

mone, et qui à été établie par riennes. 

Picrre-!e-Grand« Il se tient iciqua- liOUJA , {At^xa») p- rivière qui 

t^ grands niarchés par an: on se jette dans la H rot va ; elle a sa 

compte dans cette ville près de source i^ns le gouv. de Smolensk, 

5ooo habitans des deux sexes. et unit son cours dans celui de 

LnuoA , {Ai^ea») ileuve qui a Calouga, district de Tarouza . 
u source à 60 w. ne Novgorod , et Louja ou lja , (Ai^xia uah 

qui coulant delà vers le Nord-ouest, AjKa.) rivière considérable qui 

entre dans le gouv. de Pcters- sort d'un lac du gouv. de Yitehc^k 

boarg pour se jeter dans le golfe et qui entrant ensuite dans celui 

<ie Finlande ; il détache aupa- de Pskow , et après avoir réuni à 

ravaatnnbras qui se réunit à la elle les eaux de la Outra se jette 

Narova sons le nom de Rossane. dans la rivière VéliLaia ou grande. 
Ce tleuve traverse un pays rem- Loukhc, {At^airà,) Rivière qui 

pli de forêts , et il fournit du a sa source dans le gouv. de 

l>ois en abondance au district de Costroma , de là elle entre dans 

Yambourg qui en manque. Peu- celui de Vladimir , et coulant 

dâdt le printemps , ies eaux sont vers le sud elle sépare le district 

assez hautes pour porter de gros de Viaznikof de celui de Gorokho- 

l>Ateaux , et des bois de construc- vetz , et après un cours de loo 

tinn des environs de la ville de w. va se jeter dans la Cliazma. 
LoQga jusqu'au port de Nafva. LouxHE , [At^jcb.) pet« ville du 

LouoA V («/^yca*) pet. endroit gouv. de Costroma , district de 

in gouv. de Pétersbourg , nou- Yourievetz PovoUky , sous le 56* 

velleraent érigé en ville et eu 4^' ^^ ^^ sept, et le 60"^ 4^' ^^ 

chef-lien dfe district , il est situé long, orient, sur la rivière du mô- 

iur les deux bords du Louga à uie nom et à i5ow.de Costroma 

ii3 w. de Pétersbourg. vers le sud-est ; elle est entourée 

LonOANlTE, ( Ai^eaHh. ) pet. d'un vieux r.».npart de terre, hors 

ville du gouv. cl'Orel , apparte- duquel on trotive trois églises, 

naote au district de Sévsk , elle Les habitans sonrt au no.nhrc d.; 

est bdtie snr la rive gauche de 1000 eu comptant les deux sexes. 

ToftL 1. . 53 



358 LOIT . LUB 

LoUKOTAiroV 9 (Ai^KOJiHOôb* ) dlovs soQs Ic nom Lofitcliesk ; elle 

p. ville du gour. de Nigoi-^o^go- a un cbalcaa oo réside Tëvéque , 

rod, ci chef- lieu d'un district et où les jésuites avoient un col- 

sous \e b^<> ^y AelaiU sept, et le lége. l/évéque grec-uni qui y resi' 

b'i^ 20' de long* . orient. , à i58 de aussi préteud prendre le pas 

>v. au sud de Nijni. Cette petite sur les archevêques de Polo tsl et 

ville est bâtie an confluent de et deSmolensk et dans les açlfs 

deux petites rivières, la Tëeha publies il prend le titre d'Exarque 

et la Rbvot'tchovka , on y conjp- de tontes les Rnssies. Souslegoar. 

te une église et 25o maisons. Les Polonois 9 il se tenoit ici unedlé- 

habitans ne font aucun commerce^ tine alternativement avec Vladi- 

ils sont tous cultivateurs. mir de Yolhîuie , et il j avoit une 

LoUTCHOSSA. {Ai^zoca») p* justice territoriale; le Palatin j 

rivière du gouv. de Mohilew ; résldoit aussi bien qu un grud 

elle parcourt les districts de Ba- Caslellan et un staroste. llyeat 

binovitchi e^ de Senninsk ^ et va k Loutsk en 14^9 une assemblée 

se jeter dans la Dvina. fort brillante ou se trouvèrent 

LoUTiX ouLUTiK, (Ai^muKh Tempercur Sigismnnd , a Roi» et 

1/1 AU AiomuKh») c est ic nom d'un plusieurs autres princes. La pins 

château-fort que les Turcs avoient grande partie de la ville fut brù- 

construit entre les deux princi- lée en 1762 ; elleest actuellement 

paux bras du Don , sur une ile tonte rebâtie en bois. Presque 

vis-à-vis d'Azow; il ëtoît formé tout son commerce se fait par 

de quatre citadelles réunies entre les Juifs , qui sont ici fort nom- 

elles par un fort retranchement, brcux. 

Les Busses le prirent en 1696 et Louza , {Ai^30>) rivière coosl- 
le rasèrent. dérable du, gouv. de Yologda^elle 

Loutsine, (^i/^um5.} pet. en- se jette dans le Youg. 
droit u:)nvellement érigé en ville, LouzerN£ ou LUCERN£«(^tf- 
chef-lien de district , dans le t^epHb» ) Colonie allemande 00 
gouv. deVitebsk; il esta *ij2'W, gouv. de Saratow , district de 
de cette ville, et renferme une Yoljsk. On j compte 44 ^^''"^^^ ^ 
église , une école juive et 8o3 ils professent tous la religion Ca- 
liabitans mâles , dont la majeure tholique. 

partie sont Juifs. Ce petit endroit Lsta , (Ahcma* ) rivière qm 
a été bâti en 1899 , et on le cite coule dans le gouvé de Pskov. 
aussi en parlant des conquêtes du district de Novorjew. 
Tiar Ivan Yasiliëvitcb en Livo- L'ubeîsk , (Ak>6 eûcnd.) CVlojt 
nie, sous le nom de Louja. Sa po- le nom d'une ancienne ville située 
sition entre deux lacs et sur la à l'embouchure de la ProlTa, 
rivière de Louja le rend fort agré- dans TOca h i si w. de la ^ille aC' 
able. tuelle de Serpoukhow on ne^ 

Loutsk , ( Ai^J4,Kd, ) Ville du voit plus de trace, 
gouv; deVolhiaiect chef-lieu d'un LuBiME , (AïoôujU^.) Yille do 
district, elle est située sar laStir^ gouv. de laroslaw , et clicl-lica 
sous le 5o* 5o' de la t. sept. , et le d'un district^ bâtie siu deux p^ 
/S*» 5o' de long, orient. , à 180 w. ti tes rivières , l'Obnora etVOot- 
cie Jitomir. On rappelle dans les cha , sous le 58^ 6' de lat sept rt 
chroni({ues Busses l^eaucoup d'é- le 58° 4^' ^® long, orient., à 5 ' 
vénemcns mémorables qui se sont w. Nord-est d'iaroslaw* Celle »»• 
pnssés dans cette ville ou dans le est fort ancienne , m^is on 
ses environs j elle ctoit connue ignore par qui et quanilel^^ ^^^ 



MAC MAC 25g 

fondée; on y trouve 4 églises , 34 1 le premier à la Pentecôte , et le 

maisons 9 loo Iioiitîques et deux second aa 6 décembre. 

tanneries ; les habitans font tous LucERNS , i/ltoiiepHb.) Voyez 

le commerce, ils acbettcnl leurs Louzerne. 

marchandises à Moscou et à Pë- Lulekha > {AK>Jitxa:) pet. rî- 

lersboarg, cl les revendent cbez vîèredugouv. de Vladimir, dis- 

m et dans les environs. 11 s'y tricl de Gorokbovelz ; elle a sa 

tieatdeux grands marchés par an; source dans celui de Coslroma. 



M. 



Macane-Rour-â^st, (AfaKaK&- foire qui porte le nom du coa- 
Vuph-Aechi*) C'est la quatrième vent; elle commence k la St.^ 
dci îles Courllls ; elle est à 6o w« Pierre et Sl.-Paul, c.-à*d, au 2q 
^e celle nommée Chirinki ; sa su- juin et dure tout le mois de juiù 
prdcie est de ao w. sur dix ; on let. On y voit arriver des mar- 
j trouve quelques broussailles , chands des contrées les plus éloî- 
mais dI lac, ni rivières; malgré gnées de TA^sie ; ceux de Tem- 
ccla il se trouve beaucoup de sour- pire y venant aussi de tout coté 
ces , dans les montagnes qui en- par eau et par terre. On y voit 
toarent ses côtes. Les plus petites desTatares, des bukharcs^desPer- 
barques auroient de la peine à sans , àea Indiens , des Grecs et 
J trouver an mouillage sûr. des Polonais arrivés par cara-!> 

MacaRIEF • (MaKapiea(b.)^ei. rane ; il s'y vend pour plusieurs, 
endroit nouvellement érigé en vil- raillions de productions Russes 
le v{ en cbef-lieu de district ^ dans tant par échange que pour de l'ar-* 
le gonv, de Nijégorod , elle se ^ont comptant; le marché qu'on 
trouve sous le 55° 5o' de la t. sept, y a nouvellemc^nl construit en bri- 
cl le 62^. 4^' ^® long, orient., sur ques est un bâtiment magnifique, 
la rive gauche du Volga , près On peut à juste titre mettre celte 
de l'endroit où la rivière Kir je- foire au nombre des plus belles de 
netz s'y jette et à 84 w. de Ni je- l'Europe. 

^orod. On n'y trouve qu'une seu- Macarief sur l'OunjAj (Mo- 
le église et à peu près 260 babi-^ Kapbeed Ha[/HJK-b.) ^cl, ville du 
^DS mâles , dont aucun ne cul- gouv. de Costroina , et cbef-lieu 
tive la terre, mais qui gagnent leur d'un district , sous le 67° 44' ^^ 
vie à faire flotter des bois sur le lat. sept, et le 61° 58' de long* 
fleuve. On voit près de cette pe- orient. , elle est située sur la rive 
tite ville , et sur le même bord très-élevée de l'Ounja , à 195 w, 
du fleuve , le c«uvent de Macaricf, vers Forient de Costroina ; elle a 
près duquel se tient la fameuse reçu son nom du cou\eui de St. 



\_J 



3C0 MAD MAC 

M«icaîre qn! s' j tronre. T^ TÎIIe de Soo ans. J^s Cahnonks Va]H 

ren ferme drux églises et 200 mai- pellent Tsagane- F'algazonnc, ce 

sons; les rues y sont droites et qni veut dire Ville- Blanche, ou 

et bien allign<^es; le nouveau mar- bien Madjariene-re-Balgazoune , 

ché bâti en briques au milieu d*n- ou la grande TÎUe madjâre. CVst 

ne place carrée , et très - régu- d'après ce nom , que quelques 

lîère, est un beau bâtiment. t>a écrivains se'croient Ibndés à troa« 

peut porterie nombre de ses liabi- rer ici une résidence primitive des 

tans -à 1600 individus des deux Hongrois ou Comans. Le célèbre 

sexes ; il se tient trois grands mar- professeur Pallas , prétend aa 

cbés par an dans cette ville qui contraire que des voyagears pon 

fait na assez joli commerce en instruits , ont pu seuls présumer 

grain V et en nateaux de toutes que ces ruines étoient celles dune 

fraudeurs que Ton construit sur grande ville ; que leur disposiiioa 

Ounja , et qu'on fait descendre enfile leur a lait voir desrufs; 

par son moyen dans le Volga, mais qu'une recbercbe plus eiacte 

On j trouve encore une fabrique ne lui laisse plus k douter que ce 

de souHre et une de vitriol. local n'étoit autre cbose qa'one 

Macarovka 9 ( MaKopoeua. ) place de sépulture distinguée et 

Colonie allemande da gouv. de lameuse par la consécration de 

Saratof , district de Camycbîne , son sol , comme le proufe louie 

éurle Cararaycbe, à 81 w. de Sa? la contrée du Conma , en remoo- 

ralpî. Les babitans sont an nom- tant et en descendant , sur toulti 

bre de 36 famille, dont moitié les bauteurs et ss illies de ses deux 

Catboliques et moitié Lutbérieos. rives , particulièrement de la droit 

Machka, (ManiKa.) il y a deux te ou du sud , presque hérissées 

petites rivières de ce nom. Tune d*élévations tombales, sitoatioDS 

dans le çouv. de Rézan , la ville que^ cbérissotent les anciens peu- 

de Sapojok est bâtie sur ses bords, pies Nomades , comme attestent 

et elle se jette dans l'Oca ; l'autre encore aujourd'hui les Gilmoali 

coule dans le gouv. de Penza , dis- possesseurs actuels des pâlnragrsi 

trict de Tobenbar et se jette dans d*biver de cette contrée, pf 

la Vorona. rattachement qu'ils lui portent. 

Madjart^ (Maj^mapht-) On Magnitnaïa gora, (MoSKun* 

nomme ainsi un espace de terre hoa topa*) on la montagne d'à»* 

dans le gouv. du Caucase et sur niant. Ce sont quatre monUgnes 

les bords du Couma , qui est cou- dans le ^ouv. de Perm , district 

vert de ruines , ce sont pour la d'Ecatherinbourg , qu'on désigne 

plupart des chapelles voûtées ^ 4 au singulier par ce nom* Elles i^ont 

quelques autres bâtimens qui pa- formées presqu*en entier d'aoe 

roissent avoir servi de sépqlture mine de 1er dans laquelle il entre 

k un peuple mahométan ; ces rut^ beaucoup d'aimant, dont on tros- 

nés couvrent un espace de terre ve même des conchcs entières vrt 

de pluf de 400 toises carrées,et il ^r le sommet ; cette pierre est d os 

en a plus da 5o. A nue werste de g;r&in très-fin et ne le cède pour sa 

là , vers le sud , on voit les rui- force à ^ncnn aimant connu en 

ncs d'une grande Mosquée avec Europe. 

son minaret , et ii 400 toises plus Magnitnaia-crepost , [Uo^* 

loin d'autres ruines p^^rmi les- numna/i Kp-bnocmk.^ ) cVst un 

Îuelles on trouve des inscriptions ^ petit fort du gonv: d*Orenbonrg ; 

après lesquelles il paroit que bâti à 1 embouchure du Kisil d^'oi 

cet endroit a été habité il 7 a plus TOufal , il est à 497 ^* d'Ores- 



MàK 

ionr^^ ft h 64 da fortHeKitlt- 
ikâia ; la garnison consiste en deux 
compa^ies d'înianterie et une de 
ilrj;on5. 

Maîa (MaifT,) grande rivière de 
la Sibérie ; elle se trouve dans^ 
le i;oav. d'irkoutsk , prend sa 
source dans le district d'Okhotsk, 
ej<e dirige du nord au midi, et 
^prôs plusieurs détours de l'est à 
Itiupsi, elle reprend son cours 
rers le nord, entre dans le district 
(le TaUatsk , où elle se jette daus 
1 AIdnnp. 

MAIATCHK4 , {Ma/iZKa.) pet. 
rricre du gouv : d'Frallicrinos- 
l'iw, qni àort du step et se jette 
«ianslc Dncpr, 

MaÏ'^E, [MaÙHh.) grande ri- 
vière du gnuT. d'Jrkoutsk , can- 
loii d'Okliotsk, efte coule, du 
ju<l-est , au nord-ouest , et se 
jVtie dans l'Ai^adir. 

Maïsse, (Maucb,) pet. rîv. , 
Jugouv, de P;»nza, district de Gp- 

rodicheusk , elle se jette dans 

rinza. 

MajaKH , MADJAR OU ABfOUl.* 
f*^'BSA, (AfajKOJCô, Ma <jKa/>5 Wvi m 
A.H{fXb^gSca') grand lac de la 
Sibérie, dans le gouv. de Tomsk ; 
'1 wt entouré de hantes qionta* 
gncs couvertes de forêts, et iJ con- 
tient beaucoup d'îles. Les Tatarcs 
lapassent en radpaun en automne 
P^nr aller à la clinsse des mar- 
^•^Ps et zibelines qnî^ sont ici les 
rîus belles de toute la wSibérie , 
^i ils reviennent rn hiver sur la 
Mace, lorsque le lac est déjà ge- 
•^ On y pèche des esturgeons 
^ une énorme grandeur. 

Majarovka, [MamapodKa,) 
P- rivière du gouv. de Penza^ elle 
^ jette dans la Chnaief , aulivî 
pet. rivière , à g \r. de sa source. 

Makhnovka, ( MaxHooKO' ) 
Ft» endroit nouvellement érigé 
*n ville, et en cheMieu de dis- 
trict ; elle appartenoit à la Polo- 
gne,ei vient a être annexé au gouv. 



MiL 



361 



l 



deKîew. Cette petite TÎlle est si- 
tuée sur la Gnilopiat, pet. rivière 
qui se jette dans la Désna , et cet- 
te dernière dans le Boug ^ elle 
esta 177^ w. de Kiow. 

Malaïa-sestra , [MaAaA re- 
cmpa-^ pèt. rivière du gouv. de 
Moscou ; elle coule dans le dis- 
trict de \oskresensk, et sépare 
ceux de (.line et de Voloklamskou 

Malakovka , i Ma^aKOôKo* ) 
. rivière du gouv, et du district 
e Moscou , clic se jette dans la 
IVloskva. 

M aLaRossia , [Ma^apocclu*^ 
autrement Russie mineure, ou 
petite Russie. i^Voyez, Cosaques 
d'Vkrame,) 

MaLINOW, [MaJiuHOôh.) pet. 
ile de la mer tlaspienne ; elle se 
trouve près d'Astrakhan , c'est 
pourquoi elle est occupée par 
les préposé^ de la douane et ceux 
de la quarantaine. 

IVf ALKA , ( MaJiKa* ) rivière du 
Caucase , qui se jette da|j^ le Té- 
rek , et sur les hords de laquelle 
est hâtie la ville d'Keatherinograd. 

MaLIUYCHF, ( MaJlJtlHUlOf ) 

fiet. ville du ^puv. de V iatka , sur 
i>s horvis de laChnchpi^, qui se 
jette à 3 w. de là dans la V iatka ; 

elle est sous le 36° 4?' ^^ ^^' *^P^ 
et le 68° de long, orient. , et à 
140 w. au sud de la ville de V iat- 
ka. Ses premiers habitans étoient 
des ydieremiss , il» étoient gou- 
vernés par leurs propres prince^ 
qui avoient leur résidence danjf 
cet endroit. Ils étoient les alliéi 
et les trihutaires des rois de 4 'a-* 
zan^ A la prise de cette dernière 
ville, le petit souverain de IVlalmy- 
che , nommé lioltouche , ne vou- 
lut pas se soumettre au Tzar Ivan 
Yassiliévitoh , vainqueur de Ca- 
zan , il q^a même opposer de la 
résistance aux Russes envoyés pour 
les soumettre , mais rompus au 
premier choc , les Tcheremisa 
s'enfuirent, Inissnnt leur prince 
tué par un boulet de cauon sur le 



a6fl MAM MAN 

champ de bataille ; Icnr ville fut leVîtîine; on tire beaucoup oe 

Î irise et donné aux vétérans stre- talc de ses bords, 

etz qui la repeuplèrent , et qui Mamadyçhc , {Majua;^biiuh) 

•ont les ancclres de ses habitans pet. ville d|i gouv. de Cazan et 

Actuels. La ville de Mnhnvche est chef-lica d'un district . sous le 

pauvre, elle a deux églises et une 55^ 56' de lat. sept, et le 68^68' 

centaine de maisons , dont les ha- de long, orient. , elle e^t hàtie aa 

bilans presque tous laboureurs ne confluent de TOclila et de la Viat- 

font aucun commerce* ka , à 1 84 w, nord-est de Caïao ; 

M.4Lo-ARKHAlfGEiSK, (MoAo. ^° J trouYÇ uue sculc église j le 

ApjcuHeejt^cKh.) ou petit Arkban- "T"^'''' de ses babitans , n est pi 

gel, ville du gouv. d'Orel , et très-consulérable : il y a apen- 

chef-lieu d un district ; elle est si^ ^"^ ""? fabrique de Iode de co- 

tuée sous le 62° 3V de lat. sept, ^û , qui emploie beaucoup de ga- 

ct le 54^ 2' de long, orient. , sur "*««*^« P^^"* la teinture , et qaiei- 

les deux bords d'un ruisseau porte annuellement pour pbs de 

nommé Coulikow - Kjavetz qui 1600 roubles de" ses toiles, 

tombe daus la Sosna. Cette pet. Mamai-soVRKA , (Afa.wau.cvp» 

ville est à 70 w. Sud-est d'Orel ; 5«0 C est le nom d une petite r.f. 

on y trouve deux cents maisons , ^^ §^"^' d Ecal^ermoslay qui 




_- ^ quableque par une ville que 1^ 

MalodeUkaia - Stanitza , iameuxMamaï-Khan 6t bâtir siifl 

(MaJlo;leJLèCKaA*CmaHU^a•)(^'esi ses bords , et h laquelle il donnai 

un bourg des Cosaques du Don; g^^ nom. Il ne reste actuellement 

il est situé sur les deux bords de ^„cnn vestige de son existence, i 
la Medyéditza 5 on trouve beau- Mamoa , (Majuea.) pet. fleuTf 

coup d ours dans les forêts voisi- ju g^^y^ dlrkouuk , district d« 

*®f» Ifakoutsk ; il se jett,p dans nn goltf 

Maloï-Taroslavetz , {MaJioû de la mer d'Okhotsk ; on troute a 

BpocJiaseufi») p. ville du gouv. 10 w. de son embouchure da« 

de Calonga, et chef- lieu d'un le golfe une ile appelée Médvejej | 

district ; elle est située sous le 55^ ou ile des Ours. Cette île a dixir* 

'l' de lat. sept, et le 54^ 1 8' de long, de long sur 6 de large, 
orient. , sur la rive droite de la ' Mana , {Mana^) rivière de h 

Louja , à 52 w. au nord de Calou- Sibérie, remarquable par la qua» 

ga. On voit encore hors de cette tité de Pétrole qu'on troare sar 

ville les restes d^un rempart de ces bords. 

terre qui jadis servoit à la dé- MandjoURES , {^MauAnnHV^) 

fendre j on y trouve actuellement Ces peuples se distinguent fk 

4 églises en briques et deux en Manojoures proprement dits et m 

bois quelques magazins de sel et Toungousses ; ils ont tous deai h ji 

d'eau-de-Tie , et plus de aoo mai- n;iême origine, ce qui se prouve fa* 

sons. Le nombre de ces habitans cilemont par leur langue , leur îf] 

peut s'évaluer à i6op en y comp- gure et leurs mœurs qui ont beau* 

tant les deux sexes. coup de ressemblance en tr 'eux, et' 

IMama , {Majua.) H j a deux même par leurs traditions. Us po** 

rivières de ce nom en Sibérie , sédoient d'immenses plaines daos 

toutes les deux coulent dans le la partie orientale de la Sibérie j 

gouv. d'irkoutsk, «t se jettent dao^ et la partie septentrionale de b 



MAN MAN a65 

Von^olîe on Tatarie chinoise» La éiè Mtî poitr faciliter la percep* 
famille régnante en Chine, et de lion da tribat do diverses oa- 
nce Mandjoure. Avant Varrivée tions ; de là vient sans doure 
^Rosses en Sibérie, c^est-à-dire aa'elle reçnt dans la suite le droit 
aucommfncementduXYIl^sièclc, ae cité ; elle est située au bord 
lesMnadjoarespossédolent tonte la septentrional d'un bras du lénis-* 
hm'ït on Sibérie orientale , de- séï , lequel reçoit , à une w. plus 
fà le Bailal jusqu'aux monta- bas^ les eaux de la Touroukhansk. 
pes Mongoles ^ ainsi que les pajs Les maisons ne sont pas contigues 
(parrosent TAmonr , la Chilka et et on n>n compte pas plus de loo 
rirgouna ,et ils prévinrent l'ar- la partie principale de la ville con«* 
mt^des Rosses, en se retirant dans sisle en un petit fort , construit 
Il Tatarie chinoise , où ils se for- de bois et détendu par quatre pe« 
tiSêrtnt et fondèrent dans la suite tits canons de font9« Cest ici que 
les rillfj d*Ajane et d'Albaziue. loge le commandant de la ville. 
U D'en reste actuellement que très- On y trouve l'église cathédrale 
pea dans les frontières de Tem- outré deux autres églises qui sont 
pire Basse. Lenrs mœurs et leurs hors de Tenceinte* La plupart des 
uages sont à-peu-près les mêmes habitans sont de race cosaque, par- 
^uf ceux des Toungouses, excepté ce q[U*on a tâché parleur raoyea 
(jn'ib sont plus agricoles. On voit de soumettre et de con tenir les. 
aoore des traces des grands tra- nations idolâtres dé ces contrées ^ 
vau qu'ils firent dans les monta- tels que les Toungoasses et les Sé- 
gaesdeDaourie y avant leur émi- mojedes. On voit ici en été pen« 
|ntion, et par lesquels il parott dant toute la nuit le soleil sur 
^'ils se sont beaucoup adonnés à rhorison^ La quantité d'oiseaux 
Inpbitation des mines dont ce aquatiques et oie diverces espèces 
pji abondé. Ils professent le cha- d'oies, de canards, de ponles d'ean^ 
•saisine, ^oj'^^ TouNGoussES. de bécasses , est innombrable en 
MangasÉa ou Touroukhansk, ^^^ ; entre les petites villes de la 
Wantase/i h^h T^pi^jcancnh.) province, elle est la principale , 
P^^ Mlle du gouv. de Tomsk ; elle par rapport à son commerce , le- 
^située sous le 66<' de la t. sept, quel cependant ne consiste qu'ea 
^'^l la plus septentrionale de pelleteries que ses environs foor- 
t^Qles les villes de la Sibérie. Elle nissent et qui sont échangées avec 
^fou d'abord été bâtie en 1 60 1 sur diverses sortes de marchand! sea 
n bords du Taz , environ à communes , qui viennent de Rus- 
îw w. de Tembouchure de ce fleuve sîe et de Chine ; de cette ville dé- 
^ nommée M angasca parcornip- pend le couvent de Troitskoje^ 
âoa da mot Magasin que les Ras- Mangazeîskoje , situé dans Ten-* 
^ nomment quelquefois ainsi , droit où la Nijnia-Toungouska 
Kqui véritablement avoit été éta- ou Toungouska inférieure se jette 
In ici, tant potlr les chasseurs dans le Ienisseï. 
Russe» que pour familiariser les -- . \ 

^tt^ages de ces contrées avec nos Mawgoute , [Mantunth.) pet. 
»»ges. »Iais cette première ville «>»on»« Grccaiie,.londee en 1779 
ûi abandonnée et on établît un Pf^o^/^f de l miperatrice Cathe- 
ïoureaa Mangaséa k Tourou- r|ncll dans legoiiv.d f cathermo- 
^^»a»k , près de l'embouchure de »^?^ » «"'' ^ P«^^*f ^'^^^^/f. ^o'- 
aTonroukhaiisk; le nom Tourou- ^^K^ ' ^ K|î w. du chef- lieu du 
Hansk a prévalu et est le plus gouvernement ; elle dcvoit être de 
wilé. Cet Oatrog avoit d'abord 200 maisons. 



364 MAN MAft 

MATrnurcHLAK^ (MancuvLLAaHh.) ie Tclierlask. La principale io- 

port sitaé sur le bord , oriealal dus trie de ses liabitant consiste 

de la mer (^.aspienue où les inar- dans la pèche du poisson qu'iU 

cbaods d'Astrakhan Tiennent dire prennent en quantité , surtout 

le commerce avec les TourcomaiiSj dans le Many tche. 

lesBucharsetlesRhivéntzysjd'une Mancoup , (Manx^/iô) cVluil 

manière assez singali«?re, comme anciennement n ne grande villt* de 

il ne se trouve aucune habitation la presqu'île de Crimée^ fondre 

dans cet endroit , et que celles des par les Goths vers le \1II« «Iccif. 

peuples qui commercent avec les Les Grecs la nommoient O/^/rc/:- 

Busses se trouvent assex «éloignées, Golhicon \ elle éloit située «or 

lorsqti'un vaisseau d%\strakhaa une haute montagne pn^squlo- 

y arrive avec les marchandises, accessible Klle appartint succès* 

il jette Tancre et attend qu'un K.ir^ sivement aux Kkosares , aui i>é- 

guiss se-présente ; ce qni ne m»n-> nois ^ aux Talares ^ etc. On y 

que jamais d'arriver presqu'aus*- voit encore des ruines considé- 

sitôt ^ car ces peuples nomades râbles ; une partie de ces mars (il 

ronuoissant la saison vers laquelle sur pied. On v trotive deux églisa 

les vaisseaux arrivent, ont soin dé et une mosquée à demi-ruinée. 

se ten'îr près du port ; ce sauvage Peu de temps encore avant loc» 

-propose ses services et aprt'S cupation de la ( rimée par la Ru^ 

qu'on est convenu du prix , il part sie, la population de cette ville doit 

an grand galop çt annonce dans avoir été composée de Tatares et 

toutes les habitations les plus voi* de Juifs \ mais ces derniers aunt 

sines l'arrivée du vaisseau. ; ientôt quitté cette place en i Bon, elle tii 

après on voit arriver les Khi- devenue entièrement déirle. 

Tintzys, les ISouchars , les Tour- Manselkao , {ManceMa^] 

comans, et même les Kirguisa avec CVst le nom d'une monta.,Dpqu 

leurs marchandises, et les éehan- se trouve en Laponie dani le Up* 

ges commencent. Ce commerce mark de Kemi^ elle est entre k 

est tout 11 L'avantage des H usses^ goUé de Bothnie et la mer du nord, 

et il est même très-considérable^ De ce point élevé, les eaui se Y"' 

\\ consiste principalement en toi- lent d*un côté dans le golfe , et Je. 

le ^ oirc , savon , cuivre travaillé , l'autre dans la nu^r Glaciale, 

éuin et fer en barres , acier , vif- Mahytcre, (AfaHM»«) C^ 

argent^ alun ) vitriol / sel a m mo- la plus méridionale des ririerd 

niac I sucre , thé , cuirs , et quan- qui se jettent dans le Don ; elle ad 

tité d'autres petits objets ^ contre aource dans le gotiv. d' Astrale' 

lesquels ils échangent jusqu'à cettiï rivièr» parcourt un step iiQi 

Boo^ooo ponds de soie écrue , des aride el rempli de lacs saUû*| 

feutres de G ircassie , du coton en elle est large et profonde i id< 

balles et filé ^ des étoffes de coton son cours est si tranquille <]» 

et de laine 1 de la garance, des datis certains endroits elle paM 

ceintures de soie , de l'encens , n'en pas avoir du tout ; plusicui 

des^ peaux de moutons , du riz et rivières s'y jettent ; la plupj 

quantité d^autres choses néc«s- d'en tr 'elles se dessèchent i*n ('i< 

saires et précieuses. excepté pourtant le Galaous ^ 

MANlTZKAiASTANlTZA,(.'\faHrir^ est Un peu plus rapide. 

Kayic/naM'4^<7t)C*est un petit bourg .MARiENBOUaG, {Mapiei^^lA 

des Gosaques ^ situé sur le Don £n Letionien Allobksne , ^^ 

vis-à-vis de Pc nbouchure du Ma- petite ville , et aujôurd'Iioi \ 

nytche dans ce fleuve; ilestà i^ w. ville ni bourg , située sur uûb 



MAR MAR a65 

ja même nom el habitée presqu'- pire par le canal de Vîchnj-Vo<- 
entièremenl par des lannears et totchok qui, sans compter rim- 
des tisserands. Elle se trouve dans possibilitë où il étoit de passer 
If gon? . de Riga , district de Yalk^ plus de 4000 barques, par an y 
et appartient, à un particulier, avoit encore le grand inconvénient 
C'étoit anciennement un cbdteau de ne pas permettre aux bateaux 
bâden i34i et qui a existé sur de retourner à cause des casca- 
oneiledn lac jusqoVn 1702, qu'il des de la Msta à * lîorovitchi , se 
/nt pris et rasé par les troupes décida d'eu ouvrir un second , 
Rosses, sons le commandement en réunissant y par un canal de 
da maréchal comte Chérémétief , communication les rivières Covja 
après que le commandant Suédois et Vitcgra.Sa mort survenue bien* 
M fot &it sauter en Tair avec sa t6t empèclia Texécution de ce pro- 
garnison. Il y a encore un bourg jet. Ou le reprit en 178!», et on 
de ce nom dans legouv. de Vi* iit niveler le terrain qui se (rou- 
tebsk. voit entre ces deux rivières. Ce 
Marienthal, (MapieHmoji^.) ne fut cependant qu'en 1799 qu'on 
Celooie allemande sur leYolga, commença les travaux , sur les 
aa-dessous du grand Caramane ; représentations que ût à ce sujet 
elle fut établie en 1763 dans le l6 comte de Sivers. Ce canal a été 
Çnu?. deSaratof, et elle étoit or î- achevé en i8o5 , et reçut le nom 
ginairement composée de 80 fa- do canal de Marie du nom de 8. M. 
millps qui professent toutes la re» Tlmpératrice Mère. Le grand nom-, 
iigioa catholique; elles ont une bre de bateaux qu'il porte tous 
église de lenr rite^ au milieu de les ans prouve déjà sa grande 
Ienrhabitation.il y avoit ancienne'- utilité , il est de 6 w. de Ion* 
tuent dansie gouv. de Re^l et tout gueur entre les deux rivières , et 
près de la ville de ce nom un cou* reçoit les eaux du lac Matkozéro 
vent de 1 ordre de sté Brigitte qui par lequel il passe. Ce canal a' 
portoit le nom de Marienthal , ce /12 écluses dont 7 servent à cic- 
coaventétoit très-riche; il fût fou- ver les bateaux qui viennent de 
dé en 1400, il est ruiné depuis la Cotja et 5 à les redescendre 
long » temps, mais on y voit en- dans la Yytégra. Cette dernière 
^re quelques restés dô ses bâti- rivière a exigé de$ travaux beau* 
inenSk ^ coup plus considérables pour de- 
M^aiINSKAlA. CRE^OST, venir navigable; il a fallu 1 9 éclu* 
(MapèuHc*faJi^Kp-ènocm^i)oVL fort ses et des canaux de détours poui* 
Marie, il se trouve dans la ligne éviter plusieurs cascades qu'elle 
de défense du CanCase entre le renferme; en général les travaux 
Térek et la mer d^Azof , à 12 de ce canal sVtendeut sur une 
w. du fort. PavlovskoV ; il est si- distance de 17 w ; sans compter 
tué sur une petite rivière nommée l'utilité dont il est pour l'appro- 
Zalottka qui se jette dans la Cou- visionnement de la capitale en 
ma, sa garnison est composée d'un doublant pour ainsi dire le nom- 
régiment des Cosaques du Volga, bre des bateaux qui y vont, il 
^ MARllKffSKOT-KAlfAL,Afap*aii- évitc un grand détour aux bar* 
'iKùû KoHciJih») ou canal Marie, ques de la Cbeksna qui étoient 
li'fmperenr Pierre-le-Grand, sen- obligées de descendre jusqu^au 
tant de quelle nécessité il étoit Volga, et faisoientpar là un dé- 
d'avoir un tecond débouché pour tour très-considérable, 
les bateaux qui arrivoieiit k Pc- MaRioupol, (Mapit^nojiè) p£" 
tersbonrg de Tintérieur de Tem-* ville du gouv* d Êcatlicnuosiav, si 

ToM. !• 33 ' 



a68 MEL MEN 

V 

dans le goUT. de Yîleljsk ^ oîi «lia Mkt^a 9 ( M«Ha«)fK>iirg con»idr- 

•c jette dans la Drina, après nn rable dn gouv. $le Tchernigof dis- 

cours de i')o w. Otte rivière est, trict de Spsninsk. C'ctoit aDcieiH 

partout navi^nnble ai| prinletnps^ ncment une Tille considérable 

aussi on s*en sert pour trans- gonvernëe par ses propres prin- 

porter beaucoup de blé qu'on ces, elle étoit connue dès le X* 

cbarge à Belsll sur VObcbà , siècle. On Toit dans nos chro- 

d'où il entre dans la IMéja et Ta niques qu'en 1 066 elle fut asiégrâ 

à Riga par le moyen de la Dvina, et prise par les pripces rosseï 

On Y flotte aussi beaiicoup de Iziaslaw ^ NviatoslaT , et Vsévolod 

mats et de» bois de construction fils de laroslaiv, ses bàbitsas pa»- 

dont le gouv. de ^mplensk abôn- êés au (ils de répëe, et son pnnce 

de. Yseslaw cminenë en captifilf î 

MELEKnoYSK/LiAJ MçACJcoô" Kicf OÙ il fut gardé dans une 

CKOA.) bourg des Cosaques, sur étroite prison. En iio4 plusjpun 

le Don et a ferobouchure de la P>-»nœs russes réunirent Wrs 

Eertchika dans ce fleuve ; il est à •»*'«« P^wr la prendre, mais ils 

54 w. de Tplierkask. * assiégèrent Tainement , ils furent 

m* ^ /H-r - * \ •« obligés d*en lever le siège : n 

MEtiHKl , (M*^.««« ) p. T.lle ,„? elle fui encore une foi5.«*- 

do goMT. d» yiadimir et chef- ^ ,^ grand-duc Vladimir 

ï*»ji""-.*f *"'"]" ^ ^^"^a' Vaerolodorich - Monomakh. (> 

eat de Vlad.m.r : elle eU bât.e ^én? qui se jette dan. U D«- 

snr le bord de la Onnja et tra- „, ^y^ ^^'^^^^ ^i, ^,i,„ 

yersëe par la petite riv.ere Me- ^^ ^^^ JÎabitan. de. deux «i« 

lenka qiii^. y jelle, On 7 trouve j fo„, „^ commerce ie 

une wne cgl..e; les l.abitan.de â)me.tible , et «nrlout de *■! de 

cette ville sont pauvres n ajant ^^j^^^^ „ '^ ^.^^^ j^j j^„, j, 

n. commerce n. •nd-slr.'; .1»' marchés par an , le g mai et Je 8 

leur .ou propre ,1e d.stnct dont ^j,^»; 

elle est le chel-lieu abonde en iLt 




, t .'11 On trouve vers le commcnce- 

eue par la beauté de leur verre ««^_. j^ ^ j ^'^^A^ 

^ ' f j r , , 114 ment de son cours des mmes os 

qui le cède iorl peu k celui dAn- ^'„^ 

*i . ^ ^ . , cuivre, 

gleterre: on trouve aussi dans ce iiiw«**i,wu-r injÊ ^^x\ 

district le fameui établissement ..ii. t„ ^^,,„ ^>rk--.«u^»«T /t 

j f j xj li . I r Tillc du &OUT. Q Urenbouijg e» 

de. forge, de Mr Bataçbof qu. „,,çf.,i^„ ^?,„ ^1,^^;^^ ^^^i,\„ 

rapportent au proprioUire pfu. j^, ^^, ^ ,, j^,^^^,, j„., 

de i5o mille roubles de revenu ^«^ i i m^ '. ^^i 

1 eue prend le nom. Elle est tons 

*'^""''** le 550 2 1 ' de Ut. sept, et le 70* 5' 

Melitopol , (MejiumonQA,h .) Je long, orient., k 4qq W. d'Oren- 

petite ville du gouv. de la Tau- bourg. Ses premiers babi tans sont 

ride k 720 w. an nord de Sym- les gneriers <le hwolensk qui «« 

pbéropol;elleaétébatîc en 1783. sont rendus aux souverain» rw- 

sur le bord de la riv. Molotcbnie «es après que cette princlpanU^ 

Vodi, sous le 460 i3' de lat, sept, est retournée sous leur obéisssoci^i 

et \e56^ 12' de Joug, orient. On et auiqueb on a ppcordé pour 

n'y trouve rien de remarqua- condition de leur ^onnl^r dw 

^^ terres au-delà de la Cama,où 



MER MES 26g 

il$ pvisMnt sVtabUr avec lears Mrrla , [Mepjia* ) rivière du 

faffliiies, KCteclWpment ces déien- gonv, d'Ukraine ; elle traverse les 

learj de Smolensk t allèrent districts de Zolotoliefsk , l'oho€b>u* 

laDj craindre les peuples .Bach- khovak et Oasnokoutsk , avant 

kin,qai rendoîent cette contrée de se jeter dana b \orskla. Lea 

il dangereuses au peu d'habi- chroniques russes disent qn'eii 

tans rosses qui sV trouvoirnt , et 1 184 l^s Russes d'abord après avoir 

ifmrent comme cle boulevarl con- passés cette rivière , livrèrent ua 

trp leurs incurssîons qui elTecti- combat sanglant aux Polovizjt 

remeot cessèrent peu-à-peu. En- qu'ils défirent. 

iDJte lors de Torganisation delà Mertvy coultouk , (Mepnim 

prorince d'Orenbonrg, on lorma «m K^Jinn^KO } On nomme ain- 

deai régimensde dragons parmi si un grand golic de la mer 

les seuls habitans de Menzelensk, Caspienne^vcrs sa partie orientale, 

(t ces régimens ne se complet- Les Kirguiss de la petite borde 

tèrpQl long- temps que dans leurs errent sur ces bords , et lenra 

propres familles. Cette ville est domaines s'étendent depuis - là 

as^rz bien bâtie , on trouve une jusqu'à la mer d*Aral. 

joH^ place au milieu; elle ren- Mertvye VODY, ( Mepmehiê 

f^rme plus de 5oo maisons, deux eo.^ht.) p. rivière qui a sa source 

«"^lises et un assez grand nombre dan8 le gouv. d*Kcatbérinoslaw^ 

lie boutiques les habitans vivent district de Novomir-Gorod ] elle 

H^os l'aisance h cause de la grande conle vers le nord-est , puis tour* 

fertilité de toute cette contrée, nant an sud elle forme les limites 

Mereïka, {MepeÛKa.) p. riv. des gouv. de liherson et d'fclca- 

dagouv. de Smolensk ; elle forme térinoslaw. Cette pet. rivière s« 

l<'s limites de ce gouv. avec la jette dans le boug , sur sa rive 

Russie blanche vers Tendroit où gauche. 

le trouve le bourg de Liady. Mess a y {Meca») fleuve asse« 

Afro^^eerw f%/r^ ' \ cousidérablc dc U Sibéric j ilcon- 

Mergossley , r MeptOCJieiu) , j , .j. , , ' .,„ j^ 

pet. riT. au goay. do l»e..«», di.- .^ «l" "««'•«."'d. dans le gouv.de 

irlcl de Troiuk elle «e ielte daus Tomsk , distnct de 1 ourouL .«p.k, 

l'Avcor P^*' *^ tournant vers 1 ouest, it se 

\ , .^ lette dans legolleqne les Russes 

Meri , (Mepu.) Qn connoissoil comment Tazofskaia-Gouba ; son 

anciennement sous ce nom la ville ^^^j^ est de 3oo w. au moins de- 

de Rostow (voyez cet arti^cle.) p^ig^^^ ^o^rce jusqu'à son erabou-r 

Meri A, (Mep/i.) CVtoit ancien- chure. 
nemeut le nom d'un peuple Mestcheriars , {MemepAKU») 
Tcboud I îl étoit voisin des Cri- pet. peuple ta tare formant à-peu^ 
vitchs^ possède it le pays daus le- près deux mille familles; ils ha- 

3uel sont actuellement les villes biloient sous le règne du Tzar Bo- 
e Roslow , Galilch , laroslav et ris-Féodorovitcb GodouncHa con- 
Costroma ; poussés par les Slaves, trée qu'occupe aujourd'hui le gouv. 
ils se retirèrent peu à peu vers de JNijni- Novgorod, et se trouvent 
Arzaniass, Nijnei; enfin, ils s*éta- actuellement dans celui d*Oren- 
Mirent pour la plupart entre la bourg , et en partie dans celui de 
^ouraet la l'sna, où on les connoît Perm , dans lesquels ils se sont 
encore actuellement sous le nom retirés ;'ils s'établirent aussi par-r 
de Mordva. Quelques écrivains mi les Hachkirs h qui ils fonrni- 
Hrangers les nomment impro- rent quelques impôts, et du tra- 
luciueul Morduans. • rail en retour du paysqu'ih occu- 



37» MIN MIN 

rinces qnî forment le Royaume de à ^aarrîr des boit de oonitrafr- 

Ceor^îe, elle est sitaëesur le bord tion quUU transportent eosuite 

orientai de la mer Noire , dans le par le moyen de Uur mière dans 

montOaacase même, et au-dessus les ports des Kherson , iuga, &(»• 

des peuples Abazes; elle occupe nîsberg , etc. I Is iont beanooop de 

presque tout le pajs ^ue les an- potasse; Tédocation des abeilles j 

ciens connoisoit sons le i^om de est aussi une brancbe d'indastrie 

Cotchlde, L^s habitans actuels asses considérable. 

de cette proTÎnce la nomment Minsk , (Mi/Kcifc&-)^P^^^^° 
Udisguie. Elle sVtend sur plus coût, de ce nom, elle est bâtie sur 
de 300 w. de distance le long, la Svistocbe, à 908s w, de Pcien- 
des côtes de la mer Noire et peut bourg, et 708 w. de Moscothiooi 
avoir 65 à 70 w. de profondeur; le le 54^ de la t. sept. et4^^32'd« 
pbase ainsi que la Tskbani qui s*y long, orient* On ne fait p» 
jette la séparent de rimiritiè. On précisément qnand ni par qaielle | 
b'v trouve pas une seule ville; les lut fondée ; on est cependant cer- 
habitans sontdisperséscà et là dans tain qu'elle faisoit partie dn gnod 
quelques bameaux , au milieu des empire R usse ^ et apparteooit à ii 
montagnes, on j trouve cependant principauté de PolptsL et quelque- 
quelques endroits iortitiés, tels sont lois à celle de Smolensk. £a lodi 
Kong , Isagour et Savasse* Lé pajs les princes Russes Iziaslaw, Svia* 
esixouvert de forélS. toslaw et Yseyplod, fils du grand* 
Minsk , ( Munc^ast Fv^ep- duc laroslaw , assiégèrent et pri* 

NÎA-) (gou^*^^) ^' ^^^^^''8^^^'^^^ rent Minsk; ils en massscrèrfst 

X793 après que la Russie eut re- tous les babitans malrs , distri* 

pria k la Pologne celte ancienne bnèrent les femmes et les eulao$| 

.partie de ses domaines, il est borné comme esclaves aux gtierrlen qoi 

au nord et au nord-est par- le gouv. les avoient suivis . Cet acte decroaih 

deVitebsk., à Test par ceux de té fut la suite de Û bai ne qo'ii 

Mobilef etdeTcbernigof , au sud portoient an prince de Polotsk 

rar le gouv* de Volbinie , et k VtevolodLriatchislavitcb. OnToit 

ouest par ceux de Grodnoet de après ttn prince Russe nomn» 

Vilna , ce gonv* est partagé en 10 Gleb 'Vseslavîtch^ régner i Minsk 

districts dont les cbeis-lieux sont en 11049 et devenir ensuite prin« 

t^ Minsk qui est en même temps ce de Polotsk. Ce inème prince 

capitale du gouv. 2^Vileika, 3^ eut k soutenir nne guerre et 

Dnisna^ 4^ Rorissof, 5^ IgoUme- 1116 contre le grand^uc Vladi« 

ne 6^ l^obrouïsk , 7^ Mozyr ,8^ mir II ; mais ce dernier sjaot 

Betcbitsa, 9^ Sloutsk et 10^ Pinsk* pris Orcba et DronUk, asiégeac* 

Ses principales ririères sont la prince h Mstislaw , et V'j força l 

Bérézina et le Pripett qui se jettent implorer sa clémence. Sdns le gmn 

dansleDnepr, la latsoldaqùi se ternement Poloudis Minsk éioit 

jette dans le Pripet , ensuite la lecbei-liend'da Palatinatetd'na 

Cbara, la Yillié, le Niémen et district, elle étoit le aiége doaP»- 

rOulla qui j rnt leurs sources. On latin, d'un castellan,d'nastaro$tf| 

compte 976,736 babitans màlea etd'tingrod,d'niiedîétine,eitoBi 

dans ce gouv. Cette population est les deux ans du grand tribaBsl'i' 

composée de Lithuaniens , de Po- Litbuanie. Il j aVoit jadis bo eol- 

lonoiS) de Russes et de Juifs* Com^ lége de Jésuites. Cette ville » ^ 

me ce pays abonde en bois, la encore une fois prise par IcsBot' 

principale industrie et le premier ses, en i656, actnelleraeat elle 

commerce des babitans consiste est lé siège d'un arcbeféqoe de 



MIR MIT ^73 

Jâ religion gfearae, q ni prend le M itau , (Mumaôtu)* Mitapia • 

titre d'Archevêque de Minsk et et Mi/oa , en Lettonien JeFgapa^ 

ôcUihmaii , archimandrîte de clicf-llcu du gonv.de Courlande, 

SloQtsk et Coad juteur de Kiew. On ancienne capitale du Duch^ et 

ylroQTeaussi aneTéqne delà relî- résidence des Ducs, située sur 

fiioo Romaine. Minsk est le siège VA^, sous le 56^ Sg' lo'' de lat.- 

da^oarernement. On y trouve un sept, et le ^i^ 25' 3o" de long. 

immsej plusieurs églises grec- orient., à 6oa w. de Pétersbourgy 

^oeset Romaines, une Synagogue, et à iio3 de Moscou. Cette ville 

4) maoufactures de chapeaux, et fut prise en ijoi par les Sué- 

(ieax de draps. dois , et reprise sur ces derniers 

MioussK, (Miwch.) pet fleuve parlesRussfs en 1706. 'Elle est 

aoi a sa source dans le gouv. assez grande, mais contenant daus 

a Ecatherinoslaw et qui coulant son enceinte beaucoup de jardins 

do nord ao midi traverse une par- et des places vides; outre 2 égli-> 

tie (les terres des Cosaques du ses luthériennes , savoir l'églisff 

DoD pour se jeter non loin de Ta- allemande principale dans laquelle 

pnrok dans la nier d'^zof. lire- le sur-intendant des deux duchés 

{oit dans ses eaux celles de la étoit premier pasteur de l'église 

krrnka ; les bords de cette rivière, Icttonienne, il y en a encore deux, 

^insiqae ceux de Miousse , sont dontl'une est réformée, celle-ci est 

CDorerts de très-belles forêts de belle , elle n'a été achevée qu'en 

dignes et de sapins. , 1 740 , Taulre est catholique. Outre 

MiRGOROD , {Muptopo^i^tf.} pet. Técole de la ville , il s'y trouve 

vilie do gouv, de Poltava , chef- encore un gymnase académique, 

Kn d'an district , et siège du qui porte le nom du Duc Pierre 

C ornement ecclcsiustique du son fondateur. Il fut ouvert au 

fse de Poltava ; elle est à commencement de 1775. Il a' 9 

i^w, de cette dernière ville sur professeurs , et possède une asses 

kiborol. Oti^ y trouve 3 églises, belle bibliothèque et un obser- 

D se tient 4 grands marchés par an vatoife. Hors de la ville , on voit 

bns ce petit' endroit, et on trouve le château Ducal , que le Duc 

n)l5 salpétrières dans son dis- Ernest-Jean commença k bâtir 

net. avant sa disgrâce, et qu'ilacon- 

MiROPOLiE , (MuponojiheJ) il 'tinué après son retour ^ confor* 

^a deux pet. villes ae ce nom; la mément au superbe plan qu'on 

v^ière se trouve dans le gouv. en avoit d*abord tracé. Il est si- 

b Coarsk , district de Soud)ensk tué dans un canton agréable , à 

vie Psiol , à 1 15 w. de Coursk , la place de ^l'ancien château , et 

(sons le 5o^ 69' dclat. sept, et il est haut de deux étages ; sur 

s53^ 2' de long, orient. Deux au* Tune des ailes est un câveaa • 

ns pet. rivières, la Condava et éclairé oh reposent les corps des 

^ Stoudenek y tombent dans le Ducs , la plupart enfermés dans 

SiioL Cette ville est entourée d*un des cercueils ae blomb ricliement 

on rempart de terre et d'un fos- ornés en-dedans. Parmi ces cer- 

N On y troave 7 églises et plus cueils, on remarque avec admi* 
e 6000 habi tans des deux sexes, ^ ration celui d*un simple paysan 

resqae tous cultivateurs. La se- également en plomb. Ce généreux 
Dndepet«villedece nom se trouve 'serviteur se dévoua k la mort 

'Ds le gooV. de Volhinie, district pour sauver la vie au duc Fer- 

eNovogorod-Volynsky, sur la dinand ^ue quelques gentilshom- 

loutche, à 86 w* de Jitomir. mes conjurés vouloient assassiner, ; 

ToM. 1. 34 



374 ^OC MOH 

et qui le prirent ponr le âne. 6e jeter clans le DoneU sur la 
Dès 1435 IVlitau étoU une ville rive droite, 
qui avoit son régime propre et ]V!ohil£v, {3foeuJiee') (gouT. 
son tribunal ; à ia place des rè- de) celte ancienne province Russe 
glemens de policé faits en iSqo détachçe pendant les troubles et 
jusqu'en iSgS , In duc Frédéric les guerres civiles de la Russie, 
lui donna en 1626 une police rentrée un 'moment sous son 
régulière. Ou compte actuelle- obéissance en i(>54 ps^r 1& P'^ 
ment i25oo babuans à Mitau. d'Androussovro , enfin définitive- 
Cette population est composée de ment réunie a Tempireen i^^2,^ 
Russes , d*Allemands , de Letto- est située entre le 5i^ 4^' ^^ ^^ 
nieiis et de Juifs. 55o 17' de. la t. sept, et le 47* ^' 

MiTCHEKASSE , {MutKaçh.) W de long, orient.; elle est bornée 
y a deux p. rivières de ce nom au nord par le gouvern. de M- 
dans le gouv. de Penza, district tebsk, h l'orient par ceUxdcSmo- 
de Verkblomovsk , Tune desquel-^ lensk et dcTcbernigof , au tnidi 
les , après avoir reçu les eaux de par ce même gouv., et à l'occi- 
Taotre, se Jette dans TAtmisse. dent par celui de Minsk, dont 

Mja , (AwKa.)pet. rivière du elle est séparée par le Dnepret 
gouv. d'Ukraine sur laquelle la le Di'ouitz. On évalue à 35ov. 
ville de \alki est bdtie ; elle se sa plus grande longueur du mi- 
jette dans le Donetz. di au nord , et h 3oo w. n 

MocHA , {Mouia.)r\y\èTe con* plus grande largeur. Elle a éiê 
sidérable du gouv. d'Àrkbangel. érigée en gouv. en ijjSîetconi- 
Cest une des plus grandes par^ me tel partagée en 12 districts, 
mi celles qui se jettent dans l'O- qui portent chacun le nom de 
néga ; elle est navigable , et ses leur chef-lieu , ce sont ceux «le 
bords sont couverts de superbes i© Mobilew , a» Tcbaoussy, 3» 
foréu de Mélèzes qu'on y cou- Staroy-Bykow , ou vieux ByUw 




MoCRoi BouRLoUTCHOK , rMo- Rogatcbof , et 120 Bélitsvj lei 

KpoÙBtipji^TOK?>.)fei. rivière du principales rivières qui rarroseiil 

couv. d'Ukraine; elle se jette dans «ont la Dvma occidenule , U 

le Donetz sur s'a rive ^ucbe , Dnepr , le Drouiu , la Soja , » 

non loin de Tchougouief. , Bessétc , la Pronia , FOstre , U 

^, V ,,„„^^^ /M - \okbra , l'Ipout , la Loutchossa, 

MocROi-izuMETZ, (MoKpow L'orcbitea , et 1^ Lassh.a. Ob 

TiawjjeAtfUÔJpet- rivière du picme , , . «' i \ j^ 

gouv^e? du même dUlrictreUe rfl"'' » 59^'**"" ^ i^ombrc d« 

Se iclle aussi dan. le Doneù sur '«^'!»"» **« «= S»»'. ««» ««>»P^»' 

' . 1,^ les deux sexes. Cette populatioo 

sa rive cauciie. * « •» '^ f i 

'^ est composée de Russes , de quel- 

MocROi-MEBTCHiK, (itfoK;>oiï- ques Lithuaniens et de Juift.l>« 

jr/«pruKÔ.; pet. rivière du gouv. ^^^roir y est assez fertile, ce- 

dUkramc dans le district de pendant il exige partout de IVn- 

>alk; elle se jette après un cours g^ais , il produit alors avec abon- 

de plus de 4o w. dans le Merlo. ^^^^ j^ g^igle , de l'orge , d* 

MoOE , ( J/OJK&.) rivière assez l'avoine , du maïs , du cbamre 

considérable du gouv. d'Ukraine^ et du lin. ^ Ce gouv. abonde r» 

qui après avoir traversé les dis- superbes io rets; les plus bellwsJ 

tricU de Yalk et ile Kharkof^^a trouvent dans le district de Tcbê 



MOH 

rikof et sur leg bonis de la So- 
ja et da^Dronitz. Ce sont c«;lles« 
lî qni fournis6ei|t ces beau!^ 
Lois de construction pour U ma- 
nue. * et ces beaux mâts qu'on 
irîDsportent ensuite à Riga par 
la Driaa , et dans les ports de 
la racr Noire par le Dncpf. Le 
;'onv. de Mobiiev en outre est 
courert de marais daps la plu- 
firi desquels ou trouve pres- 
f là la superficie de la terre 
tlela mine do ier qi^i pourroit 
I «pporter un grand bénëtice si 
elle ctoit mieux, exploitée mais 
h plupart du temp3 ce sont de 
(Il> pauvres Juifs qui s'en occu- 
pant, et qui n'ayant ni les mo- 
yens ni les connoissauces nëces- 

r 

*^'res pour cela , se contentent 
il'aa petit bénéfice en les exploi- 
tiut pour eu tirer un peu de 
minvais fer et du jaune d'ocre 
([u'iU emploient pour des cou- 
li'urs j ils consument pour cela 
san5 aucune économie beaucoup 
(le bois qu'on pourroit épargner 
€Q dirigeant et eu organisant 
mieux l'exploitation de ces mi- 
Q<'s. Les forêts de ce gouv, sont 
remplies de gibier. Ses eaux sont 
ti os-poiâsonneuses et ses pral- 
ines, qui sont pour la plupart 
lUluTion, abondent en excellcns 
pâturages. Cependant son prin- 
<:pal commerce consiste en bois, 
<i'>iit il exporte une ^grai^dc 
(juâuiité à Kiga et dans toute la 
l^issie mineure , qui comme on 
^^It en est trcs-pauvrej il expor- 
'-' encore du chanvre qui est 
très-beau, du lin, du suif, du 
wiel , de la cire et de la potasse. 
Ou trouve dans ce gouvernemcu^t 
(l^j manufactures de draps et de 
t<»iles. Ou Y travaille aussi fort 
l>im le cuir. Le clergé de ce 
f^ouTerncment se divise en trois 
fiU, chacun desquels est gou- 
verné par un archevêque. Le 
premier qui est le clergé Russe 
> son chef qui se qualitie d'ar- 



MOH 



a'-'S 



chevêque de Mohilev et de Vi- 
tebsk; les catholiques sont sous la 
direction de leur archevêque, 
qui est en même temps le chef 
de toutes les églises catholiques 
de la Russie, il se qualifie d'ar- 
chevêque de Russie- Blanche ; les 
Grecs- Unis ont aussi leur arche- 
vêque qui se qualifie d'archevê- 
ques des Grecs-Unis de Pclotsk j 
les Juifs ont leurs rabbins. La 
capitale de ce gouv. est iVlohilev. 
Mohilev , (MoâuAêod.) il y a 
deux villes de ce nom en Russie, 
la première se trouve dans le 
gouv. du même nom dont elle 
est la capitale ; elle est bâtie sur 
la rive orient, du Dnepr, sous 
le 53» 54' de lat. sept, et le 48» 
4' de long, orient, à 846 w. de 
Pétersbourg eX a 564 ^' ^^ Mos- 
cou. On ignore précisément l'é- 
poque de sa fondation, on sait 
seulement qu'elle a constam- 
ment appartenu à des . princes 
Russes jusquà la fin du XI II* 
siècle ; mais en i38i la princesse 
Ouliana , en français Julienne, 
fille du grand duc de Vitebsk, 
la porta en mariage avec tout 
le pays entre les rivières Bérez- 
ka ai Ougra , au grand - duc de 
Lit hua nie. Depuis cette époque, 
il n'en est plus parlé nulle part 
jusqu'en i5i4 9 ûù on y voit 
établi starost George Despote. On 
en fait encore mention en i58i 
à l'occasion d'uu combat qui 
eut lieu non loin de là entre 
les Russes et les Polonais. £a 
1609 , Sigismond UI commença à 
la fortifier , mais cet ouvrage ne 
fut achevé qu'en 16 $3, soui le 
règpe de "Vladislav IV , qui y 
fit un long séjour. Lof tzar Ale- 
xis Mikhailovitch en fit la con- 
quête en 1654 et y passa queU 
?fues jours. Cette conquête lut 
ut assurée la même année par 
la paix d'Audroussovo ; mils en 
1661, pendant la naît du !•' 
février^ les habitans se seudevù" 



376 MOH MOI 

vàrent et tombant h rîmprovtste prcs de 9000 habîtans des deux 

sur les Russes , qui ne se clou- sexes parmi lesquels 2000 Juifs. 

tant pas de la trahison, dormoicnt On trouve dans cette ville as tan- 

tranquillement , les massacrèrent ueries qui travaillent d'assez beaox 

tous et emmenèrent leurs chefs cuirs. C'est aussi la principalft 

prisonniers au Roi Jean Casimir, Industrie dps habltans car près* 

qui y ayant récompensé ceux de que tous les autres métiers et 

Mobllev , donna en commémora- les arts y sont professés par les 

tion de cet événement des nou- Juifs. Les marchands de MobiW 

velles armes à la ville , elles re- font un commerce assez consi' 

présentoient upe tour on champ dérable avec les ports de RigS; 

a*azur , dont les portes ouvertes Mémel et Dantzlg , dans lesquels 

étoleut gardées par un guerrier ils envolent des cuirs de Roos- 

armé de toutes pièces tenant sle , du suif, de la cire , da miel, 

nne épée nue à la main. Pen- de la potasse, du chanvre ^dn lin; 
dant la guerre de Suède Pierre- ^ de l'huila Jd chanvre , et du bled, 

}c^Grand honora o^te ville de on 7 importe beaucoup de soie 

sa présence. En 1 708^ Charle XII écrue» La situation de la ville, 

Îr arriva et fit passer le 5 Août ainsi oue son cllniat sont trb- 

e Dnepr à ses troupes pour favonibles auL arbres fruitiers, 

courir vers leur perte à Poltava. aussi les fruits j sont-Us bons 

En 1773, elle fut réunie avec tou- et en grand nombre. Cette ville 

te la province à Femplre Russe est la résidci)se d*an archevèqae 

far Catherine II qui en 1778 russe et d'un catholique. La se- 
érigea en chef-lieu du gouv. de conde ville de ce nom se trouve 
de ce nom j cette vlUe se parta- dans le gouv. dePodolie; elle est 
ge- en quatre quartiers dont le petite et bàtle au pied d^une ban'; 
château , bâti sur une hauteur montagne sur la rive occideota- 
et entouré d'un rempart de terre, le du Dneslre à 127 w. de Ca- 
formc le premier ; deux autres ménétz Podolsly ; c'est un chef- 
quartiers de la ville sont éga- lieu de district ; comme avant U 
Jement entouré d'un rempart ; conquête de la Moldavie , elle 
le quatrième n'est proprement étolt ville frontière, on y avoi( 
qu'un faubourg. On trouve & établi une quarantaine et un 
Mohliev deux couvens du RU payage. 

grec dont un de religieuses , 70 MoiKA^(MoÛKa') J^^tlteTtf'ihrt^ 
églises, un séminaire, le collège ou plutôt canal qui sort de U 
des Jésuites y fut fondé par le Neva , à Pétersbourg , traverse le 
fameux général Polonois Aie- quartier de l'amirauté et retourne 
xandre Corven Gasslcvsky , pen- à la Neva. Avant le règne de Ca-/ 
dant qu'il étolt Yoévode de Smo- therine II , c'étolt pour ainsi dire 
lensk j [es catholiques y ont aussi un bourbier , où l'eau stagnante 
deux couvens , l'un de Carmes croupissoit et n'étolt d'aucune 
et l'autre de Bernardins et 5 utilité à la ville , depuis on l'a 
églises. Les Juifs y possèdent creusé, néloyé et rendu navigable, 
deux Synagogues , depuis la réa- de manière que les barques cbar- 
nlon de Mohliev à Vemplre on gées de bols , de foin et autres , y 
y a construit au milieu de la vlennentjusqn aux portes des mai- 
ville une grande place octogone sons qu'elles fournissent. L'E©- 
entourée de beaux bâtlmens en pereur Alexandre !•» 1'^ ®™^ ^ 
pierres , un palais pour Tarche- quais magnifiques en granit , el 
vcque Russe , etc. On y compte d*une grille de fer toi|t autour. 



MOJ MOK 277 

Moi'sK) (MomckS.) C'élolt le sî^gée par lé grand-duc de Lîlliiia- 

nom qu'on donnoit Anciennement nie Guedemln , maïs courageuse- 

an lac Ilmen. ( Voyez cet article*') ment défendue par ses habitans,et 

MojAÏsxE 9 (MoJKartCAcô.) ville les froids de l'hiver se faisant déjà 

an gonv. de Moscou et chef-lieu sentir il fut obligé d'en lever le 

dm district , bâtie sur la rive siège. En '14^6, elle fut donnée 

droite de la Mojaika qui tout près comme apanage au prince André 

(icià se^eitedans la Moskva elle Dmitriévitch de Moscou, et ce 

est à 99 w. de Moscou j sa situa- n'est que 85 ans après qu'on y 

tion sur une hauteur , entourée conslru,isit le mur de briques dont 

de deux côtés par des ravins très- on voit encore les restes. En i625 

profonds et de la rivière de Mos- elle fut de nouveau attaquée par 

»vâ d'un autre , la rend irès-pro- le fils du roi de Pologne y mais 

pre à être bien fortifiée ; aussi an- bien défendue par son vbévodc 

ciennement Téloit-elle. On voit Volynski : elle le repoussa. Il 

encore un fossé profond y qu'on a reste bien peu de chose de sa 

creosé pour joindre les cleux ra- grandeur passée ; ce n'est acluel- 

TÎns et couvrir par ce moyen la lement qu'un chétif endroit dans 

ville tout autour \ derrière ces fos- lequel on trouve encore quelques 

ses on a élevé un rempart de églises , une école et deux maga- 

terrc et un mur en briques flan- sins , uue maison de charité 

iné de tours. Ces travaux s'y et 4ooo habîtans des deux sexes. 

Toient encore quoiqn'à demi-rui- Les marchands de Mojaiske font un 

nés. On ne connoît pas quand , petit commerce de planches et de 

ni par qui cette ville fut bâtie; bois , qu'ils font flotter par le 

clic commence à être citée dans moyen de la Moskva dans la ca<^ 

les chroniques Russes de l'année piiale. 

i23i , comme dépendance de la Mokcha , {^MoKU.La,\ rivière 

principauté de Tchernigof ; car il considérable qui a sa source dans 

}' est dit , sous la date de cette an- legouv. df Penza et qui après eu 

DPe, que Jaroslav prince de Péré- avoir parcouru une grande partie, 

aslavl y faisant la guerre au prince entre dans le gonv, de Tambof ^ 

(leTchemigof est entré sur ses par le district de Temnikof, elle 

terres , où après avoir fait beau- parcourt ensuite le district deEla-» 

coup de dégât et brûlé plusieurs tom, et là elle se jette dans TOca. 

yilles , il mit le siège devant Mo- Celte rivière pourroit être navi- 

jtiiske j qu'il ne put prendre a gable dans toutes les saisons , si 

('ausc de ses bonnes fortifications, on débarrassoit son cours de 

f>etle ville appartint ensuite à la quantité de troncs d'arbres et 

principauté deSmolensk^ et de- d'autres corps étrangers qui y 

vint même un apanage de quel- forment à la longue des bas-fonds^ 

qaes princes de cette maison : le par le limon qui s'y amoncelle ; 

premier qui y régna fut Féodor elle se déborde facilement , ses 

lîlsde Mstislav en 1275 ; en 11293 bords étant presque partout fort 

Hle fut saccagée par le Ta tar Du- bas. Au printemps lorsque les 

den ; mais sous le règne de Svia- eaux sont hantes, les barques qu'on 

tosLav Glebovitch en i3o3 , elle construit sur diflérens points de 

fut prise pap le grand -duc de cette rivière, nommément au-des- 

Moscou, Geoi^e Danilovitch , qui sous de Cadom , et après sa jonc- 

cmmcna le prince en captivité , et tion avec le Vad , parlent chargées 

l'éanil à se» états cette petite prin- de blé y et en transportent chaque 

cipaaté en i34l< Ce(te ville fut as- année au-delà de 600 mille sacs 



378 



MOK MOL 



dans les antres provinces , et par- truîscnt p]ns volontiers danslc^ 

ticnlicrementàFétcrsbourg.LaDa- bols. Ce sont d'excellens cuUi- 

▼igation sur cette rivière dure un valeurs. Pour ce qui regarde leurs 

mois et davantage, elle est pois- mœurs et leurs nsages , } en trai- 

$onneuse , et ses bords sont pi*es- terai plus au long à rartide Mof- 

que partout couverts de superbes dva. (Voyez cet article.) 
forets de tilleuls. Moj.oga , ( MoJioia. ) rivière 

MoKCHANE 9 (MoKHianh ) pet. considérable qui a sa soarcedans 

▼illç du gouv. de Penza , chef-lieu le gouv, de Tver , district deBé- 

d'un district bâtie sur les deux jëisk , qu'elle sépare en partie de 

bords de la Mokclia sous le 53° 44' ^^^l^i de Vjchni-Vololcliok, Elle 

de lat. sept, et le 62° /^G' de long, parcourt ensuite le district de 

orient, à 87 w. nord-ouest de Yôssiégonsk , ensuite elle entre 

Penzà. On ne connoît pas pré- dans le guuv. de Novgorod prie 

t^isément l'époque de sa fondation) district d'Oustiujuo-JélezuopoUi^ 

on sait seulement que cVtoitan- elle retourne ensuite vers le dis- 

ciennement une petite ville fron- trict de Yessiégonsk, dans legour. 

tière du côté du stcp du C'>ouban ; de Tver , qu'elle ^pare dans cet 

oA voit encore des restes de rem- endroit du gouv. de laroslaT, 

parts' de terre et de fossé qui for- dans lequel elle en ti*e par letlis- 

moient un qnarré parfait autour trict de Mologa pour 9*y jetrr 

de la ville. Llle se dëlendit vailla- dans le Volga. Cette rivière est 

ment eniyij contre une incursion très- poissonneuse^ elle est na^viga- 

que les Ta tares du Couban firent ble en tonte saison pour les plus 

contre elle. On - y trouve six cgli- gros bateaux , ' depuis la ville 

ses, toutes construites eq bois. Le d'Oustioujqa-Jëleznopolsk jasqa'à 

nombre des babitans peut être son emboucbure. Elle parcourt 

)>orté à 4^00 , ils sont presque en tout dans les trois gouveruc- 

tons cultivateurs. mens plus de 400 w, et reçoit 

MoKGHANS ^ {MoKiuaHbi') pe- plusieurs autres rivières assez coa- 
tit peuple qui babite sur les bords sidérables dans ses eaux , comme 
de la Mokcba , dans les gouv. de par. ex. la Tcbagodà , le Sit etc. 
Penza et de Tarabof. C*est une des Plusieurs bateaux prennent celte 
deux principales brandies des peu- route en sortant du Volga , pour 
pies que les Russes nomment Mo r- transporter leur cargaison àPé- 
dua ou Morduans; leur lan- tersbourg par le moyen de la Mo- 
gage provient du Finnois , comme loga , du Tcbagodà , de la Goru« 
ils provienneift eux-mêmes des nia et la Somina , d*où il neresie 
Tcliouds ou Finnois, mais il est plus qu'un transport degow. p^^r 
môle de beaucoup de mots et de terre jusqu'à Tikbvin .où on les 
constructions tatares ; leur dia- rembarque; en 1802, on corn- 
lecte est si diffërent de celui de la mença h creuser un canal pour ré- 
seconde brandie qnils nomment unir la 80m ina avec le port de Ti- 
Ersad ou Erdsad, qu'ils se com- khvina , et il est probable que ce 
prennent assez diticilement entre travail interrompu sera repris, 
eux. Il y a cependant des villages MoLooa ^ (Mo^toco-; pet. ville 
où la race Mokcbanienne vit en- dugouv.deIaroslav,chr£-Jieu d'un 
semble avec l'hrsanienne , et s'al- district; à Témbouchure de la ri- 
liént plus volontiers diacune par- vière du même nom j sur sa rite 
mi les Siens ; les Mokcbans sont gaucbe; elle se trouve sous le 5;° 
pn*sque tous chrétiens; ils babi- iV de lat. sept, et le 56^ 5o' de 
tent des petits villages et les cons- long, orient.^ à log w« nord-ouest 



MOO MOR 379 

à larosla?. On y trouTe s ^gli- cl celle de Tîk. Oq la nomme 
sPset22oo haliitans des deux se- en estonien Much'o-ma ; elle com* 
les qai (ont presque tont le corn- prend une ^paroisse et i3'2 haakos. 
mrrce. Le Volga leur fal ici te beau- KUe appartient presque en entier 
coup le transport des di^erentes à la couronne. 

marchandises qu' ils acbeltent dans IMorazes, (Mopashi.) On nom-* 

iemidideTEmpire, et revendent me ainsi les Ostiaks près de 
pj^uà Pétersbourg. Le petit Narym. Ils sont issus des Sémo- 
pple gagne sa vie comme bâte- yades , idolâtres comme eux , et 
tiers, pilotes et par le flottage des gouvernés par leurs cliamans. 
ho\s qui arrivent du Nord par MorchaNsk^ ( Mopiuanckb- ) 
la Clieksna. Il se tient ici deux Ville du gouv. de Tambow, cbef- 
çnnds marcbës pendant Tbiver. lieu d'un district sur la rive 
Les enviroûs de cette ville sont gauclie de la Tsna , à 88 w. nord 
très-marécageux , ainsi que tout de Tambow 3 elle est sous le 53^ 
le district. 4^' ^^ 1^*- «^P^- et le 690 4^' ^® 

MoiOMA , (MoAOJua.) rivière long, orient. On y trouve 3 égli- 
assez considérable qui sort du ses une papeterie > une manufao- 
gour, de Yologda et après avoir, ture de toiles k voiles , et une 
pârcouro une partie de celui corde rie , des fabriques de suif^ 
<ie Viatka y vient s'y jeter dans un moulin à scie et à foulon 
ia Viatka. On évalue le nombre de ses babî- 

MoLOTCHNlA-VOi>Y , {Mojio" t^ns h 45oo personnes des deux 
T^hiA'ûoAhi,) ce mot veut dire en sexes. Il s'y tient un marcbé 
fnjuçais les Faux laiteuses. Ces t annuel le i5 août; il s'y fait un 
le nom d'une pet. riv. du gouv. grand commerce de bled , vu les 
^£ la Tauride;elle se jette dans avantages qu'offre la Tsna pour 
|<^ lac Mololchnae ou laiteux, son transport dans TOca et le 
1^ ville de Mélitopol est bâtie "Volga, 
sur ses bords. Mordova , (MopAOoa.) pet, 

^OIOTK.OVKA, (Mo JiomKO^Ka) rivière du gouv. de Penaia clans 
pet. riv, du gouv. de Tcberni- le district d'Inzara , après un 
çof, sur les bords de laquelle cours de i5w. elle se jette dans 
te trouve la ville de Mgline. la Poletnia. 

Mongols, (MontoAhi) peuples. Mord va - morduans , (Moj>'^ 
IjCs peuples de cette racé qui Aea.) Ce peuple est connu dans 
liabitent en Russie , sont les Der- les anciennes cbroniques Russes 
l^^ts , les Torgoutes , les Zungors sous le nom de Meri ; avant 
(^\yez Ca/moyks)feidans la Si- l'invasion des Tatares , il babi- 
l>prie les Bouriats (poyez ce der^ toit sur les bords du Volga 
w'Vz article]. Il existe encore une vers Galitcb , laroslav et Costro- 
pctite portion de Mongols pro- ma. Depuis , soumis par les Tata« 
prcRient dits en Daourie , sur les res et comprimé par les Russes, 
frontières de la Cbine y mais ils il s'est porté plus bas sur le 
tte différent presque en rien pour même fleuve j et il babite actuel- 
les mœurs , les costumes et la lemcnt dans différentes contrées 
figure aux Bouriats leurs voi- aux environs du Volga , de TOca, 
9ins,et qui sortent de la même dans les gouv. de Cazan , de 
*oiicbe. Sirabirsk , d'Orenbourg, de Ni- 

Moow ou MONE , {MooHbviAVi jni-Novgorod et Penza. En iio3, 
?/o«ô.)pel, île de gouv. de Riga j laroslav, prince de Rezan , Icui» 
cWe se trouve entre Tile d'Esel fit la guerre ; et ea lut battu ; 



ado MGR Mon 

en T229 9 cn^doît par lent kliAn sur le^leri^ière, le tablier esl bro- 
nommé Pou rgane , ils assiégèrent dé en laine de conlenr, et orné 
Nijni*NoTgorod , maïs les habi- de franges, de coraux , deverrei, 
tans ayant fait une sortie pen- de plaquettes et de grelots. Lors- 
dant la nuit les surprirent et qu'elles sont en babit de fête, 
les défirent totalement. Ce peu- elles attachent a cette ceioture 
pie se divise en deux branches toutes sortes de morceaux d'étof- 
qui %e distinguent facilement par fes brodés en couleur, et garnis 
l'habillement des femmes , et sur- de franges , elles mettent alors 
tout par leur langage ; cependant des tuniques plus chargées de bro* 
elles sont rapprochées davantage deries et d'un travail plus recber- 
Tune dç l'autre , depuis que s'é- ché 5 potir rendre, la parure ooui- 
tant converties au christianisme^ pie te , elles ont par-dessus le tout 
elles se sont mêlées par le ma- une espèce de robe de toile forl 
l*iage. La plus nombreuse de ample k manches courtes, qui 
ces deux branches se nomme ont un quart d'aune deFrsacede 
Frsad , et avec la terminaison lai^ur; ces robes sont faites com- 
tussc Ersenie , mais l'autre a muncment de toile jaune) leur 
conservé le nom de Mokchad , ou tunique se ferme sur le devant du 
]Vlokclians« Il y a encore une 3* cou avec une petite agrafle , et 
branche, mais beaucoup moindre ) avec une grande çur la poitrine, 
dans le gouv. dçOzan; laquelle il pend à cettle dernière i^n tissu 
est composée de ce qu'on appelle *de grains de corail chargé debou* 
les Caratai's. Les Ersénies habi- tons, de petites chaînes , de jetons 
tent plusieurs villages dans les de cuivre , de petites clochettes 
districts d'Arzamas et d'Âlatir , etc., de sorte que rajustement dV 
dans les gouv. de Cazan, de Penza ne Morduanc est an moins aassl 
et d'Orenbourg , diilérens villa- lourd que les bar nois d'un cberal. 
ges. sur le Tchérémehan et sur le Les boucles d'oreilles entrent dans 
Volga ; les Mokchainiens habitent leur parure journalière. Dans leur 
en partie la rive orientale de la habillement de cérémonie elles 
Soura , et en partie dans le dis- ajoutent un bracelet ou grosao* 
trict d'Insara , et des pays semés neau autou/ du poignet, et 
de forêts arrosées par la Mokcha* deux ou trois au cou , qui ressema 
Les Morduans ont été convertis blent à ceux des femmes Indien* 
par les Kusses de la religion pa- nes« L'^habillement des Hlles est 
yenne au christianisme; cepen- le méine que celui des femmes, 
dant on leur voit encore beau- mais moins chargé d'ornemens, 
coup de penchant peur le paga- et elles ne portent point de bon- 
nisme. Les Morduanes mariées net. Presque tontes ont leurs 

Eortent un grand bonnet élevé ^ cheveux tressés , comme les fu- 
rodé en fil ou laine de plusieurs les Rus^^s ; elles y attachent et 
couleurs sur le derrière duquel laissent pendre des rubans et des 
pend une petite bande garnie de houppes. Anciennement , elles 
petites chaînes , de plaquettes et partageoient les cheveux de leor 
de grelots. Leur habillement cou- chignon en huit on neuf petites 
sisteenuce tunique et des jupons tresser, dont elles (aisoient pa^- 
de toiles brodées avec beaucoup ser les ceux plus grosses derrière 
de goût en laine rouge et bleue ; chaque oreille ; elles étoient sou- 
clles mettent par-dessus nue cein- tenues par une boucle à crocbeif 
tiire qui soutient un tablier de chaînée de jetons et antres orn^- 
pean partagé en deux^ et qui pend mens. Des cordonnets de Isis^ 



MOR MOR a8i 

attacWs k rfxtrcmîté de ces très- qui n*ont pas atteint Tâgc de ma- 
SCS, passoieDt dans la ceinture. Les jorité , et cela, disent-ils, pour 
feiumes et filles Mardouanes des avoir plus d'ouvriers. Le Caiun ^ 
mes da Volga se' coUTent ainsi : ou présent que la fiancée lait à 
ettes natent leurs ckeveux arèc son beau-père, étoit d'usage para- 
de la laine noire dans on large mi eux , ainsi que chez tous le» 
nka de feutre , qui leur pend peuples orientaux. Au moment 
josqa au jarret. Les Morduans , de & consommation du mariage y 
(t sartont ceux de la tribu on mettoit la fiancée sur une nat- 
Ersanienne , sont la peuplade la te au milieu de la famille assem- 
plus sale de l'empire Russe j il blée ; on- la portoit edsuite dans 
km cependant leur rendre jus- la chambre de l'époux , auquel 
tice, avouer qu'ils sont très-bons on la remettoit^ en lui disant à'o/- 
cullivalcnrs , et quUls sont même iet , vergass outcha. Tiens , îoup^ 
plos laborieux que les paysans voilà la brebis. La mariée devoit 
Rasset j ils s^occupent beaucoup alors se tenir sur la réserve et so 
de Téducation des abeilles. Ceux montrer aussi revéchc qu il lui 
qui habitent les contrées fores- étoit possible. Il faut encore au- 
tiêres emploient l^iver ^ chas* jourd hui que la mariée, en rêve- 
ser , ils saisissent en général , nant de l'église , où se donne la 
toutes les occasions qui se pré- bénédiction, ne fasse que se plain- 
seatent pour améliorer leur sort, dre et se lamenter ; quelques-unes 
Presque tous les Morduans sont prennent si sérieusement la chose, 
ehréticns; il reste cependant quel- qu^elles s'égratignent entièrement 
ques individus parmi les Ersa- le visage, couvert d'une espèce de 
nieas qui ne • sont pas encore voile ou toile brodée. Ils couser- 
coDvertis , et ceux-là même ont vent encore l'usage suivant. La 
presqu*entièr«ment oublié leurs lendemain du mariage , le plus 
aacicus usages et opinions y ihr âgé de la famille va porter en pré- 
n ont cependant jamais eu d*i- sent , avec cérémonie , un pain 
(iole^ ni de divinités subalternes , fait exprès, sur lequel on est 
mats ils sacrifiolent uniquement obligé d*incruster une petite pièce 
à un être suprême et invisible, de mon noie , et une agrafie que 
Les Ërsaniens Tappeloient Pa- les femmes portent sur la poltri- 
ase et les Mokcbaniens Scbkai, ne; le parent pose trois ibis ce 
nom qu'ils donnoient au ciel, pain sur la tête de la jeune fcm- 
L orsqu'ils faisoient leurs prié- me , en prononçant ces trois mots 
resy ils regardoiént à TOrient, quil arrange à volonté tactèï , 
ainsi que tons les peuples d'ori- meséî y paçéï ; il faut que le dcr- 
gtQC ichoude. Les lieux desti- nier qu'il prononce soit le sur- 
nés aux sacrifices ëtoient enfon- nom ordinaire de la jeune femmr» 
CCS dans les forêts 9 ils y immo- On donnoit aux enfans un nom 
loient des chevaux , des bœufs que le hasard fournissoit, et c'é«- 
€1 du mena bétail. Dans les funé- toit ordinairement une épitUète* 
railles les parens du mort of- Les Morduans en général connois- 
froient des sacrifices sur la tom- sent bien les plantes propres à la 
be et les femmes pleuroient leurs teinture et utiles à la médecine ^ 
mânes. Ils faisoient contracter on trouve dans tous les vestibu*- 
<lcs ' promesses de mariage aux les des maisons et particulière- 
enfans dans l'âge le plus tendre , ment chez les Mokchanicns , plu- 
iis le font faire encore aujourd'hui sieurs dé ces plantes pendues au 
aux personnes des deux sexes plafond, avec des feuilles de 
TOM. I. 35 



aSa MOR- MOS 

choQX Bêchées^ dont ils se ser- Mohousk j (Mop^junKh.) ^rn 

veut tous , pour appliquer sous bourg du gonv. de Tcberni^of; 

1rs miclies de pain , en les met'» c'étoit anciennement une petite 

tant au fourj ils en font sécher ville. Cet endroit n'est remarqua* { 

utfé grande quantité pour rbi* bie dans l'histoire que parce que 

yeik Ils ne font point le beurre c'est le premier €^droit on le iaui 

dans des fours à la ma oi ère des Dmitri s*est arrêté en venant tie 

Busses, mais ils le battent com- Pologne, en i6o4. Il est bàli 

me les Finnois et les Ta tares, ils sur la rive droite de la Dcsna. 

font leurs fromages doux dans Mosalsk , fMocoAèckb.) Mlie 

des pots de terre, suivant la mé- do gouv. de Calouga etcbef-liea 

thooe usitée en Russie, et fon- d'un district^ elle se trouve sooi le 

dent du beurre frais par-dessus, S4^ , 35' 4^' de la t. sept, elle i:^ 

pour les empêcher de couler. Ils 4^' ^^ long* orient», sur decipe- 

construisent aujourd'hui leurs tites riv. la GorodenLa et la Mo* 

maisons , les uns dans le goût rus- jaika à 77 w. ouest de Calooga* 

se, les autres à la mode ta tare, avec £lle formoit anciennement a«ec 

de larges bancs qui leur servent son district un apanage des priiH 

de lits, selon quils sont plus ces de Tchernigof; mais après 

proches voisins les uns des au- l'usurpation de cette province par 

très. Les anciennes habitations les Lithuaniens , elle resta soutni- 

Morduanes ont toutes, comme se k un prince de la (junillr de 

la fort bien observé Strahlenberg, ses anciens souverains josquan 

la porte tournée h Test, et le règne du grand-ducivan Yassilié* 

poêle placé dans Vangle sud-ouest j vitch^ qui 1^ réunit à ses ki\i, 

elles sont en général fort petites , On voit encore quelques rpstfi 

incommodes , et presque toutes d'un rempart de terre qui do») 

sans cheminées. Ils payent les avoir servi de défense à cette tî)- 

mêmes impositions h la couronne le. On j trouve actaellecaeiii \ 

que les paysans russes. ' ^ églises , un magasin de sel et 

MoRÉVA , (Mop-hôa,) c'est le de grains, appartenant à la co»» 

nom d'une ville qui doit avoir ap- ronne , et 1 200 habita ns des (ktf 

partenu à la république de ^iOV- sexes. Il se fait ici un comment 

gorod, car il est dit dans les chro* assez coubidérable en chanvre, â 




sur les terres de Novgorod, pri- Moscou, ( MocKoacKoJi fi- 
rent et détruisirent les villes de ôêpuiA.) (gouv. de} il est sitn 
Lubie, Moreva et Sélieguere. entre le 63° et le 56® de lat. sept 
MoBiA , (Afo^*;i) p. rivière du et le 54^ et 67' de long, orient., 
gouv. de Pélersbourg , elle se jet- a} an t d'occident en orient aoo* 
te dans le lac de Ladoga. Ses eaux d'étendue et 220 du nord au mi 
sont bourbeuses h cause des ma- di. Ce gouv. est borné au nor 
rais dans lesquels elle prend sa par celui de Tver , à Torient pa 
source, et qu'elle traverse dans ceux de Eiazan et de Vladimir 
tout son cours qui est d'une tren- au midi par ceux de Riazan , Ton 
taine de v(>. ; elle entraîne un li- la et Calouga , et à Toccident ce 
mon noir et boueux, qui ternit lui de Smolensk. Il est régi pi 
ménie assez loin de son embon- un gouverneur général et scdi 
chnreles eaux transparantes et pi^- vise en i5 districts^ quiporlin 
res du lac* chacun le nom de leurscbels-Uciu 



MOS UOS 283 

Ce sont ceux de Moscoa, c^pilale par le grand-dac Tonrî II ou 
dn^ouv, et clief-lieu du district George, snrnommë Dolgoroaiy , 
<lo son nom , 2^ Veréa, 3<* Bo-* fils de Vladimir Monomakh , qai 
Lor(Kl$k 9 4^ Bronnit^y 9 50 Ronza, allant cette année de Kiew tîsl^ 
Gt" Coiomna , 70 Serpoukliov , 8«> ter son fils aîné André , auquel 
Po^olsk , 9" Z^enigorod , io« Mo- il avoît donné les principautés de 
jasl, 11° Volocolamsk, 12° Cline,. Sonzdal et Vladimir, s'arrêta di^ns 
ei i3o Dmitrow. Les principales cet endroit dont les sites enclian^ 
mières de ce gonv. sont TOca , tcurs lui plurent infiniment , vt 
h Mosk?a , la Cllazma , la Pak- admirant les beaux villages et 
Iirj,l4slra, la Rouza , la Sestra, les bois des environs , il voulut 
\à lakhroma , la jjama , la Nara en connoîtrcle propriétaire. C'é- 
h Lopasnia , et la Cherna. Le ter- to'tt ce même Contchko dont 
rolr y est médiocrement fertile 9 nous avons parlé plus haut. Cc- 
niais l'industrie des habitans y Uii-ci , fier de ses richesses et 
supléo, et ils vivent généralement de sa puissance , au lieu de ren- 
dans l aisance. On en compte dre- les honneurs qui étoient dus 
9 ]o,ooo des deux sexes. au, souverain de R.iew ,1e reçut 

Moscou, (MocKsa.) (en russe fort mal et en parla avec mépris. 
Moskva). 'C'est la plus grande Le grand-duc , justement irrité, 
T'Ile de l'Europe et l'ancienne le fit amener devant lui , et après 
capitale de l'empire de Russie ; lui avoir reproché son insolence , 
elle est goas le 55° 4^' 4''. ^^ ^^ ^^ ^' mourir et jeter dans un 
l'ii. sept, et 55*» 12' 4" ^® l'>ng. étang. Mais touché des larmes et 
orient. La rivière Moskva traver- du désespoir de ses trois enfans , 
Kon serpentant cette ville , et y Jean , Joachim et de sa fille nom- 
i^ooit dans son sein la laouza méeOulita,il leur fit rendre clc 
et la Neglinnaia. Moscou est k grands honneurs et les envoya 
p% w, de Pélersbourg qui est à son fils à Vladimir. Après cela 
la capitale actuelle de l'empire, il fit entourer de palissades la 
On parle difléremment de sa f on* montagne sur laquelle est bâtie 
drftion , car les uns veulent qu'- actuellement le Creml , y jeta les 
file ail été bâtie par Oleg , ré- fondernens d'une ville qu'il nom- 
l^ent de Tempirc et tuteur du ma Moskva , du nom de la riviqre 
jeune Igor fils de Rurik. Ce prin- qui couloit auprès. Un peu plus 
ce traversant ce pays en 882 , loin , k l'endroit oii se trouve 
ponr aller de Novgorod à Kiew, aujourd'hui le couvent Znamcn«- 
llt construire une petite ville skoï , il çn éleva une autre à la- 
sar la Neglinnaia qu'il entoura quelle il fit porter le nom de KL* 
(l une palissade. C est ce même taï , d'un surnom qn'avoit eu son 
("ndroit, dit-on, qui , après un laps fils André dans son enfance. Il les 
de temps considérable , devint la peupla dliabitans pris dans les 
piopriélé d'un riche seigneur de environs , et de quelques colons 
Souzdal nommé Coutchko , qui de Vladimir^ Il alla ensuite dans 
y résidoit habituellement. A ce- cette ville , où ayant fait épouser 
^ M' de Tatischef ajoute- que à son fils Oulita , fille de Cou- 
son nom lui est venu de la ri- tchko , il les emmena arec lui à 
tlcre sur laquelle elle est bâ- Kiew. Il y mournt un an après 
^iC) qui en laugue sarmate veut son retour, en recommandant à 
(lire, selon lui, serpentante. Mais son fils de pcapler^ Moscou. Le 
ce fjui est plu» probable c'est grand-duc André , pour se con- 
nue Moscou a été batîe en 11 47 former aux désire de son père^ 

9 3^ 



384 



MOS MOS 



fil construire à Moscou IVglîse toujo •• . de plus en pTus , sasev- 
de r Assomption 9 qu'il dota très- le riva ie, Tver, perdit Inentôt sa 
richement, et dans laquelle il fit prépondérance par les malheort 
placer T image de la 8te \iergc, de ses princes trop ambitieux et 
apportée -de Constanlinople et trop Ibiblcs pour résister à la pols- 
pemte par St. Luc , et il envoya sance des Rhaos Tatares } sa àé^ 
de nouveaux colons à Moscoa. cadence assura à jamais la gran- 
Nous ue parlerons pas ici de l'as- deur de Moscou , gouvemée alors 
sassinat de ce prince par sa fem- par le grand-duc Ivan Dantiovîtch 
meetses beaux-irères • les Cou- a urno mé Ca///a. 11 monta sur le 
tchkoy ainsi que de la punition trône en i328 et gonvertia ii aoi 
qui s'ejisuivit par les ordres de sans troubles et sans guerres exte- 
Ysevolod y frère du Grand-X)u« , rieures, ce qui lui donna les moiens 
ce sont des faits trop connus , et de se fortifier et d'embellir Mo&- 
qui appartiennent plutôt à Vbis- cou; ses vertus et aapiéiédéci- 
loire générale de la Kussie , qu*à dèreat St. Pierre , Métrojpolluia 
celle de Moscou ea particulier, de toutes les Russies, qui jasqua- 
Depuis ce temps , cette ville ap- lors avoit siégé à Yladimir à ve- 
parlint à ditTéi*ens pripces de la nir s'établir près de lui , à Mos- 
même famille. Lors de Tinvasion oou ^ quantité de Bo jars et déci- 
de Batou-Khan en Russie, elle toyeas des autres principaatés , 
fut prise et brûlée, ainsi que la surtout ceux de Tver accourureot 

Îlupart des autres villes russes, en foule lui ofirir leurs sertlçes 
lie a voit alors un prince u^md- et se déclarèrent ses sujets. Ce 
mé Vladimir et un voévode avec prince possédoit alors , excepté 
une forte armée pour la défendre» cette capitale , les villes de Vladi- 
On ne voit pas dans nos chroni- mir, Péréaslav sur le lac, CoIouh 
qucs le nom de celui qui la fit re- na , Zvénigorod ,-Mojaiske , Scr- 
bâtir, mais il est sûr que lors de poukhov ei Pcrémychl. £q i56/ 
l'invasion du Ta tare Duden à le grand -due Dmitri surnom- 
Vladimir, et danjB d'autres villes , mé Donskoy , an lien du mares 
sous le règne de Si. Alexandre bois de chéoe , qui entouroit le 
Newsky , elle fut encore une fois Creml en fit construire un copier- 
prise et saccagée. Ce n'est qu'au res et en briques. Son filsle grand* 
règne suivant du grand-dûc Da- duc Vasilii ou Basile agrandit 
nilo Alexandrevitcb , que cette ses états par la donation qne lot 
ville doit réellement sa renais- fit le Kban Takhtamyche, des 
sance et sa grandeur ; car ce prin- villes qu'il avoit démembréesde U 
*ce l'ayant prise en prédilection ^ principauté de Souzdal , comnie 
entitsa résidence kabitnelle , et Nijni-Novgorod , GorodeU, Mesl- 
depuis ce temps elle fut toujours chera et Taroussa. Sous le règu« 
considérée comme la capitale de du fils de ce dernier également 
la grande principauté et la rési- nommé Bazile avec le surnom de 




de convcns , entr 'autres celui de des incursions et dévastations daiit 

Saint Daniel dans lequel il se fit la principauté de Moscou, sanspon' 

moine, et où il est enterré. Il fit voir cependant ni prendre la v d- 

bàlir le Kremlen i5ob^ mais sen* le ni ébranler sa puissance. Soat 

lement en bois de chêne. De- ce règne , on démembra de i« 

puis ce règne Moscou s'agrandii principauté de Tver, les villes*^ 



MOS MOS 285 

Cachine, d'Oaglitch et -autres, rëgalière sons le nom de strel* 

Le duché de Riazan eto'it tombe tzvs. Sous le règne de sou fila 

dans un ëfat de foîblesse et de nul- Théodor^ en 1 689, on assembla un 

lité à ne pouvoir jamais s'en re* concile sous la présidence de Jéré« 

lever, tant par les victoires des mie Patriarche de Constantinople 

princes de Moscou que par l'o- pour élire un patriarche k l^ Kus^ 

pression des Khans Takhtamyche sie, ce fut Job qu'on honora de 

et Temir-Aksak. La seule Novgo- cette dignité, et depuis ce temps ^ 

Toà disputoLt encore avec Moscou ils résidèrent tous à Moscou. A. 

de puissance et d'éclat, malgré cette même époque doit être rap- 

plnsieurs victoires sur elle des portée la construction du mur ea 

deux Baztle dont *" nous parlons, pierre qu'on nommoit Beloy-Go* 

Mais à mesnre que la puissance rod , ou ville blanche , et qui for«> 

des souverains de Moscou s'a fTcr* moit une troisième enceinte à la 

missoit davantage , la ville s'em- ville. Âpres Théodor , mort sans 

bellissoit et s^agrandissoit en pro- postérité , Boris Godounof qui 

portion ; de sorte que sous le rè- avoit déjàt fait assassiner le jeune 



§ne suivant du grand-duc Ivan Dmitri frère du Tzar , fut spuve- 
Vas&iliévitcb, qui réunit sous sa rain de toute la Russie. C est à 




pays surlesla- Moscou en parti 

tares, Ik 'ville de Moscou égala teur Grégori Otrcpief s'étant doa- 

eo beauté et en grandeur et en né pour le prince Dmitri, son- 

popnlation Novgorod même. £n tenu par les Polonois, fut recon- 

i5o5 son fib Bazile monta sur le nu pour tel dans tout le pays , et 

troue, il maintint et augmenta la s'empara du trône > qu*ocGupoit 

puissance que son père lui avoit alors un enfant de 16 ans, le fils de 

transmise, et fut le premier qui GodounoC II introduisit à Moscoa 

prit le titre de Tzar (1) Autocrate ses protecteurs les Polonois, et 

de toute la Russie , et c'est depuis' commença cette série d'iniquités 

ce moment que Moscou doit être et d'opression 9 <{ui à la fin sou* 

considérée comme la capitale de levèrent contre lui les grands et 

l'Kinpire de Russie. Son fils, le le peuple^ le firent précipiter d« 

Tzar Ivan Vassiliévitcb surnommé trône et massacrer avec quantité 

Orozny ou le Sévère, le Menaçant, de Polonois de sa suite; il régna 

moQia^ sur le trône en 1 53 3, il moins d'un an depuis la mort de 

H'^na 5o ans et mourut k Moscou^ Boris Godounof arrivé en i6o5 ^ 

ou il fut enterré , souS' l'habit de le chef de la conjuration, le prince 

woine, dans la cathédrale de St. Bazile Chouisky, fut élu à sa place. 

Michel TArchange. Celui-ci vain- Sous son règne ont commencé les 

^juii les Turcs, mit fin aux ro- guerres civiles et étrangères, un 

vaumes de Cazan et d'Asirakhau, second faux Dmitri ayant paria 

et agrandit ses états et sa puis- soutenu des Polonois ., remporta 

sauce , an point d'être considé- quelques victoires sur les troupes 

ré, même en Europe, comme du Tzar , qui après un règne de 5 




priuerie pour la langue slavon- gardé dans une étroite prison 
ne, forma à Moscou une milice jusqu'à sa mort arrivée en i6i2« 

(i) Tsar Teat dire souverain. 



1 



a86. MOS MOS 

Les RnsMs se virent obliges dVli- pendant près de trois ans que 

re V lad islav, fils du roi de Pologne dnra l'interrègne. Enfin les états 

Sîgîsmond ; mais celui-ci arrêté assemblés élurent unanimement; 

par les lenteurs continuelles de en i6i3 Micbel FéodoroTÎtch de 

sou père ne put jamais parvenir la famille des Bomanof qni se 

k régner ; cependant les Polo- trouvoit le plus procl^e parent 

nois appelés à Moscou y com- des princes Russes de la l3pa»- 

mandoient en maîtres, ptiloient tie éteinte , étant par sa mère 

détruisoient les églises j s'empa- Tarrière-petit-fils du Tsar Iran 

roient des trésors et menaçoient y Yassiliévitcb. Ce souverain reo* 

cc*tte capitale d*une entière des- dit à Moscou son ancienne 

trnction ; d'un antre côté les Sué- splendeur et l'agrandit encore; 

dois s'ompa roient de Novgorod, son fils y le Tzar Alexis Mikhai- 

La malheureuse Russie déchirée loviicli lui" succéda en i6^5; 

de tous côtés par des guerres in- celui-ci après de grandes vio 

testines , et dans un état d'anar- toires , reconquit sur les Polo- 

chie, ne pou voit opposer aucune nois Smolensk , Tchernigof ; Is 

résistance aux usurpateurs qui Séverie et Kiof; il eoibellit Mo>« 

tous les jours en démem broient cou et fit construire sur la ri- 

quelque portion. C'est aussi à cet- vière qni y coule le beau pont 

te époque que les Polonois s'em- de pierre qui existe encore , et qui 

parèrent de la principauté de est le seul, tous les autres n'é- 

Smolensl^. Alors on vir paroître tant que de radeaux. Ce souverain 

les libérateurs de la Rus^. Cosma établit une cour de monnoye dans 

Minine, marchand de Ni jni-Nov- cette capitale, et c'est sons son 

gorod, mu par cet amour sacré règne qu'on frappa en i654 1^ 

de la patrie , qui produit les plus premier Rouble d argent à Mos- 

grandes choses, va trouver le prin- cou. Après sa mort , son fils Féo- 

ce Dmitri Pojarsky et Xengtkge dor Alex ievitch monta sur letrô- 

k lever une armée pour chasser ne en 1676 ; ce prince protégea 

l'ennemi et délivrer 'Moscou ; il les sciences et les lettres; il fitve» 

lui oflre pour cela toutes ses nir de Grèce et de Pologne dos 

richesses , seul moyen qui soit moines instruits et fonda à Mos- 

en son pouvoir et le grand crédit cou une école pour les ecclé- 

dont il jouit. Le vieux guerrier, siastiques , sous le nom d'Âcadé- 

lant de fois vainqueur des enne- mie Slavéno-greco-^latine. llem- 

mis de sa patrie , accepte la pro- bellit aussi cette ville par de 

{»osition. Plein de confiance dans beaux bâtimens qu'il j fit côn- 
es talens guerriers et les vertus struire. Voyant la sanlé débile 
de ce général une foule de com- et la foiblesse de son frère Jean 
bat tans se présentent sous ses qui devoit lui succéder au tr6- 
drapaux. Pojarsky assemble son ne , il l'en éloigna en mourant, 
armée à Cachine , il maVche sur ordonnant que ce seroit le cadet 
Moscou, bat les Polonois dans Pierre, né d'une autre mère, qoî 
différentes rencontres , enfin ga- seroit son successeur. Ëflective- 
gne sur eux une bataille san- ment, ce jeune prince qui nV 
glantes aux portes même de la voit alors que dix ans tut mis 
ville, les en chasse ainsi que du sur le trône le jour Ae la mort 
Crrml , où ils sVtoient fortifiés, du Tiar arrivé le 27 avril de 
Alors les Boyards, conjointement Vannée i68!i ; mais trois semaines 
avec lui fonîicnt une régence après, la princesse Sophie leuf 
ée y d'entreux qui gouvernèrent sœur aînée parvint k j ûiire pl^ 



MOS ; MOS 287 

• > 

e^r le prince Jean qai ri^gna i3 de s*eixibellir jonmellement ; étant 
ans, conjoiotement avec sonfrè* aa centre de TEmpire et habitée 
re, sans jamais se mêler ce- par une nombreuse et riclie No-^ 
pendant des affaires du gou- blesse , elle sera toujours la vraie 
\eraement; la princesse Sophie capitale de la Russie, malgr^ la 
fm déclarée régente et gouverna présence de la cour à Pélersbour;^: 
jttqaen 1(389 où convaincue d'à- Téloignement de cette dernière de 
Toir conspiré contre la vie de son de plusieurs points de rLmpire 
frtTe, le Tzar Pierre, elle fut empêchera toujours aux ' sei- 
déposée et enfermée dans un cou- gneurs , et surtout k ceux qui 
veau Le Tzar Jean abdiqua volon- passent une partie de Vannée à la 
tairemrnt et le jeune Pierre, qui campagne à venir s'y établir; d'ail* 
développoit déjà les grandes qua- leurs Moscou est. la résidence de 
litcs qui en firent dans la suite plusieurs tribunaux supérieurs de 
le régénérateur de sa partie, com-, l'Empire, d'un archevêque Métro- 
mença sur-le-champ les réfor- politain qui prend le titre d*ar- 
njes et la nouvelle organisation du chevéque de Moscou et Colomna, 
gouTernemenU Des volumes suffi- qui a pour l'aider dans ses fono- 
roient à peine 'pour décrire tout tions un évêque in partibus^ qui 
ce qu'il fit de grand, bornons- prend le titre dVvêque de Dmi- 
noos à parler àt^s événemens trof. Si Ton considère l'enceinte de 
purement relatifs à la ville de cette ville, elle est sans doute la 
Moscou; en ijo3 le Tzar fît éta- plus grande de l'Europe , puisque 
Llir à Moscou la première impri- sou circuit en y comprenant les 
merie russe en caractères ordi<- fauxbourg , va au-delà de ^o w« 
naires, car jusqu'alors on n'avoit On y rencontre à la vérité près- 
imprimé qu'en slavon. On y îm- qu'autant de chétives , maisons 
prima aussi en caractères latins et que de belles, mais le nombre 
Grecs» En 17 19 il partagea TEm- des dernières s'accroît de jour en 
pire en gouvernemeus , et Mos- jour, Moscou se divise en quatre 
cou devint le chef-lieu de celui de quartiers , renfermés les uns dans 
son nom. Dès ijo3, année où Pé- les autres; ils se subdivisent en- 
tersbourg fut fondée , Moscou suite en 20 section9. Le quartier 
cessa d'être la résidence de^ sou- du centre appelé Creml est bâti 
verains , en 1723 Le sénat et le sur les bords de la rivière Moskva 
peuple décernèrent à Pierre les et de celle de Néglinnaia, et en- 
titres d'Empereur et de Père de la tourç de murailles et de tours 
patrie, qu'il accepta. £n 1775 il épaisses et fort hautes, avec un 
lit couronner sa femme l'Impé- fossé profond revêtu de maçonne- 
ra irice Catherine dans l'ancienne rie du côté, du second quartier 
capitale, et ordonna qu'à l'avenir nommé Kitai - gorod. -Cinq por« 
Pétersbonrg seroit celle de FEm- tes dont deux du côté de l'orient^ 
pire. En I755 l'Impératrice Elisa- deux du côté de l'occident et une 
beth fonaa à Moscou TUniver- au midi, communiquent avec les 
&ité et deux Collèges qui en dépen- autres quartiers de la ville. On 
tient; en 1763 Catherine seconde y voit dans cette enceinte l'ancien 
fonda la maison des £nfans-Trou- palais des Tzars et celui bâtî par 
▼es; Sa Majesté l'Empereur Aie- Ivan "Vassiliévitch en i533 nom- 
xaudre^ actuellement régnant , y mé Granavitaia Palata, les appar- 
établit nne académie de Méde- temcns où se conservent les jo- 
cine et dechirogie; en un mot yaux la garderobe et les trésors 
^loscon ne ossse do s^'agrandir et des anciens souverains Russes , le 



a86^ MOS MOS 

lioaTeaa palais, le superbe bâti- agrandie par le grand-duc Iran 
ment dn sénat et le palais de Tar* Yassîliévilch et renouvelée eloraée 
cLeTéqne construits par l'Impé- par Catherine IL, On j yoU les 
ratrice Catherine II, 1 arsenal bâ- coif s des saints Michel et Thé- 
tisons le règne de Pierre-le-Grand, odor de Tchernigoi' ainsi quece- 
et le bÂtimeni construit tout non- lui du jeune prince Dmilrt, assas- 
Tellement pour y transporter le sine par les ordres de Godoanof 
Musée des antiquités nationales et que Téglise Russe a canoaisé; 
et le trésor du Crémlin. C'est les tombeaux de presque tous les 
aussi dans cette enceinte que se souverains Russes depuis haa 
trouvent les 5 principales églises Danilovitch jusqu'à rEmpereiu- 
cathédrales de Moscou , la pre« Pierre-le-grand s'y trouvent de- 
rnière sous rmvocation de TAssom- posés, cependant Pierre II, mort i 
ptton de la Vierge fut commencée Moscou y est aussi on volt auprès 
en i525 par le Mitropolitain. St. de ces cathédrales la grande tosr 
Pierre sous le règne du grand-duc appelée Ivan > éliki qui est la 
Ivan Danilovitch Calita, et achevée plus haute de toute la ville, elle 
en 13^7. Le grand-duc Ivan Yassî- est munie de dochea de diffé- 
liévitch la fit démolir pour la re- rens calibres, auxquelles 00 en a 
bAtir sur une plus grande échelle ajouté une en i'j3y , qui posolt 
en 1479} elle fut décorée intérieu- au-delà de quatre cent milliers, 
rement de peintures à fresque mais qne Tincendie de 1787 a mi- 
sou&le règne du Tzar Michel Fé- se hors de service, elle existe eo- 
odororitch .en 16449 et renon- core quoique brisée et on la mos- 
Yelée en 1778 sous le règne de tre aux étrangers comme «ine co' 
l'Impératrice Catherine IL On y riosité. Derrière la Cathédrale de 
conserve les reliques des saints, l'Assomption subsiste encore Tan- 
Pierre, Jouas , Philippe , Cyprien cien palais patriarchal dans le- 
et Photius , tous Thaumaturges quel se tiennent aujourd'hui lo 
de Moscou. C'est dans cette Cathë- assemblées du St. Synode, il J < 
drale qu'on couronne et qu on une bibliothèque remplie de nu- 
sacre ordinairement les souve- nuscrits Grecs et Russes très-r»« 
rains russes. Au milieu de Téglise res^ et dont plusieurs encore n'ont 
est suspendue une couronne d'à r- jamais été publiés et Ton y con* 
gent massif , accompagnée de qua- serve d'anciens vèlemens ponli- 
rante-huit chandeliers, le tout ficaux d'un grand prix k fosage 
d*une 'seule pièce et pesant deux des Patriarches ; outre le coaveut 
mille huit cent livres ;' l'autel est de Tchoudow fondé par St. Ale- 
orué somptueusement et les va* xis Métropolitain de Moscon et 
ses sacrés sont précieux ainsi que dans lequel la plupart de ses 
dans toutes les autrea cathédrales successeurs ont fait leur résideo- 
de Moscou» La seconde est sous ce on y voit encore celui de \oïr 
l'invocation de l'Anonciation , on nésensky ou de l'Ascension fonde 
y voit quatre autels; cette église a par Ste Ëudoxie épouse du grand- 
été bâtie sous le règne et par les duc Dmitri surnommé Doaskor, 
ordres du grand-duc Ivan \ as- pour un grand nombre de reli' 
siliévilch. La troisième appeliée g ieuses ; c est là qu'anciennement 
Arkhângela Mikhaîla pu de l'Ar- toutes les princesses épouses cl 
khauge Michel , fut bâtie par le patentes des souverains Russes 
graud-due Ivan Danilovitch Ca- étoicnt enterrées. La plupart des 
Itta pour servir de sépulture aux clochers de toutes ces églises sont 
souverains russes. Cette église fut couverts de cuivre bien doré^leor 



I 



MOS MOS aSy 

position flevee^ la variété des MU- soua le r^gne du Tzar MIcIigI F^o- 
mcns anciena et le» belles loura dorovitcli , par le fameux prince 
daCremly tout cet ensemble for- Pojarskoî , en commémoration 
nié une des plus belles vue& qu'on de ses victoires sur les Polo<* 
pnissevoir, elle est surtout très- nois , et de la délivrance de 
pitloresqae et d'un grand efTeL Le Moscou. On y remartjiie encore 
Kcond cercle ou quartier de la Fimprimerie du Synode bâtie 
nfle s'appelle Kitai-gorod , il est en i645 ; elle renferme quelques 
pareillement tout bâti en pierre, livres rares ; l'hôtel dt-s monnoles 
et confine au Creml, vers Torient; avec le principal corps-de-garde, 
il communique par 5 portes avec tous les tribunaux de la ville p 
^ troisième cercle et forme un po« Thôtel de la police , l'Iiâtel de 
liVone irrégulier dont les murs ville , la bourse où se trouve en 
furt élevés sont flanqués de douze même temps un dépôt pour ton- 
ton rs^ les unes rondes, les autres tes les marchandises qui arrivent 
carrées , ils sont entourés d'un et qui doivent s'y vendre en 
rempart de terre et d'un fossé; gros aux marchands ^ on bleu 
on 

qui 

du fiai 

Iraiie de manière que dès-lors tiques voûtées et maçonnées ; 

die en renferma 9 , mais il en c'est dans ce magasin que se fait 

iâut ajouter 1 1 encore , de sorte presque tout le commerce de la 

qae ce temple eitraord inaire ville , ce qui fait que tout y four^ 

fnrme 20 églises ensemble , dons mille d'acheteurs et de ven- 

lesquelles ou peut en même deurs allant et venant sans cesse, 

tempscélébrer le service divin; en On y. trouve en marchandises 

qaoi on ne peut assez admirer , des richesses immenses, La place 

comment , dans un tel groupe du marché dite Crasnaia Plo- 

(i'églises , la lumière a pu être stchad ou la belle place; on voit 

ménagée ; elle renferme en outre h son extrémité un échafaud 

plnstears chapelles qu'on nom- rond et entouré d'un parapet 

me en russe predely, La princi- de maçonnerie , lequel nommé 

pale de ces églises est dédiée lohnoié mesto étoit destiné an<- 

i la fête de Pokrov , une antre cienncment à la confection de 

à l'entrée du Christ à Jérusalem, tout ce qui eiigeoit de b publicité, 

l/eatrée triomphante que faisoit les procesçions dans les cérémonies 

jadis le patriarche au dimanche de l'église s'y arrétoient aussi 

des Rameaux et dans lequel le et y disoient des prières ; cela ai> 

Twr tenoit la bride de sa mule, rive encore aujourd'hui. LeKitai^ 

commençoit ici, il passoit yTar la Gorod touche, comme nous Favons 

porte ai Spaskoy ou du Sauvent* dit, immédiatement au Creml; 

dans le Creml , pour se rendre ^*Jia autre côté il est environné 

i l'église cathédrale. Kitai-gorod par la rivière Moskra , du troi- 

comprend 4 Scandes rues , 20 sième par celle de Neglinnaia; du 

églises et 4 ^^^i^ens , dans Tun quatrième elle est renfermée par 

desquels nommé Zaikonospaskoi un mur qui règne d'une de ces 

est l'académie Slayeno-greco-lati- rivières à l'autre et qui commu* 

De dont nous avons parié plus nique au troisième quartier nom- 

but; parmi le» églises celle de mé Belloi-Gorod. Le troisième 

Votre -Dame de Cazan est re- quartier entonre les deux. pre« 

aiarquable en ce qu'elle a été bâtie miere ^ il s'appeloit aupararant 

TOM. L 56 



ig^ 



MOS 



Tzar^-Gorôil ou la TÎlle do Tzar; 
•cas le règne de Feoilor Ivano- 
vitch, en 1586» il Tôt entoure d'un 
m Dr de jiierre de l'espèce de celleâ 
qui se tirent des carrières qu'on 
tronve près de Moscou , . et qui 
sont crayeuses et blanches ; c'est 
pourquoi on donne le nom de 
Belioi-Gorod on ville blanche k 
cette enceinte. Ce mur qui com* 
mctiçoit h se dégrader , fat dé-* 
moli sotis le règne dé Fimpe- 
ratrice Catherine II , Comme 
étant absolument inutile , on 
forma des boulevarts qu'on planta 
d'arbres sur le terrain qu'il oc^ 
cupoit , et cet espace e^t de- 
Tenu actnellemcut un des plus 
beaux endroits de la ville ^ la 
Meglinnaia traverse ce quartier 
du nord au sud* On n*y rencon- 
tre presque plus de maisons de 
bois , et il est même défendu d'y 
en bâtir , on y trouve au con- 
traire quantité de beaux palais 
et d'autres édifices remarquables, 
en tr'autresTUnivcrsi té, l'Académie 
de Médecine et de Chirugié , la 
maison de$ Enfants-Trouvés , le 
comptoir de la banque , la fonde*- 
rie des canons , Thôtel de la pos- 
te , les archives du collège des 
«flaires étrangères , Thôtel des 
gouverneurs-généraux , la maison 
•dû club de la noblesse , etc. On 
trouve dans ce quartier 9 couvens 
dont 5 de religieuses , y2 églises 
russes et une arménienne. Le qua- 
trième cercle ou quartier s ap- 
pelle Zemliaiioi-Gorod , qui veut 
dire , une ville entourée de rem- 
parts de terre, comme elle Test effec- 
tivement; ces remparts étoient 
palissades en iSoa ^ on yentroit 
•par 34 portes ae bois et deux 
portes de pierre bâties postérieu- 
rement et qui subsistent encore 
dans lenr entier > toutes les au- 
tres ont été brûlées ou sont 
tombées en ruines ; il y a au- 
dessus d*nne de ces portes, appe- 
lée Soukhareva Bachnia^ u^e école 



MOS 

dé mathématique , où l'on in»- 
trurt quelques centaines de fils 
de soldats dans la marine et l'ar- 
chitecture militaire. Ce qipr- 
tier renferme les trois prëcédcns ; 
on y trouve deux couvens, cfut 
trois églises paroissiales , la chao- 
cellerie de la police , un parc 
d'artillerie , un magasin de vivrf«, 
les marchés aux bois. Antoor de 
ees principaux quartiers de la 
ville se trouvent les fauxbo»n?< 
dans lesquels on ' compte pius 
de 60 églises paroi fis ia les, 8 c»tt- 
vens. Ces derniers sont rntoa- 
rés de. murailles et de tours, ils 
sont presque tous bâtis dans des 
sites charma ns et pittoresques; 
les plus remarquables sont lei 
couvents de moines ftoos trois 
immédiats) Koto-spasloi, Doot- 
koi , et Simonow , et le content 
de religieuses Novo-Dévi(clii ^qui 
renferme de grandes ric-hf ssrs m 
vases sacrés , chasubles , etc. C'est 
dans ce dernier que fut enlêriure 
et finit ses jours la priuc(&se 
Sophie, sœur de P terre- le-Graod. 
La partie des la uibourgs dans la- 
quelle se troiite la colonie alle- 
mande apcléc Nèmétskais-slobo- 
da^ est la plus belle , elle est i 
une bonne demi- heure de df- 
min du Creml et à l'orioul <k 
ce quartier entré la laonia H 
les petites rivières Coukai cl 
Routchéek , il s'y trouve , outre 
plusieurs maisons de pierre, 
quelaues grands édifices , tels qoe 
le palais impérial^ celui du graiûi* 
duc Constantin , le palais cmIc- 
vant GolovinsLoi ou deGoloviH) 
dont on a fait depnis des caser- 
nes , et qui vient d'être donné a 
rDniversité, Ce bâtiment supH 
be communique avec rbôpiw 
impérial militaire par un pont 
de bois construit sur la }aousa< 
Cet hôpital est le premier éU<* 
blissement de œtfe espèce q« 
se soit lait en Unssîe^et il ^(^\ 
son existence à Pierro-Ie-lîraa^ 



MOS MOS agi 

qui le fonda en 1706 , il con- m<^e, 2 eatholiques, i arménienne, 

tient quelques centaines de lits 24 consens dont 9 de religieuses ,. 

pour les soldats malades qui y 6 hôpitaux , une maison pour les 

«ont parlailemeut entretenus et invalides , une de charité et une 

soignés ; le jardin de la cour qui de correction , une université, une 

est d'une grande beauté se trou- Académie de médecine , 2 éco* 

Ti> aasiti d«iQS ce quartier , il est les pour le commerce , 20 écoles 

attenant au palais impérial , il primaires et une d'arrondisse- 

wri de promenade au public cer- ment ; 4 imprimeries attachées 

tains jours de la semaine pen- à des établissemens publics , et 

ilant la h.?llc saison. La Slobode 3 particulières , dont une se dis- 

allemande renferme aussi deux tinj^fle par la beauté de ses édi- 

églises luthériennes , une réfor- lions ; plusieurs sociétés savantes, 

môeet une catholique. C'est dans 3 promenade» publiques , un jar- 

Ics tauii)oiirgs do Moscou que din botanique ', un fort beau 

se ti>onvent les prisons de la théâtre. On y trouve aussi 64 

ville ; elles sont renfermées dans manufactures de soie où Toil 

une espèce de fort flanquée de travaille toutes sortes d'étotTes, 

tours elles sont vastes , bien comme velours, satin, taffetas, 

aérées et les prisonniers y sont etc. etc. ; 1 7 ma<iufactures de ru- 

aussi bien qu'il peuvent l'être; bans , 25 de draps , 2 de papiers 

tons les fauxbourgs sont entou- peints , une de bas de soie, 5 de 

rés d'un fossé. Moscou renferme chapeaux , 6 d'étoffes de coton , 2 

en outre quantité de beaux éta- de napages, 10 où Ton travaille 

blisscmens dont la plupart sont le fil d'or et les galons ; 49 ^^^ 

dus à la munificence et aux briques de cuir , une de sel 

bontés de S. M. l'impératrice ammoniac , 60 brasseries, etc. etc. 

Mère ; telles sont les instituts des Moscou fait un très-grand coro- 

<ien)oiselles nobles et bourgeoises, merce et peut être considéré 

où elle les fait élever à ^es comme le principal entrepôt de 

frais et avec un soin vraiment tout oelui qui se fait dans l'in- 

malernel ; l'hôpital des veuves; ^ térieur de Tempire , ainsi que 

une maison pour les accouche- de celui de la Chine , dont les 

mens ; nn hôpital pour les marchandises sont premièrement 

pauvres , ou qon-seulemcnt ceux apportées ici et ensuite ; trans^ 

cie la maison , mais les étran- portées dans les différens ports 

f;ors peuvent prendre des drogues, et les foires de Tempire. La 

1/C bel hôpital fondé par le police y est bonne , et les 

prince Dmitri Gallitzin , et qui rues sont éclairées pendant la 

renferme plus de cent lits ; La nuit. 

maison de Ch^irité ^ et l'hôpital Moçkva , (MocKoa.) riv. du 

fondé par le comte Chérémétici; gouv. de Moscou sur laquelle cette 

riiospice pour de vieux Invalides^ Ancienne capitale est bâtie ; elle 

fondé par - les princes Ivourakin , prend sa source dans le district 

etc. etc» lia population de cette de Mojaisk , non loin des limites 

▼ille immense doit être portée du gouv. de Smolensk , et par*- 

en hiver à plus de 4oa,ooo ha- court ensuite les district$ de 

bilans, en été elle n'est que de Rou2a,Zvénigorod, Moscou, Bron- 

2')o,ooo. On y compte en lout nitzy , et Colomna , où elle se 

142 grandes rues , 5i4 petites, jette dans TOca. Les bords de 

i4)00o maisons , 307 églises, cette rivière présentent dans beau- 

dont 2 luthériennes ^ une. réfop-^ cpup d'endroits d^s sites euchau- 



aga MOS MOU 

leurs , et en gëaéral lis sont très» Se jette dans le Jagorlik ; ss gsnî- 

pittoresques ; la Moskva est uavî- son consiste en un régiment de 

gable 9 surlout^u printemps où Cosaques et quelques compagnie! 

la fonte des neiges rend ses ea|ix de troupes rëglëes. 

très-hautes ; ce uui est d'nn a van- Motcra j (Moza) petite ri- 

-tage inappréciable pour la ville de vière du gouv. de Moscou, elle 

Moscou, qui voit arriver alors tombe dans la Pakhra ; une sotre 

dans ses murs les plus eros ba- rivière de ce nom coule dans le 

teaux chargés de toutes les den- goi|v, de Sara tof, entre ensuite daoi 

rées que les bords du Volga et de celui de Simbirtk , où elle se.jetis 

.rOca peuvent fournir. Comme il dans le Volga. 

y a une cascade sous le pont même Moujitsa , (Mumui^) p^>^ 

de la ville , les bateaux ue peuvent rivière du gouv. d Ukraine , eiie 

remonter plus haut ; malgré cela , se jette dans le Seim. 

la partie supérieure de cette rivière AI oukhavitsa ^ ( M^xa«u^ll) 

est d'une utilité aussi majeure k rivière qui se jette dans le Boog 

cette ville que l'inférieure, en prèsde Brestlîtofsky ; elle est r»- 

lui apportant tout le^ bois néces« marquable en ce qu elle sert de . 

saire à son chaufage et aux cons- communication , moyennant nu 

tructions , car le pays qu elle par- canal qu'on a crensé par ordre dft 

court de ce côté est rempli de dernier roi de Pologne , htaaislas- 

boltes forêts. Pendant Tété cette Auguste pour la réunir à la Fins, 

rivière est si liasse surtout au mi- par conséquent au Pripet et aa 

lien de la ville de Moscou , que Dnepr avec le Boug j mais cette 

des eufans la passent à pied ayant communication ne sera vraiment 

à peine de l'eau jusqu à la ceinlu- utile que lorsqu^on aura ooos- 

re. LUe n*est pas fort poissonneuse truit 9 ou 10 écluses pour ood- 

et le poisson qui s'y trouve n'a server en été Teau dans le canal, 

pas trop bon goût , ce qui pro- qui sans cela se dessèche prcs- 

TÎcnt probablement de ses eaux qu'entièrement, 

crayeuses qui ont encore le désa- Mot/N goûte | (M^ne^mb,) ri- 

vantage de produire la pierre à vière du gouv. d'Irkoutsk , daos 

ceux qui en boivent habituelle- le district de Nîjni<-Oudinsk ; on 

ment , aussi les habitans de Mos- trouve sur ses bords une montagne 

oou emploient - ils généralement considérable qui porte le même 

l'eau des fontaines pour leur usa- nom et qui est remplie de minei 

ge» Les principales rivières qui de plomb 9 d'argent et de cuivre. 

s*y jettent sont l'Inotcha , Useo* MourakhvA) {M^pajcêa)^^j 

na , la Rouza , Tlstra , la Pakbra , a deux bourgs de ce nom , ron 

la Séverka , et la Coloménka ; on dans le gouv. d'Ukraine j àls- 

trouve sur ses bords et près de trict de Crasnokoutsk et lauire 

Mosccrn des carrières de pierres en Podolie , district de Jampol } 

de grès et de pierres crayeuses , le premier a plus de 3ooo liabi- 

. qu'où exploite itvec profit , et qui tans, et il s'y tient deux grands 

. sont d'une grande utilité dans les marchés par an, 

constructions nombreuses qui se Mouhavitsa , (M^pasHUa-) 

font dans la capitale. petite ville cjugouv. de Volhinie- 

MoscovàKAiA CRBPosT f ( Mo^ à 2^^ w. de Jitomîr. 

exoôCKcui Hp-knoomh.) petit Tort MouraiaNskoÏ'BÉBKo, (Myp* 

qui appartient à la ligne du Cau- jrioHCKOu-ôepeéb.) ou la côte 

cuse et se trouve dans le district IVlourmane ; on donne ce nom i 

de Stavropol , sur uo ruisseau qui cette partie de la côte de rOcéan 



MOU MOU âgS 

Jo nord qaî commence dans le le prince Constantin Sviatosla- 

district de Cola , depuis le villa- TÎtcb , qui y fit, bâtir une église 

ge de Panoa jusqu'à la Laponle dans laquelle il est enterré ainsi 

daaoise ; elle est toute de roche que ses deux fils , Michel et Theô- 

nae, et très-escarpée, malgré quoi dor, que Féglise a canonisés. D^^iin 

on trouve , à de très-petites dis- la suite Mourome fut long-teni^% 

lance , des entbncemens et des un apanage des cadets des princes 

luies , où les bateaux se mettent de lîiow , ensuite de ceux ae Vla«» 

en sûreté. C'est à lo w. et jusqu à dimir et de Rostow. CVtoit one 

5o de cette c6té qu'on fait les plus ville frontière du côlé des peuples 

abondantes pèches de morues et Bolgares , et c'est pourquoi elle a 

de harengs. eu si souvent à sou tir ir de leurs 

MouAOMK, (Mt^poAÂh^) Ville eicursions. En io58 elle tut prise 

da gouv. de Vladimir, et chef- et entièrement ruinée par enx« 

liea d'un district, elle est bâtie Lors de Tinvasion de*15atou-K1iaa 

sur une montagne, au bord de cette ville subit le sort de presque 

1 Oca , sous le 38^ 54' de lat. et toutes les autres villes russes; mais 

le 55°, 20^ , 3o" , de long, orient., elle eut plus à souffrir à cause de 

à 120 w. de Vladimir. On croit son voisinage avec les Tatares* 

remarquer que TOca se retire Ce n'est qu'à la fondation de Nij- 

de plus en plus touà les ans de la ni-Novgorod que Mourome doit le 

rire élevée , sur laquelle est située peu de tranquillité dont elle jouit 

cette ville. Les vieillards assurolent depuis; malgré cela elle ne put 

même en 1768 qu'il y avoit eu jamais se relever entièrement et 

jadis une église et plusieurs mai-- revenir à cet état de prospérité 

f^)a$au même endroit, ou étolt dont elle jonissoit sous ses princes. 

irions le milieu de la rivière , dont Cette ville est la patrie d'un des 

au reste le sable porte avec lui plus illustres clievaliers de ces 

<{uelques particules d'or. L'origine temps héroïques de la Russie , Ilia 

(ie Mourome remonte au-delà des ou iilie , surnommé Mourometz 

temps historiques de la Russie; on ou de Mourome , vécut dans le 

«ait seulement que c'est une co- Xme siècle sons le règne de Vla^ 

lonie de Sarmatos , qui vinrent s'y * dimir, il se distingua par sa piété, 

tUiblir et qui après un laps de son courage et sa force surnatu-* 

temps très-considérable adopté- relie , il étoit le défenseur de la 

iTat les mœurs et la langue des in- veuve et de l'orphelin et le fléau 

dii^ènes du pays, de manière qu'il des Pétchenègues et des Polovtsis 

ue reste plus aucune trace de leur dont il réprimoit les briganda- 

ancienne origine. Nos chroniques ges. La ville de Mourome , telle 

commencent à parler de Mourom qu'elle est actuellement se partage 

f'ers la flu du X^ siècle. On voit en trois quartiers, dont l'un #e 

dans le partage que fit Vladimir- nomme le Creinl , à c«iuse d'un 

If-i^ranci de se& états à ses eufans rempart de terre qui l'eutoorc et 

qu'il donna Mourome à son fils le sépare des autres. La cathé<* 

Oleb , qui vint s'y établir avec drale , qui est un assez beau mo- 

sa famille ; ce prince l'agrandit, la numrnt du XVI» siècle s'y trouve 

peupla et la fortifia, mais il ne presqu'au milieu sur les bords de 

put réussir à convertir les habi- i Oca. La ville renferme en outre 

tans au christianisme; effective- 3 couvens , dont un de Kcligieu- 

nient on voit par nos légendes , ses , et 17 églises ; on y trouve 

que ses habitans ne furent bap- aussi quelques , fabriques de toile 

Usés que long-temps après par et plusieurs de cuirs ; le nombre 



394 MOU MOZ 

des habitans est de ^,')Oo ppfson- nale est montagnease > on j trou* 
nés des deux sexes j ils font an ye même an Volcan. Cette ile 
petit commerce de cuirs de Rous^ reuferrae plusieurs plantes qui 
aie qu'ils portent à Pétersboorg , lui sont propres. On y troiiTedcs 
et de bleii sur l'Oca. Il s'y tient bols de taillis dans lesqoels oa 
un grand marché annuel au mois chasse le renard , et cest le .<?al 
de juin , qui dure pendant dix animal qu'on trouve sur l'Ile. Elle 
jours. Environ k )5 w. au-dessus renferme quelques petites r.TÎè- 
de Mourome sur la rive orientale res qui n'ont pas de poissnni. 
de rOca,op trouve de ricbes mines Le nombre de ses habitans yeat 
' de fer, et 60 w. au-dessous de cette monter k 25o personnes , pavaot 
même ville il y en a d'albâtre, tribut à la R ussie. 
qui* sVtendent jusqu'à Nijni-Nov- MouvaLka j (Mi^âcuiKa.) ^* 
gorod. rlv. du gouv. de Pen£a , district 
MotJROMK, rAfypo.v/5.) C'est le de Gorodistcbi , elle se jette dans 
nom d'une petite rivière qui se la Técbniar. 
trouve dans le gouv. d'Ukraine^ Mouzda , (Mt^3/^a.) petite rw 
district de Yoltchansk, elle se jette yicre du gouv. de laroslaw , dis- 
dans le Rharkof. trict de Poobékhonsk; elle se jette 

MoussYRE, (AfycMp5o C'est le dansla Cheksna. 

nom de la X« Ile de l'archipel des Mozdoc , ( MosaokÎ>,) p^W* 

Courills , on la nomme aussi Ëga- ville du gouv. du Caucase , for- 

tko ; elle est à 35 w. de la 9** teresse et chef-lieu d'un district, 

qu'on nomme Tchirine-Coutane, elle fut bâtie en ïjôS , sur la rite 

elle est presque roude et a 3 w. de gauche du Térek , sous le 43°4^' 

long sur autant de large. On i\y de lat. sept et le 6a^ 4^' de long. 

trouve aucune autre eau, que orient. : cest par elle que se ter- 

celle qui se rassemble dans quel- mine la ligne militaire dite du 

ques cavités de rochers après la Térek. On y trouve une rçli« 




bois; aussi les insulaires qui j sonnes des deux sexes, est presqœ 

yîennent sont obligés d'apporter toute composée d* Arméniens, as 

avec eux l'eau et le bois néces- Géorgiens et deCircassiens bapii- 

saire pour cuire leurs alimons ^ ses. Les Russes et les Grecs tsobï 

elle abonde au contraire en veaux en petit nombre. Tous ces mhi^ 

marins et en autres animaux et tans de Mozdoc, vivent du produi^ 

oiseaux aquatiques, que les Cou* de leurs viçnoblcs et de qnelqiiei 

rills vinnent y chasser chaque fabriques de maroquins et d'eain 

année. de-vie de raisins , qu'ils cnroifol 

McuTORS , (^f^^moph^') C'est en Russie, ils élèvent aussi dd 

le nom d'une petite tribu de Se- yers-à-soie , mais leur principaj 

moyades , vivant en Sibérie , ils occupation est le commerce qu i^ 

anivent le chamanismc comme ces font avec les montagnards duCat^i 

derniers. case, auquels ils portent toatfl 

MouToVA, fMi^Tyiotfa.) ou Ma- les choses de première n^H 

tova , on appelle ainsi la Xlh île et de luxe qui manquent cotièrd 

de 1 archipel des Courills ; elle est ment chez ces peuples. Moid^ 

k ^^ w. de la XI*; son étendue est à' 107 w. de G«orgiefek. 
est de 3o w. de long sur presqu^au - Mozyr , (Mosbiph.) pet. ville di 

t*ut delaccje; sa partie mcridio- gouv. de Minsk ^ et chef-lieu d'« 



MST 

district sur la rive gauche Ju PrîpetJ 
elle est «ous le 52° 5' de iat. sept. 
et le 46° 45' de long, orient., à 
336 w. de Minsk. On uj trouve 
rieo de remarquable; cette ville 
apparleuoit anciennement k la 
pr.ucipauté' de Kiow. On trouve 
dans les cbrouiques russes, sous 
il date de 1 1 55 que le grand-duc 
lonri en fit don à Svialoslav Oi- 
pTlicli; sous le gouvernement po- 
iouoiselleétoitle siëge d'une dié- 
tine , d'un grod cl d'un sUrost. 

MsTA , (Af c ma.) riv. qui a sa 
soarce dans le gonv. de Tver , dis- 
trict de Yyclinî -Volotcliok, où 
elle Sort du lac Mstioe ; elle eutre 
ensuite dans celui de Novgorod 
don telle parcourt une partie avant 
dese Jeter dans le lac limon. Vis- 
à-vis de la ville de Barovitchî, elle 
a des cascades qui nuisoient autre- 
fois beaucoup à la navigation , 
mais des travaux qu*on y a fait de- 
pnis , les ont rendus' beaucoup 
moins dangereuses , nonobstont 
cela , elles empéclient toujours les 
bateaux qui vont à Pétersbourg do 
pouvoir revenir en remontant scê 
Mux. Pour faciliter la navigation 
sur cette rivière on a construit des 
écluses à sa sortie du lac Mstine; 
on creuse des canaux qui lui ap- 
portent les eaux des lacs latcbinsk 
et Berëzovsk , et d'autres écluses 
encore sur des petites rivières qui 
«y jettent, et dont les.principa- 
es sont la Valdaila, la Kbolova , 
1 Ouvcr, laBërézaika et laRemka. 
Depuis long^temps , on avoit le 
projet de réunir la Pola avec le lac 
Seiiguerpour établir une nouvelle 
communication du Volga avec Pé- 
tersbourg et éviter par Ik les cas- 

?^^? ^®, ^^ ^^^ i ^«« observations 
<le Tingénieux Péri , envoyé pour 
cela sur les lieux en 171 1 ne fu- 
rent pas favorobles k ce projet^ Le 
êrand-maitre d'artillerie général 
>ilboa en présenta un nouveau 
qoe le sénat fit examiner et qu'on 
rejeu paiement j on adopta en- 



MST 



295 



suite celui du Général Dédé nef , 

3ui vouloit réunir par un canal 
e 76 w. de long , et au moyen de 
1 3 écluses, la Colpo et la Cbeksna. 
On a également creusé un canal 
qui réunit la Mstn et le Volkhow 
pour éviter aux bateaux les dan- 
gers de la navigation sur le lac 
Ilmen. 

MSTISLAVL , (McmucJiaôJn.) 
ville du gouv. de Mobilev, et cbef- 
lieu de district y sous le 54^ lo' de 
Iat. sept, et le 60^ 2' de longit. 
orient. ; elle est bâtie sur une 

Setitc rivière qoi se jette près 
e là dans la ^H)ja y à 94. w. de 
^lobilew. vers rorieut. Klle porte 
le nom de son fondateur Mstislav , 
sans qu*on sacbe précisément le^ 
quel des cinq princes de ce nom 
la fait bâtir ; mais il est plus pro* 
bable que c'est, on Mstislav I«» 
fils de Vladimir* le-Grand, qui eut 
en partagé la principauté de Tmou- 
tarakan , et qui est venu régner 
ensuite à Tcbernigof , ou Mstis- 
lav IV de Tcbernigof , qui régna 
aussi à Smolensk vers Tan 1202 y 
qui l'ont fondée 5 car ils régnèrent 
tous deux très-près de IL D'autres 
prétendent avec beaucoup devrai- 
semblance qu'elle a été bâtie en 
1 180 par Bomane prince de Smo* 
Icnsk. qui lui a dpnné le nom de 
sou fils Mstislav, auquel elle échut 
en partage. Quoqu'il en soit , on 
voit dans la chronique de Smo- 
lensk , qu'en 1S59 elle fut démem- 
brée de cette principauté par Ol- 
guerd , çrtfnd-duc de Lithuanie , 
et donnée par lui à son fils Skirl- 
gail dont le fils George prit dans 
la suite le titre de prince de Msti- 
slaw. Cette principauté fut bien- 
tôt après portée en mariage par 
Julienne fille unique de ce George 
da«s la famille des princes de 
Tchaslavsk. £n i386 , le prmce de 
Smolensk vint l'assiéger , mais il 
fut repoussé avec perte , et obli- 
gé d'en lever le siège , les princes 
de Lithuanie étant venus 4 son se- 



/ 



396 



MST MST 



cours. En î^^o le grand-duc Ca-^ tfs russes et une de Grecs-Unîs; 
BÎmir Jagelon donna cette ville au il êy trouve aussi une synagoguie. 
prince louri Séniéuovitcli Loug- Le nombre de ses liabitans peut 
▼enew qui éloit revenu de Nov- être porté à 5ooo personnes cîps 
eorod , mais il ne la garda pas deux i^xeê parmi lesquels on doit 
long-teraps , car a>ant voulu joio- compter 800 Juifs. Cette petite 
dre à ses états SinoLensk , Po* ville fait un commerce assez con- 
lotsk et V itebsk , il li/t bientôt sidérable avec le port de Riga en 
dépossédé de Mstislaw. tn i44^) chanvre et bled. 11 s> tient deux 
le rot de Pologne la donna à Vas^ grands marchés par an. 
ailei-larnslavitch qui s'étoil on- Mtsensx , (Mm*hcxô) Tilk Ha 
fui de Moscou. En i ^07 elle lut gouv. d*Orcl et chef-lien de dU- 
brùlée et saccaf^ée , en i5i4 tons trict sur les deux bords de la Zo\t- 
les villages des environs furent cha , et à l'embouchure de \a 
ravagés par les troupes du grand- Mtsena qui lui a donné son nom. 
duc de Moscou Vassileï Ivanovitch Cette ville est sous le. 53^ 10' de 
qui faisoit alors le siège de Smo- lat/sept.et le 56^8' de long.orieat. 
lensk ; le prince Teodor Mstislav- à 53 w, d'Orel. On y trouve 11 
tkv, qui gouvernoit alors, vovant églises , un couvent et 5o€>o La- 
que ce petit état étoit toujours bitans des dçns sexes ; les envi- 
exposé aux încnrsions des trou- rons de cette ville , ainsi que tonte 
nés de Russie, étant si voisin des la province, sont très-lertiles ; 
leurs > et du même côté du aussi , le principal commerce ie$ 
Bnepr, se décida à se soumettre, babitans consiste*t-il en hled et 
ce quHl fit en i5!i6 ; mais il se etclianvrej ils Tembarqaent dans 
révolta bientôt après et retourna la^illeméme, sur laZoucbaqui 
sous la domination polonoise. En est navigable, et par lemoY^nde 
1569 on érigea cette petite prin- TOca dans laquelle elle tombe nos 
cipauté eu Voevodie, en 1708 loin de là « ils transportent leurs 
elle fut le théâtre de plusieurs marchandises dans tout l'empire* 
combats entre les Russes et les On connoit fort peu de faits re* 
Suédois qui chcrchoient à péné- tatifs à la fondation et à l'bistoire 
trer en Russie. Lnfin cet ancien de celte ville, les fréqnentes in* 

Î patrimoine des souverains russes cnrsions des ennemis , et les iu- 

ut définitivement réuni à sa cendies ayant brûlé les archives et 

mëre-patrie sous le règne de Ca- les monumens qui pouvoîent les 

therinc 11 en 177a , et cette sou- attester , on se voit réduit à nt 

▼eraine ordonna qu*on metroit rapporter que ce qu'on a pu ra»- 

dorénavant parmi les titres des sembler ailleurs. En ii5t» , lei 

empereurs de Russie celui de troupes de Rostoi, de Souzdstl , de 

prince de Mstislaw. Cette grande Mourom et de Riazan , suivant le 

souveraine fit rebâtir cette ville prince louri Yladimirovitcii, pour 

que les guerres et les troubles taire la guerre au grand-duc de 

continuels de la Pologne avoit ré- Kiew , Iziaslaw , prirent Mtaensk. 

duit à rien. On ne voit aucune En 14^3, les habita ns de cette ville 

trace de ses anciennes fortiûca- se jetèrent k l' improviste et sur« 

tiens , quelques chétives cbau- prirent Tarmée du Roi tatare Bo- 

mières en ont pris la place. On rache qui revenoit dans ses états 

trouve à Mstislavr un beau Col- chargé d*un butin, immense. Es 

lége des Jésuites, deux couvens i43o, étant sous la domination 

Catholiques , dont un de Carmes , des Lithuaniens , elle fut assiégée 

et Tautre de Bernardins ^ 4 ^6^* ^^"^ succès par le prince taiare 



MYT MYT S97 

Aj^r. Eo 1^93 les gën^rtnxdn leqael on a découTert d«s soarces 

grand-dnc de Moscou Ivau Vas- limpides et saines, et en si grande 

tiliérilchj la prirent aux Litlioa- abondance, que l'Impératrice Ca» 

niens , et en 1 609 elle fut entière- therine conçut le projet d'en faire 

ment cMée aux Russes par un cadeau à cette capitale qui en gë- 

traitë de paix* néral manque de bonne eau ; elle 

MrcHXllTB, (AlMittKi*M».)pet. T. ordonna donc quelles y seroient 

dagonr. de laroslar et cbei-lieu •««'«•»«'« par on aqueduc quelle 

d'ua district ; eUe est sous le 57°, ^^ construire et des canaux cou- 

47'dc kt. sept, et le 57» 5' de long. ▼««•«» *l,?' parcourent plus deao w. 

orient. , sur la rire gauche du ***«»» «* »"'*" ^•»» cette ville ou 

Voka.àqaw. delarosla», yers «"" »« d.stribuent par plusieurs 

l'occident On Y trouve une seule branches dans d.lférens quartiers. 

^liie et un peu plus de miUe ha- V** ««"«g* immense et utile n'a 

kitins desdenx sexes qui jouissent f.** »«'»«^* •««« »9«« If «g?» d« 

duneceruine aisance à cause de 1 li-mpereur Alexandre 1". Laque- 

1» facilité que leur donne le tleuvo i"« <!«' P«»?« par-dessus U rivière 

défaire un petit commerce dans *«<>»« est de ai arches dune belle 

tout l'intérieur de l'Empire. architecture et d'une constrnclion 

M-,- /.» , \»>« .1. solide. L'exécution de cet ouvrage 

MriSK, fMM^*cK6 ) L est 1 an- ^ ^^^ ^„g^ an général Antoine 

c«n nom de la ville de KadomjrsL Gerhard , qui va mis auUnt de 

{yeyex tet arUcle.) ^,„i^ qne d'activité , et à qui on 

MrTiscHT f {Mb^muu^u.) C'est en Uoft principalemeat U réussite. 
iDTiilage 4 18 w. de Moscou, dans 



FlM OV TOMI IRSKIHK. 



DICTIONNAIRE 



GÉOGRAPHIQUE- HISTORIQUE 



DE 



L'EMPIRE DE RUSSIE. 



4 



ne^anianii» ^osBOAntimcH c% m%M% % ^moÔM no HaneHaniamH, ao 
BbfnycKa ki» npo^'^icy » npe^cniaajieHM 6bL«« bi>. Henoy^naà 
KoBtumemi»: o^uas» aKseMnjiap'b ceif khhfh ^^a ' L^eHcypaaro 
KoMnmema ^ ^pyroH ^^s 4enapmaMeHma ^iHiiifcinepcinBa IIpoc- 
Btii;e.ma9 A^a anseMn^apa A^a HMrTEPATOPCKOif nyôJinY- 
Moiî ÔHÔAiomeKK n oahRi» a-^^ HMITEPATOPCROU Axa^eniH 
HayKb. Maa S^va « i8ti ro^a. Flo Haana^ieHiio lJ(eBcypaaro Romh^ 
memai npM UMTlEPATOPCKOM'b Mockobcromi» yHHaepclime- 
mt y^penc^eHEarOt KHBry ciio paacMampiiBa^^ OpAnnapaMi 
npoc^eocfc^po» 

HuKUipoph ^l^EnABOBlii 

Pt f fP •»»••#? > »>>> >■ »»f 



>• ■ ) 



\/ 



DICTIONNAIRE 

GÉOGRAPHIQUE - HISTORIQUE 



DE 



L'EMPIRE DE RUSSIE, 

CONTENANT 

Le tableau polillqoe et êtatiatîqcie de ce vaste paja } -— Le$ âéûo^ 
niioatioas , les dîvisioos ancienoea et noaveiiea dea Contréea | 
'Villes I Bourgaj r-^ Leur position géographique y leur histoire | 
leurs productions naturelles et industrielles ^ leur commerce 9 
leur climat , la population y les mœurs , coutumes ^ religions dea 
liabitana de cet Empire ; ^ 

PAR N. S, VSÉVOLOJSKY , 



4K>KS£ILLEE D*£TÀT ACTUSI. , CHETALISR DB L'ORPUI MaiTAl» 

DE aAIKT-OBORGI. 









\J^\ -v?-**- y."^. 



MOSCOU, 

DE i; IMPRIMERIE DE L' A U|T E U R. 

I 8 1 3. 



o 



DICTIONNAIRE 

GÉOGRAPHIQUE- HISTORIQUE 

PE 

L'EMPIRE DE RUSSIE, 



U^ ..l . , 1 ' .^ - . I I ^ .1 t ■■ I . 1 I j i . i>ii 



N. 



JNauaibatsxaïa CBEPOST^C^a* pnTÎrons, Ce peupin induskrleui. 

^iiôarncK9/i xpiinoarru.) ce pe» j a éubii avec brukucoup de «uo- 

Itt (on se trouve daus le ^onv* ces la cultare du ^lù^if?r , et le 

«l'Orcnbourg , à 4oo W. de la vcrs-à-soie y réussit fort bien. 

fille de ce non^ ^ sur le graqd Us oqt aussi 4e9 mamilactures 

éifmin de Mmcou. Il a ëlé dVtoHès de coton d'm^e qualité 

éonsiruit pi| 1796 , à cause de $up(?rie^re, 

brévolto d«« BacUkir^\, et %pn Ma-ouorap, (»a-i7epa^5)C'est 

■om loi eat veni* de cejui du le nom qi|e les Tcheremiss et 

Bâcbkir Kfthaibak qui arpit $oi> 1^$ TaUrc^, doQnept k la yiile 

bâbiiatioa dans cet endroit, U de Viatka , Vadcienne KHnôw des 

riv. Ik coule auprès du furU 11 Russes apareu^mont , parce que 

Wnlieni lao maisons , et se» for- c'est une colonie qui S> vM 

lificaiioot consistent en utt rem-r i^t^btie de Novgorod , ver:? la tiu 

part palissade. .1^ terroir des dq XH* siecj^, (/^oy« Viat&a.) 

eiiTirous est d'un^ extrême fer- ^^ ^„„ ,tt ,t ^ *• r * 
Ijjjj^ P<A-0UR , fHa^gt}^,) pei. fort 

N ' . / / „ Q*>î se trouve dans le Ronv. i\a 

^ N«H.»CHByANE ; f ««f.'*^- Caucase , district «Je Itfostloc , sur 

saKo.j Dé ▼ille du gouTr d EcatheFH 1^ t*s.,«i, >*^»r «- Ja > ««* 

wslaw,d4iis le district de Ros- i^ Tt\ i f "?^ ^"""'P' 

ornière sur U ri.e droite do }^'J^ jT^^-^f '"'"''''' ^"^ ^ 

Doii. Sa fondation ne date que de '«^^^"^ ""^^ ^S^'*^' 

l'année 1780, Iprsqae l'Impéra- NAOUROUZOVSTïy , ( Hai^pj^^ 

^'»ce Catherine^ U'^t transporter coff^^t.; ou N^vrouss^Aoul , pet. 

Je Crimée tons les Arméniens peuple de la raCe Je* TaUires 

pi rbabttoîeiit pour les établir Nogais ; ils babitci>t actuellement 

^ ; aussi composent-ils seuls U 4aqs les moulogaes du Caucase, 

popuhtton de Nakhitchevane. Ils de l'autre coté du Coubau •; ils 

pomdent encore 5 Tilla|^s de$ «oat a^ i^Quibre de ^oop fiifi):Ue$ 

TOM. II, î 



a NAR NAR 

ils sont Tenus des bords da pro]lreincot qu'an éconleroant du 

\olga tiijaat la domination rus- lac Pcipps , dao& le golfe de lin- 

se après la chute du rojauiae laude ; il sort du lac )irè:- d an 

d'Aslrakban. Errans long- temps petit village nommé Sireu^k , à 60 

dans les steps et vers le Ceuban y v. de !Narva , et à la place duquel 

ils ne cessoient de harceler nos se trouvoit jadU le château de 

frontières , et pilloient souvent Keuscholss , dout on loitàpeioe 

los caravanes, et même les ha- quelque trace ^ il passe ensuite 

bitations qu'Us pouvoient sur- près de Narva , et va se jeter 12 

prendre ; mais entièrement vain- w. plus bas dans le golle ^ ce qui 

eus en lyji 9 par le général Dé- lui Tait en tout un cours de 7211.; 

médem , ils se soumirent à la il ii'est navigable que depuis li 

Kussiç j lui jurèrent obéissance , ville jusqu'au golfe , encore est-il 

et donnèrent des otages. Fn iJ^Qo si peu profond à son embotcfas* 

Ils passèrent presque tous de re , que les vaisseaux qui pren- 

l'anlre côté du Couban , où ils neut plus de y pieds d'eau ne 

campent encore aujourdb'ui , peuvent y enti'er. Son cours, 

tantôt sur les bords du Laba ^ depuis le iac jusqu'à 3 w. près de 

tantôt sur ceux du Couban. la ville , est rempli de cascades 

r^ARA 9 (/f apa.) riv. assez consi- qui en rendent la navigation irr&- 
dérable qui a sa source dans un dangereuse , et la dernière qol 
lac du gouv. de Moscou ,• district est de 12 pieds de haut, nepe> 
de Véréa j qu'elle < traverse met plus à aucun bateau de pas- 
avant d^entrer dans le gouv. de ser outre. Malgré cela, ce fleuve 
Calouga ) oit elle parcourt le est d'une grande utilité pour le 
district de Horovsk , et retourne commerce des bois , car la Plussa, 
ensuite dans le gour. de Mos- qui vient s'y jeter au-dessus de 
cou , vers 5>erpoQkhof pour se ISarva , y apporte tous ceux qoi 
jeter dans TOca sur les frontières viennent du gouv. de Novgorod. 
du gouv, de Toula. Il est en outre très-poissonneui: 

NaRGUENE , rj7apee/i5.) C'est le ies saumons et Jes anguilles de 
nom d'une pet. ile du golfe de ce fleuve ont beaucoup de reps- 
Finlande , située vis-à^vis du port tation , et s'y prennent en grande 
de Reval , à deux milles à-peu- quantité. 

près de cette ville. Elle a 8 vir. Na&ovtchate , {Hapoûzaml^ 

de long sur deux de large ; %es pet. ville du gouv. de Penza, 

babitans sont quelques pécheurs chef-lieu de district , sous le 63* 

Finnois et Suédois qui y cultivent 69' de lat. sept, et le 61^ i5' de 

la terre et possèdent d'excellen- long, orient. Elle est bâtie aa 

\os prairies, il se trouve tout confluent de deux petites riv. , la 

près de cette ile, vers Torient, Cheldaisse et la Lapygevia , qui 

nne autre plus petite appelée font tourner deux moulins. £11^ 

\oulf. est k 1^5 w. de Penza. On J 

NaRM A ) (//apjuer.) rivière assez trouve 3 églises et 2600 hsbitass 

considérable du gouv. de Riazan des deux sexes. Il se tient annocl- 

qui ponrroit être navigable , si lement trois grands marchés dans 

ses bords n'étoîent pas aussi bas cette petite ville, 

et marécageux , de sorte qu'il Nahtchine , (ffapzunb,) p^^* 

est impossible d'en approcher ilc de la mer Caspienne, noo lois 

pour traîner l<>s barqaes. de B^cdki. 

Narova , (ffapoea.) Ce fleure Narva, {Hapaa») y'Me et port 

du gouv. de Pétersbourg , n'est du gouv. de Pétersbonrg j andeo' 



NAR - NAR 3 

nement les Russes la nom rn oient nenve nne église suédoise et fin-- 
Mou^odh ou Rougodéuf ; elle est landoise bâtîe en bois. On appel- 
sous le 69° i5' «27" de la t. sept, et le Ilakelverk le faubourg non Jbr- 
J<î4^'*5.V de long, orient., à i4^w. tifié , qui est, pour la majeure 
«ttd-oaest de Pétersbourg. Avant partie , babi^ée par des Russes. 
qu*oti l'eût annexé à ce gouv. , Entre le cfidldau d'Ivan-gorod en 
elle n'appartenoit â aucun et ne Ingrie ^ et l'ancienne ville de Nar- 
(if'pendoit que du sénat dirigeant, 'wa, on trouve , au-delà de la Na- 
dii collège de justice, et du corap- rova , un pont bâti sur pilotis ^ 
toirdes finances de Livonic , Es*^ et fortement lié par Ae& crampons 
thoule et Finlande à Pétersbourg. de fer. Cependant le grand die- 
Celle ville est située sur la Maro- min de Pétersbourg ne passe point 
ya qui sort du lac Peipus , et se par ce pont en biver , mais on 
jKtc , à deux milles de la ville '^ descend alors la rivière beaucoup 
tl<4us le golfe de Finlande. Ce lien- plus bas ; on entre d'abord dans 
v€, dont les eaux sont très-rapi- le faubourg ouvert d'Hakelverk ; 
(les, forme à une w. et demi an- de là y par les fortifications^ dans 
dessus de la ville , Une cascade de la nouvelle ville, et enfin dans 
la hauteur de 12 pieds ; ce qui est l'ancienne à laquelle aboutit le 
cause que les marcbandises venant cbâteau. Autrefois ^arva étoit au 
par le lac Peipus , sont décbargées nombre des villes anséatiques , et 
€n cet endroit et menées par terre faisoit nn grand commerce , qui 
jusques dans la ville. 11 est à pré- est beaucoup décbu dans les der- 
suiuer que cest du fleuve Narova niers temps , quoiqu'il soit pour- 
(JuVlle a reça son nom. On la di- tant encore considérable. Les 
vise en ville ancienne et viHe nea- principaux objets d'exportation 
ve. La première fut bâtie en sont cfu bois et du Lin. La ville 
ii23 , par Valdemar II roi de perçoit l'accise de l'eau-de-vie, 
Danemark, et gratifiée des me- du malt et dngros b(*tail qui vient 
WPS privilèges que ceux que le d'Eslbonie et de Livonie, ainsi 
roi Kric accorda à Reval. £lle est que le péage des marcbandises de 
séparée de la ville neuve par une bois , le pontenage , et Jes deux 
rouraille. Les fortifications exté- droits appelés fifafgeïd et /o/z- 
rieures de Narva sont en bon état, nengeîd. On compte à Narva 2600 
tlle e«t pourvue dune garnison liabitans des deux sexes. Cette vil- 
snilisanle. i^e circuit n*en est pas le a élé en bute à beaucoup de 
î^nmd. La ville ancienne est bâtie malbeurs. Le Tzar Ivan Yassilié- 
<^c bonnes maisons de pierres ;epl- vitcb la prit d'assaut en i55d, 
1<'S (le la ville neuve ne sont que pendant qu'elle é loi t on (lamnics. 
<l»*boiset les fonderaçns de pier- Les Suédois s'en rendirent mai- 
ff's, il se trouve deux'églises dans très en i58t. Les Russes l'assié- 
la ville ancienne, dont l'une au- gèrent en i^QO. Klle fut réduite 
trcfois aile aian de , appartient ac- en cendres en 1659. Les Russes 
tuellement aux Russes; Taulre Tattaqtièrent encore très-.vive- 
qui étoit suédoise sert maintenant ment en 1700^ mais le roi de 
âu culte des Luibériens allemands. Suède, Cbarles XII, la dégagea; 
On ti*ouve de plus dans la ville ils mirent de nouveau le siège de- 
ancienne la maison de ville, la vaut cette ville en 1704 coniman- 
bourse , une école allemande avec dés par Pierre-le-Grand en per- 
uuHtre instituteurs, un cbâteau se- sonne , et la prirent d'assaut. Les 
paré de la ville par un fossé et babitans ayant été transp criés en 
un arsenal. On voit dans la ville Russie eu 17089 parce r a^ou no 



4 



ÎÏAT • t*ËC 



âé fioii ))oini feneore à ctix , tine sotif bes très - aboudatites <i*eati 

partie reviul en 1714 , le reste en cliaude. Le coionel kto^low , coin*- 

1718, et iU lurent rétablis dan* mandant de lA presqu'île, y 6i 

la possession de leurs anciens pri* élabiir'dus bains en îyHyi Leçon* 

viîc^ges* Eil 177Î j la ^Itis grande sul de France Lessrp^ en fait aus» 

p.irtie de la nouvelle viUe lutdé'r si mentiûu .dans sou Jourualde 

imite par les Hanimes^ Tincendie yôjage. 

^nVpargaa qu'un petit notnbre de ^ATcmhOVAj HazuÀàsa.)^^* 

maisons. On la liommoit acttretbis riv. du Camtehatka v renoiamce 

ISarva livonienne , en .oppbsitiou par la quantité de perles qn'our 

d'. va n-gorod qu'on nommait Mar<- trouve ; elles ne sant ct^peadaut 

ya rassp ; cette épiihcte lie se met pas' d'une bonne qualité, 

plus aujourd'hui. Navolog ^ ( hasoAOKh.) 1^ 

iSARYM , {Naphijàh.) If^U TÎlle assea cdUsidërable du gaiiv. k 
dugoiiT. de Tomsk , ctiel'-lieu de IVer , dans le district de Vjcboi* 
district, elle est située sous lo Volotchok. 
69° i3' délai, septi et le 98° 58' NAZiA^r^aj»;!,) rir. qui se jel- 
de iongk orrenL , à 335 w. de tè dans le lac , ou f^llitôt daos le 
Tomsk , sûr la rive droite de l'Ob, can^l de Ladoga , non loin de 
et à l'emboudiurè de la Kela ; la Sclilusselbourg j elle coule du mi- 
pet. rÎT. Narvmka la traverse, di au nord. 
CVtoît drîginafrement ttn simple NaziM , f//ajujr£5j II ja deux 
endroit palissade ou ostrog , qu on Hvières de ce nom en Sibérie, dans 
«voit bâti en I596 9 non loin de legouv. de Tobdlsk , district de 
l'endroit où se trouve la N^r^m Bérézof; elles se dislingueol es 
d 'à-présent > mais qui à cause des grand et pinit Nazimi La seconde 
marais profonds 'qui l'entoure , à se jette dans la première j etcel- 
été transportée à l'endroit où elle lo-ci ) après un coursde plus 25o 
se trouve actuellement. On y w. du nord*est va se jeter dâui 
trouve une église et une centaine TOb. 

d'habitans qui ne sont là qu6 pour ^'ecrassovski a cosaques, (H^ 

prélever les tributs sur les diilé- KpacoacKÎe Kosatcu.) C'est une 

rens peuples errans dU voisinage, colonie ^e Cosaqtica du Don , q"^ 

INastistak ) ( HacmucmaKh. ) lors de la rébellion du traître Ma- 

c'cst le noiii de Tilé que forme zepa , se sont enfuis sur le Coa* 

deux bras de la Lena , a son em- ban ; ils babitent à 3ô w. de U 

boucbure dans l'Océan glacial; mer Noire, entre Taman, la Tmou- 

Nasva , (HacecL) pet. riv. du tarakan d'aujoUrdliui , et Cop>l* 

^ottv. de Pskov , dans laquelle on Ils sont au nombre de 600 Icai 

trouve quelquefois des perles» répartis en trois villages. Cesémi* 

Mat ALiiiirsKAÏA-cliEl*ost ff/a- grés ont conservé les mœurs et li* 

maAb'inc* an''Kpiitiocmh. ) C'est - usages desCbsaqùcs et même là rc- 

le nom d'uu petit fort qui appar- ligion chrétienne , mais prtvt^ 

tient à la ligne de défense ci-de- d'instructions et long-temps wn* 

van d'Ukraine, il se trouve dans pasteurs, il s'est introduit dei 

legQUv. d'hcatheriuoslav. opinions parmi eux, qui les M 

NAt^HiKiNÉ, HaziiKUHh )y/es\. regarder avec justice comme df» 

un osirog ou endroit palissade scbismatiquesi Avant la ri*VLià\o^ 

daos la presqu'île du Camtchatka, de la Crimée à lempirc, "» 

situé sur la rive méridionale de étoient soumis au^ Klians de cei- 

la Grande-Rivière {Boichaïa Rc^ te presqu'île et leur foiiroissoini* 

ka) , près duquel «a trouve des uu certain nombre de tova'^^ 



NF.Î NFJ 5 

tâjïs, Lenr liom TÎent de N^^cfa»- oh y A ^tabU une foire àntmelle 
sntlfur chef) au temps de leur tixoeau i^ scpu^tubre. 
émigration. Neiva, (Jieuaa) r'vr. du goar« 

^£]>aKMAIrNOÏ , ( Be^^pejttnn» de Perm , elle son d'un lac et en- 
«aw.> redoute qui se trouve dans tre dans le district d'Lrbit ^ où sV- 
le gouv. du Caucase , non loin du tant joint ail Récbe , ilf pren- 
Coubau ; un régiment de Cosà*^ nent ensemble Le nom ai* Nitsa^ 
que^ du Don y tient garnison. sous lequel ils entrent da:i8 le 

Nedbigaillow ^ (He^oueau" gouv* de ToboLsk par lé district 
405&.> peLTiliedugouv.d^Ukrai- «le Tourinsk, et se jettent dans 
De 9 dans le district delà Tille de la Toura. Les bords supérieurs 
Soummy , à 64 w* de celle derniè- de celte riv. sont renommés par 
re. KlLe a élè bâtie vers la tin dU la quantité de belles mines de fer 
^\II» siècle , sur la rive gauche qui s'y trouvent , et sa partie in- 
de la Soula , et les bords de la iérieure par b iertilité de soa 
Ivanka et de \a Nedrigailovka -, terroir , qui e%t cause qu'il s y 
deux ruisseaux qui la traversent^ est établi beaucoup de colons. 
On y trouve 5 églises et plus de NrjÉool, ( Hemetojth.) pet4 
6qoo halxitans des deux sexes qui riv« qui commence son cours dans 
sont presque tous cultivateurs, le gouv. de Coursk, district de Co- 
Le labac réussit fort bien ici , rotchensk ^ et entre ensuite dans 
aussi en sèment^ ils en grande le gouv. d'Ukraine par le district 
quantité pour l'exporter dans l'é- de Volchansk , pii elle se jette 
irniii*er. daps la Coréa et celle-c^ dans le 

iVEER-MittEir , (Heûeph^Mib^ Doneiz. 
^enh.) Ancien chàleau-fort > bâti NÉJiKE, {Hemanb^ ville dtt 
jwr l'évéque Albert en 1204 ) et ^ouv. de Tchernigot , et chei'-lieu 
iiciacllement bien seigneurial avec d*un district. Klle est située sous 
uao église, à 11 w. de Riga. le 5i° 3' délai, sept, et le 5o° 2' 

Neglinnaia, (fr<îe;iMKHa;i.)p6i. de long» or. , sur la rive gauche 
riv. on plutôt ruisseau qui coule de l'Osier , à 74 w- «od-cst de 
d;«ns la ville de Moscou , et qui Tchernigof. C'éloit auparavant 
se jette dans la Moskva , près du une des quatre villes de garaulia 
Kreml. pour la Russie mineure; il y avoit 

Neischlot , (HeùiaJiomd-) ctrjT toujours gai*nison russe, qui se 
.'•oitf, en Fînlandois Saj^olina , sur tenoit dans là citadelle. Cette ville 
le lac Outroufs , qui se réunit au est environnée d'un rempart de 
W Saïma. Celle petite ville du lerre ; elle a de bellfs églises dont 
2;ouVfc de Vibôurg est sous le 6l^' on porte en toui le nombre à i5 , 
J2'de lai. sept, et le 4^^ ^^^ de deoxcouveu», plus de mille mai- 
Ion^', orienta, à 25o w. nord de sons , parmi lesqut»Ls il y en a 
^ihourg. tHca été balie parles b«*aucoup eu pierres. En général 
Suédois en i474 ^^ châieau qui' ^léjiue passe pour la plus jolie ville 
est placé tout près de là, sur un de la Hussifî mineure, 11 y de^ 
rocher au milieu dtl lac, et qui meure, outre les Busses et les 
porte proprement le nom de Nei s- CosaqUos , beaucoup de famil- 
clilol, est très-liien forliOé par les Grecques, qui v jouissent de 
la nature et par Ti^rt. Les Russes grands privilégies, ainsi que des 
«fil rendirent maîtres en 1714 5 Arméniens. Ces deux dernières 
à la paix de Nistadt , elle fut ren- nations font .un commerce cousi» 
due aux Suédois , et retourna aux dérable avec la f urquio, la l*oio- 
Russes par celle d*Àbo. En 1780 gtiu^ et la bilcsie } ou peut mciiie 



6 NER NER 

dire que tout le commerce cle Né- cle 'Vladimir, district de Pereslavlj 

jtne , qui est assez florissant, est elles'rt du lac Pléstchéew > mais 

entre leurs mains. Il se tient trois jusqu'au lac de Somtne où elle 

marelles par an dans cette ville. entre ensuite , elle porte le nom 

Neledina, (//ejie^iiHa.). pet. de Veska ; ce n'est qu'après sa 

riv. du gouvé de X^er, qui se jette sortie de ce dernier quelle se 

dans la Mologa. nomme Nerl y elle coule du lap So- 

NfMrcHLi A , (HejUMuuui) pet. mine dans les frontières da gous 

riy. du gouv. d'Ukraine, qui après de Tver , district de Caliazin, et 

un cours de 12 w. va se jeter dans se jette près de la ville de ce dooi 

le Kliarkof sur sa rive gauche. dans le Volga. Cette rivière est 

Nenasytetz , (HenacMmeifi.) assez poissonneuse, mais elle nW 

(rinsatiable.) C'est le nom qu'on pas navigable. La petite ^erl 

donne à la j^ cataracte du Dnepr ^ prend également sa source dans 

elle se trouve dans le gouv. d'Eca- le gouv. de Vladimir et dans le 

tlierinoslav , à une w. de la 6« et même district de Peroslavl; elle 

â 5 de la 8« cataracte. sort d'un marais et coule vers le 

NerekhtaJ, {ifepescma.) pet. gouv. de laroslavl, dans leqoel 

rlv. du gouv. de Costronia ; elle se elle entre un moment , pniselle 

jette dans le Volga ; à 3 w. de sou en ressort et coule de noure^ia 

embouchure se trouve une terre dans celui de Vladimir h tratrers 

noire imprégnée de vitriol > avec le district de Souzdal l'espace de 

laquelle on fait de l'acide sulphu- q5 w. , pour aller se jeter daus la 

rîque. Cliazma , près du couvent de li<)- 

Nerekhta , (llepgjcma') v. du holubow , dans le diatrict même 

gouv. de Costronia , et chef-lieu de Vladimir. Son cours en tua 

de district , sous le 57° 22' de lat. est de 222 w. 
•cpt. et le 61° 58' de long, orient., MÉRO ou Kera > (Hepo vtM 

a 42 w. sud^ouest de Costroma. Hepa.) C'est le véritable nom tin 

Cette ville est bâtie sur la riv. du lac qu'on nomme communémoiii 

même nom, et sur la Solenetsa lac de RostoM^, à cause du voisinage 

qui se jette aussi dans le Vol^a. de celle ville bâtie sur ces bonis. 

On y trouve n églises et 1200 ha- Il a 12 w. de long sur 7 de larsie, 

bilans dos de u](. sexes. Les ma r- et sa circonférence est de 4^ ^« ^'^ 

chauds de cette ville font un com- lac reçoit dans son sein dc<|i riv. , 

nierce as. sez considérable en toile la Gda et la Sara , et îl nen snri 

qu'ils vont vendre en Russie mi- qu'une qui est la Veksa. Olle-t' 

neure , et en lîlalurc qu'ils por- en se réunissant dans le district oe 

lent aux fabriques de laroslav et laroslavl avec la Ouslié , forme la 

de Costroma. Celle pet. ville pos- Colores t qui se jette près de la^o- 

6cde une fabrique de toile , et il slaw dans le Volga. Au printemps 

s'y tient deux grands marchés par lorsque les eaux sont haatcs , oQ 

an. peut naviguer depuis Rostow, <"< 

Nereta, (Hepema-) pet. riv. au moyen d'une écluse q«i ^ 

dugouv. de Yilebsk dans le dis- trouve près de laroslaw , les ba* 

trictde Rcziiza. £llc se jette dans teaux entrent dans le Volga; ce 

la Dvina. qui facilite aux Inibitans de ce? 

Nerl, {llepjih.) On connoît bords les moyens de porter leari 

deux riv. de ce nom , qu'on dis- denrées dans V intérieur de l£ui- 

tiogue entre elles par répilhète de pire et jusqu'à Pélersbourg. 
grande et de petite. La graudc ^îeromka , (HepoJUKa») F^' 

Nerl prend sa source dans le gouv. riv. du gouv* oe Perm ^ qui ^ 



NER NES 7 

jVne près de la ville de Verkho- Vexploîle depaîs 1704; celle de 
tourie dans la Toura. Son nom Doulcharsk sur la Uarza , depuis 
lui vient d'une ancienne forte- ]763;dc Cou tomarsk dans la même 
re»se des Vo^ooles qu^oii nom- annre^ sur la Coutomara ; d'Eca- 
zuoit eu langue Zirlane Nerom- tlierininsk sur la même rivière à 
ùmi , et sur ios ruines de laquelle quelques w^ plus bas \ d'Aloxan<<- 
\crk})oloarlecst bâtie. drow , sur Li Barza ; de.C'hilka, 

>£fiTCHiNSK,(//^/>cuKcic&.)pet. sur la Tcbalboutcba ; enfin de 
ville troQtière de Sibérie , du coté Gazimour. ,sur le Gazimour. On 
Je la Ohine; elle appartient au exploite dans toutes ces mines de 
];ouT. d'irknulsk , dans lequel elle Varient mêlé de plomb ; elles pro- 
est chel-lieu du district de sou duisent année commune 4^,000 
soin. Cette ville est sous le .^i^ 56' ponds de 'plomb , duquel on ex* 
delat. srpt. et le i34^ 3o' de long, trait 25o pouds d argent pur. On 
orient., sur la ^ertcba qui se jette envoie 2 5,ooo pouds de ce plomb 
daos la l.bilka*, k 961 w. d'ir- au% mines de Colyvan , 10,000 
loulik. Elle a été bâtie en i658 pouds au dépôt d*artillerie , et le 
cominf o'strog ou simple endroit reste se vend à des particuliers* 
palissade^ ce n'est qu'en 1781 L'administration de ces mines ^ 
qu'on en tit une ville. Elle est re- comme celle de C.olvvano-\ oscré-» * 
mar({uable par le traité de paix sensk , est régie directement par 
quj ^ fut conclu avec la Cbine en le cabinet impérial. C'est ici que 
lbô9, le 28 août. Lorsque les ca- sont établis des barrières et des 
nivanes desliuécs poui* le com- postes mobiles de Cosaques et de 
nirrce avec les Cbinois passoient Toungoùsses sur les frontières 
ici, la ville de Nertcbinsk jouissoit cbinoises. On trouve aussi dails le 
(l'une certaine aisance qu'elle a district de Nertcbins)/]e bourg de 
periia depuis qu'elles passent par Stcbouroukbailaevsk , dans lequel 
^it'n^uiask et le stepdes Mongols, il a été convenu , par le traité de 
Le peu de marcbaods qui restent 1727 avec les Cbinois , d'avoir 
^Qs cette yille font un petit com- un commerce d*écbange pendant 
mercc de pelleteries , surtout de toute l'année ^ mais comme on a 
Sobl et de petit* gris qui sont ici trouvé des deux côtés beaucoup 
d'une qualité supérieure Les en- de difficultés pour l'exécution de 
virons, quoique très-montagneux, ce point , il ne s'en fait que lors^ 
^/reot d'excelleus pâturages ; que les commissaires cbinois j 
c'est pourquoi Téducation des bcs- passent en visitant les frontières , 
tiauxjcstdun très-grand avan- et y apjportent avec eux quelques 
lagc. On compte à Nertcbinsk marcbandises. Alors les Russes y 
deux églises et i5o maisons. C'est viennent aussi de Nertcbinsk avec 
dans son district et les montagnes des pelleteries et les écbangen( 
qui l'entourent , que se trouvent avec les Cbinois j mais on n'y voit 
CCS ^meases mines d'argent et de jamais de véritables négocians'i 
plomb dont la couronne retire un ni Russes ni Cbinois. 
»j grand bénélice , et pour l'ex- Nesvigb, (Heceum'b.^ pet, 
ploitation desquelles on envoie les ville du gouv. de Minsk , aans le 
xnallîaiteurs auxquels le Souverain district do Sloutsk sur la Lipa qui 
a,^ant fait grâce, a commué la se jette dans le Niémen > à 100 v^t 
pfine de mort en un exil dans ces de Minsk. Elle appartient à la mai- 
contrées. Les mines les plus re- son de Radzivill, cbef-^lieu de leur 
inarquables sont celle de Nert- principauté , et majorât confirme 
thiuskioême sur rArgouna^ oa en i5b9. Lu prince de cette niai« 



8 :]N'EV ' NET 

aon ayant émigré en Russie 9 y est p(^troT$kDÏ} Creslovsloî etc. wnx 

drvonu la soucbe de la ianiille des couvertes d'habitations charmaQ- 

princes KesvitsXy > qui jusqu^â ce tes ^ de jolies campagnes , et de 

]our ont copserTè les armes des jardins appartenans à 'des parti- 

liadzivills. On trouve dans cette culiers. i.cs eani. de ce f leuTe sont 

petite ville nn coUéj^e jadia des Je- limpides et salnbres ; pendant un 

suites, et nbbaje de bénédictins temps calme, sa hauteur rari« 

réj^uliers. Les ^uédoift détruisi- rarement d'un pied ou deai à son 

rent ses fortificahona en ijo6. einbouchure; lorsqu'il régne nu 

^ETCHÉRZ ^ r//>c^pd2>v riv. du vent d'orient bien fort et long-? 

gouv. deVitebsL; elle se jette temps soutenu, qui cbansp pioj 

dans la I.ipa. rapidement ses eaux vers legohe, 

ISettebouhg , {Hfme6ii]}9h*) elles baissent de 3 à 4 pieds j maîj 

Cest le nom que porto it, sons les lorsqu'on éprouve des tempêtes 

Suédois , la tbrterf'sse qui se trou- dans le ^olte , qui sont acccm- 

voit dans le lac de l^do^a , vers paguéesd'un veut violent d'ood- 

IVudroit où la Neva en sort, et dent > alors les eaux montent dans 

que Pierre-le-Grand prit en i;o2, le Ueuve quelquefois de fi , 10 

et nomma Sclilusselbourg. [^V^yez pieds et davantage aù-dessns de sa 

cet arficte^) liauteui" habituelle. A 5 pieds, 

^iEV•• ou Kiyo f {Uesb m^» //«- elle sort déjà de ses bords danslfs 

co,) (/et le nom qu*on donnoit parties basses de la ville ^ à 10 ^ d 

anèiennemepi au lac de liadoga. ne reste que la partie la pins êie- 

^EVA , .//<fda.) fleuve qui coule vée , qui est Torien taie ^ qui ne 
dans legouv^ de Pétershourg , et soit pas submergée. Ces accideos 
sur les deu^ bords duquel cette arrivent fort souvent , et toujoari 
capitale est bâtie» Il prend ^sa en automne, mais ils ne dareut 
source dans le lao de Ladoga, près que quelques hetures. Les inon- 
de Sclilu.sselboorg et parcourt en ciationS' les plus remarquables ont 
toni nn espace de 60 w. avant de eu lieu en 1721 , le 5 novfnibrp| 
•e jeter par plusitiir^ bras dans où Tcciu est montée ji '] pieds ^ 
le golie de Fintîinde. Son cours pouces; en 1726, au i^'octobrr, 
est d'Orient en Occident. La Neva où elle étoit à 8 pieds 1 ponces j 
est rapide j navigable et très «r* en 1706 , le 10 septembre, Teaa 
large 4 car à Pétersbonrg ^ vis-à- cou v roi t toute la ville , en 177;} 
vis du couvent des Demoiselles €*galcment au '10 septembre', elle 
]Nobles, elle a 400 toises, ctyis-)i- éloit è |o pieds 7 pouces , c'éioil 
vis le palais impérial 5oo. Dans la plus haute , la tempête SToit 
la ville même de PétersbourcZ , ce continué pendant deux jours dft 
fleuve se divise en plnsieurs bras> suite dans le golfe ^ et le vent 
parmi lesquels on distingue la soutfloit constamment d'occident 
Jurande et la petite Neva , la gran« avec de légères variations au snd; 
<ie et la petite Nevka , la Carpnvka, l'eau a eontinné démouler jusqnt 
etc. ; ces bras forment plusieurs 9 heures , où le vent tomba nn 
lies dont quelques-unes ion t p.ir- peu, alors on la vit diminaer 

.•11 'Il « «» •■»••' ««A ». 'J! 




l 



roprepnent dît , sur laquelle est de gîandsdommages dans la partie 
âiic la forteresse; les autres, occidentale de la rille , il n'y eut 
comme celles de Caminnoï - Os- que deux quartiers qql en furent 
trow ^ où est Ufi Palais Impérial^ exempts. On vit des vaissesos 



NEV NIQ 9 

transportée an mlllea des ru!9s; on Nevtnnomysskqt •* nnDQUTK - 

eo trouva même un chargé de ( HcauHHOjuh^ccKoii - PeA^^mb, ) 

pommes et appartenant à nn Lu- C'est le nom d'un fort qui se tpou^ 

beqnois, que l*eaa en baissant ve 9ur le Couban , et dans lequel 

aroit laissé dans nn bols h i5 toU on entretient une compagnie de 

jes (les bords do fleuve. Ce maU chasseurs et qqelque$ Cosaque^ 

bfur couimença pendant la nuit , de garnison. Il n'est pas Iqin de^ 

ce qni f|it cause de la perte de terres de^ j>euple3 de U p^^it^ 

plasicars personnes et d'une qi|an# Abaza, 

tiV d'animaux' domestiques. De- NicoLAéF^ (HuHOJ^ae^h,) t\[\^ 

puis cette époqne , qu fit un rè- du gouv. de Kberson ; elle e^t si- 

i^'ipment par lequel il a été ordon-* tuée dans unç plaine fertile, enlro 

ii<^ d obserrer la crue des eaux , Tlngoul et le Boug , qni ce réu? 

fisLanepertainebauteur on aver- nissent enspile immédiatement 

lit les babitans par des signaux dans un angle que fait le Boug 

îu'on réitère aussi long - temps de l'ouest k l'est. Elle ^ seroit dc-j- 




Ijore 

dacôtéde la Carélie l'Ôkbta , et zèle qu'on avoit e^ en eomnieoT . 

ûPs deux Âtres côtés plusieurs çant. Ce fut en 1791 qu*pn jeta 

autres ri?ière9'de moinare gran^ ses premiers fondemens dans une 

deap. place absolninent nue^ En J792 , 

Uyh^, ,(ffe6ema.)TW. con- je prince Potemkin donna l'prd 

Jidérabledugouv, deVilna, elle « M. Faleief de s occuper de la 

ip jette dans le Niémen. C'est par constrijctipn 4e celte vnie , ^ l^ 

son moyen qupn a le projet\Je jaUe de quoi on bât.t 4'io maisons, 

faire uni communication entre ce ^ ^?«^« *?^^^^^^ ?^ *? ^J^?.^, P»-^^- 




tondra la joindre i la DTÎna , il P»«^ d extension ^u on v pbpç^ 

faudra nécUsaircment construire ^»?*^^ 1 amirant^ ka..^T'^V 

fe écluses. - fl«o!^ a eu soin de bdlir dans la 

^^^ partie supérieure qe (9 ville sur 

NÉrEL, (HeaêJih.) pet. Tille du ringpul. La place du maïrcbée»t 

^ouT. de Vitebsk, cbef-lieu d'jin ornée de» pln^ b^Ue» maisons Ij^ 

district , elle est située sous le î>5« long de 1* niéme rivière. Toutes 

/}8'delat, sept, et le 48° 10' de les autres maisons sont divisées 

long. or. ,surlelacdcNével,qui par quartiers en rue^ régulières. 

lui a donné son nom , et les deux Les ^lus beaux batimens sont sur 

Iwrds de la pet, ri^, Emcuka , h la place, tels que l église d'un sly* 

loow. ^eYitsbsk, On y trouve iï le njodcrne, cous tir ui le avec une 

cpnvens dont un russe" et Tau tre noble simplicité, et dont le sa nO"" 

«lu rit romain , 6 églises parmi Inaire représente nn len^ple squ- 

lesquelles une de Grecs-Unis , et tenii par huit isplonnes ^ e^ orné 

tioe école juive. Cette ville renier- de parties ricbenieiiit dorées et de 

1062700 babîUnsdes deux sexes, belles peintures ; pnis l'h&teUde. 

Il s'y tient qnatjce grands marcli^S ville avec denx belles cplonnades ' 

pr an,' s«f les ailes , 499^ ^^^ '«ert de 



lO 



NIC NIC 



bonrse au commerce ; la douane, lesquelles on doîl cmarqucr les 
les maisons des amiraux Mord- légendes suivantes : lEPA 6E0 
vinof et Kibas, etc. L'amirauté. JirOAAOyO, une autre , o>^JB/^ 
forme un grand carré fermé près /pi^jj {Olbia, élève-toi) , et bean- 
de la campagne , et le chantier est conp avec la légende OABlOUfh 

iïlacé vers une telle courbure que AlTIKIN. 
esbàtimens en le quittant entrent Nicolaefskaïa-cbépost, {Bu» 
aussitôt çn descendant l'Ingoul KOJiaeecKOA-'Kp^nocmb.) Ce fort 
dans le Boug. On doit regretter se trouve en Sibérie dans legour. 
que l'endroit manque de bonne de ïobolsk , district de Tarsk ; il 
eau, parce que les vents de mer fait partie de la Jigne d'Ichime. 
rendent saumâtre celle des fleuves, Qn y trouve une église et i5o 
et on est obligé pour en avoir de maisons. Situé au milieu d'un na- 
bonne , de se la procurer à 2 rais et entouré de bois , cel «n^ 
w. d'ici, dans des sources qu'on droit est si malsain, que rare- 
ti-ouve près du Boug. Tonte cette luent un été Se passe sans qa il 
contrée manque aussi de bois, n'y ait quelque épidéniie parmi les 
Nîoolaef est à 69 w- de Kberson , animaux 5 les babitans eux-mêmes 
elle a 9 à 10 mille liabitans , près* ^ont sujets à des fièvre^ intermit- 
que tous marins; il y a quelques tentes , et ils sont si incommodés 
Juits parmi ce nombre* Les envi- de mousquites et de oousîds en 
rons du Boug au-dessous de la été, qu'ils sont obligés de porter 
ville sont encore remarquables continuellement des voiles de gaze 
sous le rapport des vestiges d*an-» ou de réseaux bien fins pour s^cn 
tiquités grecques qu'on y trouve, garantir^ 
En descendant le courant du fleu- ^ ^ ^^^^^ ^ (Hunaji^cnh.) Ville 




à 632 w. à l'est 
compte 3oo ba- 

« . , . ' . • , bilans mâles. 

vées et ^lont la maieure partie . ,0 «■ 

présentent d'un côté une tête Nicolskoi-Chah, ( Hunoxi- 

avec une couronne de laurier, et c«oû.map&0^On doBnecenomâ 

sur le revers un vautour avec la ^^ bras du fleuve 1^««»^»* *^[ 

légende bien distincte d'O/A/o- 1«I««1 }^ ^^1© 4« Touroukansl 

polis ' Ces traces indiquent la co- ^*' bàtje. 

lonîe ihilésienne d'Olbia, quil NicopoL, (/rwKonoJi*) ?«*•▼»'- 

faut ^ercber ici. On a trouvé le du gouv. et du district d Eca- 

dans ce même lieu une clef de voû- terinoslaw , bâtie «jouvellemenl 

te 

que 

Bient 

où Ton conserve aussi une grande qi 

table avec un baff-relief, égale- et vis-à-vis le fort que Pierre- 

ment grecque. M. le Professeur le-Grand avoit fait bâtir et qa " 

Afbnine, demeurant à Nicolaef, nomma Camennoï - Zatonc , fort 

a décrit plusieurs autres anliqui- qui fut démoli d'après un artide 

tés trouvées dans cette contrée , du traité de paix cpndu sor if 

et beaucoup de médailles , parmi Pru't. 



NIE NU 



II 



Nicout ,. (HuKifJLh ) pet. riv. et forrae le grand et lepetltOkhta, 
delà presqa'i&e du Camichatka ; Les restes de l'ancienne forteresse 
elle se jette dans le Camtcliatka , , sont aa miilea. On y voit nn [ar- 
et n'est remarquable quç parce dîn el une seule hahîtalion , qui 
qae c'est sur ses bords que les est celle du jardinier, 
premiers Russes se sont établis n t' n 

pour passer VbiTer. Niémen, {HiejiteHb,} En alle- 

^NiDKR.MoNJOU, ( Hu3eph. "î*^"^* Y^'?^^^- Ce fleuve, un des 
MoHJKu.) colonie allemande du Plnsiitile de ceux qui coulent dans 
gouv. et du district de Sara lof sur \^ ^^«*»« européenne , a sa source 
le Volga , elle a clé fondée par ^*P« ^f S^^^- ^\« ^msk , d où il 
le baron de Beauregard. On y ^"^«^ dans ceux de Vilna , puis de 
compte 88 familles. Orodno , il sort ensuite des fron- 

NiECHANTZ . ( Humanub. ) V^**^*, ^ 1 empire pour entrer 
Clianz-Terni 
Jis-Croue 
ri*sse sitaëe 

todlcment le TiUage dOkhta , -, . 
près de Pétersbourg , sur la Neva, «nroûiqaes le posent comme hmi- 
ct ;, 7 w. de son emboachnre. Elle ***« ^«* possessions russes. En 
fui bâtie en iJoopar les Suédois ^*>^6 , les princes Uiaslaw , Svia- 
»ur un terrain appartenant à la toslaw et Vsevolod , Gis du grand- 
république de JNovgorod;c'est pour- ""*' laroslaw, remportèrent sar 
«moii'annce suivante les troupes ?«» bords une grande victoire sur 
de cette république, conduites le prince de Polotsk Vseslaw Bria- 
pr leur prince André Alexandro- tcbislavitch. Il se fait un com- 
îilch, la prirent d'assaut t depuis "'"f"' Considérable de Iou;û la 
ce temps elle appartint tantôt aux J^'V.'"*"'® «' «1 "«e partie de la 
K««ses, tantôt aux Suédois , se- yoH"niepar ce rteuve. Au moyen 
loa les avantages que les unsou les ^î* ''^."''^ '' Oginsty , la commu- 
aulres avoieul dans leurs guerres »». «cation entre l Licraine, la Rus- 
Mn» cesse renaissantes. En i6',5 »«« mineure, la mer Noire et a 
«llefut prise par le tzar Alexis Mi- ««er Baltique sera établie. Plus de 
Ihaïlovitch , qui cependant la rcn- ^'^ barques le descendent annuel- 
dit auxSuédois par la paix de Car. ^«'"<"" »*'«<= .'*^« productions xus- 
diss, en 1661. Cette ville éloit bien «",61 Reviennent cbargees de 
fortifiée, un pentagone régulier marcbandises étrangères. Il s y 
dont le parapet avoit 9 toisVs de «rouve cependant quelques oasca- 
liaulcur et de bons fossés 5 les *'''« «' bas-fonds qui embarrassent 
Suédois ajoutèrent en 1702 beau- V" P,*^» '» navigation. Sous le regue 
coup de fortifications extérieures <1« dernier roi de Pologne , on 
qui la rendoient tfcs-forlc , ce '»''°'* "«fy. *'.•'" débarrasser le 
qui n'empèclia pas Pierre-le- Co">-s de a rivière , mais ces tra- 
Orand de la prendre Tannée sui- ''■•". '"«J diriges n ont eu aucun 
vanie. H y établit une colonie de V'*'''",*" '^''* P'-^cipales rivières 
charpentiers et d'autres ouvriers ^'*°'.'p* «»«* ^ réunissent a celles 
pour la marine , et la transforma t^ ^ '*^?'<i'î ; ^"' Y it°.r''' ' . "?."" 
ainsi en un bonrg'qui prit le nom *»:"? & '^'T»' ,' '* ^«"" > > ^^'^ 
d'OkUta , d'une pet. riv. de ce ''«"«''eika et la Cbara. 

•lora qui s'y jette dans la Neva. Nijnaïa-dobrinka , [Huainti/t 
^H(e colonie augmentant toujours ^oSfjttnKci') Colonie allemande du 
^ étendit des deux côtés du fort , gouv. de Saratof, dans le district de 



Ï2 



ivii - mi 



Camvctiiiie ; elle est située stir la le 53<> 4^' ^^ I^^- ^^P^- ^^ 1® ^'^ ^^^ 

rWe droite <lu Volga ,' à i33 w. de long. or. , à 96 w. vers l'ouest 

île Saratof 9 en suivant le cours du de Penza , sur la Lotnofàqtti se 

ilcuve. Ou y compte 63 iamilleé jette dans la Mokcha. On y trouve 

luthériennes. un couvent de moines soiis l'ioTO- 

^ijnaïa-ozerNaia CRÉi^ost , eâtibn de Notre-Dame de Çazan, 

( liu^KKaA'-àaepnafi Kpinocmh.) et 3 églises paroissiales. Leucmbré 

ovlJ art injé rieur des tacs; ainsi des habi tans peut être j^orté à 36oO 

nommé h cause des lacs qui Ten- personnes des deux, se&es. Ils'j 

tourent. Il se trouve dans le gouv. tient une grande foire le 8 juillet , 

d'Orenbourg , à 82 w. au-dessous jour de la fête de Notre- Dame de 

de cette ville j sur les bords de Cazâu , à laquelle il s'assenthlè 

rOural. Ses murs sont en bois, beaucoup de marchands forains de 

On y compte i5ô maisons et il a toutes les provinces de Tempirr. 

été bâti en 1754* Les environs de la ville sont ei- 

Ni jwé-Camtcjïatsk j {Hu^Hâ" trémement fertiles en bled. 

Ha.iizamcKh») ville du gouv. d'Ir- . Nuneï-JN'ovgorod , (Humneii' 

kqûlsk) dans k presqu'île dU HdeeopoAh»){goiX\.d€)Ondiii:Q^ 

Camtcliatka ; elle est sous le 56*> russe gouv. de Nijégorod. Il est 

43' de lat, sept, et le 1770 ^o' de situé entre le 54** et le 58 de bt 

lon^. orient. C'est proprement Un sept, et le 60** et 65 de long, orieut; 

ostrog ou endroit palissade. 11 est 11 s'étend du midi au nord à 

sur la rive gauche du (leuve Camt- 35o %v. , et de Toccident à roricnt 

cbatka ^ environ à 3o w. de soA & 4<^^' '^ ^'^ ^'*'^^ ^^ nord par I^ 

euibouchure. Le fort est Un c^irré gouv. de Cbstroma , k l'orient pir 

long, de 4^ toises sUr 40 de large, ceux de Cazan et de Simbirsk , au 

Outre l'église , il renferme les ca- midi par ceux de Penzâ et deTaïa- 

éernes et l'é magasin des marclidu-> bow , et à l'occident par cem de 

dises. Hors de seà rohrs est encore Tambow et Vladimir. Le Vol^a 

Une église , la uiaison du com- le traverse et y i*eçott dans sou 

màndaut et celles des habitaiis. sein l'Oca etlaSbura, IcsauUi^s 

C'est le siège d'uu protôpope , qui riv. considérables qui l'arrosent 

a l'inspection sur tout lé clergé Sont laTechact la Piana; Cegonv. 

de la presqu'île, ainsi que sûr se divise en 1 1 districts qui preii- 

tout ce qiii a rapport au christia- tient chacun le nom de leur chef» 

nisme. lieu. Ce sont Nijui- Novgorod; 

NiJNÈ-DÉvilPSK ) (J?û«Htf-4è- Arzamasse, Bolakhna , Vasil,Gd- 

ôUHKb.) pet, ville du gou%\ de S o- batof , Macarief,' Ardatbf, l^ouco- 

rouej , et chef-liéu d'un district ; yan6f ,Sergalche, K'uiahinine, et 

elle est située sous le 51® 3g' 3o" Seménof. Ce gouv. est un desplu* 

de lat. sept, et le 56° 27' de lone^ avantageusemeilt situés, étaui ià 

or. , an confluent de la Devîtsa et oentVe de l'empire , et baigné par 

de la Esenka^ qui vont se jeter trois grandes riv. toutes iwvi- 

dansleDoii. Elle est à 57 w. S O; gables , qui lui lacilitent les 

de Yoronej. On y trouve 2 églises moyens d'approvisionnement et 

et 1900 habifans des deux sv\ca^ dlexpbrlàtibn de ses denrét*s. I^ 

NiJi^Ei , { Humn-Bû* ) Voyez terroir y est fertile et les habitai" 

KiJN£Ï-iroV"GORt)D , gôuv. ctvil- industrieux. Uormi les Ra5se5j 

le. bn y trouve des Tatares , des Mor* 

NïJNÉï-tbMbF, (HuxneûAo- duans, des Tcheren\}ss cl dc« 

^odô.)pet. ville du goûv.de Peu- Tchouvacbes qui sont presque 

'za, che^-iicti d'un distnct) sfoxm tous oonverlis an chvistin&ismt^ 



/ 



lia pdpalatîoii peut être portée a 
8.j6,f45 auies. La uavi^atîon de 
l'iiiiénear de Tempire qui 3e coii- 
cruire pour amsi dire ici , et la 
grande foire de Macarief, y atti- 
rent une quantité de mouilequi 
V répod beaucoup d'aisance. Ce 
f:o(iv. abonde en belles forf^ts de 
ciienus et de tilleuls ; elles sont 
pns<}ûc toutes sur les bords de 
lUca et de la Soura qui en lacili- 
tt'Qt le transport dans le reste de 
1 empire, il est rgalemeut ricbe en 
^ihier et en poissons, I/industrie 
} a lait de grands progrès , aussi 
lrou?e-l-bn dans ce gouv. dos la- 
briques de toute espèce , et parti- 
culièrement de toiles , dont jl se 
fabrique ici au-delà de 12b uiil- 
iioiH d'archiues» La capitale est 
Nijiu'i- Novgorod. 

f^oeiopo^'^h.) Capitale du ^oiiv. de 
son nom. On l'appelle coinoiu- 
uémeul Kijuci , sans y ajouter 
le mol de Novgorod qui est 
supposé sous-ea tendu. Le mot 
(ie Mjnei voulant dire en russe 
inférieure^ lui à été donné pour 
la distinguer de îs'ov^'orod la 
prande. Cette ville est située sur 
l'S bords trcs-éle\és du Volga, 
an coullurut de TOca , sous lo 
o(j»2o' de lat. sept, et le 6i« 4^' 
àv long, or., à ii'iow. de l'é- 
lersliourg et à 890 de Moscou, 
l'île fut bâtie eii 1222 , d'auires 
lUont en 1-^27 , par Joiiri ou 
Ot'orj^c Vsevolodovitcb lïi , et a 
l'U* long-temps la résidence des 
prinoei de Soùzdal et do ]Nijnci- 
Nov^orod , dont pliisieurs y sont 
enterrés. Les principaui laits 
4ui concernent son histoire sont 
<|u>Q 1Î127 le prince George 
^ serolodôTÏtch chàssâ les peuples 
Morduans des environs de cette 
ville , après avoir ruiné leurs 
t^tablissemcns , ii eu donna la 
propriété à des côlons russes. 
^^1 iJo3 , ces peuples revinrent 
porter la guerre dans ces con- 



NU 



i3 



tréeA , et faillirent 6iirprendf*é 
N'ijni- Novgorod, mais les troupeè 
que le prince Dmitri Constan- 
tinorilcli y envoya sous les or- 
dres de son IVère Boris et de son 
fils Siméon , ainsi que les secours 
cdvoyés prir le- Grand-Duc de Mos- 
cou Dmitri Ivanovitcb' arrivèrent 
lieuronsoment à temps pour chas- 
.<er et disperser ces barbares. En 
i^\y ^ le prince tatare nommé 
Arapclia vint de la grande bordd 
pour allajiuer cette ville, maii* 
ayant appris que le grand-duc de 
Moscou marchoit à son secours, il 
se retira. Tie grand-duc après avoir 
laissé quelques troupes à Nijneï re- 
tourna dans sa capitale. Alors 
Dmitri Conslantinovilcli envoya à 
la poursuite du Ta lare ses cfeux 
fils Jean et Siméon ^ qui arrivés 
jhsqu*au3L bords de la Piana avec 
leurs troupes > apprirent que Teu- 
m'uii s'éloit d<'jà retiré au-delà du 
Volga ; n'espérant plus l'atteindre^ 
ils s'arrêtèrent là^ s'amusant à la 
cbassc dans celte contrée si abon- 
dante en gibier de toute espèce. 
Dans ce temps les princes Mor- 
duans Otlaii profitèrent de leur 
sécurité , eu donnèrent avis aux. 
Tatares de la LoKle Marnai , qui 
vinrent fondre de^ tous côtés sur 
les Russes ([ui n'enrent pas même 
le temps ((e prendre les armes , 4it 
s 'eu f u 1 r e n t v e r s la P i aua po u r s u i- 
vis par les Tatares ; ils furent 
pres<jue tous massacrés. Le prince 
Jean fut Mu nombre des tués aveô 
une grande partie des hoyards, et 
des nobles de sou armée. Le 
prince Siméon voulaut se sauvei^ 
en passant la Piana à la nage y pé- 
rit avec beaucoup de monde. 
Celle alfa ire eut lieu le 2 d'août. 
Après cette victoire si sanglante^ 
les Tatares revinrent sur Nijnéi^ 
où le priuce Dmitri Constantino^ 
vitcb u'espérunt pluS se défendre^ 
se retira yev» son troisième tiU k 
SoUzdaL I^es ba bilans de la ville 
rabandonnèreui en grande partie^ 



14 Nij V NiJ 

Remontant dans leur fuite rOcà et te$ deux grands hommes satiTti- 
le Yojga vers Gorodetz ctMouroni. renl la pairie. En 1672 j celle ville 
JSe trouvant plus de résistance , fut érigée en archeTêché. Son fort 
les Tatares massacrèrent le reste, ou Gréml n'a été entouré de mars 
des habitans', ils brûlèrent et pil- de briques et détours qu'en 1S08, 
lèreut la ville et les églises, sacva- sous le règne dii grand-duc Vasil- 
gèrent les TiUages voisins^ où lei l va novilcli. On trouve aclueile- 
après avoir tué les liabîtans , ils meut dans cette ville 3 églises ca- 
eniiuenèreut les femmes et les en- tliédrales bâtie dans le d'ami. Les 
fans en captivité. Kn iSjo , le anciens souverains de œtte ville y 
prim^ Boris Conslantinovitcb fit sont enterres. On voit dans celle 
euloiirer les murs éi les tours de sous l'invocation de la transfigu- 
la ville d'un fossé. Il y eut cette rations (Prébbrajénie) , pai*nii les 
Inéme année uue nouvelle îrrnp- tombeaux des àrclievéques de celle 
tiou des Tatares dans les terres de ville , celui du fameux cito>eft 
Cette principauté. En 13/8^ la Cosme Minime, qui offrit tousses 
Tille l'ut encore uue fois surprise , biens , ses enlans et lui-même 
daiis l'absence de ses princes ,. pour la défense de la pairie , op- 
par les Talares., qui la brûlèrent primée par les usurpateurs et Its 
et la sacéagèrent. En 1391 , le mauvais citoyens qiii en tretenoient 
Khan de la grande borde Takbta- Tanarcbie. Il eut le bonbear à'j 
myche donna au grand-duc Vas- réussir conjointement avec le 
•iiei Dmitrievilt;h , l'investiture, prince Dmitri Pojarsky. Pierre- 
de la principaulé de Nijneï-Nov- le-Grai^d honora ses mânes en n- 
gorod avec les villes de Gorodetz , siiant son tombeau. S. M. TEnipe- 
Mestchera et Taro'ussa. L'année rcur Alexandre fit pltis, il or- 
suivante y le prince Siméon de donûa un monument superbe en 
Souzdal , cherchant , avec quel- bronze , auquel on travaille déjà 
^Ues auxiliaires Tatares, à rc- et qui doit ôtre jilacé dans celle 
coQvrtr Nijuei , il vint l'attaquer , ville. Il représentera les deuiGgu* 
inais ayant é^é repoussé par le res eu grandeurs colossales , celle 
Voévede du grand-^luc , il fit la du prince Pojarskv et celle du Pré- 
ïpaix avee ce prince le 25 octobre, vôt Minime , jurant de sanrcr b 
Les Tatares de son armée, violant patrie. Nijuei a en outre 26 églises, 
le traité, entrèrent cependant 3 couvens ; elle est U résidence 
dans k' ville et la pillèrent ; mais d un archevêque -<|iii prend le 
apprenant l'arrivée dii grand-duc titre d'archevêque deNijogorodsky 
avec ses troupes; ils la quittèrent et d'Aialyr. On y trouve un sé- 
et s'enfuirent au-delà du Volga, niiuaire et Une école de la pre- 
Cette ville eut à souffrir encore, m ière classe. Les boutiques vsoni 
plusieurs anné<^s aprè$> la famine, riches et nombreuses , cette Tiîtc 
ensuite de fréquens incendies la pouvant être coniidérée comme 
réduisirent presque à rien. Les le ceutrc de la navigation inié- 
Tatares de Cdzan fâisoient aussi rienre de Vempiï'e j et par concè- 
des irruptions m nlti reliées sur ses quent de son commerce , celui le 
terres. En ibi2 , Nijiiei-Novgorod bled surtout , dont les marchands 
▼it arriver dans ses murs le prince de celte ville s'occupent depréle- 
Draitri Mikiiailovitcb Pojarsky , rence. Elle possède une corderie 
qui venait y lever une armée. Les très-considérable , des fîdbriques 
habitans chargèrent leur prévôt , pour la filature , des brasseries, 
Cosme Minime j de Tassisler dans des distilleries , etc. On ycoiupte 
œtte opération. On sait comment 10,000 habitaus des deux sexes 



NIL NOG i5 

Ce nombre aiigmcnle si fort peu- da couvent, et ses nombrenx bâ- 

(but certaines saisons par Tarri- timens reacleut cet endroit remar^p 

Tpc des bateliers et des marchands quable. 

des autres provinces, qu'on en Nimenka^ ( HuMCHKa») pet 

compte alors jusqu'à 70,000- Les fleuve du gouv. d'Arkliangel, il se 

environs de la ville sont agréables jette dans la mer Blanche. 

et fertiles , sa position gffographi- Nitsa , (//mz^o.) Les riv. NeiVa 

que au centre de Tempire^ et au et Réja , en se réunissant dans le 

confluent des deux plus grands gouv. de Perm, district d'Jrbit y 

fleoves, la rendent digne d'en forment la Nitsa qui coiile alors 

cire la capitale, ' dans le gouv. de Tobolsk , où elle 

Nijxi- OuDiNSK , {HujKne" se jette dans la Toura. Les bord$ 

y,\HHCKh.)^el. ville dugouv. dlr- de celte riv. , et la contrée quVlld 

ioutsk , chef-lieu d'un district , parcourt , étant très - fertiles, y «1 

sous le 55<> lo' de la t. sept, et le attiré un nombre considérable de 

116^ 34' de long. or. , sur l Ouda , colons russes, qui s'y sont établU 

à 476 w. nord-est d'Irkoutsk. depuis le dernier siècle et qui vi- 

Cctie ville est entourée do rochers vent dans Vaisance. 

et (leforêts J on y trouvé uneéglise Ni VA , (//a* a.) pct. fleuve du 

et 10 maisons dont le peu d'habi- gouv. d*Arkliangel aans le district 

tans ne s'occupe que d'agriculture, de Cola ; il prend sa source dans 

NiKHTSA, ( HuKu,a' ) pet. riv. le lac Démandra et se jette dans la 

(la gouv. de \ ttebsh , dans le dis- mer Blanche. Ses bords sont inha- 

trict de Polotsk, elle s'y jette dans bités. On voit cependant près de 

la Drissa. son embouchure un couvent de 

NuiTOFSKAÏA,(J^KMmotfCKaA.) moine. 

CTestlenom d'un des 7 forts qui Nogaï, {Hotaxi,) Talares. C'est 

composent la ligne de défense du une des principales branches des 

Dnppr, il se trouve dans le gouv. Tatares. Elle doit son origine aa 

<*? le district d*Ecathérinoslav, sor petit-fils de Gengis-khan , nom« 

lej bords de la Conskaïa. (^Voye:^ mé Nogaï, que son père Batou- 

liGNE DU DNEPR.) Khan envoya vers la fin du XIII» 

iNiKiTSK , ( HuKumcKd. ) pet. siècle, avec un gros corps de trou* 

Tille du gouv. de Moscou , à 87 pes , pour conquérir les régions 

^- de ciette capitale , sur les deux situées au-delà du Pont-Kuxin. Ce 

wrds de la Pakhra. On v trouve chef subjugua les nations depuis le 

^ne église et 747 habitans clés deux Don jusqu'au Danube. H secoua 

seies presque tous cultivateurs, entièrement le joug des khans du 

l^onl près d'eux des carrières de Kaptchak , et devint le fondateuir 

pierres qu'ils exploitent et vont d'un empire puissant, qui s'écrou- 

^cndre à Moscou. la peu après sous ses successeurs. 

J^ILOVA - POUSTYN , {UuAoec^ Malgrél anéantissement de cet état, 

«ycmbm*.) Ermitage de St. Nil. le nom de s6n fondateur continua 

lise trouve dans legonv.de T?er, d'être porté par la nation qu'il 

"'Strict d'Oslachkof; il est bâti avoit gouvernée. Il est très-proba* 




(ij U existe encore dans le territoire de la ville d'Oufa un chemia appelë la routo 
^ I^ogaî { et lor l'JLrtycle , il 7 a i^a déserl qui porte le nom de step Na^aïeu, 



\ 



|6 



NOG 



lia furent chassés de ces régions 

f»ar les Calnioaks à l'époqae i\çt 
a sourcraineté des Rnsses. Ils 
habitent Tpaintenant les sleps 
au nord des montagnes du Cauca- 
se et dn Pont-Euxin , jusqu^à 
l'antre côté du Danube. Ils consis- 
tent en pln^îenrs tribus , plus ou 
moins considérables , qoi chan- 
gent qaelqiiefoijs le lieu de leur 
résidence ^ et môme de nom d'a- 
près celui des endroits qu'ils habi- 
tent. Les Nogaïs sujets de TempÎT 
ro de Russie, vivent en partie dans 
ce Vfl^*^^ appeloit anciennement 
le r^ogaï oriental, on le st<^ de Cri- 
mée ; en partie dans le Couban j 
et en partie dispersés autour du 
Volga y et dans d'autres régions 
de Tempire. Le Nogaï oriental 
forme la plus grande u^oitié sep-r 
tentriOnale du gouY. de la Tauri- 
de, appelé auparavant par les Rus- 
ses , le step de Crimée. Il ^st en- 
viron deux fois aussi grand qi;c la 
toéninsnle taurique,- et étoit an- 
ciennement beaucoup plus consi- 
dérable encore. Déjà par la paix 
de Belgrade, en^ ^7^99 >^ ^^ 
échut plus de la moitié à la Rus- 
sie ; cette partie dépend aujour- 
d'hui du gouv. d'Ecalhorinoslav. 
J^ reste passa aussi à l'empire 
lors de la prise de possession de ja 
Crimée eiri 78 B.Cela forme aujour- 
d'hui les districts de Mélitppol 
et de Dnéprovsk , dans le gouv. 
de Tauride. Le ^ogai( oriental a 
leu les mépies destinées , et a été 
habité par les mêmes peuples que 
la Crimée [rayez cei article), JLes 
ïa tares appelés Nogais sont ceux 
gui s'y établirent les derniers , et 
^Uformept encore la maj.orité de 
jsa population. Jusquen 1770 les 
tribus de Yédichkoul et de Djlm^ 
pimlaï y résidèrent. La horde de 
Pjimboulai habitoit ancinnement 
fur la Emba ou Yemba , dans le 
jttep des Kirguiss ^ ou elle fut sub- 
juguée par nn .khan de? 'f orgo- 
Puts. Au commencement du dcr- 



HOG 

nîer siècle , des NogaTs lllurei ^^ 
roienl encore dans cette région. 
Le fameux Ayouk, Rhan des Cal- 
mouks, les rejeta dans Touest au- 
delà du Volga et de l'Onral. Picr* 
re- le -Grand les rénait alors à 
leurs autres race$ sur h'S bordsdef 
ileuves Cpuma et Coubane,àrei- 
ception de la horde Nogaï - Con- 
dorof, qu'il déplara sujets dei 
Calmouks et qn il leur renma. 
Pendant les trou